Archives par mot-clé : culture matérielle

Nouvelles parutions : Comicalités présente Nicolas Labarre et Jan Baetens

Image du bandeau : Dimitri Piot, Salaryman, éditions Blow Books, 2019 (détail d'un bas de page)

En attendant notre nouvelle thématique « Bédéphilie » en cours de préparation, Comicalités vous propose deux nouveaux textes en ce mois d’avril 2021, qui viennent nourrir la thématique « Bande dessinée et culture matérielle ». Lancée en 2019 avec une première salve d’articles, ce dossier propose de « rematérialiser les principes de notre connaissance », pour reprendre la formule de Daniel Roche.

L’introduction générale du numéro proposait deux premiers axes de structuration des travaux. Le premier axe envisage, à travers l’étude de la matérialité des publications, de saisir « la relation de la forme au sens ». C’est dans cette perspective que s’inscrit l’article de Jan Baetens : « Bande dessinée, formats, hors-champ : l’enseignement des blow books ». Comicalités avait déjà publié un article sur la bande dessinée de poche, dans la thématique « La bande dessinée, un ”art sans mémoire ?” » ; mais à l’approche macro de ce premier travail, consacré aux collections des années 1980, succède à présent une approche micro, au plus près des effets de lecture suscités par le format de publication.

Dans son article, Jan Baetens se penche sur Salaryman de Dimitri Piot, publié dans une collection de « petits formats » contemporains lancée par le libraire-éditeur Philippe Capart sous le titre de blow books. Ces blow-books, de la taille d’un paquet de cigarettes, investissent de façon singulière le support-livre. L’intérêt de l’approche de Jan Baetens ne s’arrête pas à l’examen de cet objet singulier ; il réside également dans l’approche retenue, qui privilégie les effets de hors-champ ; alors que la sémiologie de la bande dessinée accorde une place de premier plan à la gouttière intericonique, comment s’opère l’ellipse quand la case occupe l’espace de la double page ? À partir de l’étude de Salaryman, Jan Baetens ouvre donc des perspectives tout à fait neuves pour repenser le hors-champ dans les études sur la bande dessinée.

Le deuxième axe de l’introduction proposait de faire de la culture matérielle une grille permettant d’articuler les relations complexes entre productions graphiques et déclinaisons matérielles, reprenant la formule fameuse d’Art Spiegelman, qui qualifiait la bande dessinée d’ « enfant bâtard de l’art et du commerce ». C’est dans cette perspective que s’inscrit l’article de Nicolas Labarre, « Selling Horror: the early Warren comics magazines » qui revient dans les pages de Comicalités après un article publié il y a déjà dix ans sur les déclinaisons transmédiatiques de Flash Gordon : « Two Flashes. Entertainment, Adaptation: Flash Gordon as comic strip and serial ».

Cette fois, Nicolas Labarre se penche sur les magazines d’horreur de Warren, Creepy et Eerie. Très connues, ces publications sont souvent perçues comme le prolongement des EC Comics des années 1950. L’article propose une analyse alternative, qui replace ces magazines dans une autre série culturelle, celle du cinéma d’horreur. De façon frappante, Nicolas Labarre montre le rôle décisif que jouent les produits dérivés de ces films d’horreur : présents dans les pages de publicité de Creepy et Eerie, ils jouent un rôle de matrice narrative et visuelle décisive, à la fois pour les équipes créatives comme pour le lectorat. De la sorte, l’article constitue une invitation à repenser l’histoire de la bande dessinée à la lumière de ces circulations transmédiales.

Ces deux articles témoignent de la fécondité d’une approche de la bande dessinée sous l’angle de la culture matérielle. Cependant, le chantier est loin d’être terminé… La question des pratiques matérielles de la collection, par exemple, n’a pour l’instant pas fait l’objet de propositions ; la question des produits dérivés, de la même manière, permettrait d’envisager de façon élargie le périmètre des objets relevant d’une « culture BD ». Et bien d’autres perspectives encore sont envisageables… N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions !

Parution de la thématique « Bande dessinée et culture matérielle »

Image du bandeau : Mariano Casas, Mensajes, 2009, p.42 (détail)

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture d’une nouvelle thématique sur Comicalités, et la parution de trois articles en son sein et trois textes complémentaires (une introduction, un entretien, un article de synthèse) : Bande dessinée et culture matérielle, dirigée par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay.

Que trouverez-vous dans cette thématique ? Son objectif est d’ouvrir un chantier de recherche encore relativement neuf : les rapports de la bande dessinée et la « culture matérielle ». Dans quelle mesure penser la matérialité de la bande dessinée peut nous aider à réfléchir sur ce média ? Trois axes, présentés dans l’introduction (par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay), illustrent la richesse des pistes ainsi ouvertes.

La question de la poétique du support interroge la façon dont le support matériel a un impact sur l’oeuvre elle-même. Les deux articles proposés pour entamer la thématique montre parfaitement comment une analyse littéraire d’oeuvre peut se nourrir de réflexions portant sur la matérialité concrète de la création. Ainsi, Côme Martin, dans « La première lecture de livre : de la manipulation matérielle de la page comme expérience unique« , s’arrête sur un type d’oeuvre spécifique, celles qui, en demandant de la part du lecteur une manipulation du support (découpage, pliage, couture…) font de la première lecture une expérience unique. Pour être des oeuvres-limites, elles n’en questionnent pas moins les rapports du lecteur à l’oeuvre. Quant à Agatha Mohring, en se concentrant sur une unique bande dessinée de Mariano Casas, Mensajes, elle en propose une étude qui met en avant l’évolution des conditions matérielles de travail de l’artiste à l’ère numérique, et la façon dont cette évolution est présentée dans la bande dessinée elle-même.

La question des produits dérivés, est une autre facette du rapport de la bande dessinée à une « culture matérielle » des XXe et XXIe siècles élargie, et surtout profondément inscrite dans des dynamiques commerciales, bien au-delà de la seule édition livresque. Le cas que présente Bounthavy Suvilay, dans « Parcours de lecture dans Dragon Ball Z Dokkan Battle« , est un exemple magistral qu’il est nécessaire de penser la bande dessinée contemporaine au sein de toute une industrie culturelle multimédiatique. L’exemple du jeu de cartes sur smartphone Dragon Ball Z Dokkan Battle imbrique ainsi les caractéristiques matérielles de plusieurs médias aux supports bien différents (jeu vidéo, jeu de cartes à collectionner, anime…), tout en se référant à la bande dessinée par des jeux de citations ou de narration.

La question de la conservation occupe naturellement une place importante quand on réfléchit aux rapports de la bande dessinée à sa matérialité : quelles stratégies sont mises en place par les institutions pour conserver un support fragile ? Le dossier y répond par deux textes complémentaires (sans expertise en double aveugle). D’un côté un entretien mené par Bounthavy Suvilay avec Nicole Rousmanière, responsable d’une récente exposition sur le manga au British Museum, qui essaie précisément d’en rendre toute la complexité matérielle ; de l’autre côté un article de synthèse de Jean-Mathieu Méon présentant l’état actuel des connaissances sur le statut matériel de l’oeuvre de bande dessinée dans les musées.

D’autres articles viendront compléter la thématique au cours de l’année. Conformément au modèle éditorial de Comicalités, elle reste ouvert et peut donc accueillir vos contributions. Merci de nous contacter si vous souhaitez y publier un article.