Archives par mot-clé : lecture

Editer la bande dessinée

Après La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? (disponible en open access aux éditions de la BPI), vient de paraître Editer la bande dessinée (Cercle de la librairie) que j’ai eu l’honneur d’écrire et de signer. Cette fort riche dernière année fut ainsi pour moi consacrée à l’étude de la place singulière qu’occupe la bande dessinée au sein des médias tant la mise en relation de ces deux travaux permet de dégager d’intéressantes questions quant aux coïncidences (ou non) des pratiques culturelles et structures éditoriales qui leur sont liées.

Celles-ci ont en effet clairement su valoriser la constante progression de la lecture de bande dessinée (déjà mesurée en 2008 dans l’étude Les Pratiques culturelles des Français et sensible dans notre étude). Nous sommes en effet face à un secteur éditorial dont l’évolution ne présente aucun équivalent au sein du monde du livre : si l’on en croit les chiffres fournis par le Syndicat National de l’Édition, son chiffre d’affaires fut multiplié par plus de cinq durant les vingt dernières années et sa progression, plus de trois fois supérieure à celle d’une édition jeunesse pourtant également largement transformée, supplante de loin celle d’autres types de publication.

Il possède dès lors un indéniable attrait invitant nombre d’acteurs à décrire d’étonnantes trajectoires à l’instar du groupe Gallimard pour qui la bande dessinée semble clairement placée au cœur d’une stratégie industrielle. A en croire Antoine Gallimard, « Casterman est un joli joyau, qui s’accorderait bien avec nos activités en bandes dessinées, notamment dans Futuropolis. Je vois un bel ensemble, qui permettrait aussi de mettre un pied dans l’audiovisuel »[1] en exploitant un catalogue à la fois patrimonial (Casterman), grinçant (Fluide Glacial), inventif (Denoël Graphic) et asiatique (Sakka)…

Chiffres d’affaires (en millions d’euros) et part de marché

11052016BDPlaceIMA1

Source : Syndicat National de l’Edition, « chiffres clés » (éditions 1994, 2005 et 2014)

Aussi fondé soit-il, cet engouement ne semble pour autant pas forcément partagé par tous et les investissements en matière de bande dessinée semblent bien loin de faire l’unanimité et on assiste dans le cas qui nous intéresse à des désengagements extrêmement clairs. Le groupe La Martinière cède ainsi dès 2007 sa participation au sein des éditions Emmanuel Proust et renonce à la collection de bandes dessinées des éditions du Seuil tandis que les éditions Albin Michel cèdent également en 2007 à Glénat leur participation au sein de la Sefam (ou société d’édition Filipacchi-Albin Michel) chargée d’exploiter les œuvres publiées au sein de L’Écho des savanes (comme par exemple celle de Pétillon).

Albin Michel : un riche catalogue aux enchères ?

BDCHAP1IMA3

De gauche à droite : Liberatore et Tamburini, Ranxerox à New York (1981). Jack Davis, Qui a peur du grand méchant loup ? (Tales from the crypt, tome 2, 1999). Philippe Druillet, Lone Sloane. L’intégrale (coffret, 2000).
© Albin Michel

Valse-hésitation (rachat puis revente en 1989 par Hachette Livres des prestigieux Humanoïdes Associés), opportunité (prise de contrôle des éditions de l’An 2 par Actes Sud)… D’autres cas de figure illustrent la structuration d’un secteur au sein duquel des structures éditoriales de taille plus modestes comme les groupes Delcourt ou Glénat damnent parfois allégrement le pion à leurs concurrents plus argentés. Comparé à une édition « jeunesse » dans laquelle le premier groupe « indépendant » pointe à la septième position (en la personne de l’École des Loisirs), cet état de fait met en évidence l’une des spécificités de la bande dessinée : la spécialisation peut y être valorisée et la diversification n’est nullement la règle.

Alors que le volonté d’étendre les activités d’une marque éditoriale à de nouveaux secteurs est ailleurs chose courante, seules certaines maisons semblent s’être laissé tenter (« Casterman-Rivages Noir » ou « Casterman-Lonely Planet ») et seuls les éditeurs pour la jeunesse semblent faire exception (à l’instar de Sarbacane). Culture graphique inégalement partagée, modes de circulation et de commercialisation particuliers ou compétences éditoriales bien spécifiques ? Les activités de nombreuses et talentueuses petites maisons permettent de poser une question qui est au cœur de la réflexion que nous livrons dans ce livre et qui fera l’objet de prochains billets.

[1] Cité dans Vincy Thomas, « Antoine Gallimard pourrait céder Casterman “dans un contexte de crise” », Livres Hebdo, 6 juillet 2012.

Jeune recherche : quelle bande dessinée ?

Après m’être intéressé aux axes de recherche et aux contextes institutionnels des thèses sur la bande dessinée, je vais à présent rentrer dans le vif du sujet, dans le détail des travaux.

L’aperçu sur les axes de recherche aura montré à mes lecteurs à quel point la majorité des études universitaires sur la bande dessinée se concentrait sur deux dimensions du média : l’oeuvre et l’artiste. Bien souvent, l’étude d’une oeuvre est au centre du travail, et à cet égard la relative prédominance des études littéraires est elle aussi significative.

Partant de ce constat, il me semblait utile de questionner la nature exacte de cet « objet » bande dessinée. Car s’il s’agit d’étudier la bande dessinée, de quelle bande dessinée parlons-nous ? En quelques mots, c’est sur le corpus d’oeuvres étudiées dans les thèses, ou d’auteurs analysés, que je vais me consacrer à présent.

Continuer la lecture de Jeune recherche : quelle bande dessinée ?

Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

Continuer la lecture de Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Continuer la lecture de Inter et transmédialité : quel public ?

Parution : « La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution aux éditions de la BPI de l’ouvrage collectif La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? Fruit d’un travail de près d’un an et demi, celui-ci est marqué par la volonté de faire de la bande dessinée un lieu de rencontre entre chercheurs issus de plusieurs horizons : renfermant des textes rédigés par Benoît Berthou (directeur d’ouvrage), Christophe Evans, Sylvain Aquatias, Éric Maigret et Xavier Guilbert, il exploite en effet l’enquête commanditée par le Ministère de la culture et la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges Pompidou.

Continuer la lecture de Parution : « La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? »

L’invention statistique de la bande dessinée

L’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, que j’ai eu l’honneur de diriger et qui comporte des textes conçus par Sylvain Aquatias, Christophe Evans, Xavier Guilbert, Éric Maigret et moi-même, est en cours de parution et je lui consacrerai plusieurs billets dans les semaines qui viennent. Disponible en open access aux éditions de la Bibliothèque Publique d’Information, il s’inscrit en effet dans la volonté de large diffusion de l’information scientifique que soutient Comicalités et entend de plus nous permettre de résoudre un paradoxe : si l’on ne cesse de produire (à coup de méthodologies qui frisent parfois le bricolage) des chiffres à propos de la production de bandes dessinées, la connaissance de son lectorat reste embryonnaire.

08012014IMA1

Questionnaire de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, livraison 1973, question 42.Disponible sur le Web. URL <http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/> (page consultée le 8 janvier 2015). © Ministère de la culture

La vaste étude commanditée par le ministère de la culture et la BPI et réalisée en 2011 par TMO-Régions vient combler ce manque grace à une base de données actuellement sans équivalent, voire sans réel précédent. Notre travail de mise en perspective a en effet, et en toute logique, commencé par un état de l’art et notamment par la consultation des diverses livraisons des Pratiques culturelles des Français. Le questionnaire de cette étude de référence met en évidence l’évolution de la prise en compte de la bande dessinée, et plus largement des modalités et finalité d’investigation des pratiques culturelles. L’enquête de 1973 fait en effet tout simplement l’impasse sur le genre : celui-ci n’est nullement mentionné au sein de la question 42 consacrée « aux livres possédés dans votre foyer » (qui se contente de mentionner des « livres pour la jeunesse »), ni au sein des cinq questions consacrées aux périodiques (et ce alors que « magazine féminin ou familial » ou « romans photos » apparaissent, chose étonnante à une époque où Tintin, Spirou ou Le Journal de Mickey connaissaient des tirages très importants).

08012014IMA2

Questionnaire de la livraison 1981 de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, question 56.  © Ministère de la culture

D’absente, l’information devient ensuite lacunaire puisque les « albums de bande dessinée » font leur apparition à côté des « livres pour enfant » au sein de la question 56 de l’enquête de 1981 consacrée aux « livres possédés ». La livraison suivante semble d’ailleurs se poser la question de son statut puisque le questionnaire de l’enquête de 1989 ne se contente pas d’interroger une propriété mais également une forme « d’invisibilité » : les « albums » sont mentionnés à côté du « livre de cuisine », « dictionnaire » ou « missel » dans une question 56 que l’on dirait « de rattrapage » en jargon sociologique (parmi les livres que vous possédez, « Êtes-vous certain de ne pas avoir oublié… »). Le mode d’investigation de cette enquête de référence semble donc considérer la bande dessinée sur le mode d’une lecture énigmatique, posant directement la question des limites de toute étude de type sociologique et plus largement de toute forme d’approche statistique d’une activité culturelle.

08012014IMA3

Livraison 1989, question 56.  © Ministère de la culture

Ce questionnaire semble vouloir interroger une pratique qui ne se « dit » pas forcément et qu’il s’agit d’interroger au regard de deux des ennemis de toute quantification : l’inavouable et le négligeable. L’enquête de 1997 semble le reconnaître explicitement puisque la bande dessinée fait cette fois l’objet de deux questions « de rattrapage » : à la question 78 (« Au cours des douze derniers mois, combien de livres avez-vous lus environ, en tenant compte de vos lectures de vacances ? ») succède en effet immédiatement « Avez-vous inclus dans ce total les albums de bandes dessinées ? » puis « Combien avez-vous lu de bandes dessinées au cours des douze derniers mois ? » Il s’agit ainsi de tenter de mieux cerner (par la prise en compte des « oublis » et « non-inclusions ») et plus encore de quantifier (par le « combien ») une « invisibilité » qui laisse d’ailleurs place dans l’enquête de 2008 à un questionnement plus précis et complexe.

08012014IMA4

Livraison 2008, question 78-80.  © Ministère de la culture

La question 64A (« Quelle (s) catégorie (s) de livres lisez-vous le plus souvent ? ») propose pour la première fois une alternative aux « albums de bandes dessinées » en mentionnant « des mangas, des comics » et la prise en compte de cette diversité ne rime pas avec simple curiosité. La bande dessinée prend place dans le « classement des écrits » qu’évoque Gérard Mauger (1999, p. 149) en s’intéressant aux travaux de sociologie de la lecture et se voit appréhendée dans ce complexe questionnaire à l’instar d’une « littérature » qui est présentée aux personnes interrogées sous plusieurs formes (« œuvres de la littérature classique », « romans policiers ou d’espionnage », « romans historiques »…). Si changement de statut il y a, celui-ci repose sur la volonté de considérer la bande dessinée comme un véritable terrain d’investigation. Elle semble envisagée comme un objet culturel structurant et il s’agit, pour reprendre les termes de Gérard Mauger citant Roger Chartier, de « partir des objets et des textes, “dessiner d’abord les aires sociales où circulent chaque corpus de textes et chaque genre d’imprimés” : […] l’enquête aura pour objet la composition du lectorat correspondant » (MAUGER, p. 148-149).

Mise en perspective vis-à-vis d’un mode d’expression et de publication, l’étude d’une pratique culturelle obéit ainsi à une autre fin : « Il s’agit de construire des “communautés de lecteurs”, et d’identifier leurs propriétés spécifiques : “compétences de lecture” » (Ibid., p.149) et plus largement, pourrions-nous ajouter, rapport à l’écrit et à toutes sortes de production. A cet égard, les différentes images que nous présentons dans le cadre de ce billet nous semblent des plus intéressantes : ces divers formulaires, outils de travail des structures chargées de ces investigations, mettent en évidence les différentes étapes de l’invention statistique du lectorat de bandes dessinées et et plus largement la transcription des pratiques liées à un mode d’expression sous forme de « données ». Notre objectif dans cet ouvrage fut de donner à celles-ci sens et forme et de les mettre au service des questionnements permettant de montrer en quoi l’art graphique qui nous intéresse éclaire lecture et culture en leur entier.

Bibliographie

GLEVAREC, Hervé. « L’épistémé de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : référentiel de l’accession, indicateurs de fréquentation et définition de la culture » [en ligne]. In COMITE D’HISTOIRE DU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, CENTRE D’HISTOIRE DE SCIENCES-PO PARIS. La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine. Paris, 2012-2014. Disponible sur la plateforme Hypothèses. URL <http://chmcc.hypotheses.org/237≥. [page consultée le 4 août 2014].

MAUGER, Gérard. « Écrits, lecteurs, lectures », Genèses, n°34, 1999, p. 144-161. Disponible sur le portail Persée. URL </web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1999_num_34_1_1560> DOI <10.3406/genes.1999.1560> [page consultée le 05 août 2014]

 

Un corpus pour la bande dessinée numérique : Professeur Cyclope

Le présent billet vient compléter l’article suivant paru sur Phylacterium : L’expérience Professeur Cyclope : une question d’appropriation

Dans le cadre de notre propre recherche en cours sur la bande dessinée numérique, nous souhaitons proposer pour Le Carnet de Comicalités une série de billets consacrés à cet objet de recherche, analysé ici sous l’angle de son corpus. Le sujet est d’autant plus d’actualité que deux thèses ont récemment été soutenues sur le sujet : celle de Julien Falgas et celle d’Anthony Rageul, qui viennent compléter celle de Magali Boudissa soutenue en 2009. Nous souhaitons ainsi mettre en avant l’existence d’un corpus d’oeuvres qui, pour ne pas être très visibles médiatiquement, n’en sont pas moins des sujets d’analyse pertinents pour l’étude d’une « bande dessinée du temps présent » dont la dimension numérique serait une des spécificités, sans être la seule. Ce corpus nous intéresse d’autant plus que, du fait du caractère encore relativement récent de la bande dessinée numérique, il est constitué le plus souvent d’unica, c’est-à-dire d’oeuvres ou d’ensemble d’oeuvres n’ayant pas de réel équivalent à l’heure actuelle.

06122014CyclopeIMA1

Tout d’abord un rappel pour ceux qui ne connaîtraient pas Professeur Cyclope. Il s’agit d’une revue de bande dessinée numérique fondée en octobre 2012 par un groupe de cinq auteurs avec comme enjeu la démonstration qu’il est possible de rémunérer des auteurs avec une publication numérique. Car, cas rare dans l’économie de la bande dessinée numérique, cette revue mensuelle est payante : son modèle est celui de l’abonnement, couplé à un partenariat financier avec arte. L’équipe de la revue a démontré qu’il était possible pour des auteurs de réaliser une revue uniquement numérique professionnelle, techniquement aboutie1 et capable de faire parler d’elle, même si le nombre d’abonnés reste limité. Toutefois, l’annonce récente de l’arrêt de la revue sous sa forme actuelle laisse à penser que le modèle choisi n’est pas entièrement satisfaisant.

Professeur Cyclope est un objet culturel intéressant sur de nombreux points. Nous ne les détaillerons pas tous ici, mais il est utile d’en rappeler quelques uns. Revue fondée par des auteurs avec le soutien d’une chaîne de télévision, il est pertinent pour qui s’intéresse au rôle de l’auteur dans l’évolution éditoriale de l’industrie de la bande dessinée, et aux rapports auteurs/éditeurs. Transposition du modèle de l’abonnement, traditionnel voire archaïque pour le monde de la bande dessinée, dans un environnement numérique, il est pertinent pour qui s’intéresse aux mutations des industries culturelles face aux pratiques de consommation numérique.

06122014CyclopeIMA2

Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive, Vampire Bandit Manchot, dans Professeur Cyclope, n°14, mai 2014

Pour notre part, c’est la question de l’appropriation de nouvelles pratiques de création graphiques par des auteurs qui va nous intéresser. En effet, il est utile de rappeler que Professeur Cyclope n’est pas le fait d’une minorité de jeunes auteurs avant-gardistes, férus de technologies numériques et issus de la vogue des blogs bd : elle a été fondée par des auteurs installés ayant derrière eux une belle carrière dans la bande dessinée papier, remontant pour la plupart d’entre eux à une quinzaine d’années. Il en va de même pour les auteurs accueillis dans la revue : si certains se sont fait connaître par l’auto-publication numérique (Marion Montaigne, Thomas Mathieu), on retrouve également des auteurs n’ayant jamais touché au numérique (Philippe Dupuy, Stéphane Blanquet, Anouk Ricard). Pour cette raison est bien à l’oeuvre une logique d’appropriation qui montre que le temps de l’expérimentation est terminée pour la bande dessinée numérique. Il s’agit à présent de développer des pratiques et des modalités d’écriture graphique chez des auteurs n’étant pas, nativement, des créateurs numériques. D’autres expériences ont joué, en leur temps, le même rôle, à l’image d’@fluidz et Coconino World dans les années 2000, et plus récemment Les Autres Gens. Ainsi, la remarque de Julien Falgas à propos des Autres Gens peut s’appliquer à Professeur Cyclope :

Les compétences requises par la collaboration à LAG sont donc les mêmes que pour la collaboration à un album de bande dessinée traditionnelle : l’amateur pour LAG n’est pas celui à qui des compétences spécifiques à la création pour le numérique feraient défaut, mais bien celui qui ne démontrerait pas toutes ces compétences caractéristiques d’un professionnel de la bande dessinée. [FALGAS, p.156].

La différence majeure avec la situation des années 1990-2000 est qu’il ne s’agit plus pour les auteurs de s’approprier des outils numériques pour la création d’oeuvres papier2, mais de comprendre les spécificités d’une diffusion, et donc une lecture numérique.

Or, nous remarquons que l’équipe de Professeur Cyclope, soucieuse de ne pas contraindre les auteurs dans leur processus de création, n’a pas imposé une modalité de lecture numérique unique, même si, majoritairement, deux choix dominent : le scrolling vertical et le diaporama.

06122014CyclopeIMA3

Glen Chapron, Once upon a hunt, dans Professeur Cyclope, n°19, novembre 2014

La conséquence en est une diversité de propositions qui sont comme autant d’interprétations de ce que peut être une écriture graphique adaptée au support numérique. Le premier constat est que, sur la cinquantaine d’auteurs ayant participé à la revue, assez peu (environ 1/5) imitent le modèle dominant venu du papier : la page d’album. Il s’agit pour la plupart de prépublications (Tyler Cross de Brüno et Noury, Iba de Pierre Maurel, Le Teckel d’Hervé Bourhis). À l’inverse, d’autres auteurs vont exploiter à fond les spécificités du support numérique, et s’inscrivent alors dans le processus de renouvellement narratif décrit par Magali Boudissa, soit par l’exploitation de « l’absence de limites de la page-écran » (Une histoire de l’art de Philippe Dupuy, long scrolling vertical à la structure très libre), soit par le multimédia (Le portail de Thomas Mathieu et Martin Wautié où la lecture des images est influencée par une bande-son faisant référence au cinéma d’horreur), soit par l’interactivité (Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive et leur Vampire Bandit Manchot, générateur aléatoire de strips qui n’est pas sans rappeler le Coquetèle imaginé par la même Anne Baraou pour l’Association en 2002). Mais là encore ces auteurs-expérimentateurs qui se risquent à quitter les sentiers battus de la narration graphique ne sont pas majoritaires.

La majorité des auteurs de Professeur Cyclope se situent ainsi dans une voie moyenne. Ils proposent des récits graphiques très proches, esthétiquement, de bandes dessinées traditionnelles, dont ils utilisent la plupart des spécificités (découpage en cases, bulles…) mais en intégrant, ponctuellement, des éléments propres à la lecture numérique. Ils se rapprochent en cela de la démarche de Balak autour du Turbomedia, et certains semblent s’en être directement inspirés. Nous prendrons deux exemples pour illustrer notre propos :

  • Once upon a hunt de Glen Chapron (n°19) intègre dans son récit des animations qui correspondent au moment d’accélération du rythme narratif : les scènes de chasse à courre, en particulier. A l’inverse, dans une scène d’intrusion nocturne, chaque clic du lecteur pour faire avancer le diaporama fait progresser très lentement la marche des intrus. Les procédés numériques ne sont donc pas un gadget visuel mais une autre façon de gérer le temps de lecture, ici pour des effets comiques.
  • Headbanging de Stéphane Oiry (n°11) est un souvenir d’enfance où l’auteur raconte comment son père lui a appris à marquer la mesure. L’intégration d’animations dans les cases, la symbolisation de la musique sous la forme d’une partition dansante ou l’apparition en rythme d’onomatopées, sont les outils visuels qui lui permettent de représenter un phénomène sonore et rythmique par le seul biais du dessin

On aurait tort de poser un jugement de valeur entre des œuvres « purement » numériques qui exploiteraient à fond les spécificités du support et des œuvres « partiellement » numériques qui conservent de fortes attaches avec la bande dessinée. Ces dernières témoignent du processus d’appropriation au cœur de la mutation d’une industrie culturelle : les auteurs de Professeur Cyclope entendent proposer des œuvres numériques qui fassent écho aux logiques de lecture du public de la bande dessinée.

Professeur Cyclope intègre donc le corpus de la bande dessinée numérique comme une des premières expériences sortant de l’exceptionnalité pour aller vers une familiarisation des auteurs et des lecteurs avec la lecture numérique de bande dessinée.

 

Bibliographie : trois thèses sur la bande dessinée numérique

Magali BOUDISSA, La bande dessinée entre la page et l’écran: Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, sous la direction de Daniel Danétis, Université Paris VIII, 2010,

Julien FALGAS, Raconter à l’ère numérique : auteurs et lecteurs héritiers de la bande dessinée face aux nouveaux dispositifs de publication, sous la direction de Brigitte Simonnot, université de Lorraine, 2014 [en ligne] url : http://docnum.univ-lorraine.fr/public/DDOC_T_2014_0112_FALGAS.pdf

Anthony RAGEUL, La bande dessinée saisie par le numérique, formes et enjeux du récit reconfiguré par l’interactivité, sous la direction d’Ivan Toulouse, université Rennes 2, 2014 [soutenue mais encore non diffusée]

1En plus des cinq auteurs fondateurs, quatre autres intervenants complètent l’équipe : un graphiste, une secrétaire de rédaction, un conseiller technique et un webmestre qui n’est autre que Marc Lataste, bien connu des amateurs de bande dessinée numérique pré-2009.

2Car il nous faut rappeler que les auteurs de bande dessinée utilisent des outils numériques pour la création depuis au moins une quinzaine d’années.

Les écrans mobiles. Création, édition et lecture sur tablettes et smartphones

Plusieurs chercheurs de l’université de Poitiers lancent un appel à communication intitulé : « Les écrans mobiles. Création, édition et lecture sur tablettes et smartphones ». Cette proposition, qui débouchera sur un colloque organisé les 13 et 14 juin prochain, est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur le graphisme et la bande dessinée, car l’axe d’étude qui est ici retenu pose un problème de taille : celui de la lecture et de son évolution. On peut en effet se demander si là ne réside pas en effet la principale innovation de ces technologies numériques : redéfinir non un mode de création, mais bien plus un mode de réception des œuvres. Dans le cadre d’applications comme Marvel Comics ou BDBuzz, les différents travaux présentés ne sont ainsi pas altérés pour une lecture à l’écran, mais le lecteur dispose par contre de nouvelles possibilités de mobilité qu’il est susceptible d’explorer. La lecture peut ainsi se faire selon plusieurs modalités : de « case en case » sur le mode d’un flux d’image rappelant le cinéma, avec apparition de la planche (ou non) afin de prendre connaissance de l’ensemble de la structure narrative… Nous sommes en tout cas dans un tout autre cadre que celui qu’offre le papier et son intangible ordonnancement et cette situation ne va pas sans poser problème. Regroupés au sein d’une pétition (« L’appel du numérique ») diffusée en 2010 et ayant fait grand bruit, nombre d’auteurs posent ainsi directement la question : « Prenons une question simple, en apparence. « Diffuser une bande dessinée sur un téléphone portable, ou sur un écran d’ordinateur, est-ce que c’est diffuser l’ouvre originale… son adaptation ? une ouvre dérivée ? ». Rien que sur cette question, aucun des acteurs du livre ne donne la même réponse ». Il s’agira, pour tous ceux qui entendent relever le défi, d’esquisser celle-ci avant le 24 mars prochain.

 

Les écrans mobiles. Création, édition et lecture sur tablettes et smartphones

Les tablettes numériques et smartphones connaissent actuellement un vif succès commercial et médiatique. Ces supports mobiles sont en train de changer les expériences de création et de lecture. Or si ces supports sont souvent évoqués, on prend peu de temps pour décrire, analyser leurs contenus, leurs caractéristiques littéraires, artistiques, hypermédiatiques, pédagogiques, etc.

Si toute oeuvre ne peut exister sans support, les contenus sont aussi la raison d’être de ces supports. Nous aimerions donc nous intéresser aux contenus idoines qui y sont déployés : ce que certains appellent « les livres enrichis » ou « augmentés », mais aussi les applications. Comment appréhender et décrire ces contenus ? Comment sont-ils créés ? Comment les publie-t-on ? Comment les lit-on ? Nous nous concentrerons sur tous ces aspects depuis leur création jusqu’à leur réception.

 

Les écrans tactiles mobiles seront abordés en tant que dispositifs techniques au sein desquels de nouvelles oeuvres sont proposées et autour desquels de nouvelles pratiques de lecture s’organisent. Il s’agit en effet d’interroger les transformations, les usages et les pratiques de création, d’édition et de lecture des oeuvres proposées sur ces supports numériques. Il s’agira bien de prendre le parti de percevoir aussi ces contenus comme des oeuvres, d’en faire des analyses littéraires en même temps que médiatiques, à l’image de ces MSA, « média specific analysis »[1], réalisées par Katherine Hayles.

 

Il conviendra de concevoir et d’interroger ces oeuvres non plus seulement en regard des pratiques littéraires liées au livre, mais aussi en regard des pratiques hypermédiatiques liées à l’écran d’ordinateur, cet écran que Gervais et Archibald qualifient de « relié »[2]. Quelle spécificité de la lecture sur écran tactile, par rapport à l’écran relié que nous avions connu jusque-là ? Comment les oeuvres sur tablette ou pour smartphone s’inscrivent (ou non) dans la lignée des réflexions sur les hypertextes et les hypermédias amorcées depuis le début des années 90 ? Ne serait-il pas plus juste de parler d’oeuvres hypermédiatiques pour écran tactile ?

 

Ce colloque, accordera une part importante aux pratiques, aux expériences de création auctoriale ou éditoriale et de réception.

 

Quelques axes :

 

Ergonomie : postures, gestes, mouvements, oeil

 

  • Quelle(s) posture(s) ? Quels gestes (tapoter, pincer, glisser) ? Quelles manipulations ? quelles sont les modalités de leur appropriation par le lecteur ?

 

  • Quels sont les changements opérés dans par ce passage à l’écran tactile ? On peut déjà remarquer que les tablettes et les smartphones sont plus mobiles et proposent un retour à une posture physique de lecture proche de celle du livre imprimé.

 

  • Aujourd’hui le confort visuel ne paraît plus un obstacle, lire sur tablettes etsmartphones est devenu aisé. Toutefois ces supports, contrairement aux liseuses ne sont pas exclusivement dédiés à la lecture. Quel est l’impact de cette pluralité d’usages possibles sur les modes de lecture, mais aussi de création ?

 

  • Quel enjeu pour le « portatif » et le « nomadisme » (au niveau de la création comme de la réception) ?

 

Poétique des oeuvres sur écrans mobiles et lecture soutenue

 

  • Quelles poétiques des textes sur tablette ? quelles esthétiques des oeuvres ? Quel enjeu pour le statut de l’oeuvre ? et pour le statut d’auteur (l’oeuvre étant souvent le résultat d’un travail collaboratif avec un technicien).

 

  • Une typologie des oeuvres sur écrans tactiles mobiles est-elle déjà possible ? Quels outils théoriques et quel vocabulaire pour les appréhender ?

 

 

  • Les « livres enrichis » et autres applications rendent-ils possible une lecture extensive, studieuse, soutenue ? ou relèvent-t-ils du divertissement ? Les rapides évolutions technologiques et ergonomiques permettent-elles déjà d’envisager la possibilité d’une lecture longue et intensive que l’on jugeait contradictoire avec la lecture sur écran il y a quelques années.

 

 

  • En quoi ces oeuvres permettent de (re)donner vie à d’autres formes de littérature et d’autres modes de lecture qui ne se réduisent pas à celles et ceux qui ont été canonisés – la grande littérature, la « lecture pure » de Bourdieu.

Quel impact sur les formes de narration et de lecture ? au niveau de la création, de l’édition (nécessité d’un paratexte ?) et des expériences de lecture ? On peut par exemple noter la résurgence du format feuilleton. Ainsi, Paul Fournel remarque que le numérique permet de« redonner vie à des formes dont le papier ne veut pas ou ne veut plus, et que les éditeurs boudent»[3]; et il précise : Si tous les matins, on peut recevoir par abonnement un bon poème sur son iPhone, qui dit quon ne prendra pas lhabitude de le lire dans le métro ? Idem pour les nouvelles, qui trouveraient bien leur place dans un abonnement quotidien. »

 

  • Si la littérature dite jeunesse s’est emparée du support, il n’en est pas de même de la littérature dite générale. Pourquoi ?

 

 

Quels lecteurs pour les écrans tactiles mobiles ?

 

  • L’aspect non-dédié peut être aussi vu comme un moyen pour la littérature d’aller chercher des nouveaux lecteurs là ou ils sont, c’est-à-dire devant leur téléphone, connectés[4] : “Le Net permet de toucher des gens qui ne sont pas dans la sphère littéraire.” [5]

 

  • Des lectures impromptues ou improvisées en fonction du contexte sont alors permises par le fait que nous avons toujours ces supports potentiels de lecture sur nous.  Expériences de lecture / géolocalisation.

 

  • Alors que la lecture des oeuvres classiques liées à ce que Dubuffet nommait « l’asphyxiante culture », aux « belles lettres », à une littérature qui sert à l’apprentissage (lecture méthodique et intensive scolaire), considérée comme légitime, est en perte de vitesse, quels « nouveaux contrats de lecture »[6] les smartphones et tablettes vont-ils faire émerger ? Qu’ont-ils de spécifique au regard de ceux proposés par les autres écrans ?

 

  • Quel plaisir (du texte et/ou du dispositif) à la lecture de ces oeuvres ?

 

Informations pratiques

 

Le colloque aura lieu les 13 et 14 juin 2014, en lien avec l’opération Lire, penser, écrire, conserver dans un monde numérique, organisée par le Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes (http://www.livre-poitoucharentes.org/),  du 11 au 14 juin 2014.

 

Les propositions de communication devront être envoyées par mail à Anaïs Guilet (anais.guilet@univ-poitiers.fr) avant le 24 mars 2014.

Date de réponse pour les communications sélectionnées : 1er avril 2014

 

Organisateurs du colloque : Anaïs Guilet (ATER à l’université de Poitiers, docteure en littératures comparées), Stéphane Bikialo (Maître de conférences en langue et littérature françaises contemporaines à l’université́ de Poitiers), Martin Rass  (Maître de conférences en langue et civilisation allemande) et les étudiants du Master LiMés (livres et médiations)

URL de référence : http://ll.univ-poitiers.fr/masterlivre/

Adresse : UFR Lettres et Langues de ’’Université de Poitiers, 1, Rue Raymond Cantel, Bât A3, 86022 POITIERS CEDEX

Partenaires : Le Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes, La Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, le Laboratoire FoReLL, le laboratoire Techné, ’’UFR Lettres et Langues de ’’Université de Poitiers.

 

 

 

 

[1] Katherine N. Hayles, Writing Machines. Cambridge (Mass.); Londres : MIT Press, 2002.

[2]Samuel Archibald, décrit ’’écran relié comme «(…) un écran modifiable en temps réel, qui ’’appuie sur des technologies ’’inscription numériques et permet ’’accès aux différents réseaux »,  Archibald, Samuel. Le texte et la technique. Montréal : Le Quartanier, 2009, p. 160.

[3] Yves Pagès in Christine Ferniot et Marine Landrot, «Littérature et numérique : quand ’’écrit invente son avenir », Télérama n° 325609 juin 2012, en ligne :http://www.telerama.fr/livre/litterature-et-numerique-quand-l-ecrit-s-invente-un-avenir,82561.php, consulté le 10 décembre 2013.

[4] Au dernier trimestre 2012, 70,5 millions ’’abonnements à un forfait de téléphonie mobile étaient ouverts en France, pour une population ’’environ 65 millions ’’habitants en France.

[5] Yves Pagès, op.cit. En 1997, dans Les Pratiques culturelles des Français : Enquête 1997, Olivier Donnat notait que si la pratique de lecture ne baisse pas (progression des « pratiques audiovisuelles domestiques » : « les Français passent, en effet, autant de temps q’’avant à lire. Mais ils ne lisent pas les mêmes contenus sur les mêmes supports »), on constate une érosion de la lecture assidue et régulière de livres. Cf. La Documentation française, 1998. En ligne :http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/enquetes.php, consulté le 14 janvier  2014.

[6] Claire Belisle (dir.). Lire dans un monde numérique. Presses de ’’ENSSIB, 2011, p. 153.

 

 

Responsable : Guilet Anaïs, Stéphane Bikialo, Martin Rass et Master Limés

 

Url de référence :
http://ll.univ-poitiers.fr/masterlivre/

 

Adresse : UFR Lettres et Langues de ’’Université de Poitiers, 1, Rue Raymond Cantel, Bât A3, 86022 POITIERS CEDEX