Parution sur Comicalites : une étude sur les élèves de l’HEAR par Benjamin Caraco 1/2

Image du bandeau : travaux de l'atelier d'illustration de la Haute Ecole des Arts du Rhin. Droits réservés. Source : site web de l'HEAR (http://www.hear.fr/arts-plastiques/illustration/)

En cette fin d’année 2020, et avant un dossier en préparation sur la bédéphilie, l’équipe de Comicalités est heureuse de vous proposer un article de Benjamin Caraco dans nos « éclectiques », intitulé « Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg« .

Dans cette étude socio-historique qui s’appuie sur les archives de la Haute Ecole des Arts du Rhin (anciennement Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg), l’auteur examine la place de la bande dessinée dans cette école d’art, à la fois pendant la formation et dans le devenir des jeunes artistes qui en sortent. Plus globalement, l’article interroge le rôle croissant des écoles d’arts dans la professionnalisation des auteurs.trices de bande dessinée depuis les années 1970.

Pour compléter l’article, il nous a paru utile de diffuser sur le blog des parties de l’analyse qui n’ont pas été retenus pour l’article mais apporte un éclairage intéressant sur deux aspects complémentaires de l’étude statistique sur la professionnalisation des étudiant.e.s : la variable du genre (ci-dessous) et la variable des choix éditoriaux des jeunes artistes en sortie d’école.

La variable du genre dans le choix de la bande dessinée comme pratique professionnelle

Complément à l’article de Benjamin Caraco « Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg« , décembre 2020.

Une formation globalement paritaire

La question de la présence des femmes dans le monde de bande dessinée a été reposée récemment à l’issue de mobilisation de créatrices contre les inégalités de genre et dans la foulée des États généraux de la bande dessinée [EGBD] et de leur grande enquête quantitative.

Dans le cadre de notre étude, nous avons mesuré la présence des femmes au sein de l’atelier d’illustration et, parmi les anciens élèves, dans la bande dessinée. À partir du prénom, nous avons déterminé le sexe des élèves de l’atelier. Cette opération a parfois été compliquée par la présence de prénoms indéterminés (Camille, Claude ou encore Dominique) ou de prénoms étrangers, pour lesquels nous n’avons pas réussi avec certitude à établir le genre.

 

Graphique 1 : pourcentage de femmes dans les diplômables

Au total, sur 599 individus, nous avons comptabilisé 313 femmes (52 %) pour 271 hommes (45 %) et 14 individus de sexe indéterminé (2 %). La formation est donc globalement paritaire, même en estimant que l’ensemble des 2 % de sexes indéterminés se rangeraient dans leur ensemble dans la catégorie masculine. L’évolution est en revanche aléatoire selon des années, avec ses pics et ses creux, sauf les premières années. À partir de 1977, les femmes constituent annuellement a minima 40 % de l’effectif de la dernière année de l’atelier.

Ces remarques valent donc pour l’ensemble de l’atelier d’illustration – sans distinction bande dessinée et illustration – et doivent également être lues au regard de la relative spécialisation de l’atelier dans l’illustration jeunesse à laquelle les femmes sont historiquement associées, voire cantonnées, en lien avec un rôle maternel prescrit et cela depuis le XIXe siècle. Pour autant, les autrices de bande dessinée ne sont pas apparues que ces dernières décennies comme l’a bien montré Jessica Kohn à partir de son étude sur les dessinateurs de bande dessinée et d’illustrés après-guerre, où elle revient sur l’oubli des autrices et leur invisibilisation (KOHN, 2017). Le groupe ici étudié nous permet d’observer des évolutions et des permanences par rapport à la situation historique décrite par Jessica Kohn, en particulier la montée en puissance quantitative de la part des femmes dans le domaine de la bande dessinée.

Une moindre prédilection pour la bande dessinée dans les travaux de fin d’année

Nous avons en revanche constaté que les hommes présentent davantage de bande dessinée lors des travaux de fin d’année, à la fois en termes absolus et relatifs, puisque les femmes restent majoritaires dans les effectifs. Sur l’ensemble de la période, 78 femmes proposent des travaux en bande dessinée, soit 15 % du total global des élèves et 39 % du sous-total d’élèves présentant de la bande dessinée.

Il existe toutefois une relative corrélation dans les évolutions : la part de femmes pratiquant la bande dessinée suit l’augmentation de la part globale. Parmi les élèves qui s’imposent de la façon la plus visible après leur passage dans l’atelier, l’on retrouve des autrices comme Catel, Camille Jourdy ou encore Lisa Mandel.

Une pratique (semi-)professionnelle de la bande dessinée en hausse

Graphique 2 : Femmes dans BDGest par rapport à l’ensemble des anciens élèves présents (valeur absolue)

Enfin, lorsque se penche sur les trajectoires professionnelles des élèves, nous trouvons 53 femmes sur l’ensemble des présents sur BDGest, soit une part de 33 %. Un tel pourcentage concorde avec les estimations des EGBD, qui à partir de leur enquête, ont évalué à 27 % la part d’autrices de bande dessinée (contre 15 % d’après le Festival d’Angoulême quelque temps auparavant). Il reste bien sûr à mesurer le degré d’intégration et/ou de précarité de ces auteures au sein du monde de la bande dessinée ; la question étant évidemment valable pour l’ensemble des individus présents dans la base.

A partir de 2000, 42 % des anciens élèves présents sur BDGest sont des femmes sur cette période (en valeur absolue, 36 femmes sur 85 élèves), ce qui témoigne d’une féminisation de la pratique et corrobore par exemple le bilan de Thierry Groensteen sur la période 2006-2016, qui écrit ainsi que « la féminisation de la profession est en route » (GROENSTEEN, 2017, p. 51). Toutefois, le corps enseignant reste encore majoritairement masculin et, dans le cas strasbourgeois, il faut attendre 2011 pour que Salomé Risler soit recrutée comme professeure de graphisme.

Vers un rééquilibrage de la division du travail artistique entre genres

Au regard de la faiblesse des effectifs, il est difficile d’avancer des conclusions probantes sur la place des femmes au sein de la division du travail artistique. Remarquons toutefois qu’il n’y a pas d’apanage exercé sur la fonction de coloriste, qui leur a été historiquement dévolue. En revanche, il est intéressant de noter qu’elles sont davantage dessinatrices-scénaristes que seulement dessinatrices. L’explication est ici vraisemblablement plus temporelle que relevant du genre puisqu’elles font davantage de bande dessinée dans les années 2000 et s’inscrivent alors dans cette tendance plus globale de combinaison de ces deux fonctions.

Ainsi, si la bande dessinée reste sur la période étudiée une pratique majoritairement masculine dans un atelier pourtant largement féminin, l’on observe une tendance à une féminisation accrue de la pratique, qui rejoint les évolutions nationales. On peut émettre l’hypothèse que cette féminisation accrue s’explique en partie par le développement de cursus académiques spécifiques à la bande dessinée où les femmes ont tendance à avoir de meilleurs résultats que les hommes.

Bibliographie

GROENSTEEN, Thierry. La bande dessinée au tournant. Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2017. 121 p. ISBN 9782874494369

KOHN, Jessica. « Women Comics Authors in France and Belgium Before the 1970s: Making Them Invisible ». Revue de recherche en civilisation américaine [en ligne], n°6, 2016. [consulté le 23 juillet 2018] Disponible sur le Web. URL : http://journals.openedition.org/rrca/725


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.