Jeune recherche : posture du jeune chercheur

Pour terminer cette série d’articles sur les jeunes chercheurs en bande dessinée, j’évoquerais une question plus individuelle et personnelle : celle de la posture du chercheur, en particulier dans son rapport sensible et émotionnel à l’objet de sa recherche, en l’occurrence la bande dessinée.

En effet, j’ai déjà eu l’occasion de souligner que la grande majorité des doctorants interrogés m’ont avoué être des lecteurs de bande dessinée avant leur recherche. La valeur de ces affirmations varient, entre les lecteurs occasionnels et les lecteurs passionnés… Mais souvent intervient le constat d’un rapport à l’objet qui n’est pas seulement celui d’un chercheur, mais aussi celui d’un amateur. Par ailleurs, certains des répondants s’investissent plus qu’en tant que lecteur dans le milieu de la bande dessinée : ils sont éditeurs, galeristes, experts ou enseignants du domaine. Cette ambivalence se retrouve d’ailleurs avec d’autant plus de force dans le cas de jeunes chercheurs qui sont aussi praticiens, professionnels ou amateur. C’est le cas pour au moins quatre de mes répondants, à des degrés divers. Il sera intéressant de comprendre comment eux vivent cette double identité.

Dans tous ces cas, ce qui est en jeu est bien la contradiction apparente entre un rapport sensible à la bande dessinée, fait de jugement de goût, de préférences, de passions, de prises de position, et l’image traditionnel du chercheur comme observateur neutre et objectif, étant entendu que cette objectivité n’est qu’illusoire, mais que le chercheur est invité à tendre vers elle. Toutes ces questions se résument en trois débats que j’évoquerai ci-dessous et qui définissent, en creux, l’image du chercheur en bande dessinée.

Le chercheur donne-t-il son avis de lecteur ?

Don-Rosa-Jeunesse-de-Picsou-2007
Quand les expériences d’enfance conditionnent la vie d’adulte… (Keno Don Rosa, La Jeunesse de Picsou, 2007)

La première question est sans doute la plus classique, puisqu’elle concerne l’objectivité supposée du chercheur face à son objet de recherche. Sur ce point précis les avis divergent au sein du panel : pour certains il faut savoir apprécier la bande dessinée pour l’étudier, pour d’autres le jugement de goût doit être absolument exclu de l’analyse scientifique. Entre ces deux postures extrêmes se positionnent les différents répondants, penchant tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Il n’est pas dans mon intention de trancher ici le débat, mais de rappeler les données de ce paradoxe : l’étude de la bande dessinée est le fait de lecteurs passionnés, mais cette passion ne doit influencer qu’a minima l’analyse scientifique.

La première branche du paradoxe, nous l’avons dit, est un simple constat qui peut s’énoncer en deux temps : les jeunes chercheurs sont aussi, majoritairement des lecteurs de bande dessinée ; certains ont choisi leur sujet de recherche en fonction de passions d’enfance ou d’adolescence. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer des auteurs dont la lecture m’a été rapportée comme étant à l’origine des recherches : Gotlib, Quino, Neil Gaiman, Chris Ware, Marc-Antoine Mathieu, Jacques Martin, Lewis Trondheim, Winschluss, Art Spiegelman, Peyo… Cet objet est ensuite intellectualisé sous la forme d’une thèse, mais ce sont bien les émotions de lecteur qui se trouvent au centre. D’autres, en revanche, vont s’intéresser à la bande dessinée sans pour autant se limiter à leurs propres goûts, en allant chercher des auteurs et des oeuvres qu’ils n’auraient pas lu sans la thèse, à l’image de Philippe Paolucci qui s’intéresse à la bande dessinée numérique sans en avoir lu avant sa thèse, mais tout en étant lecteur régulier et amateur de bande dessinée papier. Deux autres exemples intéressants sont ceux de Marion Lejeune et Isabelle Guillaume dont l’envie de travailler sur la bande dessinée vient bien directement de lectures personnelles, mais ces lectures ont ensuite été élargies, pour la thèse, à des oeuvres de qualité moindre, plus standardisées, aussi pour confronter des intuitions à l’épreuve de la généralisation. A mon sens, dans le passage de la passion de lecteur à la recherche scientifique, c’est aussi ça qui est en jeu : voir si son goût personnel, qui peut faire naître des intuitions, est fondé sur des données objectives et généralisables.

Sur la deuxième branche du paradoxe, les avis semblent, en revanche, être unanimes : la posture du chercheur doit au moins tendre vers une forme d’objectivité, et les jugement de goût ne doivent pas être mentionnés dans la thèse, à moins d’être étayés par des arguments scientifiques. Il s’agit là d’une question complexe, et qui ne se limite bien sûr pas à la bande dessinée : elle se pose à tout chercheur travaillant sur l’art ou la littérature.

Le chercheur peut-il être un acteur du monde de la bande dessinée ?

Certains jeunes chercheurs trouvent une façon indirecte de répondre à cette dernière question en devenant des acteurs du monde de la bande dessinée. Cela peut se traduire de différentes façons : faire oeuvre de critique et d’expert sur des sites spécialisés (Julien Falgas, Damien Boone, Julien Baudry), participer à des festivals ou à des évènements auprès d’auteurs (Sylvain Lesage, François Poudevigne, Pierre Nocerino, Jean-Charles Andrieu, Aurélie Huz), travailler dans des galeries ou musées auprès de dessinateurs (Laura Caraballo, Alexandra Rolland), devenir éditeur (Claire Latxague).

 

davidb-sobd-2014
Le festival SOBD met en valeur sur les ouvrages sur la bande dessinée (dessin de David B, 2014).

Les deux premières voies sont assez proches du travail de recherche puisqu’il s’agit d’utiliser une expertise dans le domaine de la bande dessinée pour intervenir par écrit ou par oral. Nous rejoignons ici le travail de « vulgarisation » évoqué la semaine dernière, et, dans ces limites, le jugement de goût est permis voire encouragé. Cela ne veut pas dire que le passage de l’un à l’autre est facile, comme l’explique Julien Falgas qui, après plus de dix ans à s’intéresser à la bande dessinée numérique en tant qu’expert-amateur, décide d’y consacrer une thèse : il lui est arrivé d’être invité à des colloques universitaires sous sa casquette « d’expert », et non de « chercheur ».

Les deux voies suivantes (devenir galeriste ou éditeur) pourraient paraître un peu plus éloignées du travail de thèse. Néanmoins, pour Claire Latxague par exemple, par ailleurs maître de conférences, les deux facettes de son activité se rejoignent dans la mesure où, par l’édition, il s’agit toujours pour elle, de « faire connaître et aimer des auteurs », mais autrement qu’avec l’intellect, par l’action concrète et la fabrication de livres.

Le chercheur doit-il être un praticien ?

Ayroles-momentscles-2008
Théoriser sa propre pratique : une position complexe

Parmi les « chercheurs-acteurs », j’ai volontairement laissé de côté le cas des praticiens. La question du rapport à la pratique est propre à toute discipline de recherche artistique. Mais il me semble que, dans le cas de la bande dessinée, la question prend un autre sens que pour la littérature dans la mesure où la compétence d’écriture est attendue du chercheur (même s’il ne s’agit pas d’une écriture littéraire), alors que la compétence de dessin n’a rien d’évidente et requiert un apprentissage qui n’est pas dans les bagages du chercheur. Exception faite des trois dessinateurs « de niveau professionnel » de mon panel, j’ai été surpris que plus de la moitié des répondants m’aient avoué soit avoir dessiné par le passé, soit souhaiter ou avoir souhaité être auteur de bande dessinée. Ce constat traduit un rapport fortement émotionnel à un objet qui n’est pas seulement objet de recherche mais aussi objet d’une pratique réelle, potentielle ou souhaitée.

Plus spécifiquement, trois des membres du panel sont aussi des auteurs « professionnels », au sens où ils publient ou ont publié ou exposé des bandes dessinées : Anthony Rageul, Elsa Caboche et Jean-Charles Andrieu. Un quatrième est dessinateur amateur pour un blog bd, Pierre Nocerino. Eux sont sans doute les plus à même de discuter cette interaction entre pratique et théorie : l’un aide-t-il l’autre, et inversement ? Pour Jean-Charles Andrieu, passé par l’Ecole des arts décoratifs, la théorie « fait partie de sa façon de vivre la bande dessinée », et les lectures théoriques qu’il réalise maintenant pour sa thèse l’aide à avancer en tant que praticien, même si la posture proprement universitaire du chercheur n’est, à ses yeux, pas évidente à trouver. Cette problématique est aussi celle d’Anthony Rageul, à plus forte raison dans la mesure où, pour sa discipline des Arts plastiques, la pratique est une méthode de recherche, les deux avançant de concert et sa thèse sur la bande dessinée numérique comprenant aussi un corpus d’oeuvres personnelles. Il me décrit ainsi comment sa démarche militante en tant qu’auteur, défenseur d’une vision alternative de la bande dessinée, a pu interférer avec une posture de chercheur tendant à la neutralité ; mais aussi comment des blocages théoriques ont pu être résolu par la pratique. En un sens, la démarche d’Anthony Rageul se rapproche presque d’une démarche scientifique expérimentale où des hypothèses théoriques sont ensuite éprouvées « dans la réalité ».

Elsa Caboche et Pierre Nocerino m’ont aussi expliqué comment leur connaissance du dessin a pu les aider à mieux comprendre des oeuvres ou des choix d’auteurs, ou encore telle terme technique. Il va de soi que la pratique n’est pas un pré-requis pour étudier la bande dessinée, mais ces quelques exemples montrent que des échanges fructueux existent entre théorie et pratique. Ils montrent aussi, et cette remarque m’a été faite dans les quatre cas, qu’il peut s’agir d’une posture problématique, pas toujours facile à assumer, que ce soit face au monde universitaire ou face aux créateurs que l’on étudie.


Une réflexion au sujet de « Jeune recherche : posture du jeune chercheur »

  1. Ces précisions sont importantes, mais il me semble que l’on s’investit toujours dans un sujet qui nous intéresse. Aux E.U., c’est même recommandé (ancien ouvrier recherchant l’histoire de syndicats, éducateur de la petite enfance qui fait une thèse d’Anglais sur « Dr. Seuss », etc…) . Alors si l’on se retrouve anthropologue avant l’heure, pourquoi pas? Certains sujets, nottament en culture populaire attendent plus du chercheur qu’un simple investissement de temps et de recherche. Pratiquant l’histoire des techniques et leur regard populaire , je dois sans cesse côtoyer les amateurs qui apportent des précisions que je ne saurais trouver en archive ou en bibliothèque. Je faisais partie de ces groupes un temps avant de passer à autre chose. Celà m’a permis de prendre de la hauteur tout en gardant une ouverture d’esprit. Ça peut paraître contradictoire, mais cet effet joue aussi en BD/Comics Studies. Certes, celà complique la notion d’objectivité, mais ça enrichit aussi la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *