Le dessin : un impensé

Tel est le titre du travail que je vais entamer dans les mois qui viennent et qui prendra plus précisément la forme d’une Habilitation à Diriger des Recherches « parrainée » (pour reprendre notre jargon universitaire) par Caroline Courbières professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Toulouse. Et ce titre n’a rien d’anodin puisqu’il nous place d’emblée face à un paradoxe. Le dessin est une forme d’expression et de communication qui est aussi commune que l’écrit et semble omniprésente au sein de nos sociétés ou de nos vies (fréquentons-nous un seul espace qui ne fasse pas une place au dessin d’une façon ou d’une autre ?). Pourtant, cette forme si « naturelle » semble avoir la propriété de prendre en défaut nos modes de perception et de réflexion de l’image, ainsi que les disciplines (sémiotique, « culture visuelle »…) entendant permettre de mieux la cerner. Et il s’agira donc tout autant d’interroger des tentatives pour la saisir que de se demander en quoi et pourquoi le dessin échappe en partie ou en totalité aux différents chercheurs qui ont pu s’y intéresser.

Parmi les obstacles caractérisant cet « impensé », on trouve d’abord celui de sa définition car la question « Qu’est-ce qu’un dessin ? » semble devoir peut-être demeurer sans réponse aucune, ou du moins définitive. Impossible en effet de réduire le dessin à sa seule inscription, et plus encore à l’outil permettant de le produire : le crayon (en graphite) n’est que l’un de ses multiples instruments parmi lesquels nous pourrions par exemple nommer le feutre, la plume, le pinceau ou le stylo numérique. Impossible également de le réduire à une forme et de le cantonner à un dispositif bien connu comme le « crayonné » : celui-ci ne constitue que l’une des façons de transmettre un geste et peut être rapproché de la gravure (dessin « par creux » puisque l’on incise un matériau) ou encore de l’aquarelle (dessin « à l’eau » privilégiant le tracé à l’enduit propre par exemple à la gouache). Impossible enfin de réduire le dessin à un support ou un mode de diffusion : on peut dessiner sur papier (ou plus exactement sur toutes sortes de papier, n’ayant pas les mêmes propriétés), mais également sur bois, sur métal, sur plastique, sur pierre, sur écran, sans que sans doute cette liste puisse être jamais totalement close.

Faut-il dès lors, pour penser le dessin, considérer que nous sommes face à un espace conceptuel délimité par des notions comme « trait » ou « main » ? Peut-être, mais, outre le problème de sa définition, il existe un second obstacle : celui de sa destination. Un dessin est-il produit pour être diffusé, exposé ou communiqué à l’instar d’autres modes d’expression ou de communication ? Rien n’est moins évident car il entre également (et peut-être fondamentalement) dans des pratiques ayant trait à l’esquisse, au brouillon, à une recherche mobilisant un graphisme et constituant l’adjuvant privilégié d’une phase préliminaire à toutes sortes de réalisations (du vêtement à l’architecture). Quant à ses usages et fonctions, le dessin est en partie réductible au schéma auquel s’est notamment intéressé Robert Estival (notamment à travers sa Théorie générale de la schématisation) et semble constituer un mode de représentation ayant pour but de produire de l’intelligible et de permettre une communication. Est-il d’ailleurs interdit de penser que lui reste constamment attachée une forme de précarité, comme s’il constituait une image encore en devenir et était finalement appréhendé à travers la catégorie esthétique du projet ?

Le dessin ne peut dans tous les cas être défini par une simple intention, transmettre des informations ou une expression (et il pose d’ailleurs en cela problème à la notion de « document » sur laquelle travaille entre autres chantiers Caroline). Et il convient donc de prendre acte d’une diversité et de dresser une typologie : il existe plusieurs types de dessin ne définissant pas le même mode d’expression et de communication, cela va de soi (pensons au croquis, au dessin technique, au dessin de presse…). Mais peut-être serait-il tout aussi pertinent de définir cette variété comme plusieurs modes d’inscription dans ce registre du « projet » : ne peut-on parler d’un « dessin-action » qui (mobilisant côtes, mesures et toutes sortes d’information) entend d’emblée déboucher sur des réalisations, d’un « dessin-imagination » dans lequel l’investigation prend des formes graphiques (comme le « repentir » ou la correction) ? Et, même au sein du dessin narratif, ne peut-on devenir une espèce de variété permettant de distinguer des projets faisant graphiquement place à une spontanéité et immédiateté se rapprochant effectivement du croquis (pensons à Ma vie mal dessinée de Gipi) d’œuvres qui tentent à l’inverse d’en quelque sorte stabiliser ou noyer le dessin dans une encre ou des couleurs gommant en quelque sorte le travail de la main (pensons à une bande dessinée canonique comme le Michel Vaillant de Jean Graton).

Semblable optique nous inviterait dès lors à parler de dessins véritablement dessinés, de dessins moins dessinés, voire de dessins pas dessinés et nous placerait face à un paradoxe, voire une véritable aporie. Nous ne sommes pas du tout certain de nous reconnaître dans ces propositions et cette idée, mais force est de constater que celles-ci possèdent une valeur exploratoire qui est aujourd’hui nécessaire. Au regard des médias, le dessin est en effet partout et peut s’inscrire dans des industries culturelles extraordinairement diverses : audiovisuel (avec dessin animé et cinéma d’animation), livre (avec la bande dessinée, mais également toutes sortes d’illustrations) ou encore jeu vidéo (qui font d’ailleurs rarement l’objet d’une telle approche graphique). Et ces diverses formes narratives d’expression nous invitent à formuler une interrogation qu’il nous reviendra de pousser plus avant : parlant de dessin, ne sommes-nous pas fondamentalement dans une forme d’écrit enrichi, qui ne se limite pas à la typographie, ni même à la calligraphie, mais entend mobiliser des formes nettement plus variées ? Il se rapprocherait dès lors de l’image et nous inviterait surtout à penser un moyen terme, à interroger nos attentes, nos désirs, notre appétit : des catégories comme « écrit » ou « image » peuvent-elles véritablement aujourd’hui représenter les objets auxquels donnent naissance nos envies et besoins de dessin ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *