Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Pour commencer cette série, je voudrais donner un aperçu des principaux axes de recherche et tenter de les rassembler au sein de « tendances » qui, me semblent-ils, caractérisent les thèses soutenues ou en cours depuis 2010. Il s’agit ici moins de s’intéresser aux disciplines et aux méthodes qu’aux contenus et problématiques. Ce premier article aux allures d’inventaire permettra à mes lecteurs de se faire une idée plus générale des recherches en cours. Je précise bien que j’évoque ici à la fois les docteurs et doctorants que j’ai interrogé et ceux que je n’ai pas pu contacter mais dont je connais le sujet par les bases de données dédiées (cliquer pour voir la liste complète).

Il m’a tout d’abord semblé qu’en comparant les différents sujets, on pouvait voir apparaître des tendances fortes. Le but n’est pas tant de catégoriser les différentes thèses que de mettre en avant des préoccupations communes entre ces jeunes chercheurs. Je reviendrais d’abord deux de ces tendances qui me paraissent particulièrement significatives.

Supports et intermédialité

Un des premiers éléments frappant est l’importance donnée à la question du support de la bande dessinée, en d’autres termes à sa matérialité éditoriale, par opposition à des analyses portant sur l’oeuvre elle-même détachée de son support. De toute évidence ce sujet, jusqu’ici peu étudié, exception faite des préoccupations bibliographiques des revues de collectionneurs, est au cœur de plusieurs travaux qui soit cherchent à analyser un type de support défini, comme l’album (Nicole Callon, Sylvain Lesage) ou la presse (Alexandra Rolland), soit s’attachent à comprendre les relations historiques ou esthétiques entre des supports différents ayant accueilli de la bande dessinée (Camille Filliot). D’autres travaux, sans faire de la question du support leur problématique centrale, l’aborde également en analysant un éditeur (Isabelle Antonutti) ou un auteur (Julien Baudry, Claire Latxague). Au sein de ces études sur le support, un groupe se détache très nettement par sa réactivité à l’actualité : les thèses portant sur la bande dessinée numérique. On compte en effet trois thèses soutenues sur ce sujet (Magali Boudissa, Julien Falgas, Anthony Rageul) et une en cours (Philippe Paolucci). De toute évidence, deux facteurs, entre autres choses, peuvent expliquer l’émergence de ce type de sujet : la fin annoncée (mais jamais réellement accomplie) de l’ère de la presse de bande dessinée et l’arrivée du numérique. Ces deux phénomènes des années 2000 redéfinissent la perception de la matérialité des œuvres. On peut aussi y ajouter la mise en évidence, depuis les années 1990, de la bande dessinée du XIXe siècle comme contenu de presse. Ces trois phénomènes ont pu conduire de jeunes chercheurs à s’interroger sur les liens entre la bande dessinée et ses supports multiples, successifs et futurs.

La jeune recherche : quels événements scientifiques ?

02022015BaudryIMA2

Affiche de la journée d’étude organisée par Elsa Caboche et Désirée Lorenz à l’université de Poitiers le 26 septembre 2014

La question du support peut renvoyer à une tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias. Certains travaux portent directement et explicitement sur l’intermédialité (Aurélie Huz, Désirée Lorenz), s’inscrivant ainsi dans le champ d’études culturelles transverses. Mais l’intermédialité apparaît surtout comme sous-jacente dans de nombreux travaux qui n’en font pas leur problématique principale. C’est bien sûr le cas de certaines des réflexions sur le support citées ci-dessus, qui confrontent la bande dessinée comme média au monde de la presse, de l’édition, du cinéma, de la radio, du jeu vidéo, de la création numérique… Mais c’est aussi le cas de thèses portées par des corpus mixtes1 qui, en lui donnant plus ou moins de place, doivent traiter des relations entre des œuvres issues de médias différents, ne serait-ce que comme un arrière-plan méthodologique. Pour un des répondants interrogés, cet enjeu, d’abord mineur, a pris de plus en plus d’importance au fur et à mesure des recherches. Il n’est pas surprenant que le colloque « Bande dessinée et intermédialité » organisé à Poitiers ait été le fait d’un groupe de doctorantes trouvant dans ce thème un intérêt commun. L’intermédialité connaît un écho assez important dans les études culturelles et la bande dessinée semble être un objet particulièrement pertinent pour l’aborder, peut-être parce qu’elle s’est trouvée confrontée très tôt à ces problématiques d’hybridation et de transécriture.

Post-définition et post-théorisation

Si l’on s’attarde sur les sujets proprement théoriques, qui ont pour ambition de proposer des analyses d’œuvres de bande dessinée, une observation frappe d’emblée par rapport aux travaux d’avant les années 2000 : deux questions semblent avoir une importance moindre, celles de la définition et de la théorisation. En d’autres termes, les jeunes chercheurs ne voient la recherche d’une définition formelle de la bande dessinée ou l’élaboration d’outils d’analyse systémique que comme des questionnements secondaires. Deux raisons sont généralement invoquées par les répondants, qui expliquent assez facilement ce phénomène : soit ils considèrent que d’autres auteurs y ont déjà répondu avant eux avec suffisamment de pertinence et qu’il n’est donc pas nécessaire d’y revenir, soit ils estiment qu’il s’agit d’un problème dépassé, trop complexe voire impossible à résoudre vraiment, sur lequel il vaut mieux ne pas trop s’attarder pour avancer. Il ne s’agit pas là d’une position unanime, mais elle est certainement majoritaire. Si deux thèses récentes se sont attaquées à la définition et aux outils d’analyse de la bande dessinée (Harry Morgan en 2009 et Jean-Christophe Menu), elles sont plus, pour ces théoriciens, l’aboutissement d’une réflexion entamée dès avant les années 2000.

La plupart des autres chercheurs préfèrent se pencher sur un aspect ponctuel du média, sans doute aussi plus efficace pour un premier travail universitaire d’ampleur. La diversité est alors la norme : il peut s’agir d’analyser des caractéristiques verbales (Mayalu Felix, Blanche Delaborde, Maria Shakhnova), énonciatives (François Poudevigne), visuelles (Laura Caraballo, Côme Martin), spatiales (Julien Champigny) ou la présence de motifs et de notions précises comme le héros (Charles Combette), le tableau pictural (Marion Lejeune), l’invention d’univers (Elsa Caboche), la réflexivité (Caboche, Nicolas Perez Prada). Par ailleurs, j’ai le sentiment que, sans que la phase d’analyse linguistique de la bande dessinée ne soit complètement oubliée, une insistance particulière est donnée aux caractéristiques visuelles du média, particulièrement mises à l’honneur dans certaines thèses qui pensent la bande dessinée avant comme un art du visuel (Lejeune, Caraballo, Martin, Jean-Charles Andrieu…).

En revanche, il me semble avoir remarqué dans la façon d’aborder la bande dessinée une tendance très forte qui, peut-être, vient répondre à l’absence des interrogations définitionnelles : la question du rapport à la modernité. Elle est bien sûr en arrière-plan des études portant sur la bande dessinée numérique qui questionnent le rapport des auteurs et du média à une « technique » nouvelle. Mais certains chercheurs s’y sont attelés plus directement pour s’interroger sur les potentialités de la bande dessinée comme objet d’une modernité littéraire ou artistique. Il nous semble que c’est là un des axes majeurs du travail de Jean-Christophe Menu, mais on va retrouver ces interrogations dans des travaux s’attachant à décrire des catégories littéraires nouvelles devenues plus présentes dans la bande dessinée de ces vingt dernières années : l’autobiographie (Catherine Mao), le roman visuel (Côme Martin), le récit mémoriel (Isabelle Delorme). Viennent accompagner ces interrogations certains chercheurs travaillant sur les spécificités formelles d’éditeurs issus de l’édition alternative (Andrieu, Léopold Dahan). À chaque fois il s’agit, en s’intéressant à des œuvres très contemporaines, de comprendre les tendances les plus expérimentales et marginales de la bande dessinée, celles qui cherchent à aller contre les normes établies, pour certaines pas encore tout à fait réalisées. De toute évidence, ces sujets ont à voir, directement ou indirectement, avec l’émergence des éditeurs alternatifs et, dans leur sillage, de nouvelles catégories littéraires (autobiographie, bande dessinée abstraite, graphic novel, OuBaPo…). Dans tous les cas, il ne s’agit plus de définir la bande dessinée dans son ensemble mais de prendre acte de la diversification formelle survenue ces dernières années, et en un sens à affirmer une forme de complexité du média qui ne peut plus se réduire à une définition globale.

1J’aurais l’occasion de revenir sur cette question de la mixité des corpus dans un autre article de la série.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *