Archives par mot-clé : bédéphilie

Parution de la thématique « Histoire et influence des pratiques bédéphiliques »

Image du bandeau : dédicace à Carl Barks par Katherine Collins (sous le nom de Arn Saba) dans Neil the Horse #1,Aardvark-Vanaheim, 1983

Sous la direction de Nicolas Labarre, et avec l’aide de Julien Baudry pour le suivi éditorial, est parue notre nouvelle thématique de l’année 2021 : « Histoire et influence des pratiques bédéphiliques ». Cette thématique s’inscrit dans le cadre du projet MEDIABD, mené par Jean-Paul Gabilliet et Nicolas Labarre (Université Bordeaux Montaigtne) sur les revues d’étude de bande dessinée. Elle reprend en partie les communications délivrées à l’occasion du colloque MEDIABD de juin 2019, retravaillées par leurs auteur.e.s et relues par nos expert.e.s (merci à elleux pour les relectures). Des articles complémentaires viennent s’ajouter, dont une introduction, par Jean-Paul Gabilliet et Nicolas Labarre qui resitue la question de la bédéphilie dans son historiographie, et fait le choix d’une approche s’enrichissant à la fois auprès de l’histoire culturelle traditionnelle et auprès des fan studies. A travers la bande dessinée, c’est bien l’étude d’une communauté et de pratiques de fans spécifique qui est proposée, avec ses propres méthodes construites aussi bien par les travaux antérieurs que par l’apport de méthodes nouvelles, vers une interdisciplinarité plus structurante.

La thématique se concentre sur la question des pratiques bédéphiliques : que font les bédéphiles ? En quoi leurs activités de fans font évoluer le média lui-même ? Les responsables du numéro ont ainsi opté pour trois approches distinctes :

  • une approche plus définitionnelle : parmi les pratiques de lecteurs de bande dessinée, lesquelles définissent pleinement le « bédéphile », et ses sous-catégories ? On retiendra ici l’article-témoignage de Thierry Groensteen qui, à partir de sa propre expérience, s’interroge sur cette catégorie ambiguë qu’est le « spécialiste », à mi-chemin entre le bédéphile et le chercheur
  • une approche éditoriale, pour mettre en lumière la façon dont l’analyse des pratiques faniques permet de comprendre des évolutions éditoriales, à la façon des éditeurs successifs de The Killing Joke de Moore et Bolland qui s’adaptent à une communauté de fans mouvante dans ses attentes, comme le démontre l’article de Romain Becker.
  • une approche créative qui envisage la bédéphilie comme un « aiguillon créatif » permettant de comprendre des filiations entre artistes, et qui rappelle que les premiers bédéphiles sont sans doute les auteurs eux-mêmes. Que ce soit chez Jean-Claude Forest dans l’article de Benoît Preteseille ou chez Katherine Collins dans celui de Maaheen Ahmed, les oeuvres de bande dessinée sont aussi des « palimpsestes » (au sens où l’entend Gérard Genette) s’inscrivant dans la mémoire du média, co-construite par les créateurs, les médiateurs, et les fans.

Une seconde série d’articles est à venir dans cette thématique à l’automne 2021 : à suivre !