Tendances de recherche (5/6) : bande dessinée et pédagogie

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : la bande dessinée de recherche

La parution récente d’un numéro de la revue Trema consacré aux « Usages didactiques de la bande dessinée », ainsi que le tout prochain colloque Telling Science Drawing Science à Angoulême (15-17 mai) réactive après une (longue?) pause notre série des tendances de la recherche en bande dessinée, pour vous parler du couple infernal « bande dessinée » et « pédagogie ». C’est là un domaine qui a particulièrement occupé les chercheurs de ces dix dernières années. Pourquoi ce sujet passionne et quelles sont les pistes pour l’approfondir encore davantage ?

Légende du bandeau : bandeau-titre des Belles Histoires de l’Oncle Paul par Jean Graton, tel que repris dans la réédition de Dupuis (2013)

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

Ce n’est pas le sujet de cet article que de revenir sur les rapports entre bande dessinée et pédagogie. Je renvoie à cette fin l’article de Nicolas Rouvière sur le sujet, pour la revue Neuvième art 2.0 en janvier 2013. Mais voici néanmoins quelques jalons importants pour comprendre le traitement de cette question par l’université.

L’histoire est désormais bien connue : après une première moitié du XXe siècle de mépris et de franche hostilité des pédagogues (enseignants, chercheurs, bibliothécaires, éducateurs confessionnels ou politiques…), un retournement important a lieu dans les années 1970.

Ainsi, jusqu’aux années 1960 les écrits pédagogiques visent surtout à démontrer la nocivité des bandes dessinées sur les besoins et facultés d’apprentissage des enfants. Le monde universitaire participe naturellement à ce mouvement. Un exemple parmi d’autres : en 1953 le numéro 5 de la revue Enfance, revue scientifique internationale de référence pour la psychologie enfantine, est consacrée aux « Journaux pour enfants » ; il contient plusieurs articles de déploration, dans le ton des débats autour de la loi de 1949 sur la surveillance et le contrôle des publications destinées à l’enfance. Ces recherches s’appuient généralement sur des enquêtes psychologiques à charge, particulièrement développées aux États-Unis. Les sciences de l’éducation, encore jeunes (l’Association internationale des sciences de l’éducation est créée en 1953), épaulées par la psychologie sociale, sont instrumentalisées dans le cadre de la lutte contre les illustrés.

Puis, durant les années 1970, une suite de publications vient changer la donne, dans le sillage des mouvements bédéphiles et, plus certainement, d’un changement de génération après la révolution culturelle de 1968. Antoine Roux, bien sûr, avec son ouvrage La bande dessinée peut être éducative, en 1970, aux Éditions de l’Ecole, brise un tabou autant qu’il répond aux détracteurs du média. Côté université, le psychologue Serge Tisseron, en 1977, livre un plaidoyer argumenté dans « La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? (In: Communication et langages, n°35, 1977. pp. 11-21. DOI : https://doi.org/10.3406/colan.1977.4426). Les rapports s’inversent alors et deux colloques « Bande dessinée et éducation » ont lieu à La Roque d’Antheron, en 1977 et 1979 (actes parus sous les titres Lecture et bande dessinée chez Edisud, et Histoire et bande dessinée chez Objectif Promo Durance). Les revues professionnelles comme Les Cahiers pédagogiques et Textes et documents pour la classe commencent à proposer des dossiers sur la bande dessinée (respectivement en 1982 et 1983).

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie est un objet de recherche en lui-même, autour de la question récurrente de la « place de la bande dessinée à l’école ». Harry Morgan, dans ses multiples travaux, a ainsi retracé les lignes historiques de ce sujet (voir par exemple : « De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1234.). D’autres chercheurs mettent en regard cette question avec la problématique plus large et désormais bien défrichée de la légitimation culturelle de la bande dessinée à la fin du XXe siècle (voir : Florie Steyaert et Jean-Louis Tilleuil, (2016). « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans Ahmed, M., Delneste, S. et Tilleuil, J.-L. (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions. Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p.233-268 ; voir aussi : Béatrice Bomel-Rainelli et Alain Demarco, « La BD au collège depuis 1995 : entre instrumentalisation et reconnaissance d’un art », Le français aujourd’hui, 2011/1 (n°172), p. 81-92. URL : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-1-page-81.htm. DOI : 10.3917/lfa.172.0081). Enfin, quelques travaux portent sur les pratiques enseignantes et le contexte pédagogique global, y compris l’analyse des programmes pédagogiques (voir Sylvie Dardaillon, « Quelle place pour l’iconotexte dans les pratiques enseignantes au cycle III ? » In Louichon, B. et Rouxel, A. (dir.), La littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels. Dijon : SCEREN, CRDP de Bourgogne, 2009, 85-95 ; voir aussi : Bernard Tabuce. « Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD dans les manuels de collège » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1230.).

Ces travaux ont permis de mettre en évidence le fait que, si l’intégration de la bande dessinée dans les milieux scolaires est définitivement engagée, elle doit encore progresser. Il s’agit, comme le rappelle Nicolas Rouvière, d’une « intégration en trompe-l’oeil. (…) Le retard provient en grande partie de la recherche pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet encore perçu comme secondaire et marginal ».

Une préoccupation professionnelle actuelle, mais quel adossement scientifique ?

Le constat dressé en 2013 par Nicolas Rouvière se confirme lorsqu’on analyse la nature des écrits traitant des rapports entre bande dessinée et pédagogie : l’écart est réel entre besoin professionnel et recherche universitaire. Incontestablement, la préoccupation est forte au sein du corps enseignant. Depuis les années 1990, les initiatives sur l’usage de la bande dessinée en classe se sont multipliées, par exemple avec la collection d’ouvrages « La bande dessinée de case en classe », du CRDP de Poitiers, animé notamment par Didier Quella-Guyot, important défenseur de l’utilisation de la bande dessinée en classe. En 2018, le thème des « Rencontres nationales de la bande dessinée » d’Angoulême était précisément « Education et bande dessinée » et a attiré un nombre important d’enseignants. Les éditeurs aussi s’en préoccupent, et on fait paraître tout récemment une étude précise sur « La place de l’enseignement dans la bande dessinée ». Michel Thiébaut fait partie des chercheurs ayant réfléchi, dès les années 1990, à cet usage pédagogique de la bande dessinée, notamment à travers sa thèse L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, (thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997).

En conséquence de cette remontée de besoins « par la base », les écrits en sciences de l’éducation sont souvent constituées de témoignages et d’exemples de pratiques pédagogiques s’appuyant sur la bande dessinée. Nous ne les listerons pas tous, et renvoyons à une liste établie par Bénédicte Trajnek. La thèse en linguistique de Tatiana Blanco-Cordón, La bande dessinée dans l’enseignement de l’espagnol comme langue étrangère : un regard iconoverbal sur le franquisme. (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2015) est tout à fait caractéristique de cette tendance forte qui entend théoriser progressivement par la pratique l’usage de la bande dessinée en classe. Dans le même esprit, l’article de Baptiste Campion, (« Bande dessinée éducative et éducation par la BD. Des pratiques de terrain à une approche intégrée ». In: Dacheux, Eric, Bande dessinée et solidarités. La BD, un miroir du lien social, L’Harmattan : Paris 2011, p. 137-150) élabore autour de cet objet de recherche que serait la « bande dessinée éducative », au sens de bande dessinée utilisée dans un cadre pédagogique, là aussi sur la base d’usages concrets. Cette approche est sans doute riche mais demeure assez empirique, souvent focalisée sur des études de cas ou localisées au sein de disciplines précises. Surtout, elle conduit à une forme d’instrumentalisation de la bande dessinée, inverse de celle qui prévalait avant 1970, et qui cherche à théoriser les vertus pédagogiques du médium à des fins d’enseignement, plutôt que de penser une vraie « didactique » de la bande dessinée qui, loin de prendre la bande dessinée comme un outil, consisterait à comprendre ses spécificités en termes de transmission des savoirs.

Pour une didactique de la bande dessinée

La réflexion proprement didactique sur la bande dessinée serait la troisième étape d’une évolution ancienne, après le « mépris » et la « méprise ». Nous empruntons ces qualifications au principal promoteur de cette tendance de recherche, Nicolas Rouvière. Le numéro déjà évoqué de la revue Trema propose une interview par Hélène Raux de ce maître de conférences qui a fait de la didactique de la bande dessinée son principal objet de recherche. Il dirige en 2012 un ouvrage important pour notre sujet, Bande dessinée et enseignement des humanités (Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1224>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1224.) qui se penche plus en détail sur les façons d’enseigner la bande dessinée, et les enjeux que pose le média pour la recherche en didactique. Il contient notamment un article de Marianna Missiou (« Un médium à la croisée des théories éducatives : bande dessinée et enjeux d’enseignement ») dont le mérite est d’analyser la bande dessinée au regard des théories éducatives (littératie, multimodalité, intertextualité), et de ne pas éluder la question de la lecture de la bande dessinée.

L’introduction du dernier numéro de Trema par Marianne Blanchard et Hélène Raux résume également très bien les enjeux qui se posent à présent au chercheur sur ces questions de didactique de la bande dessinée, sans doute dégagée d’une vision trop systématique des « vertus » pédagogiques du médium : « Loin d’engager une opération d’instrumentalisation ou de récupération de la bande dessinée au profit d’apprentissages variés sans rapport avec elle, cette réflexion sur les « usages didactiques de la bande dessinée » vise au contraire à interroger rigoureusement les enjeux du choix d’une bande dessinée comme support pédagogique. ». Sont ainsi questionnés, dans le dossier, en plus d’incontournables retours d’expériences, la question de la formation des enseignants, des compétences de lecture des élèves, ou encore celles des spécificités didactiques du médium en terme de transmission des savoirs. Hélène Raux est par ailleurs doctorante et travaille en didactique de la littérature sur la scolarisation de la bande dessinée. Au Canada, les travaux de Virginie Martel et Jean-François Boutin [voir notamment : « La bande dessinée comme vecteur de coopération disciplinaire et éducationnelle ». Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des pratiques professionnelles, Jun 2015, Paris, France, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172145/] témoignent d’une même évolution théorique, en étudiant la transdisciplinarité pédagogique induite par la bande dessinée et ses conséquences sur l’enseignement.

Conclusion et ouverture

Ces dernières années ont montré le réel engouement du corps enseignant envers la bande dessinée, en même temps que les premiers travaux scientifiques en didactique de la bande dessinée. Reste à voir converger les deux mouvements pour que le second puisse enrichir les expériences des premiers. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit aussi d’appuyer la formation des professeurs sur un socle solide de connaissances scientifiques, afin de leur permettre de mieux appréhender l’enseignement de et par la bande dessinée. Il semble néanmoins que, malgré la fin des discours frontalement anti-bande dessinée, elle reste considérée comme un sous-objet didactique dont on peine à mesurer les spécificités. Comme le rappelle Nicolas Rouvière, souvent vue, à tort, comme une lecture « facile », la bande dessinée a trop longtemps été envisagée comme « facilitatrice » pour la pédagogie, sans prendre en considération ses limites et les difficultés posées par son usage. C’est en ce sens que la recherche scientifique pourra accompagner un mouvement pédagogique en faveur de la bande dessinée en classe.

Pour terminer, je livre quelques pistes de ce qui nous semble être des angles morts de la recherche sur bande dessinée et pédagogie.

– il est assez significatif que la connaissance de l’enseignement de la bande dessinée (au sens des écoles d’arts) soit un sujet encore très peu étudié. Là encore, c’est Nicolas Rouvière qui défriche ce sujet en 2014 pour Neuvième art 2.0, mais force est de constater que l’analyse des écoles de bande dessinée, de leur histoire et de leurs pratiques, reste à construire

– l’analyse pédagogique de la bande dessinée gagnerait à croiser davantage le champ, certes encore en construction, de la sociologie de la lecture de bande dessinée. L’intervention de Sylvain Aquatias à l’occasion des RNBD de 2018 est un bon exemple de ce croisement qui permettrait d’aligner pratiques pédagogiques et pratiques de lecture, loin des clichés récurrents d’une lecture facile et populaire.

– la question de la « pédagogie par l’image » aurait intérêt à intégrer davantage la bande dessinée. Si les historiens se sont souvent concentrés sur les discours négatifs à l’encontre du médium, ils ont finalement peu interrogés l’existence, réelle, de bandes dessinées éducatives, et ce depuis le XIXe siècle. On retiendra sur ce sujet l’approche internationale du livre de Marianne Simon-Oikawa et Annie Renonciat, La pédagogie par l’image en France et au Japon. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. URL : <http://books.openedition.org/pur/35199>. DOI : 10.4000/books.pur.35199.) qui constitue un point de départ pour une passerelle potentielle entre recherche sur la bande dessinée, sciences de l’éducation, et étude sur la culture enfantine

– enfin, pour revenir à notre point de départ, il nous a semblé particulièrement flagrant que les approches cognitives et psychologiques, qui ont pourtant trouvé leur place en didactique (en particulier avec les technologies numériques) n’aient pas encore investis le cas de la bande dessinée et des spécificités cognitives de sa lecture. Il semble là que les sciences cognitives et la psychologie ne se soient pas remises du « traumatisme » des années 1950, qui a vu déferler des analyses psychologiques sur les dangers de la bande dessinée rapidement déconstruites par la bédéphilie de la décennie suivante. La revue de psychologie enfantine Enfance citée en début d’article ne contient pas un seul article récent sur la lecture de bande dessinée (à l’exception d’un numéro sur l’enfant-dessinateur). Il y aurait pourtant là matière à enrichir les analyses didactiques de questionnement plus cognitifs qui permettraient de mieux comprendre comment l’enfant lit et interprète la bande dessinée.

Parutions sur Comicalites : représenter l’auteur de bande dessinée

Légende du bandeau : Milo Manara, Giuseppe Bergmann, Casterman, 1980, détail de la page 22 (réédité en 2011 par Drugstore)

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux articles pour compléter une thématique, “Représenter l’auteur de bande dessinée”. Par des choix de corpus extrêmement variés, ils viennent élargir les horizons de la réflexion, commencée dès 2013, sur les enjeux de la représentation auctoriales dans l’art de la bande dessinée.

Après avoir exploré l’autoreprésentation en terres franco-belge avec Catherine Mao, l’autofiction en terres québecoises avec Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, ou bien l’auto-illustration dans les arts graphiques d’Europe Centrale au début du XXe siècle, avec Hélène Martinelli, c’est encore vers d’autres territoires graphiques, et d’autres visions de l’auteur de bande dessinée, que nous amènent les articles de cette nouvelle livraison. Au-delà de la question déjà bien connue de l’autoreprésentation, ils témoignent d’autres enjeux soulevés par le statut de “l’auteur” dans la bande dessinée, et la façon de le représenter. Il ne s’agit plus de se demander comment l’auteur se représente lui-même, mais quel portrait de lui se dessine depuis l’extérieur, et comme ces représentations font passer une vision particulière de la bande dessinée et de la création en général.

Camille Roelens, avec sa proposition intitulée “Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara“, fait intervenir la question de la filiation. En s’appuyant principalement sur la série de Milo Manara Giuseppe Bergmann, (1978-1998) ainsi que sur les quelques albums qui ont vu collaborer ces deux figures majeures de la bande dessinée italienne contemporaine, il détaille la complexité de la relation entre un “maître” et son “élève”. Représenter Pratt permet à Manara de contrôler cette relation et de lui donner du sens. L’article donne un exemple pertinent de “chaîne d’autorisation”, en situant l’auctorialité dans une logique de transmission générationnel.

L’article de Sofiane Taouchichet “Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction” nous transporte au coeur de la création graphique japonaise contemporaine. Excel Saga est un manga avant d’être un anime, et cette dualité est parfaitement exploitée dans la série animée. En nous dévoilant les jeux méta-fictionnels d’une série où l’auteur de la bande dessinée est représenté et son autorité contestée par l’humour et la parodie, l’article met au jour un mécanisme important de la culture transmédiatique contemporaine : la mise en relation constante des médias par l’intericonicité et le recours à la référence.

Le corpus exploité par Zoé Vangindertael n’est pas composé d’oeuvres de bande dessinée mais d’expositions, pour son article intitulé “La représentation muséale de l’auteur de bande dessinée : enjeux d’une dialectique entre l’artiste et l’artisan“. A partir d’une problématique forte (la représentation de l’auteur de bande dessinée au musée oscille constamment entre deux statuts artistiques, l’artisan et l’artiste), elle démontre que le modèle de l’artification ne suffit pas pour comprendre l’évolution du statut de l’auteur de bande dessinée, et sa relation à la notion “d’artiste”.

Cette nouvelle livraison a été supervisée par Benjamin Caraco et Jessica Kohn. Bonne lecture à tou.te.s !

Nous rappelons au passage que les thématiques de Comicalités constituent toutes des appels “ouverts” et peuvent accueillir de nouvelles propositions (comicalites@gmail.com) :

Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : les études éditoriales

Ce mois de novembre 2018 marque le retour de notre série« tendances de la recherche en bande dessinée ». La sortie récente d’un numéro Hors-Série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche nous amène à évoquer cette tendance qui arrive progressivement en France, et annonce un changement important, pour la bande dessinée mais pour l’écriture de la recherche scientifique en général. Nous emprunterons dans cet article beaucoup des réflexions menées dans ses divers travaux par Nicolas Labarre.

Légende du bandeau : Pierre Nocerino, “Carnets de terrain, Gare de normes”, 2013, url :http://socio-bd.blogspot.com/2013/09/carnet-de-terrain-gare-du-nord-episode-1.html

Continuer la lecture de Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Appel à contributions dans Comicalités : Bande dessinée et culture matérielle

Légende du bandeau : Catalogue Glénat, 1986.

La revue Comicalités lance un appel à contributions sur la thématique “Bande dessinée et culture matérielle“.

Modalités pratiques :

Le présent appel à communication est ouvert à tou·te·s les chercheuses et chercheurs, quel que soit leur statut et leur origine. Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court curriculum vitae exposant les axes de recherche.
  • Un texte anonyme en français ou en anglais de 3000 signes espaces compris maximum, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5). Ce texte présentera le positionnement théorique et le corpus retenus, ainsi que les principales conclusions attendues.

Pour chacune des approches présentées ci-dessus, il est possible d’envisager un format différent de celui d’un article : nous acceptons également les entretiens, en particulier avec des professionnels du secteur (éditeurs, imprimeurs, chefs de fabrication, chargés de produits…), des collectionneurs, etc..

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 15 000 (pour les formes brèves) et 40 000 signes (articles plus classiques), espaces compris. Elle doit nous parvenir avant le 25 juin aux adresses électroniques suivantes :

bounthavy@gmail.com

sylvain.lesage@univ-lille.fr

Texte de l’appel :

La notion de culture matérielle suscite depuis quelques années un intérêt renouvelé ; elle offre un cadre conceptuel pour « rematérialiser les principes de notre connaissance[1] », afin de mieux comprendre la manière dont la matérialité des objets culturels de la bande dessinée encadre le rapport au monde des lectrices et des lecteurs. Selon Roger Chartier, « il n’est pas de texte hors le support qui le donne à lire, pas de compréhension d’un écrit qui ne dépende des formes dans lesquelles il atteint son lecteur[2] » ; pas plus que d’autres formes d’expression, la bande dessinée ne peut se penser hors des matérialités par lesquelles elle parvient aux lecteurs, du papier à l’écran, du verre à moutarde à la planche originale, de la figurine en résine au tirage princeps.

Au moment où émergent, avec le numérique, de nouvelles formes de matérialités, peut-être moins visibles, il nous paraît nécessaire de poser la question de l’inscription matérielle de la bande dessinée. Les œuvres de bande dessinée passent en effet par des supports et des objets relevant de circuits techniques et éditoriaux, commerciaux et sociaux, qui conditionnent des usages, encadrent les appropriations, nuancent ou infléchissent les constructions imaginaires. Avant même d’ouvrir un album, la technique de façonnage (cartonné ou broché), le poids du papier, le brillant du pelliculage suscitent un imaginaire et participent à l’élaboration du « pacte de lecture ». Un ouvrage grand format n’offre pas la même expérience de lecture qu’un pocket, une série de comics ne se lit pas de la même manière que le recueil qui rassemble les épisodes. Certains ouvrages jouent d’ailleurs délibérément sur des formes perturbant l’expérience de lecture : Saga de Xam de Nicolas Devil et Jean Rolin se présentait ainsi sous forme d’un très grand format incluant une loupe, indispensable pour discerner tous les détails du dessin[3]. Pour Jean-Christophe Menu, l’édition indépendante avait même développé des formats alternatifs qui marquaient son identité – avant d’être récupérés : le « roman graphique », de ce point de vue, participe bien de cette construction discursive d’un format de publication comme forme stylistique[4].

La culture matérielle de la bande dessinée pose également la question des déclinaisons publicitaires des univers graphiques. Bill Watterson est connu comme l’un des rares dessinateurs de bandes dessinées à avoir refusé de transformer sa série à succès en une suite de produits dérivés. Mis à part quelques objets dont un timbre et un T-shirt, il n’y a pas de marchandises affichant le duo loufoque et spirituel de Calvin & Hobbes. A contrario, un empire du produit dérivé s’est bâti autour de Peanuts, les aventures de Charly Brown et son chien générant 30 millions de dollars de profit annuel en 2016 ce qui place Charles Schulz au deuxième rang du classement des auteurs morts les plus riches.

En Europe, le merchandising de la bande dessinée prend également une part de plus en plus importante au niveau économique. Les droits de Tintin sont gérés par la société Moulinsart qui exploite la figure du petit reporter sous toutes les formes possibles : du coussin à la statuette à collectionner, en passant par le mug ou la lithographie en édition limitée. Les produits dérivés ont pris le dessus sur les ventes d’album puisqu’il n’y a plus de nouvelles publication depuis la mort de l’auteur. Entre 2015 et 2016, le chiffre d’affaire de cette société était estimé à 10 millions d’euros[5]. Du côté des Schtroumpfs, la société IMPS qui gère les droits sur la série a vendu la licence à 700 sociétés dans le monde[6].

La prolifération des objets n’a pas qu’un impact financier : elle transforme également l’expérience du lecteur et l’image de l’œuvre initiale. Ce sont d’ailleurs les raisons avancées par Watterson pour refuser les contrats de licence. Mais nombre d’auteurs font le choix inverse. Comment, dès lors, évolue la perception de l’œuvre ? Qu’est-ce que Mickey pour un enfant qui a d’abord connu la souris aux grandes oreilles sous forme de chaussettes ? En quoi le premier élément matériel d’entrée dans le monde de fiction influe-t-il sur la perception de l’univers imaginaire ? Il serait vain dans ce cadre de faire de ces produits dérivés de simples versions abâtardies d’une œuvre graphique, et d’opposer schématiquement production et consommation, dimension économique et distribution sociale tant, comme l’analysait déjà Karl Marx, « la production est immédiatement consommation, la consommation est immédiatement production[7] ».

Outre son impact sur la réception, le merchandising influe également sur les processus de création. Que Todd McFarlane ait à la fois créé sa maison d’édition (Todd McFarlane Productions)[8] et une société de jouet (McFarlane Toys en 1994) n’est ainsi pas anodin. Du côté japonais, la création de la série transmédia Evangelion est liée à l’industrie du jouet : la forme du robot a été pensée à partir des retours des sociétés de ce secteur. Étant donné l’importance des ventes de licences, il serait intéressant de voir de quelle manière les éditeurs ou les potentiels partenaires commerciaux influencent l’aspect des personnages ou orientent le récit au moment de sa création. Il s’agit de montrer dans quelle mesure le support et la culture visuelle modifient le monde fictionnel et sa réception en dehors de ce qui aurait pu être prévu par les instances du marketing ou les ayant droits dans une stratégie transmédia.

Ces usages publicitaires et l’insertion de la bande dessinée dans une économie de produits dérivés n’a rien de récent. Comme le souligne Michael Rhode, de nombreuses bandes dessinées ont été élaborées comme supports publicitaires et bien des titres pratiquent la technique du placement de produits[9]. Ces usages n’ont rien de secondaire : Ian Gordon avait montré à quel point, dans les années 1920-1930, la bande dessinée participe de la construction d’une société de consommation. Gasoline Alley, par exemple, peut être perçue comme une réflexion sur la manière dont l’automobile façonne les rapports sociaux et affecte le rapport au langage[10].

Nous cherchons moins à appréhender la médiation éditoriale à travers la matérialité de la bande dessinée[11] qu’à interroger la multiplicité des supports et leurs apports au niveau de la réception. Plutôt que d’étudier l’écart d’une adaptation ou d’un produit dérivé par rapport à une œuvre originale, plutôt que d’analyser la narrativisation qui accompagne le passage d’un média à l’autre, ce dossier se penchera sur la manière dont le support matériel introduit des modifications dans la perception de la fiction, qu’elles soient narratives, graphiques, etc. Afin d’explorer ces thématiques, nous suggérons les axes suivants :

1. Les matérialités de la bande dessinée

Le premier axe invite à se pencher sur les formes matérielles par lesquelles s’opère la médiation entre une œuvre et ses lectorats. En quoi les différentes formes de publication peuvent-elles influer sur la réception d’un récit par les lectrices et les lecteurs ? Il s’agira ici d’envisager les supports de publication comme des objets faisant l’objet d’investissements matériels divers. De quelle manière, par exemple, les éditeurs jouent-ils sur les formes du livre afin de segmenter leurs publics ? En quoi la multiplication des tirages de tête et des ex-libris témoigne-t-elle d’une rematérialisation précieuse de la bande dessinée ? On envisagera également la manière dont les auteurs s’approprient les formes de publication et travaillent à en transgresser les contraintes, que ce soit sur papier ou sur supports numériques. Quelle est l’implication de l’auteur dans la réalisation de l’objet livre et ses produits dérivés imprimés ?

Outre les pratiques d’édition distinctives, il serait également intéressant d’interroger les pratiques de l’édition patrimoniale et bédéphilique. En quoi l’engouement pour les planches originales a-t-il transformé les pratiques d’édition ? Quels sont les codes graphiques spécifiques permettant de “faire patrimoine” ?

Il nous semble nécessaire également d’interroger les pratiques de collection à l’aune d’un angle matériel : quels objets sont collectionnés ? Quels rapports les collectionneurs entretiennent-ils avec les objets collectionnés ?

Enfin, on interrogera également la matérialité de la recherche en bande dessinée : quels problèmes pratiques fait surgir le recours aux microfilms ? En quoi l’accès à des collections numérisées affecte-t-il les questionnements ou les méthodes de travail ?

2. Produits dérivés

Le deuxième axe suggéré s’attache aux produits dérivés, et à la manière dont l’insertion croissante de la bande dessinée dans des industries culturelles peut en affecter la création et la réception.

Afin d’éclairer les processus de création et les liens entre secteur de l’imprimé, industries du jouet et ventes de licences (pour différents types d’adaptation), il serait intéressant de détailler les relations économiques ou juridiques entre les différents supports. Dans son étude ethnologique, Ian Condry avait montré de quelle manière les créateurs japonais travaillaient de manière collaborative afin de déployer un univers de fiction sur plusieurs médiums. Il serait intéressant de poursuivre ces pistes en étudiant des titres élaborés en Europe ou dans d’autres pays. On pourra également se demander dans quelle mesure la visual culture d’une époque donnée influence la représentation du monde dans la bande dessinée.  En quoi les pratiques publicitaires et les graphismes en vogue modifient l’image d’un personnage pour le rendre plus attirant pour le nouveau lectorat ? De quels sens, de quelles fonctions les lecteurs investissent-ils les statuettes, les affiches…

Si dans les années 1940, Les Aventures de Tintin étaient essentiellement connues comme une bande dessinée, de nos jours le premier contact du jeune public avec le héros à la houppe est visuel et lié au merchandising, le support BD arrivant souvent en second. Quel est l’impact sur la lecture quand on commence à connaître l’univers de fiction par le biais de jouets ? Dans le jargon du marketing, le co-branding correspond à l’alliance temporelle de deux sociétés pour la création d’une série de produits ou une campagne publicitaire. En quoi le co-branding sert-il ou non la bande dessinée ? De quelle manière les impératifs du marketing et contraintes liées aux univers de fiction originaux modèlent-ils la bande dessinée ?

Cet axe vise également à explorer la manière dont se négocie le trait dans les industries culturelles : comment le merchandising transforme-t-il (en figeant, en allégeant, en remodelant) des graphismes d’auteurs (ou de séries), en passant de la planche à dessin au volume de l’objet ?

3. La consommation des objets dans la bande dessinée

Enfin, le troisième axe interrogera la manière dont la bande dessinée met en scène un univers de la consommation, en prolongeant les travaux de Ian Gordon. On prêtera notamment une attention particulière à la bande dessinée enfantine et à la manière dont la lecture peut initier aux mécanismes de la consommation. On s’intéressera également aux usages directement publicitaires de la bande dessinée, en particulier aux stratégies narratives déployées. De Malabar à Pistolin, la publicité a constitué une ressource importante pour nombre de dessinateurs, voire un laboratoire graphique. En quoi la bande dessinée publicitaire constitue-t-elle un creuset de renouvellement graphique ?

On s’intéressera enfin aux appropriations critiques de l’imaginaire visuel de la consommation. Dominique Pety avait montré de quelle manière le roman du XIXe siècle témoignait de la prolifération des objets et des collections, structurant l’intrigue et l’espace romanesque, formant une esthétique[12]. On pourra s’interroger sur la représentation des produits de consommation dans la bande dessinée et ses effets narratifs ou graphiques. Ainsi, Saison brune de Philippe Squarzoni repose largement sur la remédiation des codes graphiques de la publicité, et constitue une forme de pensée critique de l’image par l’image.

[1] Roche Daniel, Histoire des choses banales: naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1997, p. 9.

[2] Chartier Roger, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2015, 406 p.

[3] Rolin Jean, Devil Nicolas, Saga de Xam, Paris, Losfeld, 1967.

[4] Menu Jean-Christophe, Plates-Bandes, Paris, l’Association (coll. « Éprouvette »), 2005, p. 37.

[5] Olivier Wurlod, “Tintin a une cote d’enfer”,  Tribune de Genève, 18 novembre 2016, https://www.tdg.ch/economie/Tintin-a-une-cote-d-enfer/story/24760321

[6] Sofia Cotsoglou, « Les héros de BD rapportent gros », RTBE.be, 18 octobre 2017, https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_les-heros-de-bd-rapportent-gros?id=9739704

[7] Marx Karl, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, trad. fr 1977, p. 156.

[8] Todd McFarlane Productions est créée sous l’égide d’Image Comics, société regroupant six maisons d’éditions indépendantes.

[9] Rhode Michael, « The Commercialization of Comics: A Broad Historical Overview », International Journal of Comic Art, Fall 1999, vol. 1, no 2, p. 143‑170.

[10] Gordon Ian, Comic strips and consumer culture, 1890-1945, Washington D.C., Smithsonian Institution Press, 1998, 233 p.

[11] Cette perspective avait été envisagée dans la revue Communication & langages. Voir Pauline Escande-Gauquié, Emmanuël Souchier, « Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états », Communication & langages 2011/1 (N° 167), p. 17-29.

[12] PETY Dominique, Poétique de la collection au XIXe siècle : Du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010.

Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

La parution à l’hiver 2017-2018 des deux premiers albums de la collection « L’Histoire dessinée de la France », coédités par l’éditeur académique La Découverte avec La Revue Dessinée, est le marqueur fondamental d’un phénomène de plus grande ampleur : l’engouement croissant de la communauté scientifique des historiens pour la bande dessinée. C’est cette tendance que nous souhaitons analyser aujourd’hui, en nous concentrant non pas sur l’histoire de la bande dessinée (qui demeure un parent pauvre de la recherche scientifique), mais sur l’histoire par la bande dessinée…

Voir le chapitre suivant : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Légende du bandeau : tomes 1 et 2 de la série Histoire dessinée de la France, co-édition La Découverte et La Revue Dessiéne (2017-2018)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Le hasard calendaire des parutions scientifiques fait que le numéro 78 de la revue Agora débats/jeunesse consacré à « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » et dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier et Julien Fuchs sort juste un mois après notre propre dossier dans Comicalités, dirigé par le même groupe de chercheurs. Cette parution simultanée est une bonne occasion d’examiner plus en détail, par une comparaison entre les deux dossiers, ce qu’apporte la thématique « sportive » à la recherche sur la bande dessinée.

Continuer la lecture de Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Faisant suite à la publication de l’article “De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru” de Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, paru dans la récente thématique “Bande dessinée et sport“, Comicalités publie une intuition de recherche préparée par les trois auteurs pour approfondir les rapports entre l’oeuvre graphique de Baru et la violence dans le(s) sport(s). Les trois auteurs se sont interrogé sur la place de la femme dans ce diptyque sport et violence. Nous reproduisons leurs réflexions ci-dessous. (NB : nous remercions Baru pour l’autorisation de diffusion de l’entretien et des images.)

Les filles et les femmes, grandes absentes de la pratique sportive : les « non-dits graphiques » d’une autre forme de violence ?

Il est avéré que les filles sont les grandes oubliées des pratiques sportives dans les albums de Baru. Avec honnêteté et réalisme, l’auteur s’accorde avec les travaux historiques qui montrent que la place des filles et des femmes est réduite à la portion congrue dans un univers où le sexe du sport est masculin (DAVISSE, LOUVEAU, 1991). Dès l’enfance le sport est une pratique réservée aux mâles. Dès l’école primaire, dans les représentations collectives, l’exclusion de fait des filles de la scène sportive s’impose comme une évidence. Dans Les années Spoutnik, Lorsque Leïla, l’amie d’Igor, propose de remplacer le gardien de but blessé lors d’une partie opposant les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas », l’ensemble de ses camarades s’y oppose à l’unanimité, alors que pourtant, aucun volontaire ne s’est déclaré pour le poste vacant.

Image 1 : Les filles hors-sport. (Baru. Les années Spoutnik, tome 1 : le penalty. Casterman, 1999, p.42. ©Baru/Casterman

Dans une société qui sépare nommément garçons et filles, Baru s’emploie à décrire la réalité sociale où les femmes sont encouragées à rester au foyer pour s’occuper des tâches ménagères et où les enfants fréquentent des écoles séparées. De ce fait, l’absence de mixité sexuée se répercute également dans les jeux sportifs mais également non sportifs. Les camarades masculins de Leïla sont très étonnés que cette dernière décide de prendre part à leurs jeux de garçons.

Image 2 : Les filles hors-jeu. Baru. Les années Spoutnik, tome 3 : Bip bip !. Casterman, 2002, p.40. ©Baru/Casterman

A l’adolescence, le processus se poursuit. Les filles sont les absentes de la scène sportive. Lorsque dans les différents chapitres de La piscine de Micheville, les adolescents s’adonnent à la natation, au football ou au volley-ball sur la plage, systématiquement, l’enjeu est soit de séduire les demoiselles de leur âge, soit de se défouler pour oublier que justement, parce qu’elles évoluent dans des espaces séparés, les jeunes filles demeurent des objets de convoitise momentanément inaccessibles.
A l’âge adulte, alors que les héros de Baru s’adonnent à la pratique de la boxe, bien entendu les femmes qui les côtoient en sont exclues (Il est vrai que Baru ne risque pas l’anachronisme. La boxe féminine ne se développe qu’à partir des années 1990 et ne deviendra sport olympique qu’en 2012 à Londres.). Plus encore qu’à l’adolescence, les femmes sont les objets du désir de ses boxeurs. Mais à chaque fois, Baru leur fait jouer un rôle ambigu : que ce soit Sarah dans Le chemin de l’Amérique ou Anna, dans L’enragé, les deux héroïnes ne se retrouvent pas sur le chemin de Saïd Boudiaf ou d’Anton Witkowski simplement en raison des hasards du destin. En réalité, elles sont instrumentées, soit par un parti politique, soit par un manager adverse. Leur relation au héros ne peut manquer d’être particulièrement complexe, dans la mesure où même si elles en tombent amoureuses, elles sont également missionnées pour les trahir. Peut-on pour autant parler de violence symbolique faite aux femmes, dans la mesure où en enrichissant leur rôle, il leur permet de dépasser leur statut de femme complaisante attendant sagement au foyer le retour du héros. En ce qui concerne leur rôle par rapport à la boxe, il est réduit à la portion congrue. Les femmes sont contraintes de supporter l’attente entre deux combats, de vivre les incertitudes et humeurs de leurs conjoints liés aux entraînements et aux échéances, d’attendre le retour du champion sans pouvoir jouer un rôle influent.

Image 3 : Les femmes dans l’attente du retour du champion. Baru. L’enragé. Tome 2. Dupuis, 2006, p.85. ©Baru/Dupuis

Ce faisant, Baru s’inscrit dans une logique inhérente à la sphère, dans laquelle couronner le vainqueur reste l’apanage des femmes (LOUVEAU, 1991, p.135-141). Le sexe féminin reste la première victime de la violence symbolique du sport (VIGARELLO, 2001).
Alors, si l’on s’en tient à la place des femmes vis-à-vis des pratiques sportives, on peut souscrire à l’argumentation suivante : Baru est effectivement un témoin attentif de son temps, qui relate avec fidélité les usages et les représentations sociales en vigueur concernant le rôle assigné à chaque sexe. Dans les années 1950 ou 1960, les fillettes, adolescentes ou jeunes femmes sont majoritairement exclues de la pratique sportive, tout comme elles sont de fait exclues de beaucoup de jeux propres aux garçons. Dans les années 2000, les femmes restent à distance de la scène sportive, même si Baru leur offre de jolis rôles en jouant sur une dualité qui évite de les cantonner au rôle de simple fantasme masculin. La place des femmes dans les scénarii de Baru est conforme à celle qu’il a connue lors de sa jeunesse et celle qui reste en vigueur dans la société actuelle.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (sous la direction de). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.

“Bande dessinée et sport”, une nouvelle thématique dans Comicalités

L’équipe de Comicalités a le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle thématique : “Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d’un univers normé ?“.

Dirigée par Sébastien Laffage-Cosnier  et Christian Vivier (Université de Bourgogne-Franche-Comté, EA 4660), cette thématique explore un sujet original, à la frontière entre les études sur la bande dessinée et les sciences du sport, afin d’ouvrir l’exploration des cultures graphiques à de nouveaux domaines scientifiques. La thématique reste ouverte à des propositions ultérieures.

Les études réunies pour Comicalités se concentrent sur la question du rapport à la norme. Comment la bande dessinée représente la norme sportive ? Comment la subvertit-elle pour son propre usage ? Comment l’utilise-t-elle pour proposer une forme de contestation sociale ? C’est à ces questions que vont répondre les différents auteurs à travers leurs propositions :

Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier, « Introduction : Quand le 9e art se joue du sport » (présentation de la thématique et synthèse historiographique du domaine)

Christophe Meunier, « Échange de passe et lutte de places dans Max Winson de Jérémie Moreau. Les territoires du sportif dans la bande dessinée. »

Denis Jallat et Yann Descamps, « Aux limites du réel : le terrain vague et la palissade du Bicot de Branner »

Patrick Legros, « Les Pieds Nickelés et la petite reine. Déviance sportive et conflictualités sociales. »

Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru »

Antoine Marsac, « Des sportifs embarqués dans l’aventure en canoë. Narrations visuelles et normes sociales. »

Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud, « La sportivité des techniques corporelles d’un héros éminemment moderne : Rahan. Le nouvel âge des sports… farouches. »

La publication de la thématique “Bande dessinée et sport” dans Comicalités répond à trois exigences de la revue. Elle encourage la collaboration entre des chercheurs venus de domaines différents. Elle démontre, s’il le fallait, que le champ d’étude de la culture graphique peut venir nourrir les recherches de disciplines en apparence très éloignés, en l’occurrence les sciences du sport. Elle ouvre les études sur la bande dessinée à des perspectives originales, dans son rapport à la société, à la représentation des normes, à la subversion, au(x) corp(s), à la spatialité et la territorialité… Autant de pistes que nous espérons fécondes d’études nouvelles !

Il est ainsi démontré, s’il le fallait, que la bande dessinée sait (et a toujours su) porter un discours sur le réel, sur le contemporain, sur la société dans tous ses aspects. Le travail du chercheur est aussi de décoder toute la diversité de ces discours…

Crédits de l’image d’en-tête (de gauche à droite et de haut en bas) : Théo Calméjane, Jeu décisif, Glénat, 2017 // Guillaume Bouzard, Football Football, saison 1, Dargaud, 2007 // Robin Walter, Prolongations, Editions des Ronds dans l’O, 2014 // Jérémie Moreau, Max Winson, tome 1 : La Tyrannie, Delcourt, 2014 // Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris, Mon père était boxeur, Futuropolis, 2016 // Pellos, Les Pieds Nickelés au Tour de France, Société Parisienne d’édition, 1956 // André Chéret et Roger Lecureux, Rahan, L’Intégrale tome 3, Editions Lecureux, 2008 // Baru, Jean-Marc Thévenet, Daniel Ledran, Le chemin de l’Amérique, Casterman, 2010 (première édition 1998) // Timothé Le Boucher, Les vestiaires, La boîte à bulles, 2014