Archives par mot-clé : featured

Editer la bande dessinée

Après La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? (disponible en open access aux éditions de la BPI), vient de paraître Editer la bande dessinée (Cercle de la librairie) que j’ai eu l’honneur d’écrire et de signer. Cette fort riche dernière année fut ainsi pour moi consacrée à l’étude de la place singulière qu’occupe la bande dessinée au sein des médias tant la mise en relation de ces deux travaux permet de dégager d’intéressantes questions quant aux coïncidences (ou non) des pratiques culturelles et structures éditoriales qui leur sont liées.

Celles-ci ont en effet clairement su valoriser la constante progression de la lecture de bande dessinée (déjà mesurée en 2008 dans l’étude Les Pratiques culturelles des Français et sensible dans notre étude). Nous sommes en effet face à un secteur éditorial dont l’évolution ne présente aucun équivalent au sein du monde du livre : si l’on en croit les chiffres fournis par le Syndicat National de l’Édition, son chiffre d’affaires fut multiplié par plus de cinq durant les vingt dernières années et sa progression, plus de trois fois supérieure à celle d’une édition jeunesse pourtant également largement transformée, supplante de loin celle d’autres types de publication.

Il possède dès lors un indéniable attrait invitant nombre d’acteurs à décrire d’étonnantes trajectoires à l’instar du groupe Gallimard pour qui la bande dessinée semble clairement placée au cœur d’une stratégie industrielle. A en croire Antoine Gallimard, « Casterman est un joli joyau, qui s’accorderait bien avec nos activités en bandes dessinées, notamment dans Futuropolis. Je vois un bel ensemble, qui permettrait aussi de mettre un pied dans l’audiovisuel »[1] en exploitant un catalogue à la fois patrimonial (Casterman), grinçant (Fluide Glacial), inventif (Denoël Graphic) et asiatique (Sakka)…

Chiffres d’affaires (en millions d’euros) et part de marché

11052016BDPlaceIMA1

Source : Syndicat National de l’Edition, « chiffres clés » (éditions 1994, 2005 et 2014)

Aussi fondé soit-il, cet engouement ne semble pour autant pas forcément partagé par tous et les investissements en matière de bande dessinée semblent bien loin de faire l’unanimité et on assiste dans le cas qui nous intéresse à des désengagements extrêmement clairs. Le groupe La Martinière cède ainsi dès 2007 sa participation au sein des éditions Emmanuel Proust et renonce à la collection de bandes dessinées des éditions du Seuil tandis que les éditions Albin Michel cèdent également en 2007 à Glénat leur participation au sein de la Sefam (ou société d’édition Filipacchi-Albin Michel) chargée d’exploiter les œuvres publiées au sein de L’Écho des savanes (comme par exemple celle de Pétillon).

Albin Michel : un riche catalogue aux enchères ?

BDCHAP1IMA3

De gauche à droite : Liberatore et Tamburini, Ranxerox à New York (1981). Jack Davis, Qui a peur du grand méchant loup ? (Tales from the crypt, tome 2, 1999). Philippe Druillet, Lone Sloane. L’intégrale (coffret, 2000).
© Albin Michel

Valse-hésitation (rachat puis revente en 1989 par Hachette Livres des prestigieux Humanoïdes Associés), opportunité (prise de contrôle des éditions de l’An 2 par Actes Sud)… D’autres cas de figure illustrent la structuration d’un secteur au sein duquel des structures éditoriales de taille plus modestes comme les groupes Delcourt ou Glénat damnent parfois allégrement le pion à leurs concurrents plus argentés. Comparé à une édition « jeunesse » dans laquelle le premier groupe « indépendant » pointe à la septième position (en la personne de l’École des Loisirs), cet état de fait met en évidence l’une des spécificités de la bande dessinée : la spécialisation peut y être valorisée et la diversification n’est nullement la règle.

Alors que le volonté d’étendre les activités d’une marque éditoriale à de nouveaux secteurs est ailleurs chose courante, seules certaines maisons semblent s’être laissé tenter (« Casterman-Rivages Noir » ou « Casterman-Lonely Planet ») et seuls les éditeurs pour la jeunesse semblent faire exception (à l’instar de Sarbacane). Culture graphique inégalement partagée, modes de circulation et de commercialisation particuliers ou compétences éditoriales bien spécifiques ? Les activités de nombreuses et talentueuses petites maisons permettent de poser une question qui est au cœur de la réflexion que nous livrons dans ce livre et qui fera l’objet de prochains billets.

[1] Cité dans Vincy Thomas, « Antoine Gallimard pourrait céder Casterman “dans un contexte de crise” », Livres Hebdo, 6 juillet 2012.

Journée d’étude : « La bande dessinée : quelles recherches ? »

Comicalités et son carnet sont fiers de vous annoncer l’organisation d’une nouvelle journée d’étude : consacrée à la recherche sur la bande dessinée, elle sera l’occasion de débats et rencontres que nous espérons fructueuses. Organisée par les universités Paris 13 et Paris-Sorbonne, elle aura lieu le 10 juin prochain à la Maison de la Recherche de cette dernière et nous avons choisi d’illustrer ce billet avec l’un des dessins du (défunt) blog Une vie de thésarde.

 

La bande dessinée : quelles recherches ?

Vendredi 10 juin

Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne

(28 rue Serpente, Paris)

Organisation

Benoît Berthou (université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, LABSIC) et Jacques Dürrenmatt (université Paris Sorbonne, STIH)

 

9h00-9h15 Introduction – Benoît Berthou, Jacques Dürrenmatt
9h15-10h45 Étude et critique de la bande dessinée : quel corpus ?

Modération : Benoît Berthou

Thierry Groensteen (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image), « Les ouvrages de “grande synthèse” : quelle nécessité pour la bande dessinée ? »

Yahiaoui Djebrine (Université Montpellier 3, LERASS), « Pour un dispositif d’information et communication scientifiques sur la bande dessinée »

Julien Baudry (Université Bordeaux Montaigne), « La conquête de l’Université par la bande : la thèse comme témoin d’une institutionnalisation des recherches en bande dessinée »

10h45-11h15 Pause
11h15-12h45 Archiver, organiser, classer : quelles sources pour l’étude de la bande dessinée ?

Modération : Julien Baudry

Jean-Paul Gabilliet (Université Bordeaux Montaigne), « La littérature secondaire “cachée” »

Sabrina Messing (Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte, Université Catholique de Louvain), « Le portail “Presse en stock” : approche documentaire d’un œuvre »

Catherine Ternaux (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image), « Quelles ressources pour la recherche sur la bande dessinée ? »

Luc Vigier (Université de Poitiers), « Les paradoxes d’une génétique à ciel ouvert »

12h45-14h Buffet offert pour les intervenants
14h-15h30 Acteurs de la bande dessinée : quelles approches ?

Modération : Jessica Kohn

Sylvain Aquatias (Université de Limoges, GRESCO), « Sociologie de la bande dessinée et théorie des champs : l’exemple des liens entre dessin animé et bande dessinée »

Pierre Nocerino (EHESS), « “Sans auteurs, pas de livre”. Pour une sociologie des auteurs de bandes dessinées et de leurs mobilisations politiques »

Kevin Le Bruchec (Université Paris 13, LABSIC), « Les éditeurs alternatifs de bande dessinée : permanences et spécificités d’un champ éditorial contemporain »

Benjamin Caraco (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), « Ecrire l’histoire d’un éditeur de bande dessinée : une nécessaire approche plurielle »

16h-17h30 La bande dessinée : approches interdisciplinaires

Modération : Adrien Genoudet

Benoît Crucifix, Bjorn-Olav Dozo et Gert Meesters (ACME, Université de Liège), « Logiques de l’interstice (disciplinaire, nationale, méthodologique »

Pascal Robert (École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques), « Décor et corps, quels actants pour la bande dessinée ? »

Raphaël Baroni (Université de Lausanne, GreBD), « La théorie du récit au risque de sa confrontation avec le récit en bandes dessinées »

La bande dessinée : quelles recherches ?

La dernière saison du Carnet de comicalités fut largement occupée par la publication des différents volets de l’enquête de Julien Baudry consacrée à la « Jeune recherche sur la bande dessinée ». Ce travail ne nous semble pas avoir véritablement d’équivalent et constituer une entreprise audacieuse : aborder un champ de recherche à travers certains de ses acteurs, c’est-à-dire cerner des démarches mêlant intérêt pour un mode d’expression et inscription dans des institutions.

La recherche : quel échafaudage ?

29022016Recherches

Grenier du Centre Culturel International de Cerisy dessiné par Jean-Christophe Menu

Jean-Christophe Menu, Livret de phamille, L’Association, 1995, détail, sans pagination

Entre projets et intérêts des uns et modes de structuration (par discipline, laboratoires, département, etc.) des autres s’ouvre un espace de renconte qu’il s’agit d’explorer dans toute sa complexité, tant il est le garant d’une visibilité et pérennité des recherches ici et ailleurs publiées. C’est cet effort que nous proposons à nos lecteurs et à des chercheurs de tout bord de poursuivre à travers une journée d’étude organisée à l’Université Paris-Sorbonne le 10 juin prochain. L’appel à communication que nous vous présentons ci-dessous donnera lieu à d’autres billets au sein de ces Carnets, qui sortent pour l’occasion d’un sommeil dû à la conduite d’autres projets qui seront également ici évoqués.

Continuer la lecture de La bande dessinée : quelles recherches ?

« Towards a graphic culture: studying drawing » : programme

En juin 2010, était organisé à l’université Paris Ouest le colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? ». Ces deux jours d’interventions et de communications furent enrichissants et structurants puisqu’ils donnèrent naissance à la revue Comicalités. Études de culture graphique qui se développe depuis sur le portail Open Edition.

Cinq ans plus tard, et presque jour pour jour, Comicalités est associée à un autre événement : « Towards a graphic culture : studying drawing », qui se tiendra à la villa Finaly de Florence (dont plusieurs des voutes peintes sont présentées sur cette page) et donnera bien sur lieu à de prochaines publications.

 Finaly3

Ce colloque sera surtout l’occasion de réfléchir à une plus large définition du champ scientifique qu’entend explorer notre revue : une culture graphique faisant une place centrale mais ne se limitant pas à la bande dessinée car entendant avant tout étudier le dessin en tant que mode de communication et de création.

Continuer la lecture de « Towards a graphic culture: studying drawing » : programme

Jeune recherche : posture du jeune chercheur

Pour terminer cette série d’articles sur les jeunes chercheurs en bande dessinée, j’évoquerais une question plus individuelle et personnelle : celle de la posture du chercheur, en particulier dans son rapport sensible et émotionnel à l’objet de sa recherche, en l’occurrence la bande dessinée.

En effet, j’ai déjà eu l’occasion de souligner que la grande majorité des doctorants interrogés m’ont avoué être des lecteurs de bande dessinée avant leur recherche. La valeur de ces affirmations varient, entre les lecteurs occasionnels et les lecteurs passionnés… Mais souvent intervient le constat d’un rapport à l’objet qui n’est pas seulement celui d’un chercheur, mais aussi celui d’un amateur. Par ailleurs, certains des répondants s’investissent plus qu’en tant que lecteur dans le milieu de la bande dessinée : ils sont éditeurs, galeristes, experts ou enseignants du domaine. Cette ambivalence se retrouve d’ailleurs avec d’autant plus de force dans le cas de jeunes chercheurs qui sont aussi praticiens, professionnels ou amateur. C’est le cas pour au moins quatre de mes répondants, à des degrés divers. Il sera intéressant de comprendre comment eux vivent cette double identité.

Continuer la lecture de Jeune recherche : posture du jeune chercheur

Jeune recherche : écrire et transmettre un savoir

Après avoir passé en revue différents aspects du travail scientifique à proprement parler, (le choix d’un corpus, d’une méthode, d’une bibliographie), je vais aborder la dernière étape de la recherche : la publication. Entre le début et la fin de sa thèse, ou dans la continuité de cette dernière, le jeune chercheur peut, voire doit, développer une activité de publication. Toutefois, où publier quand on travaille sur un sujet comme la bande dessinée ?

S’intéresser aux lieux de publication sur la bande dessinée, c’est aussi étendre la notion de « publication » en constatant qu’une grande partie des répondants publient sur la bande dessinée d’une autre manière que par les revues scientifiques. Ne s’intéresser qu’à ces dernières reviendraient donc à avoir un paysage incomplet. Je m’attarderais particulièrement sur les lieux et les moyens de cette écriture non-scientifique, ainsi que sur la transmission du savoir sur ou par la bande dessinée dans les activités d’enseignement qui constituent, là aussi, des excroissances du discours sur le média que peuvent produire les jeunes chercheurs…

Continuer la lecture de Jeune recherche : écrire et transmettre un savoir

Jeune recherche : contours bibliographiques

Faisant suite à mes réflexions sur les outils et méthodes, je vais à présent essayer de cerner la jeune recherche en bande dessinée en me penchant sur les sources bibliographiques des docteurs et doctorants interrogés. Lors des entretiens, j’ai en effet spécifiquement demandé quels étaient les chercheurs, théoriciens, penseurs, critiques, commentateurs, qui les inspiraient particulièrement, ou ceux dont la lecture les aidaient à mener leur réflexion.

Les réponses apportées à cette question sont intéressantes sur deux plans : d’une part elles approfondissent les questionnements sur les méthodes de recherche en donnant une origine à des réflexions personnelles, adaptées par le jeune chercheur, d’autre part elles construisent des filiations indirectes. S’inspirer de la lecture de tel auteur, même ancien, et s’en resservir dans son propre travail, c’est aussi, pour le jeune chercheur, revendiquer un héritage et nouer un lien avec les autres chercheurs qui s’en sentent proches.

Continuer la lecture de Jeune recherche : contours bibliographiques

Jeune recherche : outils, méthodes et approches

Afin d’approcher au mieux le travail des jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais évoquer à présent la question des outils et des méthodes. Cette question est bien sûr intimement liée à celles, déjà traitées, des disciplines et des axes de recherche. Mais il s’agit à présent de me concentrer sur les vingt-cinq docteurs ou doctorants de mon panel d’entretiens pour comprendre l’élaboration concrète d’un travail de recherche universitaire sur la bande dessinée : quels en sont les outils, méthodes et approches ?

J’entends ici « méthodes » dans une acception large, et non uniquement au sens de « méthodologie scientifique ». Cela ne signifie pas que les chercheurs interrogés n’évoquent pas, ponctuellement, des méthodologies reconnues et reconnaissables. C’est le cas chez certains qui citent le choix d’une approche socio-sémiotique (Philippe Paolucci), de l’ethnométhodologie (Julien Falgas), de la prosopographie (Jessica Kohn), de l’ethnologie (Pierre Nocerino). Toutefois, d’autres ne font pas appel à une méthodologie précise ou plutôt construisent leur propre méthode, parfois empirique, parfois teintée de l’influence de tel ou tel autre chercheur ou intellectuel.

Continuer la lecture de Jeune recherche : outils, méthodes et approches