Parution sur Comicalites : une étude sur les élèves de l’HEAR par Benjamin Caraco 1/2

Image du bandeau : travaux de l'atelier d'illustration de la Haute Ecole des Arts du Rhin. Droits réservés. Source : site web de l'HEAR (http://www.hear.fr/arts-plastiques/illustration/)

En cette fin d’année 2020, et avant un dossier en préparation sur la bédéphilie, l’équipe de Comicalités est heureuse de vous proposer un article de Benjamin Caraco dans nos “éclectiques”, intitulé “Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg“.

Dans cette étude socio-historique qui s’appuie sur les archives de la Haute Ecole des Arts du Rhin (anciennement Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg), l’auteur examine la place de la bande dessinée dans cette école d’art, à la fois pendant la formation et dans le devenir des jeunes artistes qui en sortent. Plus globalement, l’article interroge le rôle croissant des écoles d’arts dans la professionnalisation des auteurs.trices de bande dessinée depuis les années 1970.

Pour compléter l’article, il nous a paru utile de diffuser sur le blog des parties de l’analyse qui n’ont pas été retenus pour l’article mais apporte un éclairage intéressant sur deux aspects complémentaires de l’étude statistique sur la professionnalisation des étudiant.e.s : la variable du genre (ci-dessous) et la variable des choix éditoriaux des jeunes artistes en sortie d’école.

La variable du genre dans le choix de la bande dessinée comme pratique professionnelle

Complément à l’article de Benjamin Caraco “Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg“, décembre 2020.

Une formation globalement paritaire

La question de la présence des femmes dans le monde de bande dessinée a été reposée récemment à l’issue de mobilisation de créatrices contre les inégalités de genre et dans la foulée des États généraux de la bande dessinée [EGBD] et de leur grande enquête quantitative.

Dans le cadre de notre étude, nous avons mesuré la présence des femmes au sein de l’atelier d’illustration et, parmi les anciens élèves, dans la bande dessinée. À partir du prénom, nous avons déterminé le sexe des élèves de l’atelier. Cette opération a parfois été compliquée par la présence de prénoms indéterminés (Camille, Claude ou encore Dominique) ou de prénoms étrangers, pour lesquels nous n’avons pas réussi avec certitude à établir le genre.

 

Graphique 1 : pourcentage de femmes dans les diplômables

Au total, sur 599 individus, nous avons comptabilisé 313 femmes (52 %) pour 271 hommes (45 %) et 14 individus de sexe indéterminé (2 %). La formation est donc globalement paritaire, même en estimant que l’ensemble des 2 % de sexes indéterminés se rangeraient dans leur ensemble dans la catégorie masculine. L’évolution est en revanche aléatoire selon des années, avec ses pics et ses creux, sauf les premières années. À partir de 1977, les femmes constituent annuellement a minima 40 % de l’effectif de la dernière année de l’atelier.

Ces remarques valent donc pour l’ensemble de l’atelier d’illustration – sans distinction bande dessinée et illustration – et doivent également être lues au regard de la relative spécialisation de l’atelier dans l’illustration jeunesse à laquelle les femmes sont historiquement associées, voire cantonnées, en lien avec un rôle maternel prescrit et cela depuis le XIXe siècle. Pour autant, les autrices de bande dessinée ne sont pas apparues que ces dernières décennies comme l’a bien montré Jessica Kohn à partir de son étude sur les dessinateurs de bande dessinée et d’illustrés après-guerre, où elle revient sur l’oubli des autrices et leur invisibilisation (KOHN, 2017). Le groupe ici étudié nous permet d’observer des évolutions et des permanences par rapport à la situation historique décrite par Jessica Kohn, en particulier la montée en puissance quantitative de la part des femmes dans le domaine de la bande dessinée.

Une moindre prédilection pour la bande dessinée dans les travaux de fin d’année

Nous avons en revanche constaté que les hommes présentent davantage de bande dessinée lors des travaux de fin d’année, à la fois en termes absolus et relatifs, puisque les femmes restent majoritaires dans les effectifs. Sur l’ensemble de la période, 78 femmes proposent des travaux en bande dessinée, soit 15 % du total global des élèves et 39 % du sous-total d’élèves présentant de la bande dessinée.

Il existe toutefois une relative corrélation dans les évolutions : la part de femmes pratiquant la bande dessinée suit l’augmentation de la part globale. Parmi les élèves qui s’imposent de la façon la plus visible après leur passage dans l’atelier, l’on retrouve des autrices comme Catel, Camille Jourdy ou encore Lisa Mandel.

Une pratique (semi-)professionnelle de la bande dessinée en hausse

Graphique 2 : Femmes dans BDGest par rapport à l’ensemble des anciens élèves présents (valeur absolue)

Enfin, lorsque se penche sur les trajectoires professionnelles des élèves, nous trouvons 53 femmes sur l’ensemble des présents sur BDGest, soit une part de 33 %. Un tel pourcentage concorde avec les estimations des EGBD, qui à partir de leur enquête, ont évalué à 27 % la part d’autrices de bande dessinée (contre 15 % d’après le Festival d’Angoulême quelque temps auparavant). Il reste bien sûr à mesurer le degré d’intégration et/ou de précarité de ces auteures au sein du monde de la bande dessinée ; la question étant évidemment valable pour l’ensemble des individus présents dans la base.

A partir de 2000, 42 % des anciens élèves présents sur BDGest sont des femmes sur cette période (en valeur absolue, 36 femmes sur 85 élèves), ce qui témoigne d’une féminisation de la pratique et corrobore par exemple le bilan de Thierry Groensteen sur la période 2006-2016, qui écrit ainsi que « la féminisation de la profession est en route » (GROENSTEEN, 2017, p. 51). Toutefois, le corps enseignant reste encore majoritairement masculin et, dans le cas strasbourgeois, il faut attendre 2011 pour que Salomé Risler soit recrutée comme professeure de graphisme.

Vers un rééquilibrage de la division du travail artistique entre genres

Au regard de la faiblesse des effectifs, il est difficile d’avancer des conclusions probantes sur la place des femmes au sein de la division du travail artistique. Remarquons toutefois qu’il n’y a pas d’apanage exercé sur la fonction de coloriste, qui leur a été historiquement dévolue. En revanche, il est intéressant de noter qu’elles sont davantage dessinatrices-scénaristes que seulement dessinatrices. L’explication est ici vraisemblablement plus temporelle que relevant du genre puisqu’elles font davantage de bande dessinée dans les années 2000 et s’inscrivent alors dans cette tendance plus globale de combinaison de ces deux fonctions.

Ainsi, si la bande dessinée reste sur la période étudiée une pratique majoritairement masculine dans un atelier pourtant largement féminin, l’on observe une tendance à une féminisation accrue de la pratique, qui rejoint les évolutions nationales. On peut émettre l’hypothèse que cette féminisation accrue s’explique en partie par le développement de cursus académiques spécifiques à la bande dessinée où les femmes ont tendance à avoir de meilleurs résultats que les hommes.

Bibliographie

GROENSTEEN, Thierry. La bande dessinée au tournant. Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2017. 121 p. ISBN 9782874494369

KOHN, Jessica. « Women Comics Authors in France and Belgium Before the 1970s: Making Them Invisible ». Revue de recherche en civilisation américaine [en ligne], n°6, 2016. [consulté le 23 juillet 2018] Disponible sur le Web. URL : http://journals.openedition.org/rrca/725

Parution de la thématique “Bande dessinée et culture matérielle”

Image du bandeau : Mariano Casas, Mensajes, 2009, p.42 (détail)

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture d’une nouvelle thématique sur Comicalités, et la parution de trois articles en son sein et trois textes complémentaires (une introduction, un entretien, un article de synthèse) : Bande dessinée et culture matérielle, dirigée par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay.

Que trouverez-vous dans cette thématique ? Son objectif est d’ouvrir un chantier de recherche encore relativement neuf : les rapports de la bande dessinée et la “culture matérielle”. Dans quelle mesure penser la matérialité de la bande dessinée peut nous aider à réfléchir sur ce média ? Trois axes, présentés dans l’introduction (par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay), illustrent la richesse des pistes ainsi ouvertes.

La question de la poétique du support interroge la façon dont le support matériel a un impact sur l’oeuvre elle-même. Les deux articles proposés pour entamer la thématique montre parfaitement comment une analyse littéraire d’oeuvre peut se nourrir de réflexions portant sur la matérialité concrète de la création. Ainsi, Côme Martin, dans “La première lecture de livre : de la manipulation matérielle de la page comme expérience unique“, s’arrête sur un type d’oeuvre spécifique, celles qui, en demandant de la part du lecteur une manipulation du support (découpage, pliage, couture…) font de la première lecture une expérience unique. Pour être des oeuvres-limites, elles n’en questionnent pas moins les rapports du lecteur à l’oeuvre. Quant à Agatha Mohring, en se concentrant sur une unique bande dessinée de Mariano Casas, Mensajes, elle en propose une étude qui met en avant l’évolution des conditions matérielles de travail de l’artiste à l’ère numérique, et la façon dont cette évolution est présentée dans la bande dessinée elle-même.

La question des produits dérivés, est une autre facette du rapport de la bande dessinée à une “culture matérielle” des XXe et XXIe siècles élargie, et surtout profondément inscrite dans des dynamiques commerciales, bien au-delà de la seule édition livresque. Le cas que présente Bounthavy Suvilay, dans “Parcours de lecture dans Dragon Ball Z Dokkan Battle“, est un exemple magistral qu’il est nécessaire de penser la bande dessinée contemporaine au sein de toute une industrie culturelle multimédiatique. L’exemple du jeu de cartes sur smartphone Dragon Ball Z Dokkan Battle imbrique ainsi les caractéristiques matérielles de plusieurs médias aux supports bien différents (jeu vidéo, jeu de cartes à collectionner, anime…), tout en se référant à la bande dessinée par des jeux de citations ou de narration.

La question de la conservation occupe naturellement une place importante quand on réfléchit aux rapports de la bande dessinée à sa matérialité : quelles stratégies sont mises en place par les institutions pour conserver un support fragile ? Le dossier y répond par deux textes complémentaires (sans expertise en double aveugle). D’un côté un entretien mené par Bounthavy Suvilay avec Nicole Rousmanière, responsable d’une récente exposition sur le manga au British Museum, qui essaie précisément d’en rendre toute la complexité matérielle ; de l’autre côté un article de synthèse de Jean-Mathieu Méon présentant l’état actuel des connaissances sur le statut matériel de l’oeuvre de bande dessinée dans les musées.

D’autres articles viendront compléter la thématique au cours de l’année. Conformément au modèle éditorial de Comicalités, elle reste ouvert et peut donc accueillir vos contributions. Merci de nous contacter si vous souhaitez y publier un article.

 

Appel annuel 2020 de Comicalités : à vos articles !

Pour l’année 2020 à venir, Comicalités publie son premier appel à textes annuel.

Fidèle à la philosophie originelle de la revue, cet appel entend profiter de l’orientation résolument numérique prise dès son lancement en 2011. Comicalités est une revue à mode de parution continue, qui accepte de nouveaux articles au fil de l’eau et qui laisse ouvert les “thématiques” apparues au fil des années.

A travers cet appel, nous sollicitons la communauté scientifique pour renforcer et approfondir certaines thématiques ouvertes. Si vous êtes intéressés pour publier dans “La bande dessinée, un art sans mémoire”, “Représenter l’auteur de bande dessinée” et “Bande dessinée et sport : émancipation, contestation d’un univers normé”, merci de vous faire connaître auprès comicalites@gmail.com, si possible avant le 30 mars pour une publication en 2020.

Vous trouverez dans l’appel à télécharger ci-dessous de nombreuses suggestions d’axes de recherche et toutes les précisions nécessaires pour y répondre.

appel-permanent2020-comicalites

Appel à communication commenté : le musée dans la littérature

Le Carnet de Comicalités renoue avec une de ses traditions anciennes : l’appel à communication commenté à destination des chercheurs en bande dessinée. En effet, il est fréquent que des appels à communication plus généralistes s’ouvrent à des interventions portant sur la bande dessinée. J’ai choisi un de ces appels pour le commenter. A vous qui entendez démontrer que la bande dessinée est un objet de recherche à l’égal des autres, voilà l’occasion idéale…

image du bandeau : François Schuiten et Benoît Peeters, Le musée A. Desombres, Casterman, 1990

Continuer la lecture de Appel à communication commenté : le musée dans la littérature

Tendances de recherche (5/6) : bande dessinée et pédagogie

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : la bande dessinée de recherche

La parution récente d’un numéro de la revue Trema consacré aux « Usages didactiques de la bande dessinée », ainsi que le tout prochain colloque Telling Science Drawing Science à Angoulême (15-17 mai) réactive après une (longue?) pause notre série des tendances de la recherche en bande dessinée, pour vous parler du couple infernal « bande dessinée » et « pédagogie ». C’est là un domaine qui a particulièrement occupé les chercheurs de ces dix dernières années. Pourquoi ce sujet passionne et quelles sont les pistes pour l’approfondir encore davantage ?

Légende du bandeau : bandeau-titre des Belles Histoires de l’Oncle Paul par Jean Graton, tel que repris dans la réédition de Dupuis (2013)

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

Ce n’est pas le sujet de cet article que de revenir sur les rapports entre bande dessinée et pédagogie. Je renvoie à cette fin l’article de Nicolas Rouvière sur le sujet, pour la revue Neuvième art 2.0 en janvier 2013. Mais voici néanmoins quelques jalons importants pour comprendre le traitement de cette question par l’université.

L’histoire est désormais bien connue : après une première moitié du XXe siècle de mépris et de franche hostilité des pédagogues (enseignants, chercheurs, bibliothécaires, éducateurs confessionnels ou politiques…), un retournement important a lieu dans les années 1970.

Ainsi, jusqu’aux années 1960 les écrits pédagogiques visent surtout à démontrer la nocivité des bandes dessinées sur les besoins et facultés d’apprentissage des enfants. Le monde universitaire participe naturellement à ce mouvement. Un exemple parmi d’autres : en 1953 le numéro 5 de la revue Enfance, revue scientifique internationale de référence pour la psychologie enfantine, est consacrée aux « Journaux pour enfants » ; il contient plusieurs articles de déploration, dans le ton des débats autour de la loi de 1949 sur la surveillance et le contrôle des publications destinées à l’enfance. Ces recherches s’appuient généralement sur des enquêtes psychologiques à charge, particulièrement développées aux États-Unis. Les sciences de l’éducation, encore jeunes (l’Association internationale des sciences de l’éducation est créée en 1953), épaulées par la psychologie sociale, sont instrumentalisées dans le cadre de la lutte contre les illustrés.

Puis, durant les années 1970, une suite de publications vient changer la donne, dans le sillage des mouvements bédéphiles et, plus certainement, d’un changement de génération après la révolution culturelle de 1968. Antoine Roux, bien sûr, avec son ouvrage La bande dessinée peut être éducative, en 1970, aux Éditions de l’Ecole, brise un tabou autant qu’il répond aux détracteurs du média. Côté université, le psychologue Serge Tisseron, en 1977, livre un plaidoyer argumenté dans « La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? (In: Communication et langages, n°35, 1977. pp. 11-21. DOI : https://doi.org/10.3406/colan.1977.4426). Les rapports s’inversent alors et deux colloques « Bande dessinée et éducation » ont lieu à La Roque d’Antheron, en 1977 et 1979 (actes parus sous les titres Lecture et bande dessinée chez Edisud, et Histoire et bande dessinée chez Objectif Promo Durance). Les revues professionnelles comme Les Cahiers pédagogiques et Textes et documents pour la classe commencent à proposer des dossiers sur la bande dessinée (respectivement en 1982 et 1983).

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie est un objet de recherche en lui-même, autour de la question récurrente de la « place de la bande dessinée à l’école ». Harry Morgan, dans ses multiples travaux, a ainsi retracé les lignes historiques de ce sujet (voir par exemple : « De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1234.). D’autres chercheurs mettent en regard cette question avec la problématique plus large et désormais bien défrichée de la légitimation culturelle de la bande dessinée à la fin du XXe siècle (voir : Florie Steyaert et Jean-Louis Tilleuil, (2016). « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans Ahmed, M., Delneste, S. et Tilleuil, J.-L. (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions. Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p.233-268 ; voir aussi : Béatrice Bomel-Rainelli et Alain Demarco, « La BD au collège depuis 1995 : entre instrumentalisation et reconnaissance d’un art », Le français aujourd’hui, 2011/1 (n°172), p. 81-92. URL : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-1-page-81.htm. DOI : 10.3917/lfa.172.0081). Enfin, quelques travaux portent sur les pratiques enseignantes et le contexte pédagogique global, y compris l’analyse des programmes pédagogiques (voir Sylvie Dardaillon, « Quelle place pour l’iconotexte dans les pratiques enseignantes au cycle III ? » In Louichon, B. et Rouxel, A. (dir.), La littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels. Dijon : SCEREN, CRDP de Bourgogne, 2009, 85-95 ; voir aussi : Bernard Tabuce. « Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD dans les manuels de collège » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1230.).

Ces travaux ont permis de mettre en évidence le fait que, si l’intégration de la bande dessinée dans les milieux scolaires est définitivement engagée, elle doit encore progresser. Il s’agit, comme le rappelle Nicolas Rouvière, d’une « intégration en trompe-l’oeil. (…) Le retard provient en grande partie de la recherche pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet encore perçu comme secondaire et marginal ».

Une préoccupation professionnelle actuelle, mais quel adossement scientifique ?

Le constat dressé en 2013 par Nicolas Rouvière se confirme lorsqu’on analyse la nature des écrits traitant des rapports entre bande dessinée et pédagogie : l’écart est réel entre besoin professionnel et recherche universitaire. Incontestablement, la préoccupation est forte au sein du corps enseignant. Depuis les années 1990, les initiatives sur l’usage de la bande dessinée en classe se sont multipliées, par exemple avec la collection d’ouvrages « La bande dessinée de case en classe », du CRDP de Poitiers, animé notamment par Didier Quella-Guyot, important défenseur de l’utilisation de la bande dessinée en classe. En 2018, le thème des « Rencontres nationales de la bande dessinée » d’Angoulême était précisément « Education et bande dessinée » et a attiré un nombre important d’enseignants. Les éditeurs aussi s’en préoccupent, et on fait paraître tout récemment une étude précise sur « La place de l’enseignement dans la bande dessinée ». Michel Thiébaut fait partie des chercheurs ayant réfléchi, dès les années 1990, à cet usage pédagogique de la bande dessinée, notamment à travers sa thèse L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, (thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997).

En conséquence de cette remontée de besoins « par la base », les écrits en sciences de l’éducation sont souvent constituées de témoignages et d’exemples de pratiques pédagogiques s’appuyant sur la bande dessinée. Nous ne les listerons pas tous, et renvoyons à une liste établie par Bénédicte Trajnek. La thèse en linguistique de Tatiana Blanco-Cordón, La bande dessinée dans l’enseignement de l’espagnol comme langue étrangère : un regard iconoverbal sur le franquisme. (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2015) est tout à fait caractéristique de cette tendance forte qui entend théoriser progressivement par la pratique l’usage de la bande dessinée en classe. Dans le même esprit, l’article de Baptiste Campion, (« Bande dessinée éducative et éducation par la BD. Des pratiques de terrain à une approche intégrée ». In: Dacheux, Eric, Bande dessinée et solidarités. La BD, un miroir du lien social, L’Harmattan : Paris 2011, p. 137-150) élabore autour de cet objet de recherche que serait la « bande dessinée éducative », au sens de bande dessinée utilisée dans un cadre pédagogique, là aussi sur la base d’usages concrets. Cette approche est sans doute riche mais demeure assez empirique, souvent focalisée sur des études de cas ou localisées au sein de disciplines précises. Surtout, elle conduit à une forme d’instrumentalisation de la bande dessinée, inverse de celle qui prévalait avant 1970, et qui cherche à théoriser les vertus pédagogiques du médium à des fins d’enseignement, plutôt que de penser une vraie « didactique » de la bande dessinée qui, loin de prendre la bande dessinée comme un outil, consisterait à comprendre ses spécificités en termes de transmission des savoirs.

Pour une didactique de la bande dessinée

La réflexion proprement didactique sur la bande dessinée serait la troisième étape d’une évolution ancienne, après le « mépris » et la « méprise ». Nous empruntons ces qualifications au principal promoteur de cette tendance de recherche, Nicolas Rouvière. Le numéro déjà évoqué de la revue Trema propose une interview par Hélène Raux de ce maître de conférences qui a fait de la didactique de la bande dessinée son principal objet de recherche. Il dirige en 2012 un ouvrage important pour notre sujet, Bande dessinée et enseignement des humanités (Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1224>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1224.) qui se penche plus en détail sur les façons d’enseigner la bande dessinée, et les enjeux que pose le média pour la recherche en didactique. Il contient notamment un article de Marianna Missiou (« Un médium à la croisée des théories éducatives : bande dessinée et enjeux d’enseignement ») dont le mérite est d’analyser la bande dessinée au regard des théories éducatives (littératie, multimodalité, intertextualité), et de ne pas éluder la question de la lecture de la bande dessinée.

L’introduction du dernier numéro de Trema par Marianne Blanchard et Hélène Raux résume également très bien les enjeux qui se posent à présent au chercheur sur ces questions de didactique de la bande dessinée, sans doute dégagée d’une vision trop systématique des « vertus » pédagogiques du médium : « Loin d’engager une opération d’instrumentalisation ou de récupération de la bande dessinée au profit d’apprentissages variés sans rapport avec elle, cette réflexion sur les « usages didactiques de la bande dessinée » vise au contraire à interroger rigoureusement les enjeux du choix d’une bande dessinée comme support pédagogique. ». Sont ainsi questionnés, dans le dossier, en plus d’incontournables retours d’expériences, la question de la formation des enseignants, des compétences de lecture des élèves, ou encore celles des spécificités didactiques du médium en terme de transmission des savoirs. Hélène Raux est par ailleurs doctorante et travaille en didactique de la littérature sur la scolarisation de la bande dessinée. Au Canada, les travaux de Virginie Martel et Jean-François Boutin [voir notamment : « La bande dessinée comme vecteur de coopération disciplinaire et éducationnelle ». Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des pratiques professionnelles, Jun 2015, Paris, France, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172145/] témoignent d’une même évolution théorique, en étudiant la transdisciplinarité pédagogique induite par la bande dessinée et ses conséquences sur l’enseignement.

Conclusion et ouverture

Ces dernières années ont montré le réel engouement du corps enseignant envers la bande dessinée, en même temps que les premiers travaux scientifiques en didactique de la bande dessinée. Reste à voir converger les deux mouvements pour que le second puisse enrichir les expériences des premiers. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit aussi d’appuyer la formation des professeurs sur un socle solide de connaissances scientifiques, afin de leur permettre de mieux appréhender l’enseignement de et par la bande dessinée. Il semble néanmoins que, malgré la fin des discours frontalement anti-bande dessinée, elle reste considérée comme un sous-objet didactique dont on peine à mesurer les spécificités. Comme le rappelle Nicolas Rouvière, souvent vue, à tort, comme une lecture « facile », la bande dessinée a trop longtemps été envisagée comme « facilitatrice » pour la pédagogie, sans prendre en considération ses limites et les difficultés posées par son usage. C’est en ce sens que la recherche scientifique pourra accompagner un mouvement pédagogique en faveur de la bande dessinée en classe.

Pour terminer, je livre quelques pistes de ce qui nous semble être des angles morts de la recherche sur bande dessinée et pédagogie.

– il est assez significatif que la connaissance de l’enseignement de la bande dessinée (au sens des écoles d’arts) soit un sujet encore très peu étudié. Là encore, c’est Nicolas Rouvière qui défriche ce sujet en 2014 pour Neuvième art 2.0, mais force est de constater que l’analyse des écoles de bande dessinée, de leur histoire et de leurs pratiques, reste à construire

– l’analyse pédagogique de la bande dessinée gagnerait à croiser davantage le champ, certes encore en construction, de la sociologie de la lecture de bande dessinée. L’intervention de Sylvain Aquatias à l’occasion des RNBD de 2018 est un bon exemple de ce croisement qui permettrait d’aligner pratiques pédagogiques et pratiques de lecture, loin des clichés récurrents d’une lecture facile et populaire.

– la question de la « pédagogie par l’image » aurait intérêt à intégrer davantage la bande dessinée. Si les historiens se sont souvent concentrés sur les discours négatifs à l’encontre du médium, ils ont finalement peu interrogés l’existence, réelle, de bandes dessinées éducatives, et ce depuis le XIXe siècle. On retiendra sur ce sujet l’approche internationale du livre de Marianne Simon-Oikawa et Annie Renonciat, La pédagogie par l’image en France et au Japon. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. URL : <http://books.openedition.org/pur/35199>. DOI : 10.4000/books.pur.35199.) qui constitue un point de départ pour une passerelle potentielle entre recherche sur la bande dessinée, sciences de l’éducation, et étude sur la culture enfantine

– enfin, pour revenir à notre point de départ, il nous a semblé particulièrement flagrant que les approches cognitives et psychologiques, qui ont pourtant trouvé leur place en didactique (en particulier avec les technologies numériques) n’aient pas encore investis le cas de la bande dessinée et des spécificités cognitives de sa lecture. Il semble là que les sciences cognitives et la psychologie ne se soient pas remises du « traumatisme » des années 1950, qui a vu déferler des analyses psychologiques sur les dangers de la bande dessinée rapidement déconstruites par la bédéphilie de la décennie suivante. La revue de psychologie enfantine Enfance citée en début d’article ne contient pas un seul article récent sur la lecture de bande dessinée (à l’exception d’un numéro sur l’enfant-dessinateur). Il y aurait pourtant là matière à enrichir les analyses didactiques de questionnement plus cognitifs qui permettraient de mieux comprendre comment l’enfant lit et interprète la bande dessinée.

Parutions sur Comicalites : représenter l’auteur de bande dessinée

Légende du bandeau : Milo Manara, Giuseppe Bergmann, Casterman, 1980, détail de la page 22 (réédité en 2011 par Drugstore)

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux articles pour compléter une thématique, “Représenter l’auteur de bande dessinée”. Par des choix de corpus extrêmement variés, ils viennent élargir les horizons de la réflexion, commencée dès 2013, sur les enjeux de la représentation auctoriales dans l’art de la bande dessinée.

Après avoir exploré l’autoreprésentation en terres franco-belge avec Catherine Mao, l’autofiction en terres québecoises avec Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, ou bien l’auto-illustration dans les arts graphiques d’Europe Centrale au début du XXe siècle, avec Hélène Martinelli, c’est encore vers d’autres territoires graphiques, et d’autres visions de l’auteur de bande dessinée, que nous amènent les articles de cette nouvelle livraison. Au-delà de la question déjà bien connue de l’autoreprésentation, ils témoignent d’autres enjeux soulevés par le statut de “l’auteur” dans la bande dessinée, et la façon de le représenter. Il ne s’agit plus de se demander comment l’auteur se représente lui-même, mais quel portrait de lui se dessine depuis l’extérieur, et comme ces représentations font passer une vision particulière de la bande dessinée et de la création en général.

Camille Roelens, avec sa proposition intitulée “Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara“, fait intervenir la question de la filiation. En s’appuyant principalement sur la série de Milo Manara Giuseppe Bergmann, (1978-1998) ainsi que sur les quelques albums qui ont vu collaborer ces deux figures majeures de la bande dessinée italienne contemporaine, il détaille la complexité de la relation entre un “maître” et son “élève”. Représenter Pratt permet à Manara de contrôler cette relation et de lui donner du sens. L’article donne un exemple pertinent de “chaîne d’autorisation”, en situant l’auctorialité dans une logique de transmission générationnel.

L’article de Sofiane Taouchichet “Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction” nous transporte au coeur de la création graphique japonaise contemporaine. Excel Saga est un manga avant d’être un anime, et cette dualité est parfaitement exploitée dans la série animée. En nous dévoilant les jeux méta-fictionnels d’une série où l’auteur de la bande dessinée est représenté et son autorité contestée par l’humour et la parodie, l’article met au jour un mécanisme important de la culture transmédiatique contemporaine : la mise en relation constante des médias par l’intericonicité et le recours à la référence.

Le corpus exploité par Zoé Vangindertael n’est pas composé d’oeuvres de bande dessinée mais d’expositions, pour son article intitulé “La représentation muséale de l’auteur de bande dessinée : enjeux d’une dialectique entre l’artiste et l’artisan“. A partir d’une problématique forte (la représentation de l’auteur de bande dessinée au musée oscille constamment entre deux statuts artistiques, l’artisan et l’artiste), elle démontre que le modèle de l’artification ne suffit pas pour comprendre l’évolution du statut de l’auteur de bande dessinée, et sa relation à la notion “d’artiste”.

Cette nouvelle livraison a été supervisée par Benjamin Caraco et Jessica Kohn. Bonne lecture à tou.te.s !

Nous rappelons au passage que les thématiques de Comicalités constituent toutes des appels “ouverts” et peuvent accueillir de nouvelles propositions (comicalites@gmail.com) :

Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : les études éditoriales

Ce mois de novembre 2018 marque le retour de notre série« tendances de la recherche en bande dessinée ». La sortie récente d’un numéro Hors-Série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche nous amène à évoquer cette tendance qui arrive progressivement en France, et annonce un changement important, pour la bande dessinée mais pour l’écriture de la recherche scientifique en général. Nous emprunterons dans cet article beaucoup des réflexions menées dans ses divers travaux par Nicolas Labarre.

Légende du bandeau : Pierre Nocerino, “Carnets de terrain, Gare de normes”, 2013, url :http://socio-bd.blogspot.com/2013/09/carnet-de-terrain-gare-du-nord-episode-1.html

Continuer la lecture de Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search