Tous les articles par Julien Baudry

Extension du domaine de la bande dessinée : une lutte pour la survie ? (par Sylvain Aquatias)

par Sylvain Aquatias, maître de conférences en sociologie, Université de Limoges, membre du comité éditorial de Comicalités

La bande dessinée connaît à l’heure actuelle une forte diversification de sa production, occupant de nouveaux territoires où elle était peu ou pas représentée. C’est le cas dans le domaine journalistique, où des revues s’affirment (la Revue Dessinée, Topo, Groom), et dans le domaine de la vulgarisation scientifique où, au delà d’un courant déjà bien affirmé, des collections produisent de multiples ouvrages (Sociorama, La petite bédéthèque des savoirs, Octopus).

Cette diversification des projets éditoriaux agit nécessairement sur la constitution de ce que Luc Boltanski, dans son article de 1975, considérait comme un champ, c’est à dire un espace de production caractérisé par une indépendance relative aux contraintes externes (politiques, économiques, médiatiques, etc.) et capable de se doter de principes de différenciation et d’auto-organisation, dans lequel les producteurs se classent et sont classés. C’est ce que la diversification des productions dit de l’état de ce champ qui nous intéresse ici, en amont, du côté des causes de la diversification, et en aval, du côté des conséquences qu’elle peut avoir.

Légende du bandeau : Heloïse Chochois, Infiltrée chez les physiciens, 2015, éditée par l’équipe “La Physique Autrement” du LPS (Université Paris-Sud et CNRS) (à lire sur : http://hebergement.u-psud.fr/supraconductivite/bd/)

De la production des producteurs à la production des œuvres…

La première cause de la diversification des formes de la bande dessinée naît vraisemblablement d’une disproportion entre le nombre d’auteurs et les débouchés classiques de la bande dessinée.

Nombre d’écoles ont ouvert des formations préparant aux métiers de la narration graphique. Un grand essor des écoles de bande dessinée a lieu à partir des années 80 (Emile Cohl reconnue en 1984, Ecole Pivault en 1985, LISAA et Ecole Jean Trubert en 1986, Axe Sud en 1989, EESI en 1994), se poursuivant après 2000 (Eurasiam en 2002, L’Iconograf en 2003, ESMI en 2006, Master de l’Université de Poitiers en 2008, CESAN en 2009, EIMA en 2012, rapprochement Delcourt-Brassart en 2014, Human Academy en 2015). Et cette liste ne concerne que les écoles françaises, auxquelles il faudrait ajouter en toute justice les académies belges.

Pour autant, ces formations concernent avant tout les plus jeunes créateurs, puisque ce sont chez les moins de 30 ans que l’on trouve le plus fort pourcentage de jeunes formés dans ces écoles (32 % contre 15 % des 31-40 ans, selon les Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016 ). Même si les lauréats de ces écoles ne deviennent pas automatiquement des créateurs de bande dessinée, ce flux constant vient nourrir un corps de métier déjà dense, composé soit d’artistes autodidactes, d’artistes ayant une formation plus générale (Beaux Arts, Arts Appliqués) ou acquise dans des domaines connexes comme l’animation.

Dans le même temps, le marché du livre s’est diversifié et l’extension des publications accentue les effets de concurrence entre ouvrages, entre auteurs et entre éditeurs. Or, la bande dessinée est un des secteurs les plus forts du marché du livre. Les éditeurs se doivent de tenir leur place et de diversifier leur offre sous peine de voir leurs chiffres baisser, ce d’autant plus que la dynamique de lecture des français est globalement en baisse (Rapport 2017 du CNL ).

La profusion d’auteurs ne peut qu’obliger les plus entreprenants d’entre eux à se tourner vers des débouchés originaux. De la même manière que nombre d’écrivains, des auteurs font de l’animation pédagogique dans les classes de collège et de lycée, mènent des ateliers dans les centres de loisirs, enseignent dans les écoles de bande dessinée. Ce sont autant de moyens de disposer de revenus supplémentaires : 53 % des auteurs interrogés par les Etats Généraux de la Bande dessinée se définissent comme professionnels précaires.

Que des auteurs se spécialisent dès lors dans certains types de publication ou profitent de l’étendue des possibilités devient alors assez logique. D’un côté, des auteurs qui ont besoin de débouchés, de l’autre des éditeurs qui ont besoin de nouvelles œuvres, voilà comment la diversification s’explique.

Mais le développement des ouvrages de non-fiction ne peut se comprendre si l’on ne saisit pas aussi que c’est parce que des universitaires ont envie que leurs travaux ne restent pas dans l’entre-soi des chercheurs ou parce que des journalistes veulent trouver de nouvelles voies de diffusion que la bande dessinée apparaît comme un médium salvateur. Du côté des universitaires, il y a pléthore de matériau. Du côté des journalistes, l’alliance avec un dessinateur permet d’illustrer différemment et de donner plus de chair à des sujets parfois délicats, sans compter les économies de moyens qu’offre la bande dessinée.

De la production des œuvres à la structure du champ

Mais cette diversification change la vision même que l’on peut avoir de la bande dessinée. Journalisme et vulgarisation scientifique induisent aussi que les artistes se mettent au service de la vision d’un autre. Or, la recherche de la consécration est liée, dans les arts plastiques ou la littérature, à l’affirmation d’une originalité ou d’une singularité de l’œuvre. Ici, le caractère personnel et nouveau d’une œuvre est forcément diminué par le fait qu’elle s’inspire de travaux scientifiques ou d’enquêtes et ce encore plus quand elle est co-écrite.

Le fait même qu’une partie de la production puisse être vue de manière instrumentale, contrainte et soumise aux logiques du journalisme ou de la vulgarisation scientifique, peut la ramener à une position subordonnée à la transmission ou à l’éclairage de savoirs.

Plus encore, le fait que la bande dessinée revienne à certaines de ses fonctions d’origine (pédagogie, éducation) pourrait inciter certains commentateurs mal disposés à voir là la trace d’un retour en arrière.

Au sein même des éditeurs et des auteurs, n’existe-t-il pas un risque de voir des classements être construits avec des critères hétéronomes, issus d’autres corps professionnels ? Ce serait là une remise en cause de l’autonomie d’un champ qui est déjà très perméable aux influences des arts plastiques ou de la littérature. Si l’on doit y rajouter les critères de la science et du journalisme, voire de la pédagogie, les œuvres peuvent être alors passées au crible de multiples grilles de lecture qui ne tiendront pas nécessairement compte de ceux de l’art séquentiel, qui perdrait alors encore en autonomie.

Si cela était, on assisterait au mouvement inverse que décrit Luc Boltanski lorsqu’il montre comment la légitimation du nouvel art s’opère par la reconnaissance conjointe des auteurs et des œuvres dans les années 1970. Si, à l’heure actuelle, beaucoup d’auteurs sont de plus en plus précarisés, il ne faudrait pas que les œuvres elles-mêmes en pâtissent, au risque de faire baisser leur reconnaissance symbolique.

Lecteurs et légitimité

Sûrement, le lecteur de bandes dessinées se pose rarement la question de savoir si l’ouvrage qu’il s’apprête à lire est « reconnu » et « légitime ». Néanmoins la structure même du lectorat mérite que l’on s’attarde sur ce point.

Les enquêtes sur les consommations culturelles des français montrent assez combien les cultures populaires s’y sont installées, y compris dans les portions les plus diplômées de la population. Ce sont aussi celles-ci qui, à l’âge adulte, consomment le plus de bande dessinée. Mais, parce qu’il s’agit justement de populations qualifiées, on peut penser qu’elles peuvent être sensibles aux jugements critiques sur la qualité des bandes dessinées. On sait, par exemple, que les prix littéraires peuvent augmenter le nombre de ventes des albums. Pour autant, si on peut espérer multiplier ainsi les ventes par deux ou trois, Xavier Guilbert note que, de 2000 à 2013, seuls trois des ouvrages lauréats du prix du meilleur album arrivent parmi les cinquante meilleures ventes de l’année (Numérologie, édition 2014). L’impact du festival, hautement légitime, n’est donc pas si important en ce qui concerne le succès commercial. Certes, on ne peut pas réellement dire quelle population de lecteurs achète un album primé à Angoulême. Mais on peut néanmoins penser qu’il s’agit de ceux qui seront les plus sensibles aux effets de la reconnaissance symbolique de la critique.

Au clivage du marché pourrait alors correspondre un clivage des lecteurs. L’enquête de la Bibliothèque publique d’information sur le lectorat de bande dessinée de 2011 montre que si 53 % des personnes disposant au moins d’un diplôme universitaire de second cycle déclarent aimer les romans graphiques, les personnes ayant un diplôme inférieur au premier cycle ou étant sans diplôme sont 59 % à à déclarer ne pas les apprécier.

Reste à savoir – et on serait bien incapable de répondre à cette question à l’heure actuelle – quel sera le public le plus intéressé par les nouveaux territoires de la bande dessinée. Mais le risque d’un marché de plus en plus divisé reste bien présent, avec d’un côté des auteurs avec de solides chiffres de vente malgré une reconnaissance institutionnelle parfois faible, de l’autre des auteurs disposant d’un fort capital symbolique, mais gagnant bien mal leur vie.

Bibliographie sommaire

Aquatias Sylvain, « Le goût de la bande dessinée : acquisition, transmission, renforcement et abandon », in La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? B. Berthou, C. Evans (coord.), Paris, BPI, Janvier 2015.

Boltanski Luc, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la Recherche en sciences sociales, janvier 1975, n°1, pp. 37-59.

Bourdieu Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 89, septembre 1991. Le champ littéraire. pp. 3-46.

Coulangeon Philippe, Les métamorphoses de la distinction, Grasset, Paris, 2011.

Donnat Olivier, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, La Découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 2009.

Dubois Jacques, L’institution de la littérature, Paris-Bruxelles, Editions Labor, 2005.

Etats généraux de la BD, enquête Auteurs 2016, résultats statistiques. http://www.etatsgenerauxbd.org/wp-content/uploads/sites/9/2016/01/EGBD_enquete_auteurs_2016.pdf

Godon Pierre, « BD : y a-t-il un effet Goncourt sur les ventes des albums primés à Angoulême ? », 28/01/2017, FranceTVInfo, https://www.francetvinfo.fr/culture/festival/festival-de-bd-d-angouleme/bd-y-a-t-il-un-effet-goncourt-sur-les-ventes-des-albums-primes-a-angouleme_2034071.html, consulté le 12/02/2018.

Guilbert Xavier, « Angoulême », pp. 139-141, Numérologie, une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, https://www.du9.org/Num2014/du9-Numerologie-2014.pdf

Heinich Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, sociologie des arts plastiques, Editions de Minuit, Paris, 1998.

Ratier Gilles, Rapport 2016 de l‘ABCD, http://www.acbd.fr/category/rapports/.

Vincent-Gérard Armelle et Chomet Natacha, Les Français et la lecture 2017, IPSOS Connect – CNL, 2017, http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les_francais_et_la_lecture/, consulté le 28/02/2018.

Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : quand les historiens lisent des bandes dessinées

La question du corps en bande dessinée, sous-entendu de la « représentation » des corps dans la bande dessinée, est un bon exemple de la façon dont les approches académiques récentes peuvent réveiller des pistes d’analyse stimulantes en déjouant les limites disciplinaires. Cette question a été peu étudiée dans les publications non-académiques (avec quelques exceptions notables, j’y reviendrai) et peut paraître triviale ou secondaire ; elle ne constitue d’ailleurs pas un champ d’étude à elle toute seule. Quelques exemples récents vont me permettre de montrer comment les chercheurs font du corps et de ce qu’implique sa représentation un élément central dans la compréhension de la bande dessinée, notamment en reliant cette question à des problématiques plus larges des études culturelles, de la sémiologie, ou de la narratologie.

Légende du bandeau : Fliegende Blätter, vol. 69, n° 1734, 1878. Source : Universitätsbibliothek Heidelberg – digi.ub.uni-heidelberg.de (d’après http://www.topfferiana.fr/2010/11/les-fils-de-fer-du-fliegende-blatter/)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

La parution à l’hiver 2017-2018 des deux premiers albums de la collection « L’Histoire dessinée de la France », coédités par l’éditeur académique La Découverte avec La Revue Dessinée, est le marqueur fondamental d’un phénomène de plus grande ampleur : l’engouement croissant de la communauté scientifique des historiens pour la bande dessinée. C’est cette tendance que nous souhaitons analyser aujourd’hui, en nous concentrant non pas sur l’histoire de la bande dessinée (qui demeure un parent pauvre de la recherche scientifique), mais sur l’histoire par la bande dessinée…

Voir le chapitre suivant : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Légende du bandeau : tomes 1 et 2 de la série Histoire dessinée de la France, co-édition La Découverte et La Revue Dessiéne (2017-2018)

Continuer la lecture de Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Le hasard calendaire des parutions scientifiques fait que le numéro 78 de la revue Agora débats/jeunesse consacré à « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » et dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier et Julien Fuchs sort juste un mois après notre propre dossier dans Comicalités, dirigé par le même groupe de chercheurs. Cette parution simultanée est une bonne occasion d’examiner plus en détail, par une comparaison entre les deux dossiers, ce qu’apporte la thématique « sportive » à la recherche sur la bande dessinée.

Continuer la lecture de Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Faisant suite à la publication de l’article “De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru” de Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, paru dans la récente thématique “Bande dessinée et sport“, Comicalités publie une intuition de recherche préparée par les trois auteurs pour approfondir les rapports entre l’oeuvre graphique de Baru et la violence dans le(s) sport(s). Les trois auteurs se sont interrogé sur la place de la femme dans ce diptyque sport et violence. Nous reproduisons leurs réflexions ci-dessous. (NB : nous remercions Baru pour l’autorisation de diffusion de l’entretien et des images.)

Les filles et les femmes, grandes absentes de la pratique sportive : les « non-dits graphiques » d’une autre forme de violence ?

Il est avéré que les filles sont les grandes oubliées des pratiques sportives dans les albums de Baru. Avec honnêteté et réalisme, l’auteur s’accorde avec les travaux historiques qui montrent que la place des filles et des femmes est réduite à la portion congrue dans un univers où le sexe du sport est masculin (DAVISSE, LOUVEAU, 1991). Dès l’enfance le sport est une pratique réservée aux mâles. Dès l’école primaire, dans les représentations collectives, l’exclusion de fait des filles de la scène sportive s’impose comme une évidence. Dans Les années Spoutnik, Lorsque Leïla, l’amie d’Igor, propose de remplacer le gardien de but blessé lors d’une partie opposant les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas », l’ensemble de ses camarades s’y oppose à l’unanimité, alors que pourtant, aucun volontaire ne s’est déclaré pour le poste vacant.

Image 1 : Les filles hors-sport. (Baru. Les années Spoutnik, tome 1 : le penalty. Casterman, 1999, p.42. ©Baru/Casterman

Dans une société qui sépare nommément garçons et filles, Baru s’emploie à décrire la réalité sociale où les femmes sont encouragées à rester au foyer pour s’occuper des tâches ménagères et où les enfants fréquentent des écoles séparées. De ce fait, l’absence de mixité sexuée se répercute également dans les jeux sportifs mais également non sportifs. Les camarades masculins de Leïla sont très étonnés que cette dernière décide de prendre part à leurs jeux de garçons.

Image 2 : Les filles hors-jeu. Baru. Les années Spoutnik, tome 3 : Bip bip !. Casterman, 2002, p.40. ©Baru/Casterman

A l’adolescence, le processus se poursuit. Les filles sont les absentes de la scène sportive. Lorsque dans les différents chapitres de La piscine de Micheville, les adolescents s’adonnent à la natation, au football ou au volley-ball sur la plage, systématiquement, l’enjeu est soit de séduire les demoiselles de leur âge, soit de se défouler pour oublier que justement, parce qu’elles évoluent dans des espaces séparés, les jeunes filles demeurent des objets de convoitise momentanément inaccessibles.
A l’âge adulte, alors que les héros de Baru s’adonnent à la pratique de la boxe, bien entendu les femmes qui les côtoient en sont exclues (Il est vrai que Baru ne risque pas l’anachronisme. La boxe féminine ne se développe qu’à partir des années 1990 et ne deviendra sport olympique qu’en 2012 à Londres.). Plus encore qu’à l’adolescence, les femmes sont les objets du désir de ses boxeurs. Mais à chaque fois, Baru leur fait jouer un rôle ambigu : que ce soit Sarah dans Le chemin de l’Amérique ou Anna, dans L’enragé, les deux héroïnes ne se retrouvent pas sur le chemin de Saïd Boudiaf ou d’Anton Witkowski simplement en raison des hasards du destin. En réalité, elles sont instrumentées, soit par un parti politique, soit par un manager adverse. Leur relation au héros ne peut manquer d’être particulièrement complexe, dans la mesure où même si elles en tombent amoureuses, elles sont également missionnées pour les trahir. Peut-on pour autant parler de violence symbolique faite aux femmes, dans la mesure où en enrichissant leur rôle, il leur permet de dépasser leur statut de femme complaisante attendant sagement au foyer le retour du héros. En ce qui concerne leur rôle par rapport à la boxe, il est réduit à la portion congrue. Les femmes sont contraintes de supporter l’attente entre deux combats, de vivre les incertitudes et humeurs de leurs conjoints liés aux entraînements et aux échéances, d’attendre le retour du champion sans pouvoir jouer un rôle influent.

Image 3 : Les femmes dans l’attente du retour du champion. Baru. L’enragé. Tome 2. Dupuis, 2006, p.85. ©Baru/Dupuis

Ce faisant, Baru s’inscrit dans une logique inhérente à la sphère, dans laquelle couronner le vainqueur reste l’apanage des femmes (LOUVEAU, 1991, p.135-141). Le sexe féminin reste la première victime de la violence symbolique du sport (VIGARELLO, 2001).
Alors, si l’on s’en tient à la place des femmes vis-à-vis des pratiques sportives, on peut souscrire à l’argumentation suivante : Baru est effectivement un témoin attentif de son temps, qui relate avec fidélité les usages et les représentations sociales en vigueur concernant le rôle assigné à chaque sexe. Dans les années 1950 ou 1960, les fillettes, adolescentes ou jeunes femmes sont majoritairement exclues de la pratique sportive, tout comme elles sont de fait exclues de beaucoup de jeux propres aux garçons. Dans les années 2000, les femmes restent à distance de la scène sportive, même si Baru leur offre de jolis rôles en jouant sur une dualité qui évite de les cantonner au rôle de simple fantasme masculin. La place des femmes dans les scénarii de Baru est conforme à celle qu’il a connue lors de sa jeunesse et celle qui reste en vigueur dans la société actuelle.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (sous la direction de). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.

“Bande dessinée et sport”, une nouvelle thématique dans Comicalités

L’équipe de Comicalités a le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle thématique : “Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d’un univers normé ?“.

Dirigée par Sébastien Laffage-Cosnier  et Christian Vivier (Université de Bourgogne-Franche-Comté, EA 4660), cette thématique explore un sujet original, à la frontière entre les études sur la bande dessinée et les sciences du sport, afin d’ouvrir l’exploration des cultures graphiques à de nouveaux domaines scientifiques. La thématique reste ouverte à des propositions ultérieures.

Les études réunies pour Comicalités se concentrent sur la question du rapport à la norme. Comment la bande dessinée représente la norme sportive ? Comment la subvertit-elle pour son propre usage ? Comment l’utilise-t-elle pour proposer une forme de contestation sociale ? C’est à ces questions que vont répondre les différents auteurs à travers leurs propositions :

Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier, « Introduction : Quand le 9e art se joue du sport » (présentation de la thématique et synthèse historiographique du domaine)

Christophe Meunier, « Échange de passe et lutte de places dans Max Winson de Jérémie Moreau. Les territoires du sportif dans la bande dessinée. »

Denis Jallat et Yann Descamps, « Aux limites du réel : le terrain vague et la palissade du Bicot de Branner »

Patrick Legros, « Les Pieds Nickelés et la petite reine. Déviance sportive et conflictualités sociales. »

Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru »

Antoine Marsac, « Des sportifs embarqués dans l’aventure en canoë. Narrations visuelles et normes sociales. »

Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud, « La sportivité des techniques corporelles d’un héros éminemment moderne : Rahan. Le nouvel âge des sports… farouches. »

La publication de la thématique “Bande dessinée et sport” dans Comicalités répond à trois exigences de la revue. Elle encourage la collaboration entre des chercheurs venus de domaines différents. Elle démontre, s’il le fallait, que le champ d’étude de la culture graphique peut venir nourrir les recherches de disciplines en apparence très éloignés, en l’occurrence les sciences du sport. Elle ouvre les études sur la bande dessinée à des perspectives originales, dans son rapport à la société, à la représentation des normes, à la subversion, au(x) corp(s), à la spatialité et la territorialité… Autant de pistes que nous espérons fécondes d’études nouvelles !

Il est ainsi démontré, s’il le fallait, que la bande dessinée sait (et a toujours su) porter un discours sur le réel, sur le contemporain, sur la société dans tous ses aspects. Le travail du chercheur est aussi de décoder toute la diversité de ces discours…

Crédits de l’image d’en-tête (de gauche à droite et de haut en bas) : Théo Calméjane, Jeu décisif, Glénat, 2017 // Guillaume Bouzard, Football Football, saison 1, Dargaud, 2007 // Robin Walter, Prolongations, Editions des Ronds dans l’O, 2014 // Jérémie Moreau, Max Winson, tome 1 : La Tyrannie, Delcourt, 2014 // Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris, Mon père était boxeur, Futuropolis, 2016 // Pellos, Les Pieds Nickelés au Tour de France, Société Parisienne d’édition, 1956 // André Chéret et Roger Lecureux, Rahan, L’Intégrale tome 3, Editions Lecureux, 2008 // Baru, Jean-Marc Thévenet, Daniel Ledran, Le chemin de l’Amérique, Casterman, 2010 (première édition 1998) // Timothé Le Boucher, Les vestiaires, La boîte à bulles, 2014

 

Une nouvelle équipe pour Comicalités !

Comicalités, études de culture graphique a le plaisir de vous annoncer la composition de son nouveau comité de rédaction, qui se donne pour mission d’animer la revue à partir de 2018 :

Des mises à jour du site de la revue, des publications et des appels à textes sont prévus dans les mois à venir. Nous acceptons les propositions d’articles indépendamment des appels à textes pour publication dans nos “éclectiques” ; n’hésitez pas à nous les envoyer, ils seront étudiés dans les plus brefs délais.

Comicalités est une revue scientifique à comité de lecture qui a pour objet la culture graphique, et plus particulièrement la bande dessinée, analysée dans une perspective interdisciplinaire.

Bandeau : Robert Sikoryac, Masterpiece Comics, Drawn & Quaterly, 2009. © Drawn & Quaterly

Jeune recherche : posture du jeune chercheur

Pour terminer cette série d’articles sur les jeunes chercheurs en bande dessinée, j’évoquerais une question plus individuelle et personnelle : celle de la posture du chercheur, en particulier dans son rapport sensible et émotionnel à l’objet de sa recherche, en l’occurrence la bande dessinée.

En effet, j’ai déjà eu l’occasion de souligner que la grande majorité des doctorants interrogés m’ont avoué être des lecteurs de bande dessinée avant leur recherche. La valeur de ces affirmations varient, entre les lecteurs occasionnels et les lecteurs passionnés… Mais souvent intervient le constat d’un rapport à l’objet qui n’est pas seulement celui d’un chercheur, mais aussi celui d’un amateur. Par ailleurs, certains des répondants s’investissent plus qu’en tant que lecteur dans le milieu de la bande dessinée : ils sont éditeurs, galeristes, experts ou enseignants du domaine. Cette ambivalence se retrouve d’ailleurs avec d’autant plus de force dans le cas de jeunes chercheurs qui sont aussi praticiens, professionnels ou amateur. C’est le cas pour au moins quatre de mes répondants, à des degrés divers. Il sera intéressant de comprendre comment eux vivent cette double identité.

Continuer la lecture de Jeune recherche : posture du jeune chercheur