Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

Voir le chapitre précédent : quand les historiens lisent des bandes dessinées

La question du corps en bande dessinée, sous-entendu de la « représentation » des corps dans la bande dessinée, est un bon exemple de la façon dont les approches académiques récentes peuvent réveiller des pistes d’analyse stimulantes en déjouant les limites disciplinaires. Cette question a été peu étudiée dans les publications non-académiques (avec quelques exceptions notables, j’y reviendrai) et peut paraître triviale ou secondaire ; elle ne constitue d’ailleurs pas un champ d’étude à elle toute seule. Quelques exemples récents vont me permettre de montrer comment les chercheurs font du corps et de ce qu’implique sa représentation un élément central dans la compréhension de la bande dessinée, notamment en reliant cette question à des problématiques plus larges des études culturelles, de la sémiologie, ou de la narratologie.

Légende du bandeau : Fliegende Blätter, vol. 69, n° 1734, 1878. Source : Universitätsbibliothek Heidelberg – digi.ub.uni-heidelberg.de (d’après http://www.topfferiana.fr/2010/11/les-fils-de-fer-du-fliegende-blatter/)

Du geste au mouvement, du mouvement au corps

La question de la représentation du corps n’est pas nouvelle dans les études sur la bande dessinée en France. La tradition sémio-structuraliste, sans en faire une question centrale, a même pu caresser très tôt l’ambition, portée par Claude Brémond, d’un « gestuaire » de la bande dessinée (Langages, n°10, 1968), en d’autres termes de proposer un cadre de classement et d’interprétation des gestes représentés en bande dessinée en fonction de leur signification. Cette question n’a toutefois pas été réellement creusée par d’autres chercheurs, et la critique qu’en fait Harry Morgan en 2003 (dans Principes des littératures dessinées, p.277-287) tend à prouver son inadéquation aux tendances actuelles de la recherche sur la bande dessinée, qui ont mis de côté les ambitions structuralistes des débuts. De la même façon, l’approche psychanalytique du corps en bande dessinée proposée succinctement par Serge Tisseron (Psychanalyse de la bande dessinée, PUF, 1987, p.78) n’a pas fait d’émules et s’est perdue en même temps que cet axe d’étude.

L’analyse des images de bande dessinée ayant évolué entre les années 1970 et les années 1980 et 1990 d’une compréhension des signes et codes de la bande dessinée vers la notion de séquentialité, la question du corps s’est elle-même déplacée du geste vers le mouvement. Une question devenue centrale est de savoir comment une image fixe peut rendre le mouvement, notamment évoquée chez des théoriciens américains non-universitaires mais influent, comme Will Eisner et Scott McCloud, ou encore dans le « Que sais-je ? » d’Annie Baron-Carvais (p.65-67 : « la technique narrative : l’immobilité dans le mouvement »). Cette conception de la séquentialité comme caractéristique définitoire de la bande dessinée a pu être remis en cause depuis, il n’en reste pas moins que l’étude du mouvement en bande dessinée a persisté comme axe de recherche. A partir des années 2000, la question est de mieux en mieux traitée, par exemple par Laurent Guido (« De l’instant pregnant aux gestes démultipliés : scansions filmiques du mouvement dans la bande dessinée » dans Philippe Kaenel et Gilles Lugrin, Bédé, ciné, pub et art : d’un média à l’autre, Infolio, 2007, p.96-116).

Il est notable que la question du mouvement dans la bande dessinée se soit particulièrement développée ces dernières années à la faveur d’études transmédiatiques croisant la recherche sur le cinéma et celle sur la bande dessinée. C’est bien ici une évolution plus globale de la communauté universitaire, vers le décloisonnement des objets de recherche, qui provoque un renouvellement et permet de sortir la question du mouvement de celle de la séquentialité. Alain Boillat est sans aucun doute le chercheur ayant le plus tiré profit du croisement entre bande dessinée et cinéma d’animation pour l’étude du mouvement graphique. Ses études dans 1895, sur l’oeuvre de O’Galop (2009) ou d’Emile Cohl (2007) abordent ainsi, de façon ponctuelle mais effective, la question de la mise en dessin des corps en mouvement. Alain Boillat est par ailleurs un des directeurs du récent ouvrage Case, strip, action (Infolio, 2016) dont plusieurs articles sont utiles à qui s’intéressent à cette question, notamment celui de Raphaël Oesterlé, « Instants choisis : le mouvement en bande dessinée » (p.123-155) qui analyse de façon plus approfondie la conséquence du mouvement sur les corps des personnages. En étudiant le mouvement, ces auteurs font du corps des personnages les sujets d’analyse principaux pour comprendre la dynamique narrative propre à la bande dessinée.

Un corps graphique demembré : de la variété des approches

Il s’agit toutefois pour l’instant d’approches indirectes de la question du corps en bande dessinée. Les études sur le mouvement sont assez caractéristiques de la façon dont le corps en bande dessinée a été envisagé jusqu’à très récemment : il n’est pas le sujet de l’étude, mais son évocation permet d’étudier des sujets autres, comme ici le mouvement. De fait, la représentation du corps a pu faire l’objet ces dernières années de plusieurs analyses selon ce même principe indirect. C’est le cas par exemple des études sur la bande dessinée autobiographique, qui ont amené plusieurs chercheurs à étudier l’autoreprésentation du corps (Liliane Cheilan, « Ce que dit le corps dans la bande dessinée autobiographique. Quelques exemples. » dans Jean-François Chiantaretto et Catherine Matha (dir.), Écritures de soi, écritures du corps. Paris : Hermann, 2015 ; Irène Le Roy Ladurie, « L’autoreprésentation féminine dans la bande dessinée pornographique », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 23 janvier 2017. URL : http://journals.openedition.org/rrca/732).

La question qui m’intéresse dans ce billet est riche mais dispersée dans une variété d’approches transcendant les clivages disciplinaires et les champs d’études traditionnels, mais encore difficile à identifier comme un ensemble cohérent car manquant d’une méthodologie et d’une ligne directrice dominante.

 

L’approche consistant à proposer une esthétique du corps en bande dessinée en tant que telle est finalement extrêmement récente, mais les quelques travaux esquissés pour le moment s’avèrent prometteurs, et leur incomplétude appelle une poursuite stimulante.

Parmi les pistes de recherche, celles proposées par les sciences du sport sont particulièrement présentes : les deux dossiers consacrés en 2017 à la thématique « sport et bande dessinée », dans Agora et Comicalités comportait des aperçus pertinents sur le corps sportif en bande dessinée. Cette approche permet d’interroger l’influence d’une norme corporelle (ici celle du sport et du geste sportif) sur la représentation des corps. Ces dossiers amenaient également des interrogations sur la différenciation sexuelle des corps que l’on retrouve chez d’autres auteurs. Elles rejoignent un axe fort des études anglo-saxonnes sur le corps en bande dessinée : la représentation corporelle des super-héros. Ici, ce sont plutôt les cultural studies et gender studies qui, par l’étude des représentations dominantes, rendent possibles une réflexion sur les corps graphiques.

On peut aussi signaler les recherches d’Henri Garric dont au moins deux articles portent sur la question de la représentation des corps, notamment pour en analyser les déformations et simplifications (« Démembrer les corps, défaire la bande dessinée » en 2016 et « Patates et fils de fer : jeux burlesques et imaginaires du corps simplifié en bande dessinée » en 2015). Mais là encore ne s’agit-il que de pistes très récentes, développées également à l’occasion du colloque « Corps handicapés, corps mutilés dans la BD » qui s’est tenu en décembre 2017 à Angoulême (dirigé par Frédéric Chauvaud et Denis Mellier).

 

Au vu de ce constat d’une forte dispersion, la parution en novembre 2015 de Les langages du corps dans la bande dessinée, dirigé par Isabelle Guillaume, Aymeric Landot, Irène Le Roy Ladurie et Tristan Martine et édité par L’Harmattan constitue un jalon qui, à défaut d’apporter des réponses, à la mérite de rassembler en un seul volume la plupart des questions relatives au corps en bande dessinée, et d’en tenter en introduction une théorisation, dont le caractère introduction, et donc lacunaire, a été commenté en d’autres lieux. Il est assez remarquable que les différentes contributions des ces actes de colloque présentent une forte hétérogénéité d’approches : on va y retrouver la tendance plutôt sémiologiques (Pascal Robert), l’approche par le sport (Sébastien Laffage-Cosnier, Jean-François Loudcher et Christian Vivier), la question autobiographique (Catherine Mao ; Julie Gaucher ; Isabelle Guillaume), le genre et l’érotisme (Bernard Andrieu). Pour cette raison, le volume est assez représentatif de l’état de la question ces cinq dernières années : des approches stimulantes, de plus en plus nombreuses, mais manquant encore d’une théorisation générale.

Quelques pistes :

Naturellement, un sujet aussi peu étudié mais porteur est propice à de multiples pistes d’étude. Je me propose ici de signaler celles qui m’apparaissent comme les plus pertinentes au vu des connaissances actuelles.

si le projet de gestuaire « systématique » de Claude Brémond n’est plus forcément pertinent, l’analyse du geste en bande dessinée n’en demeure pas moins une question cruciale qui mériterait d’être réexaminée à la lumière de recherches plus récentes. Deux spécialistes ont proposé des pistes que je signale ici. En 2004, Jan Baetens ouvre en 2004 avec deux articles dans Image & Narrative la question de la main en bande dessinée, et notamment de sa fonction d’énonciation ; en 2009, c’est Thierry Smolderen qui, dans Naissances de la bande dessinée, dresse un rapprochement pertinent entre la gestuelle théatrale et la gestuelle graphique au XIXe siècle. Une sémiotique visuelle du geste en bande dessinée reste encore possible.

– parmi les nombreux exemples donnés ci-dessus, la question de la déformation des corps, étudiée par Henri Garric et Harry Morgan me semble particulièrement féconde en ce qu’elle permet d’embrasser une grande variété d’aspects, tant stylistiques (le corps simplifié, la caricature), que sociologiques (représentation du handicap, écart à la norme corporelle) ou narratifs (mise en mouvement des corps, transformation des personnages). Elle permettrait également d’étendre la question du corps au-delà du corps humain, et notamment d’aborder la question de l’anthropomorphisation des animaux et des objets (Morgan, Harry, « Une écologie morale », in Groensteen, T., & Scaon, G. (éd.), Les Musées imaginaires de la bande dessinée, Angoulême : CNBDI – L’An 2, 2004)

– travailler sur le corps permettrait d’aborder un angle mort des études sur la bande dessinée : la question du réalisme, et notamment de la domination du naturalisme anatomique dans certains genre de l’après-guerre comme l’aventure, la fantasy ou la science-fiction. Les articles portant sur la norme corporelle sportive apportent des premières réponses en suggérant les sources visuelles de cette standardisation, mais il est sans doute possible d’aller plus loin pour mieux comprendre les différentes variantes de ce « réalisme » si difficile à définir.

enfin, si j’ai uniquement abordé dans cet article la question du corps « dessiné », il reste un chantier encore vierge : celui du corps dessinant ou du corps lisant. Quelle influence du corps de l’auteur sur son dessin, du corps du lecteur sur son appréhension du récit graphique ? Peut-on repérer des constantes dans les attitudes des uns et des autres ? La voie reste ouverte…


4 réflexions sur « Tendances de recherche (2/6) : corps, gestes et mouvement en bande dessinée »

  1. Pour ton tout dernier point, je me permets de te rappeler ma contribution au CRAS en 2012 « L’oeil, la main et l’ordinateur », reprise et prolongée dans ma thèse 😉 (bon ok, c’est sur la bd numérique, c’est pas pareil)

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *