Nouvelles parutions : culture matérielle et bédéphilie

Image du bandeau : screenshot de l'adaptation sur CD-ROM du Piège Diabolique d'E.P. Jacobs (France Telecom Multimedia, 1997), source.

Plus de deux ans après son lancement, le dossier thématique « Bande dessinée et culture matérielle » continue à susciter l’intérêt et à nourrir des approches originales. Le dossier entend en effet saisir les formes matérielles par lesquelles s’opère la médiation entre une œuvre et ses lectorats. Nourrie des questionnements de l’histoire du livre et de la lecture, cette perspective a nourri des travaux dans des directions variées : pour prendre un exemple récent, l’article de Jan Baetens consacré aux Blow Books publiés par Philippe Capart reliait ces questions de formats et de matérialités inédites à des enjeux d’esthétique de la réception.

La thématique continue à faire preuve de sa fécondité à travers les deux articles qui viennent l’enrichir. Kévin Le Bruchec fournit ainsi une contribution précieuse qui montre le poids des caractéristiques formelles dans les pratiques éditoriales de l’édition alternative. En se penchant plus spécifiquement sur les éditions The Hoochie Coochie, connues pour leur attention soutenue aux propriétés matérielles de leurs ouvrages (linogravure, embossage), Kévin Le Bruchec restitue les tensions qui continuent à structurer le champ de l’édition de bande dessinée. Ainsi, la question des matérialités vient enrichir la sociologie de l’édition, en montrant comment les enjeux de fabrication permettent de structurer un artisanat de la bande dessinée, nourrissent des pratiques et des positionnements singuliers.

Oliver Stucky, pour sa part, offre une analyse très précise de l’adaptation d’albums imprimés pour le CD-ROM dans les années 1990. Objets singuliers, extraits de leur matérialité du papier, ces quelques titres offrent une fascinante étude de cas de la préhistoire de la bande dessinée numérique. Premières incursions de l’édition imprimée de bande dessinée dans le domaine alors émergeant de l’édition numérique en France, ces réalisations offrent un aperçu sur une autre histoire de la bande dessinée, articulée à la généralisation de l’informatique personnelle. Échecs économiques témoignant de la difficile émergence d’une bande dessinée numérique, ces récits offrent un aperçu fascinant pour observer les mécanismes de translation de la page imprimée et l’écran. Olivier Stucky étudie finement la manière dont ils contribuent, dans les années 1990, au renouvellement de l’identité culturelle et médiatique de la bande dessinée.

Comicalités publie également deux nouveaux textes dans le dossier thématique « Histoire et influence des pratiques bédéphiliques », venant compléter ceux parus au printemps 2021.

Le texte de Sylvain Aquatias, « Les manifestations générationnelles de la passion bédéphilique » apporte un éclairage majeur sur cette thématique, en examinant à nouveau frais l’enquête de 2011 sur le lectorat de bande dessinée en France, qui avait débouché en 2015 sur le livre collectif La Bande dessinée, quelle lecture, quelle culture ? Par cette minutieuse analyse sociologique, Sylvain Aquatias propose une catégorisation fine de la passion bédéphile à l’aune des pratiques qu’elle engendre. Au-delà de la période fondatrice et tant étudiée des années 60, il révèle ainsi les contours générationnels de cette passion, et son articulation avec un ensemble de pratiques contemporaines, depuis la collection jusqu’à la fréquentation de manifestations dédiées.

Le second texte, « Et zut pour ces quelques fleurs ! », est un entretien au long cours avec une figure de la bédéphilie dans toutes ses incarnations, Jean-Pierre Mercier, par ailleurs un acteur important du projet MediaBD. Comme en écho au texte de Sylvain Aquatias, Jean-Pierre Mercier revient sur les différences générationnelles déjà manifestes dans les années 70, quand la génération de Falatoff, la sienne, succède à celle de Giff-Wiff et entreprend de canoniser Marcel Gotlib plutôt que Burne Hogarth. L’entretien revient aussi sur la différence entre « fan » et « bédéphile », ainsi que sur les indices multiples de l’ajustement des hiérarchies culturelles depuis les années 60.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.