Archives de catégorie : Etudes

Tendances de recherche (5/6) : bande dessinée et pédagogie

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : la bande dessinée de recherche

La parution récente d’un numéro de la revue Trema consacré aux « Usages didactiques de la bande dessinée », ainsi que le tout prochain colloque Telling Science Drawing Science à Angoulême (15-17 mai) réactive après une (longue?) pause notre série des tendances de la recherche en bande dessinée, pour vous parler du couple infernal « bande dessinée » et « pédagogie ». C’est là un domaine qui a particulièrement occupé les chercheurs de ces dix dernières années. Pourquoi ce sujet passionne et quelles sont les pistes pour l’approfondir encore davantage ?

Légende du bandeau : bandeau-titre des Belles Histoires de l’Oncle Paul par Jean Graton, tel que repris dans la réédition de Dupuis (2013)

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie

Ce n’est pas le sujet de cet article que de revenir sur les rapports entre bande dessinée et pédagogie. Je renvoie à cette fin l’article de Nicolas Rouvière sur le sujet, pour la revue Neuvième art 2.0 en janvier 2013. Mais voici néanmoins quelques jalons importants pour comprendre le traitement de cette question par l’université.

L’histoire est désormais bien connue : après une première moitié du XXe siècle de mépris et de franche hostilité des pédagogues (enseignants, chercheurs, bibliothécaires, éducateurs confessionnels ou politiques…), un retournement important a lieu dans les années 1970.

Ainsi, jusqu’aux années 1960 les écrits pédagogiques visent surtout à démontrer la nocivité des bandes dessinées sur les besoins et facultés d’apprentissage des enfants. Le monde universitaire participe naturellement à ce mouvement. Un exemple parmi d’autres : en 1953 le numéro 5 de la revue Enfance, revue scientifique internationale de référence pour la psychologie enfantine, est consacrée aux « Journaux pour enfants » ; il contient plusieurs articles de déploration, dans le ton des débats autour de la loi de 1949 sur la surveillance et le contrôle des publications destinées à l’enfance. Ces recherches s’appuient généralement sur des enquêtes psychologiques à charge, particulièrement développées aux États-Unis. Les sciences de l’éducation, encore jeunes (l’Association internationale des sciences de l’éducation est créée en 1953), épaulées par la psychologie sociale, sont instrumentalisées dans le cadre de la lutte contre les illustrés.

Puis, durant les années 1970, une suite de publications vient changer la donne, dans le sillage des mouvements bédéphiles et, plus certainement, d’un changement de génération après la révolution culturelle de 1968. Antoine Roux, bien sûr, avec son ouvrage La bande dessinée peut être éducative, en 1970, aux Éditions de l’Ecole, brise un tabou autant qu’il répond aux détracteurs du média. Côté université, le psychologue Serge Tisseron, en 1977, livre un plaidoyer argumenté dans « La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? (In: Communication et langages, n°35, 1977. pp. 11-21. DOI : https://doi.org/10.3406/colan.1977.4426). Les rapports s’inversent alors et deux colloques « Bande dessinée et éducation » ont lieu à La Roque d’Antheron, en 1977 et 1979 (actes parus sous les titres Lecture et bande dessinée chez Edisud, et Histoire et bande dessinée chez Objectif Promo Durance). Les revues professionnelles comme Les Cahiers pédagogiques et Textes et documents pour la classe commencent à proposer des dossiers sur la bande dessinée (respectivement en 1982 et 1983).

L’évolution des rapports entre bande dessinée et pédagogie est un objet de recherche en lui-même, autour de la question récurrente de la « place de la bande dessinée à l’école ». Harry Morgan, dans ses multiples travaux, a ainsi retracé les lignes historiques de ce sujet (voir par exemple : « De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1234.). D’autres chercheurs mettent en regard cette question avec la problématique plus large et désormais bien défrichée de la légitimation culturelle de la bande dessinée à la fin du XXe siècle (voir : Florie Steyaert et Jean-Louis Tilleuil, (2016). « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans Ahmed, M., Delneste, S. et Tilleuil, J.-L. (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions. Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p.233-268 ; voir aussi : Béatrice Bomel-Rainelli et Alain Demarco, « La BD au collège depuis 1995 : entre instrumentalisation et reconnaissance d’un art », Le français aujourd’hui, 2011/1 (n°172), p. 81-92. URL : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-1-page-81.htm. DOI : 10.3917/lfa.172.0081). Enfin, quelques travaux portent sur les pratiques enseignantes et le contexte pédagogique global, y compris l’analyse des programmes pédagogiques (voir Sylvie Dardaillon, « Quelle place pour l’iconotexte dans les pratiques enseignantes au cycle III ? » In Louichon, B. et Rouxel, A. (dir.), La littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels. Dijon : SCEREN, CRDP de Bourgogne, 2009, 85-95 ; voir aussi : Bernard Tabuce. « Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD dans les manuels de collège » In : Bande dessinée et enseignement des humanités. Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1234>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1230.).

Ces travaux ont permis de mettre en évidence le fait que, si l’intégration de la bande dessinée dans les milieux scolaires est définitivement engagée, elle doit encore progresser. Il s’agit, comme le rappelle Nicolas Rouvière, d’une « intégration en trompe-l’oeil. (…) Le retard provient en grande partie de la recherche pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet encore perçu comme secondaire et marginal ».

Une préoccupation professionnelle actuelle, mais quel adossement scientifique ?

Le constat dressé en 2013 par Nicolas Rouvière se confirme lorsqu’on analyse la nature des écrits traitant des rapports entre bande dessinée et pédagogie : l’écart est réel entre besoin professionnel et recherche universitaire. Incontestablement, la préoccupation est forte au sein du corps enseignant. Depuis les années 1990, les initiatives sur l’usage de la bande dessinée en classe se sont multipliées, par exemple avec la collection d’ouvrages « La bande dessinée de case en classe », du CRDP de Poitiers, animé notamment par Didier Quella-Guyot, important défenseur de l’utilisation de la bande dessinée en classe. En 2018, le thème des « Rencontres nationales de la bande dessinée » d’Angoulême était précisément « Education et bande dessinée » et a attiré un nombre important d’enseignants. Les éditeurs aussi s’en préoccupent, et on fait paraître tout récemment une étude précise sur « La place de l’enseignement dans la bande dessinée ». Michel Thiébaut fait partie des chercheurs ayant réfléchi, dès les années 1990, à cet usage pédagogique de la bande dessinée, notamment à travers sa thèse L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, (thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997).

En conséquence de cette remontée de besoins « par la base », les écrits en sciences de l’éducation sont souvent constituées de témoignages et d’exemples de pratiques pédagogiques s’appuyant sur la bande dessinée. Nous ne les listerons pas tous, et renvoyons à une liste établie par Bénédicte Trajnek. La thèse en linguistique de Tatiana Blanco-Cordón, La bande dessinée dans l’enseignement de l’espagnol comme langue étrangère : un regard iconoverbal sur le franquisme. (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2015) est tout à fait caractéristique de cette tendance forte qui entend théoriser progressivement par la pratique l’usage de la bande dessinée en classe. Dans le même esprit, l’article de Baptiste Campion, (« Bande dessinée éducative et éducation par la BD. Des pratiques de terrain à une approche intégrée ». In: Dacheux, Eric, Bande dessinée et solidarités. La BD, un miroir du lien social, L’Harmattan : Paris 2011, p. 137-150) élabore autour de cet objet de recherche que serait la « bande dessinée éducative », au sens de bande dessinée utilisée dans un cadre pédagogique, là aussi sur la base d’usages concrets. Cette approche est sans doute riche mais demeure assez empirique, souvent focalisée sur des études de cas ou localisées au sein de disciplines précises. Surtout, elle conduit à une forme d’instrumentalisation de la bande dessinée, inverse de celle qui prévalait avant 1970, et qui cherche à théoriser les vertus pédagogiques du médium à des fins d’enseignement, plutôt que de penser une vraie « didactique » de la bande dessinée qui, loin de prendre la bande dessinée comme un outil, consisterait à comprendre ses spécificités en termes de transmission des savoirs.

Pour une didactique de la bande dessinée

La réflexion proprement didactique sur la bande dessinée serait la troisième étape d’une évolution ancienne, après le « mépris » et la « méprise ». Nous empruntons ces qualifications au principal promoteur de cette tendance de recherche, Nicolas Rouvière. Le numéro déjà évoqué de la revue Trema propose une interview par Hélène Raux de ce maître de conférences qui a fait de la didactique de la bande dessinée son principal objet de recherche. Il dirige en 2012 un ouvrage important pour notre sujet, Bande dessinée et enseignement des humanités (Grenoble : UGA Éditions, 2012. URL : <http://books.openedition.org/ugaeditions/1224>. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1224.) qui se penche plus en détail sur les façons d’enseigner la bande dessinée, et les enjeux que pose le média pour la recherche en didactique. Il contient notamment un article de Marianna Missiou (« Un médium à la croisée des théories éducatives : bande dessinée et enjeux d’enseignement ») dont le mérite est d’analyser la bande dessinée au regard des théories éducatives (littératie, multimodalité, intertextualité), et de ne pas éluder la question de la lecture de la bande dessinée.

L’introduction du dernier numéro de Trema par Marianne Blanchard et Hélène Raux résume également très bien les enjeux qui se posent à présent au chercheur sur ces questions de didactique de la bande dessinée, sans doute dégagée d’une vision trop systématique des « vertus » pédagogiques du médium : « Loin d’engager une opération d’instrumentalisation ou de récupération de la bande dessinée au profit d’apprentissages variés sans rapport avec elle, cette réflexion sur les « usages didactiques de la bande dessinée » vise au contraire à interroger rigoureusement les enjeux du choix d’une bande dessinée comme support pédagogique. ». Sont ainsi questionnés, dans le dossier, en plus d’incontournables retours d’expériences, la question de la formation des enseignants, des compétences de lecture des élèves, ou encore celles des spécificités didactiques du médium en terme de transmission des savoirs. Hélène Raux est par ailleurs doctorante et travaille en didactique de la littérature sur la scolarisation de la bande dessinée. Au Canada, les travaux de Virginie Martel et Jean-François Boutin [voir notamment : « La bande dessinée comme vecteur de coopération disciplinaire et éducationnelle ». Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des pratiques professionnelles, Jun 2015, Paris, France, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172145/] témoignent d’une même évolution théorique, en étudiant la transdisciplinarité pédagogique induite par la bande dessinée et ses conséquences sur l’enseignement.

Conclusion et ouverture

Ces dernières années ont montré le réel engouement du corps enseignant envers la bande dessinée, en même temps que les premiers travaux scientifiques en didactique de la bande dessinée. Reste à voir converger les deux mouvements pour que le second puisse enrichir les expériences des premiers. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit aussi d’appuyer la formation des professeurs sur un socle solide de connaissances scientifiques, afin de leur permettre de mieux appréhender l’enseignement de et par la bande dessinée. Il semble néanmoins que, malgré la fin des discours frontalement anti-bande dessinée, elle reste considérée comme un sous-objet didactique dont on peine à mesurer les spécificités. Comme le rappelle Nicolas Rouvière, souvent vue, à tort, comme une lecture « facile », la bande dessinée a trop longtemps été envisagée comme « facilitatrice » pour la pédagogie, sans prendre en considération ses limites et les difficultés posées par son usage. C’est en ce sens que la recherche scientifique pourra accompagner un mouvement pédagogique en faveur de la bande dessinée en classe.

Pour terminer, je livre quelques pistes de ce qui nous semble être des angles morts de la recherche sur bande dessinée et pédagogie.

– il est assez significatif que la connaissance de l’enseignement de la bande dessinée (au sens des écoles d’arts) soit un sujet encore très peu étudié. Là encore, c’est Nicolas Rouvière qui défriche ce sujet en 2014 pour Neuvième art 2.0, mais force est de constater que l’analyse des écoles de bande dessinée, de leur histoire et de leurs pratiques, reste à construire

– l’analyse pédagogique de la bande dessinée gagnerait à croiser davantage le champ, certes encore en construction, de la sociologie de la lecture de bande dessinée. L’intervention de Sylvain Aquatias à l’occasion des RNBD de 2018 est un bon exemple de ce croisement qui permettrait d’aligner pratiques pédagogiques et pratiques de lecture, loin des clichés récurrents d’une lecture facile et populaire.

– la question de la « pédagogie par l’image » aurait intérêt à intégrer davantage la bande dessinée. Si les historiens se sont souvent concentrés sur les discours négatifs à l’encontre du médium, ils ont finalement peu interrogés l’existence, réelle, de bandes dessinées éducatives, et ce depuis le XIXe siècle. On retiendra sur ce sujet l’approche internationale du livre de Marianne Simon-Oikawa et Annie Renonciat, La pédagogie par l’image en France et au Japon. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. URL : <http://books.openedition.org/pur/35199>. DOI : 10.4000/books.pur.35199.) qui constitue un point de départ pour une passerelle potentielle entre recherche sur la bande dessinée, sciences de l’éducation, et étude sur la culture enfantine

– enfin, pour revenir à notre point de départ, il nous a semblé particulièrement flagrant que les approches cognitives et psychologiques, qui ont pourtant trouvé leur place en didactique (en particulier avec les technologies numériques) n’aient pas encore investis le cas de la bande dessinée et des spécificités cognitives de sa lecture. Il semble là que les sciences cognitives et la psychologie ne se soient pas remises du « traumatisme » des années 1950, qui a vu déferler des analyses psychologiques sur les dangers de la bande dessinée rapidement déconstruites par la bédéphilie de la décennie suivante. La revue de psychologie enfantine Enfance citée en début d’article ne contient pas un seul article récent sur la lecture de bande dessinée (à l’exception d’un numéro sur l’enfant-dessinateur). Il y aurait pourtant là matière à enrichir les analyses didactiques de questionnement plus cognitifs qui permettraient de mieux comprendre comment l’enfant lit et interprète la bande dessinée.

Parutions sur Comicalites : représenter l’auteur de bande dessinée

Légende du bandeau : Milo Manara, Giuseppe Bergmann, Casterman, 1980, détail de la page 22 (réédité en 2011 par Drugstore)

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux articles pour compléter une thématique, “Représenter l’auteur de bande dessinée”. Par des choix de corpus extrêmement variés, ils viennent élargir les horizons de la réflexion, commencée dès 2013, sur les enjeux de la représentation auctoriales dans l’art de la bande dessinée.

Après avoir exploré l’autoreprésentation en terres franco-belge avec Catherine Mao, l’autofiction en terres québecoises avec Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, ou bien l’auto-illustration dans les arts graphiques d’Europe Centrale au début du XXe siècle, avec Hélène Martinelli, c’est encore vers d’autres territoires graphiques, et d’autres visions de l’auteur de bande dessinée, que nous amènent les articles de cette nouvelle livraison. Au-delà de la question déjà bien connue de l’autoreprésentation, ils témoignent d’autres enjeux soulevés par le statut de “l’auteur” dans la bande dessinée, et la façon de le représenter. Il ne s’agit plus de se demander comment l’auteur se représente lui-même, mais quel portrait de lui se dessine depuis l’extérieur, et comme ces représentations font passer une vision particulière de la bande dessinée et de la création en général.

Camille Roelens, avec sa proposition intitulée “Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara“, fait intervenir la question de la filiation. En s’appuyant principalement sur la série de Milo Manara Giuseppe Bergmann, (1978-1998) ainsi que sur les quelques albums qui ont vu collaborer ces deux figures majeures de la bande dessinée italienne contemporaine, il détaille la complexité de la relation entre un “maître” et son “élève”. Représenter Pratt permet à Manara de contrôler cette relation et de lui donner du sens. L’article donne un exemple pertinent de “chaîne d’autorisation”, en situant l’auctorialité dans une logique de transmission générationnel.

L’article de Sofiane Taouchichet “Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction” nous transporte au coeur de la création graphique japonaise contemporaine. Excel Saga est un manga avant d’être un anime, et cette dualité est parfaitement exploitée dans la série animée. En nous dévoilant les jeux méta-fictionnels d’une série où l’auteur de la bande dessinée est représenté et son autorité contestée par l’humour et la parodie, l’article met au jour un mécanisme important de la culture transmédiatique contemporaine : la mise en relation constante des médias par l’intericonicité et le recours à la référence.

Le corpus exploité par Zoé Vangindertael n’est pas composé d’oeuvres de bande dessinée mais d’expositions, pour son article intitulé “La représentation muséale de l’auteur de bande dessinée : enjeux d’une dialectique entre l’artiste et l’artisan“. A partir d’une problématique forte (la représentation de l’auteur de bande dessinée au musée oscille constamment entre deux statuts artistiques, l’artisan et l’artiste), elle démontre que le modèle de l’artification ne suffit pas pour comprendre l’évolution du statut de l’auteur de bande dessinée, et sa relation à la notion “d’artiste”.

Cette nouvelle livraison a été supervisée par Benjamin Caraco et Jessica Kohn. Bonne lecture à tou.te.s !

Nous rappelons au passage que les thématiques de Comicalités constituent toutes des appels “ouverts” et peuvent accueillir de nouvelles propositions (comicalites@gmail.com) :

Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : les études éditoriales

Ce mois de novembre 2018 marque le retour de notre série« tendances de la recherche en bande dessinée ». La sortie récente d’un numéro Hors-Série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche nous amène à évoquer cette tendance qui arrive progressivement en France, et annonce un changement important, pour la bande dessinée mais pour l’écriture de la recherche scientifique en général. Nous emprunterons dans cet article beaucoup des réflexions menées dans ses divers travaux par Nicolas Labarre.

Légende du bandeau : Pierre Nocerino, “Carnets de terrain, Gare de normes”, 2013, url :http://socio-bd.blogspot.com/2013/09/carnet-de-terrain-gare-du-nord-episode-1.html

Continuer la lecture de Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Le principe des études éditoriales est d’interroger l’objet d’étude qu’est la bande dessinée par un angle spécifique, celui de la production et du point de vue de l’éditeur. C’est envisager d’emblée que les structures socio-économiques au sein desquelles naissent les œuvres sont une clé de compréhension possible de ces dernières, au même titre que l’analyse de l’oeuvre ou la connaissance des auteurs. Une telle approche est intuitivement peu évidente, dans la mesure où elle constitue une vue indirecte sur l’oeuvre. Pourtant, elle s’avère riche par ce qu’elle peut apporter de connaissance transversale sur le secteur.

La sortie récente du livre de Sylvain Lesage Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, est un bon prétexte pour évoquer l’importance de l’approche éditoriale dans le cas de la bande dessinée.

Légende du bandeau : Florence Cestac, La véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007, p.3

Continuer la lecture de Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : quand les historiens lisent des bandes dessinées

La question du corps en bande dessinée, sous-entendu de la « représentation » des corps dans la bande dessinée, est un bon exemple de la façon dont les approches académiques récentes peuvent réveiller des pistes d’analyse stimulantes en déjouant les limites disciplinaires. Cette question a été peu étudiée dans les publications non-académiques (avec quelques exceptions notables, j’y reviendrai) et peut paraître triviale ou secondaire ; elle ne constitue d’ailleurs pas un champ d’étude à elle toute seule. Quelques exemples récents vont me permettre de montrer comment les chercheurs font du corps et de ce qu’implique sa représentation un élément central dans la compréhension de la bande dessinée, notamment en reliant cette question à des problématiques plus larges des études culturelles, de la sémiologie, ou de la narratologie.

Légende du bandeau : Fliegende Blätter, vol. 69, n° 1734, 1878. Source : Universitätsbibliothek Heidelberg – digi.ub.uni-heidelberg.de (d’après http://www.topfferiana.fr/2010/11/les-fils-de-fer-du-fliegende-blatter/)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

La parution à l’hiver 2017-2018 des deux premiers albums de la collection « L’Histoire dessinée de la France », coédités par l’éditeur académique La Découverte avec La Revue Dessinée, est le marqueur fondamental d’un phénomène de plus grande ampleur : l’engouement croissant de la communauté scientifique des historiens pour la bande dessinée. C’est cette tendance que nous souhaitons analyser aujourd’hui, en nous concentrant non pas sur l’histoire de la bande dessinée (qui demeure un parent pauvre de la recherche scientifique), mais sur l’histoire par la bande dessinée…

Voir le chapitre suivant : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Légende du bandeau : tomes 1 et 2 de la série Histoire dessinée de la France, co-édition La Découverte et La Revue Dessiéne (2017-2018)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Le hasard calendaire des parutions scientifiques fait que le numéro 78 de la revue Agora débats/jeunesse consacré à « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » et dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier et Julien Fuchs sort juste un mois après notre propre dossier dans Comicalités, dirigé par le même groupe de chercheurs. Cette parution simultanée est une bonne occasion d’examiner plus en détail, par une comparaison entre les deux dossiers, ce qu’apporte la thématique « sportive » à la recherche sur la bande dessinée.

Continuer la lecture de Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Editer la bande dessinée

Après La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? (disponible en open access aux éditions de la BPI), vient de paraître Editer la bande dessinée (Cercle de la librairie) que j’ai eu l’honneur d’écrire et de signer. Cette fort riche dernière année fut ainsi pour moi consacrée à l’étude de la place singulière qu’occupe la bande dessinée au sein des médias tant la mise en relation de ces deux travaux permet de dégager d’intéressantes questions quant aux coïncidences (ou non) des pratiques culturelles et structures éditoriales qui leur sont liées.

Celles-ci ont en effet clairement su valoriser la constante progression de la lecture de bande dessinée (déjà mesurée en 2008 dans l’étude Les Pratiques culturelles des Français et sensible dans notre étude). Nous sommes en effet face à un secteur éditorial dont l’évolution ne présente aucun équivalent au sein du monde du livre : si l’on en croit les chiffres fournis par le Syndicat National de l’Édition, son chiffre d’affaires fut multiplié par plus de cinq durant les vingt dernières années et sa progression, plus de trois fois supérieure à celle d’une édition jeunesse pourtant également largement transformée, supplante de loin celle d’autres types de publication.

Il possède dès lors un indéniable attrait invitant nombre d’acteurs à décrire d’étonnantes trajectoires à l’instar du groupe Gallimard pour qui la bande dessinée semble clairement placée au cœur d’une stratégie industrielle. A en croire Antoine Gallimard, « Casterman est un joli joyau, qui s’accorderait bien avec nos activités en bandes dessinées, notamment dans Futuropolis. Je vois un bel ensemble, qui permettrait aussi de mettre un pied dans l’audiovisuel »[1] en exploitant un catalogue à la fois patrimonial (Casterman), grinçant (Fluide Glacial), inventif (Denoël Graphic) et asiatique (Sakka)…

Chiffres d’affaires (en millions d’euros) et part de marché

11052016BDPlaceIMA1

Source : Syndicat National de l’Edition, « chiffres clés » (éditions 1994, 2005 et 2014)

Aussi fondé soit-il, cet engouement ne semble pour autant pas forcément partagé par tous et les investissements en matière de bande dessinée semblent bien loin de faire l’unanimité et on assiste dans le cas qui nous intéresse à des désengagements extrêmement clairs. Le groupe La Martinière cède ainsi dès 2007 sa participation au sein des éditions Emmanuel Proust et renonce à la collection de bandes dessinées des éditions du Seuil tandis que les éditions Albin Michel cèdent également en 2007 à Glénat leur participation au sein de la Sefam (ou société d’édition Filipacchi-Albin Michel) chargée d’exploiter les œuvres publiées au sein de L’Écho des savanes (comme par exemple celle de Pétillon).

Albin Michel : un riche catalogue aux enchères ?

BDCHAP1IMA3

De gauche à droite : Liberatore et Tamburini, Ranxerox à New York (1981). Jack Davis, Qui a peur du grand méchant loup ? (Tales from the crypt, tome 2, 1999). Philippe Druillet, Lone Sloane. L’intégrale (coffret, 2000).
© Albin Michel

Valse-hésitation (rachat puis revente en 1989 par Hachette Livres des prestigieux Humanoïdes Associés), opportunité (prise de contrôle des éditions de l’An 2 par Actes Sud)… D’autres cas de figure illustrent la structuration d’un secteur au sein duquel des structures éditoriales de taille plus modestes comme les groupes Delcourt ou Glénat damnent parfois allégrement le pion à leurs concurrents plus argentés. Comparé à une édition « jeunesse » dans laquelle le premier groupe « indépendant » pointe à la septième position (en la personne de l’École des Loisirs), cet état de fait met en évidence l’une des spécificités de la bande dessinée : la spécialisation peut y être valorisée et la diversification n’est nullement la règle.

Alors que le volonté d’étendre les activités d’une marque éditoriale à de nouveaux secteurs est ailleurs chose courante, seules certaines maisons semblent s’être laissé tenter (« Casterman-Rivages Noir » ou « Casterman-Lonely Planet ») et seuls les éditeurs pour la jeunesse semblent faire exception (à l’instar de Sarbacane). Culture graphique inégalement partagée, modes de circulation et de commercialisation particuliers ou compétences éditoriales bien spécifiques ? Les activités de nombreuses et talentueuses petites maisons permettent de poser une question qui est au cœur de la réflexion que nous livrons dans ce livre et qui fera l’objet de prochains billets.

[1] Cité dans Vincy Thomas, « Antoine Gallimard pourrait céder Casterman “dans un contexte de crise” », Livres Hebdo, 6 juillet 2012.