Jeune recherche : outils, méthodes et approches

Afin d’approcher au mieux le travail des jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais évoquer à présent la question des outils et des méthodes. Cette question est bien sûr intimement liée à celles, déjà traitées, des disciplines et des axes de recherche. Mais il s’agit à présent de me concentrer sur les vingt-cinq docteurs ou doctorants de mon panel d’entretiens pour comprendre l’élaboration concrète d’un travail de recherche universitaire sur la bande dessinée : quels en sont les outils, méthodes et approches ?

J’entends ici « méthodes » dans une acception large, et non uniquement au sens de « méthodologie scientifique ». Cela ne signifie pas que les chercheurs interrogés n’évoquent pas, ponctuellement, des méthodologies reconnues et reconnaissables. C’est le cas chez certains qui citent le choix d’une approche socio-sémiotique (Philippe Paolucci), de l’ethnométhodologie (Julien Falgas), de la prosopographie (Jessica Kohn), de l’ethnologie (Pierre Nocerino). Toutefois, d’autres ne font pas appel à une méthodologie précise ou plutôt construisent leur propre méthode, parfois empirique, parfois teintée de l’influence de tel ou tel autre chercheur ou intellectuel.

Dans le présent article, je vais surtout mettre en avant des méthodes et approches qui m’ont semblé particulièrement intéressantes, soit par leur originalité, soit parce qu’elles différencient vraiment une étude universitaire d’une étude non-universitaire.

erwann-surcouf_ethnologie-quai-branly_2015

Dessin d’Erwann Sucouf pour l’exposition du musée du Quai Branly, « L’ethnologie va vous surprendre », 2015. La bande dessinée aide à comprendre l’ethnologie, mais l’ethnologie peut aussi aider à comprendre la bande dessinée.

Quelles approches pour la lecture de l’oeuvre ?

L’approche des oeuvres elles-mêmes, et de leur analyse, fait appel à des outils diversifiés. On retrouve bien sûr les méthodes traditionnelles de l’analyse littéraire, dont la sémiotique, la narratologie et l’esthétique. Mais curieusement la plupart des jeunes chercheurs ont à coeur de ne pas s’enfermer dans une méthode pré-existante, toute « prête-à-l’emploi » soit-elle, et préfèrent forger leurs propres outils.

En pratique, les attitudes sont donc variées. Lectures et relectures faisant naître des jeux de résonance (Catherine Mao), épuisement de tout ce qui peut être dit sur l’oeuvre (François Poudevigne), attention porté aux détails du dessin (Elsa Caboche) ou au contraire formalisme attaché à la structure de la planche (Côme Martin). Parmi les attitudes les plus atypiques, on notera l’emploi d’une base de donnée systématique servant à déceler des traits génériques (Sébastien Llaurens). Ce recours à la base de données, donc à un outil informatique censé, selon les répondants, garantir, ou du moins préparer, une forme de scientificité de l’étude, se retrouve aussi dans des recherches portant sur les auteurs (Kohn) et les lecteurs (Julie Demange).

Une question récurrente chez ces jeunes chercheurs consiste à se demander si les outils de l’analyse littéraire (ou, pour certains, picturale ou cinématographique) peuvent aussi être utilisés pour comprendre la bande dessinée. Certains, comme Anthony Rageul pour la bande dessinée numérique, résolvent cette question en allant voir prioritairement du côté d’autres méthodes et concepts : l’analyse du jeu vidéo par exemple. Dans la majorité des cas, la nécessité d’une adaptation de concepts existants, voire de la construction de nouveaux concepts spécifiques à ce média fait partie de la réflexion. Pour reprendre les mots de l’un deux, c’est son « hybridité [qui] permet d’étudier la bande dessinée sous plusieurs aspects différents », et cette possibilité de se référer à des outils variés fait partie de la richesse des études propres à ce medium.

Autour de l’oeuvre : archives et paratexte

Mais c’est sans doute dans l’au-delà de l’oeuvre que se dévoile la caractéristique des études universitaires sur la bande dessinée. Beaucoup des chercheurs interrogés accordent une importance, plus ou moins grande, à ce qui est de l’ordre du « paratexte », ou de l’environnement de la création. Il ne s’agit plus seulement de commenter l’oeuvre, encore moins de porter à son égard un jugement de goût, mais plutôt de la resituer dans un contexte de production ou de réception.

Il me faut commencer par souligner, en creux, le faible nombre d’études ayant recours à des archives primaires (des écrits non-publiés, correspondance, contrats d’édition, brouillons d’artistes, etc…). Il est vrai qu’il existe peu de sources d’archives relatives à la bande dessinée et ceux qui ont tenté cette approche traditionnelle de la discipline historique, où l’archive primaire constitue la « preuve » de plus haute valeur scientifique, m’ont décrit les difficultés rencontrées : ayants-droits peu coopératifs ou difficilement accessibles, réticence des éditeurs, dispersion des fonds dans des institutions très diverses… Néanmoins, je pense qu’on peut regretter la réelle méconnaissance des sources d’archives primaires pouvant servir la réflexion historique sur la bande dessinée.

rab-de-lapin_1999
Le Rab de Lapin, une source paratextuelle choisie pour comprendre L’Association par le groupe ACME ou Benjamin Caraco.

C’est donc par d’autres sources que l’approche par le paratexte a lieu. Elle est naturellement présente chez les historiens interrogés, ou, pour les langues étrangères, chez les civilisationnistes. Elle consiste à compléter les analyses d’oeuvres au moyen d’autres types de publications. Il peut s’agir d’un recours à la presse, en particulier lorsque l’étude porte sur une étude éloignée, ou à la production paratextuelle des éditeurs étudiés. A titre d’exemple, l’analyse de la maison d’édition l’Association par Benjamin Caraco passe par une étude des publications qui ne sont pas des oeuvres : les catalogues, les Rab de Lapin, etc… De la même façon, quand Isabelle Guillaume s’intéresse à l’éditeur Vertigo, elle s’emploie à retrouver les commentaires de presse et le discours publicitaire lors du lancement du label. D’autres emploient une attitude plus lexicologique pour cerner leur objet et comprendre la diversité des termes employés pour le nommer (Anastasia Scepi, Julien Falgas). En un sens, pour reprendre un questionnement formulé par un des doctorants : l’oeuvre de bande dessinée peut-elle constituer en elle-même une source ? Ne faut-il pas recouper cette source par le recours à d’autres biais d’analyses ? En terme méthodologique, dans cette exigence d’interrogation permanente du savoir, nous nous trouvons au coeur même d’une recherche à valeur scientifique.

L’entretien, ou la parole de l’auteur

Dans l’étude paratextuelle, le recours à la parole de l’auteur est une caractéristique récurrente assez frappante. Elle est bien sûr d’autant plus fréquente que nous nous situons dans le cadre d’études principalement contemporaines, comme je l’ai souligné dans un précédent article. Mais pour la plupart des jeunes chercheurs interrogés, contacter et interroger les auteurs semble être un attendu pour l’étude, y compris lorsqu’elle se veut purement littéraire. Cette considération ne se limite d’ailleurs pas à l’auteur, elle peut aussi amener le chercheur à se tourner vers des éditeurs (Jean-Charles Andrieu, Guillaume), des salariés (Caraco) ou des lecteurs (Julien Falgas, Julie Demange). La parole des acteurs est ensuite employée à plusieurs niveaux. Pour certains, il s’agit simplement d’un supplément utile mais non crucial qui n’occupe pas une place centrale. Pour d’autres, c’est au contraire un outil indispensable et codifié qui passe par l’organisation d’entretiens enregistrés, la conservation des fichiers, un travail de transcription, voire un travail lexicologique, et donc de toute une logistique et une méthodologie qui, dans certains cas, évoque celle de l’entretien qualitatif des sociologues. Et je n’évoque pas là la démarche ethnologique de certains (Pierre Nocerino, Falgas) qui recherchent une parole la plus directe possible, transcrite dans la thèse elle-même.

Numa-Sadoul_entretiens-Herge_1975
Les « Entretiens avec Hergé » de Numa Sadoul en 1975 : retranscrire la parole de l’auteur, une tradition des études sur la bande dessinée ?

Là encore, l’enjeu pour le chercheur n’est pas tant de recueillir une vérité de la bouche de celui qui crée que de croiser les sources, de confronter, par exemple, la parole de l’auteur à ses propres analyses sémiotiques ou esthétiques (Philippe Paloucci), quitte à être parfois en désaccord avec les interprétations de l’oeuvre (Laura Caraballo, Andrieu). Un des doctorants oppose l’entretien mené par le chercheur à la démarche d’un journaliste : ici la parole est une matière que l’on transforme en source scientifiquement exploitable.

Je me suis réellement interrogé sur les raisons de cet intérêt pour la parole des acteurs, et en particulier des auteurs. Elle s’inscrit sans doute dans un contexte général propre à la bande dessinée, celui d’un retour sur le devant de la scène de la figure de l’auteur dans un contexte économique difficile. Du point de vue de l’université, elle peut aussi se voir dans le cadre du développement de l’histoire orale depuis les années 1980. Mes connaissances sur la recherche en littérature ne me permettent pas de savoir si cette démarche est aussi fréquente pour étudier la littérature écrite, ou les beaux-arts. Mais il me semble qu’il s’agit aussi là d’un trait lié à la tradition des études, universitaires ou non, sur la bande dessinée qui, depuis toujours, ont donné à l’auteur une grande place, que ce soit dans les revues d’études ou par des monographies d’entretiens. L’auteur de bande dessinée est-il plus accessible que d’autres créateurs ?

Approches « culturaliste » et « comparatiste »

Enfin, deux approches originales, qui traduisent aussi d’une volonté de s’inscrire dans des tendances plus globales de la recherche universitaire sur les objets culturels, ont été ponctuellement évoquées : les approches « culturalistes » et « comparatiste ».

J’emploie le terme d’approche « culturaliste » car il a été énoncé spécifiquement par un des doctorants, en lien avec les cultural studies anglo-saxonnes, arrivées tardivement en France. Il s’agit donc d’une approche transdisciplinaire qui conçoit la culture au sens large comme un moyen de comprendre la ou les sociétés, y compris sur le plan politique. Dans ce type d’études, la bande dessinée n’est donc plus étudiée en tant que telle mais comme objet ou témoignage de culture permettant d’analyser des faits de société ou des faits historiques. Parmi les répondants, certains croisent l’analyse de la bande dessinée et de ses acteurs avec des problématiques socio-culturelles liées à l’identité (Guillaume), à la violence légitime (Désirée Lorenz), à la mémoire et à la construction de l’histoire (Vincent Marie, Isabelle Delorme, Sébastien Llaurens), à la mobilisation professionnelle (Nocerino), aux normes politiques (Damien Boone).

L’approche « comparatiste » est un autre verbatim des entretiens qui recouvre une diversité de méthodes qui ont en commun l’idée que la compréhension du sujet passe par la confrontation soit d’aires culturelles différentes (Jessica Kohn), soit d’objets culturels différents (Elsa Caboche, Côme Martin, Marion Lejeune, Aurélie Huz). Issue de la littérature comparée, cette approche suppose d’analyser conjointement des oeuvres ou des auteurs a priori hétérogènes pour déceler points communs et différences.

Ces deux approches vont dans un même sens : celui de chercher à intégrer la bande dessinée dans un champ socio-culturel plus vaste et, en un sens, de dépasser des catégories du discours pré-existantes. Leurs aspects négatifs est d’obliger le chercheur à maîtriser des objets, des méthodes et des disciplines variées. Elles sont celles qui singularisent le plus les approches universitaires des écrits non-universitaires en ce que leur sujet n’est pas la bande dessinée, mais la création ou la société au sens large. Surtout, il s’agit bien d’attitudes s’inscrivant dans de grandes évolutions de la recherche en sciences humaines : par ces choix les jeunes chercheurs se fondent, volontairement ou non, dans des logiques institutionnelles et dans un type de discours dont les enjeux sont purement universitaires.


2 réflexions au sujet de « Jeune recherche : outils, méthodes et approches »

  1. Bonjour Julien,
    Deux remarques:
    Je suis étonné que tu ne mentionnes pas la création comme outil méthodologique…
    En ce qui concerne les sources primaires, l’équipe Arts: Pratiques et poétiques à Rennes a un axe de recherche qui y est consacré: « Publication d’artistes ». Je n’ai qu’une vague idée de ce qui s’y fait, Je sais que ça recouvre le livre d’artistes, le fanzine, mais aussi les écrits/entretiens et autres formes d’exposition de la parole des artistes. Il y en est sorti une (ou plusieurs?) thèses sur le sujet. Je ne sais pas s’il y a de tels programmes ailleurs, mais le sujet est pris en considération à Rennes depuis longtemps puisque déjà quand je suis arrivé en Licence 1, cela faisait partie de nos cours…

    1. Bonjour Anthony,

      Merci de ta réponse et la précision sur Rennes 2.
      Je n’ai pas évoqué ici la question de la création car je pensais en parler dans un autre article. Mais tu as raison de le souligner : la relation pratique/théorie est aussi une méthodologie possible. J’ai quand même l’impression qu’elle est très rare pour la recherche en bande dessinée. A part toi et Menu, en réalité, je n’en connais pas… (?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *