Sport et bande dessinée : de deux parutions récentes

Le hasard calendaire des parutions scientifiques fait que le numéro 78 de la revue Agora débats/jeunesse consacré à « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » et dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier et Julien Fuchs sort juste un mois après notre propre dossier dans Comicalités, dirigé par le même groupe de chercheurs. Cette parution simultanée est une bonne occasion d’examiner plus en détail, par une comparaison entre les deux dossiers, ce qu’apporte la thématique « sportive » à la recherche sur la bande dessinée.

Références :

Comicalités, dossier « Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d’un univers normé ? », décembre 2017 : http://journals.openedition.org/comicalites/2260

Agora débats/jeunesse n°78, « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles », janvier 2018 : https://www-cairn-info.fr/revue-agora-debats-jeunesses-2018-1.htm

Avant de souligner les points communs des deux dossiers, signalons d’emblée qu’ils diffèrent par l’axe transversal adopté. Dans le cas du dossier de Comicalités, c’est la notion de norme qui est examiné pour comprendre de quelle façon la bande dessinée comme média peut utiliser et interroger la norme sportive. Du côté de Agora débats/jeunesse, l’accent est mis sur la pratique sportive par la jeunesse, et la façon dont la bande dessinée représente ou encourage cette pratique.

Ceci étant posé, il nous semble intéressant de créer un dialogue entre les deux dossiers. Parus à un mois d’intervalle, ils partagent un même contexte de croisement disciplinaire : faire se rencontrer la recherche sur la bande dessinée et la recherche sur les activités physiques et sportives. Les onze articles qui les composent (hors introductions) confirment que, en allant au-delà des apparences et en combinant les apports de chercheurs en études culturelles et de chercheurs en éducation physique, d’intéressants points de convergence émergent.

 

L’article consacré à l’album Pierrot Sportif , écrit par Emmanuel Auvray, Yohann Fortune pour Agora, est un bon exemple de la proximité des deux dossiers puisqu’il démontre précisément comment la bande dessinée a été utilisée auprès de la jeunesse par des prescripteurs (ici catholiques) pour diffuser une norme corporelle et sportive. Ils en concluent ainsi que par l’image est diffusé un idéal de modération caractéristique de l’idéologie sportive de la période. On peut mettre en regard cet article et celui rédigé par Denis Jallat et Yann Descamps pour Comicalités sur la série Bicot et son traitement symbolique de la norme sociale et de la transgression. Outre la proximité chronologique (années 20 et 30) qui invite à penser que de jeunes lecteurs de Pierrot Sportif auraient tout aussi bien pu lire Bicot dans Dimanche-Illustré, le rapprochement des deux articles met en lumière une curieuse proximité entre les deux œuvres, dans leur représentation des activités physiques pour la jeunesse bourgeoise (Bicot étant issu d’un milieu favorisé). C’est à raison que les auteurs évoquent dans les deux cas l’impact symbolique sur la société du contexte historique de la reconstruction. Mais si dans le cas de Pierrot Sportif cette reconstruction fait écho à une idéologie de la régénération de l’homme et de la nation par le sport, dans Bicot les chantiers urbains sont les nouveaux terrains de jeux pour la jeunesse.

Une fois mises en regard, les deux études n’en soulignent que davantage une opposition dans l’usage de la bande dessinée et de l’image à destination de l’enfant : à un divertissement graphique de pur plaisir dont le sujet principal est la transgression des règles des adultes répond un usage didactique de l’image comme outil d’encadrement des pratiques de loisir. Au modèle de modération et de juste milieu de Pierrot Sportif répond l’idéal d’un franchissement des palissades dans Bicot. Ce sont bien sûr deux visions de la jeunesse qui s’affrontent dans ces années d’entre-deux-guerres où l’image dessinée devient un média privilégié pour s’adresser à l’enfant, un moyen de capter son attention pour en faire un « homme nouveau », ou un futur consommateur de presse de loisir. La bande dessinée est un outil qui peut être tourné dans un sens, ou dans l’autre.

 

Une forte proximité parcourt également les articles consacrés à Thorgal dans Agora et à Rahan dans Comicalités. Il partage d’ailleurs un co-auteur, Jean-Nicolas Renaud qui en profite donc pour poursuivre son exploration de la bande dessinée des années 1970 et 1980 sous l’angle de la représentation des corps sportifs (avec Pierrick Desfontaine, Prune Mesyngier pour le premier et Kilian Mousset pour le second) . Je ne vais pas rappeler ici les points communs entre les deux séries, fictions d’aventure ancrées dans le passé et dessinées dans le style réaliste de l’école française. En revanche, les deux articles partent du même postulat que les personnages de Thorgal et de Rahan, dans leur représentation par Rosinski et Van Hamme d’un côté et par Chéret et Lecureux de l’autre, proposent au lecteur des modèles physiques et moraux d’héroïsme masculin. Une même méthodologie est employé : celle de l’analyse, quantitative et qualitative, des gestes sportifs représentés, assortis d’une vision presque anthropologique des attitudes des héros ; et, plus ponctuellement, de considérations sur les auteurs.

La convergence des analyses ouvre la voie à une possible généralisation des conclusions. Il apparaît ainsi que dans ces fictions d’aventures pour la jeunesse, le geste sportif est un élément clé de la représentation des corps, y compris de façon anachronique, mais rarement de façon explicite. Le sport contemporain transposé à une autre époque sert d’outil de transmission de valeurs en direction de la jeunesse (la vie comme bien suprême pour Rahan, idéal de virilité douce pour Thorgal). Reste à mettre en relation ces conclusions avec d’autres séries de la même époque afin d’offrir une perspective plus large : l’étude sur les corps féminines chez Jean-Claude Servais par Camille Roelens dans Agora offre par exemple une autre vision du corps en bande dessinée.

 

Les études portant sur Baru dans Comicalités et sur Jean Harambat dans Agora ont été toutes deux rédigées par Vincent Marie, en collaboration avec Laurent Grün et Michel Thiébaut pour le premier. Elles se concentrent sur l’oeuvre personnelle de deux auteurs chez qui le sport est une clé de lecture potentielle. Optant pour une méthodologie proche de la critique biographique, ils s’intéressent aux résonances entre le vécu des dessinateurs et leur œuvre, avec comme source des entretiens et l’analyse d’images. L’article est plus ambitieux dans le cas de Baru où plusieurs œuvres sont étudiées, et donc plusieurs sports (boxe et football) là où pour Jean Harambat il se limite au seul album En même temps que la jeunesse, sur le rugby. Néanmoins, il ressort des deux études la même impression d’œuvres nourries par des visions et souvenirs personnels, où la place de la mémoire est essentielle.

Toutefois les deux dessinateurs prennent des directions différentes à partir d’une même matière narrative, la culture sportive. Dans le cas de Baru, la représentation du sport sert de métaphore à l’expression de réalités sociales, en particulier dans les milieux immigrés. Le sport est à la fois moyen d’ascension sociale et catalyseur d’une violence, symbolique et physique. Chez Jean Harambat, la connotation se veut plus entièrement positive et plus intime : la représentation du sport est nécessairement nostalgique, liée à la jeunesse. Mais comme le rappelle Vincent Marie, cet aspect est également présent chez Baru, dans certains albums comme Les années Spoutnik. Il est alors frappant de constater à quel point la forme narrative du récit d’apprentissage semble être le réceptacle naturel des bandes dessinées sportives, ce que confirment bien les études de Bounthavy Suvilay sur le manga de sport japonais, ou supokon, et celle sur l’album Max Winson par Christophe Meunier qui viennent enrichir ce panorama du récit d’initiation sportive d’autres nuances encore.

 

Au-delà des questionnements scientifiques émergents, ce qui mérite d’être souligné ici est la façon dont une double parution, menée par les mêmes directeurs, permet aux auteurs impliqués d’approfondir des intuitions et, finalement, d’appliquer une même méthodologie à d’autres cas. Nous souhaitons ainsi la meilleure des continuations à cette thématique « sport et bd » pour les années à venir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *