Archives par mot-clé : featured

Tendances de recherche (5/6) : bande dessinée et pédagogie

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : la bande dessinée de recherche

La parution récente d’un numéro de la revue Trema consacré aux « Usages didactiques de la bande dessinée », ainsi que le tout prochain colloque Telling Science Drawing Science à Angoulême (15-17 mai) réactive après une (longue?) pause notre série des tendances de la recherche en bande dessinée, pour vous parler du couple infernal « bande dessinée » et « pédagogie ». C’est là un domaine qui a particulièrement occupé les chercheurs de ces dix dernières années. Pourquoi ce sujet passionne et quelles sont les pistes pour l’approfondir encore davantage ?

Légende du bandeau : bandeau-titre des Belles Histoires de l’Oncle Paul par Jean Graton, tel que repris dans la réédition de Dupuis (2013)

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

Ce n’est pas le sujet de cet article que de revenir sur les rapports entre bande dessinée et pédagogie. Je renvoie à cette fin l’article de Nicolas Rouvière sur le sujet, pour la revue Neuvième art 2.0 en janvier 2013. Mais voici néanmoins quelques jalons importants pour comprendre le traitement de cette question par l’université.

L’histoire est désormais bien connue : après une première moitié du XXe siècle de mépris et de franche hostilité des pédagogues (enseignants, chercheurs, bibliothécaires, éducateurs confessionnels ou politiques…), un retournement important a lieu dans les années 1970.

Ainsi, jusqu’aux années 1960 les écrits pédagogiques visent surtout à démontrer la nocivité des bandes dessinées sur les besoins et facultés d’apprentissage des enfants. Le monde universitaire participe naturellement à ce mouvement. Un exemple parmi d’autres : en 1953 le numéro 5 de la revue Enfance, revue scientifique internationale de référence pour la psychologie enfantine, est consacrée aux « Journaux pour enfants » ; il contient plusieurs articles de déploration, dans le ton des débats autour de la loi de 1949 sur la surveillance et le contrôle des publications destinées à l’enfance. Ces recherches s’appuient généralement sur des enquêtes psychologiques à charge, particulièrement développées aux États-Unis. Les sciences de l’éducation, encore jeunes (l’Association internationale des sciences de l’éducation est créée en 1953), épaulées par la psychologie sociale, sont instrumentalisées dans le cadre de la lutte contre les illustrés.

Puis, durant les années 1970, une suite de publications vient changer la donne, dans le sillage des mouvements bédéphiles et, plus certainement, d’un changement de génération après la révolution culturelle de 1968. Antoine Roux, bien sûr, avec son ouvrage La bande dessinée peut être éducative, en 1970, aux Éditions de l’Ecole, brise un tabou autant qu’il répond aux détracteurs du média. Côté université, le psychologue Serge Tisseron, en 1977, livre un plaidoyer argumenté dans « La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? (In: Communication et langages, n°35, 1977. pp. 11-21. DOI : https://doi.org/10.3406/colan.1977.4426). Les rapports s’inversent alors et deux colloques « Bande dessinée et éducation » ont lieu à La Roque d’Antheron, en 1977 et 1979 (actes parus sous les titres Lecture et bande dessinée chez Edisud, et Histoire et bande dessinée chez Objectif Promo Durance). Les revues professionnelles comme Les Cahiers pédagogiques et Textes et documents pour la classe commencent à proposer des dossiers sur la bande dessinée (respectivement en 1982 et 1983).

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie est un objet de recherche en lui-même, autour de la question récurrente de la « place de la bande dessinée à l’école ». Harry Morgan, dans ses multiples travaux, a ainsi retracé les lignes historiques de ce sujet (voir par exemple : « De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1234.). D’autres chercheurs mettent en regard cette question avec la problématique plus large et désormais bien défrichée de la légitimation culturelle de la bande dessinée à la fin du XXe siècle (voir : Florie Steyaert et Jean-Louis Tilleuil, (2016). « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans Ahmed, M., Delneste, S. et Tilleuil, J.-L. (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions. Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p.233-268 ; voir aussi : Béatrice Bomel-Rainelli et Alain Demarco, « La BD au collège depuis 1995 : entre instrumentalisation et reconnaissance d’un art », Le français aujourd’hui, 2011/1 (n°172), p. 81-92. URL : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-1-page-81.htm. DOI : 10.3917/lfa.172.0081). Enfin, quelques travaux portent sur les pratiques enseignantes et le contexte pédagogique global, y compris l’analyse des programmes pédagogiques (voir Sylvie Dardaillon, « Quelle place pour l’iconotexte dans les pratiques enseignantes au cycle III ? » In Louichon, B. et Rouxel, A. (dir.), La littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels. Dijon : SCEREN, CRDP de Bourgogne, 2009, 85-95 ; voir aussi : Bernard Tabuce. « Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD dans les manuels de collège » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1230.).

Ces travaux ont permis de mettre en évidence le fait que, si l’intégration de la bande dessinée dans les milieux scolaires est définitivement engagée, elle doit encore progresser. Il s’agit, comme le rappelle Nicolas Rouvière, d’une « intégration en trompe-l’oeil. (…) Le retard provient en grande partie de la recherche pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet encore perçu comme secondaire et marginal ».

Une préoccupation professionnelle actuelle, mais quel adossement scientifique ?

Le constat dressé en 2013 par Nicolas Rouvière se confirme lorsqu’on analyse la nature des écrits traitant des rapports entre bande dessinée et pédagogie : l’écart est réel entre besoin professionnel et recherche universitaire. Incontestablement, la préoccupation est forte au sein du corps enseignant. Depuis les années 1990, les initiatives sur l’usage de la bande dessinée en classe se sont multipliées, par exemple avec la collection d’ouvrages « La bande dessinée de case en classe », du CRDP de Poitiers, animé notamment par Didier Quella-Guyot, important défenseur de l’utilisation de la bande dessinée en classe. En 2018, le thème des « Rencontres nationales de la bande dessinée » d’Angoulême était précisément « Education et bande dessinée » et a attiré un nombre important d’enseignants. Les éditeurs aussi s’en préoccupent, et on fait paraître tout récemment une étude précise sur « La place de l’enseignement dans la bande dessinée ». Michel Thiébaut fait partie des chercheurs ayant réfléchi, dès les années 1990, à cet usage pédagogique de la bande dessinée, notamment à travers sa thèse L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, (thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997).

En conséquence de cette remontée de besoins « par la base », les écrits en sciences de l’éducation sont souvent constituées de témoignages et d’exemples de pratiques pédagogiques s’appuyant sur la bande dessinée. Nous ne les listerons pas tous, et renvoyons à une liste établie par Bénédicte Trajnek. La thèse en linguistique de Tatiana Blanco-Cordón, La bande dessinée dans l’enseignement de l’espagnol comme langue étrangère : un regard iconoverbal sur le franquisme. (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2015) est tout à fait caractéristique de cette tendance forte qui entend théoriser progressivement par la pratique l’usage de la bande dessinée en classe. Dans le même esprit, l’article de Baptiste Campion, (« Bande dessinée éducative et éducation par la BD. Des pratiques de terrain à une approche intégrée ». In: Dacheux, Eric, Bande dessinée et solidarités. La BD, un miroir du lien social, L’Harmattan : Paris 2011, p. 137-150) élabore autour de cet objet de recherche que serait la « bande dessinée éducative », au sens de bande dessinée utilisée dans un cadre pédagogique, là aussi sur la base d’usages concrets. Cette approche est sans doute riche mais demeure assez empirique, souvent focalisée sur des études de cas ou localisées au sein de disciplines précises. Surtout, elle conduit à une forme d’instrumentalisation de la bande dessinée, inverse de celle qui prévalait avant 1970, et qui cherche à théoriser les vertus pédagogiques du médium à des fins d’enseignement, plutôt que de penser une vraie « didactique » de la bande dessinée qui, loin de prendre la bande dessinée comme un outil, consisterait à comprendre ses spécificités en termes de transmission des savoirs.

Pour une didactique de la bande dessinée

La réflexion proprement didactique sur la bande dessinée serait la troisième étape d’une évolution ancienne, après le « mépris » et la « méprise ». Nous empruntons ces qualifications au principal promoteur de cette tendance de recherche, Nicolas Rouvière. Le numéro déjà évoqué de la revue Trema propose une interview par Hélène Raux de ce maître de conférences qui a fait de la didactique de la bande dessinée son principal objet de recherche. Il dirige en 2012 un ouvrage important pour notre sujet, Bande dessinée et enseignement des humanités (Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1224>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1224.) qui se penche plus en détail sur les façons d’enseigner la bande dessinée, et les enjeux que pose le média pour la recherche en didactique. Il contient notamment un article de Marianna Missiou (« Un médium à la croisée des théories éducatives : bande dessinée et enjeux d’enseignement ») dont le mérite est d’analyser la bande dessinée au regard des théories éducatives (littératie, multimodalité, intertextualité), et de ne pas éluder la question de la lecture de la bande dessinée.

L’introduction du dernier numéro de Trema par Marianne Blanchard et Hélène Raux résume également très bien les enjeux qui se posent à présent au chercheur sur ces questions de didactique de la bande dessinée, sans doute dégagée d’une vision trop systématique des « vertus » pédagogiques du médium : « Loin d’engager une opération d’instrumentalisation ou de récupération de la bande dessinée au profit d’apprentissages variés sans rapport avec elle, cette réflexion sur les « usages didactiques de la bande dessinée » vise au contraire à interroger rigoureusement les enjeux du choix d’une bande dessinée comme support pédagogique. ». Sont ainsi questionnés, dans le dossier, en plus d’incontournables retours d’expériences, la question de la formation des enseignants, des compétences de lecture des élèves, ou encore celles des spécificités didactiques du médium en terme de transmission des savoirs. Hélène Raux est par ailleurs doctorante et travaille en didactique de la littérature sur la scolarisation de la bande dessinée. Au Canada, les travaux de Virginie Martel et Jean-François Boutin [voir notamment : « La bande dessinée comme vecteur de coopération disciplinaire et éducationnelle ». Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des pratiques professionnelles, Jun 2015, Paris, France, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172145/] témoignent d’une même évolution théorique, en étudiant la transdisciplinarité pédagogique induite par la bande dessinée et ses conséquences sur l’enseignement.

Conclusion et ouverture

Ces dernières années ont montré le réel engouement du corps enseignant envers la bande dessinée, en même temps que les premiers travaux scientifiques en didactique de la bande dessinée. Reste à voir converger les deux mouvements pour que le second puisse enrichir les expériences des premiers. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit aussi d’appuyer la formation des professeurs sur un socle solide de connaissances scientifiques, afin de leur permettre de mieux appréhender l’enseignement de et par la bande dessinée. Il semble néanmoins que, malgré la fin des discours frontalement anti-bande dessinée, elle reste considérée comme un sous-objet didactique dont on peine à mesurer les spécificités. Comme le rappelle Nicolas Rouvière, souvent vue, à tort, comme une lecture « facile », la bande dessinée a trop longtemps été envisagée comme « facilitatrice » pour la pédagogie, sans prendre en considération ses limites et les difficultés posées par son usage. C’est en ce sens que la recherche scientifique pourra accompagner un mouvement pédagogique en faveur de la bande dessinée en classe.

Pour terminer, je livre quelques pistes de ce qui nous semble être des angles morts de la recherche sur bande dessinée et pédagogie.

– il est assez significatif que la connaissance de l’enseignement de la bande dessinée (au sens des écoles d’arts) soit un sujet encore très peu étudié. Là encore, c’est Nicolas Rouvière qui défriche ce sujet en 2014 pour Neuvième art 2.0, mais force est de constater que l’analyse des écoles de bande dessinée, de leur histoire et de leurs pratiques, reste à construire

– l’analyse pédagogique de la bande dessinée gagnerait à croiser davantage le champ, certes encore en construction, de la sociologie de la lecture de bande dessinée. L’intervention de Sylvain Aquatias à l’occasion des RNBD de 2018 est un bon exemple de ce croisement qui permettrait d’aligner pratiques pédagogiques et pratiques de lecture, loin des clichés récurrents d’une lecture facile et populaire.

– la question de la « pédagogie par l’image » aurait intérêt à intégrer davantage la bande dessinée. Si les historiens se sont souvent concentrés sur les discours négatifs à l’encontre du médium, ils ont finalement peu interrogés l’existence, réelle, de bandes dessinées éducatives, et ce depuis le XIXe siècle. On retiendra sur ce sujet l’approche internationale du livre de Marianne Simon-Oikawa et Annie Renonciat, La pédagogie par l’image en France et au Japon. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. URL : <http://books.openedition.org/pur/35199>. DOI : 10.4000/books.pur.35199.) qui constitue un point de départ pour une passerelle potentielle entre recherche sur la bande dessinée, sciences de l’éducation, et étude sur la culture enfantine

– enfin, pour revenir à notre point de départ, il nous a semblé particulièrement flagrant que les approches cognitives et psychologiques, qui ont pourtant trouvé leur place en didactique (en particulier avec les technologies numériques) n’aient pas encore investis le cas de la bande dessinée et des spécificités cognitives de sa lecture. Il semble là que les sciences cognitives et la psychologie ne se soient pas remises du « traumatisme » des années 1950, qui a vu déferler des analyses psychologiques sur les dangers de la bande dessinée rapidement déconstruites par la bédéphilie de la décennie suivante. La revue de psychologie enfantine Enfance citée en début d’article ne contient pas un seul article récent sur la lecture de bande dessinée (à l’exception d’un numéro sur l’enfant-dessinateur). Il y aurait pourtant là matière à enrichir les analyses didactiques de questionnement plus cognitifs qui permettraient de mieux comprendre comment l’enfant lit et interprète la bande dessinée.

Parutions sur Comicalites : représenter l’auteur de bande dessinée

Légende du bandeau : Milo Manara, Giuseppe Bergmann, Casterman, 1980, détail de la page 22 (réédité en 2011 par Drugstore)

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux articles pour compléter une thématique, “Représenter l’auteur de bande dessinée”. Par des choix de corpus extrêmement variés, ils viennent élargir les horizons de la réflexion, commencée dès 2013, sur les enjeux de la représentation auctoriales dans l’art de la bande dessinée.

Après avoir exploré l’autoreprésentation en terres franco-belge avec Catherine Mao, l’autofiction en terres québecoises avec Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, ou bien l’auto-illustration dans les arts graphiques d’Europe Centrale au début du XXe siècle, avec Hélène Martinelli, c’est encore vers d’autres territoires graphiques, et d’autres visions de l’auteur de bande dessinée, que nous amènent les articles de cette nouvelle livraison. Au-delà de la question déjà bien connue de l’autoreprésentation, ils témoignent d’autres enjeux soulevés par le statut de “l’auteur” dans la bande dessinée, et la façon de le représenter. Il ne s’agit plus de se demander comment l’auteur se représente lui-même, mais quel portrait de lui se dessine depuis l’extérieur, et comme ces représentations font passer une vision particulière de la bande dessinée et de la création en général.

Camille Roelens, avec sa proposition intitulée “Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara“, fait intervenir la question de la filiation. En s’appuyant principalement sur la série de Milo Manara Giuseppe Bergmann, (1978-1998) ainsi que sur les quelques albums qui ont vu collaborer ces deux figures majeures de la bande dessinée italienne contemporaine, il détaille la complexité de la relation entre un “maître” et son “élève”. Représenter Pratt permet à Manara de contrôler cette relation et de lui donner du sens. L’article donne un exemple pertinent de “chaîne d’autorisation”, en situant l’auctorialité dans une logique de transmission générationnel.

L’article de Sofiane Taouchichet “Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction” nous transporte au coeur de la création graphique japonaise contemporaine. Excel Saga est un manga avant d’être un anime, et cette dualité est parfaitement exploitée dans la série animée. En nous dévoilant les jeux méta-fictionnels d’une série où l’auteur de la bande dessinée est représenté et son autorité contestée par l’humour et la parodie, l’article met au jour un mécanisme important de la culture transmédiatique contemporaine : la mise en relation constante des médias par l’intericonicité et le recours à la référence.

Le corpus exploité par Zoé Vangindertael n’est pas composé d’oeuvres de bande dessinée mais d’expositions, pour son article intitulé “La représentation muséale de l’auteur de bande dessinée : enjeux d’une dialectique entre l’artiste et l’artisan“. A partir d’une problématique forte (la représentation de l’auteur de bande dessinée au musée oscille constamment entre deux statuts artistiques, l’artisan et l’artiste), elle démontre que le modèle de l’artification ne suffit pas pour comprendre l’évolution du statut de l’auteur de bande dessinée, et sa relation à la notion “d’artiste”.

Cette nouvelle livraison a été supervisée par Benjamin Caraco et Jessica Kohn. Bonne lecture à tou.te.s !

Nous rappelons au passage que les thématiques de Comicalités constituent toutes des appels “ouverts” et peuvent accueillir de nouvelles propositions (comicalites@gmail.com) :

Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : les études éditoriales

Ce mois de novembre 2018 marque le retour de notre série« tendances de la recherche en bande dessinée ». La sortie récente d’un numéro Hors-Série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche nous amène à évoquer cette tendance qui arrive progressivement en France, et annonce un changement important, pour la bande dessinée mais pour l’écriture de la recherche scientifique en général. Nous emprunterons dans cet article beaucoup des réflexions menées dans ses divers travaux par Nicolas Labarre.

Légende du bandeau : Pierre Nocerino, “Carnets de terrain, Gare de normes”, 2013, url :http://socio-bd.blogspot.com/2013/09/carnet-de-terrain-gare-du-nord-episode-1.html

Continuer la lecture de Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Trois nouveaux articles sur Comicalités

Image du bandeau : Rayon “Graphic Novels” à l’Edinburgh Book Fest 02 (Par byronv2, 2011 ; source : Flickr, CC BY-NC, url : https://flic.kr/p/acPiqr)

En attendant notre nouvelle thématique “Bande dessinée et matérialité” en cours de préparation, Comicalités vous propose trois nouveaux articles en ce mois de novembre 2018. Tous trois abordent des pistes de recherche prometteuses et originales que nous vous laissons découvrir ci-dessous :

Pour étoffer nos “Éclectiques”, articles paraissant au fil de l’eau et sans lien avec une thématique existante, Sylvain Aquatias propose un article en deux parties intitulé “Genre et légitimité dans l’édition de bande dessinée”, “Le poids de la légitimité, des revues aux collections” et “Le roman graphique ou la négation du genre“. En s’appuyant sur une analyse extensive des collections de bande dessinée de ces trente dernières années, il démontre que l’usage (ou le non-usage) des genres comme élément éditorial structurant a à voir avec la recherche de légitimité, qui varie grandement selon les époques et les éditeurs. A cet égard, le développement de collections de type “roman graphique” apparaît comme une stratégie visant à nier le caractère éditorialement structurant du genre littéraire.

Deux articles viennent compléter la thématique “Bande dessinée et sport” débutée en 2017.

Celui de Frédéric Ducarme “Are nekketsu shōnen manga sports manga?“, en s’appuyant sur l’exemple de Dragon Ball d’Akira Toriyama, avance l’hypothèse que les nekketsu shonen mangas sont en réalité des mangas sportifs faisant appel aux valeurs sportives pour les utiliser dans un contexte fantastique. Le canevas initiatique classique, si balisé, des nekketsu (Naruto, Bleach, My Hero Academia) relèverait alors d’une stylisation de l’entraînement et de la compétition sportif dans un monde imaginaire.

Quant à l’article de Élise Awaïda Carton et Stéphane Carpentier “Monde sportif et univers des super-héros de bandes dessinées“, il creuse une perspective de recherche prometteuse en suggérant, exemples à l’appui, que le monde du sport, à tous ses niveaux de pratique (du champion olympique à la classe d’EPS en passant par la retransmission télévisée des matchs), va de plus en plus chercher ses références culturelles du côté de la figure du superhéros. S’ouvre alors, dans l’analyse des relations entre le sport et la bande dessinée, la possibilité d’un dialogue à double sens dont les conséquences sont importantes quant à la place de la bande dessinée et de son imaginaire dans nos sociétés contemporaines.

Enfin, signalons aussi la parution d’une version traduite en anglais d’un précédent article de Yann Descamps et Denis Jallat sur le Bicot de Martin Branner : Borders with Reality : the Playground and Fence in Branner’s Bicot

Bonne lecture à tou.te.s !

International call for paper : Comics and Material Culture

An announcement to all comics scholar : Comicalités welcomes papers in english and other languages. The english translation of our pending CFP “Comics and Material Culture” have been made available !

The proposals are due before June 25, 2018, and have to be sent to Sylvain Lesage (sylvain.lesage@univ-lille.fr) and Bounthavy Suvilay (bounthavy@gmail.com).

We also remind you that we welcome papers’ proposal at all time, including for older CFP. (comicalites@gmail.com)

Appel à contributions dans Comicalités : relance de l’appel “Représenter l’auteur-e de bande dessinée”

Légende du bandeau : Jean-Christophe Menu. Livret de phamille. Paris : L’Association, 1995, n. p.

La revue Comicalités relance un appel à contributions sur la thématique “Représenter l’auteur-e de bande dessinée” dans une version mise à jour.

Edit au 2 mai 2018 : la date de réponse à l’appel est prolongée jusqu’au 15 mai 2018.

Modalités pratiques :

Le présent appel à contributions est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut et leur origine. Nous les invitons à nous répondre avant le 15 mai 2018 en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court curriculum vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme en français ou en anglais de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).
  • Pour chacune des approches présentées ci-dessous, il est possible d’envisager un format différent de celui d’un article : nous acceptons donc également les entretiens ou les propositions d’analyse d’une planche ou d’une case.

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue et un retour la concernant sera renvoyé le 27 mai. Son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces compris, à remettre avant le 6 octobre 2018. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes :

jessica.kohn23@gmail.com

benjamin.caraco@gmail.com

Texte de l’appel :

Quoique n’étant jamais présentés de manière unanime comme des artistes ni comme des écrivains, les producteurs et productrices de bande dessinée sont désormais presque toujours désignés comme des auteur-e-s, et c’est d’ailleurs sous cette appellation qu’ils défendent leurs droits. Loin d’être seulement un questionnement sur leur dénomination professionnelle, la question de la place et du statut de l’auteur s’interroge également en analysant leurs dessins.

D’une part, en se représentant dans leurs productions graphiques, les auteur-es de bande dessinées ne construisent-ils pas leur posture et leur éthos d’auteur, tout comme c’est le cas pour les écrivains ? Le sociologue de la littérature Jérôme Meizoz désigne par le terme de posture « la présentation de soi de l’écrivain, [qui] met […] l’accent sur la construction d’une figure d’auteur singulière par le biais d’un ethos linguistique et de conduites littéraires publiques1 ». Il définit l’éthos comme le versant discursif de la posture d’auteur, c’est-à-dire l’image de l’inscripteur donnée dans un texte singulier et pouvant se limiter à celui-ci tandis que la posture est l’image de l’écrivain formée au cours d’une série d’œuvres signées de son nom2.

D’autre part, la représentation individuelle du métier pose également la question du regard collectif porté sur cette activité professionnelle : en représentant l’auteur, c’est également une fonction qui est mise au jour et livrée aux commentaires et aux interprétations. Il faut donc également interpréter sous ce prisme les mises en scène du travail de soi ou des autres qui sont tour à tour réalistes, imaginaires, fantasmées ou idéal-typique.

Cette thématique invite les chercheur-e-s à s’appuyer sur des dessins représentant les auteur-e-s de bande dessinée dans le cadre de leur activité professionnelle, que celle-ci apparaisse au détour d’une case ou détermine une partie du récit. Nous sommes donc ouverts à l’analyse de toutes sortes de productions que nous pouvons sommairement ranger dans deux catégories :

Autoreprésentation lorsque l’auteur se met en scène lui-même, comme dans le cas de l’autobiographie ou de l’autofiction, selon des modalités qu’il serait intéressant d’étudier (Fabrice Neaud se représente ainsi, dans le quatrième tome de son Journal, sous les apparences d’un petit personnage rappelant une marionnette et contrastant avec le trait précis du reste du récit, alors que Jean-Christophe Menu semble osciller dans Livret de phamille entre dessin d’après nature et caricature). On pourra notamment interroger la mise en abyme des outils et du geste de la création, ainsi que celle de l’album ou de la planche en train d’être créés dans ce qui s’apparente alors à des autoportraits. Seront les bienvenues des propositions se demandant quels rapports (contestation ? imitation ? indifférence ?) entretiennent ces représentations avec les postures auctoriales littéraires et se demandant quels nouveaux modes d’apparition se construisent avec l’auteur de bande dessinée.

Représentation de ses pairs lorsque l’auteur semble vouloir porter un regard sur d’autres auteurs, que celui-ci soit particulièrement sarcastique (dans le cas des Mauvaises hu­meurs de James et la Tête X, voire d’Approximativement de Lewis Trondheim) ou mette l’accent sur leur place au sein d’un dispositif de publication (à l’instar du Journal de Serge Clerc qui relate la création de Métal Hurlant et des Humanoïdes Associés ou encore de La Véritable Histoire de Futuropolis). Le travail biographique consistant à évoquer la vie ou l’œuvre d’autres auteur-e-s se fait selon des modalités différentes : au parti-pris que l’on pourrait dire « critique » du McCay dessiné par Bramanti et construit autour de la notion « d’attraction » chère au scénariste Thierry Smolderen, s’oppose ainsi sans doute le parti-pris « épique » de la très longue biographie consacrée à Tezuka…

Cette liste est très loin d’être exhaustive et nous invitons des chercheurs à la compléter par des œuvres ou des représentations d’auteur-e-s qu’elles soient issu-e-s de bandes dessinées franco-belges, japonaises, américaines ou d’autres aires culturelles. Nous entendons avant tout permettre le traitement le plus exhaustif possible d’une question : quels enjeux recouvrent la représentation de l’auteur de bande dessinée, à la fois du point de vue de son milieu professionnel et de sa pratique et en dehors de ceux-ci ?

Il est en effet frappant de constater qu’une représentation de l’auteur qui émerge seulement dans les années 1960 et se limite souvent à la représentation du travail au sein d’une rédaction plutôt qu’à la mise en scène auctoriale (au sens propre, pensons aux « Hauts de page » de Yann et Conrad ou au caractère cocasse des signatures de Franquin qui s’exprimait en périphérie de la planche) est aujourd’hui extrêmement courante et nous semble pouvoir donner lieu à plusieurs approches que nous soumettons à titre d’exemples.

  • Approche éditoriale : il serait intéressant de s’interroger sur les différents modes de publication (publications périodiques, collections, traductions…) des œuvres concernées par la représentation des auteurs de bande dessinée, en apportant un éclairage historique et/ ou géographique. Plus spécifiquement, on pourrait également étudier l’aspect structurant de cette pratique, au sein de la pratique du blogging par exemple, ou encore à travers la définition du roman graphique.
  • Approche sociologique : il est possible d’approcher la représentation des auteur-e-s en se demandant quelle vision du groupe social et quelle identité professionnelle ressortent des représentations que les auteur-e-s font d’eux-mêmes ou de leurs collègues. Dans ce cadre, il serait pertinent de lier ces représentations aux luttes sociales actuelles pour la reconnaissance du métier ; on pourrait par exemple imaginaire une analyse des représentations militantes qui émergent actuellement.
  • Approche esthétique : il s’agit de cerner les modalités d’apparition de l’auteur, que ce soit sur le plan graphique (s’apparente-t-elle à des genres comme le portrait, la caricature ?) ou narratif (l’auteur devient-il un personnage à part entière ou est-il traité sur le mode de la référence, voire de la connivence ?). Qu’est-ce que le dessinateur lui-même suggère comme traits (narratifs ou graphiques) propres à l’auctorialité, qui le distinguerait de ces autres personnages ? Comment la représentation de l’auteur dialogue-t-elle avec l’enjeu autobiographique de certaines œuvres ? Plus spécifiquement, il y a-t-il des stratégies stylistiques, voire une rhétorique de la représentation de l’auteur, visant à créer une connivence avec le lecteur (en installant par exemple le narrateur dans le statut de témoin, comme le font Joe Sacco ou Étienne Davodeau, ou dans une posture de badaud, comme Guy Delisle).
  • Approche symbolique : elle s’interroge sur la valeur qu’acquiert cette représentation de l’auteur sur le plan des filiations (comment se réclame-t-on d’un auteur ou d’une école en bande dessinée ?) ou plus largement d’une inscription dans le champ de la littérature (en représentant un auteur de bande dessinée à côté d’écrivains ou en s’inscrivant dans un dispositif comme le pacte autobiographique) ou artistique (en se référant par exemple à des représentations courantes dans le domaine de la peinture, comme l’atelier, le modèle). Pastiche et hommage, ou parodie et subversion des héritages, pourront notamment être examinés à l’aune de la question des filiations ou au contraire des avant-gardes dans la création artistique initiée par la bande dessinée.

Bibliographie indicative

Amossy, Ruth (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, Paris-Lausanne : Delachaux & Niestlé, 1999.

Beaulac, Mario, « Je te dessine, donc tu es. » Les auteurs de BD (re)vus par leurs collègues », in Pierre Alban Delanoy, La bande dessinée à l’épreuve du réel, CIRCAV n°19, Paris : L’Harmattan, 2007, p.47-66.

COnTEXTES, no 8, La posture. Genèse, usages et limites d’un concept, 2011, URL : < http://contextes.revues.org/4692 >

Figures, ethos et posture de l’auteur au fil des siècles, Lausanne, Colloque de l’Université de Lausanne des 20 et 21 juin 2013, URL : < http://www.unil.ch/fdi/page88711.html >.

Heinich, Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris : La Découverte, 2000.

Kohn, Jessica, « Les dessinateurs dessinés : les rédactions des illustrés en images (1945-1968) », Bandes dessinées et imaginaire médiatiques, Bruxelles : Impressions Nouvelles, 2019 (à paraître).

Lahire, Bernard : La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris : La Découverte, 2006.

Le Roy Ladurie, Irène, « L’autoreprésentation féminine dans la bande dessinée pornographique  », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 23 janvier 2017, URL : http://journals.openedition.org/rrca/732

Licari-Guillaume, Isabelle, « Ambiguous Authorities: Vertigo and the Auteur Figure », Authorship, vol 6, n°2, 2017, doi : 10.21825/aj.v6i2.7700, URL : http://www.authorship.ugent.be/article/view/7700

Maingueneau, Dominique, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris : Armand Colin, 2004.

Mao, Catherine, La bande dessinée autobiographique francophone (1982-2013). Transgression, hybridation, lyrisme, Thèse de doctorat, Paris : Université Paris-Sorbonne, 2014, URL : < http://www.theses.fr/2014PA040091/document >

Meizoz, Jérôme, Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau, Lausanne : Antipodes, 2003.

Meizoz, Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève : Slatkine, 2007.

Viala, Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris : Minuit, 1985.

Sources et corpus :

Collectif, L’atelier Mastodonte, Paris : Dupuis, 2013-2017 (5 tomes).

Ayroles, François. Nouveaux moments clés de l’Histoire de la bande dessinée. Paris : Alain Beaulet Editeur, 2008.

Ayroles, François. Mon Killoffer de poche. Paris : L’Association, 2006.

Baladi, Alex. Encore un effort. Paris : L’Association, 2009.

Cauvin, Raoul, Pauvre Lampil. Marcinelle : Dupuis, 1977.

Cestac, Florence. Comment faire de la bédé sans passer pour un pied nickelé. Paris : Dargaud, 1998.

Cestac, Florence. La Véritable histoire de Futuropolis. Paris : Dargaud, 2007.

Cestac, Florence. La Vie d’artiste. Paris : Dargaud, 2002.

Clerc, Serge. Journal. Paris : Denoël, 2008.

Clowes, Daniel. Pussey ! Paris : Rackham, 2002.

Crumb, Robert. Mes problèmes avec les femmes. Paris : Cornelius, 2007.

Darasse, Christian, Yslaire et Tome, Le Gang Mazda. Marcinelle : Dupuis, 1988-1996.

Davodeau, Etienne. L’Atelier. Montreuil : PMJ-Les Rêveurs, 2002.

Dupuy et Berberian. Journal d’un album. Paris : L’Association, 1994.

Eisner, Will. Le Rêveur. Paris : Delcourt, 2009.

Fabcaro. La Clôture. Saint-Jean de Vedas : 6 pieds sous terre, 2009.

Fabcaro. Pause. Paris : La Cafetière, 2017.

Fromental, Jean-Luc et Stanislas. Les Aventures d’Hergé. Paris : Reporter, 2007.

Gaudelette, Michel. La Vie des festivals. Paris : Fluide Glacial, 2001.

Guillevic, Joëlle, Le Journal de Joe Manix. Poitiers : Flblb, 2009.

Horrocks, Dylan. Hicksville. Paris : L’Association, 2002.

James et la Tête X. Les Mauvaises humeurs. Saint-Jean de Vedas : 6 pieds sous terre, 2007.

Josso, Olivier, Au travail !, Paris : L’Association, 2012

Joub et Nicoby, Dans l’atelier de Fournier, Marcinelle : Dupuis, 2013

Killoffer. 676 apparitions de Killoffer. Paris : L’Association.

Larcenet, Manu. Critixman. Montreuil : Les Rêveurs, 2006.

Long, Guillaume. Comme un poisson dans l’huile. Paris : Vertige Graphic, 2002.

Malher, Nicolas. L’Art selon madame Goldgruber and L’Art sans madame Golgruber, Paris : L’Association, 2005.

Matt, Joe. Le Pauvre type. Paris : Delcourt, 2001.

Matt, Joe. Strip-tease. Paris : Le Seuil, 2004.

Menu, Jean-Christophe. Livret de phamille. Paris : L’Association, 1995.

Neaud, Fabrice. Journal (4 tomes). Angoulême : Ego comme x.

Ohba, Tsugumi. Bakuman. Paris : Kana, 2010.

Osamu Tezuka. Biographie. Paris : Casterman, 2004.

Pekar, Harvey, American splendor. New York City : Ballantine Books.

Relom, Les fabuleuses aventures autobiographiques de John Relom dans le monde sans pitié de l’édition, Le Lombard, 2012

Roosevelt, José. Juanalberto Dessinator. Antony : La Boîte à bulles, 2007.

Seth. La Vie est belle malgré tout. Paris : Delcourt, 1998.

Sfar, Joann. Harmonica (one of the Carnets de Joann sfar, 9 tomes). Paris : L’Association, 2002.

Smolderen, Thierry. Bramanti, Jean-Philippe. McCay. Paris : Delcourt, 2004.

Spiegelman, Art, Breakdowns. Paris : Casterman, 2008.

Taniguchi, Jiro. Un zoo en hiver. Paris : Casterman, 2009.

Tatsumi, Yoshihiro. Une vie dans les marges. Paris : Cornelius, 2011.

Trondheim, Lewis, Approximativement. Paris : Cornélius, 2001.

Trondheim, Lewis. Carnets de bord. Paris : L’Association, 2002.

Trondheim, Lewis. Désoeuvré. Paris : L’Association, 2005.

Urasawa, Naoki et Nagasaki,Takashi, Billy Bat, Pika éditions, 2012-2017

Yann and Léturgie Simon. Spirou dream team. Marcinelle : Dupuis, 2011.

Zep. Le Portrait dessiné. Grenoble : Glénat, 2010.

1Jérôme Meizoz, Postures littéraires, II : La fabrique des singularités, Genève, Slatkine érudition, 2011, p. 18.

2Ibid., p. 87.

Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Le principe des études éditoriales est d’interroger l’objet d’étude qu’est la bande dessinée par un angle spécifique, celui de la production et du point de vue de l’éditeur. C’est envisager d’emblée que les structures socio-économiques au sein desquelles naissent les œuvres sont une clé de compréhension possible de ces dernières, au même titre que l’analyse de l’oeuvre ou la connaissance des auteurs. Une telle approche est intuitivement peu évidente, dans la mesure où elle constitue une vue indirecte sur l’oeuvre. Pourtant, elle s’avère riche par ce qu’elle peut apporter de connaissance transversale sur le secteur.

La sortie récente du livre de Sylvain Lesage Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, est un bon prétexte pour évoquer l’importance de l’approche éditoriale dans le cas de la bande dessinée.

Légende du bandeau : Florence Cestac, La véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007, p.3

Continuer la lecture de Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Extension du domaine de la bande dessinée : une lutte pour la survie ? (par Sylvain Aquatias)

par Sylvain Aquatias, maître de conférences en sociologie, Université de Limoges, membre du comité éditorial de Comicalités

La bande dessinée connaît à l’heure actuelle une forte diversification de sa production, occupant de nouveaux territoires où elle était peu ou pas représentée. C’est le cas dans le domaine journalistique, où des revues s’affirment (la Revue Dessinée, Topo, Groom), et dans le domaine de la vulgarisation scientifique où, au delà d’un courant déjà bien affirmé, des collections produisent de multiples ouvrages (Sociorama, La petite bédéthèque des savoirs, Octopus).

Cette diversification des projets éditoriaux agit nécessairement sur la constitution de ce que Luc Boltanski, dans son article de 1975, considérait comme un champ, c’est à dire un espace de production caractérisé par une indépendance relative aux contraintes externes (politiques, économiques, médiatiques, etc.) et capable de se doter de principes de différenciation et d’auto-organisation, dans lequel les producteurs se classent et sont classés. C’est ce que la diversification des productions dit de l’état de ce champ qui nous intéresse ici, en amont, du côté des causes de la diversification, et en aval, du côté des conséquences qu’elle peut avoir.

Légende du bandeau : Heloïse Chochois, Infiltrée chez les physiciens, 2015, éditée par l’équipe “La Physique Autrement” du LPS (Université Paris-Sud et CNRS) (à lire sur : http://hebergement.u-psud.fr/supraconductivite/bd/)

De la production des producteurs à la production des œuvres…

La première cause de la diversification des formes de la bande dessinée naît vraisemblablement d’une disproportion entre le nombre d’auteurs et les débouchés classiques de la bande dessinée.

Nombre d’écoles ont ouvert des formations préparant aux métiers de la narration graphique. Un grand essor des écoles de bande dessinée a lieu à partir des années 80 (Emile Cohl reconnue en 1984, Ecole Pivault en 1985, LISAA et Ecole Jean Trubert en 1986, Axe Sud en 1989, EESI en 1994), se poursuivant après 2000 (Eurasiam en 2002, L’Iconograf en 2003, ESMI en 2006, Master de l’Université de Poitiers en 2008, CESAN en 2009, EIMA en 2012, rapprochement Delcourt-Brassart en 2014, Human Academy en 2015). Et cette liste ne concerne que les écoles françaises, auxquelles il faudrait ajouter en toute justice les académies belges.

Pour autant, ces formations concernent avant tout les plus jeunes créateurs, puisque ce sont chez les moins de 30 ans que l’on trouve le plus fort pourcentage de jeunes formés dans ces écoles (32 % contre 15 % des 31-40 ans, selon les Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016 ). Même si les lauréats de ces écoles ne deviennent pas automatiquement des créateurs de bande dessinée, ce flux constant vient nourrir un corps de métier déjà dense, composé soit d’artistes autodidactes, d’artistes ayant une formation plus générale (Beaux Arts, Arts Appliqués) ou acquise dans des domaines connexes comme l’animation.

Dans le même temps, le marché du livre s’est diversifié et l’extension des publications accentue les effets de concurrence entre ouvrages, entre auteurs et entre éditeurs. Or, la bande dessinée est un des secteurs les plus forts du marché du livre. Les éditeurs se doivent de tenir leur place et de diversifier leur offre sous peine de voir leurs chiffres baisser, ce d’autant plus que la dynamique de lecture des français est globalement en baisse (Rapport 2017 du CNL ).

La profusion d’auteurs ne peut qu’obliger les plus entreprenants d’entre eux à se tourner vers des débouchés originaux. De la même manière que nombre d’écrivains, des auteurs font de l’animation pédagogique dans les classes de collège et de lycée, mènent des ateliers dans les centres de loisirs, enseignent dans les écoles de bande dessinée. Ce sont autant de moyens de disposer de revenus supplémentaires : 53 % des auteurs interrogés par les Etats Généraux de la Bande dessinée se définissent comme professionnels précaires.

Que des auteurs se spécialisent dès lors dans certains types de publication ou profitent de l’étendue des possibilités devient alors assez logique. D’un côté, des auteurs qui ont besoin de débouchés, de l’autre des éditeurs qui ont besoin de nouvelles œuvres, voilà comment la diversification s’explique.

Mais le développement des ouvrages de non-fiction ne peut se comprendre si l’on ne saisit pas aussi que c’est parce que des universitaires ont envie que leurs travaux ne restent pas dans l’entre-soi des chercheurs ou parce que des journalistes veulent trouver de nouvelles voies de diffusion que la bande dessinée apparaît comme un médium salvateur. Du côté des universitaires, il y a pléthore de matériau. Du côté des journalistes, l’alliance avec un dessinateur permet d’illustrer différemment et de donner plus de chair à des sujets parfois délicats, sans compter les économies de moyens qu’offre la bande dessinée.

De la production des œuvres à la structure du champ

Mais cette diversification change la vision même que l’on peut avoir de la bande dessinée. Journalisme et vulgarisation scientifique induisent aussi que les artistes se mettent au service de la vision d’un autre. Or, la recherche de la consécration est liée, dans les arts plastiques ou la littérature, à l’affirmation d’une originalité ou d’une singularité de l’œuvre. Ici, le caractère personnel et nouveau d’une œuvre est forcément diminué par le fait qu’elle s’inspire de travaux scientifiques ou d’enquêtes et ce encore plus quand elle est co-écrite.

Le fait même qu’une partie de la production puisse être vue de manière instrumentale, contrainte et soumise aux logiques du journalisme ou de la vulgarisation scientifique, peut la ramener à une position subordonnée à la transmission ou à l’éclairage de savoirs.

Plus encore, le fait que la bande dessinée revienne à certaines de ses fonctions d’origine (pédagogie, éducation) pourrait inciter certains commentateurs mal disposés à voir là la trace d’un retour en arrière.

Au sein même des éditeurs et des auteurs, n’existe-t-il pas un risque de voir des classements être construits avec des critères hétéronomes, issus d’autres corps professionnels ? Ce serait là une remise en cause de l’autonomie d’un champ qui est déjà très perméable aux influences des arts plastiques ou de la littérature. Si l’on doit y rajouter les critères de la science et du journalisme, voire de la pédagogie, les œuvres peuvent être alors passées au crible de multiples grilles de lecture qui ne tiendront pas nécessairement compte de ceux de l’art séquentiel, qui perdrait alors encore en autonomie.

Si cela était, on assisterait au mouvement inverse que décrit Luc Boltanski lorsqu’il montre comment la légitimation du nouvel art s’opère par la reconnaissance conjointe des auteurs et des œuvres dans les années 1970. Si, à l’heure actuelle, beaucoup d’auteurs sont de plus en plus précarisés, il ne faudrait pas que les œuvres elles-mêmes en pâtissent, au risque de faire baisser leur reconnaissance symbolique.

Lecteurs et légitimité

Sûrement, le lecteur de bandes dessinées se pose rarement la question de savoir si l’ouvrage qu’il s’apprête à lire est « reconnu » et « légitime ». Néanmoins la structure même du lectorat mérite que l’on s’attarde sur ce point.

Les enquêtes sur les consommations culturelles des français montrent assez combien les cultures populaires s’y sont installées, y compris dans les portions les plus diplômées de la population. Ce sont aussi celles-ci qui, à l’âge adulte, consomment le plus de bande dessinée. Mais, parce qu’il s’agit justement de populations qualifiées, on peut penser qu’elles peuvent être sensibles aux jugements critiques sur la qualité des bandes dessinées. On sait, par exemple, que les prix littéraires peuvent augmenter le nombre de ventes des albums. Pour autant, si on peut espérer multiplier ainsi les ventes par deux ou trois, Xavier Guilbert note que, de 2000 à 2013, seuls trois des ouvrages lauréats du prix du meilleur album arrivent parmi les cinquante meilleures ventes de l’année (Numérologie, édition 2014). L’impact du festival, hautement légitime, n’est donc pas si important en ce qui concerne le succès commercial. Certes, on ne peut pas réellement dire quelle population de lecteurs achète un album primé à Angoulême. Mais on peut néanmoins penser qu’il s’agit de ceux qui seront les plus sensibles aux effets de la reconnaissance symbolique de la critique.

Au clivage du marché pourrait alors correspondre un clivage des lecteurs. L’enquête de la Bibliothèque publique d’information sur le lectorat de bande dessinée de 2011 montre que si 53 % des personnes disposant au moins d’un diplôme universitaire de second cycle déclarent aimer les romans graphiques, les personnes ayant un diplôme inférieur au premier cycle ou étant sans diplôme sont 59 % à à déclarer ne pas les apprécier.

Reste à savoir – et on serait bien incapable de répondre à cette question à l’heure actuelle – quel sera le public le plus intéressé par les nouveaux territoires de la bande dessinée. Mais le risque d’un marché de plus en plus divisé reste bien présent, avec d’un côté des auteurs avec de solides chiffres de vente malgré une reconnaissance institutionnelle parfois faible, de l’autre des auteurs disposant d’un fort capital symbolique, mais gagnant bien mal leur vie.

Bibliographie sommaire

Aquatias Sylvain, « Le goût de la bande dessinée : acquisition, transmission, renforcement et abandon », in La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? B. Berthou, C. Evans (coord.), Paris, BPI, Janvier 2015.

Boltanski Luc, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la Recherche en sciences sociales, janvier 1975, n°1, pp. 37-59.

Bourdieu Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 89, septembre 1991. Le champ littéraire. pp. 3-46.

Coulangeon Philippe, Les métamorphoses de la distinction, Grasset, Paris, 2011.

Donnat Olivier, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, La Découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 2009.

Dubois Jacques, L’institution de la littérature, Paris-Bruxelles, Editions Labor, 2005.

Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016, résultats statistiques. http://www.etatsgenerauxbd.org/wp-content/uploads/sites/9/2016/01/EGBD_enquete_auteurs_2016.pdf

Godon Pierre, « BD : y a-t-il un effet Goncourt sur les ventes des albums primés à Angoulême ? », 28/01/2017, FranceTVInfo, https://www.francetvinfo.fr/culture/festival/festival-de-bd-d-angouleme/bd-y-a-t-il-un-effet-goncourt-sur-les-ventes-des-albums-primes-a-angouleme_2034071.html, consulté le 12/02/2018.

Guilbert Xavier, « Angoulême », pp. 139-141, Numérologie, une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, https://www.du9.org/Num2014/du9-Numerologie-2014.pdf

Heinich Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, sociologie des arts plastiques, Editions de Minuit, Paris, 1998.

Ratier Gilles, Rapport 2016 de l‘ABCD, http://www.acbd.fr/category/rapports/.

Vincent-Gérard Armelle et Chomet Natacha, Les Français et la lecture 2017, IPSOS Connect – CNL, 2017, http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les_francais_et_la_lecture/, consulté le 28/02/2018.