Appel à communication commenté : le musée dans la littérature

Le Carnet de Comicalités renoue avec une de ses traditions anciennes : l’appel à communication commenté à destination des chercheurs en bande dessinée. En effet, il est fréquent que des appels à communication plus généralistes s’ouvrent à des interventions portant sur la bande dessinée. J’ai choisi un de ces appels pour le commenter. A vous qui entendez démontrer que la bande dessinée est un objet de recherche à l’égal des autres, voilà l’occasion idéale…

image du bandeau : François Schuiten et Benoît Peeters, Le musée A. Desombres, Casterman, 1990

« Le musée dans la littérature » est un colloque international qui aura lieu les 7 et 8 novembre 2019 à l’Université Paris 8. Les réponses sont attendues d’ici le 10 juillet. Elles doivent être envoyées à musealitte@gmail.com.

L’appel mentionne explicitement les « œuvres iconotextuelles (bande dessinée, comics, roman graphique, album pour la jeunesse, biographie illustrée, œuvre hypermédiatique, etc.) » comme témoins potentiels de la place du musée dans la littérature.

Si la question de la place de la bande dessinée au musée commence à être de mieux en mieux connu (voir par exemple, dans Comicalités, l’article de Zoé Vangindertael, de Catherine Saouter dans Voix et images, ou encore les travaux de Jean-Mathieu Méon pour The Conversation ou International Journal of Comic Art), l’inverse a été relativement peu étudiée : comment la bande dessinée représente-t-elle le musée ? En quoi le medium graphique propose une vision spécifique, ou au contraire traditionnelle, de l’institution muséale ? Le musée Granet avait proposé en 2008 une exposition « La bande dessinée s’attaque au musée » dont le catalogue (co-publié par Images En Manoeuvres éditions) ouvrait quelques pistes qui n’ont pas réellement été explorées depuis. La dialectique entre le lieu par excellence de la légitimité culturelle, et un média dont l’histoire est précisément bâtie, largement, sur cette recherche de légitimité, peut s’avérer particulièrement fécond.

Hergé, L’oreille cassée, Casterman, 1937

Il y aurait bien matière : le musée est un lieu ayant fait l’objet de nombreuses représentations dans la bande dessinée, que ce soit par l’usage des stéréotypes comiques (Fred, Gotlib, Binet, Zep) ou au contraire pour en exprimer la monumentalité urbaine (Beaubourg dans L’étrange cas du docteur Abraham de Schuiten et Peeters). Une diversité d’approche qui témoignent, chacune, de différentes visions du musée. La scène fondatrice de L’Oreille cassée d’Hergé, où le malheureux gardien constate la disparition, puis la réapparition, du fétiche Arumbaya, est là pour montrer la longévité de cette thématique.

Comment l’aborder ? Nous proposons ci-dessous trois pistes en vrac.

Depuis les années 1990 se sont multipliées les expériences d’immersion de l’auteur de bande dessinée dans les musées pour donner lieu à des albums qui font de ce lieu le coeur de l’intrigue. On pense immédiatement à la collection Futuropolis/Musée du Louvre qui compte une vingtaine d’ouvrages depuis Période glaciaire de Nicolas de Crécy. Mais on aurait tort d’oublier, dès 1990, les six histoires du musée Ingres dans Le violon et l’archer (Casterman), ou encore les récentes incursions des éditions Lapin au musée Gallo-Romain de Lyon. Il serait intéressant de comprendre, par l’analyse des albums ou des échanges avec les auteurs impliqués, comment l’immersion dans le musée agit sur l’auteur et son imaginaire, ou encore si des constantes apparaissent d’un album à l’autre au-delà de la diversité stylistique.

Marc-Antoine Mathieu, Les sous-sols du révolu, Futuropolis/Musée du Louvre, 2006

Ensuite, il est manifeste que les bandes dessinées peuvent être le lieu de « musées imaginaires » qui extrapolent sur des fonctions et visions traditionnelles du musée. Le cas du Musée A. Desombres de Schuiten et Peeters (Casterman, 1990) et sans doute le plus abouti : un faux musée autour d’un artiste imaginaire, personnage de la série des Cités Obscures. Sans doute pourrait-on en trouver d’autres, comme le faux musée du Réveil du Z de Tome et Janry dans la série Spirou (Dupuis, 1985), où le musée devient un lieu d’emprisonnement du passé par le présent. Dans Musée Spectre (ION éditions, 2017), Benoît Préteseille reconstitue à partir des collections conservées hors de vue le musée d’art de Maubeuge, fermé depuis 20 ans.

Enfin, la bande dessinée, comme toute littérature, peut aussi remplir une fonction critique vis à vis du musée contemporain. Cela peut passer par des effets humoristiques traditionnels, à l’image de certaines planches où des visites enfantines sont l’occasion de moquer la solennité des lieux, chez Zep (L’amour, c’est pô propre, Glénat, 1993) ou plus récemment Libon (Les cavaliers de l’Apocadispe, Dupuis, 2018). La désacralisation de l’art est aussi à l’oeuvre chez Ruppert, Mulot et Vivès dans leur diptyque La Grande Odalisque/Olympia (Dupuis, 2012 et 2015) mettant en scène des cambrioleuses spécialisées dans les vols de pièces de musée. Mais d’autres auteurs proposent des points de vue plus politiques, comme Francis Masse, critique des dérives de l’art contemporain dans L’Art attentat (Le Seuil, 2007), ou encore Benoît Préteseille et le « musée sans intérêt » de Fantômas, le dernier geste (Warum, 2008), parodie de la décentralisation muséale.

Libon, Les cavaliers de l’Apocadispe, Dupuis, 2018

Cet aperçu, qui ne concerne que la bande dessinée francophone contemporaine, pourrait bien sûr être étendu à d’autres aires culturelles et à d’autres périodes… Avis aux amateurs !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.