Tendances de recherche (4/6) : la bande dessinée de recherche

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : les études éditoriales

Ce mois de novembre 2018 marque le retour de notre série« tendances de la recherche en bande dessinée ». La sortie récente d’un numéro Hors-Série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche nous amène à évoquer cette tendance qui arrive progressivement en France, et annonce un changement important, pour la bande dessinée mais pour l’écriture de la recherche scientifique en général. Nous emprunterons dans cet article beaucoup des réflexions menées dans ses divers travaux par Nicolas Labarre.

Légende du bandeau : Pierre Nocerino, « Carnets de terrain, Gare de normes », 2013, url :http://socio-bd.blogspot.com/2013/09/carnet-de-terrain-gare-du-nord-episode-1.html

D’où vient la bande dessinée de recherche ? Qui la pratique ?

Unflattening de Nick Sousanis, version publiée d’une thèse en bande dessinée (2015)

Parler de la bande dessinée de recherche, c’est parler d’un phénomène extrêmement récent. Certes, il existe quelques précédents célèbres (la thèse en psychiatrie de Serge Tisseron étant le plus cité),mais le mouvement ne se dessine véritablement qu’à l’orée des années 2010. L’impulsion vient d’abord du monde anglo-saxon, marquée plusieurs jalons importants. En 2010 se tient la première conférence « Graphic Medecine » qui se donne pour but d’échanger, scientifiquement, sur le rôle de la bande dessinée dans la pratique médicale. Les fondations sont posées et aboutissent en 2015 à la publication d’un ouvrage, Graphic Medecine Manifesto. Progressivement, plusieurs revues scientifiques consacrent un numéro au sujet : en 2012 pour Visual Arts Research (vol.38, n° 1, dirigé par Stephen B. Carpenter et Kevin Tavin), en 2015 Digital Humanities Quarterly (vol. 9, n° 4), en 2018 The Comics Grid (sous la direction de Nicolas Labarre et Ernesto Priego). En 2014, Nick Sousanis soutient à Columbia University la première thèse entièrement en bande dessinée, qui sera publiée en 2015 sous le titre Unflattening (en France : Le déploiement, Editions de l’An 2, 2016). En 2017 paraît Sequentials, première revue scientifique destinée à accueillir uniquement de la bande dessinée de recherche.

Le mouvement a donc bien pris dans le monde anglo-saxon, mais qu’en est-il en France ? Le principal promoteur de cette tendance est Nicolas Labarre, maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne et spécialiste de la bande dessinée américaine. Sa production en matière de bande dessinée de recherche dans des revues scientifiques donne un aperçu intéressant de ce nouveau« genre » de l’écriture académique : un article sur Michael Moorcock et le post-modernisme, un autre, avec Jean-François Baillon, sur le film Shaun of the dead, un autre encore sur le genre du film de zombies. De part son objet d’étude, Labarre est à l’interface entre les recherches française et anglo-saxonne, et c’est tout naturellement qu’il dirige en 2018 un numéro hors-série de la revue Essais consacré à la bande dessinée de recherche, avec Marie Gloris Bardiaux-Vaïente. Ce numéro constitue le premier numéro d’une revue scientifique entièrement dessiné.

La bande dessinée de recherche reste bien peu pratiquée en France, et l’initiative de la revue Essais est donc une première façon de déployer cette tendance, pour l’instant surtout au sein de jeunes chercheurs. Hormis Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, on peut signaler le travail de Pierre Nocerino, doctorant en sociologie du travail qui tient depuis 2015 le blog Emile, on bande ? avec Léa Mazé, et a publié en 2016 dans la revue Sociologie et sociétés un article intitulé « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique » qui traite précisément de l’utilisation de la bande dessinée comme méthode d’écriture pour le sociologue ; l’article est lui-même mixte, à la fois en texte et en bande dessinée.

 Mais au juste, qu’est-ce que la bande dessinée de recherche ?

Nicolas Labarre et Jean-François Baillon, « Genre hybridization in Shaun of the Dead« , Angles, 2016

Il est difficile de définir une tendance aussi jeune, mais les quelques exemples données ci-dessus nous permettent d’en dégager quelques contours. On peut d’abord définir la bande dessinée de recherche par rapport à ce qu’elle n’est pas.

Il me semble notamment important de bien la distinguer de la bande dessinée de vulgarisation scientifique, qui jouit elle aussi d’un dynamisme conséquent. Les deux mouvements sont apparentés en ce qu’ils témoignent de l’intérêt croissant du monde académique pour la bande dessinée comme moyen d’expression. Les collections Sociorama (Casterman), La petite bédéthèque idéale (Le Lombard), Octopus (Delcourt), la Revue Dessinée ou encore la série Histoire dessinée de la France aux éditions La Découverte sont les fers de lance de cette branche « scientifique » de la bande dessinée documentaire. Les œuvres produites dans ce cadre font intervenir des chercheur.se.s, souvent en collaboration avec des dessinateur.trice.s. ; elles peuvent être très proches de la bande dessinée de recherche. Elles en diffèrent pourtant par leur destination, qui est celle d’un « grand » public, et pas prioritairement d’un public de chercheurs. A l’inverse, les articles de « Graphic Medecine », de Sequentials, de Nicolas Labarre et Pierre Nocerino, s’adressent explicitement à d’autres chercheurs et, par conséquent, ont été soumis au processus classique de révision par les pairs. Il en ressort que, sur le plan formel, ils doivent se soumettre à un certain nombre de contraintes formelles attendues (présence d’une bibliographie, citations et références, découpage du raisonnementen vue de la démonstration, introduction et conclusion…). C’est ce qu’explique Nicolas Labarre à propos de son article sur Shaun of the dead : l’article devait être facilement révisable pour prendre en compte les demandes de correction qui sont inévitables dans l’écriture scientifique, et même nécessaire en ce qu’elles témoignent du dialogue scientifique. Or l’écriture en bande dessinée est d’emblée plus contraignante qu’une écriture textuelle, et la moindre correction demande de reprendre une page, ou une mise en page entière.

Si on la compare à sa plus proche voisine, la bande dessinée de vulgarisation scientifique, la bande dessinée de recherche se définit donc bien comme une bande dessinée capable de porter un propos scientifique complexe dans le cadre des attendus formels et éditoriaux de la publication scientifique. Ce qui est intéressant dans les exemples ci-dessus, c’est qu’on constate que la bande dessinée de recherche ne se cantonne pas à l’étude de la bande dessinée, bien au contraire : médecine, sociologie, études cinématographiques, littérature, et sans doute d’autres encore,sont les disciplines susceptibles de porter une écriture en bande dessinée. Il est ainsi démontré, par l’exemple, que la bande dessinée peut être un mode d’expression de la recherche scientifique.

La contrainte la plus manifeste est bien sûr la maîtrise du dessin et du langage de la bande dessinée par le chercheur… Soit le chercheur a une vraie pratique de la bande dessinée (c’est le cas de Nicolas Labarre et Pierre Nocerino), qui garantit une certaine clarté et qualité du propos dessiné, soit le chercheur s’improvise dessinateur, avec le risque d’une production visuellement amateure ; c’est le cas de plusieurs bandes dessinées de recherche, en France ou hors de France, dont la qualité graphique est discutable. La dernière solution étant la collaboration entre un chercheur et un dessinateur, mais cette solution, pourtant très fréquente dans la bande dessinée de vulgarisation scientifique, a étrangement été peu expérimentée. Mais, dans le fond, la compétence nécessaire au chercheur est moins le dessin que la compréhension du discours visuelle et de son fonctionnement au service d’un propos scientifique.

Déplacement des frontières et défamiliarisation…

Numéro Hors-série de la revue Essais, 2018

Je ne développerais pas ici le « pourquoi ? » de la bande dessinée de recherche : je vous renvoie aux réponses que donne Nicolas Labarre (ici [] et )ou Pierre Nocerino (ici).Je retiendrais simplement quelques arguments, en les mettant en rapport avec l’évolution plus générale de l’écriture scientifique. Car le principal intérêt de la bande dessinée de recherche est sans doute d’interroger la façon dont s’écrit la science, et de questionner des normes et des contraintes dont le sens réel a peut-être été perdu avec le temps, ou est devenu une forme de maniérisme scientifique. Elle conduit à un renouvellement épistémologique très intéressant.

 NicolasLabarre décrit ainsi dans l’introduction du numéro d’Essais 

« un effet de défamiliarisation de l’objet pour le chercheur-auteur lui-même, qui devra reconstruire sa propre expérience avant de pouvoir la mettre en forme. (…) La bande dessinée de recherche rend donc ostensible le processus d’élaboration et de présentation des savoirs – que tend à masquer la forme canonique des écrits universitaires – et encourage les lecteurs à questionner le récit proposé. »

Cet effet de défamiliarisation renvoie à la notion d’estrangement de Carlo Ginzburg : c’est l’idée que la méthode scientifique se définit par une mise à distance, y compris par des procédés d’écriture. Chez Ginzburg notamment l’usage de la fiction mais, pourquoi pas une écriture graphique ?

 PierreNocerino, quant à lui, insiste sur les qualités narratives et descriptives de la bande dessinée quant il s’agit de rendre compte d’une situation en ethnologue :

« En tant qu’ensemble de cases qui s’agencent, la BD rend plus évident le travail de cadrage de l’image (avec un champ et un hors-champ) ainsi que le travail de découpage nécessaire à la mise en scène de l’action. Ce médium rappelle donc plus facilement la dimension construite de la retranscription, davantage en tout cas que le texte où pourtant cadrage et découpage sont présents. Il serait même possible de dire que la BD rend ces cadrage et découpage plus évidents que d’autres médiums, eux aussi visuels, comme la photographie où la dimension « réaliste » de l’objet eut faire oublier cette construction (Becker, 2007). »

On reconnaît ici une idée portée par exemple par Ivan Jablonka dans son essai L’histoire est une littérature contemporaine : les sciences sociales ont à gagner d’aller voir du côté des techniques narratives de la fiction, pour élaborer ce qu’il appelle des « fictions de méthode », des mises en récit des données récoltées, ainsi que pour mieux mettre en avant la subjectivité du regard du chercheur sur son terrain. Nocerino invite ainsi à « assumer la dimension narrative de la sociologie ».

 Enfin,l’usage de la bande dessinée est aussi à rapprocher de l’essor de la data visualisation dans le monde de la recherche, en d’autres termes de la mise en forme visuelle des données de recherche, et de la reconnaissance des qualités de l’image pour appuyer un raisonnement scientifique. Le développement d’une vraie réflexion épistémologique sur l’usage des images pour la recherche, portée notamment dans le domaine francophone par Marie Giulia Dondero (voir son ouvrage avec Jacques Fontanille Des images à problèmes – Le sens du visuel à l’épreuve de l’image scientifique, Presses Universitaires de Limoges, 2012) ouvrent incontestablement la voie à une meilleure considération de la bande dessinée de recherche. Et peut-être à une révolution du langage scientifique propre à s’étendre dans toute la communauté des chercheurs…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.