Archives par mot-clé : discours

Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

Continuer la lecture de Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Jeune recherche en bande dessinée : introduction (1/2)

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai réalisé une enquête qualitative auprès d’une vingtaine de récents et futurs docteurs ayant soutenu leur thèse ces cinq dernières années, ou actuellement en cours de thèse. Leur point commun est d’avoir contribué à la recherche scientifique sur la bande dessinée, dans des disciplines variées : littérature, histoire, sociologie, langues étrangères, SIC… Les entretiens issus de cette enquête seront publiés prochainement sur Phylacterium et serviront de matière à une série d’articles sur la « jeune recherche universitaire sur la bande dessinée », publiée ici-même sur Le Carnet de Comicalités. En guise d’introduction, je vous livre, en deux parties, les réflexions qui m’ont amené à réaliser cette étude.

La bande dessinée à l’université française, un état des lieux

La question de la place de la bande dessinée à l’université française est une question-piège qui pourrait amener à des conclusions hâtives si on ne prend pas le temps de distinguer deux phénomènes : d’un côté l’intérêt de penseurs et auteurs universitaires pour la bande dessinée, de l’autre côté la prise en compte institutionnelle de cet objet d’étude.

La compréhension du premier de ces phénomènes démontre que des universitaires se sont toujours trouvés associés à la construction du savoir sur la bande dessinée au XXe siècle, qui, si l’on excepte quelques éclaireurs dans les années 1950, commence réellement dans les années 1960-1970 avec les associations bédéphiles. L’exemple le plus flagrant est celui de Pierre Couperie1, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et spécialiste de l’histoire sociale de l’Ancien Régime, qui a fait partie en 1964 des fondateurs de la SOCERLID. Cependant, à l’image d’Evelyne Sullerot, les premiers universitaires à s’intéresser à la bande dessinée en font un objet d’étude connexe de leur recherche « officielle ». Il faut attendre 1971 pour qu’un cours sur la bande dessinée s’ouvre à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, donné par Francis Lacassin, et 1978 pour que Pierre Couperie ouvre le sien à l’EHESS. À cette date, d’autres universitaires font déjà de la bande dessinée l’objet de leurs recherches (Brigitte Hermann, Pierre Fresnault-Deruelle…). On voit apparaître, dans les années 1970, des thèses prenant pour sujet la bande dessinée, en particulier en médecine (voir la thèse d’exercice de Serge Tisseron, en 1975, tentative de thèse en bande dessinée sur la psychiatrie), ou en sémiologie (Pierre Fresnault-Deruelle soutient sa thèse en 1980).

17012015IMA3

Livret hors commerce publié en 1965 par Opera Mundi (agence fondée par Paul Winkler, entre autre éditeur du Journal de Mickey). © Opera Mundi

Dans les décennies suivantes, la recherche universitaire sur la bande dessinée se poursuit, timidement, mais se diversifie. Surtout, grâce à des auteurs qui, sans en faire l’objet principal de leur travaux, n’hésitent pas à en faire un objet d’étude pertinent pour expliquer les évolutions de la société et de la culture, elle trouve une place dans des courants plus larges de la recherche qui s’épanouissent dans les années 1990 : l’histoire culturelle (Pascal Ory, Jean-Paul Gabilliet Viviane Alary), l’histoire de l’image (Annie Renonciat, Christian Delporte), les études sur la littérature et la culture enfantine (Thierry Crépin, Jacques Tramson). Dans le même temps, Thierry Groensteen, spécialiste reconnu de la bande dessinée, soutient en 1996 à l’université de Toulouse sa thèse qui sera par la suite publiée sous le titre Système de la bande dessinée, étape essentielle de la construction théorique du média. Significativement, l’ouvrage sera publié aux Presses Universitaires de France, formant ainsi un lien entre la réflexion non-universitaire sur le média et l’institution universitaire. La recherche universitaire sur la bande dessinée est riche, on pourra se reporter à l’article Matteo Stefanelli pour en avoir un aperçu plus détaillé et international2.

À l’énoncé de ces noms qui ont régulièrement participé aux revues d’étude de leur époque, il devient évident que, depuis plus de quarante ans, des universitaires se sont penchés sur la bande dessinée et l’ont intégré à leurs travaux, voire à leurs cours. Mieux encore, ils l’ont fait sans hésiter à sortir du cadre universitaire et à participer aux revues d’études de leur époque (Les Cahiers de la bande dessinée et Neuvième art, principalement), participant ainsi à la construction d’un savoir mixte ne dressant pas de frontières entre la recherche scientifique et les études non-universitaire. Mais malgré ces personnalités importantes, la bande dessinée n’est pas parvenue à se construire comme un objet de recherche institutionnellement accepté par l’université française.

C’est là que se trouve le principal manque, comme le souligne Benoit Berthou dans un article de 2011 où il évoque un « problème structurel ». La structuration de l’université contemporaine n’a pas réellement pris en compte la bande dessinée comme objet de recherche : il n’existe pas de laboratoire ayant comme axe de recherche l’étude de la bande dessinée, les chaires d’enseignement consacrées à la bande dessinée sont quasiment inexistantes et, à ces conditions, il devient difficile de monter et financer un projet de recherche sur la bande dessinée. Cela empêche donc de mener des travaux d’ampleur (analyses de gros corpus, étude statistique importante, panorama historique vaste, comparaisons transfrontalières…) et de s’organiser au niveau international, puisque la recherche sur la bande dessinée est aussi dynamique en Belgique, en Suisse, en Espagne ou aux Etats-Unis. La bande dessinée demeure un objet d’intérêt ponctuel animé par quelques personnalités universitaires.

En écrivant cet article, je me suis interrogé sur la pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université : après tout, près de cinquante ans de réflexions sur la bande dessinée produites hors du champ universitaire ou à ses marges, n’a certainement pas empêché d’aboutir à des discours pertinents et intéressants. N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de « légitimité », toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? Ces questions restent à mes yeux toujours en suspens. Toutefois, une raison me semble essentielle : ignorer la bande dessinée dans des études scientifiques portant sur la littérature, sur l’histoire culturelle et politique, sur les pratiques culturelles contemporaines, sur la sociologie de la culture et des médias, c’est ignorer une part de plus en plus importante de notre environnement culturel, à plus forte raison dans la société française où ce média est globalement reconnu et développé. Or, l’université a recours à un type de savoir, à des outils d’analyse, à des structures de recherche, à des instances de validation, qui lui sont propres et ne sont pas forcément ceux de la société « profane ». Il est donc important qu’existent des outils, des méthodes et des lieux scientifiques permettant d’intégrer la bande dessinée aux sciences humaines et sociales.

En d’autres termes, améliorer la place de la bande dessinée à l’université, ce n’est pas le faire uniquement pour le média lui-même, c’est le faire pour l’université, pour permettre à la recherche scientifique d’être plus en accord avec les évolutions de la société et d’une culture diversifiée. Plus largement, il me paraît important que le savoir sur la bande dessinée conserve son caractère mixte qui lui a permis de mêler la liberté d’écriture et de propos de la littérature non-scientifique à la méthodologie et l’exigence du savoir universitaire.

De quelques initiatives récentes

 

Depuis le début des années 2010, plusieurs signes montrent qu’une structuration des recherches scientifiques françaises sur la bande dessinée est en marche. J’en retiendrais quelques unes pour illustrer la vitalité retrouvée de la bande dessinée comme objet de recherche universitaire.

Tout d’abord, dès la fin des années 1990 et dans les années 2000, aux noms précédemment évoqués sont venus s’ajouter d’autres chercheurs : Jacques Dürrenmatt, Benoit Berthou, Eric Maigret3, Laurent Gerbier, Henri Garric, Jean-Matthieu Méon… Certains d’entre eux sont venus à la bande dessinée au cours de la carrière, d’autres s’y consacrent depuis la thèse, mais tous participent à diversifier encore le champ d’études universitaires de la bande dessinée. Après la phase sémiologique des années 1970-1980, après la phase historico-culturelle des années 1990, plusieurs d’entre eux relient la bande dessinée au sein des cultural studies et des études médiatiques, tandis que d’autres réinterrogent la place de cet art dans les études littéraires et en stylistique.

17012014IMA4

Affiche du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? ». Conçue par Benoît Berthou, Thomas Guiffard et Christophe Pavlides, elle s’inspire d’une planche du Contre la bande dessinée de Jochen Gerner s’intéressant aux multiples formes que peut prendre la « bulle ». © Médiadix

Les colloques universitaire consacrés à la bande dessinée ne sont pas une nouveauté, mais il me semble que, depuis quelques années, il s’en déroule au moins un par an, d’envergure plus ou moins importante. À cet égard le colloque La bande dessinée : un art sans mémoire ? organisé en 2010 par les universités Paris 13 et Ouest est un bon exemple des types d’évènements, généralement pluridisciplinaires, qui permettent aux chercheurs sur la bande dessinée de se rassembler en l’absence d’autres structures. En septembre 2014 a par exemple eu lieu à Poitiers la journée d’étude Bande dessinée et intermédialité.

Par ailleurs, la création d’un master bande dessinée à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image en 2008, sous la direction de Thierry Smolderen, constitue une première tentative d’organiser et d’inscrire dans le temps une formation d’enseignement supérieur dédiée à la bande dessinée qui comprennent aussi des cours théoriques et historiques. Jusqu’ici, les cours sur la bande dessinée donnés à l’université étaient plutôt des séminaires ponctuels au sein d’un enseignement plus large sur l’image, la littérature, ou le cinéma. Certes, nous sommes dans le cas précis d’une école d’art, mais la reconnaissance universitaire est bien là puisque le master est adossé à l’université de Poitiers dans le cadre de l’UFR Lettres et Langues.

Cette présence de la bande dessinée dans l’enseignement supérieur essaime aussi via les grandes écoles. En 2012-2013 trois doctorants organisent un séminaire sur bande dessinée et sociologie à l’Ecole normale supérieure d’Ulm. En 2013 est fondé le « laboratoire junior » Sciences Dessinées à l’Ecole normale supérieure de Lyon. L’objectif affirmé est de « faire dialoguer universitaires, enseignants du secondaire, étudiants de toutes disciplines, d’une part, et auteurs de bande dessinée, d’autre part, autour d’une réflexion sur les rapports entre les sciences et le neuvième art. ». À travers conférences, colloques et publications, le laboratoire junior se montre particulièrement actif et contribue à la reconnaissance de la bande dessinée comme objet de recherche au sein d’une institution prestigieuse comme l’ENS.

Naturellement, je peux difficilement ne pas évoquer la structuration communautaire et scientifique ayant lieu autour du lieu-même de la publication du présent article, Comicalités et ses excroissances. Benoit Berthou crée fin 2009 le carnet de recherches des Carnets de la bande dessinée pour relayer les appels à communication pouvant intéresser des chercheurs en bande dessinée à pratiquer, pour reprendre les mots de Thierry Lemaire dans l’interview cité ci-dessus, une forme « d’entrisme » de la bande dessinée comme mode d’expression pouvant nourrir des réflexions en apparence périphériques. En juillet 2011 est fondée Comicalités, revue numérique éditée sur la plateforme revues.org. Sous-titrée Études de culture graphique, elle s’intéresse particulièrement à la bande dessinée, mais de façon non-exclusive pour assurer l’ouverture nécessaire. Surtout, son fonctionnement est celui d’une revue scientifique traditionnelle : comité de lecture pour une validation par les pairs, appels publics à communication, reconnaissance par les institutions d’évaluation. Elle est bien un de ses outils purement universitaires dont a besoin l’étude de la bande dessinée. En janvier 2013, les Carnets de la bande dessinée deviennent le Carnet de Comicalités qui publie le présent article.

Enfin, l’activité scientifique autour de la bande dessinée a gagné en visibilité grâce au Centre de documentation de la Cité de la BD où un portail scientifique est mis à jour pour suivre l’actualité internationale de la recherche en bande dessinée. Là aussi, ce portail bénéficie d’un comité scientifique. Il me faut aussi préciser que la recherche « française » n’est en rien isolée et dialogue régulièrement avec d’autres chercheurs de l’aire francophone, comme à Lausanne (autour du GrEBD), Louvain-la-Neuve (autour du GRIT et de Philippe Marion) et à Liège (autour du groupe ACME), mais aussi, quoique plus rarement, avec des chercheurs d’autres aires linguistiques. Ce qui se structure en France, c’est bien une communauté qui vise à s’intégrer à la recherche scientifique au niveau international.

1Un récent dossier sur Neuvième art 2.0 retrace le parcours de cet historien essentiel.

2Voir Matteo Stefanelli, « Un siècle de recherches sur la bande dessinée » dans La bande dessinée : une médiaculture, Eric Maigret et Matteo Stefanelli dir., Armand Colin, 2012.

3Ce dernier s’est d’ailleurs interrogé sur le statut de la bande dessinée dans les études sociologiques dans « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée » dans Réseaux, n°92-93, 1999, [en ligne sur Persée], consulté le 18/01/2014.

De la valeur littéraire de l’instance préfacielle

Plusieurs chercheurs de l’université de Tunis lancent un appel à communication intitulé : « De la valeur littéraire de l’instance préfacielle dans les littératures française et d’expression française ». Cette proposition nous invite à penser des textes de présentation dont la fonction est ici présentée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « présenter l’œuvre, prévenir les objections des critiques, communiquer ses idées au lecteur ». Même si les littératures graphiques, et a fortiori la bande dessinée, n’y sont même pas mentionnées, celle-ci pourrait toutefois constituer un objet d’étude intéressant. En effet, il semble que le neuvième art ne se reconnaisse pas directement dans ces fonctions de « présentation » et « d’objections » : la préface y est rare et on peine à trouver des exemples susceptibles d’être mobilisés. Pensons toutefois aux différents tomes du Chat du rabbin de Joann Sfar préfacé par Eliette Abecassis, Fellag, Georges Moustaki, Jean Giraud et Philippe Val. Au registre de la préface allographe (réalisée par un autre auteur), nous pouvons noter la préface par Henri Vernes d’une parodie de son œuvre (Bob Marone de Yann et Conrad) ou encore de Jean Rouaud pour l’adaptation de son roman (Les Champs d’honneur). Et, pour rester dans le champ de la bande dessinée, aux nombreuses préfaces de René Gosciny dont celle que l’on trouve en ouverture de l’édition Dargaud de 1972 des 6 voyages de Lone Sloane signés Philippe Druillet : « Je me demandais cependant comment le lecteur non spécialisé dans la Science-Fiction allait accueillir son travail ; il lui a fait un triomphe. Cela prouve que le lecteur a du talent ». Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste (et éventuellement cette page du site BDGest) avant le 28 février prochain.

 

 

De la valeur littéraire de l’instance préfacielle dans les littératures française et d’expression française

« Un vrai livre se passe de présentation », Mallarmé.

Tunis, 16-17 octobre 2014

Le texte de présentation écrit par un auteur célèbre ou du moins reconnu, et ce afin de valoriser, d’autres diront « légitimer » l’œuvre à lire, la préface, constitue l’une des singularités du paratexte. En effet, elle semble l’une des composantes du livre. Mais alors que dans les siècles précédents, le lecteur avait droit essentiellement à des préfaces auctoriales, abondent actuellement les préfaces allographes, ce qui conduit à y voir des manifestations de la métatextualité telle que définie par Gérard Genette.

Les raisons justifiant l’écriture des préfaces auctoriales sont claires : présenter l’œuvre, prévenir les objections des critiques, communiquer ses idées au lecteur. Le théâtre classique donne incontestablement ses lettres de noblesse au genre préfaciel.  L’on pense à la préface du Tartuffe, à celle de Phèdre, ou encore à celle du Mariage de Figaro. De la même façon, les romans du XIXe siècle sont préfacés par leurs auteurs, dans le but de donner cette fois une légitimité à ce genre informe qu’est le genre romanesque. Les préfaces auctoriales se font pour la plupart « préfaces-manifestes », et l’on peut citer l’Avant-propos de La Comédie Humaine ou la Préface de Pierre et Jean, sous-titrée « Étude sur le roman ». De fait, ces préfaces auctoriales à des œuvres théâtrales ou romanesques sont devenues une référence pour comprendre l’histoire d’un genre. Mais au-delà de la valeur historique des préfaces auctoriales, se profilait  la question de la valeur esthétique de cet « avant-dire », pour reprendre l’expression de Derrida. Ainsi, commentant l’œuvre de Michelet, le narrateur proustien dit : « Les plus grandes beautés de Michelet, il ne faut pas tant les chercher dans son œuvre même que dans les attitudes qu’il prend en face de son œuvre, non pas dans son Histoire de France ou dans son Histoire de la Révolution, mais dans ses préfaces à ces deux livres. » (Proust, Marcel, La Prisonnière, Pléiade, Tome III, p.666). Ce commentaire ouvrait la voie à une étude formelle des préfaces auctoriales, véritables exercices de style.

Mais qu’en est-il des préfaces allographes ? L’une des caractéristiques des préfaces contemporaines est qu’elles sont  confiées à un autre auteur, écrivain notoire ou universitaire. Leur vocation première est de valoriser le texte, de montrer son originalité, de faire découvrir l’écrivain. C’est ce que fait Baudelaire en préfaçant Poe, Anatole France en introduisant Proust.

L’autre fonction, commune aux préfaces auctoriales et allographes, semble théorique puisque tout comme la préface de Gautier à Mademoiselle de Maupin se lit comme un manifeste de l’« Art pour l’Art », celle de Sartre au Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute, permet au philosophe d’exprimer sa vision de l’homme et de la littérature. Néanmoins, les préfaces allographes semblent se substituer, aux XXe et XXIe siècles,  aux préfaces auctoriales. Mais malgré certaines fonctions communes, peut-on dire que l’enjeu des instances préfacielles soit identique ? Des écrivains comme Malraux ou Sartre ont acquis la renommée de « maîtres préfaciers ». Le contenu théorique  de leurs préfaces est ce qui capte l’attention du lecteur. D’autres comme Gracq ou Modiano, ne donnent que peu d’informations sur l’œuvre ou l’auteur préfacé. De fait, leurs commentaires reflètent une dimension poétique qui va dans le sens du plaisir esthétique que peut procurer une préface.  Mais dans les deux cas, le « hors-texte » détourne la parole du « texte » en quelque sorte puisque le discours idéologique ou poétique se superpose au texte, l’occultant parfois, l’interprétant d’autres fois, le trahissant indubitablement. De même, dans les deux cas, les préfaciers allographes contemporains sont souvent à l’origine de la publication des œuvres préfacées, lesquelles connaissent parfois le succès. En outre, dans les deux cas, l’on confie souvent aux préfaciers allographes contemporains la réédition d’œuvres célèbres, ou encore des collectifs rédigés en leur honneur.

En outre,  que le préfacier adopte une posture idéologique ou une posture poétique, il y a une stratégie publicitaire de la préface allographe, caractéristique nouvelle qui la différencie de la préface auctoriale. Ce qui fait dire à Geneviève Idt que la préface allographe est « un discours sur le discours à vendre » (Littérature, n°27, pp. 65-74). Est-ce là la limite de la valeur littéraire de la préface allographe contemporaine ?

Enfin, sur le plan formel, le texte en prose qu’est la préface semble se métamorphoser pour donner lieu à des écritures nouvelles, comme des lettres ou des entretiens. Ou, détail en apparence insignifiant, se faire de plus en plus courte…

Cette réflexion théorique sur le fonctionnement et la fonction des préfaces dans les littératures française et d’expression française, est à l’origine du projet du colloque international que le Département de Français de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis se propose d’organiser en octobre 2014. Ce colloque donnera lieu à une publication assurée par Les Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Les axes du colloque porteront sur :

– L’histoire littéraire des préfaces.

– Les fonctions des préfaces auctoriales et allographes.

– La valeur littéraire des préfaces.

– Les modalités de la préface.

Le comité d’organisation : Mme Emna Beltaïef, Mme Senda Jlidi, Mme Olfa Abrougui, Mme Rania Samet.

Le comité scientifique : Mr Jacques François, Mr Jean-Louis Jeannelle, Mr Ahmed Mahfoudh, Mme Senda Jlidi, Mme Emna Beltaïef.

Les propositions de communications (un résumé et un cv sont demandés) sont à envoyer avant le 28 février 2013 aux adresses suivantes : emnabeltaief@hotmail.fr, sendajlidi@yahoo.fr, abrolfa@yahoo.fr, ou ranya_samete@yahoo.fr.

Responsable : département de français de la Faculté des Sciences humaines et Sociales de Tunis

Url de référence :
http://www;fshst.tn

Adresse : 94, boulevard 9 avril 1938, 1007, Tunis, Tunisie

 

La légitimité de la bande dessinée : quels acteurs, quelle communauté ?

Éric Maigret aurait-il enterré un peu vite (dans un article intitulé « Bande dessinée et post-légitimité » publié au sein de La bande dessinée : une médiaculture) la nécessité d’une réflexion sur la légitimité de la bande dessinée ? Nous pouvons nous poser la question car notre récent billet fait place à de nouveaux commentaires de Morvandiau et Julien Baudry que nous reproduisons ici. Ces deux interventions nous semblent en effet adopter une attitude des plus intéressantes : appréhender un processus de légitimation non vis-à-vis de médias ou d’institutions, mais en se focalisant sur les différents acteurs du monde de la bande dessinée (et plus largement du livre). Les perspectives sont tout bonnement passionnantes : qui fait quoi, ou plus exactement en quoi chaque activité participe-t-elle de la valorisation d’un langage et d’un mode d’expression ?

C’est l’une des questions que soulève ici Morvandiau en évoquant le rôle de l’auteur, mais également de l’éditeur, de l’universitaire et de l’élu (tout en ayant le très bon goût de citer le Georges et Louis romancier de Daniel Goossens).

 

Nom d’un chien, oui, quel vaste et passionnant chantier !
Je rebondis d’abord sur ce que j’interprète comme une provocation de bon aloi :
 « Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. » Il paraîtrait aussi absurde que stérile de revendiquer que la création des auteurs ait « l’exclu sur la légitimation » (sauf peut-être dans un épisode encore inédit de Georges et Louis romanciers de Daniel Goossens) – bien qu’elle en soit une condition nécessaire de départ.

Mon évocation – comme, je crois, celle de Benjamin Caraco – des auteurs engagés dans l’enseignement (théorique et pratique), de ceux qui développent un DISCOURS éditorial ou de ceux qui sont, par exemple, amenés à s’exprimer dans les médias (ceux au moins où l’on peut, selon les formats et la pertinence des questions, espérer émettre une analyse et formuler des idées) me semble redire que les auteurs sont aussi légitimes hors du cadre strict de leur processus de création, sous des formes qui nécessitent un minimum de distanciation.

Cette distanciation, qui peut se traduire également de façon temporelle, n’arrive pas non plus maintenant par hasard alors que l’édition alternative née dans les années 90 a fêté ses 20 ans et a donc déjà connu quelques crises – technologiques, artistiques, économiques, humaines, structurelles – au cours de son évolution et que cet anniversaire lui permet aussi de se retourner (un peu) sur ce qu’elle a déjà produit.

Je note par exemple que les trois champs éditoriaux relatifs à l’expérimentation, au patrimoine (c’est-à-dire important ET oublié ou en passe de l’être – pas les rééditions de Blake et Mortimer, hein) et à la théorie ont été, conjointement et fortement, (ré)investis par ces mêmes structures éditoriales portées par des auteurs et, sauf erreur de ma part, définitivement abandonnés par les autres (il est loin le temps d’une revue comme À suivre chez Casterman et des Cahiers de la bande dessinée chez Glénat !). Le fait que ces trois domaines (et celui du patrimoine tel que défini ci-dessus), constituent tout sauf un projet commercial viable – doux euphémisme – n’est probablement pas sans rapport avec cette situation (ni sans lien avec l’intérêt, nouveau par son essor me semble-t-il, qu’on peut notamment percevoir du côté de la recherche universitaire – en principe détachée des impératifs économiques et, par essence, connectée aux dynamiques et problématiques relatives à la légitimation du savoir).

Dans L’Éprouvette 3, j’évoquais, par ma lorgnette d’organisateur de manifestation consacrée à la bande dessinée, le niveau déplorable de culture relatif à cette dernière parmi mes interlocuteurs en charge du pouvoir (chacun, souvent de façon bienveillante, me mettant en garde au début de chaque rendez-vous : « je vous préviens, je n’y connais rien en bande dessinée »). Quand les responsables administratifs et les futurs élus – qui fréquentent en partie les bancs des mêmes facs – auront eu largement accès à des cours de et sur la bande dessinée, devrons-nous à nouveau leur expliquer en quoi elle est légitime ?

Que les auteurs ne soient pas les seuls, et pas nécessairement les premiers, à s’exprimer de façon pertinente et constructive sur leur propre domaine, tant mieux !

 

La réponse de Julien Baudry (que nous reproduisons ici) fait directement écho à cette dernière phrase en en appelant à la formation d’une communauté (qui reste à inventer et sur laquelle nous reviendrons assurément).

 

Je me permets de rebondir sur des intuitions historiennes au débat (qui n’en est finalement pas véritablement un) entre Benoît Berthou et Morvandiau sur la question, posée par Benoit : « La bande dessinée n’existerait pas sans ses auteurs : c’est un fait que Morvandiau et Benjamin Caraco ont tout-à-fait raison de rappeler. Mais je me permets de me demander : ses auteurs lui permettent-ils véritablement d’exister ? Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. »

auquel Morvandiau répond très justement :
 »Il paraîtrait aussi absurde que stérile de revendiquer que la création des auteurs ait “l’exclu sur la légitimation” (sauf peut-être dans un épisode encore inédit de Georges et Louis romanciers de Daniel Goossens) – bien qu’elle en soit une condition nécessaire de départ. »

Et nous avons là un début de réponse, et d’accord : assez logiquement la création par les auteurs est une « condition de départ », l’expression est exacte, dans la mesure où tout commentaire par les critiques participant eux aussi à la légitimation s’appuie, à tort ou à raison, sur les oeuvres elles-mêmes. Même si la légitimation peut aussi s’appuyer sur des éléments « externes » à l’œuvre : son modèle économique, l’aspect matériel de l’œuvre, les structures socio-culturelles pré-existantes, etc.

Partant de cette réflexion, je vois deux façons qu’un auteur a de participer au processus de légitimation, et on peut opportunément les illustrer à travers deux articles parus dans Comicalités.

1. Dans « Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère », Thierry Crépin revient sur une expérience de légitimation de leur art par les auteurs ayant eu lieu à la fin des années 1940 : un « Grand Prix » décerné par un jury d’auteur, organisé par les auteurs. Dans cet exemple, les auteurs (et peu nous importe l’échec relatif de leur tentative, ou les échos corporatistes de leur propos) participent à la légitimation par l’action. L’exemple de l’Association est, en partie, du même ordre, quoique : Benjamin Caraco, en avouant la confusion autour du terme « producteurs » dans son article soulève justement un point important : la volonté de légitimation par des auteurs (ici, par un auteur en particulier, JC Menu) les ont amené à « dépasser » le statut d’auteur pour devenir éditeur et théoricien.

2. Et j’en viens à la seconde modalité : dans mon article sur « Saint-Ogan et les grands enfants », j’ai tenté de montrer les relations qu’ont entretenu, dans les années 1960, un auteur, Alain Saint-Ogan, et des « commentateurs », la SOCERLID. Ces relations amènent au constat qu’à la fois l’œuvre et la parole de l’auteur sont déformés pour servir un processus de légitimation. J’en conclus donc que l’auteur peut être amené à participer à la légitimation « malgré lui ». Ce qui intéressant dans l’exemple de Saint-Ogan est que l’auteur n’a jamais refusé de soutenir les actions de la SOCERLID, mais qu’il n’a jamais été non plus un farouche défenseur de la légitimation culturelle de la bande dessinée ; au contraire, la modestie de ses propos montre qu’il n’a jamais cherché à prétendre être un artiste, préférant se considérer comme journaliste avant tout.

Ces longs paragraphes pour en arriver à l’idée suivante : analyser le processus de légitimation de la bande dessinée peut aussi se faire par une analyse « croisée ». Non étudier comment tel auteur, ou tel critique, ou tel éditeur, ou tel théoricien, ou tel festival, sert le discours de reconnaissance culturelle, mais plutôt, partant de l’auteur, étudier comment ses interactions avec d’autres acteurs de la bande dessinée (critique, éditeur, théoricien, festival) construisent un dispositif de reconnaissance culturelle qu’il ne maîtrise pas toujours. À cet égard, l’analyse de la notion de « roman graphique » mériterait d’être creusée, car elle relève d’une co-construction qui mêle les auteurs, les médias, les théoriciens, sans qu’ils ne parlent toujours de la même chose…

Les discours sur la bande dessinée

Les Carnets de la bande dessinée entendent désormais prolonger les articles publiés par Comicalités : ces billets ont vocation à susciter de nouveaux textes que nous serons enchantés de publier. Revue et blog scientifique fonctionnent ainsi de concert afin de créer un espace de réflexion qui sera, nous l’espérons fructueux.

Une revue comme Comicalités produit exclusivement un certain genre de texte (et n’entend nullement se diversifier) : longs (entre 20000 et 80000 signes espaces compris), certifiés (car évalués par au moins trois experts qui garantissent la fiabilité des informations ainsi que l’actualité et la pertinence des axes de réflexion) et diffusés au sein des réseaux de recherche (car obéissant aux réquisits intellectuels et techniques d’une publication scientifique tout en proposant un libre accès sur Internet). Les écrits que nous diffusons sont donc pleinement intégrés à une communauté (scientifique) et adoubés par l’université : mais une telle revue peut-elle pour autant faire l’économie d’une réflexion sur sa singularité vis-à-vis d’autres publications, c’est-à-dire ne pas tenter de penser ce qui la distingue d’écrits par exemple diffusés sur des sites, des blogs et d’autres dispositifs aux formes et aux ambitions fort diverses ?

Ne pas se poser cette question me semble en effet fort dérangeant : cela supposerait de faire de « recherche » ou d’ « université » des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours. Et semblable position me semble des plus simpliste : comment croire qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité grâce à une seule forme de textes ? On peut penser à l’inverse que son inscription dans tous types de dispositifs de communication favorise un enracinement certain au sein de nos pratiques culturelles. Et il y a dès lors tout lieu de se féliciter du fait que la bande dessinée puisse être appréhendée sur le mode de la conversation dans le cadre de forums (comme Bulles D’air) ou qu’elle soit l’occasion d’une véritable expression (voire d’une évaluation dans la droite lignée de la critique littéraire) dans le cadre d’une revue en ligne comme du9.

Dirigeant Comicalités, je ne peux que me réjouir de cette pluralité de discours et plus encore du fait que notre revue tente de la penser. Depuis sa création, y ont en effet été publiés 4 articles qui évoquent directement certains de ces dispositifs : j’y vois comme le symbole d’une ouverture, et surtout la prometteuse exploration d’un champ de recherche qui me semble à l’heure actuelle peu exploité. La chose est évidente lorsque l’on lit, par exemple, les articles de Julien Baudry (« Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID ») et d’Harry Morgan (« Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ? ») qui sont parus en octobre. Tous deux posent en effet un problème assez voisin : celui du mode de désignation d’une valeur littéraire (et ce même s’il s’agit de littérature graphique).

S’intéressant à ce processus, ces longs textes mettent en évidence le rôle prépondérant de certains acteurs : des associations d’érudits qui présentent toutes les caractéristiques des sociétés savantes nées au XVIIIe siècle. Elles semblent en effet se fixer pour mission de participer d’un partage du savoir ou de diffuser des connaissances ayant trait à la bande dessinée, et ce par plusieurs moyens dans le cas de la Société Civile d’Étude et de Recherche des Littératures Dessinées : une publication (Phœnix) ou des expositions (par exemple « 10 millions d’images, l’âge d’or de la BD » en 1965 ou, en 1966, « Burne Hogarth » et « Milton Caniff »). Cette réelle activité a indéniablement participé de la reconnaissance de la bande dessinée à une époque où celle-ci n’était pas reconnue d’utilité publique (et donc prise en charge par des institutions comme la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image).

Évoquant ces initiatives, ces deux articles soulèvent des problèmes sur lesquels il y a selon moi lieu de chercher plus avant et sont ici présentées deux pistes de travail susceptibles de déboucher sur de nouveaux articles. La première d’entre elle consisterait à interroger plus avant la spécificité de ces « sociétés savantes », et plus largement l’originalité du mode de construction d’un « savoir » propre à la bande dessinée : retracer les différentes étapes de leur évolution (l’examen des statuts de ces associations serait à cet égard intéressant), expliciter les raisons et modalités de leurs antinomies (trop souvent réduite à la seule rivalité CELEG/SOCERLID) et les comparer avec des groupes s’intéressant à d’autres formes de littératures (sentimentale, policière, de Science Fiction, de fantasy…) pourrait ainsi être extrêmement fructueux.

La seconde piste tient à la composition de ces sociétés savantes : les articles de Comicalités que j’ai cité plus haut mettent en évidence de réels besoins à ce sujet en matière de recherche. Aucune étude sérieuse n’a par exemple été consacrée aux modes de gouvernances de ces associations, ainsi qu’à l’identité de leurs membres (fondateurs ou non) dont nous ne connaissons pas précisément les itinéraires professionnels (et par exemple leurs différentes activités d’écriture). Ces précisions seraient pourtant susceptibles de permettre de compléter, voire de réviser, l’article désormais canonique de Luc Boltanski[1]. Partant du postulat que le « champ de la bande dessinée » s’est construit sur le modèle des « champs de culture savante », celui-ci adopte en effet des positions tranchées : « établir des bibliographies […] c’est se livrer sur un terrain à peu près libre de toute autorité culturelle à la même activité, stricto sensu, que l’historien de l’art ou de la littérature dans le domaine réservé de la culture légitime »[2].

[1] BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la bande dessinée » [en ligne]. Actes de la recherche en sciences sociales, volume 1, n°1, janvier 1975 (« Hiérarchie sociale des objets »), p. 37-59 [consulté le 24 octobre 2011]. DOI <10.3406/arss.1975.2448> URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2448>