Archives par mot-clé : lectorat

La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colette Gauthier et Yannick Bellenger-Morvan lancent un appel à communication intitulé « La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ? » Débouchant sur un colloque à l’université de Reims-Champagne Ardennes, cette proposition nous propose d’interroger une foisonnante littérature de jeunesse selon un angle qu’esquisse l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. » Semblable approche ne manquera pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur la culture graphique, tant celle-ci semble effectivement constituer un riche vecteur de « représentations ». Pour prendre un seul exemple, pensons par exemple à la Semaine de Suzette au sein de laquelle cohabitent des dessins nous semblant participer de la définition d’un « genre » (au sens où l’entendent les organisateurs) tels les patrons de la Poupée Bleuette permettant de constituer la garde-robe idéale de la petite fille modèle, mais également un ordre social ou national (avec notamment la publication de Bécassine). Semblable approche pourrait également être étendue à des supports permettant de prendre en compte la dimension résolument européenne de cette proposition (présentée en trois langues, signalons-le). Il serait à cet égard intéressant de prolonger les réflexions que développe Pascal Lefèvre au sein d’un article publié dans Comicalités en interrogeant le rôle de la bande dessinée dite « franco-belge » de l’après Seconde Guerre Mondiale dans la construction d’identités nationales et/ou d’une identité européenne. Voici en tout cas l’une des pistes qu’il s’agira d’explorer avant le 15 mars prochain.

 

La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299.

Axe de recherche RSTI

21-22 novembre 2014

(Déroulez la page pour les versions anglaises et allemandes)

***

La littérature pour la jeunesse :

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

L’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire, est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique « instruire/pertir », dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

Comité d’organisation : Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP).

Merci d’envoyer vos propositions de communication de 300 mots maximum avec une courte notice biographique, avant le 15 mars 2014, à Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) ET Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr).

***

CFP: « Literature for Children and Popular Cultural Identity »

Rheims University – 21-22 November 2014

The purpose of this international and interdisciplinary conference is to question the notion of cultural identity. How does a people define and design its identity? Our ambition is to determine what signs make identification to a local, national and transnational culture possible. In that respect, focusing on gender and caste cultures may also be relevant.

We have deliberately centred our questioning on children’s literature, which, in its multifarious forms, is a privileged space for representing and recognising collective and individual identity. Papers will embrace both aspects of the dialectic of instruction and entertainment, in a non-exclusive approach allowing the most innovative combinations.

The didactic axis will focus on a non-exhaustive selection of texts: moral tales, mirrors for princes, textbooks and documentaries, nursery rhymes and educational songs. The following works might be cited as examples: G. Bruno’s Tour de la France par deux enfants as well as Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrated by Louis-Maurice Boutet de Monvel, in France; Anna Laetitia Barbauld’s Lessons to Children in Great Britain; Das Glück der guten Erziehung by Canon Schmid in Germany. Besides classical novels, proposals may also bear on today’s literature for children.

The recreational axis will deal with tales of adventures and fantasy stories. What part is played by Jules Verne’s and Joachim von Campe’s novels in the making of a national cultural identity? To what extent are George McDonald’s fairy tales subversive? Is today’s globalised and mass-consumed children’s literature still offering the fertile ground on which some form of common popular culture can be built?

Merging both axes, national or « legacy » literature will be granted significant weight in our considerations. The aim is to examine the ideological mechanisms presiding over the construction and assertion of some sense of belonging to one particular culture. The corpus may refer to oral, written and/or visual documents. The papers may focus on norms as much as on their subversion. Close attention will be paid to the inter-semiotic translation and poly-exploitation of stories for children: does the shift from the oral tale to the written text and, later, from the written text to the picture book preserve or alienate their popular essence (Volkstümlichkeit)?

We have deliberately refused to restrict our research to one specific geographical area or one specific period so the papers may tackle a wide range of topics. All methods of research are welcome and may cover fields as varied as linguistics, literature, civilisation, historiography.

Each 20-minute paper will be followed by a ten-minute discussion. The languages spoken are French, English and German, to allow Eastern European researchers to fully take part in the event.

Please send your proposals to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) and Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr).

Each proposal should mention:

Your name

Your Email address

Your university

The title of your paper

A 300-word abstract

A short biographical note

Deadline for sending proposals: March 15th, 2014

Answers: April 5th, 2014

***

Die Jugendliteratur : Vehikel einer volkstümlichen kulturellen Identität

Universität Reims-Champagne Ardenne
21. und 22. November 2014

Ziel dieses Kolloquiums, welches bewusst multidisziplinär gestaltet ist, wird es sein, den Begriff kulturelle Identität zu hinterfragen. Auf welche Weise definiert und entwickelt ein Volk seine Identität ? Dabei gilt es, die Merkmale zu bestimmen, welche eine Identifizierung mit einer lokalen, nationalen oder aber transnationalen volkstümlichen Kultur ermöglichen. Die Kultur der Kasten und die des biologischen und sozialen Geschlechts lassen sich vollumfänglich dieser Thematik zuordnen.

Wir haben uns entschieden, unsere Fragestellungen auf die vielgestaltige Jugendliteratur zu beschränken, welche in ihren unterschiedlichen Ausprägungen ein bevorzugtes Feld der Darstellung und Wiedererkennung individueller und kollektiver Identität ist. Die zu untersuchenden Texte lassen sich um die zwei dialektischen Aspekte „Belehren und Unterhalten“ anordnen, welche in einem nicht ausschließlichen Verhältnis möglichst fruchtbare Kombinationen zulassen sollten.

Der erste, didaktische Aspekt wird auf einer nicht abschließende Auswahl an Texten stützen: moralisch geprägte Berichte, Spiegel, dokumentarische Berichte und Handbücher, Kinder- sowie erzieherische Lieder. Als Beispiele für den französischen Sprachraum seien genannt „Tour de la France par deux enfants“ von G. Bruno oder „Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants“ herausgegeben von Louis Maurice Boutet de Monvel; für den angelsächsischen Sprachraum „Lessons to Children“ von Anna Laetitia Barbauld oder aber die Pädagogik von Maria Edgeworth, sowie für den deutschen Sprachraum „Das Glück der guten Erziehung“ des Domherrn Schmidt. Neben den klassischen Werken wird ebenfalls auch zeitgenössische Literatur verwendet werden.

Der zweite, unterhaltende Aspekt wird sich mit Abenteuergeschichten, Robinsonaden und Fantasiegeschichten befassen. Welche Rolle spielen die Romane von Jules Verne und von Joachim Heinrich Campe in der Konstruktion einer volkstümlichen kulturellen Identität ? Welchen Beitrag leisten die Erzählungen von George McDonald zur Subversion? Bietet die zeitgenössische Jugendliteratur, welche weltweit verbreitet und von Massen gelesen wird, noch eine Grundlage, auf welcher eine kulturelle Identität aufgebaut werden kann ?

Im Schnittpunkt der beiden Aspekte werden die literarischen Überlieferungen in ihren vielfältigen Ausdrücken – Sagen- und Märchenschatz, mündliche Literaturformen, Bilderbogen … ; das Korpus  kann nämlich schriftlich, mündlich oder ikonographisch sein – einen wesentlichen Platz in unseren Überlegungen einnehmen. Es geht darum, die ideologischen Mittel zu hinterfragen, die den Aufbau und die Bestätigung eines kulturellen Zugehörigkeitsgefühls leiten.  Wir interessieren uns gleichermaßen für die Norm wie auch für ihre Subversion. Unser besonderes Augenmerk liegt auf der intersemiotischen Übersetzung und der mehrfach Nutzung einiger dieser Werke : Bewahrt der Übergang vom Gesprochenen zum Geschriebenen, und vom Schriftlichen zum Bild die Volkstümlichkeit oder führt er zu deren Verlust ?

Wir verzichten bewusst auf eine geographische oder zeitliche Beschränkung unserer Problemstellung, um eine größtmögliche Offenheit und Weite unserer Arbeit zu erreichen und begrüßen alle Forschungsansätze (linguistisch, literarisch, kulturwissenschaftlich, historisch).

Jedem 20 minütigen Vortrag folgt eine 10 minütige Diskussion. Die Sprachen des Kolloquiums sind Französisch, Deutsch und Englisch, um sicherzustellen, dass auch mittel- und osteuropäische Forscher an unseren Überlegungen teilnehmen können.

Wissenschaftlicher Ausschuss: Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger (CIRLEP)

Wir würden Sie bitten, uns Ihre Themenvorschläge von maximal 300 Worten mit einem kurzen biographischen Abriss bis zum 15. März 2014 bei Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) UND Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) einzureichen.

Responsable : Yannick Bellenger-Morvan

Adresse : Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299.UFR Lettres et Sciences Humaines57, rue Pierre TAITTINGER51096 REIMS Cedex

Comicalités : nouvelles parutions

En cette rentrée universitaire, Comicalités. Études de culture graphique vous propose trois nouveaux articles. Deux d’entre eux prennent place dans notre thématique «Représenter l’auteur de bandes dessinées » en traitant dans un cas des apories de l’autoportrait à travers une question (la bande dessinée ne doit-elle pas nécessairement inventer des personnages ?) et en montrant dans l’autre comment l’auteur investit pour se représenter tous les espaces du livre, à commencer par le paratexte et notamment le frontispice. Le troisième, enfin, s’intéresse aux dispositifs de communication d’une maison d’édition (L’Association) et nous invite ce faisant à revenir sur une position défendue par exemple par Pierre Bourdieu : commercialisation et légitimation peuvent aller de pair.

Catherine Mao, « L’artiste de bande dessinée et son miroir : l’autoportrait détourné »

L’attention portée à l’écriture de soi dans la bande dessinée ne s’accompagne pas nécessairement d’une forte préoccupation pour la représentation de soi : l’autoportrait demeure, en général, relativement dépassionné ou bien désincarné. On peut se demander si la bande dessinée, traditionnellement un art du personnage, se prête à l’art du portrait, et a fortiori de l’autoportrait. Pour permettre au lecteur de le reconnaître, il faut en effet que le visage se corresponde d’abord à lui-même : le portrait ne risque-t-il pas de se dissoudre au cours de cette objectivation préalable ? Pourtant, certains auteurs ouvrent une brèche narrativement riche de sens en exacerbant précisément cette tension entre la problématique du portrait et celle du personnage : ils actualisent ce faisant la distance sans cesse reconduite entre l’artiste et son modèle et font du portrait un processus essentiellement instable.

Writing about itself does not necessarily come with a strong concern for the representation of itself: self-portrait remains, in general, relatively dispassionate or disembodied. One may wonder if comics, traditionally an art of the character, is open to portraiture and therefore to self-portrait. To allow the reader to recognize it, isn’t it imperative that the character’s face matches first to itself? And doesn’t the art of drawing disappear in front of that compelling objectification? Hovewer, some authors open rich narrative ways by exacerbating this tension between the portrait and the character: constantly updating and renewing the distance between the artist and his model, they define portraiting as an unstable and creative process.

 

Hélène Martinelli, « Représenter l’auteur dans le livre auto-illustré au début du XXe siècle : Jean Bruller, Josef Váchal, Bruno Schulz et Alfred Kubin »

Cette étude entend questionner l’hypothèse d’une tendance à l’autoreprésentation dans les œuvres auto-illustrées, tendance qui serait en quelque sorte conditionnée par la maîtrise exclusive d’un auteur sur l’oeuvre qu’il écrit, illustre voire édite. En comparant des œuvres d’auteurs-illustrateurs du début du XXe siècle (Josef Váchal, Bruno Schulz, Alfred Kubin, Jean Bruller) avec la bande dessinée et le livre d’artiste, on constate que si l’omniprésence de l’auteur ne constitue pas une spécificité de l’auto-illustration, les auteurs y explorent néanmoins l’autoreprésentation de façon originale, mêlant des éléments relevant de l’autobiographie et de l’autoportrait. Sans doute l’intérêt de ces œuvres tient-il de ce point de vue à l’invasion du paratexte par la figure de l’auteur-illustrateur, ainsi qu’à la diffraction de cette figure qui en vient souvent à se scinder en avatars multiples sinon contradictoires.

This paper aims at discussing the assumption that self-illustrated books tend to favour self-representation, a phenomenon that would be somehow determined by the exclusive mastery of an author on the work that he writes, illustrates and sometimes even publishes himself. Comparing self-illustrated books of the early twentieth century (by Josef Váchal, Bruno Schulz, Alfred Kubin and Jean Bruller) with comics and artist’s books reveals that even if the author’s omnipresence cannot be regarded as a particularity of self-illustration, these authors still have their own way of exploring self-representation by combining both elements from autobiography and self-portrait. The main interest of such books might thus be the invasion of the paratext by the figure of the author-illustrator as well as the diffraction of this figure, which often splits itself into multiple or even contradictory characters. 

 

Benjamin Caraco, « La communication éditoriale : un outil de légitimation. Le cas de L’Association »

Les recherches consacrées à la légitimation de la bande dessinée se focalisent principalement sur les instances de consécrations externes (institutions, médias). Pourtant, une approche étudiant les actions et revendications des producteurs révèle leur participation active à ce processus. Dans ses outils de communication, la maison d’édition L’Association n’a de cesse de revendiquer une certaine conception de la bande dessinée en établissant sa légitimité via une filiation historique et son adhésion à certaines valeurs. Cela se traduit par des controverses à la fois avec les autres acteurs du champ mais aussi avec ses propres auteurs et adhérents. Combinant production symbolique et promotion des livres édités par L’Association, cette communication nous invite ce faisant à reconsidérer des théories bourdieusiennes faisant d’une distinction entre esthétique et économie la clé de voûte de la notion de légitimité.

Dealing with the legitimacy of comic books, researchers mainly focus on external consecration bodies (institutions, medias). Studying the deeds and claims of the producers reveals their direct involvement in this process. While communicating with its members and readers, the publishing house L’Association keeps on vindicating its own conception of what comic books should be and establises its own legitimacy through the vindication of an historical genealogy and of some values. This position, and more specifically the publication of the newsletter Les Nouvelles de l‘hydre, lead to polemics both with other actors in the sphere of comics and with its own authors and subscribers. Combining symbolic production and book promotion, this communication process invites us to reconsider Bourdieu’s théories : is a distinction between aesthetics and economy the cornerstone of the concept of légitimacy?