Archives par mot-clé : reportage

Un art documentaire : enjeux esthétiques, politiques et éthiques

Aline Caillet et Frédéric Pouillaude de l’Université Paris-Sorbonne lancent un appel à communication intitulé : « Un art documentaire : enjeux esthétiques, politiques et éthiques ». Cette proposition nous invite ainsi à interroger une « pratique documentaire » qui, aux dires de l’appel à communication qui nous reproduisons ci-dessous, « traverse la modernité artistique et ne cesse de l’interroger » en faisant notamment émerger un paradoxe. Celui-ci est par exemple clairement formulé dans le passionnant livre d’Olivier Lugon, Le Style documentaire (éditions Macula) : comment des images se présentant sur le mode de l’enregistrement en adoptant des procédés consistant presque à nier leur nature photographique (poses, lumières ou cadres étant pensés à l’aune d’une neutralité) parviennent-elles à s’affirmer en tant qu’art ? La question du « style » ou de « l’artisticité » d’œuvres prétendant témoigner et montrer pose en effet d’emblée un problème que le dessin nous invite pour le coup à clairement reformuler : se situant au-delà d’un régime pictural « indiciel » se rapprochant de la preuve, il nous invite en effet à penser le document sur un autre registre. Documentation, attestation, témoignage : autant de procédés par exemple utilisés dans le cas des reportages dessinés qui fleurissent aujourd’hui dans les mook ou des livres de bandes dessinées dont l’un des ancêtres pourrait être Rural ! d’Etienne Davodeau… Le narrateur s’y représente parfois directement, y expose ses méthodes (comme dans le cas de Joe Sacco) et développe ce faisant une certaine esthétique permettant d’avoir « affaire à des êtres réels, des faits authentiques, que l’on ne saurait manipuler en toute impunité ». Nous laissons à nos lecteurs le soin d’explorer cette piste avant le 31 octobre prochain.

La question de la pratique documentaire traverse la modernité artistique et ne cesse de l’interroger. Élément hétérogène et perturbateur, le document a souvent été utilisé, dans la représentation picturale, théâtrale ou littéraire, comme outil de remise en question de l’autonomie de l’art et de la clôture qui souvent guette la représentation. De façon plus radicale, des arts comme la photographie ou le cinéma ont érigé l’enregistrement du réel en paradigme esthétique, suivant en cela l’idée moderniste d’une vocation spécifique des médiums.

Un tel parti pris du document pose la question de la place de l’art dans une forme qui se propose comme fenêtre ouverte sur le monde. Comment concilier la transparence et l’artisticité, sans accorder pour autant le statut d’art à tout ce qui reproduit le monde visible ? Réciproquement, toute relation artistique au réel peut-elle être qualifiée de documentaire ? Cette double question amène à poser le problème de la nature et de la possibilité d’un « art documentaire ». Là se situe l’un des enjeux que le présent colloque se propose d’aborder.

Par « art documentaire », nous entendons un faisceau de pratiques qui, ayant pour objet la représentation du réel, ne cessent pour autant de s’interroger quant à leurs conditions d’artisticité et qui, tout en participant de l’autonomie moderniste, en redéfinissent cependant les contours. La philosophie de l’art, ne reconnaissant bien souvent comme proprement artistique que l’invention fictionnelle ou l’élaboration formelle, a implicitement sorti l’opération de représentation du champ artistique, et en cela écarté la possibilité d’un art documentaire. Il s’agit dès lors de remettre au centre de l’analyse un tel objet, trop longtemps négligé, et ce dans un contexte de renouvellement et d’extension des pratiques documentaires, manifeste ces quinze dernières années.

La focalisation sur la structure et les enjeux de la représentation ne doit cependant pas oblitérer les pratiques de présentation brute du document, qui se sont elles aussi multipliées, notamment dans une optique anthropologique analysée par Hal Foster dans son article « Portrait de l’artiste en ethnographe ». Dans quelle mesure un art documentaire peut-il relever d’une simple esthétique de la présentation ? Jusqu’où et à quelles fins peut-on manier les documents ? Peut-on même aller jusqu’à en fabriquer de faux ?

De telles démarches soulèvent de nombreux problèmes épistémologiques et éthiques. Faire œuvre documentaire, c’est avoir affaire à des êtres réels, des faits authentiques, que l’on ne saurait manipuler en toute impunité. S’opposent ici le plan formel de la poïétique et le plan moral de la praxis. De ce point de vue, les débats ont été vifs et souvent très polémiques entre les partisans d’une pratique documentaire « restreinte » qui s’en tient à la factualité des événements, et ceux d’une pratique « élargie » qui a recours à l’invention et l’imagination, non pas nécessairement pour s’éloigner du réel mais plutôt pour en combler les manques et les zones d’ombre. Mais peut-on pour autant faire fiction de tout ? On connaît l’impératif catégorique énoncé par Jacques Lanzmann sur la Shoah : ni archives, ni fiction, seuls les témoignages et les mises en situation. Même si toutes les fictions ne se valent pas et qu’il importe d’en distinguer différents régimes, demeure néanmoins la question d’une part « infictionable » du réel, au nom de l’exigence à la fois morale et épistémologique du respect de la vérité.

À cela on pourra objecter que toute représentation du réel, aussi neutre et objective soit-elle, s’adosse toujours à une ontologie, une épistémologie et une méthodologie, au moins implicites, qui mettent en jeu une construction du réel et une certaine « manière de faire le monde ». Dès lors, il apparaît que cette « factualité du réel », si elle doit être maintenue à l’encontre de toutes les dérives visant à la nier, doit cependant être interrogée et repensée.

De surcroît, si certains faits semblent « sauter aux yeux » et surgir dans leur évidence, des pans entiers de ce qui constitue aujourd’hui notre réalité semblent se dérober à l’appréhension et la reconnaissance immédiates. Flux financiers, abstraction des échanges économiques, dématérialisation des relations interindividuelles… Autant de phénomènes qui échappent à l’expérience sensible et à la perception directe, et constituent des défis à la représentation appelant à l’invention de nouveaux dispositifs. Paradoxalement, dans le même temps, les images du réel, à la faveur de la multiplication des moyens de captation (de la caméra portée des années 60 à Google Earth), n’ont cessé de s’étendre, de se diffuser et d’être toujours plus accessibles.

Ce double mouvement entraîne nécessairement une requalification et un repositionnement de la pratique documentaire. Si celle-ci s’est définie comme une pratique visant à accroître la part visible du réel, à faire entrer dans le champ de la représentation des sujets et objets qui n’y avaient pas part, force est de constater qu’aujourd’hui cette part invisible est réduite. Un art documentaire ne serait-il pas aujourd’hui celui qui interroge de manière réflexive ces différentes formes d’(in) visibilité pour tenter au moyen de l’art de les distinguer du flux des images ?

Axes privilégiés dans ce colloque :

  • Documentaire et modernité
  • Réalisme ontologique et réalisme artistique
  • Dimension réflexive de la pratique documentaire
  • Documentaire et autonomie de l’art
  • Théories (analytiques et/ou pragmatistes) de la représentation : rapports représentation/fiction/réalité
  • Enregistrement, transparence et artisticité
  • Le retour du réel dans l’art contemporain (Hal Foster)
  • Documentaire et écriture de l’histoire : archives, images, fictions
  • Théâtre documentaire et performance
  • Documentaire et nouvelles formes d’invisibilité : quelle forme donner à ce qui échappe à la perception ?
  • Fabrique du documentaire : dispositifs, artifices, subterfuges

Comité scientifique

  • Aline Caillet (Université Panthéon-Sorbonne)
  • Frédéric Pouillaude (Université Paris-Sorbonne)

Modalités de soumission

Les propositions de communication aborderont un ou plusieurs des axes mentionnés ci-dessus, et porteront principalement sur les pratiques documentaires de ces trente dernières anénes, inscrites dans l’un ou l’autre des champs artistiques suivants : arts visuels, cinéma, littérature, performance, photographie, théâtre et vidéo.

Elles pourront émaner d’artistes, de critiques d’art et de chercheurs (y compris doctorants).

Les propositions n’excéderont pas 600 mots et seront accompagnées d’une courte biographie.

Les propositions sont à envoyer à Aline Caillet (Université Paris 1) et Frédéric Pouillaude (Université Paris-Sorbonne) ; email : unartdocumentaire@gmail.com

avant le 30 octobre 2014.

Réponse : 1er décembre 2014

Le colloque aura les mercredi 3, jeudi 4, vendredi 5 juin 2015 à Paris.

 Contacts

  • Aline Caillet et/ou Frédéric Pouillaude courriel : unartdocumentaire [at] gmail [dot] com

Frontières de la chronique

 La revue portugaise d’études françaises Carnets lance un appel à communication intitulé : « Frontières de la chronique ». Cette proposition nous invite ainsi à réfléchir à un genre se situant, aux dires de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, « entre la mémoire de longue durée, la peinture du passage du temps et la saisie du moment ». Et même si ne sont ici mentionnées (flagrant manque d’imagination) que des formes textuelles, il est toutefois possible de s’intéresser aux formes graphiques de ce singulier exercice constituant finalement des récits par le moyen d’un « passage » et de moments. Il serait par exemple possible de s’intéresser, dans une optique « historique », au Feuilleton du siècle de Willem publié aux éditions Cornelius, mais également à l’œuvre singulière de Guy Delisle. Shenzhen, Pyongyang ou Mémoires de Jérusalem semblent en quelque sorte incarner la quintessence de la chronique, et ce dernier exemple notamment pose un problème des plus intéressants. Si l’auteur s’empare d’un sujet grave, c’est en effet à travers un récit pour le moins étonnant : celui d’un personnage-narrateur qui n’est finalement que de passage et semble découvrir, sans cesse curieux et étonné, les mœurs et coutumes de contrées ravagées par la guerre. Touriste plus que témoin, observateur plus qu’acteur, débonnaire plus qu’en colère : se situant aux antipodes de la position d’une Joe Sacco traitant du même sujet, cette étonnante position est peut-être au plus proche de la forme de la chronique et sa forme graphique (proche de la caricature) mériterait certainement d’être explorée plus avant. Nos lecteurs seront libres d’explorer ou non cette piste avant le 15 mai prochain.

Frontières de la chronique

Carnets, revue électronique d’études françaises

Carnets — French studies e-journal

*  *  *

 

Issue du rapport entre la parole et le temps et, plus spécifiquement, du déplacement du réel dans l’écriture, la chronique est partagée entre la mémoire de longue durée, la peinture du passage du temps et la saisie du moment.

Portant sur la conscience du temps qui passe ou la mise en évidence de l’actualité et du quotidien, mais aussi bien sur la quête des origines et la mythification de l’histoire, la chronique littéraire est un genre qui ne cesse d’évoluer et de s’adapter aux mutations des perceptions du temps. De la représentation d’un temps chronologique et de l’enregistrement des faits historiques, pour la glorification du présent (ainsi, par exemple, dans les grandes chroniques ou les chroniques à portée plus biographique ou mémorialiste du Moyen Age), à l’instantané de la pensée et de la vie, qui fait de ce genre celui de l’expérience personnelle; de la subjectivité du regard sur le temps aux perceptions partagées du monde, dans les correspondances ou la presse; entre l’érudition et la conversation; entre l’éloge des patrons et des commanditaires ou le mécénat ; entre une fonction sociale de grande portée et la consommation de masse; de la forme indépendante à l’insertion ou à l’adaptation à d’autres formes génériques; la chronique est un genre infiniment malléable et hybride où se mêlent le fait et la subjectivité de celui qui témoigne de son temps, le souci du réel et la critique.

S’agit-il d’écrire le temps du monde ou le temps du moi? La chronique est-elle un genre littéraire ou historique? Ou ne serait-elle pas plutôt une forme transgénérique, témoin paradigmatique de l’éclatement des genres? Quelles sont les fonctions de la chronique? Quelles en sont les formes, les métamorphoses ou les déformations?

Que vous soyez spécialiste de littérature française médiévale, classique, romantique, réaliste ou surréaliste, ce genre ne saurait manquer de vous concerner et de vous interpeller, car il traverse toutes les époques et tous les courants.

Nous vous invitons donc à réfléchir à la chronique en tant que genre littéraire et à ses frontières avec d’autres genres et même d’autres domaines tels que l’histoire, le journalisme ou la critique, selon différents axes thématiques ou formels. Il s’agirait ainsi:

Soit de proposer une réflexion théorique sur la chronique en tant que genre littéraire, en posant la question de son statut et de ses frontières avec d’autres genres, comme l’essai, les genres épistolaires, voire avec des genres plus fictionnels comme le conte, la nouvelle ou le feuilleton littéraire ; sans négliger sa remarquable capacité d’intégration à d’autres genres tels que le roman, ou même la poésie, le poème en prose en particulier.
Soit de vous intéresser à la chronique à des époques singulières : Moyen Age (les Chroniques, les Chroniqueurs…) ; XVIème siècle (Chroniques Gargantuines, Essais de Montaigne, littérature populaire…) ; XVIIème siècle (Lettres de Mme de Sévigné, Mémoires de Saint-Simon…) ; XVIIIème siècle (critique d’art de Diderot, écrits de toute sorte des philosophes…) ; XIXème siècle (révolution du genre avec le développement sans précédent de la presse et de la critique) ; et, bien évidemment, les XXème et XXIème siècles, que l’on peut considérer comme un nouvel âge d’or de la chronique.

Modalités de soumission

Taille des articles: maximum 40.000 caracteres (espaces inclus)

Délai de soumission des propositions d’articles : 15 mai 2014

Organisation: APEF (Association Portugaise d’Études Françaises)

Contact: carnetsapef@gmail.com

Protocole de rédaction avec les consignes de mise ne page 

Face, Faces, The Phenomenology of the Face

Plusieurs chercheurs du College of Saint-Rose (Albany, USA) lancent un appel à communication intitulé : « Face, Faces, The Phenomenology of the Face ». Cette proposition concerne tous les chercheurs s’intéressant au visage « en tant qu’objet phénoménologique, social, culturel, esthétique, visuel, littéraire, philosophique, sémiotique, historique ou textuel » (notre traduction de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous). Des chercheurs s’intéressant au dessin et à la culture graphique pourraient ainsi mener dans ce cadre de nombreuses réflexions, portant tout aussi sur l’art du portrait (pensons par exemple aux très nombreux dessins ou aquarelles d’Eugène Delacroix) que sur celui de la bande dessinée. Le visage y joue parfois un rôle prépondérant et semble même rentrer dans certaines stratégies discursives qu’il serait intéressant d’étudier. Pensons par exemple à l’œuvre d’Hector G. Oestherheld et Francisco Solano Lopez (L’Eternaute) dans laquelle sont reproduites pages après pages et en très gros plan nombre de visages angoissés, comme si l’humanité assiégée ici décrite n’était plus que facies. Ou encore au travail de Joe Sacco, et notamment à Gaza 1956, au sein de laquelle sont présentés de face, sur le mode de la photo d’identité, les visages des témoins permettant au narrateur de reconstituer les funestes événements ici relatés : attestations, cautions, invites au lecteur, ces images ne sont pas sans rappeler les photos que réalisa Walker Evans durant la grande dépression au sein desquels les modèles posaient volontiers face à l’objectif, sans aucun artifice. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste avant juin prochain.

 « Face, Faces, The Phenomenology of the Face »

October 19-22, 2014, Athens, Georgia, The Foundry Inn

In his Theory of the Film (1952), Bela Balázs wrote that “[f]acial expression is the most subjective manifestation of man, more subjective than speech.” In the close-up, the Hungarian film theorist and writer saw an image unbound by time and space, thus identifying the point at which the film image could become a concept, a supremely expressive unit of signification closer than other types of images to thought. In contemporary visual culture, the visibility of the face is a given, and some would perhaps claim that its presence has become almost ubiquitous. Consider for instance that in 2013 Oxford Dictionaries named selfie the word of the year. Yet despite its cultural pervasiveness, the face remains a curiously overlooked subject of research in the humanities and social sciences.

For this conference, we invite papers from any discipline that engage with faciality and the face as a phenomenological, social, cultural, aesthetic, visual, literary, philosophical, semiotic, historical, and textual object. Particularly welcome are discussions that explore the concept and materiality of the face in the arts, with their rich traditions for representing faciality – photography, cinema studies, art history, literature, dance, theatre and performance, and social media and the digital arts. As an aesthetic category spanning a range of different media, the face often seems potentially self-referential. When drawing attention to itself, the face may become a source of opacity which inhibits the hermeneutic flow, something which strips away all context until the only thing we are left with is its sheer material presence. The filmic face is also enigmatic. The film theorist Richard Rushton (2002) has observed that we tend to suppose that the face is hiding something, that it represents “a surface haunted by intimations of concealment, interiority and exteriority.” Taking the impenetrability of the face as its point of departure, then, this conference encourages submissions on a variety of topics relating to the face and faciality, including but in no way limited to the following: the close-up and its long history in the moving arts (i.e. Dreyer, Bergman, Warhol, Cassavetes, Leone, Godard, Pasolini, Tarkovsky, Egoyan, Assayas and Kiarostami, to name just a few); the face as a mask (the poker face or blackface, but also in Heidegger’s conception of the image—the Latin imago—as a death mask); the face as a site of ethical encounter in the philosophy of Levinas (face-to-face); Deleuze’s notion of the affection-image, or his study of the dismantling of face in the portrait paintings of Francis Bacon; the cinematic reaction shot; the culture of Facebook and the “selfie;” the portrait genre throughout art history; the face as pure surface or exteriority (the face of the earth); the face in relation to ethnicity/race/gender; the digital interface; the various permutations of the look/the gaze/the glance; the face and sexuality; the face of/face and disability; iconicity and the face; the face and ethics; the veiled face; the face and iconophobia – etc.

Proposals of 150 to 300 words on the conference theme should be submitted to Mark Ledbetter, ledbettm@strose.edu by June 10, 2014.  Conference organizers are looking for 30 -35 participants for the two and a half day conference in Athens, Georgia.  The conference will be held at the Foundry Inn in downtown Athens.  This conference is a continued partnership between the Nomadikon Center for Visual Culture, Bergen, Norway and The Center for the Ethics of Seeing, Albany, New York.  We invite traditional academic papers, performance pieces, and all other forms of visual art and culture related to the theme. Registration for the conference is $130.ooFor further information, contact

  • Mark Ledbetter, ledbettm@strose.edu,
  • Susan Cumings, susan.cumings@gmail.com,
  • or Theresa Flanigan, flanigat@strose.edu

 

Mark Ledbetter
Box 2546
The College of Saint Rose
432 Western Avenue
Albany, NY 12203
Email: ledbettm@strose.edu

Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire

Audrey Alves et Marieke Stein du Centre de REcherche sur les Médiation de l’université de Nancy lancent un appel à communication intitulé : « Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire ». S’intéressant à des publications comme les revues XXI, Le Tigre ou Uzbeck, cette proposition intéresse au premier chef les chercheurs opérant dans le champ de la culture graphique ou travaillant plus précisément sur le dessin. Le propre de ces revues n’est-il pas en effet de faire une place, dans le domaine de l’information, à des dispositifs iconographiques on ne peut plus variés et de privilégier « l’image sous toutes ses formes (dessin, photographie, BD) » ? Ces titres semblent en effet instaurer une forme de communauté visuelle qu’il y a tout lieu d’explorer. Celle-ci esquisse-t-elle un rapport à l’image peut-être plus expert et faisant fi des traditionnels cloisonnements éditoriaux entre modes d’expression et de publication ? En quoi vient-elle renouveler ou concurrencer les traditionnels dispositifs iconographiques de la presse comme le photojournalisme ? Autant de questions qu’il faudra compléter ou examiner avant le 30 octobre prochain.

 

 

 

Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire

Magazine books or mooks – spaces for the renewal of literary journalism

Le centre de recherche sur les médiations organise en partenariat avec le festival « Littérature et journalisme » de Metz un colloque international du 10 au 11 avril 2014, à l’Université de Lorraine.

Argumentaire

Quand l’information s’accélère, quand l’écriture se fragmente, quand la presse papier s’essouffle, réaffirmer un intérêt pour le journalisme littéraire pourrait paraître anachronique, au moins singulier… sauf à considérer le nombre toujours croissant de journalistes et grands reporters (Florence Aubenas, Éric Fottorino, Jean Hatzfeld, pour ne citer qu’eux) qui, s’étant tournés vers le support livre, remportent des distinctions littéraires pour des entreprises touchant aux fictions du réel, au grand reportage social, aux œuvres-témoignages, autant d’objets hybrides qui réinterrogent les frontières du journalistique et du littéraire. Phénomène conforté par l’apparition et le succès de nouveaux objets journalistiques à mi-chemin entre revues et livres : les mooks, contraction du mot magazin et book. Ces « revues-livres » semblent constituer des expressions alternatives à l’évolution de la presse écrite traditionnelle forcée de prendre ses distances avec les traditions de l’investigation, du grand reportage ; et ce, en raison de l’évolution des modèles économiques (impératif de rentabilité, regroupement capitalistique) et du tournant numérique. Ce retour du format long, du récit qui prend son temps, conquiert un public grandissant et explique notamment l’augmentation, ces cinq dernières années, de travaux en sciences humaines et sociales sur les interactions entre journalisme et littérature.

Si ces nouveaux supports d’information apparus au tournant des années 2010 sont souvent cités comme symptomatiques d’un modèle journalistique en reconversion, ils n’ont fait l’objet d’aucune étude en tant que telle. Lors de ce colloque, l’enjeu des échanges est de proposer des analyses et d’ouvrir une réflexion autour de ces livres-objets dont l’émergence ne peut être pensée sans envisager le contexte de recomposition professionnelle du journalisme et la nécessité pour le journalisme de renouveler constamment ses formes et ses formats. XXI, Uzbeck et Rica, Feuilleton, Le Tigre, Bonbek… qui privilégient l’enquête au long cours, l’esthétisme de la maquette, le genre du reportage, constituent des objets captivants d’une pensée qui voudrait renouveler la problématisation entre journalisme et littérature.

Les communications viseront donc à enrichir la réflexion sur ces relations entre littérature et journalisme telles qu’elles se manifestent au sein de ces objets hybrides que sont les revues-livres, en mettant l’accent sur les phénomènes d’intersection qui les caractérisent et sur la mutation qu’elles représentent à l’échelle du monde de la presse.

Pour aborder cette problématique globale, trois axes sont proposés :

1. Producteurs des mooks

Les communications s’intéresseront aux fondateurs de ces projets à contre-courant et aux acteurs qui y participent (éditeurs, journalistes, écrivains, équipes rédactionnelles, illustrateurs, directeurs de publication…), ainsi qu’aux projets éditoriaux qui les définissent. Il s’agira de mieux circonscrire ces objets, leurs principes, de comprendre leurs enjeux (économiques, sociaux…) et de préciser leur inscription dans le paysage éditorial et médiatique actuel : la création des mooks répond-elle à un refus de certaines tendances de la presse actuelle (immédiateté, information brute…) ? S’agit-il de créer un nouveau support pour un journalisme narratif qui ne trouve plus vraiment sa place dans la presse ? Ce projet éditorial inclut-il le choix de certaines thématiques (souvent peu spectaculaires, demandant un traitement long et situées à la marge de l’actualité) ? En outre, cet axe consacré aux « producteurs » est également ouvert aux interrogations sur les parcours et les pratiques professionnels des journalistes et illustrateurs impliqués, sur les choix qui les ont amenés à s’inscrire dans ces équipes entre les deux voies, mieux balisées, du journalisme d’information et de la production littéraire. Parmi ces acteurs, la figure du grand reporter mérite une attention particulière : qui est-il, comment se met-il en scène dans son récit, quel est son rapport au littéraire ? En définitive, que lui apporte le support mook par rapport à la presse et au livre ? La question du financement des revues-livres fonctionnant pour la plupart sans publicité et des relations de leurs rédactions avec les maisons d’édition pourront également être envisagées.

2. Poétique des mooks

Seront bienvenues des communications consacrées à l’étude du discours des revues-livres, aussi bien dans sa dimension textuelle qu’iconique. Elles pourront s’intéresser aux formes privilégiées par les mooks (reportage, photoreportage, enquête, portrait, témoignage…), aux procédés d’écriture, aux emprunts réciproques entre genres littéraires et journalistiques, à la place et au rôle de l’illustration. Des approches littéraires, sémiotiques, esthétiques sont attendues, sans oublier l’histoire littéraire qui permettra de s’interroger sur les filiations qu’entretiennent les mooks, non seulement avec le journalisme littéraire anglo-saxon (The New Yorker, Granta…), mais aussi avec les grandes revues françaises du XIXe et du premier XXe siècle : ces revues inventent-elles réellement quelque chose de nouveau, où participent-elles d’une forme de « retour aux sources » ? Sont-elles encore, comme les revues qui les ont précédées, des creusets d’invention littéraire et journalistique et, le cas échéant, quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle écriture, voire du nouveau rapport au monde, qu’elles inventent ? Au-delà de la perspective historique, les contributeurs pourront s’interroger sur un certain nombre de questions liées à la poétique ou à l’esthétique des revues-livres : par exemple, qu’apportent à l’information les formats longs, les narrations soignées, l’image sous toutes ses formes (dessin, photographie, BD) ?

3. Publics des mooks

Ici on pourra explorer l’hybridité du support qui, par ses processus socio-économiques de diffusion, de consommation et de réception, est à mi-chemin entre le journal (voir sa périodicité, par exemple) et le livre (distribution en librairie plutôt que dans les maisons de la presse…). Il s’agira, par l’intérêt porté aux circuits de distribution, aux dispositifs de communication à l’œuvre…, de préciser l’appartenance des mooks au champ littéraire et/ou journalistique. Des communications dédiées à une approche socio-économique des publics concernés, de leurs modes de consommation et de lecture, sont attendues. Le public de ces nouveaux médias est-il extensible ou sommes-nous confrontés à des objets occupant un sorte de niche, dessinant ainsi un journalisme à deux vitesses ? Enfin, cet axe peut ouvrir sur les effets possibles des revues-livres dans le champ journalistique (constituent-ils une seconde voie pour des pratiques journalistiques exclues de la presse d’information ?) et dans le champ littéraire (quel est le rapport entre ces supports hybrides et la tendance à la littérature du réel ?), ainsi que sur les évolutions qu’elles peuvent induire dans les deux champs et sur leur propre avenir. En définitive, que nous disent ces mooks des représentations sociales de la littérature, de l’écriture, du journalisme aujourd’hui ?

Dans cette perspective, mettre en partage ces objets, parmi des spécialistes tant du texte, des procédés d’écriture que des médias, nous assure certainement de l’éclairage souhaité.

Conditions de soumission

Les projets de communication seront envoyés par courriel (fichier Word) à Audrey Alvès : audrey.alves@yahoo.fr et Marieke Stein : marieke.stein@wanadoo.fr

le 30 octobre 2013 au plus tard.

 Ils seront rédigés en français et comporteront les éléments suivants :

  • vos nom et prénom, statut universitaire/professionnel, adresse électronique ;
  • votre institution/laboratoire de rattachement (nom et adresse) ;
  • votre proposition (4 000 signes maximum espaces compris) précédée d’un titre.

Les avis du comité scientifique seront adressés à chaque participant le 30 novembre 2013.

Les auteurs des propositions retenues s’engageront à transmettre leurs communications par courriel pour le 30 juin 2014.

Ces dernières seront soumises au comité scientifique en vue de la publication des actes.

Comité scientifique

  • Paul Aron, Université Libre de Bruxelles
  • John S. Bak, Université de Lorraine
  • Béatrice Fleury, Université de Lorraine
  • Marc Lits, Université catholique de Louvain
  • Isabelle Meuret, Université Libre de Bruxelles
  • Marie Scarpa, Université de Lorraine
  • Isabel Soares, Université de Lisbonne
  • Marie-Ève Thérenty, Université de Montpellier 3
  • Sylvie Thieblemont-Dollet, Université de Lorraine
  • Jacques Walter, Université de Lorraine
  • Adeline Wrona, Université Paris-Sorbonne 4

Comité d’organisation

  • Adeline Clerc
  • Rudy Hahusseau
  • Jean-Matthieu Méon
  • Alain Muller
  • Martine Salm
  • Céline Ségur
  • Emmanuelle Simon

Responsables scientifiques et contacts

Centre de recherche sur les médiations
île du Saulcy – BP 30309
57006 Metz Cedex
Tél : 03 87 54 74 98
Fax : 03 87 31 55 06
http://www.univ-metz.fr/ufr/sha/crem/

 

Pour citer cette annonce

« Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 09 septembre 2013, http://calenda.org/258704