Jeune recherche : une géographie trans-institutionnelle

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Avant d’entrer plus directement dans les méthodes et pratiques de recherche, je souhaite m’arrêter une dernière fois sur le contexte institutionnel de la réalisation des thèses. Je vais cette fois m’interroger sur les pratiques d’intégration et de mises en réseaux des jeunes chercheurs, à la fois au sein de l’université au sens large, et dans le milieu des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Pour cela, il me faut examiner d’abord quantitativement, puis qualitativement, les choix des jeunes chercheurs en matière d’institutions, de directeurs de recherche, et de réseaux au sens large. Peut-on identifier des « lieux », physiques, virtuels ou intellectuels, qui participent à la cohésion et au rassemblement de ces jeunes chercheurs ?

Continuer la lecture de Jeune recherche : une géographie trans-institutionnelle

Jeune recherche : pluridisciplinarité innée ou acquise ?

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Après avoir dressé un premier panorama des axes de recherche portés par les jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais maintenant m’intéresser au corpus de thèses soutenues et en cours sous l’angle disciplinaire. Quelles sont les disciplines de recherche dans lesquelles s’inscrivent nos jeunes docteurs ? Il me faut préciser ici que j’entends « discipline » dans un double sens. Le premier sens est purement institutionnel : chaque université attribue à ses doctorants le diplôme dans une discipline spécifique, qui donne son nom au doctorat (et s’inscrit parfois, mais pas toujours, dans la logique disciplinaire des sections du Conseil National des Universités).

Continuer la lecture de Jeune recherche : pluridisciplinarité innée ou acquise ?

Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

Continuer la lecture de Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Pour poursuivre la réflexion entamée dans la première partie de cet article sur les axes principaux de la jeune recherche en bande dessinée, j’aimerais évoquer deux tendances moins importantes en nombre mais à mes yeux plutôt nouvelles dans le champ des études sur la bande dessinée. Je reviendrais ensuite sur les possibles absences qui se dessinent en creux dans cette énumération thématique.

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Continuer la lecture de Inter et transmédialité : quel public ?

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Pour commencer cette série, je voudrais donner un aperçu des principaux axes de recherche et tenter de les rassembler au sein de « tendances » qui, me semblent-ils, caractérisent les thèses soutenues ou en cours depuis 2010. Il s’agit ici moins de s’intéresser aux disciplines et aux méthodes qu’aux contenus et problématiques. Ce premier article aux allures d’inventaire permettra à mes lecteurs de se faire une idée plus générale des recherches en cours. Je précise bien que j’évoque ici à la fois les docteurs et doctorants que j’ai interrogé et ceux que je n’ai pas pu contacter mais dont je connais le sujet par les bases de données dédiées (cliquer pour voir la liste complète).

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Parution : « La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution aux éditions de la BPI de l’ouvrage collectif La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? Fruit d’un travail de près d’un an et demi, celui-ci est marqué par la volonté de faire de la bande dessinée un lieu de rencontre entre chercheurs issus de plusieurs horizons : renfermant des textes rédigés par Benoît Berthou (directeur d’ouvrage), Christophe Evans, Sylvain Aquatias, Éric Maigret et Xavier Guilbert, il exploite en effet l’enquête commanditée par le Ministère de la culture et la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges Pompidou.

Continuer la lecture de Parution : « La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? »

Colloque international : « Towards a graphic culture : studying drawing »

 Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (récemment évoqué dans un billet de Julien Baudry), qui consacra la naissance de Comicalités, nous avons décidé d’organiser un second colloque en partenariat avec Philippe Marion. Afin de valoriser mieux encore les travaux et efforts des chercheurs, nous l’avons voulu large et international. Seront les bienvenues toutes les communications portant sur le dessin, quel que soient ses usages ou supports et plus largement l’approche des chercheurs. Seule sera prise en compte la scientificité des propositions : les réflexions portant sur la bande dessinée, le cinéma d’animation, le jeu vidéo, l’illustration, voire l’architecture seront les bienvenues : il s’agira dans tous les cas d’interroger, tant du point de vue de sa production que de sa réception, un mode d’expression et de communication qui reste largement à expliciter.

Continuer la lecture de Colloque international : « Towards a graphic culture : studying drawing »