Jeune recherche : pluridisciplinarité innée ou acquise ?

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Après avoir dressé un premier panorama des axes de recherche portés par les jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais maintenant m’intéresser au corpus de thèses soutenues et en cours sous l’angle disciplinaire. Quelles sont les disciplines de recherche dans lesquelles s’inscrivent nos jeunes docteurs ? Il me faut préciser ici que j’entends « discipline » dans un double sens. Le premier sens est purement institutionnel : chaque université attribue à ses doctorants le diplôme dans une discipline spécifique, qui donne son nom au doctorat (et s’inscrit parfois, mais pas toujours, dans la logique disciplinaire des sections du Conseil National des Universités).

La discipline : une notion structurante ? 
 

24022015DisciplinesIMA1

Panneau latéral indiquant l’organisation par discipline du fonds et de l’ensemble des documents. Signalétique de la bibliothèque de l’université Toulouse Jean Jaures. Photo disponible sur le compte Flickr de la bibliothèque. 

Le second sens est davantage méthodologique : une discipline scientifique suppose une démarche, des méthodes, des objectifs qui lui sont propres. Discipline institutionnelle et discipline méthodologique ne se répondent pas forcément. Soit que la discipline institutionnelle est elle-même pluridisciplinaire ou ne correspond pas à une discipline unique (à l’image des études de langues étrangères qui se décomposent généralement en littérature/civilisation/linguistique) ; soit que les choix méthodologiques du doctorant ne correspondent pas à une discipline administrative souvent choisie en raison du directeur, ou de l’université de rattachement. J’aimerais mettre en avant ici, à la fois sur le plan des disciplines institutionnelles et sur celui des disciplines méthodologiques, le caractère profondément pluridisciplinaire des études sur la bande dessinée. Il s’explique de différentes façons et a plusieurs conséquences, et je tenterai d’émettre quelques hypothèses.

S’inscrire à l’université : un enjeu disciplinaire

Commençons par le commencement : il n’y a pas de discipline institutionnelle propre à la bande dessinée comme c’est le cas pour d’autres arts. À titre d’exemple on retiendra que la section CNU regroupant les études en arts identifie, dans son intitulé et sa description détaillée, l’architecture, les arts plastiques, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, mais en aucun cas la bande dessinée ou même, plus généralement, les arts graphiques. Ainsi, si on trouve des doctorats délivrés avec l’intitulé « cinéma » ou « études cinématographiques », on ne trouve pas de doctorat en « bande dessinée » ou « littérature graphique » ou « arts graphiques »1.

Il ne s’agit pas de se plaindre de ce traitement mais de le constater : la conséquence en est qu’un doctorant souhaitant travailler sur la bande dessinée doit s’inscrire, sur le plan institutionnel, dans une discipline initialement construite autour d’autres objets que le sien. Il y aura nécessairement un travail d’adaptation, qui fait aussi la particularité des études universitaires par rapport aux études amateurs sur la bande dessinée. Au sein du corpus que j’avais dégagé précédemment2, voyons la répartition disciplinaire des 59 thèses soutenues ou en cours sur la bande dessinée (je ne regarde ici que les thèses où la bande dessinée est un élément central du travail)

Tableau 1

Discipline institutionnelle des thèses soutenues ou en cours sur la bande dessinée (2010-2015)

entretiens_doct-TB1v3
Nous avons regroupé des intitulés de diplômes qui nous semblaient relever de la même discipline institutionnelle. Il ne s’agit que d’interprétations : « Littérature et civilisation », « Traductologie » et « Etudes transculturelles » = Langues et civilisations étrangères « Histoire et sémiologie du texte et de l’image », « Langue et linguistique » et « Langue française » = Littérature et langue française

De façon attendue la Littérature française est la discipline la plus représentée. C’est bien la vision « littéraire », par l’analyse et l’interprétation des oeuvres, qui se trouve être la plus attractive. L’Histoire et les « Langues et civilisations étrangères » (terme sous lequel nous avons regroupé les thèses en études anglophones, études hispanophones, langue et civilisation et traductologie) sont également très présentes, avec une égale répartition entre l’anglais, l’espagnol et les langues orientales (surtout le japonais). Les thèses en langues oscille également entre littérature et histoire (civilisation). Dans une moindre mesure, les Sciences de l’Information de la Communication, la Littérature comparée et les Arts (théorie et arts plastiques) forment quatre autres pôles d’études sur la bande dessinée. Trois remarques me semblent nécessaires face à ces chiffres.

  1. L’importance des études de Lettres s’impose face aux études d’arts, comme si le débat qui oppose généralement les tenants d’une légitimation de la bande dessinée par les Beaux-Arts à ceux d’une légitimation par la littérature a été largement emporté, à l’université, par les seconds. Les études de Lettres sont soit plus attractives, soit plus accueillantes, pour les jeunes chercheurs en bande dessinée, ce qui ne va pas forcément de soi. Notamment, on peut être surpris du petit nombre de thèses en arts plastiques (seulement quatre), c’est-à-dire associant théorie et pratique.
  2. Au sein des sciences humaines et sociales (hors lettres), l’histoire impose sa domination (un quart de l’ensemble si on regroupe histoire et histoire de l’art) ; mais il est remarquable de constater que d’autres disciplines sont présentes, particulièrement en SIC et en Sociologie, et dans une moindre mesure en Philosophie, Géographie, Linguistique, Sciences de Gestion et Sciences de l’Education. Au sein de ces dernières, la place de la bande dessinée est encore limitée.
  3. La percée des Sciences de l’Information et de la Communication et de la Littérature comparée s’explique certainement par la familiarité de ces disciplines avec des objets non-légitimes. Toutefois, leur présence n’est pas non plus écrasante, signe qu’il n’y a pas d’effet de « refuge » hors des disciplines classiques.

Il faut considérer avec prudence la discipline institutionnelle puisqu’elle n’est qu’un indice administratif. Ce que montre surtout ce tableau est que, même si certaines disciplines comme les lettres et l’histoire, sont particulièrement présentes, il n’y a pas de véritable hégémonie : aucune discipline, même en agrégeant soit tout ce qui relève des Lettres, soit tout ce qui relève de l’Histoire, n’accueille plus de la moitié des jeunes chercheurs. Il n’y a pas une discipline plus accueillante que les autres, ou vers laquelle les doctorants se dirigent en priorité. Au contraire, la présence, marginale mais réelle, de disciplines aussi différentes que les SIC, la Philosophie, les études cinématographiques, les Sciences de Gestion, est le signe d’une forme de pluridisciplinarité. Cette pluridisciplinarité institutionnelle a un versant positif et un versant négatif. Du bon côté, la bande dessinée essaime partout où elle le peut dans l’université ; il y a bien à l’oeuvre, de la part des jeunes docteurs, un mouvement collectif vers l’objet bande dessinée, quelle que soit la discipline de leur formation initiale. Du mauvais côté, cette stratégie a pour conséquence une forte dispersion des docteurs qui se trouvent dans des laboratoires très différents, et face à des enjeux disciplinaires variés. La cohésion du groupe est moindre que dans le cas de sujet disciplinairement localisés.

 Travail scientifique et méthodologie disciplinaire

À côté de la discipline institutionnelle, nous avons questionné les doctorants qui ont accepté de se prêter au jeu de l’entretien sur la discipline « réelle » au sein de laquelle ils s’inscrivent. Il y a bien sûr dans ces déclarations une part de représentations subjectives (tous les historiens ne se représentent pas leur discipline dans les mêmes termes). Par ailleurs, il faut compter avec une grande disparité : certains disent explicitement s’inscrire dans telle ou telle discipline tandis que d’autres se contentent de dire qu’ils en utilisent les méthodes sans forcément s’y rattacher pleinement. Le tableau ci-dessous « lisse » des intentions différentes. Mais il me semble quand même que ces déclarations subjectives permettent de se faire une idée des disciplines scientifiques à travers lesquelles est vue la bande dessinée à l’université par les jeunes chercheurs. Elles permettent aussi de préciser la notion évoquée plus haut de « pluridisciplinarité », et notamment de la mettre dans la balance avec celle « d’interdisciplinarité » et de « transdisciplinarité ».

 Tableau 2

Discipline méthodologique déclarée par les doctorants interrogés (entretiens « jeune recherche », décembre 2014- janvier 2015)

Il s'agit ici de déclaratif. Nous avons opéré quelques regroupements pour simplifier la lecture. La « littérature comparée » est ainsi regroupée avec « littérature »
Il s’agit ici de déclaratif. Nous avons opéré quelques regroupements pour simplifier la lecture. La « littérature comparée » est ainsi regroupée avec « littérature »

 

Une première observation est que, suivant ce tableau, la domination du couple Littérature / Histoire est encore plus manifeste. Ces deux disciplines sont, sur le plan méthodologique, la colonne vertébrale des études sur ou par la bande dessinée. D’un côté on analyse le contenu des oeuvres, de l’autre on retrace des évolutions dans le temps. Toutefois, il est intéressant de remarquer la percée de la Sociologie qui apparaît à de nombreuses reprises, parfois dans sa dimension plus ethnologique, comme la troisième discipline principale, celle qui vient diversifier l’approche méthodologique. En un sens, la Sociologie gagne du terrain de façon souterraine, aussi à travers des études qui ne sont pas « institutionnellement » estampillée selon cette discipline.

La discipline : une approche scientifique caduque ?

24020215DisciplinesIMA3

Une des entrées de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford. Celle-ci a en effet la particularité de posséder de nombreuses portes donnant chacune accès à un fonds spécifique à chaque discipline. Image visible sur le compte Flickr de hzenilc.

Mais ce qui frappe le plus est le grand nombre de jeunes chercheurs interrogés assumant pleinement une approche pluridisciplinaire : ils sont 17 sur les 26 entretiens. Les deux couples disciplinaires les plus présents sont, de façon attendue, Littérature/Histoire et Histoire/Sociologie. Parmi les attitudes décrites, on peut distinguer, de façon traditionnelle, deux types de choix : soit celui de l’interdisciplinarité (établir un dialogue entre deux disciplines clairement identifiables), soit de transdisciplinarité (dépasser le paradigme disciplinaire, ne pas s’inscrire absolument dans une discipline définie).

Parmi les raisons que donnent les chercheurs à cette trans/inter-disciplinarité l’idée qu’il s’agit pour eux d’une évidence est souvent évoquée, mais justifiée de deux façons différentes. Pour certains, particulièrement les chercheurs en langues étrangères et les historiens, c’est leur discipline même qui les incite à mêler les approches : les premiers semblent avoir intégrés le croisement entre approche littéraire et approche historienne (ou « civilisationniste ») ; les seconds, pour la plupart historiens du très contemporains, ont assimilé les contraintes liées à une « histoire culturelle » qui demande aussi des compétences en sociologie ou en analyse de contenus.

Quelques autres avancent une justification qui me semble particulièrement intéressante : l’idée que la pluridisciplinarité viendrait de l’objet bande dessinée, qui autoriserait, voire nécessiterait, l’emploi d’une « caisse à outils » multiple. D’une certaine façon, l’absence d’une véritable « stripologie » cohérente comme l’appellent certains spécialistes comme Harry Morgan, oblige les chercheurs travaillant sur la bande dessinée à l’université à lui appliquer des méthodes issues de disciplines extérieures, quitte à les adapter. Le côté composite des études sur la bande dessinée est ici une force pour l’étude : il est peut-être plus facile, quand on travaille sur la bande dessinée, de faire un pas de côté vers une discipline autre car les barrières méthodologiques ne pré-existent pas à un objet « extérieur » au monde universitaire. Mais la pluridisciplinarité peut aussi être une difficulté pour le chercheur puisqu’il doit apprendre à maîtriser des points de vue disciplinaires très différents et à les forcer à cohabiter. Ainsi, certains historiens ont pu m’avouer lors des entretiens hésiter à franchir le pas vers l’analyse littéraire des oeuvre, et préférer n’en rester qu’à des constats d’ensemble dans le cadre d’une étude limitée dans le temps. Plusieurs autres, en littérature, évoque le risque d’en rester à une forme de superficialité à force d’essayer d’être touche-à-tout, de vouloir s’y connaître en littérature, en esthétique, en philosophie, en histoire de l’art…

Bien sûr, les approches purement littéraires, ou purement historiennes, ne sont pas complètement absentes. Simplement, la tendance est très nettement à la pluridisciplinarité. La question à laquelle nous ne saurions répondre est si cette tendance répond à une évolution générale des études universitaires; au sein desquelles les frontières se brouillent, ou si l’objet bande dessinée est lui-même un facteur de pluridisciplinarité. Cette deuxième hypothèse mériterait d’être examinée : après tout, la tradition pluridisciplinaire apparaît très tôt dans les études sur la bande dessinée, dès les premiers spécialistes des années 1960 qui mêlent analyse historique et analyse d’oeuvres. Thierry Groensteen, figure principale du renouveau des années 1990, vient de l’analyse littéraire mais a aussi beaucoup écrit sur l’histoire du médium sans faire de véritable distinction entre les deux. Ne peut-on pas considérer que l’héritage des études antérieures, non-universitaires, sur la bande dessinée favorisent des analyses ouvertes y compris chez de jeunes chercheurs ? Cela reste à démontrer…

1Il existe un doctorat en « arts visuels » à Strasbourg.

2En approfondissant notre recherche dans la base theses.fr, nous avons pu étendre encore notre corpus de thèses en repérant 37 thèses en cours ayant pour sujet central la bande dessinée et 22 thèses soutenues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *