Archives par mot-clé : pédagogie

Tendances de recherche (5/6) : bande dessinée et pédagogie

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : la bande dessinée de recherche

La parution récente d’un numéro de la revue Trema consacré aux « Usages didactiques de la bande dessinée », ainsi que le tout prochain colloque Telling Science Drawing Science à Angoulême (15-17 mai) réactive après une (longue?) pause notre série des tendances de la recherche en bande dessinée, pour vous parler du couple infernal « bande dessinée » et « pédagogie ». C’est là un domaine qui a particulièrement occupé les chercheurs de ces dix dernières années. Pourquoi ce sujet passionne et quelles sont les pistes pour l’approfondir encore davantage ?

Légende du bandeau : bandeau-titre des Belles Histoires de l’Oncle Paul par Jean Graton, tel que repris dans la réédition de Dupuis (2013)

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

Ce n’est pas le sujet de cet article que de revenir sur les rapports entre bande dessinée et pédagogie. Je renvoie à cette fin l’article de Nicolas Rouvière sur le sujet, pour la revue Neuvième art 2.0 en janvier 2013. Mais voici néanmoins quelques jalons importants pour comprendre le traitement de cette question par l’université.

L’histoire est désormais bien connue : après une première moitié du XXe siècle de mépris et de franche hostilité des pédagogues (enseignants, chercheurs, bibliothécaires, éducateurs confessionnels ou politiques…), un retournement important a lieu dans les années 1970.

Ainsi, jusqu’aux années 1960 les écrits pédagogiques visent surtout à démontrer la nocivité des bandes dessinées sur les besoins et facultés d’apprentissage des enfants. Le monde universitaire participe naturellement à ce mouvement. Un exemple parmi d’autres : en 1953 le numéro 5 de la revue Enfance, revue scientifique internationale de référence pour la psychologie enfantine, est consacrée aux « Journaux pour enfants » ; il contient plusieurs articles de déploration, dans le ton des débats autour de la loi de 1949 sur la surveillance et le contrôle des publications destinées à l’enfance. Ces recherches s’appuient généralement sur des enquêtes psychologiques à charge, particulièrement développées aux États-Unis. Les sciences de l’éducation, encore jeunes (l’Association internationale des sciences de l’éducation est créée en 1953), épaulées par la psychologie sociale, sont instrumentalisées dans le cadre de la lutte contre les illustrés.

Puis, durant les années 1970, une suite de publications vient changer la donne, dans le sillage des mouvements bédéphiles et, plus certainement, d’un changement de génération après la révolution culturelle de 1968. Antoine Roux, bien sûr, avec son ouvrage La bande dessinée peut être éducative, en 1970, aux Éditions de l’Ecole, brise un tabou autant qu’il répond aux détracteurs du média. Côté université, le psychologue Serge Tisseron, en 1977, livre un plaidoyer argumenté dans « La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? (In: Communication et langages, n°35, 1977. pp. 11-21. DOI : https://doi.org/10.3406/colan.1977.4426). Les rapports s’inversent alors et deux colloques « Bande dessinée et éducation » ont lieu à La Roque d’Antheron, en 1977 et 1979 (actes parus sous les titres Lecture et bande dessinée chez Edisud, et Histoire et bande dessinée chez Objectif Promo Durance). Les revues professionnelles comme Les Cahiers pédagogiques et Textes et documents pour la classe commencent à proposer des dossiers sur la bande dessinée (respectivement en 1982 et 1983).

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie est un objet de recherche en lui-même, autour de la question récurrente de la « place de la bande dessinée à l’école ». Harry Morgan, dans ses multiples travaux, a ainsi retracé les lignes historiques de ce sujet (voir par exemple : « De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1234.). D’autres chercheurs mettent en regard cette question avec la problématique plus large et désormais bien défrichée de la légitimation culturelle de la bande dessinée à la fin du XXe siècle (voir : Florie Steyaert et Jean-Louis Tilleuil, (2016). « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans Ahmed, M., Delneste, S. et Tilleuil, J.-L. (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions. Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p.233-268 ; voir aussi : Béatrice Bomel-Rainelli et Alain Demarco, « La BD au collège depuis 1995 : entre instrumentalisation et reconnaissance d’un art », Le français aujourd’hui, 2011/1 (n°172), p. 81-92. URL : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-1-page-81.htm. DOI : 10.3917/lfa.172.0081). Enfin, quelques travaux portent sur les pratiques enseignantes et le contexte pédagogique global, y compris l’analyse des programmes pédagogiques (voir Sylvie Dardaillon, « Quelle place pour l’iconotexte dans les pratiques enseignantes au cycle III ? » In Louichon, B. et Rouxel, A. (dir.), La littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels. Dijon : SCEREN, CRDP de Bourgogne, 2009, 85-95 ; voir aussi : Bernard Tabuce. « Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD dans les manuels de collège » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1230.).

Ces travaux ont permis de mettre en évidence le fait que, si l’intégration de la bande dessinée dans les milieux scolaires est définitivement engagée, elle doit encore progresser. Il s’agit, comme le rappelle Nicolas Rouvière, d’une « intégration en trompe-l’oeil. (…) Le retard provient en grande partie de la recherche pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet encore perçu comme secondaire et marginal ».

Une préoccupation professionnelle actuelle, mais quel adossement scientifique ?

Le constat dressé en 2013 par Nicolas Rouvière se confirme lorsqu’on analyse la nature des écrits traitant des rapports entre bande dessinée et pédagogie : l’écart est réel entre besoin professionnel et recherche universitaire. Incontestablement, la préoccupation est forte au sein du corps enseignant. Depuis les années 1990, les initiatives sur l’usage de la bande dessinée en classe se sont multipliées, par exemple avec la collection d’ouvrages « La bande dessinée de case en classe », du CRDP de Poitiers, animé notamment par Didier Quella-Guyot, important défenseur de l’utilisation de la bande dessinée en classe. En 2018, le thème des « Rencontres nationales de la bande dessinée » d’Angoulême était précisément « Education et bande dessinée » et a attiré un nombre important d’enseignants. Les éditeurs aussi s’en préoccupent, et on fait paraître tout récemment une étude précise sur « La place de l’enseignement dans la bande dessinée ». Michel Thiébaut fait partie des chercheurs ayant réfléchi, dès les années 1990, à cet usage pédagogique de la bande dessinée, notamment à travers sa thèse L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, (thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997).

En conséquence de cette remontée de besoins « par la base », les écrits en sciences de l’éducation sont souvent constituées de témoignages et d’exemples de pratiques pédagogiques s’appuyant sur la bande dessinée. Nous ne les listerons pas tous, et renvoyons à une liste établie par Bénédicte Trajnek. La thèse en linguistique de Tatiana Blanco-Cordón, La bande dessinée dans l’enseignement de l’espagnol comme langue étrangère : un regard iconoverbal sur le franquisme. (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2015) est tout à fait caractéristique de cette tendance forte qui entend théoriser progressivement par la pratique l’usage de la bande dessinée en classe. Dans le même esprit, l’article de Baptiste Campion, (« Bande dessinée éducative et éducation par la BD. Des pratiques de terrain à une approche intégrée ». In: Dacheux, Eric, Bande dessinée et solidarités. La BD, un miroir du lien social, L’Harmattan : Paris 2011, p. 137-150) élabore autour de cet objet de recherche que serait la « bande dessinée éducative », au sens de bande dessinée utilisée dans un cadre pédagogique, là aussi sur la base d’usages concrets. Cette approche est sans doute riche mais demeure assez empirique, souvent focalisée sur des études de cas ou localisées au sein de disciplines précises. Surtout, elle conduit à une forme d’instrumentalisation de la bande dessinée, inverse de celle qui prévalait avant 1970, et qui cherche à théoriser les vertus pédagogiques du médium à des fins d’enseignement, plutôt que de penser une vraie « didactique » de la bande dessinée qui, loin de prendre la bande dessinée comme un outil, consisterait à comprendre ses spécificités en termes de transmission des savoirs.

Pour une didactique de la bande dessinée

La réflexion proprement didactique sur la bande dessinée serait la troisième étape d’une évolution ancienne, après le « mépris » et la « méprise ». Nous empruntons ces qualifications au principal promoteur de cette tendance de recherche, Nicolas Rouvière. Le numéro déjà évoqué de la revue Trema propose une interview par Hélène Raux de ce maître de conférences qui a fait de la didactique de la bande dessinée son principal objet de recherche. Il dirige en 2012 un ouvrage important pour notre sujet, Bande dessinée et enseignement des humanités (Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1224>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1224.) qui se penche plus en détail sur les façons d’enseigner la bande dessinée, et les enjeux que pose le média pour la recherche en didactique. Il contient notamment un article de Marianna Missiou (« Un médium à la croisée des théories éducatives : bande dessinée et enjeux d’enseignement ») dont le mérite est d’analyser la bande dessinée au regard des théories éducatives (littératie, multimodalité, intertextualité), et de ne pas éluder la question de la lecture de la bande dessinée.

L’introduction du dernier numéro de Trema par Marianne Blanchard et Hélène Raux résume également très bien les enjeux qui se posent à présent au chercheur sur ces questions de didactique de la bande dessinée, sans doute dégagée d’une vision trop systématique des « vertus » pédagogiques du médium : « Loin d’engager une opération d’instrumentalisation ou de récupération de la bande dessinée au profit d’apprentissages variés sans rapport avec elle, cette réflexion sur les « usages didactiques de la bande dessinée » vise au contraire à interroger rigoureusement les enjeux du choix d’une bande dessinée comme support pédagogique. ». Sont ainsi questionnés, dans le dossier, en plus d’incontournables retours d’expériences, la question de la formation des enseignants, des compétences de lecture des élèves, ou encore celles des spécificités didactiques du médium en terme de transmission des savoirs. Hélène Raux est par ailleurs doctorante et travaille en didactique de la littérature sur la scolarisation de la bande dessinée. Au Canada, les travaux de Virginie Martel et Jean-François Boutin [voir notamment : « La bande dessinée comme vecteur de coopération disciplinaire et éducationnelle ». Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des pratiques professionnelles, Jun 2015, Paris, France, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172145/] témoignent d’une même évolution théorique, en étudiant la transdisciplinarité pédagogique induite par la bande dessinée et ses conséquences sur l’enseignement.

Conclusion et ouverture

Ces dernières années ont montré le réel engouement du corps enseignant envers la bande dessinée, en même temps que les premiers travaux scientifiques en didactique de la bande dessinée. Reste à voir converger les deux mouvements pour que le second puisse enrichir les expériences des premiers. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit aussi d’appuyer la formation des professeurs sur un socle solide de connaissances scientifiques, afin de leur permettre de mieux appréhender l’enseignement de et par la bande dessinée. Il semble néanmoins que, malgré la fin des discours frontalement anti-bande dessinée, elle reste considérée comme un sous-objet didactique dont on peine à mesurer les spécificités. Comme le rappelle Nicolas Rouvière, souvent vue, à tort, comme une lecture « facile », la bande dessinée a trop longtemps été envisagée comme « facilitatrice » pour la pédagogie, sans prendre en considération ses limites et les difficultés posées par son usage. C’est en ce sens que la recherche scientifique pourra accompagner un mouvement pédagogique en faveur de la bande dessinée en classe.

Pour terminer, je livre quelques pistes de ce qui nous semble être des angles morts de la recherche sur bande dessinée et pédagogie.

– il est assez significatif que la connaissance de l’enseignement de la bande dessinée (au sens des écoles d’arts) soit un sujet encore très peu étudié. Là encore, c’est Nicolas Rouvière qui défriche ce sujet en 2014 pour Neuvième art 2.0, mais force est de constater que l’analyse des écoles de bande dessinée, de leur histoire et de leurs pratiques, reste à construire

– l’analyse pédagogique de la bande dessinée gagnerait à croiser davantage le champ, certes encore en construction, de la sociologie de la lecture de bande dessinée. L’intervention de Sylvain Aquatias à l’occasion des RNBD de 2018 est un bon exemple de ce croisement qui permettrait d’aligner pratiques pédagogiques et pratiques de lecture, loin des clichés récurrents d’une lecture facile et populaire.

– la question de la « pédagogie par l’image » aurait intérêt à intégrer davantage la bande dessinée. Si les historiens se sont souvent concentrés sur les discours négatifs à l’encontre du médium, ils ont finalement peu interrogés l’existence, réelle, de bandes dessinées éducatives, et ce depuis le XIXe siècle. On retiendra sur ce sujet l’approche internationale du livre de Marianne Simon-Oikawa et Annie Renonciat, La pédagogie par l’image en France et au Japon. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. URL : <http://books.openedition.org/pur/35199>. DOI : 10.4000/books.pur.35199.) qui constitue un point de départ pour une passerelle potentielle entre recherche sur la bande dessinée, sciences de l’éducation, et étude sur la culture enfantine

– enfin, pour revenir à notre point de départ, il nous a semblé particulièrement flagrant que les approches cognitives et psychologiques, qui ont pourtant trouvé leur place en didactique (en particulier avec les technologies numériques) n’aient pas encore investis le cas de la bande dessinée et des spécificités cognitives de sa lecture. Il semble là que les sciences cognitives et la psychologie ne se soient pas remises du « traumatisme » des années 1950, qui a vu déferler des analyses psychologiques sur les dangers de la bande dessinée rapidement déconstruites par la bédéphilie de la décennie suivante. La revue de psychologie enfantine Enfance citée en début d’article ne contient pas un seul article récent sur la lecture de bande dessinée (à l’exception d’un numéro sur l’enfant-dessinateur). Il y aurait pourtant là matière à enrichir les analyses didactiques de questionnement plus cognitifs qui permettraient de mieux comprendre comment l’enfant lit et interprète la bande dessinée.