Archives par mot-clé : featured

Appel à contributions dans Comicalités : Bande dessinée et culture matérielle

Légende du bandeau : Catalogue Glénat, 1986.

La revue Comicalités lance un appel à contributions sur la thématique « Bande dessinée et culture matérielle« .

Modalités pratiques :

Le présent appel à communication est ouvert à tou·te·s les chercheuses et chercheurs, quel que soit leur statut et leur origine. Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court curriculum vitae exposant les axes de recherche.
  • Un texte anonyme en français ou en anglais de 3000 signes espaces compris maximum, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5). Ce texte présentera le positionnement théorique et le corpus retenus, ainsi que les principales conclusions attendues.

Pour chacune des approches présentées ci-dessus, il est possible d’envisager un format différent de celui d’un article : nous acceptons également les entretiens, en particulier avec des professionnels du secteur (éditeurs, imprimeurs, chefs de fabrication, chargés de produits…), des collectionneurs, etc..

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 15 000 (pour les formes brèves) et 40 000 signes (articles plus classiques), espaces compris. Elle doit nous parvenir avant le 25 juin aux adresses électroniques suivantes :

bounthavy@gmail.com

sylvain.lesage@univ-lille.fr

Texte de l’appel :

La notion de culture matérielle suscite depuis quelques années un intérêt renouvelé ; elle offre un cadre conceptuel pour « rematérialiser les principes de notre connaissance[1] », afin de mieux comprendre la manière dont la matérialité des objets culturels de la bande dessinée encadre le rapport au monde des lectrices et des lecteurs. Selon Roger Chartier, « il n’est pas de texte hors le support qui le donne à lire, pas de compréhension d’un écrit qui ne dépende des formes dans lesquelles il atteint son lecteur[2] » ; pas plus que d’autres formes d’expression, la bande dessinée ne peut se penser hors des matérialités par lesquelles elle parvient aux lecteurs, du papier à l’écran, du verre à moutarde à la planche originale, de la figurine en résine au tirage princeps.

Au moment où émergent, avec le numérique, de nouvelles formes de matérialités, peut-être moins visibles, il nous paraît nécessaire de poser la question de l’inscription matérielle de la bande dessinée. Les œuvres de bande dessinée passent en effet par des supports et des objets relevant de circuits techniques et éditoriaux, commerciaux et sociaux, qui conditionnent des usages, encadrent les appropriations, nuancent ou infléchissent les constructions imaginaires. Avant même d’ouvrir un album, la technique de façonnage (cartonné ou broché), le poids du papier, le brillant du pelliculage suscitent un imaginaire et participent à l’élaboration du « pacte de lecture ». Un ouvrage grand format n’offre pas la même expérience de lecture qu’un pocket, une série de comics ne se lit pas de la même manière que le recueil qui rassemble les épisodes. Certains ouvrages jouent d’ailleurs délibérément sur des formes perturbant l’expérience de lecture : Saga de Xam de Nicolas Devil et Jean Rolin se présentait ainsi sous forme d’un très grand format incluant une loupe, indispensable pour discerner tous les détails du dessin[3]. Pour Jean-Christophe Menu, l’édition indépendante avait même développé des formats alternatifs qui marquaient son identité – avant d’être récupérés : le « roman graphique », de ce point de vue, participe bien de cette construction discursive d’un format de publication comme forme stylistique[4].

La culture matérielle de la bande dessinée pose également la question des déclinaisons publicitaires des univers graphiques. Bill Watterson est connu comme l’un des rares dessinateurs de bandes dessinées à avoir refusé de transformer sa série à succès en une suite de produits dérivés. Mis à part quelques objets dont un timbre et un T-shirt, il n’y a pas de marchandises affichant le duo loufoque et spirituel de Calvin & Hobbes. A contrario, un empire du produit dérivé s’est bâti autour de Peanuts, les aventures de Charly Brown et son chien générant 30 millions de dollars de profit annuel en 2016 ce qui place Charles Schulz au deuxième rang du classement des auteurs morts les plus riches.

En Europe, le merchandising de la bande dessinée prend également une part de plus en plus importante au niveau économique. Les droits de Tintin sont gérés par la société Moulinsart qui exploite la figure du petit reporter sous toutes les formes possibles : du coussin à la statuette à collectionner, en passant par le mug ou la lithographie en édition limitée. Les produits dérivés ont pris le dessus sur les ventes d’album puisqu’il n’y a plus de nouvelles publication depuis la mort de l’auteur. Entre 2015 et 2016, le chiffre d’affaire de cette société était estimé à 10 millions d’euros[5]. Du côté des Schtroumpfs, la société IMPS qui gère les droits sur la série a vendu la licence à 700 sociétés dans le monde[6].

La prolifération des objets n’a pas qu’un impact financier : elle transforme également l’expérience du lecteur et l’image de l’œuvre initiale. Ce sont d’ailleurs les raisons avancées par Watterson pour refuser les contrats de licence. Mais nombre d’auteurs font le choix inverse. Comment, dès lors, évolue la perception de l’œuvre ? Qu’est-ce que Mickey pour un enfant qui a d’abord connu la souris aux grandes oreilles sous forme de chaussettes ? En quoi le premier élément matériel d’entrée dans le monde de fiction influe-t-il sur la perception de l’univers imaginaire ? Il serait vain dans ce cadre de faire de ces produits dérivés de simples versions abâtardies d’une œuvre graphique, et d’opposer schématiquement production et consommation, dimension économique et distribution sociale tant, comme l’analysait déjà Karl Marx, « la production est immédiatement consommation, la consommation est immédiatement production[7] ».

Outre son impact sur la réception, le merchandising influe également sur les processus de création. Que Todd McFarlane ait à la fois créé sa maison d’édition (Todd McFarlane Productions)[8] et une société de jouet (McFarlane Toys en 1994) n’est ainsi pas anodin. Du côté japonais, la création de la série transmédia Evangelion est liée à l’industrie du jouet : la forme du robot a été pensée à partir des retours des sociétés de ce secteur. Étant donné l’importance des ventes de licences, il serait intéressant de voir de quelle manière les éditeurs ou les potentiels partenaires commerciaux influencent l’aspect des personnages ou orientent le récit au moment de sa création. Il s’agit de montrer dans quelle mesure le support et la culture visuelle modifient le monde fictionnel et sa réception en dehors de ce qui aurait pu être prévu par les instances du marketing ou les ayant droits dans une stratégie transmédia.

Ces usages publicitaires et l’insertion de la bande dessinée dans une économie de produits dérivés n’a rien de récent. Comme le souligne Michael Rhode, de nombreuses bandes dessinées ont été élaborées comme supports publicitaires et bien des titres pratiquent la technique du placement de produits[9]. Ces usages n’ont rien de secondaire : Ian Gordon avait montré à quel point, dans les années 1920-1930, la bande dessinée participe de la construction d’une société de consommation. Gasoline Alley, par exemple, peut être perçue comme une réflexion sur la manière dont l’automobile façonne les rapports sociaux et affecte le rapport au langage[10].

Nous cherchons moins à appréhender la médiation éditoriale à travers la matérialité de la bande dessinée[11] qu’à interroger la multiplicité des supports et leurs apports au niveau de la réception. Plutôt que d’étudier l’écart d’une adaptation ou d’un produit dérivé par rapport à une œuvre originale, plutôt que d’analyser la narrativisation qui accompagne le passage d’un média à l’autre, ce dossier se penchera sur la manière dont le support matériel introduit des modifications dans la perception de la fiction, qu’elles soient narratives, graphiques, etc. Afin d’explorer ces thématiques, nous suggérons les axes suivants :

1. Les matérialités de la bande dessinée

Le premier axe invite à se pencher sur les formes matérielles par lesquelles s’opère la médiation entre une œuvre et ses lectorats. En quoi les différentes formes de publication peuvent-elles influer sur la réception d’un récit par les lectrices et les lecteurs ? Il s’agira ici d’envisager les supports de publication comme des objets faisant l’objet d’investissements matériels divers. De quelle manière, par exemple, les éditeurs jouent-ils sur les formes du livre afin de segmenter leurs publics ? En quoi la multiplication des tirages de tête et des ex-libris témoigne-t-elle d’une rematérialisation précieuse de la bande dessinée ? On envisagera également la manière dont les auteurs s’approprient les formes de publication et travaillent à en transgresser les contraintes, que ce soit sur papier ou sur supports numériques. Quelle est l’implication de l’auteur dans la réalisation de l’objet livre et ses produits dérivés imprimés ?

Outre les pratiques d’édition distinctives, il serait également intéressant d’interroger les pratiques de l’édition patrimoniale et bédéphilique. En quoi l’engouement pour les planches originales a-t-il transformé les pratiques d’édition ? Quels sont les codes graphiques spécifiques permettant de “faire patrimoine” ?

Il nous semble nécessaire également d’interroger les pratiques de collection à l’aune d’un angle matériel : quels objets sont collectionnés ? Quels rapports les collectionneurs entretiennent-ils avec les objets collectionnés ?

Enfin, on interrogera également la matérialité de la recherche en bande dessinée : quels problèmes pratiques fait surgir le recours aux microfilms ? En quoi l’accès à des collections numérisées affecte-t-il les questionnements ou les méthodes de travail ?

2. Produits dérivés

Le deuxième axe suggéré s’attache aux produits dérivés, et à la manière dont l’insertion croissante de la bande dessinée dans des industries culturelles peut en affecter la création et la réception.

Afin d’éclairer les processus de création et les liens entre secteur de l’imprimé, industries du jouet et ventes de licences (pour différents types d’adaptation), il serait intéressant de détailler les relations économiques ou juridiques entre les différents supports. Dans son étude ethnologique, Ian Condry avait montré de quelle manière les créateurs japonais travaillaient de manière collaborative afin de déployer un univers de fiction sur plusieurs médiums. Il serait intéressant de poursuivre ces pistes en étudiant des titres élaborés en Europe ou dans d’autres pays. On pourra également se demander dans quelle mesure la visual culture d’une époque donnée influence la représentation du monde dans la bande dessinée.  En quoi les pratiques publicitaires et les graphismes en vogue modifient l’image d’un personnage pour le rendre plus attirant pour le nouveau lectorat ? De quels sens, de quelles fonctions les lecteurs investissent-ils les statuettes, les affiches…

Si dans les années 1940, Les Aventures de Tintin étaient essentiellement connues comme une bande dessinée, de nos jours le premier contact du jeune public avec le héros à la houppe est visuel et lié au merchandising, le support BD arrivant souvent en second. Quel est l’impact sur la lecture quand on commence à connaître l’univers de fiction par le biais de jouets ? Dans le jargon du marketing, le co-branding correspond à l’alliance temporelle de deux sociétés pour la création d’une série de produits ou une campagne publicitaire. En quoi le co-branding sert-il ou non la bande dessinée ? De quelle manière les impératifs du marketing et contraintes liées aux univers de fiction originaux modèlent-ils la bande dessinée ?

Cet axe vise également à explorer la manière dont se négocie le trait dans les industries culturelles : comment le merchandising transforme-t-il (en figeant, en allégeant, en remodelant) des graphismes d’auteurs (ou de séries), en passant de la planche à dessin au volume de l’objet ?

3. La consommation des objets dans la bande dessinée

Enfin, le troisième axe interrogera la manière dont la bande dessinée met en scène un univers de la consommation, en prolongeant les travaux de Ian Gordon. On prêtera notamment une attention particulière à la bande dessinée enfantine et à la manière dont la lecture peut initier aux mécanismes de la consommation. On s’intéressera également aux usages directement publicitaires de la bande dessinée, en particulier aux stratégies narratives déployées. De Malabar à Pistolin, la publicité a constitué une ressource importante pour nombre de dessinateurs, voire un laboratoire graphique. En quoi la bande dessinée publicitaire constitue-t-elle un creuset de renouvellement graphique ?

On s’intéressera enfin aux appropriations critiques de l’imaginaire visuel de la consommation. Dominique Pety avait montré de quelle manière le roman du XIXe siècle témoignait de la prolifération des objets et des collections, structurant l’intrigue et l’espace romanesque, formant une esthétique[12]. On pourra s’interroger sur la représentation des produits de consommation dans la bande dessinée et ses effets narratifs ou graphiques. Ainsi, Saison brune de Philippe Squarzoni repose largement sur la remédiation des codes graphiques de la publicité, et constitue une forme de pensée critique de l’image par l’image.

[1] Roche Daniel, Histoire des choses banales: naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1997, p. 9.

[2] Chartier Roger, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2015, 406 p.

[3] Rolin Jean, Devil Nicolas, Saga de Xam, Paris, Losfeld, 1967.

[4] Menu Jean-Christophe, Plates-Bandes, Paris, l’Association (coll. « Éprouvette »), 2005, p. 37.

[5] Olivier Wurlod, « Tintin a une cote d’enfer »,  Tribune de Genève, 18 novembre 2016, https://www.tdg.ch/economie/Tintin-a-une-cote-d-enfer/story/24760321

[6] Sofia Cotsoglou, « Les héros de BD rapportent gros », RTBE.be, 18 octobre 2017, https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_les-heros-de-bd-rapportent-gros?id=9739704

[7] Marx Karl, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, trad. fr 1977, p. 156.

[8] Todd McFarlane Productions est créée sous l’égide d’Image Comics, société regroupant six maisons d’éditions indépendantes.

[9] Rhode Michael, « The Commercialization of Comics: A Broad Historical Overview », International Journal of Comic Art, Fall 1999, vol. 1, no 2, p. 143‑170.

[10] Gordon Ian, Comic strips and consumer culture, 1890-1945, Washington D.C., Smithsonian Institution Press, 1998, 233 p.

[11] Cette perspective avait été envisagée dans la revue Communication & langages. Voir Pauline Escande-Gauquié, Emmanuël Souchier, « Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états », Communication & langages 2011/1 (N° 167), p. 17-29.

[12] PETY Dominique, Poétique de la collection au XIXe siècle : Du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010.

Appel à contributions dans Comicalités : relance de l’appel « Représenter l’auteur-e de bande dessinée »

Légende du bandeau : Jean-Christophe Menu. Livret de phamille. Paris : L’Association, 1995, n. p.

La revue Comicalités relance un appel à contributions sur la thématique « Représenter l’auteur-e de bande dessinée » dans une version mise à jour.

Edit au 2 mai 2018 : la date de réponse à l’appel est prolongée jusqu’au 15 mai 2018.

Modalités pratiques :

Le présent appel à contributions est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut et leur origine. Nous les invitons à nous répondre avant le 15 mai 2018 en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court curriculum vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme en français ou en anglais de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).
  • Pour chacune des approches présentées ci-dessous, il est possible d’envisager un format différent de celui d’un article : nous acceptons donc également les entretiens ou les propositions d’analyse d’une planche ou d’une case.

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue et un retour la concernant sera renvoyé le 27 mai. Son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces compris, à remettre avant le 6 octobre 2018. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes :

jessica.kohn23@gmail.com

benjamin.caraco@gmail.com

Texte de l’appel :

Quoique n’étant jamais présentés de manière unanime comme des artistes ni comme des écrivains, les producteurs et productrices de bande dessinée sont désormais presque toujours désignés comme des auteur-e-s, et c’est d’ailleurs sous cette appellation qu’ils défendent leurs droits. Loin d’être seulement un questionnement sur leur dénomination professionnelle, la question de la place et du statut de l’auteur s’interroge également en analysant leurs dessins.

D’une part, en se représentant dans leurs productions graphiques, les auteur-es de bande dessinées ne construisent-ils pas leur posture et leur éthos d’auteur, tout comme c’est le cas pour les écrivains ? Le sociologue de la littérature Jérôme Meizoz désigne par le terme de posture « la présentation de soi de l’écrivain, [qui] met […] l’accent sur la construction d’une figure d’auteur singulière par le biais d’un ethos linguistique et de conduites littéraires publiques1 ». Il définit l’éthos comme le versant discursif de la posture d’auteur, c’est-à-dire l’image de l’inscripteur donnée dans un texte singulier et pouvant se limiter à celui-ci tandis que la posture est l’image de l’écrivain formée au cours d’une série d’œuvres signées de son nom2.

D’autre part, la représentation individuelle du métier pose également la question du regard collectif porté sur cette activité professionnelle : en représentant l’auteur, c’est également une fonction qui est mise au jour et livrée aux commentaires et aux interprétations. Il faut donc également interpréter sous ce prisme les mises en scène du travail de soi ou des autres qui sont tour à tour réalistes, imaginaires, fantasmées ou idéal-typique.

Cette thématique invite les chercheur-e-s à s’appuyer sur des dessins représentant les auteur-e-s de bande dessinée dans le cadre de leur activité professionnelle, que celle-ci apparaisse au détour d’une case ou détermine une partie du récit. Nous sommes donc ouverts à l’analyse de toutes sortes de productions que nous pouvons sommairement ranger dans deux catégories :

Autoreprésentation lorsque l’auteur se met en scène lui-même, comme dans le cas de l’autobiographie ou de l’autofiction, selon des modalités qu’il serait intéressant d’étudier (Fabrice Neaud se représente ainsi, dans le quatrième tome de son Journal, sous les apparences d’un petit personnage rappelant une marionnette et contrastant avec le trait précis du reste du récit, alors que Jean-Christophe Menu semble osciller dans Livret de phamille entre dessin d’après nature et caricature). On pourra notamment interroger la mise en abyme des outils et du geste de la création, ainsi que celle de l’album ou de la planche en train d’être créés dans ce qui s’apparente alors à des autoportraits. Seront les bienvenues des propositions se demandant quels rapports (contestation ? imitation ? indifférence ?) entretiennent ces représentations avec les postures auctoriales littéraires et se demandant quels nouveaux modes d’apparition se construisent avec l’auteur de bande dessinée.

Représentation de ses pairs lorsque l’auteur semble vouloir porter un regard sur d’autres auteurs, que celui-ci soit particulièrement sarcastique (dans le cas des Mauvaises hu­meurs de James et la Tête X, voire d’Approximativement de Lewis Trondheim) ou mette l’accent sur leur place au sein d’un dispositif de publication (à l’instar du Journal de Serge Clerc qui relate la création de Métal Hurlant et des Humanoïdes Associés ou encore de La Véritable Histoire de Futuropolis). Le travail biographique consistant à évoquer la vie ou l’œuvre d’autres auteur-e-s se fait selon des modalités différentes : au parti-pris que l’on pourrait dire « critique » du McCay dessiné par Bramanti et construit autour de la notion « d’attraction » chère au scénariste Thierry Smolderen, s’oppose ainsi sans doute le parti-pris « épique » de la très longue biographie consacrée à Tezuka…

Cette liste est très loin d’être exhaustive et nous invitons des chercheurs à la compléter par des œuvres ou des représentations d’auteur-e-s qu’elles soient issu-e-s de bandes dessinées franco-belges, japonaises, américaines ou d’autres aires culturelles. Nous entendons avant tout permettre le traitement le plus exhaustif possible d’une question : quels enjeux recouvrent la représentation de l’auteur de bande dessinée, à la fois du point de vue de son milieu professionnel et de sa pratique et en dehors de ceux-ci ?

Il est en effet frappant de constater qu’une représentation de l’auteur qui émerge seulement dans les années 1960 et se limite souvent à la représentation du travail au sein d’une rédaction plutôt qu’à la mise en scène auctoriale (au sens propre, pensons aux « Hauts de page » de Yann et Conrad ou au caractère cocasse des signatures de Franquin qui s’exprimait en périphérie de la planche) est aujourd’hui extrêmement courante et nous semble pouvoir donner lieu à plusieurs approches que nous soumettons à titre d’exemples.

  • Approche éditoriale : il serait intéressant de s’interroger sur les différents modes de publication (publications périodiques, collections, traductions…) des œuvres concernées par la représentation des auteurs de bande dessinée, en apportant un éclairage historique et/ ou géographique. Plus spécifiquement, on pourrait également étudier l’aspect structurant de cette pratique, au sein de la pratique du blogging par exemple, ou encore à travers la définition du roman graphique.
  • Approche sociologique : il est possible d’approcher la représentation des auteur-e-s en se demandant quelle vision du groupe social et quelle identité professionnelle ressortent des représentations que les auteur-e-s font d’eux-mêmes ou de leurs collègues. Dans ce cadre, il serait pertinent de lier ces représentations aux luttes sociales actuelles pour la reconnaissance du métier ; on pourrait par exemple imaginaire une analyse des représentations militantes qui émergent actuellement.
  • Approche esthétique : il s’agit de cerner les modalités d’apparition de l’auteur, que ce soit sur le plan graphique (s’apparente-t-elle à des genres comme le portrait, la caricature ?) ou narratif (l’auteur devient-il un personnage à part entière ou est-il traité sur le mode de la référence, voire de la connivence ?). Qu’est-ce que le dessinateur lui-même suggère comme traits (narratifs ou graphiques) propres à l’auctorialité, qui le distinguerait de ces autres personnages ? Comment la représentation de l’auteur dialogue-t-elle avec l’enjeu autobiographique de certaines œuvres ? Plus spécifiquement, il y a-t-il des stratégies stylistiques, voire une rhétorique de la représentation de l’auteur, visant à créer une connivence avec le lecteur (en installant par exemple le narrateur dans le statut de témoin, comme le font Joe Sacco ou Étienne Davodeau, ou dans une posture de badaud, comme Guy Delisle).
  • Approche symbolique : elle s’interroge sur la valeur qu’acquiert cette représentation de l’auteur sur le plan des filiations (comment se réclame-t-on d’un auteur ou d’une école en bande dessinée ?) ou plus largement d’une inscription dans le champ de la littérature (en représentant un auteur de bande dessinée à côté d’écrivains ou en s’inscrivant dans un dispositif comme le pacte autobiographique) ou artistique (en se référant par exemple à des représentations courantes dans le domaine de la peinture, comme l’atelier, le modèle). Pastiche et hommage, ou parodie et subversion des héritages, pourront notamment être examinés à l’aune de la question des filiations ou au contraire des avant-gardes dans la création artistique initiée par la bande dessinée.

Bibliographie indicative

Amossy, Ruth (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, Paris-Lausanne : Delachaux & Niestlé, 1999.

Beaulac, Mario, « Je te dessine, donc tu es. » Les auteurs de BD (re)vus par leurs collègues », in Pierre Alban Delanoy, La bande dessinée à l’épreuve du réel, CIRCAV n°19, Paris : L’Harmattan, 2007, p.47-66.

COnTEXTES, no 8, La posture. Genèse, usages et limites d’un concept, 2011, URL : < http://contextes.revues.org/4692 >

Figures, ethos et posture de l’auteur au fil des siècles, Lausanne, Colloque de l’Université de Lausanne des 20 et 21 juin 2013, URL : < http://www.unil.ch/fdi/page88711.html >.

Heinich, Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris : La Découverte, 2000.

Kohn, Jessica, « Les dessinateurs dessinés : les rédactions des illustrés en images (1945-1968) », Bandes dessinées et imaginaire médiatiques, Bruxelles : Impressions Nouvelles, 2019 (à paraître).

Lahire, Bernard : La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris : La Découverte, 2006.

Le Roy Ladurie, Irène, « L’autoreprésentation féminine dans la bande dessinée pornographique  », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 23 janvier 2017, URL : http://journals.openedition.org/rrca/732

Licari-Guillaume, Isabelle, « Ambiguous Authorities: Vertigo and the Auteur Figure », Authorship, vol 6, n°2, 2017, doi : 10.21825/aj.v6i2.7700, URL : http://www.authorship.ugent.be/article/view/7700

Maingueneau, Dominique, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris : Armand Colin, 2004.

Mao, Catherine, La bande dessinée autobiographique francophone (1982-2013). Transgression, hybridation, lyrisme, Thèse de doctorat, Paris : Université Paris-Sorbonne, 2014, URL : < http://www.theses.fr/2014PA040091/document >

Meizoz, Jérôme, Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau, Lausanne : Antipodes, 2003.

Meizoz, Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève : Slatkine, 2007.

Viala, Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris : Minuit, 1985.

Sources et corpus :

Collectif, L’atelier Mastodonte, Paris : Dupuis, 2013-2017 (5 tomes).

Ayroles, François. Nouveaux moments clés de l’Histoire de la bande dessinée. Paris : Alain Beaulet Editeur, 2008.

Ayroles, François. Mon Killoffer de poche. Paris : L’Association, 2006.

Baladi, Alex. Encore un effort. Paris : L’Association, 2009.

Cauvin, Raoul, Pauvre Lampil. Marcinelle : Dupuis, 1977.

Cestac, Florence. Comment faire de la bédé sans passer pour un pied nickelé. Paris : Dargaud, 1998.

Cestac, Florence. La Véritable histoire de Futuropolis. Paris : Dargaud, 2007.

Cestac, Florence. La Vie d’artiste. Paris : Dargaud, 2002.

Clerc, Serge. Journal. Paris : Denoël, 2008.

Clowes, Daniel. Pussey ! Paris : Rackham, 2002.

Crumb, Robert. Mes problèmes avec les femmes. Paris : Cornelius, 2007.

Darasse, Christian, Yslaire et Tome, Le Gang Mazda. Marcinelle : Dupuis, 1988-1996.

Davodeau, Etienne. L’Atelier. Montreuil : PMJ-Les Rêveurs, 2002.

Dupuy et Berberian. Journal d’un album. Paris : L’Association, 1994.

Eisner, Will. Le Rêveur. Paris : Delcourt, 2009.

Fabcaro. La Clôture. Saint-Jean de Vedas : 6 pieds sous terre, 2009.

Fabcaro. Pause. Paris : La Cafetière, 2017.

Fromental, Jean-Luc et Stanislas. Les Aventures d’Hergé. Paris : Reporter, 2007.

Gaudelette, Michel. La Vie des festivals. Paris : Fluide Glacial, 2001.

Guillevic, Joëlle, Le Journal de Joe Manix. Poitiers : Flblb, 2009.

Horrocks, Dylan. Hicksville. Paris : L’Association, 2002.

James et la Tête X. Les Mauvaises humeurs. Saint-Jean de Vedas : 6 pieds sous terre, 2007.

Josso, Olivier, Au travail !, Paris : L’Association, 2012

Joub et Nicoby, Dans l’atelier de Fournier, Marcinelle : Dupuis, 2013

Killoffer. 676 apparitions de Killoffer. Paris : L’Association.

Larcenet, Manu. Critixman. Montreuil : Les Rêveurs, 2006.

Long, Guillaume. Comme un poisson dans l’huile. Paris : Vertige Graphic, 2002.

Malher, Nicolas. L’Art selon madame Goldgruber and L’Art sans madame Golgruber, Paris : L’Association, 2005.

Matt, Joe. Le Pauvre type. Paris : Delcourt, 2001.

Matt, Joe. Strip-tease. Paris : Le Seuil, 2004.

Menu, Jean-Christophe. Livret de phamille. Paris : L’Association, 1995.

Neaud, Fabrice. Journal (4 tomes). Angoulême : Ego comme x.

Ohba, Tsugumi. Bakuman. Paris : Kana, 2010.

Osamu Tezuka. Biographie. Paris : Casterman, 2004.

Pekar, Harvey, American splendor. New York City : Ballantine Books.

Relom, Les fabuleuses aventures autobiographiques de John Relom dans le monde sans pitié de l’édition, Le Lombard, 2012

Roosevelt, José. Juanalberto Dessinator. Antony : La Boîte à bulles, 2007.

Seth. La Vie est belle malgré tout. Paris : Delcourt, 1998.

Sfar, Joann. Harmonica (one of the Carnets de Joann sfar, 9 tomes). Paris : L’Association, 2002.

Smolderen, Thierry. Bramanti, Jean-Philippe. McCay. Paris : Delcourt, 2004.

Spiegelman, Art, Breakdowns. Paris : Casterman, 2008.

Taniguchi, Jiro. Un zoo en hiver. Paris : Casterman, 2009.

Tatsumi, Yoshihiro. Une vie dans les marges. Paris : Cornelius, 2011.

Trondheim, Lewis, Approximativement. Paris : Cornélius, 2001.

Trondheim, Lewis. Carnets de bord. Paris : L’Association, 2002.

Trondheim, Lewis. Désoeuvré. Paris : L’Association, 2005.

Urasawa, Naoki et Nagasaki,Takashi, Billy Bat, Pika éditions, 2012-2017

Yann and Léturgie Simon. Spirou dream team. Marcinelle : Dupuis, 2011.

Zep. Le Portrait dessiné. Grenoble : Glénat, 2010.

1Jérôme Meizoz, Postures littéraires, II : La fabrique des singularités, Genève, Slatkine érudition, 2011, p. 18.

2Ibid., p. 87.

Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Le principe des études éditoriales est d’interroger l’objet d’étude qu’est la bande dessinée par un angle spécifique, celui de la production et du point de vue de l’éditeur. C’est envisager d’emblée que les structures socio-économiques au sein desquelles naissent les œuvres sont une clé de compréhension possible de ces dernières, au même titre que l’analyse de l’oeuvre ou la connaissance des auteurs. Une telle approche est intuitivement peu évidente, dans la mesure où elle constitue une vue indirecte sur l’oeuvre. Pourtant, elle s’avère riche par ce qu’elle peut apporter de connaissance transversale sur le secteur.

La sortie récente du livre de Sylvain Lesage Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, est un bon prétexte pour évoquer l’importance de l’approche éditoriale dans le cas de la bande dessinée.

Légende du bandeau : Florence Cestac, La véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007, p.3

Continuer la lecture de Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Extension du domaine de la bande dessinée : une lutte pour la survie ? (par Sylvain Aquatias)

par Sylvain Aquatias, maître de conférences en sociologie, Université de Limoges, membre du comité éditorial de Comicalités

La bande dessinée connaît à l’heure actuelle une forte diversification de sa production, occupant de nouveaux territoires où elle était peu ou pas représentée. C’est le cas dans le domaine journalistique, où des revues s’affirment (la Revue Dessinée, Topo, Groom), et dans le domaine de la vulgarisation scientifique où, au delà d’un courant déjà bien affirmé, des collections produisent de multiples ouvrages (Sociorama, La petite bédéthèque des savoirs, Octopus).

Cette diversification des projets éditoriaux agit nécessairement sur la constitution de ce que Luc Boltanski, dans son article de 1975, considérait comme un champ, c’est à dire un espace de production caractérisé par une indépendance relative aux contraintes externes (politiques, économiques, médiatiques, etc.) et capable de se doter de principes de différenciation et d’auto-organisation, dans lequel les producteurs se classent et sont classés. C’est ce que la diversification des productions dit de l’état de ce champ qui nous intéresse ici, en amont, du côté des causes de la diversification, et en aval, du côté des conséquences qu’elle peut avoir.

Légende du bandeau : Heloïse Chochois, Infiltrée chez les physiciens, 2015, éditée par l’équipe « La Physique Autrement » du LPS (Université Paris-Sud et CNRS) (à lire sur : http://hebergement.u-psud.fr/supraconductivite/bd/)

De la production des producteurs à la production des œuvres…

La première cause de la diversification des formes de la bande dessinée naît vraisemblablement d’une disproportion entre le nombre d’auteurs et les débouchés classiques de la bande dessinée.

Nombre d’écoles ont ouvert des formations préparant aux métiers de la narration graphique. Un grand essor des écoles de bande dessinée a lieu à partir des années 80 (Emile Cohl reconnue en 1984, Ecole Pivault en 1985, LISAA et Ecole Jean Trubert en 1986, Axe Sud en 1989, EESI en 1994), se poursuivant après 2000 (Eurasiam en 2002, L’Iconograf en 2003, ESMI en 2006, Master de l’Université de Poitiers en 2008, CESAN en 2009, EIMA en 2012, rapprochement Delcourt-Brassart en 2014, Human Academy en 2015). Et cette liste ne concerne que les écoles françaises, auxquelles il faudrait ajouter en toute justice les académies belges.

Pour autant, ces formations concernent avant tout les plus jeunes créateurs, puisque ce sont chez les moins de 30 ans que l’on trouve le plus fort pourcentage de jeunes formés dans ces écoles (32 % contre 15 % des 31-40 ans, selon les Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016 ). Même si les lauréats de ces écoles ne deviennent pas automatiquement des créateurs de bande dessinée, ce flux constant vient nourrir un corps de métier déjà dense, composé soit d’artistes autodidactes, d’artistes ayant une formation plus générale (Beaux Arts, Arts Appliqués) ou acquise dans des domaines connexes comme l’animation.

Dans le même temps, le marché du livre s’est diversifié et l’extension des publications accentue les effets de concurrence entre ouvrages, entre auteurs et entre éditeurs. Or, la bande dessinée est un des secteurs les plus forts du marché du livre. Les éditeurs se doivent de tenir leur place et de diversifier leur offre sous peine de voir leurs chiffres baisser, ce d’autant plus que la dynamique de lecture des français est globalement en baisse (Rapport 2017 du CNL ).

La profusion d’auteurs ne peut qu’obliger les plus entreprenants d’entre eux à se tourner vers des débouchés originaux. De la même manière que nombre d’écrivains, des auteurs font de l’animation pédagogique dans les classes de collège et de lycée, mènent des ateliers dans les centres de loisirs, enseignent dans les écoles de bande dessinée. Ce sont autant de moyens de disposer de revenus supplémentaires : 53 % des auteurs interrogés par les Etats Généraux de la Bande dessinée se définissent comme professionnels précaires.

Que des auteurs se spécialisent dès lors dans certains types de publication ou profitent de l’étendue des possibilités devient alors assez logique. D’un côté, des auteurs qui ont besoin de débouchés, de l’autre des éditeurs qui ont besoin de nouvelles œuvres, voilà comment la diversification s’explique.

Mais le développement des ouvrages de non-fiction ne peut se comprendre si l’on ne saisit pas aussi que c’est parce que des universitaires ont envie que leurs travaux ne restent pas dans l’entre-soi des chercheurs ou parce que des journalistes veulent trouver de nouvelles voies de diffusion que la bande dessinée apparaît comme un médium salvateur. Du côté des universitaires, il y a pléthore de matériau. Du côté des journalistes, l’alliance avec un dessinateur permet d’illustrer différemment et de donner plus de chair à des sujets parfois délicats, sans compter les économies de moyens qu’offre la bande dessinée.

De la production des œuvres à la structure du champ

Mais cette diversification change la vision même que l’on peut avoir de la bande dessinée. Journalisme et vulgarisation scientifique induisent aussi que les artistes se mettent au service de la vision d’un autre. Or, la recherche de la consécration est liée, dans les arts plastiques ou la littérature, à l’affirmation d’une originalité ou d’une singularité de l’œuvre. Ici, le caractère personnel et nouveau d’une œuvre est forcément diminué par le fait qu’elle s’inspire de travaux scientifiques ou d’enquêtes et ce encore plus quand elle est co-écrite.

Le fait même qu’une partie de la production puisse être vue de manière instrumentale, contrainte et soumise aux logiques du journalisme ou de la vulgarisation scientifique, peut la ramener à une position subordonnée à la transmission ou à l’éclairage de savoirs.

Plus encore, le fait que la bande dessinée revienne à certaines de ses fonctions d’origine (pédagogie, éducation) pourrait inciter certains commentateurs mal disposés à voir là la trace d’un retour en arrière.

Au sein même des éditeurs et des auteurs, n’existe-t-il pas un risque de voir des classements être construits avec des critères hétéronomes, issus d’autres corps professionnels ? Ce serait là une remise en cause de l’autonomie d’un champ qui est déjà très perméable aux influences des arts plastiques ou de la littérature. Si l’on doit y rajouter les critères de la science et du journalisme, voire de la pédagogie, les œuvres peuvent être alors passées au crible de multiples grilles de lecture qui ne tiendront pas nécessairement compte de ceux de l’art séquentiel, qui perdrait alors encore en autonomie.

Si cela était, on assisterait au mouvement inverse que décrit Luc Boltanski lorsqu’il montre comment la légitimation du nouvel art s’opère par la reconnaissance conjointe des auteurs et des œuvres dans les années 1970. Si, à l’heure actuelle, beaucoup d’auteurs sont de plus en plus précarisés, il ne faudrait pas que les œuvres elles-mêmes en pâtissent, au risque de faire baisser leur reconnaissance symbolique.

Lecteurs et légitimité

Sûrement, le lecteur de bandes dessinées se pose rarement la question de savoir si l’ouvrage qu’il s’apprête à lire est « reconnu » et « légitime ». Néanmoins la structure même du lectorat mérite que l’on s’attarde sur ce point.

Les enquêtes sur les consommations culturelles des français montrent assez combien les cultures populaires s’y sont installées, y compris dans les portions les plus diplômées de la population. Ce sont aussi celles-ci qui, à l’âge adulte, consomment le plus de bande dessinée. Mais, parce qu’il s’agit justement de populations qualifiées, on peut penser qu’elles peuvent être sensibles aux jugements critiques sur la qualité des bandes dessinées. On sait, par exemple, que les prix littéraires peuvent augmenter le nombre de ventes des albums. Pour autant, si on peut espérer multiplier ainsi les ventes par deux ou trois, Xavier Guilbert note que, de 2000 à 2013, seuls trois des ouvrages lauréats du prix du meilleur album arrivent parmi les cinquante meilleures ventes de l’année (Numérologie, édition 2014). L’impact du festival, hautement légitime, n’est donc pas si important en ce qui concerne le succès commercial. Certes, on ne peut pas réellement dire quelle population de lecteurs achète un album primé à Angoulême. Mais on peut néanmoins penser qu’il s’agit de ceux qui seront les plus sensibles aux effets de la reconnaissance symbolique de la critique.

Au clivage du marché pourrait alors correspondre un clivage des lecteurs. L’enquête de la Bibliothèque publique d’information sur le lectorat de bande dessinée de 2011 montre que si 53 % des personnes disposant au moins d’un diplôme universitaire de second cycle déclarent aimer les romans graphiques, les personnes ayant un diplôme inférieur au premier cycle ou étant sans diplôme sont 59 % à à déclarer ne pas les apprécier.

Reste à savoir – et on serait bien incapable de répondre à cette question à l’heure actuelle – quel sera le public le plus intéressé par les nouveaux territoires de la bande dessinée. Mais le risque d’un marché de plus en plus divisé reste bien présent, avec d’un côté des auteurs avec de solides chiffres de vente malgré une reconnaissance institutionnelle parfois faible, de l’autre des auteurs disposant d’un fort capital symbolique, mais gagnant bien mal leur vie.

Bibliographie sommaire

Aquatias Sylvain, « Le goût de la bande dessinée : acquisition, transmission, renforcement et abandon », in La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? B. Berthou, C. Evans (coord.), Paris, BPI, Janvier 2015.

Boltanski Luc, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la Recherche en sciences sociales, janvier 1975, n°1, pp. 37-59.

Bourdieu Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 89, septembre 1991. Le champ littéraire. pp. 3-46.

Coulangeon Philippe, Les métamorphoses de la distinction, Grasset, Paris, 2011.

Donnat Olivier, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, La Découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 2009.

Dubois Jacques, L’institution de la littérature, Paris-Bruxelles, Editions Labor, 2005.

Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016, résultats statistiques. http://www.etatsgenerauxbd.org/wp-content/uploads/sites/9/2016/01/EGBD_enquete_auteurs_2016.pdf

Godon Pierre, « BD : y a-t-il un effet Goncourt sur les ventes des albums primés à Angoulême ? », 28/01/2017, FranceTVInfo, https://www.francetvinfo.fr/culture/festival/festival-de-bd-d-angouleme/bd-y-a-t-il-un-effet-goncourt-sur-les-ventes-des-albums-primes-a-angouleme_2034071.html, consulté le 12/02/2018.

Guilbert Xavier, « Angoulême », pp. 139-141, Numérologie, une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, https://www.du9.org/Num2014/du9-Numerologie-2014.pdf

Heinich Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, sociologie des arts plastiques, Editions de Minuit, Paris, 1998.

Ratier Gilles, Rapport 2016 de l‘ABCD, http://www.acbd.fr/category/rapports/.

Vincent-Gérard Armelle et Chomet Natacha, Les Français et la lecture 2017, IPSOS Connect – CNL, 2017, http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les_francais_et_la_lecture/, consulté le 28/02/2018.

Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : quand les historiens lisent des bandes dessinées

La question du corps en bande dessinée, sous-entendu de la « représentation » des corps dans la bande dessinée, est un bon exemple de la façon dont les approches académiques récentes peuvent réveiller des pistes d’analyse stimulantes en déjouant les limites disciplinaires. Cette question a été peu étudiée dans les publications non-académiques (avec quelques exceptions notables, j’y reviendrai) et peut paraître triviale ou secondaire ; elle ne constitue d’ailleurs pas un champ d’étude à elle toute seule. Quelques exemples récents vont me permettre de montrer comment les chercheurs font du corps et de ce qu’implique sa représentation un élément central dans la compréhension de la bande dessinée, notamment en reliant cette question à des problématiques plus larges des études culturelles, de la sémiologie, ou de la narratologie.

Légende du bandeau : Fliegende Blätter, vol. 69, n° 1734, 1878. Source : Universitätsbibliothek Heidelberg – digi.ub.uni-heidelberg.de (d’après http://www.topfferiana.fr/2010/11/les-fils-de-fer-du-fliegende-blatter/)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

La parution à l’hiver 2017-2018 des deux premiers albums de la collection « L’Histoire dessinée de la France », coédités par l’éditeur académique La Découverte avec La Revue Dessinée, est le marqueur fondamental d’un phénomène de plus grande ampleur : l’engouement croissant de la communauté scientifique des historiens pour la bande dessinée. C’est cette tendance que nous souhaitons analyser aujourd’hui, en nous concentrant non pas sur l’histoire de la bande dessinée (qui demeure un parent pauvre de la recherche scientifique), mais sur l’histoire par la bande dessinée…

Voir le chapitre suivant : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Légende du bandeau : tomes 1 et 2 de la série Histoire dessinée de la France, co-édition La Découverte et La Revue Dessiéne (2017-2018)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Le hasard calendaire des parutions scientifiques fait que le numéro 78 de la revue Agora débats/jeunesse consacré à « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » et dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier et Julien Fuchs sort juste un mois après notre propre dossier dans Comicalités, dirigé par le même groupe de chercheurs. Cette parution simultanée est une bonne occasion d’examiner plus en détail, par une comparaison entre les deux dossiers, ce qu’apporte la thématique « sportive » à la recherche sur la bande dessinée.

Continuer la lecture de Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Faisant suite à la publication de l’article « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru » de Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, paru dans la récente thématique « Bande dessinée et sport« , Comicalités publie une intuition de recherche préparée par les trois auteurs pour approfondir les rapports entre l’oeuvre graphique de Baru et la violence dans le(s) sport(s). Les trois auteurs se sont interrogé sur la place de la femme dans ce diptyque sport et violence. Nous reproduisons leurs réflexions ci-dessous. (NB : nous remercions Baru pour l’autorisation de diffusion de l’entretien et des images.)

Les filles et les femmes, grandes absentes de la pratique sportive : les « non-dits graphiques » d’une autre forme de violence ?

Il est avéré que les filles sont les grandes oubliées des pratiques sportives dans les albums de Baru. Avec honnêteté et réalisme, l’auteur s’accorde avec les travaux historiques qui montrent que la place des filles et des femmes est réduite à la portion congrue dans un univers où le sexe du sport est masculin (DAVISSE, LOUVEAU, 1991). Dès l’enfance le sport est une pratique réservée aux mâles. Dès l’école primaire, dans les représentations collectives, l’exclusion de fait des filles de la scène sportive s’impose comme une évidence. Dans Les années Spoutnik, Lorsque Leïla, l’amie d’Igor, propose de remplacer le gardien de but blessé lors d’une partie opposant les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas », l’ensemble de ses camarades s’y oppose à l’unanimité, alors que pourtant, aucun volontaire ne s’est déclaré pour le poste vacant.

Image 1 : Les filles hors-sport. (Baru. Les années Spoutnik, tome 1 : le penalty. Casterman, 1999, p.42. ©Baru/Casterman

Dans une société qui sépare nommément garçons et filles, Baru s’emploie à décrire la réalité sociale où les femmes sont encouragées à rester au foyer pour s’occuper des tâches ménagères et où les enfants fréquentent des écoles séparées. De ce fait, l’absence de mixité sexuée se répercute également dans les jeux sportifs mais également non sportifs. Les camarades masculins de Leïla sont très étonnés que cette dernière décide de prendre part à leurs jeux de garçons.

Image 2 : Les filles hors-jeu. Baru. Les années Spoutnik, tome 3 : Bip bip !. Casterman, 2002, p.40. ©Baru/Casterman

A l’adolescence, le processus se poursuit. Les filles sont les absentes de la scène sportive. Lorsque dans les différents chapitres de La piscine de Micheville, les adolescents s’adonnent à la natation, au football ou au volley-ball sur la plage, systématiquement, l’enjeu est soit de séduire les demoiselles de leur âge, soit de se défouler pour oublier que justement, parce qu’elles évoluent dans des espaces séparés, les jeunes filles demeurent des objets de convoitise momentanément inaccessibles.
A l’âge adulte, alors que les héros de Baru s’adonnent à la pratique de la boxe, bien entendu les femmes qui les côtoient en sont exclues (Il est vrai que Baru ne risque pas l’anachronisme. La boxe féminine ne se développe qu’à partir des années 1990 et ne deviendra sport olympique qu’en 2012 à Londres.). Plus encore qu’à l’adolescence, les femmes sont les objets du désir de ses boxeurs. Mais à chaque fois, Baru leur fait jouer un rôle ambigu : que ce soit Sarah dans Le chemin de l’Amérique ou Anna, dans L’enragé, les deux héroïnes ne se retrouvent pas sur le chemin de Saïd Boudiaf ou d’Anton Witkowski simplement en raison des hasards du destin. En réalité, elles sont instrumentées, soit par un parti politique, soit par un manager adverse. Leur relation au héros ne peut manquer d’être particulièrement complexe, dans la mesure où même si elles en tombent amoureuses, elles sont également missionnées pour les trahir. Peut-on pour autant parler de violence symbolique faite aux femmes, dans la mesure où en enrichissant leur rôle, il leur permet de dépasser leur statut de femme complaisante attendant sagement au foyer le retour du héros. En ce qui concerne leur rôle par rapport à la boxe, il est réduit à la portion congrue. Les femmes sont contraintes de supporter l’attente entre deux combats, de vivre les incertitudes et humeurs de leurs conjoints liés aux entraînements et aux échéances, d’attendre le retour du champion sans pouvoir jouer un rôle influent.

Image 3 : Les femmes dans l’attente du retour du champion. Baru. L’enragé. Tome 2. Dupuis, 2006, p.85. ©Baru/Dupuis

Ce faisant, Baru s’inscrit dans une logique inhérente à la sphère, dans laquelle couronner le vainqueur reste l’apanage des femmes (LOUVEAU, 1991, p.135-141). Le sexe féminin reste la première victime de la violence symbolique du sport (VIGARELLO, 2001).
Alors, si l’on s’en tient à la place des femmes vis-à-vis des pratiques sportives, on peut souscrire à l’argumentation suivante : Baru est effectivement un témoin attentif de son temps, qui relate avec fidélité les usages et les représentations sociales en vigueur concernant le rôle assigné à chaque sexe. Dans les années 1950 ou 1960, les fillettes, adolescentes ou jeunes femmes sont majoritairement exclues de la pratique sportive, tout comme elles sont de fait exclues de beaucoup de jeux propres aux garçons. Dans les années 2000, les femmes restent à distance de la scène sportive, même si Baru leur offre de jolis rôles en jouant sur une dualité qui évite de les cantonner au rôle de simple fantasme masculin. La place des femmes dans les scénarii de Baru est conforme à celle qu’il a connue lors de sa jeunesse et celle qui reste en vigueur dans la société actuelle.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (sous la direction de). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.