Archives par mot-clé : superhéros

Trois nouveaux articles sur Comicalités

Image du bandeau : Rayon « Graphic Novels » à l’Edinburgh Book Fest 02 (Par byronv2, 2011 ; source : Flickr, CC BY-NC, url : https://flic.kr/p/acPiqr)

En attendant notre nouvelle thématique « Bande dessinée et matérialité » en cours de préparation, Comicalités vous propose trois nouveaux articles en ce mois de novembre 2018. Tous trois abordent des pistes de recherche prometteuses et originales que nous vous laissons découvrir ci-dessous :

Pour étoffer nos « Éclectiques », articles paraissant au fil de l’eau et sans lien avec une thématique existante, Sylvain Aquatias propose un article en deux parties intitulé « Genre et légitimité dans l’édition de bande dessinée », « Le poids de la légitimité, des revues aux collections » et « Le roman graphique ou la négation du genre« . En s’appuyant sur une analyse extensive des collections de bande dessinée de ces trente dernières années, il démontre que l’usage (ou le non-usage) des genres comme élément éditorial structurant a à voir avec la recherche de légitimité, qui varie grandement selon les époques et les éditeurs. A cet égard, le développement de collections de type « roman graphique » apparaît comme une stratégie visant à nier le caractère éditorialement structurant du genre littéraire.

Deux articles viennent compléter la thématique « Bande dessinée et sport » débutée en 2017.

Celui de Frédéric Ducarme « Are nekketsu shōnen manga sports manga?« , en s’appuyant sur l’exemple de Dragon Ball d’Akira Toriyama, avance l’hypothèse que les nekketsu shonen mangas sont en réalité des mangas sportifs faisant appel aux valeurs sportives pour les utiliser dans un contexte fantastique. Le canevas initiatique classique, si balisé, des nekketsu (Naruto, Bleach, My Hero Academia) relèverait alors d’une stylisation de l’entraînement et de la compétition sportif dans un monde imaginaire.

Quant à l’article de Élise Awaïda Carton et Stéphane Carpentier « Monde sportif et univers des super-héros de bandes dessinées« , il creuse une perspective de recherche prometteuse en suggérant, exemples à l’appui, que le monde du sport, à tous ses niveaux de pratique (du champion olympique à la classe d’EPS en passant par la retransmission télévisée des matchs), va de plus en plus chercher ses références culturelles du côté de la figure du superhéros. S’ouvre alors, dans l’analyse des relations entre le sport et la bande dessinée, la possibilité d’un dialogue à double sens dont les conséquences sont importantes quant à la place de la bande dessinée et de son imaginaire dans nos sociétés contemporaines.

Enfin, signalons aussi la parution d’une version traduite en anglais d’un précédent article de Yann Descamps et Denis Jallat sur le Bicot de Martin Branner : Borders with Reality : the Playground and Fence in Branner’s Bicot

Bonne lecture à tou.te.s !