Jeune recherche : contours bibliographiques

Faisant suite à mes réflexions sur les outils et méthodes, je vais à présent essayer de cerner la jeune recherche en bande dessinée en me penchant sur les sources bibliographiques des docteurs et doctorants interrogés. Lors des entretiens, j’ai en effet spécifiquement demandé quels étaient les chercheurs, théoriciens, penseurs, critiques, commentateurs, qui les inspiraient particulièrement, ou ceux dont la lecture les aidaient à mener leur réflexion.

Les réponses apportées à cette question sont intéressantes sur deux plans : d’une part elles approfondissent les questionnements sur les méthodes de recherche en donnant une origine à des réflexions personnelles, adaptées par le jeune chercheur, d’autre part elles construisent des filiations indirectes. S’inspirer de la lecture de tel auteur, même ancien, et s’en resservir dans son propre travail, c’est aussi, pour le jeune chercheur, revendiquer un héritage et nouer un lien avec les autres chercheurs qui s’en sentent proches.

Continuer la lecture de Jeune recherche : contours bibliographiques

Jeune recherche : outils, méthodes et approches

Afin d’approcher au mieux le travail des jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais évoquer à présent la question des outils et des méthodes. Cette question est bien sûr intimement liée à celles, déjà traitées, des disciplines et des axes de recherche. Mais il s’agit à présent de me concentrer sur les vingt-cinq docteurs ou doctorants de mon panel d’entretiens pour comprendre l’élaboration concrète d’un travail de recherche universitaire sur la bande dessinée : quels en sont les outils, méthodes et approches ?

J’entends ici « méthodes » dans une acception large, et non uniquement au sens de « méthodologie scientifique ». Cela ne signifie pas que les chercheurs interrogés n’évoquent pas, ponctuellement, des méthodologies reconnues et reconnaissables. C’est le cas chez certains qui citent le choix d’une approche socio-sémiotique (Philippe Paolucci), de l’ethnométhodologie (Julien Falgas), de la prosopographie (Jessica Kohn), de l’ethnologie (Pierre Nocerino). Toutefois, d’autres ne font pas appel à une méthodologie précise ou plutôt construisent leur propre méthode, parfois empirique, parfois teintée de l’influence de tel ou tel autre chercheur ou intellectuel.

Continuer la lecture de Jeune recherche : outils, méthodes et approches

Jeune recherche : quelle bande dessinée ?

Après m’être intéressé aux axes de recherche et aux contextes institutionnels des thèses sur la bande dessinée, je vais à présent rentrer dans le vif du sujet, dans le détail des travaux.

L’aperçu sur les axes de recherche aura montré à mes lecteurs à quel point la majorité des études universitaires sur la bande dessinée se concentrait sur deux dimensions du média : l’oeuvre et l’artiste. Bien souvent, l’étude d’une oeuvre est au centre du travail, et à cet égard la relative prédominance des études littéraires est elle aussi significative.

Partant de ce constat, il me semblait utile de questionner la nature exacte de cet « objet » bande dessinée. Car s’il s’agit d’étudier la bande dessinée, de quelle bande dessinée parlons-nous ? En quelques mots, c’est sur le corpus d’oeuvres étudiées dans les thèses, ou d’auteurs analysés, que je vais me consacrer à présent.

Continuer la lecture de Jeune recherche : quelle bande dessinée ?

Jeune recherche : une géographie trans-institutionnelle

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Avant d’entrer plus directement dans les méthodes et pratiques de recherche, je souhaite m’arrêter une dernière fois sur le contexte institutionnel de la réalisation des thèses. Je vais cette fois m’interroger sur les pratiques d’intégration et de mises en réseaux des jeunes chercheurs, à la fois au sein de l’université au sens large, et dans le milieu des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Pour cela, il me faut examiner d’abord quantitativement, puis qualitativement, les choix des jeunes chercheurs en matière d’institutions, de directeurs de recherche, et de réseaux au sens large. Peut-on identifier des « lieux », physiques, virtuels ou intellectuels, qui participent à la cohésion et au rassemblement de ces jeunes chercheurs ?

Continuer la lecture de Jeune recherche : une géographie trans-institutionnelle

Jeune recherche : pluridisciplinarité innée ou acquise ?

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Après avoir dressé un premier panorama des axes de recherche portés par les jeunes chercheurs en bande dessinée, je vais maintenant m’intéresser au corpus de thèses soutenues et en cours sous l’angle disciplinaire. Quelles sont les disciplines de recherche dans lesquelles s’inscrivent nos jeunes docteurs ? Il me faut préciser ici que j’entends « discipline » dans un double sens. Le premier sens est purement institutionnel : chaque université attribue à ses doctorants le diplôme dans une discipline spécifique, qui donne son nom au doctorat (et s’inscrit parfois, mais pas toujours, dans la logique disciplinaire des sections du Conseil National des Universités).

Continuer la lecture de Jeune recherche : pluridisciplinarité innée ou acquise ?

Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

Continuer la lecture de Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Pour poursuivre la réflexion entamée dans la première partie de cet article sur les axes principaux de la jeune recherche en bande dessinée, j’aimerais évoquer deux tendances moins importantes en nombre mais à mes yeux plutôt nouvelles dans le champ des études sur la bande dessinée. Je reviendrais ensuite sur les possibles absences qui se dessinent en creux dans cette énumération thématique.

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Continuer la lecture de Inter et transmédialité : quel public ?