Archives de catégorie : Parutions

Parution de la thématique « Bande dessinée et culture matérielle »

Image du bandeau : Mariano Casas, Mensajes, 2009, p.42 (détail)

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture d’une nouvelle thématique sur Comicalités, et la parution de trois articles en son sein et trois textes complémentaires (une introduction, un entretien, un article de synthèse) : Bande dessinée et culture matérielle, dirigée par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay.

Que trouverez-vous dans cette thématique ? Son objectif est d’ouvrir un chantier de recherche encore relativement neuf : les rapports de la bande dessinée et la « culture matérielle ». Dans quelle mesure penser la matérialité de la bande dessinée peut nous aider à réfléchir sur ce média ? Trois axes, présentés dans l’introduction (par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay), illustrent la richesse des pistes ainsi ouvertes.

La question de la poétique du support interroge la façon dont le support matériel a un impact sur l’oeuvre elle-même. Les deux articles proposés pour entamer la thématique montre parfaitement comment une analyse littéraire d’oeuvre peut se nourrir de réflexions portant sur la matérialité concrète de la création. Ainsi, Côme Martin, dans « La première lecture de livre : de la manipulation matérielle de la page comme expérience unique« , s’arrête sur un type d’oeuvre spécifique, celles qui, en demandant de la part du lecteur une manipulation du support (découpage, pliage, couture…) font de la première lecture une expérience unique. Pour être des oeuvres-limites, elles n’en questionnent pas moins les rapports du lecteur à l’oeuvre. Quant à Agatha Mohring, en se concentrant sur une unique bande dessinée de Mariano Casas, Mensajes, elle en propose une étude qui met en avant l’évolution des conditions matérielles de travail de l’artiste à l’ère numérique, et la façon dont cette évolution est présentée dans la bande dessinée elle-même.

La question des produits dérivés, est une autre facette du rapport de la bande dessinée à une « culture matérielle » des XXe et XXIe siècles élargie, et surtout profondément inscrite dans des dynamiques commerciales, bien au-delà de la seule édition livresque. Le cas que présente Bounthavy Suvilay, dans « Parcours de lecture dans Dragon Ball Z Dokkan Battle« , est un exemple magistral qu’il est nécessaire de penser la bande dessinée contemporaine au sein de toute une industrie culturelle multimédiatique. L’exemple du jeu de cartes sur smartphone Dragon Ball Z Dokkan Battle imbrique ainsi les caractéristiques matérielles de plusieurs médias aux supports bien différents (jeu vidéo, jeu de cartes à collectionner, anime…), tout en se référant à la bande dessinée par des jeux de citations ou de narration.

La question de la conservation occupe naturellement une place importante quand on réfléchit aux rapports de la bande dessinée à sa matérialité : quelles stratégies sont mises en place par les institutions pour conserver un support fragile ? Le dossier y répond par deux textes complémentaires (sans expertise en double aveugle). D’un côté un entretien mené par Bounthavy Suvilay avec Nicole Rousmanière, responsable d’une récente exposition sur le manga au British Museum, qui essaie précisément d’en rendre toute la complexité matérielle ; de l’autre côté un article de synthèse de Jean-Mathieu Méon présentant l’état actuel des connaissances sur le statut matériel de l’oeuvre de bande dessinée dans les musées.

D’autres articles viendront compléter la thématique au cours de l’année. Conformément au modèle éditorial de Comicalités, elle reste ouvert et peut donc accueillir vos contributions. Merci de nous contacter si vous souhaitez y publier un article.

 

Parutions sur Comicalites : représenter l’auteur de bande dessinée

Légende du bandeau : Milo Manara, Giuseppe Bergmann, Casterman, 1980, détail de la page 22 (réédité en 2011 par Drugstore)

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux articles pour compléter une thématique, « Représenter l’auteur de bande dessinée ». Par des choix de corpus extrêmement variés, ils viennent élargir les horizons de la réflexion, commencée dès 2013, sur les enjeux de la représentation auctoriales dans l’art de la bande dessinée.

Après avoir exploré l’autoreprésentation en terres franco-belge avec Catherine Mao, l’autofiction en terres québecoises avec Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, ou bien l’auto-illustration dans les arts graphiques d’Europe Centrale au début du XXe siècle, avec Hélène Martinelli, c’est encore vers d’autres territoires graphiques, et d’autres visions de l’auteur de bande dessinée, que nous amènent les articles de cette nouvelle livraison. Au-delà de la question déjà bien connue de l’autoreprésentation, ils témoignent d’autres enjeux soulevés par le statut de « l’auteur » dans la bande dessinée, et la façon de le représenter. Il ne s’agit plus de se demander comment l’auteur se représente lui-même, mais quel portrait de lui se dessine depuis l’extérieur, et comme ces représentations font passer une vision particulière de la bande dessinée et de la création en général.

Camille Roelens, avec sa proposition intitulée « Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara« , fait intervenir la question de la filiation. En s’appuyant principalement sur la série de Milo Manara Giuseppe Bergmann, (1978-1998) ainsi que sur les quelques albums qui ont vu collaborer ces deux figures majeures de la bande dessinée italienne contemporaine, il détaille la complexité de la relation entre un « maître » et son « élève ». Représenter Pratt permet à Manara de contrôler cette relation et de lui donner du sens. L’article donne un exemple pertinent de « chaîne d’autorisation », en situant l’auctorialité dans une logique de transmission générationnel.

L’article de Sofiane Taouchichet « Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction » nous transporte au coeur de la création graphique japonaise contemporaine. Excel Saga est un manga avant d’être un anime, et cette dualité est parfaitement exploitée dans la série animée. En nous dévoilant les jeux méta-fictionnels d’une série où l’auteur de la bande dessinée est représenté et son autorité contestée par l’humour et la parodie, l’article met au jour un mécanisme important de la culture transmédiatique contemporaine : la mise en relation constante des médias par l’intericonicité et le recours à la référence.

Le corpus exploité par Zoé Vangindertael n’est pas composé d’oeuvres de bande dessinée mais d’expositions, pour son article intitulé « La représentation muséale de l’auteur de bande dessinée : enjeux d’une dialectique entre l’artiste et l’artisan« . A partir d’une problématique forte (la représentation de l’auteur de bande dessinée au musée oscille constamment entre deux statuts artistiques, l’artisan et l’artiste), elle démontre que le modèle de l’artification ne suffit pas pour comprendre l’évolution du statut de l’auteur de bande dessinée, et sa relation à la notion « d’artiste ».

Cette nouvelle livraison a été supervisée par Benjamin Caraco et Jessica Kohn. Bonne lecture à tou.te.s !

Nous rappelons au passage que les thématiques de Comicalités constituent toutes des appels « ouverts » et peuvent accueillir de nouvelles propositions (comicalites@gmail.com) :

Trois nouveaux articles sur Comicalités

Image du bandeau : Rayon « Graphic Novels » à l’Edinburgh Book Fest 02 (Par byronv2, 2011 ; source : Flickr, CC BY-NC, url : https://flic.kr/p/acPiqr)

En attendant notre nouvelle thématique « Bande dessinée et matérialité » en cours de préparation, Comicalités vous propose trois nouveaux articles en ce mois de novembre 2018. Tous trois abordent des pistes de recherche prometteuses et originales que nous vous laissons découvrir ci-dessous :

Pour étoffer nos « Éclectiques », articles paraissant au fil de l’eau et sans lien avec une thématique existante, Sylvain Aquatias propose un article en deux parties intitulé « Genre et légitimité dans l’édition de bande dessinée », « Le poids de la légitimité, des revues aux collections » et « Le roman graphique ou la négation du genre« . En s’appuyant sur une analyse extensive des collections de bande dessinée de ces trente dernières années, il démontre que l’usage (ou le non-usage) des genres comme élément éditorial structurant a à voir avec la recherche de légitimité, qui varie grandement selon les époques et les éditeurs. A cet égard, le développement de collections de type « roman graphique » apparaît comme une stratégie visant à nier le caractère éditorialement structurant du genre littéraire.

Deux articles viennent compléter la thématique « Bande dessinée et sport » débutée en 2017.

Celui de Frédéric Ducarme « Are nekketsu shōnen manga sports manga?« , en s’appuyant sur l’exemple de Dragon Ball d’Akira Toriyama, avance l’hypothèse que les nekketsu shonen mangas sont en réalité des mangas sportifs faisant appel aux valeurs sportives pour les utiliser dans un contexte fantastique. Le canevas initiatique classique, si balisé, des nekketsu (Naruto, Bleach, My Hero Academia) relèverait alors d’une stylisation de l’entraînement et de la compétition sportif dans un monde imaginaire.

Quant à l’article de Élise Awaïda Carton et Stéphane Carpentier « Monde sportif et univers des super-héros de bandes dessinées« , il creuse une perspective de recherche prometteuse en suggérant, exemples à l’appui, que le monde du sport, à tous ses niveaux de pratique (du champion olympique à la classe d’EPS en passant par la retransmission télévisée des matchs), va de plus en plus chercher ses références culturelles du côté de la figure du superhéros. S’ouvre alors, dans l’analyse des relations entre le sport et la bande dessinée, la possibilité d’un dialogue à double sens dont les conséquences sont importantes quant à la place de la bande dessinée et de son imaginaire dans nos sociétés contemporaines.

Enfin, signalons aussi la parution d’une version traduite en anglais d’un précédent article de Yann Descamps et Denis Jallat sur le Bicot de Martin Branner : Borders with Reality : the Playground and Fence in Branner’s Bicot

Bonne lecture à tou.te.s !