Tendances de recherche (3/6) : les études éditoriales pour la bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Le principe des études éditoriales est d’interroger l’objet d’étude qu’est la bande dessinée par un angle spécifique, celui de la production et du point de vue de l’éditeur. C’est envisager d’emblée que les structures socio-économiques au sein desquelles naissent les œuvres sont une clé de compréhension possible de ces dernières, au même titre que l’analyse de l’oeuvre ou la connaissance des auteurs. Une telle approche est intuitivement peu évidente, dans la mesure où elle constitue une vue indirecte sur l’oeuvre. Pourtant, elle s’avère riche par ce qu’elle peut apporter de connaissance transversale sur le secteur.

La sortie récente du livre de Sylvain Lesage Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, est un bon prétexte pour évoquer l’importance de l’approche éditoriale dans le cas de la bande dessinée.

Légende du bandeau : Florence Cestac, La véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007, p.3

Des études savantes à l’université

Que savons-nous des éditeurs de bande dessinée ? L’une des caractéristiques des études éditoriales est d’avoir été en grande partie traitées par des études savantes produites hors du champ académique. Ces études peuvent être séparées en deux catégories : les ouvrages d’autopromotion, et les études critiques.

Les ouvrages d’autopromotion, comme leur nom l’indique, sont des ouvrages commémoratifs publiés par les maisons d’édition elles-mêmes, généralement pour célébrer un anniversaire. Le Petit Critique illustré de Hirtz et Morgan identifie dès 1958 un ouvrage hors commerce des éditions Dupuis consacré à Jean Dupuis, Souvenir du jubilé professionnel de Monsieur Jean Dupuis, maître imprimeur et éditeur, et la tradition se poursuit jusqu’à nos jours avec, par exemple, 6 pieds sous terre, l’animal a 20 ans, publié en 2012 par les éditions 6 pieds sous terre. L’intérêt de ces monographies est variable, mais pas systématiquement inexistant, notamment en l’absence d’autres études. Ainsi, l’ouvrage Pif Gadget, la véritable histoire de Richard Médioni (2003), constitue à ce jour le principal ouvrage sur la revue des éditions Vaillant, indispensable pour comprendre la bande dessinée des années 1960. De même, le témoignage de Florence Cestac, La véritable histoire de Futuropolis (Dargaud, 2007) est incontournable pour qui s’intéresserait à la période Robial/Cestac de Futuropolis et au début de l’édition alternative. Il n’en demeure pas moins que ces ouvrages possèdent, par nature, des caractéristiques qui peuvent affecter leur utilisabilité par le chercheur professionnel : insistance sur des anecdotes plus que sur une vision transversale, tendances aux listes, et dans les cas les plus décevants, triomphalisme et célébration hagiographique.

Parallèlement, plusieurs spécialistes non universitaires de la bande dessinée ont réalisé des études indépendamment des maisons d’édition elles-mêmes, souvent à destination des collectionneurs. Parmi les plus réussies, il faut sans doute citer l’ouvrage de Dany Evrard et Michel Roland, Gordinne, éditeur liégeois et pionnier de la bande dessinée (Deville Graphic, 1992) qui montre ce que cette tendance extra-académique peut produire de mieux : des études qui mêlent une connaissance érudite du sujet et une rigueur dans son traitement, sans verser dans la nostalgie. On peut aussi ranger dans cette catégorie des ouvrages comme ceux de Hugues Dayez (Le duel Tintin-Spirou) ou les encyclopédies érudites de Gérard Thomassian sur les éditeurs de petits formats.

Plus récemment, le relais des études éditoriales non-universitaires a été pris sur le Web, notamment par les pratiques d’études statistiques et économiques : les rapports de l’ACBD, réalisés annuellement par Gilles Ratier et son équipe sont des sources importantes pour les études éditoriales. Enfin, sur un site comme du9.org, on trouvera volontiers des dossiers assez complets et des entretiens sur l’édition alternative, comme par exemple.

Si l’on combine ces différentes catégories d’études savantes sur les éditeurs de bande dessinée (témoignages, ouvrages anniversaires, études érudites, rapports…), force est de constater qu’une très large partie du spectre des éditeurs se trouve couvert, des maisons les plus anciennes jusqu’aux éditeurs de la micro-édition. Les revues d’études du début des années 2000 ont notamment travaillé à faire connaître des petites maisons oubliées : ainsi, le fanzine Gorgonzola a proposé dans son n°22 de janvier 2017 un dossier sur les éditions Artefact, représentative du fanzinat des années 1970-1980. Le champ est largement couvert. Que reste-t-il à la recherche académique, et pour quelle fonction ?

La bande dessinée est entrée tardivement dans le champ des études universitaires sur l’édition. Si l’on prend la principale somme sur l’histoire de l’édition, Histoire de l’édition française dirigée par Roger Chartier et Henri-Jean Martin (1991), la bande dessinée n’est couverte que par moins de dix pages rédigée par Pascal Ory dans le dernier volume (sur la période 1900-1950 ; p.495-503), de même dans la synthèse Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine d’Elisabeth Parinet (2004), qui n’y consacre que quelques pages, à côté de la littérature enfantine (p.434-435) Néanmoins, il n’y a pas non plus absence, et l’épais volume de référence sur la période contemporaine, L’édition française depuis 1945, dirigé par Pascal Fouché (1998), bénéficie d’une vingtaine de pages (p.250-277) sur la bande dessinée qui dresse une introduction utile ; significativement, c’est un auteur issu de la critique savante, Patrick Gaumer, auquel on a fait appel, et non à un universitaire.

On ne saurait toutefois reprocher à ces ouvrages de synthèse des années 1990 et 2000 d’être succincts sur la bande dessinée : ils reflètent l’état des recherches de leur temps. Ce qui apparaît surtout est, à une époque où les chercheurs commencent tout juste à s’emparer de l’histoire de la bande dessinée, le manque d’études universitaires sur le sujet qui rend nécessairement difficile sa présence dans des synthèses censés faire date. Enfin, la bande dessinée est surtout envisagée comme un objet du XXe siècle, voire de la seconde moitié du XXe siècle, hors de portée d’une histoire de l’édition s’étant surtout concentrée sur la période prè-1950. Cela explique sans doute qu’à une exception près (voir ci-dessous), aucune maison d’édition de bande dessinée n’ait pour l’instant fait l’objet d’une monographie académique conséquente, comme cela a pu être le cas pour des maisons littéraires comme Gallimard (Gallimard : un siècle d’édition, 1911-2011, dirigé par Alban Cerisier en 2011), ou même pour des maisons d’édition populaires ou pour enfants comme Tallandier (Matthieu Letourneux, La librairie Tallandier : histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000), 2011) ou Mame (Cécile Boulaire (éd.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, 2012).

Etudes monographiques et histoire de l’édition

De fait, il faut attendre les années 2010 pour que l’approche par l’étude éditoriale connaisse des développements importants dans le monde universitaire, à travers trois jalons : la parution de la première monographie consacrée à une maison d’édition (L’Association : une utopie éditoriale et esthétique, par le groupe ACME, 2011), la soutenance de plusieurs thèses consacrées, en tout ou partie, à des études éditoriales, et la première synthèse transversale sur le sujet (Editer la bande dessinée de Benoît Berthou, 2016).

La monographie qui paraît en 2011 aux Impressions Nouvelles sur L’Association fait date en tant que première (et seule à ce jour) synthèse universitaire portant sur une maison d’édition de bande dessinée. Elle est l’oeuvre du groupe belge ACME, et rédigée sous la direction d’Erwin Dejasse, Tanguy Habrand et Geert Meesters en collaboration avec plusieurs auteurs universitaires comme Björn-Olav Dozo. Sa structure est exemplaire d’une démarche issue des études culturelles ou cultural studies en ce qu’elle part d’une méthodologie transdisciplinaire (histoire, analyse de contenu, analyse éditoriale, portraits des auteurs se combinent) et questionne le positionnement de l’éditeur dans un champ culturel hiérarchisé, afin de déceler les valeurs portées par ce collectif. L’Association est sans doute l’éditeur qui bénéficie du plus grand nombre d’études universitaires puisqu’il fait également l’objet d’une thèse par Benjamin Caraco (http://www.theses.fr/2017PA01H002) qui complète l’approche d’ACME par une analyse sociologique de ses auteurs et fondateurs. La thèse d’Isabelle Guillaume soutenue en 2017 (https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01677438) relève également de ce même mouvement et sera complétée par un colloque en novembre prochain à l’université de Dijon (https://labrechebd.wordpress.com/2017/11/22/appel-a-communications-vingt-cinq-ans-de-vertigo/) qui vient confirmer que le terrain des études culturelles peut être fructueux pour l’analyse éditoriale. Son intérêt est d’inscrire la bande dessinée dans un contexte plus large d’études transculturelles, et de réinterroger l’enjeu de la légitimité en la problématisant dans une perspective critique. Le traitement de l’édition alternative comme pratique dissidente d’une édition mainstream, installée dans l’économie de marché, est au coeur d’un ouvrage comme Christophe Dony, Tanguy Habrand et Gert Meesters (dir.), La bande dessinée en dissidence  : alternative, indépendance, auto-édition, publié en 2014 aux Presses Universitaires de Liège. De fait, et sans doute est-ce là un effet lié aux goûts propres à la communauté des chercheurs, l’édition alternative est un champ particulièrement bien balisé par la recherche de ces dernières années (voir par exemple : Benoît Crucifix et Pedro Moura. « Bertoyas dans la jungle. Bande dessinée et édition sauvage. » Mémoires du livre, volume 8, numéro 1, automne 2016. doi:10.7202/1038027ar ou encore Benjamin Caraco, « Le catalogue au service de l’indépendance éditoriale en bande dessinée ». Communication & langages, 2016, pp.3-24, doi : 10.4074/S0336150016014010).

Nous avons déjà mentionné les thèses d’Isabelle Guillaume et Benjamin Caraco : elles n’ont pas été les seules à venir enrichir les connaissances sur les maisons d’édition de bande dessinée. Deux thèses dirigées par Jean-Yves Mollier, lui-même historien du livre, montrent que l’histoire de l’édition s’est aussi emparée de la bande dessinée : celle d’Isabelle Antonutti consacrée à Cino del Duca (2012, publiée aux Presses Universitaires de Rennes) et celle de Sylvain Lesage sur la notion d’album et le monde de l’édition entre 1950 et 1990, évoqué en introduction. Ces travaux, moins monographiques et plus diachroniques que les précédents, s’appuient généralement sur un travail de reconstitution de sources assez importants et de dépouillement d’archives, notamment dans le cas de Sylvain Lesage qui a pu mettre au jour les importantes archives Casterman. L’un de leur apport central (qui est celui des études éditoriales en général) est de démontrer l’influence du support et du contexte de production sur les œuvres produites, à l’opposé d’une vision de l’oeuvre immanente existant pour elle-même. De fait, l’oeuvre de bande dessinée est aussi le résultat d’un contexte économique spécifique. S’il est connu que l’un des changements majeurs de la bande dessinée de ces vingt dernières années est le triomphe éditorial de l’album, un ouvrage comme celui de Sylvain Lesage permet de le démontrer scientifiquement et d’en comprendre le processus.

Cela nous amène au dernier jalon de notre présentation : l’ouvrage, court mais pionnier, de Benoît Berthou intitulé Editer la bande dessinée et paru au Cercle de la Librairie en 2016. Ce livre se propose comme une étude éditoriale au sens strict : il s’intéresse aux question de production, à l’économie du secteur, à sa segmentation en genre, séries et collection, à son lectorat, ainsi qu’à toutes les pratiques périphériques générées par l’édition (traduction, librairie, droits dérivés…). On pourra regretter sa brièveté, mais la synthèse, conçue d’abord comme un manuel qui se concentre sur la période très contemporaine (années 2010) ouvre de nombreuses pistes… Au plus près des pratiques éditoriales, il met l’accent sur les principales évolutions du secteur : les nombreuses ventes et reventes, la bonne santé économique, les notions de collections et de série, l’idée « d’indifférence au support » face au numérique, les liens forts avec les autres industries du divertissement… L’axe majeur de l’ouvrage est de mettre au jour les « spécificités » du secteur éditorial de la bande dessinée au sein de l’économie du livre. Il invite ainsi à des recherches en prise directe avec l’actualité, et dont l’utilité ne ferait aucun doute, que l’on peut aussi trouver dans certains travaux de Jean-Matthieu Méon (« Logiques et pratiques de l’intermédiation dans l’édition de bande dessinée en France » dans La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, dirs. Laurent Jeanpierre, Olivier Roueff, Archives contemporaines, 2014, p.151-164). Il appelle à des recherches en sciences économiques, un domaine qui demeure le grand absent des études sur la bande dessinée.

En conclusion, on observera que la somme à paraître en ce mois d’avril 2018 aux Impressions Nouvelles, Histoire de l’édition en Belgique : XVIe-XXIe siècle, traduit l’évolution de la recherche scientifique en laissant à la bande dessinée une place conséquente dans le récit historique, à travers une cinquantaine de pages, des grands éditeurs aux alternatifs.

Quelques pistes pour l’avenir…

Cette vitalité nouvelle d’études centrées sur l’édition de bande dessinée est à saluer : en un sens, elle ouvre l’horizon des recherches sur la bande dessinée en ne se limitant plus à une étude des œuvres et des auteurs. Les catalogues, les hors-texte, les chiffres de vente, les archives des maisons d’édition, deviennent de nouvelles sources pour le chercheur, de nouveaux moyens d’éclairer les œuvres. Plusieurs pistes d’étude me semblent ouvertes par ces recherches récentes, et je me permets ici de les énumérer.

Une première action à mener est assurément de poursuivre la voie monographique et de couvrir l’ensemble des principales maisons d’édition de bande dessinée. Des éditeurs majeurs comme Dupuis, Dargaud, Delcourt et Soleil attendent encore de faire l’objet de travaux de recherche ; de même, tout le secteur de l’édition underground française (Futuropolis, éditions du Square, éditions Audie…) est encore relativement hors du radar des chercheurs francophones. Le colloque prometteur sur Glénat organisé en ce mois d’avril 2018 par le groupe ACME s’inscrit parfaitement dans cette logique de « couverture » maximale du champ éditorial.

L’entrée par l’archive est bien sûr plus complexe pour les maisons plus récentes mais il me semble qu’elle constitue une piste essentielle pour aller au-delà d’une compréhension superficielle des productions éditoriales. A cet égard, une étude sur les éditeurs de bande dessinée de la première moitié du XXe siècle aurait toute sa pertinence pour montrer la constitution d’un secteur (Albin Michel, Arthème Fayard, et surtout Hachette, Dupuis et Le Lombard). Mais l’ouverture des archives d’éditeurs plus contemporains serait un gain incontestable.

La poursuite du travail entrepris par Benoît Berthou, pour l’étude de la bande dessinée comme secteur économique, constitue une piste encore peu explorée, mais qui aurait pourtant tout son intérêt pour éclairer certains aspects moins bien connus, et souvent éludés par les études savantes. Le monde de la librairie de bande dessinée est ainsi très mal connu, et l’initiative de Jessie Bi sur Du9 est à cet égard admirable.

En conclusion, et pour en revenir au début de l’article, une dernière piste, plus générale, me semblerait fructueuse : réussir à faire la jonction entre les études savantes non universitaires et le monde académique. Les premières ont produits une connaissance inestimable sur certains pans de l’édition de bande dessinée, parfois sous la forme de catalogue et de listes, à l’image des encyclopédies de Gérard Thomassian. Ces études, et les articles disséminés dans des revues et des livres, constituent des sources importantes qui pourraient être davantage exploitées et mises en valeur par les chercheurs académiques pour la connaissance des éditeurs de bande dessinée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.