Archives par mot-clé : culture

Bande dessinée, école et université : quelle mésentente ?

Dans le premier billet consacré à une étude sur la « jeune recherche en bandes dessinées », Julien Baudry pose une question qui me semble des plus intéressantes. Constatant à la fois le manque d’ampleur et d’organisation des recherches universitaires et le développement de « discours » malgré tout « pertinents et intéressants », celui-ci s’interroge sur la « pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université » : « N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de “légitimité”, toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? »

Le risque ici évoqué me semble d’autant plus réel que, et ainsi que le signale Julien Baudry, des universitaires n’ont eux-mêmes pas hésité à diffuser leurs travaux dans des revues ne relevant pas des canons de la publication scientifique. Ainsi que je l’écrivais à propos de Comicalités en octobre 2011 (au sein des défunts mais toujours en ligne Carnets de la bande dessinée), il faut se garder de « faire de “recherche” ou d’“université” des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours », et plus largement de croire « qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité » grâce à un unique type de mode de médiation et production du savoir.

La bande dessinée : une lecture confidentielle ?

20012015IMA3

Christine Détrez, Olivier Vanhée, Les Mangados. Lire des mangas à l’adolescence, éditions de la BPI, 2012. © BPI

Souscrivant donc totalement aux réserves de Julien Baudry, je tiens néanmoins ici à prolonger son propos car il soulève un problème de taille. En effet, l’université n’est pas la seule forme d’institution a éprouver quelques difficultés vis-à-vis de la bande dessinée et on peut même penser celle-ci fâchée avec toutes les structures d’apprentissage ainsi qu’en témoigne l’un des articles de l’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui est en cours de parution. Sylvain Aquatias fait ainsi remarquer : « Alors même qu’il est admis que la bande dessinée peut être une ressource pour enseigner, elle est quasiment absente des programmes de français. Au demeurant, les œuvres du neuvième art sont surtout conçues dans le monde scolaire comme des aides pédagogiques, rarement comme des œuvres en soi, méritant une étude propre ».

La bande dessinée serait ainsi pensée comme un instrument de médiation, comme un langage doté d’intéressantes propriétés en terme de transmission lui permettant de se mettre au service d’autres savoirs. Et le fait de ne pas la reconnaître comme la clé de voute d’une culture graphique à part entière semble avoir des conséquences d’importance : « De la même manière que Philippe Coulangeon note une faible influence de l’école sur le goût musical des jeunes, on peut penser qu’elle agit peu en ce qui concerne le goût pour la bande dessinée » dont la transmission relève du coup de modalités qu’analyse Sylvain dans la suite de son texte.

Ni université, ni école : tel pourrait ainsi être formulé ce qui ne relève nullement d’un crédo mais bien plus d’une condition qu’il s’agit d’interroger tant elle prend des formes parfois étonnantes que met par exemple en évidence le travail de Christine Détrez et d’Olivier Vanhée. Les Mangado (publié aux éditions de la BPI) dresse en effet le portrait saisissant d’un type de lecture qui prend place dans des pratiques et espaces qui sont justement tout sauf légitimes (tels le bus ou la classe, où l’on est censé faire autre chose). La bande dessinée se glisse dans des interstices, prend place dans des moments d’ennui, pas forcément « occupables » par autre chose et participe plus largement d’une intrigante circulation des livres qui rappelle un peu les temps sombres de l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.

On se passe les mangas sous le manteau, dans l’anonymat d’un coin de la cour du lycée, et les échange au sein d’un cercle fermé de connaissances à qui l’on peut se fier, sans forcément chercher à les présenter à d’autres. La bande dessinée est ici presque au fondement d’une espèce de société (secrète) et ces pratiques mettent en perspective un singulier domaine d’investigation. Il serait absurde d’appréhender université et école à l’aune de la seule légitimité : comme peut en témoigner n’importe quel enseignant et chercheur, elles n’ont ni les moyens, ni l’envie, de s’en arroger le monopole. Et il serait plus juste de se demander si refuser de faire une place à la bande dessinée ne revient pas à lui nier la possibilité de devenir un « lieu commun » au sens fort du terme, un terrain de rencontre entre individus d’âge, de statuts, de classes sociales et d’ambitions différentes.

Quelle transmission graphique ?

20012015IMA1

Didier Quella-Guyot, 100 séquences de bandes dessinées. Patrimoine du neuvième art (1831-1999), CRDP Poitou-Charente, 2011. © CRDP Poitou-Charente

Pour prolonger les réflexions de Julien Baudry et Sylvain Aquatias, il serait ainsi pertinent de disséquer un ouvrage de Nicolas Rouvière comme Bande dessinée et enseignement des humanités (ELLUG, Grenoble, 2012) ou de s’intéresser à des initiatives comme celles du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Poitou-Charente à travers la collection « La BD de cases en classes ». Et plus largement d’étudier notre système éducatif au regard de ce qu’il peut et entend transmettre : serait ainsi esquissée une forme d’histoire de la mise en partage des modes d’expression et de publication mobilisant des réflexions ayant par exemple trait tant aux présupposés des formateurs qu’aux compétences transmises aux formés.

L’invention statistique de la bande dessinée

L’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, que j’ai eu l’honneur de diriger et qui comporte des textes conçus par Sylvain Aquatias, Christophe Evans, Xavier Guilbert, Éric Maigret et moi-même, est en cours de parution et je lui consacrerai plusieurs billets dans les semaines qui viennent. Disponible en open access aux éditions de la Bibliothèque Publique d’Information, il s’inscrit en effet dans la volonté de large diffusion de l’information scientifique que soutient Comicalités et entend de plus nous permettre de résoudre un paradoxe : si l’on ne cesse de produire (à coup de méthodologies qui frisent parfois le bricolage) des chiffres à propos de la production de bandes dessinées, la connaissance de son lectorat reste embryonnaire.

08012014IMA1

Questionnaire de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, livraison 1973, question 42.Disponible sur le Web. URL <http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/> (page consultée le 8 janvier 2015). © Ministère de la culture

La vaste étude commanditée par le ministère de la culture et la BPI et réalisée en 2011 par TMO-Régions vient combler ce manque grace à une base de données actuellement sans équivalent, voire sans réel précédent. Notre travail de mise en perspective a en effet, et en toute logique, commencé par un état de l’art et notamment par la consultation des diverses livraisons des Pratiques culturelles des Français. Le questionnaire de cette étude de référence met en évidence l’évolution de la prise en compte de la bande dessinée, et plus largement des modalités et finalité d’investigation des pratiques culturelles. L’enquête de 1973 fait en effet tout simplement l’impasse sur le genre : celui-ci n’est nullement mentionné au sein de la question 42 consacrée « aux livres possédés dans votre foyer » (qui se contente de mentionner des « livres pour la jeunesse »), ni au sein des cinq questions consacrées aux périodiques (et ce alors que « magazine féminin ou familial » ou « romans photos » apparaissent, chose étonnante à une époque où Tintin, Spirou ou Le Journal de Mickey connaissaient des tirages très importants).

08012014IMA2

Questionnaire de la livraison 1981 de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, question 56.  © Ministère de la culture

D’absente, l’information devient ensuite lacunaire puisque les « albums de bande dessinée » font leur apparition à côté des « livres pour enfant » au sein de la question 56 de l’enquête de 1981 consacrée aux « livres possédés ». La livraison suivante semble d’ailleurs se poser la question de son statut puisque le questionnaire de l’enquête de 1989 ne se contente pas d’interroger une propriété mais également une forme « d’invisibilité » : les « albums » sont mentionnés à côté du « livre de cuisine », « dictionnaire » ou « missel » dans une question 56 que l’on dirait « de rattrapage » en jargon sociologique (parmi les livres que vous possédez, « Êtes-vous certain de ne pas avoir oublié… »). Le mode d’investigation de cette enquête de référence semble donc considérer la bande dessinée sur le mode d’une lecture énigmatique, posant directement la question des limites de toute étude de type sociologique et plus largement de toute forme d’approche statistique d’une activité culturelle.

08012014IMA3

Livraison 1989, question 56.  © Ministère de la culture

Ce questionnaire semble vouloir interroger une pratique qui ne se « dit » pas forcément et qu’il s’agit d’interroger au regard de deux des ennemis de toute quantification : l’inavouable et le négligeable. L’enquête de 1997 semble le reconnaître explicitement puisque la bande dessinée fait cette fois l’objet de deux questions « de rattrapage » : à la question 78 (« Au cours des douze derniers mois, combien de livres avez-vous lus environ, en tenant compte de vos lectures de vacances ? ») succède en effet immédiatement « Avez-vous inclus dans ce total les albums de bandes dessinées ? » puis « Combien avez-vous lu de bandes dessinées au cours des douze derniers mois ? » Il s’agit ainsi de tenter de mieux cerner (par la prise en compte des « oublis » et « non-inclusions ») et plus encore de quantifier (par le « combien ») une « invisibilité » qui laisse d’ailleurs place dans l’enquête de 2008 à un questionnement plus précis et complexe.

08012014IMA4

Livraison 2008, question 78-80.  © Ministère de la culture

La question 64A (« Quelle (s) catégorie (s) de livres lisez-vous le plus souvent ? ») propose pour la première fois une alternative aux « albums de bandes dessinées » en mentionnant « des mangas, des comics » et la prise en compte de cette diversité ne rime pas avec simple curiosité. La bande dessinée prend place dans le « classement des écrits » qu’évoque Gérard Mauger (1999, p. 149) en s’intéressant aux travaux de sociologie de la lecture et se voit appréhendée dans ce complexe questionnaire à l’instar d’une « littérature » qui est présentée aux personnes interrogées sous plusieurs formes (« œuvres de la littérature classique », « romans policiers ou d’espionnage », « romans historiques »…). Si changement de statut il y a, celui-ci repose sur la volonté de considérer la bande dessinée comme un véritable terrain d’investigation. Elle semble envisagée comme un objet culturel structurant et il s’agit, pour reprendre les termes de Gérard Mauger citant Roger Chartier, de « partir des objets et des textes, “dessiner d’abord les aires sociales où circulent chaque corpus de textes et chaque genre d’imprimés” : […] l’enquête aura pour objet la composition du lectorat correspondant » (MAUGER, p. 148-149).

Mise en perspective vis-à-vis d’un mode d’expression et de publication, l’étude d’une pratique culturelle obéit ainsi à une autre fin : « Il s’agit de construire des “communautés de lecteurs”, et d’identifier leurs propriétés spécifiques : “compétences de lecture” » (Ibid., p.149) et plus largement, pourrions-nous ajouter, rapport à l’écrit et à toutes sortes de production. A cet égard, les différentes images que nous présentons dans le cadre de ce billet nous semblent des plus intéressantes : ces divers formulaires, outils de travail des structures chargées de ces investigations, mettent en évidence les différentes étapes de l’invention statistique du lectorat de bandes dessinées et et plus largement la transcription des pratiques liées à un mode d’expression sous forme de « données ». Notre objectif dans cet ouvrage fut de donner à celles-ci sens et forme et de les mettre au service des questionnements permettant de montrer en quoi l’art graphique qui nous intéresse éclaire lecture et culture en leur entier.

Bibliographie

GLEVAREC, Hervé. « L’épistémé de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : référentiel de l’accession, indicateurs de fréquentation et définition de la culture » [en ligne]. In COMITE D’HISTOIRE DU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, CENTRE D’HISTOIRE DE SCIENCES-PO PARIS. La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine. Paris, 2012-2014. Disponible sur la plateforme Hypothèses. URL <http://chmcc.hypotheses.org/237≥. [page consultée le 4 août 2014].

MAUGER, Gérard. « Écrits, lecteurs, lectures », Genèses, n°34, 1999, p. 144-161. Disponible sur le portail Persée. URL </web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1999_num_34_1_1560> DOI <10.3406/genes.1999.1560> [page consultée le 05 août 2014]

 

Fictions moyennes : dessin et hiérarchies culturelles

Diana Holmes et Matthieu Letourneux lancent, pour le compte de la revue Belphégor, un appel à communication intitulé : « Fictions moyennes ». Cette proposition est susceptible d’intéresser nombre de chercheurs travaillant sur le dessin puisqu’elle nous invite à penser des productions au regard d’une hiérarchie culturelle, ou plus exactement d’une inédite catégorisation. Entre la « haute » et « populaire » culture, il y aurait un « moyen » qui est défini dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous en termes esthétiques : « intrigues favorisant l’immersion », « personnages suscitant l’empathie », « récits privilégiant une mimésis transparente »… Ces quelques lignes suggèrent déjà une définition : serait « moyenne » une fiction qui vaut moins par ses modalités que par sa finalité, et plus précisément les thèmes ou sujets dont elle entend s’emparer.

La « fiction moyenne » : un secteur éditorial ?

01112014FictionsMoyennesIMA1

Guillaume Bianco, Antonello Danela, Mon copain est un microbe (Ernest et Rebecca, tome 1), Le Lombard p. 3. © Le Lombard.

Vulgarisation, sensibilisation, médiation, voire propagande… Plusieurs qualificatifs peuvent caractériser une entreprise que l’on retrouve dans nombre d’œuvres. Citons, une fois n’est pas coutume, le Tintin d’Hergé qui n’a de cesse, à travers des récits on ne peut plus linéairement structurés, des incidents internationaux (invasion de la Chine par le Japon dans Le Lotus bleu) ou des trafics douteux (de drogue dans Le Crabe aux pinces d’or, d’esclaves dans Coke en stock)… Séries de comics (pensons à des X-Men dans lesquels le thème de l’exclusion est omniprésent) ou de manga (Ashita no Joe) pourraient également être convoquées, sachant que toute tentative de constitution de corpus se heurte à un problème. Tous les modes d’expression s’interdisant une forme de sophistication narrative, ne peuvent-ils pas être d’emblée rangés dans les « fictions moyennes » ? La question se pose par exemple à propos de la « littérature de jeunesse », et par exemple d’une œuvre comme Ernest et Rebecca qui met à l’honneur le personnage d’une petite fille se liant d’amitié… avec un microbe. Le thème de la maladie est ici abordé en sus de celui de la famille puisque les parents de l’enfant sont en plein divorce : ne touchons-nous pas ici aux limites d’une catégorie littéraire ? Nous laissons à nos lecteurs le soin de juger avant le 30 novembre prochain.

Fictions « moyennes » (middlebrow)

 

Le terme « culture moyenne » (et plus encore le terme anglais « middlebrow ») est franchement péjoratif : il signifie une culture qui ne possède ni la dignité de la « haute culture » ni l’énergie dynamique quoique vulgaire du populaire. Inventé durant les années 1920, période d’expansion d’une petite bourgeoisie relativement instruite et ambitieuse, le terme de « middlebrow » désigne un genre de culture qui, selon le magazine satirique Punch, visait le consommateur « qui espérait être un jour familier avec les produits culturels qu’il convenait d’apprécier » (Punch, 23 décembre 1925). Si les fictions moyennes abordent des questions sérieuses, elles le font au moyen d’intrigues favorisant l’immersion, de personnages suscitant l’empathie, de récits privilégiant une mimésis transparente – autrement dit, en utilisant des techniques que méprise la littérature légitime, laquelle se réclame plutôt d’un modernisme sceptique, réflexif et autoréférentiel. Et pourtant leurs thématiques sociales et philosophiques les éloigne de ces genres pleinement populaires que la critique Nicola Humble rassemble sous l’expression de « romans d’amour ou d’action bas de gamme » (Humble 2001 : 11). Selon Bourdieu, l’art moyen appartient tout comme le populaire au champ des récits de grande production déterminés par le marché, à la différence de la haute culture qui relève plutôt du champ de production restreinte – et pourtant, la culture moyenne présente aussi certaines caractéristiques qui « la prédisposent à rejoindre la culture légitime » (Bourdieu 1993 : 128).

Certain(e) s critiques britanniques ont abordé l’étude du « middlebrow », surtout par rapport au « genre » (gender) et à l’histoire littéraire anglaise (voir www.middlebrow-network.com). Janice Radway, critique féministe américaine, a étudié le « Book-of-the-Month Club » en tant que démarche éditoriale caractéristique du « middlebrow » aux États-Unis. Mais la plupart du temps, l’histoire et la critique littéraire (et filmique) ont simplement passé sous silence ce vaste ensemble culturel, malgré son importance pour la compréhension de l’esthétique et de l’imaginaire collectifs d’une époque. Si l’on excepte le colloque de janvier 2014, European Middlebrow Cultures, 1880-1950 : Reception, Translation, Circulation, tenu à l’Académie Royale des Arts à  Bruxelles (http://europeanmiddlebrow.wordpress.com/), on compte peu d’événements explorant le « middlebrow » au-delà des cultures anglophones. Le terme lui-même, il est vrai, n’est ni étanche ni stable : ce qui se définit comme « middlebrow » varie en fonction de valeurs culturelles qui sont loin d’être fixes, et le goût majoritaire change lui aussi suivant la situation sociale ou le moment historique. La culture moyenne se définit aussi suivant le marché et les moyens de production car, pour citer encore Janice Radway, le « middlebrow » renvoie « à la fois à une forme matérielle et à une forme idéologique » (Radway 1997 : 367). Dans ce volume spécial de Belphégor, dirigé par Diana Holmes (University of Leeds) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest, Nanterre), nous chercherons à la fois à développer des études empiriques et à conceptualiser le « middlebrow », au-delà de la culture anglophone mais sans exclure celle-ci.

Nous vous invitons donc à envoyer des propositions d’articles sur les fictions moyennes, littéraires ou filmiques, de la fin du dix-neuvième à nos jours. Les propositions seront de 500 mots maximum, et seront envoyés à : d.holmes@leeds.ac.uk avant le 30 novembre 2014.

Thèmes possibles :

– la culture moyenne et l’industrie de l’édition

– l’adaptation comme exemple caractéristique du « middlebrow » (exemple : l’adaptation romanesque au cinéma et à la télévision)

– le genre : la culture moyenne au féminin et au masculin

 – l’esthétique « moyenne »

– la culture moyenne et la question des représentations nationales

– la représentation de l’histoire dans la culture moyenne

– la culture moyenne et le postcolonial

L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies

Emmanuelle Fantin (GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne) et Thibault LE HEGARAT (CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) lancent un appel à communication pour une journée d’étude intitulée : « L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies ». Cette proposition nous invite à penserdes « processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias », et nombre des questions que soulève l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous peuvent à ce titre intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. La notion est en effet structurante au sein du discours des « fans » qu’analyse Harry Morgan dans un article de son blog The adamantine. On la trouve notamment au sein d’un fameux article de Pierre Strinati (« Bande dessinée et science-fiction, l’âge d’or en France 1934-1940 », Fiction, n°92, 1961) qui nous place d’emblée face à un paradoxe : s’il s’agit de légitimer et faire connaître un mode d’expression, c’est à travers « des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé » qui vont parfois jusqu’à biaiser la perception de l’œuvre d’un auteur (ainsi que le montre Julien Baudry dans un article consacré à la réception de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan publié dans Comicalités). Nos lecteurs ont jusqu’au 20 mai prochain pour pousser plus avant ces pistes de réflexion.

 « L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies »

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym et Hartmut Rosa, la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire », des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans etpar les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

 

Axes thématiques suggérés

  • Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
  • Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
  • Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
  • Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
  • L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

 

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur  doivent être adressées à  Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014. La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, rue Serpente, le vendredi 12 septembre 2014.

 

Comité Scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne

Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University

Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas

François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne

Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University

 

Comité d’organisation

Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne

Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

 

 

Les dynamiques hégémoniques dans la culture populaire

Deux laboratoires (de l’université Paris 8 et de l’université de Lausanne) lancent un appel à communication intitulé : « Les dynamiques hégémoniques dans la culture populaire ». Cette proposition, qui débouchera sur une journée d’étude organisée en octobre 2014 à Paris, a le mérite de nous inviter à tenter de mieux cerner et définir une notion particulièrement vague à propos de laquelle l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous fournit une bibliographie et quelques pistes de réflexion. À la lecture de ce texte, une intuition se fait jour : plutôt que de penser la « culture populaire » au regard d’une opposition entre culture « illégitime » et « légitime » (ou « dominante »), ne s’agit-il pas plutôt de s’interroger sur le rapport entre la « culture populaire » et la notion « d’industrie culturelle ». Pour le dire autrement, le « populaire » est-il toujours « industriel » et soumis à un mode de production de la culture soucieux de diffuser largement et rentabiliser ses productions ? La réponse n’a rien d’évident et elle nous invite dans tous les cas à prendre certaines distances vis-à-vis de certaines théories du « populaire », ou du moins de « l’ordinaire » : Michel de Certeau désignait par exemple celui-ci sur le mode de l’usage, comme un ensemble de procédures se proposant d’employer des produits ou biens culturels issus d’un ordre « dominant ». « Populaire » pouvait alors désigner un mode d’appropriation ; mais un « populaire » entendu comme « une arme aux mains des industries culturelles, à la fois commerciale et idéologique » devrait à l’inverse être entendu comme un genre, un certain type de produits culturels, peut-être conçus à des fins et selon des moyens bien précis. Nous laissons à nos lecteurs (férus par exemple de bande dessinée, de cinéma d’animation ou de tout autre mode d’expression graphique frayant avec le « populaire ») le soin de débrouiller cette intuition (qui nous semble tenir dans cette phrase : « la culture populaire n’est jamais récupérée une fois pour toutes, elle est un processus jamais fini ») avant le 15 mai prochain.

Les dynamiques hégémoniques dans la culture populaire 

La culture populaire reste un concept difficile à définir, notamment parce qu’il n’existe pas de définition non problématique des deux termes qui le compose. Si la culture populaire a un temps été utilisée péjorativement pour (dis)qualifier la culture « de masse », dépréciée, car « marchande » – et si elle continue parfois d’être utilisée dans ce sens –, elle a progressivement gagné une valeur descriptive sans pour autant être précise. La culture populaire se rapporterait à une dimension concernant « les gens » ou « le peuple » à la fois comme public ou marché mais aussi comme sujet. L’apport de Stuart Hall, dans son travail de « déconstruction du « populaire » » (1981), a été de proposer une troisième définition qui « embrasse, pour une période donnée, les formes et les activités qui ont leurs racines dans les conditions sociales et matérielles des classes particulières, et qui se sont incarnées dans les traditions et les pratiques populaires » (Hall 2008 : 123). Avec cette définition, Stuart Hall entendait mettre l’accent sur la « tension continue (de corrélation, d’influence et d’antagonisme) avec la culture dominante » (Ibid.). La culture populaire rend possible la contestation et la subversion comme elle peut consolider l’hégémonie culturelle lorsqu’elle devient l’instrument cynique des industries culturelles. C’est cette tension que nous souhaitons interroger et qui donne son sens au titre de cette journée d’études. Un titre qui peut paraître contradictoire à première vue, étant donné que le caractère mainstream est parfois décrit comme étant intrinsèque à la culture populaire. Pour notre part, nous entendons la mainstreamisation comme la stratégie qu’adoptent les industries culturelles pour neutraliser toute subversion dont la culture populaire se ferait l’écho.

Dans un ouvrage majeur des cultural studies, Dick Hebdige notait que les subculturessont toujours amenées à décevoir nos attentes puisqu’elles sont constamment menacées d’être récupérées par la culture mainstream. Entendue chez Hebdige comme le processus par lequel l’ordre subverti est restauré, la récupération apprivoise et domestique la subversion en se l’appropriant. Elle est une arme aux mains des industries culturelles, à la fois commerciale et idéologique. Pour autant, la culture populaire n’est jamais récupérée une fois pour toutes, elle est un processus jamais fini. À ce titre, elle est à la fois le lieu et l’enjeu d’une lutte pour l’hégémonie. Il s’agira donc d’interroger ensemble les dynamiques hégémoniques et contre-hégémoniques dans la culture populaire (cinéma, musiques populaires, romans, théâtre etc.) et les intérêts contradictoires qui s’y jouent, en considérant la culture dans sa matérialité.

Cette journée d’étude vise à mieux définir la culture populaire, en prenant notamment en compte les différentes dynamiques contemporaines qui ont largement modifié son visage (digitalisation, effondrement de différents marchés liés à des produits). Pour saisir la tension entre la culture populaire et sa récupération, il s’agira de cerner les acteurs de ces deux facettes, tant les sujets du populaire que ceux qui sont à la manœuvre au sein des industries culturelles. C’est grâce à cette meilleure compréhension que l’on sera à même de mesurer les processus hégémoniques et contre-hégémoniques qui sont en jeu dans les cultures populaires.

Journée d’études co-organisée par le LabTop (Paris 8, France) et l’IHES (UNIL, Suisse)

Université Paris 8, jeudi 16 octobre 2014

Les propositions de communication peuvent s’inscrire dans l’une des thématiques suivantes, la liste n’étant pas exhaustive :

  • Culture populaire et culture mainstream
  • Aspects contemporains de la culture mainstream
  • Le(s) sujet(s) de la culture populaire : qui parle ?
  • Acteurs et fonctionnement des industries culturelles
  • Subversion et/ou réification : la pop culture entre empowerment et consentement ?
  • Le populaire est-il soluble dans les industries culturelles ?
  • Problématiques sexe, race et classe dans les industries culturelles

Modalités de soumission 

Les propositions de communication, ne devant pas excéder 3000 signes, doivent être envoyées

avant le 15 mai 2014

aux adresses suivantes :

Elles comprendront le nom de l’auteur.e et son rattachement institutionnel, un titre, un résumé de la communication et quelques références bibliographiques (5 à 10). Merci d’envoyer vos propositions au format word 2004 (.doc).

Les notifications d’acceptation seront adressées aux auteur.e.s au plus tard le 30 mai 2014.

Organisateurs 

  • Keivan Djavadzadeh, LabTop / Université Paris 8
  • Pierre Raboud, IHES / Université de Lausanne

Modalités pratiques d’évaluation des propositions de contribution

Les propositions de contributions seront évaluées et sélectionnées par le comité scientifique composé de Keivan Djavadzadeh (LabTop / Université Paris 8) et Pierre Raboud (IHES / Université de Lausanne)

Références :

  • ADORNO, Theodor et Max HORKHEIMER, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1983.
  • BARTHES, Roland, Mythologies, Paris, Éditions du Seuil, 1970.
  • BHABHA, Homi, Les lieux de la culture – Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.
  • BUTLER, Judith, Le pouvoir des mots – Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.
  • BUTLER Judith, Ernesto LACLAU et Slavoj ZIZEK, Contingency, Hegemony, Universality. Contemporary Dialogues on the Left, Londres, Verso, 2000.
  • DE CERTEAU, Michel, L’invention du quotidien 1 – Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
  • GILBERT, Jeremy et Ewan PEARSON, Discographies, dance music, culture and the politic of sound, Londres, Rootledge, 1999.
  • GLEVAREC, Hervé, Éric MACÉ et Éric MAIGRET, Cultural Studies – Anthologie, Paris, Armand Collin, 2008.
  • GRAMSCI, Antonio, Guerre de mouvement et guerre de position – Textes choisis et présentés par Razmig Keucheyan, Paris, La Fabrique, 2011.
  • GROSSBERG, Lawrence, We gotta get out of this place, New York, Routledge, 1992.
  • HALL, Stuart et Tony JEFFERSON, dir., Resistance through Rituals – Youth subcultures in post-war Britain, Londres, Routledge, 2004.
  • HALL, Stuart, Identités et cultures – Politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.
  • HALL, Stuart, Identités et cultures 2 – Politiques des différences, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.
  • HEBDIGE, Dick, Sous-culture – Le sens du style, Paris, La Découverte, 2008.
  • LAURETIS (de), Teresa, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, 2007.
  • SCOTT, James, La domination et les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2008.
  • SPIVAK, Gayatri, Les subalternes peuvent-elles parler?, Paris, Amsterdam, 2009.

Figures de l’idiot. Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa de l’université de Minho (Portugal) lancent un appel à communication intitulé : « Figures de l’idiot. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, le cinéma d’animation ou le dessin animé, cette proposition nous invite à nous situer sur un plan narratologique : il s’agit de penser la fonction et le mode de création d’un personnage se situant « d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives » et qui « ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas ». Dans et appel à communication, sont notamment évoqués « l’effet carnavalesque de l’idiotie » et son potentiel humoristique ainsi que son caractère transgressif (« l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social »), et force est de constater que ce deux pistes esquissent un intéressant axe d’étude. Ne peut-on en effet voir dans les célèbres « idiots » de la bande dessinée l’efficace vecteur d’une forme de contestation graphique ? Les personnages du sapeur Camembert de Christophe (soldat illétré et impulsif paradoxalement affecté à un régiment de Génie), de la Bécassine de Jospeh Pinchon (domestique sans bouche ni expression mais non sans courage puisqu’elle ira même jusqu’à gravie le Mont-Blanc) ou encore, et dans un autre registre, du Jack Palmer de Pétillon (dont l’idiotie fait avancer des enquêtes sur la Mafia Corse ou les communautés religieuses), ne relèvent-ils pas de ce que nous pourrions appeler une « stratégie du candide » permettant de mettre en évidence les ridicules ou cruautés de leurs contemporains ? Telle est l’intuition que nous proposons à nos lecteurs d’amender, de compléter, d’infirmer (en convoquant par exemple sur Rantanplan, Gaston, les Simpson, Achille Talon…) avant le 5 janvier prochain.

Figures de l’idiot.

Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Impasse ou handicap de la raison, l’idiotie se situe d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives. Ça ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas. Au Moyen Âge, ‘idiota’ est une des désignations que l’Église donne aux illettrés, ceux qui, bornés à leur idiome, n’accèdent pas à la textualité latine. L’idiot est exclu du champ du savoir et de l’espace public, limité à un idiolecte qui resiste à la communication ou la tient à l’intérieur d’une sphère idiossyncratique. Située en marge, la bêtise donne accès à des régions liminaires de la connaissance, en établissant des connexions entre catégories soigneusement séparées par les institutions du savoir et du pouvoir: étranger et autochtone, humain et animal, humain et divin, animé et inanimé, masculin et féminin, vie et mort.

Corps étranger que la rationalité sécrète et n’assimile pas, la sottise non-rapport à la pensée et apparait dans la figure de l’être absent, hébété, abandonné au vide, à la passivité absolue, indifférent, apathique et inerte. Frappé de stupeur, l’idiot est l’effet d’un choc qui l’a laissé stupéfait, stupéfié, stupide, immergé dans une torpeur qui superpose non-pensée et non-être et qui l’installe au seuil léthargique de la mort en vie. Mais si la stupidité est ce qui reste du néant d’où nous provenons et le signe de notre humiliation original, n’est-elle pas aussi la condition de possibilité d’un authentique et intense rapport à l’être ? (ça ne pense pas, donc ça est) Il y a des saintetés et des génialités qui se fondent de l’idiotie. Quant à la dimension morale de la pauvreté d’esprit, elle apparait associée à l’innocence, à la naiveté et à la bonté, mais aussi au mal, à la cruauté et à la tyrannie.

Radicalement singulier, l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social; il bloque l’automation des rationalités, introduit du bruit dans la communication, dérégule la sémantique et destabilise l’ordre des choses. L’effet carnavalesque de l’idiotie en fait une source inépuisable d’humour et sa portée socialement subversive l’investit d’une valeur politique qui s’exprime aussi bien en registre comique que tragique.

Le colloque interroge la façon dont la littérature, le cinéma et la bande dessinée configurent l’idiotie. Que ressources rhétoriques, catégories narratives, figures de l’imaginaires, dynamiques intertextuelles, intermédiales et transfictionnelles sont mobilisées pour mettre en scène l’idiotie? Comment ces arts ont-ils affaire à la stupidité, comment celle-ci les hante? Quel rôle joue la bêtise dans l’imagination et dans la création intellectuelle et artistique?

Langues de travail: Portugais, Français, Espagnol, Anglais.

Les communications ne dépassent pas les 20 minutes

Les propositions (300 mots max.) sont à envoyer jusqu’au 5 janvier 2014 à l’adresse suivante: figurasdoidiota@gmail.com

Une sélection des communications présentées au colloque fera l’objet d’une publication spécifique.

Inscriptions:

avec  communication: 75 €; doctorants: 50 €

sans communication : 60 €

Organisation: Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa

URL de référence: http://cehum.ilch.uminho.pt/figuras-do-idiota

La bande dessinée : tous lecteurs ?


Comicalités
 et ses carnets s’associent à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et à l’université de Limoges pour vous proposer une journée d’étude intitulée « La Bande dessinée : tous lecteurs ? » Celle-ci présentera les résultats de la grande étude sur le lectorat de bandes dessinées menée par la BPI et le ministère de la culture et annoncera le livre La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui paraîtra début 2014. L’inscription est nécessaire : ici.

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication de Paris 13, les Espaces Humains et Interactions Culturelles et le Groupe de Recherche et d’Études Sociologiques du Centre Ouest de l’université de Limoges, la Bibliothèque publique d’information et la Cité organisent une journée d’étude sur le thème « La Bande dessinée : tous lecteurs ? »

JPEG - 86.2 ko

Chercheurs et spécialistes du 9ème art présenteront et analyseront les résultats de la vaste enquête nationale sur le lectorat de la bande dessinée en France réalisée en 2011 par la BPI et le DEPS (Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication). Cette journée d’étude, inscrite dans le cycle de rencontres de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité, s’adresse à tous les professionnels et acteurs de la chaîne du livre.
L’objectif de cette journée d’étude est d’offrir une première mise en perspective des travaux en cours portant sur l’exploitation de cette étude. Elle s’organisera autour de trois interventions des auteurs du livre La Bande dessinée, quelle lecture, quelle culture, à paraître en 2014 aux éditions de la BPI, qui viendront encadrer des communications de chercheur et de professionnels.
Cette journée d’étude est un rendez-vous de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité.

p r o g r a m m e

(sous réserve de complément et de modifications)

9h30 accueil du public
10h « Lecture et bande dessinée : quelles évolutions ? »
les réceptions de la bande dessinée
Benoît Berthou (université Paris 13),
Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

10h30 « Profils de lecteurs, profils de lectures »
âges, sexes, livres : quels lecteurs pour la bande dessinée ?
Christophe Evans (Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou)

11h « Fac-similés d’originaux et lecture érudite de la bande dessinée »
Jean-Paul Gabilliet (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) ( sous réserve)

11h30 « Le lecteur pratiquant »
Pierre-Laurent Daures
Yann Madé (enseignant, auteur de bande dessinée)

12h déjeuner

14h « Le goût de la bande dessinée »
acquisition, transmission, renforcement et abandon
Sylvain Aquatias (université de Limoges)

14h30 « Circulations de la bande dessinée »
achat, emprunt, collection
Gilles Ciment (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image), d’après une analyse de Xavier Guilbert (Du9)

15h pause

15h15 « La fidélisation du lecteur de bande dessinée par sérialisation, au XXe siècle »
Pascal Lefèvre (LUCA School of Arts, Campus Sint-Lukas Bruxelles)

15h45 « La bande dessinée en milieu scolaire »
stratégies de lecture spécifiques mises en place en milieu scolaire (premier degré)
Patrice Gentihomme (directeur d’École d’application La Guignière IUFM Tours Fondettes)

16h15 « Cerner les publics : regards de professionnels »
table ronde réunissant Thomas Ragon (éditeur), bdnet (sous réserve) , Mélanie Archambaud (responsable de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi) et Jérôme Bessière (responsable du département Imaginer de la Bpi).

17h15 conclusions

17h30 visite en avant-première de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi (ouverture au public prévue le 5 décembre 2013)

 

journée d’étude : la bande dessinée : tous lecteurs ?
Centre Pompidou – Bibliothèque publique d’information
mardi 3 décembre 2013
entrée libre dans la limite des places disponibles.