Figures de l’idiot. Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa de l’université de Minho (Portugal) lancent un appel à communication intitulé : « Figures de l’idiot. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, le cinéma d’animation ou le dessin animé, cette proposition nous invite à nous situer sur un plan narratologique : il s’agit de penser la fonction et le mode de création d’un personnage se situant « d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives » et qui « ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas ». Dans et appel à communication, sont notamment évoqués « l’effet carnavalesque de l’idiotie » et son potentiel humoristique ainsi que son caractère transgressif (« l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social »), et force est de constater que ce deux pistes esquissent un intéressant axe d’étude. Ne peut-on en effet voir dans les célèbres « idiots » de la bande dessinée l’efficace vecteur d’une forme de contestation graphique ? Les personnages du sapeur Camembert de Christophe (soldat illétré et impulsif paradoxalement affecté à un régiment de Génie), de la Bécassine de Jospeh Pinchon (domestique sans bouche ni expression mais non sans courage puisqu’elle ira même jusqu’à gravie le Mont-Blanc) ou encore, et dans un autre registre, du Jack Palmer de Pétillon (dont l’idiotie fait avancer des enquêtes sur la Mafia Corse ou les communautés religieuses), ne relèvent-ils pas de ce que nous pourrions appeler une « stratégie du candide » permettant de mettre en évidence les ridicules ou cruautés de leurs contemporains ? Telle est l’intuition que nous proposons à nos lecteurs d’amender, de compléter, d’infirmer (en convoquant par exemple sur Rantanplan, Gaston, les Simpson, Achille Talon…) avant le 5 janvier prochain.

Figures de l’idiot.

Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Impasse ou handicap de la raison, l’idiotie se situe d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives. Ça ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas. Au Moyen Âge, ‘idiota’ est une des désignations que l’Église donne aux illettrés, ceux qui, bornés à leur idiome, n’accèdent pas à la textualité latine. L’idiot est exclu du champ du savoir et de l’espace public, limité à un idiolecte qui resiste à la communication ou la tient à l’intérieur d’une sphère idiossyncratique. Située en marge, la bêtise donne accès à des régions liminaires de la connaissance, en établissant des connexions entre catégories soigneusement séparées par les institutions du savoir et du pouvoir: étranger et autochtone, humain et animal, humain et divin, animé et inanimé, masculin et féminin, vie et mort.

Corps étranger que la rationalité sécrète et n’assimile pas, la sottise non-rapport à la pensée et apparait dans la figure de l’être absent, hébété, abandonné au vide, à la passivité absolue, indifférent, apathique et inerte. Frappé de stupeur, l’idiot est l’effet d’un choc qui l’a laissé stupéfait, stupéfié, stupide, immergé dans une torpeur qui superpose non-pensée et non-être et qui l’installe au seuil léthargique de la mort en vie. Mais si la stupidité est ce qui reste du néant d’où nous provenons et le signe de notre humiliation original, n’est-elle pas aussi la condition de possibilité d’un authentique et intense rapport à l’être ? (ça ne pense pas, donc ça est) Il y a des saintetés et des génialités qui se fondent de l’idiotie. Quant à la dimension morale de la pauvreté d’esprit, elle apparait associée à l’innocence, à la naiveté et à la bonté, mais aussi au mal, à la cruauté et à la tyrannie.

Radicalement singulier, l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social; il bloque l’automation des rationalités, introduit du bruit dans la communication, dérégule la sémantique et destabilise l’ordre des choses. L’effet carnavalesque de l’idiotie en fait une source inépuisable d’humour et sa portée socialement subversive l’investit d’une valeur politique qui s’exprime aussi bien en registre comique que tragique.

Le colloque interroge la façon dont la littérature, le cinéma et la bande dessinée configurent l’idiotie. Que ressources rhétoriques, catégories narratives, figures de l’imaginaires, dynamiques intertextuelles, intermédiales et transfictionnelles sont mobilisées pour mettre en scène l’idiotie? Comment ces arts ont-ils affaire à la stupidité, comment celle-ci les hante? Quel rôle joue la bêtise dans l’imagination et dans la création intellectuelle et artistique?

Langues de travail: Portugais, Français, Espagnol, Anglais.

Les communications ne dépassent pas les 20 minutes

Les propositions (300 mots max.) sont à envoyer jusqu’au 5 janvier 2014 à l’adresse suivante: figurasdoidiota@gmail.com

Une sélection des communications présentées au colloque fera l’objet d’une publication spécifique.

Inscriptions:

avec  communication: 75 €; doctorants: 50 €

sans communication : 60 €

Organisation: Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa

URL de référence: http://cehum.ilch.uminho.pt/figuras-do-idiota


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *