Construire le contexte : une expérience de lecture

Christine Noille et Sophie Rabau lancent un appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 23 et 24 mai prochains : « Construire le contexte : une expérience de lecture ». La manifestation semble avoir pour but d’interroger la lecture, et plus spécifiquement l’importance du contexte dans le rapport à l’œuvre lue afin de poser une question que nous pourrions résumer comme suit. Comment appréhende-t-on une œuvre sans rien savoir de ces conditions de création ? Qu’est susceptible de produire semblable omission, en quoi définit-elle un autre rapport à la création ? Les textes et l’histoire de la littérature sont ici uniquement cités, mais les chercheurs familiers des Carnets de Comicalités pourrait sans doute trouver ici un possible espace d’expression pour leurs travaux : le propre de la bande dessinée n’est-il pas en effet de répondre à ces questions ? À bien des égards, le propre d enombre d’ œuvres du neuvième art semblent être d’être lues sans contextualisation aucune. Pour le lecteur non-averti et ne disposant pas de repères historiques, celui-ci n’a en effet rien d’explicite. Et la publication ne semble pas se reconnaître pour mission de l’informer : dans le récent article du dictionnaire de la bande dessinée consacré au « Classique », nous posons en effet le problème de l’absence de tout appareil critique (préface, postface, présentation de l’auteur) au sein de la grande majorité des albums ou autres parutions. C’est peut-être cette réflexion qu’il faudra étoffer avant le 15 novembre prochain.

 

Construire le contexte : une expérience de lecture

Journée d’études co-organisée par Sophie Rabau et Christine Noille

Avec le soutien du CERC – Centre d’études et de recherches comparatistes (Paris 3) et de l’équipe RARE – Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution (Stendhal Grenoble 3)

Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, les vendredi 23 et samedi 24 mai 2014

L’expérience de pensée commence ainsi : nous prendrions un texte sans contexte, et nous le lirions.

Voilà qui ne va pas de soi. Un texte sans support d’un métatexte critique et historique n’est-il pas fondamentalement à venir ? Sans doute, mais supposons un monde possible, où l’artifice d’une telle décontextualisation serait en quelque façon vraisemblable. Le programme de la session 2014 pour le concours externe de l’agrégation de lettres nous en fournit diligemment l’occasion. Il y est en effet inscrit une œuvre, Le Page disgracié, dont l’identité ne semble devoir être précisée que par le nom d’auteur et une date (Tristan L’Hermite, 1643). C’est en vain que nous avons fatigué les catalogues et rayonnages des bibliothèques pour lui restituer des contextes (et accessoirement préparer nos cours) : Le Page disgracié semble très généralement évité (1).

Or, quand on le découvre, ce texte appelle autant et peut-être plus qu’une enquête historique, un examen poétique ou herméneutique. Qu’on en juge :

– Il s’agit d’un récit à la première personne, mais qui naît d’une réponse, adressée à Thirinte.

– Le narrateur dément par avance tout suspense et tout intérêt (autre que celui de la variété).

– Il y défend également les vertus de la mise en chapitres.

– Il s’avère qu’il a connu les grands chemins – même s’il n’est pas un Lazarillo et a de la naissance.

– C’est au demeurant une « histoire déplorable », peuplée de meurtres, d’amours contrariées, de tempêtes, d’exils, d’auberges, d’alchimistes… ; et, tout aussi bien, une « histoire véritable », où la vérité est « si mal habillée qu’on pourra dire qu’elle est toute nue ».

– Soit dit en passant, un épisode déménage dans un autre roman : la rencontre avec l’alchimiste, que relate ici le narrateur, sera reprise là-bas, mais du point de vue de l’alchimiste (avec quelques aménagements, comme la réfection de son dénouement (2).

– Fiction à et de la première personne, le texte a généralement servi à indiquer la vie d’un auteur qui n’a pas connu de disgrâce – monnayant quelques clefs bien appliquées.

– Le narrateur fait sans cesse l’épreuve que sa vie n’est pas comme un roman – même s’il n’est pas l’Homme de la Manche.

– Le narrateur devient écrivain – même s’il ne s’appelle pas Marcel.

– Et à propos, de quoi le Page est-il disgracié ?… Mais comment était l’état de grâce ?…

Sur ce bref récit, nous n’en dirons guère plus : et peut-être en avons-nous déjà trop dit. Après tout, n’avons-nous pas opéré sur lui deux manipulations un peu intrusives, en le déterritorialisant puis en le replaçant – dans la bibliothèque de nos propres catégories poétiques et de nos références, de Proust à Cervantès en passant par Genette…

Telle est alors notre proposition, que de saisir l’occasion qui nous est offerte de travailler sur un texte qu’il a été possible, méthodiquement et sans trop d’artifice, de délier du contexte historique (celui des pratiques comme celui des modèles), pour interroger nos propres pratiques de théorisation et de critique et réfléchir aux modalités et aux fonctions des contextualisations – de celle qui a été suspendue comme de celles qui seront forcément opérées – dès lors qu’on fait de l’analyse de texte.

Le Page disgracié sera le nom de cette expérience collective, offerte à tous ceux qui liront l’œuvre en « non-spécialistes », hors du temps ou d’un autre temps, théoriciens, comparatistes, herméneutes, vingtiémistes, stylisticiens, narratologues… et même historiens, en tant qu’ils mobilisent dans leurs travaux des outillages et des concepts anachroniques.

Où l’on en passera donc par la lecture d’un petit roman sans bibliothèque « obligée » pour poser quelques questions à la méthodologie de nos lectures.

Et l’on distinguera alors deux grands ensembles de questions, sur le contexte qu’est la lecture d’une part, sur le contexte qu’est la textualité d’autre part.

La première contextualisation semble bien en effet devoir être celle de ma lecture : faut-il le rappeler, tout texte lu (et qui plus est analysé, interprété, imité…) s’insère dans un savoir-lire et une encyclopédie lectoriale ; tout texte prend place dans ma bibliothèque intime. La lecture est le contexte du texte, ce qui revient à dire que ni la description ni l’interprétation ni la reprise qu’on en fait ne sont des opérations blanches, et qu’une réflexion sur l’analyse de texte, quelle qu’elle soit, gagnerait – méthodiquement – à prendre en charge une réflexion sur les conditions de la lisibilité. Autrement dit, que puis-je lire du Page disgracié – et que puis-je en faire ? Ai-je besoin d’une histoire pour le lire, pour le décrire, pour l’interpréter, et si oui, de laquelle ?

Mais il est également possible, en sens inverse, d’investir de la fonction de contextualisation l’autre pôle de la relation lectoriale et de revenir sur ce dont le texte peut être le contexte. Car les textes ont aussi cette propension à devenir le contexte de nos théories et à servir de terrain habituel aux catégories transtextuelles que nous élaborons. On pourra alors se demander comment s’exerce cette conjointure entre théorisation actuelle et critique et si la théorie en situation d’analyse textuelle est un exercice d’application, de modulation, d’expérimentation – ou bien cesse d’être de la théorie. Autrement dit, que peut faire un texte comme Le Page disgracié à la théorie ? Qu’est-ce qu’un texte qui résiste ? Et qu’est-ce qui, du texte ou de notre lecture, sert de contexte de validation aux outils que nous théorisons ? Un texte suffit-il à démonter un système ?

Où l’on verra peut-être, au bout du compte, que le contexte n’est pas (forcément) celui qu’on croit…

Bref, à lire – ensemble – « un texte tout seul », nous faisons le pari qu’il en résultera quelques malentendus créateurs. Ce sera si l’on veut le modeste objectif de cette rencontre.

Les propositions de communication (vingt lignes maximum) sont à envoyer avant le 15 novembre 2013 aux deux co-organisatrices.

Coordonnées :

Christine Noille : christine.noille-clauzade@wanadoo.fr

Sophie Rabau : srabau@free.fr

 

1)  « Tous les hommes qui répètent une ligne de William Shakeapeare, sont William Shakespeare… » (J. L. Borges, Fictions, Gallimard, 1957, coll. « Folio », 1981, p. 46) : telle est sans doute la raison pour laquelle Le Page disgracié de Jean Serroy est une histoire comique ; de Jacques Prévot, un roman libertin ; de Maurice Lever ou de Sandrine Berregard, une autobiographie…

2) Voir L’autre Monde ou les États et Empires de la lune, 1ère partie, chap. 19.

 

La légitimité de la bande dessinée : quels acteurs, quelle communauté ?

Éric Maigret aurait-il enterré un peu vite (dans un article intitulé « Bande dessinée et post-légitimité » publié au sein de La bande dessinée : une médiaculture) la nécessité d’une réflexion sur la légitimité de la bande dessinée ? Nous pouvons nous poser la question car notre récent billet fait place à de nouveaux commentaires de Morvandiau et Julien Baudry que nous reproduisons ici. Ces deux interventions nous semblent en effet adopter une attitude des plus intéressantes : appréhender un processus de légitimation non vis-à-vis de médias ou d’institutions, mais en se focalisant sur les différents acteurs du monde de la bande dessinée (et plus largement du livre). Les perspectives sont tout bonnement passionnantes : qui fait quoi, ou plus exactement en quoi chaque activité participe-t-elle de la valorisation d’un langage et d’un mode d’expression ?

C’est l’une des questions que soulève ici Morvandiau en évoquant le rôle de l’auteur, mais également de l’éditeur, de l’universitaire et de l’élu (tout en ayant le très bon goût de citer le Georges et Louis romancier de Daniel Goossens).

 

Nom d’un chien, oui, quel vaste et passionnant chantier !
Je rebondis d’abord sur ce que j’interprète comme une provocation de bon aloi :
 « Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. » Il paraîtrait aussi absurde que stérile de revendiquer que la création des auteurs ait « l’exclu sur la légitimation » (sauf peut-être dans un épisode encore inédit de Georges et Louis romanciers de Daniel Goossens) – bien qu’elle en soit une condition nécessaire de départ.

Mon évocation – comme, je crois, celle de Benjamin Caraco – des auteurs engagés dans l’enseignement (théorique et pratique), de ceux qui développent un DISCOURS éditorial ou de ceux qui sont, par exemple, amenés à s’exprimer dans les médias (ceux au moins où l’on peut, selon les formats et la pertinence des questions, espérer émettre une analyse et formuler des idées) me semble redire que les auteurs sont aussi légitimes hors du cadre strict de leur processus de création, sous des formes qui nécessitent un minimum de distanciation.

Cette distanciation, qui peut se traduire également de façon temporelle, n’arrive pas non plus maintenant par hasard alors que l’édition alternative née dans les années 90 a fêté ses 20 ans et a donc déjà connu quelques crises – technologiques, artistiques, économiques, humaines, structurelles – au cours de son évolution et que cet anniversaire lui permet aussi de se retourner (un peu) sur ce qu’elle a déjà produit.

Je note par exemple que les trois champs éditoriaux relatifs à l’expérimentation, au patrimoine (c’est-à-dire important ET oublié ou en passe de l’être – pas les rééditions de Blake et Mortimer, hein) et à la théorie ont été, conjointement et fortement, (ré)investis par ces mêmes structures éditoriales portées par des auteurs et, sauf erreur de ma part, définitivement abandonnés par les autres (il est loin le temps d’une revue comme À suivre chez Casterman et des Cahiers de la bande dessinée chez Glénat !). Le fait que ces trois domaines (et celui du patrimoine tel que défini ci-dessus), constituent tout sauf un projet commercial viable – doux euphémisme – n’est probablement pas sans rapport avec cette situation (ni sans lien avec l’intérêt, nouveau par son essor me semble-t-il, qu’on peut notamment percevoir du côté de la recherche universitaire – en principe détachée des impératifs économiques et, par essence, connectée aux dynamiques et problématiques relatives à la légitimation du savoir).

Dans L’Éprouvette 3, j’évoquais, par ma lorgnette d’organisateur de manifestation consacrée à la bande dessinée, le niveau déplorable de culture relatif à cette dernière parmi mes interlocuteurs en charge du pouvoir (chacun, souvent de façon bienveillante, me mettant en garde au début de chaque rendez-vous : « je vous préviens, je n’y connais rien en bande dessinée »). Quand les responsables administratifs et les futurs élus – qui fréquentent en partie les bancs des mêmes facs – auront eu largement accès à des cours de et sur la bande dessinée, devrons-nous à nouveau leur expliquer en quoi elle est légitime ?

Que les auteurs ne soient pas les seuls, et pas nécessairement les premiers, à s’exprimer de façon pertinente et constructive sur leur propre domaine, tant mieux !

 

La réponse de Julien Baudry (que nous reproduisons ici) fait directement écho à cette dernière phrase en en appelant à la formation d’une communauté (qui reste à inventer et sur laquelle nous reviendrons assurément).

 

Je me permets de rebondir sur des intuitions historiennes au débat (qui n’en est finalement pas véritablement un) entre Benoît Berthou et Morvandiau sur la question, posée par Benoit : « La bande dessinée n’existerait pas sans ses auteurs : c’est un fait que Morvandiau et Benjamin Caraco ont tout-à-fait raison de rappeler. Mais je me permets de me demander : ses auteurs lui permettent-ils véritablement d’exister ? Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. »

auquel Morvandiau répond très justement :
 »Il paraîtrait aussi absurde que stérile de revendiquer que la création des auteurs ait “l’exclu sur la légitimation” (sauf peut-être dans un épisode encore inédit de Georges et Louis romanciers de Daniel Goossens) – bien qu’elle en soit une condition nécessaire de départ. »

Et nous avons là un début de réponse, et d’accord : assez logiquement la création par les auteurs est une « condition de départ », l’expression est exacte, dans la mesure où tout commentaire par les critiques participant eux aussi à la légitimation s’appuie, à tort ou à raison, sur les oeuvres elles-mêmes. Même si la légitimation peut aussi s’appuyer sur des éléments « externes » à l’œuvre : son modèle économique, l’aspect matériel de l’œuvre, les structures socio-culturelles pré-existantes, etc.

Partant de cette réflexion, je vois deux façons qu’un auteur a de participer au processus de légitimation, et on peut opportunément les illustrer à travers deux articles parus dans Comicalités.

1. Dans « Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère », Thierry Crépin revient sur une expérience de légitimation de leur art par les auteurs ayant eu lieu à la fin des années 1940 : un « Grand Prix » décerné par un jury d’auteur, organisé par les auteurs. Dans cet exemple, les auteurs (et peu nous importe l’échec relatif de leur tentative, ou les échos corporatistes de leur propos) participent à la légitimation par l’action. L’exemple de l’Association est, en partie, du même ordre, quoique : Benjamin Caraco, en avouant la confusion autour du terme « producteurs » dans son article soulève justement un point important : la volonté de légitimation par des auteurs (ici, par un auteur en particulier, JC Menu) les ont amené à « dépasser » le statut d’auteur pour devenir éditeur et théoricien.

2. Et j’en viens à la seconde modalité : dans mon article sur « Saint-Ogan et les grands enfants », j’ai tenté de montrer les relations qu’ont entretenu, dans les années 1960, un auteur, Alain Saint-Ogan, et des « commentateurs », la SOCERLID. Ces relations amènent au constat qu’à la fois l’œuvre et la parole de l’auteur sont déformés pour servir un processus de légitimation. J’en conclus donc que l’auteur peut être amené à participer à la légitimation « malgré lui ». Ce qui intéressant dans l’exemple de Saint-Ogan est que l’auteur n’a jamais refusé de soutenir les actions de la SOCERLID, mais qu’il n’a jamais été non plus un farouche défenseur de la légitimation culturelle de la bande dessinée ; au contraire, la modestie de ses propos montre qu’il n’a jamais cherché à prétendre être un artiste, préférant se considérer comme journaliste avant tout.

Ces longs paragraphes pour en arriver à l’idée suivante : analyser le processus de légitimation de la bande dessinée peut aussi se faire par une analyse « croisée ». Non étudier comment tel auteur, ou tel critique, ou tel éditeur, ou tel théoricien, ou tel festival, sert le discours de reconnaissance culturelle, mais plutôt, partant de l’auteur, étudier comment ses interactions avec d’autres acteurs de la bande dessinée (critique, éditeur, théoricien, festival) construisent un dispositif de reconnaissance culturelle qu’il ne maîtrise pas toujours. À cet égard, l’analyse de la notion de « roman graphique » mériterait d’être creusée, car elle relève d’une co-construction qui mêle les auteurs, les médias, les théoriciens, sans qu’ils ne parlent toujours de la même chose…

L’auteur : un « oublié » du processus de légitimation de la bande dessinée ?

Le Carnet de Comicalités entend faire une place au débat et nous sommes heureux de publier des réactions à nos publications : tel est le cas du commentaire de Morvandiau (auteur dont vous pouvez en partie découvrir ici l’intéressant travail) s’exprimant à propos de l’article « La communication éditoriale : un outil de légitimation. Le cas de L’Assocation » signé Benjamin Caraco. Ce dernier donne une réponse et je me permets également d’exprimer mon propre point de vue.

Le riche commentaire de Morvandiau qui ouvre nombre de pistes de réflexion.

Merci de ces nouvelles propositions et bravo pour le boulot accompli.
 Je n’ai pas encore eu le temps de me plonger dans tous les textes mais ai déjà lu avec intérêt et attention l’analyse de Benjamin Caraco.
 Outre les institutions, les médias et les éditeurs, il me semble qu’un des acteurs de la légitimation de la bande dessinée demeure, de façon significative et signifiante, quelque peu oublié en tant que tel dans les recherches qui sont consacrées à cette dernière : l’auteur lui-même. Comme si on remontait peu à peu et laborieusement vers la source, de manière inversement proportionnelle à l’évidence. L’analyse de la communication d’un éditeur est bien sûr intéressante et on comprend que sa situation de producteur dans la chaîne du livre mérite le détour. Mais les éditeurs nés dans les années 90, parmi lesquels l’Association à laquelle s’attache Benjamin Caraco, et que Thierry Groensteen qualifie de “militants”, ne sont-ils pas, pour une écrasante majorité, constitués par des collectifs d’auteurs insatisfaits des possibilités que l’édition leur proposait alors ? Certes, chacun d’entre eux, individuellement, ne souhaite pas nécessairement prendre la parole sur le sujet – JC Menu évoque cet aspect – mais on comprend bien cependant que cette parole – et sa mise en pratique – ne peut être portée, au plus près de cette pratique, que par des auteurs – il suffit par exemple de relire cette série d’entretien « Les 7 familles de la bande dessinée » parue dans Jade pour s’en convaincre. Ou encore de se rappeler des efforts de “pédagogie militante” déployés par les Art Spiegelman, Scott Mc Cloud, Benoit Peeters ou… JC Menu (sans remonter jusqu’à Töpffer).
 Ou encore de recenser le nombre d’auteurs résolument engagés dans l’enseignement – parfois par des biais détournés, la bande dessinée demeurant sous-représentée dans les formations supérieures. 
Ou encore de relire les éditos et observer les lignes éditoriales des revues de création marquantes – dont les rênes ont la plupart du temps été tenues par des auteurs exigeants, de Pilote à Professeur Cyclope en passant par l’Echo des Savanes, Charlie Mensuel, Lapin et Ferraille (et j’en oublie), démontrant PAR la bande dessinée les possibilités gigantesques de ce champ artistique.
 Ou, pour finir, par le biais de manifestations auto-initiées et, logiquement, en adéquation avec leurs exigences artistiques et leur désir d’investir le champ théorique et critique (telles que je pouvais les décrire ici,  ou comme, plus récemment, l’association Chifoumi relevait le gant de l’articulation discours/création avec brio).

Bref, malgré la tarte à la crème médiatique récurrente selon laquelle “la bande dessinée est parvenue à l’âge adulte”, les artistes m’apparaissent un peu absents de toutes ces analyses malgré leur rôle capital et originel.
 Sans doute est-ce à relier avec le manque de reconnaissance (et la quasi-absence de formation pratique qui en découle) – au moins au sein de l’institution publique que représente l’Université ? Comme le remarque Pascal Ory dans un entretien récent, “Un signe très fort de sa marginalisation à l’université est sa mise à l’écart des départements d’histoire de l’art ou d’arts plastiques. Les chercheurs qui en parlent le plus sont en histoire culturelle, en sociologie, en sémiologie, en psychologie voire en politologie.”.
Si j’en crois sa notice biographique, Benjamin Caraco est d’ailleurs “doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne”.
CQFD ?

Merci encore donc et au plaisir de vous lire,

Morvandiau

La réponse de Benjamin Caraco

Je souhaite tout d’abord remercier Morvandiau pour cette première réaction à mon article, qui dans les grandes lignes se rapproche largement de ce que je cherche à explorer dans ma recherche.

Ce dernier estime que « Outre les institutions, les médias et les éditeurs, il me semble qu’un des acteurs de la légitimation de la bande dessinée demeure, de façon significative et signifiante, quelque peu oublié en tant que tel dans les recherches qui sont consacrées à cette dernière : l’auteur lui-même. » et, à mon avis, l’on ne peut souscrire qu’à ce constat comme je le note dans mon article : « l’apport des producteurs eux-mêmes n’a pas encore été exploré » (§2) et par producteur dans cet article, je traite en effet d’une maison d’édition « militante ». Approche indirecte, elle me permet toutefois d’appréhender le discours d’auteurs sur leur propre travail à cause de la nature de L’Association, dirigée par des auteurs.

La confusion est peut-être entretenue par le terme vraisemblablement maladroit de « producteurs » employé tout au long de l’article qui désigne dans le cas présent plutôt les éditeurs tout en recouvrant implicitement les auteurs, comme dans ce passage de la conclusion :

« Cette dernière [la montée en légitimité du médium] n’est pas uniquement le fait des politiques publiques, de la presse ou de certaines instances de consécration : elle est aussi obtenue et recherchée volontairement par certains des acteurs majeurs du champ, en l’occurrence, les producteurs. Ces derniers, à la fois centraux symboliquement parce qu’à l’origine des œuvres, mais aussi marginaux économiquement car peu bénéficiaires de leur production via leurs droits d’auteurs, arrivent d’autant plus à faire entendre leur voix dans ces luttes de reconnaissance qu’ils sont ici éditeurs. Ils produisent donc un discours d’accompagnement de leurs œuvres, imposant d’emblée une première lecture de leur production qui leur permet d’ancrer leur positionnement comme détenteurs du canon de la bande dessinée reconnue en tant qu’art. » (§64).

Mon sujet de thèse, entrepris en histoire contemporaine à cause de ma formation initiale d’historien mais essayant autant que possible d’intégrer une dimension sociologique, porte d’ailleurs l’intitulé suivant : « Renouvellement et légitimation de la bande dessinée en France de 1990 a 2010. Le cas du réseau des auteurs de L’Association » et est par ailleurs dirigé par le même Pascal Ory que Morvandiau cite en conclusion de son commentaire. Le précédent a d’ailleurs écrit une biographie de René Goscinny qui revient donc sur l’un des précurseurs de la reconnaissance de la bande dessinée. Des réflexions plus programmatiques lançant quelques pistes sur l’histoire sociale des auteurs de bande dessinée de Julien Baudry sur le blog Phylacterium pourraient conduire à aborder par le biais de la transmission des savoirs cette question de la participation par le discours à la reconnaissance de la bande dessinée, l’article fondateur de Luc Boltanski abordant d’ailleurs cette dernière à partir d’entretiens réalisés avec des auteurs.

Un gros travail doit être encore entrepris et dans le cas des auteurs de L’Association, ce discours est principalement porté par Jean-Christophe Menu et par les contributeurs de la revue et de la collection « L’Eprouvette », et doit être replacé dans la continuité d’autres auteurs que Morvandiau évoque, auxquels l’on pourrait ajouter Will Eisner dans ses ouvrages pédagogiques. Et dans cette réflexion, il conviendra de s’interroger sur ce que recouvre la théorie produite par les auteurs, indissociable de leur pratique. Un chantier important et stimulant en perspective !

Ces deux interventions me semblent faire naître pour ma part une question, qui fut posée il y a plusieurs mois dans les Carnets de la BD : l’auteur constitue-t-il vraiment la clé de la légitimité de la bande dessinée ? La chose ne me semble pas forcément évidente et l’on peut d’emblée s’interroger sur ses limites car l’auteur semble en effet avoir été au fondement d’une majeure partie de nos outils et instances de légitimation de la bande dessinée. Les travaux de recherches et dispositifs critiques ont ainsi toujours fait preuve d’un goût avéré pour un genre mettant résolument l’auteur en valeur : la monographie. L’origine du « médium » fut ainsi par exemple placée en la personne d’un auteur, notamment par Thierry Groensteen et Benoît Peeters dans Töpffer. L’invention de la bande dessinée. Des réflexions sur l’auteur venaient également ordonner les espaces de réflexion autour du neuvième art, à l’instar des Cahiers de la bande dessinée qui étaient organisés (entre autres espaces d’expression) autour d’un dossier consacré à un créateur donné. Enfin, les dispositifs de consécration de la bande dessinée ont également mis l’auteur à l’honneur, à l’exemple du plus célèbre d’entre eux, le Grand Prix de la ville d’Angoulême, qui est décerné par une assemblée d’auteurs.

La bande dessinée n’existerait pas sans ses auteurs : c’est un fait que Morvandiau et Benjamin Caraco ont tout-à-fait raison de rappeler. Mais je me permets de me demander : ses auteurs lui permettent-ils véritablement d’exister ? Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. La bande dessinée serait-elle un art qui ne s’analyse pas et ne s’étudie pas : c’est ce que suppose implicitement « l’auteur » entendu dans les propos publiés ci-dessus comme un « créateur de bande dessinée » et non comme un auteur d’articles ou d’ouvrages portant sur la bande dessinée ? La bande dessinée constituerait-elle un mode d’expression qui ne s’explicite pas et ne se diffuse pas ? C’est ce que peut laisser supposer le peu de visibilité dont jouissent certains des maillons de la chaîne du livre tels des libraires, bibliothécaires ou éditeurs sur lesquels portent très peu de travaux et que l’on connaît finalement bien mal. Bref, la question est posée : l’une des plus grandes faiblesses de la bande dessinée ne réside-t-elle pas l’étude de ses « médiateurs » (qui sont-ils, comment exercent-ils ?) et de ses « publics » (quels sont leur domaines d’intérêt et d’expertise ?) ?

Comicalités : nouvelles parutions

En cette rentrée universitaire, Comicalités. Études de culture graphique vous propose trois nouveaux articles. Deux d’entre eux prennent place dans notre thématique «Représenter l’auteur de bandes dessinées » en traitant dans un cas des apories de l’autoportrait à travers une question (la bande dessinée ne doit-elle pas nécessairement inventer des personnages ?) et en montrant dans l’autre comment l’auteur investit pour se représenter tous les espaces du livre, à commencer par le paratexte et notamment le frontispice. Le troisième, enfin, s’intéresse aux dispositifs de communication d’une maison d’édition (L’Association) et nous invite ce faisant à revenir sur une position défendue par exemple par Pierre Bourdieu : commercialisation et légitimation peuvent aller de pair.

Catherine Mao, « L’artiste de bande dessinée et son miroir : l’autoportrait détourné »

L’attention portée à l’écriture de soi dans la bande dessinée ne s’accompagne pas nécessairement d’une forte préoccupation pour la représentation de soi : l’autoportrait demeure, en général, relativement dépassionné ou bien désincarné. On peut se demander si la bande dessinée, traditionnellement un art du personnage, se prête à l’art du portrait, et a fortiori de l’autoportrait. Pour permettre au lecteur de le reconnaître, il faut en effet que le visage se corresponde d’abord à lui-même : le portrait ne risque-t-il pas de se dissoudre au cours de cette objectivation préalable ? Pourtant, certains auteurs ouvrent une brèche narrativement riche de sens en exacerbant précisément cette tension entre la problématique du portrait et celle du personnage : ils actualisent ce faisant la distance sans cesse reconduite entre l’artiste et son modèle et font du portrait un processus essentiellement instable.

Writing about itself does not necessarily come with a strong concern for the representation of itself: self-portrait remains, in general, relatively dispassionate or disembodied. One may wonder if comics, traditionally an art of the character, is open to portraiture and therefore to self-portrait. To allow the reader to recognize it, isn’t it imperative that the character’s face matches first to itself? And doesn’t the art of drawing disappear in front of that compelling objectification? Hovewer, some authors open rich narrative ways by exacerbating this tension between the portrait and the character: constantly updating and renewing the distance between the artist and his model, they define portraiting as an unstable and creative process.

 

Hélène Martinelli, « Représenter l’auteur dans le livre auto-illustré au début du XXe siècle : Jean Bruller, Josef Váchal, Bruno Schulz et Alfred Kubin »

Cette étude entend questionner l’hypothèse d’une tendance à l’autoreprésentation dans les œuvres auto-illustrées, tendance qui serait en quelque sorte conditionnée par la maîtrise exclusive d’un auteur sur l’oeuvre qu’il écrit, illustre voire édite. En comparant des œuvres d’auteurs-illustrateurs du début du XXe siècle (Josef Váchal, Bruno Schulz, Alfred Kubin, Jean Bruller) avec la bande dessinée et le livre d’artiste, on constate que si l’omniprésence de l’auteur ne constitue pas une spécificité de l’auto-illustration, les auteurs y explorent néanmoins l’autoreprésentation de façon originale, mêlant des éléments relevant de l’autobiographie et de l’autoportrait. Sans doute l’intérêt de ces œuvres tient-il de ce point de vue à l’invasion du paratexte par la figure de l’auteur-illustrateur, ainsi qu’à la diffraction de cette figure qui en vient souvent à se scinder en avatars multiples sinon contradictoires.

This paper aims at discussing the assumption that self-illustrated books tend to favour self-representation, a phenomenon that would be somehow determined by the exclusive mastery of an author on the work that he writes, illustrates and sometimes even publishes himself. Comparing self-illustrated books of the early twentieth century (by Josef Váchal, Bruno Schulz, Alfred Kubin and Jean Bruller) with comics and artist’s books reveals that even if the author’s omnipresence cannot be regarded as a particularity of self-illustration, these authors still have their own way of exploring self-representation by combining both elements from autobiography and self-portrait. The main interest of such books might thus be the invasion of the paratext by the figure of the author-illustrator as well as the diffraction of this figure, which often splits itself into multiple or even contradictory characters. 

 

Benjamin Caraco, « La communication éditoriale : un outil de légitimation. Le cas de L’Association »

Les recherches consacrées à la légitimation de la bande dessinée se focalisent principalement sur les instances de consécrations externes (institutions, médias). Pourtant, une approche étudiant les actions et revendications des producteurs révèle leur participation active à ce processus. Dans ses outils de communication, la maison d’édition L’Association n’a de cesse de revendiquer une certaine conception de la bande dessinée en établissant sa légitimité via une filiation historique et son adhésion à certaines valeurs. Cela se traduit par des controverses à la fois avec les autres acteurs du champ mais aussi avec ses propres auteurs et adhérents. Combinant production symbolique et promotion des livres édités par L’Association, cette communication nous invite ce faisant à reconsidérer des théories bourdieusiennes faisant d’une distinction entre esthétique et économie la clé de voûte de la notion de légitimité.

Dealing with the legitimacy of comic books, researchers mainly focus on external consecration bodies (institutions, medias). Studying the deeds and claims of the producers reveals their direct involvement in this process. While communicating with its members and readers, the publishing house L’Association keeps on vindicating its own conception of what comic books should be and establises its own legitimacy through the vindication of an historical genealogy and of some values. This position, and more specifically the publication of the newsletter Les Nouvelles de l‘hydre, lead to polemics both with other actors in the sphere of comics and with its own authors and subscribers. Combining symbolic production and book promotion, this communication process invites us to reconsider Bourdieu’s théories : is a distinction between aesthetics and economy the cornerstone of the concept of légitimacy?

Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire

Audrey Alves et Marieke Stein du Centre de REcherche sur les Médiation de l’université de Nancy lancent un appel à communication intitulé : « Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire ». S’intéressant à des publications comme les revues XXI, Le Tigre ou Uzbeck, cette proposition intéresse au premier chef les chercheurs opérant dans le champ de la culture graphique ou travaillant plus précisément sur le dessin. Le propre de ces revues n’est-il pas en effet de faire une place, dans le domaine de l’information, à des dispositifs iconographiques on ne peut plus variés et de privilégier « l’image sous toutes ses formes (dessin, photographie, BD) » ? Ces titres semblent en effet instaurer une forme de communauté visuelle qu’il y a tout lieu d’explorer. Celle-ci esquisse-t-elle un rapport à l’image peut-être plus expert et faisant fi des traditionnels cloisonnements éditoriaux entre modes d’expression et de publication ? En quoi vient-elle renouveler ou concurrencer les traditionnels dispositifs iconographiques de la presse comme le photojournalisme ? Autant de questions qu’il faudra compléter ou examiner avant le 30 octobre prochain.

 

 

 

Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire

Magazine books or mooks – spaces for the renewal of literary journalism

Le centre de recherche sur les médiations organise en partenariat avec le festival « Littérature et journalisme » de Metz un colloque international du 10 au 11 avril 2014, à l’Université de Lorraine.

Argumentaire

Quand l’information s’accélère, quand l’écriture se fragmente, quand la presse papier s’essouffle, réaffirmer un intérêt pour le journalisme littéraire pourrait paraître anachronique, au moins singulier… sauf à considérer le nombre toujours croissant de journalistes et grands reporters (Florence Aubenas, Éric Fottorino, Jean Hatzfeld, pour ne citer qu’eux) qui, s’étant tournés vers le support livre, remportent des distinctions littéraires pour des entreprises touchant aux fictions du réel, au grand reportage social, aux œuvres-témoignages, autant d’objets hybrides qui réinterrogent les frontières du journalistique et du littéraire. Phénomène conforté par l’apparition et le succès de nouveaux objets journalistiques à mi-chemin entre revues et livres : les mooks, contraction du mot magazin et book. Ces « revues-livres » semblent constituer des expressions alternatives à l’évolution de la presse écrite traditionnelle forcée de prendre ses distances avec les traditions de l’investigation, du grand reportage ; et ce, en raison de l’évolution des modèles économiques (impératif de rentabilité, regroupement capitalistique) et du tournant numérique. Ce retour du format long, du récit qui prend son temps, conquiert un public grandissant et explique notamment l’augmentation, ces cinq dernières années, de travaux en sciences humaines et sociales sur les interactions entre journalisme et littérature.

Si ces nouveaux supports d’information apparus au tournant des années 2010 sont souvent cités comme symptomatiques d’un modèle journalistique en reconversion, ils n’ont fait l’objet d’aucune étude en tant que telle. Lors de ce colloque, l’enjeu des échanges est de proposer des analyses et d’ouvrir une réflexion autour de ces livres-objets dont l’émergence ne peut être pensée sans envisager le contexte de recomposition professionnelle du journalisme et la nécessité pour le journalisme de renouveler constamment ses formes et ses formats. XXI, Uzbeck et Rica, Feuilleton, Le Tigre, Bonbek… qui privilégient l’enquête au long cours, l’esthétisme de la maquette, le genre du reportage, constituent des objets captivants d’une pensée qui voudrait renouveler la problématisation entre journalisme et littérature.

Les communications viseront donc à enrichir la réflexion sur ces relations entre littérature et journalisme telles qu’elles se manifestent au sein de ces objets hybrides que sont les revues-livres, en mettant l’accent sur les phénomènes d’intersection qui les caractérisent et sur la mutation qu’elles représentent à l’échelle du monde de la presse.

Pour aborder cette problématique globale, trois axes sont proposés :

1. Producteurs des mooks

Les communications s’intéresseront aux fondateurs de ces projets à contre-courant et aux acteurs qui y participent (éditeurs, journalistes, écrivains, équipes rédactionnelles, illustrateurs, directeurs de publication…), ainsi qu’aux projets éditoriaux qui les définissent. Il s’agira de mieux circonscrire ces objets, leurs principes, de comprendre leurs enjeux (économiques, sociaux…) et de préciser leur inscription dans le paysage éditorial et médiatique actuel : la création des mooks répond-elle à un refus de certaines tendances de la presse actuelle (immédiateté, information brute…) ? S’agit-il de créer un nouveau support pour un journalisme narratif qui ne trouve plus vraiment sa place dans la presse ? Ce projet éditorial inclut-il le choix de certaines thématiques (souvent peu spectaculaires, demandant un traitement long et situées à la marge de l’actualité) ? En outre, cet axe consacré aux « producteurs » est également ouvert aux interrogations sur les parcours et les pratiques professionnels des journalistes et illustrateurs impliqués, sur les choix qui les ont amenés à s’inscrire dans ces équipes entre les deux voies, mieux balisées, du journalisme d’information et de la production littéraire. Parmi ces acteurs, la figure du grand reporter mérite une attention particulière : qui est-il, comment se met-il en scène dans son récit, quel est son rapport au littéraire ? En définitive, que lui apporte le support mook par rapport à la presse et au livre ? La question du financement des revues-livres fonctionnant pour la plupart sans publicité et des relations de leurs rédactions avec les maisons d’édition pourront également être envisagées.

2. Poétique des mooks

Seront bienvenues des communications consacrées à l’étude du discours des revues-livres, aussi bien dans sa dimension textuelle qu’iconique. Elles pourront s’intéresser aux formes privilégiées par les mooks (reportage, photoreportage, enquête, portrait, témoignage…), aux procédés d’écriture, aux emprunts réciproques entre genres littéraires et journalistiques, à la place et au rôle de l’illustration. Des approches littéraires, sémiotiques, esthétiques sont attendues, sans oublier l’histoire littéraire qui permettra de s’interroger sur les filiations qu’entretiennent les mooks, non seulement avec le journalisme littéraire anglo-saxon (The New Yorker, Granta…), mais aussi avec les grandes revues françaises du XIXe et du premier XXe siècle : ces revues inventent-elles réellement quelque chose de nouveau, où participent-elles d’une forme de « retour aux sources » ? Sont-elles encore, comme les revues qui les ont précédées, des creusets d’invention littéraire et journalistique et, le cas échéant, quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle écriture, voire du nouveau rapport au monde, qu’elles inventent ? Au-delà de la perspective historique, les contributeurs pourront s’interroger sur un certain nombre de questions liées à la poétique ou à l’esthétique des revues-livres : par exemple, qu’apportent à l’information les formats longs, les narrations soignées, l’image sous toutes ses formes (dessin, photographie, BD) ?

3. Publics des mooks

Ici on pourra explorer l’hybridité du support qui, par ses processus socio-économiques de diffusion, de consommation et de réception, est à mi-chemin entre le journal (voir sa périodicité, par exemple) et le livre (distribution en librairie plutôt que dans les maisons de la presse…). Il s’agira, par l’intérêt porté aux circuits de distribution, aux dispositifs de communication à l’œuvre…, de préciser l’appartenance des mooks au champ littéraire et/ou journalistique. Des communications dédiées à une approche socio-économique des publics concernés, de leurs modes de consommation et de lecture, sont attendues. Le public de ces nouveaux médias est-il extensible ou sommes-nous confrontés à des objets occupant un sorte de niche, dessinant ainsi un journalisme à deux vitesses ? Enfin, cet axe peut ouvrir sur les effets possibles des revues-livres dans le champ journalistique (constituent-ils une seconde voie pour des pratiques journalistiques exclues de la presse d’information ?) et dans le champ littéraire (quel est le rapport entre ces supports hybrides et la tendance à la littérature du réel ?), ainsi que sur les évolutions qu’elles peuvent induire dans les deux champs et sur leur propre avenir. En définitive, que nous disent ces mooks des représentations sociales de la littérature, de l’écriture, du journalisme aujourd’hui ?

Dans cette perspective, mettre en partage ces objets, parmi des spécialistes tant du texte, des procédés d’écriture que des médias, nous assure certainement de l’éclairage souhaité.

Conditions de soumission

Les projets de communication seront envoyés par courriel (fichier Word) à Audrey Alvès : audrey.alves@yahoo.fr et Marieke Stein : marieke.stein@wanadoo.fr

le 30 octobre 2013 au plus tard.

 Ils seront rédigés en français et comporteront les éléments suivants :

  • vos nom et prénom, statut universitaire/professionnel, adresse électronique ;
  • votre institution/laboratoire de rattachement (nom et adresse) ;
  • votre proposition (4 000 signes maximum espaces compris) précédée d’un titre.

Les avis du comité scientifique seront adressés à chaque participant le 30 novembre 2013.

Les auteurs des propositions retenues s’engageront à transmettre leurs communications par courriel pour le 30 juin 2014.

Ces dernières seront soumises au comité scientifique en vue de la publication des actes.

Comité scientifique

  • Paul Aron, Université Libre de Bruxelles
  • John S. Bak, Université de Lorraine
  • Béatrice Fleury, Université de Lorraine
  • Marc Lits, Université catholique de Louvain
  • Isabelle Meuret, Université Libre de Bruxelles
  • Marie Scarpa, Université de Lorraine
  • Isabel Soares, Université de Lisbonne
  • Marie-Ève Thérenty, Université de Montpellier 3
  • Sylvie Thieblemont-Dollet, Université de Lorraine
  • Jacques Walter, Université de Lorraine
  • Adeline Wrona, Université Paris-Sorbonne 4

Comité d’organisation

  • Adeline Clerc
  • Rudy Hahusseau
  • Jean-Matthieu Méon
  • Alain Muller
  • Martine Salm
  • Céline Ségur
  • Emmanuelle Simon

Responsables scientifiques et contacts

Centre de recherche sur les médiations
île du Saulcy – BP 30309
57006 Metz Cedex
Tél : 03 87 54 74 98
Fax : 03 87 31 55 06
http://www.univ-metz.fr/ufr/sha/crem/

 

Pour citer cette annonce

« Les revues-livres ou mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 09 septembre 2013, http://calenda.org/258704

Humour : les mots et les choses

La revue Humoresque lance un appel à communication pour un dossier coordonné par Will Noonan intitulé : « Humour : Les mots et les choses. Problèmes conceptuels et terminologiques des recherches sur l’humour, le rire, le comique ». Cette proposition propose ainsi d’interroger l’humour au regard de termes, ou plus exactement d’un lexique qui il est vrai pose problème : quelle différence exacte faire entre « ironie » et « satire » ou entre « parodie » et « pastiche » ? Des chercheurs travaillant dans le champ de la culture graphique, et en particulier sur le dessin, pourraient tout-à-fait faire bénéficier ce dossier de réflexions peut-être même susceptibles de renouveler le sujet. Il ne s’agirait plus en effet de simplement réfléchir sur des mots, mais également sur des images et sur des formes relevant d’un mode d’organisation du récit : des notions aujourd’hui aussi floues que celles de « strip » ou de « gag », sans parler de caricature, pourraient ainsi être examinées et il conviendra de compléter cette liste avant le 30 septembre prochain.

Humour : Les mots et les choses. Problèmes conceptuels et terminologiques des recherches sur l’humour, le rire, le comique

Date limite : 30 septembre 2013

Humoresques No. 39 – Printemps 2014 – Appel à contributions

Textes réunis par Will Noonan

Pour son 39ème numéro, prévu au printemps 2014, Humoresques invite des contributions explorant les problèmes conceptuels et terminologiques liées à la recherche sur le comique, le rire et l’humour.

Souvent relégués aux marges des disciplines traditionnelles, le comique, le rire et l’humour se sont peu à peu établis comme champ d’étude « sérieux ». Or la terminologie et les distinctions conceptuelles restent souvent confuses, effet dû non seulement au caractère interdisciplinaire de ce nouveau domaine ou à sa marginalité relative mais aussi à la nature d’une matière notoirement réfractaire à la définition. Malgré de nombreux efforts d’éclaircissement, il semble, paradoxalement, que la multiplication des travaux ne fait qu’aggraver la situation. Au vieux problème de définir l’humour (« le péché mignon des anglicistes français », disait Robert Escarpit ; une question de couleurs, pour Dominique Noguez…) s’ajoute un souci plus nouveau : celui de naviguer entre acceptions large ou restreinte, entre sciences humaines et sociales – voire d’élaborer une « archéologie » du domaine quelque peu sur le modèle de l’« Encyclopédie chinoise » de Borgès si drôlement évoquée par Michel Foucault dans Les Mots et les choses dont le titre inspire cet appel.

Dans quelle mesure, donc, pouvons- ou devons-nous distinguer entre « comique », « rire », « humour », « nonsense », « ironie », « parodie », « satire » ou de nombreuses autres notions apparentées ? Jusqu’où pousser ces distinctions, et à quelle fin ? Quelle importance accorder aux rapports entre les disciplines, aux anciens ou nouveaux médias, aux langues et aires culturelles, à l’informatisation et à l’internationalisation de la recherche ? Et comment travailler au mieux, enfin, pour une mise en commun des contributions des chercheurs du monde entier ?

Les propositions d’article (2000 signes maximum) sont à envoyer à l’adresse humoresques39@gmail.com pour le 30 septembre 2013.

Les textes définitifs (15.000-25.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) sont à envoyer pour le 1er décembre 2013. N’oubliez pas de consulter les consignes de présentation disponibles sur www.humoresques.fr.

Responsable : HUMORESQUES

Url de référence :
http://www.humoresques.fr

 

Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone

La revue Textyles lance un appel à communication pour le compte d’un dossier coordonné par Valérie Stiénon (université Paris 13) et intitulé : « Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique Francophone ». Ainsi formulée, la proposition semble originale puisqu’elle propose d’appréhender un genre (voire un domaine) littéraire au regard d’un espace politique (et/ou linguistique). À cet égard, et au regard de la bande dessinée, peut-être faudrait-il effectivement s’intéresser tout autant aux productions d’auteurs belges versés dans la Science-Fiction (Roger Leloup et sa Yoko Tsuno, mais également Albert Weinberg avec l’oubliée Roc Météor) qu’à une œuvre citée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous. Nous pouvons en effet ainsi présenter le pari esthétique de certains albums des Cités Obscures imaginés par Benoît Peeters et François Schuiten : s’approprier un univers graphique proprement belge (celui de Victor Horta, architecte gantois bien connu) afin de dessiner une utopie (prenant par exemple la forme de la ville de Xhystos représentée dans Les Murailles de Samaris). Un patrimoine devient ainsi le fondement d’un monde possible : telle est la réflexion qu’il s’agira d’étoffer, de récuser, de compléter avant le 30 novembre prochain.


Revue Textyles, n° 47 (2015)

Utopies et mondes possibles.

Le récit d’anticipation en Belgique francophone

 

Numéro dirigé par Valérie Stiénon (Université Paris XIII)

 

 

Terre fertile en paralittératures, familière des littératures de l’imaginaire, la Belgique semble paradoxalement peu représentée dans la veine utopique. Si en France le récit d’anticipation moderne se constitue en prolongement, souvent négatif, de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de constituer un genre autonome. On reconnaît plus volontiers à la littérature belge d’expression française ses particularités, tôt développées, dans les domaines du fantastique et de la science-fiction. Il s’agit assurément d’esthétiques voisines, mais il ne faudrait pas les confondre. Roger Bozzetto a insisté pour considérer le fantastique et la fiction spéculative comme « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes »[1], tandis que Darko Suvin a proposé des critères distinguant l’utopie de la science-fiction[2]. Sous la désignation de « littérature utopique »[3] peuvent se regrouper des œuvres qui ont en commun les caractéristiques de la fiction prospective ou conjecturale associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Une telle définition repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel). Ce numéro de la revue Textyles proposera un premier état des lieux de cette production hybride, disparate et peu considérée. Il associera, pour ce faire, des études de cas à une réflexion d’ensemble. Quatre orientations pourront être investiguées, ensemble ou séparément :

  • étude thématique : existe-t-il des thèmes spécifiques à l’utopie belge ainsi entendue ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leurs équivalentes en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimiste dystopique, ce que pourraient confirmer les œuvres de Jacques Sternberg, (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la précoce Mort de la Terre (1910) de Rosny Aîné, qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica (1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois, qui explore la thématique des technosciences ?
  • étude générique : quels sont les sous-genres investis par l’anticipation belge ? La question s’étend de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011). Comment ces frontières génériques interfèrent-elles par ailleurs avec les esthétiques du merveilleux scientifique, de l’absurde, du surréalisme ou du réalisme magique manifesté notamment par un Franz Hellens dans son recueil Le dernier jour du monde (1967) ? La notion de « récit » sera entendue au sens le plus large pour mieux considérer la diversité des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, etc. Elle inclura volontiers la dimension visuelle propre à la bande dessinée. Que l’on pense à la série Les Cités obscures, conçue par François Schuiten et Benoît Peeters à partir de 1983, ou à certains albums de Blake et Mortimer (le « chronoscaphe » du Piège diabolique, 1960). Les traits définitoires du genre pourront aussi être déterminés par comparaison avec l’essai, le roman d’aventures, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, représentée par exemple chez Philippe Ebly [Jacques Gouzou] avec Les Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).
  • étude sociologique : si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le seul genre du récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialisée Anticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le dernier couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie notamment le tandem Jean-Gaston Vandel [Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse] auteur de L’agonie des civilisés (1953). On pourra aussi s’interroger sur les modalités de collaboration des auteurs, sur les carrières d’écrivains et sur la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.
  • étude monographique : parallèlement au profil socio-littéraire de l’auteur et aux réseaux qui ont favorisé sa production, on pourra choisir d’étudier non pas les entours de l’œuvre, mais l’œuvre elle-même de manière intrinsèque, afin de la faire mieux connaître et de déterminer la part laissée à l’écriture particulière de l’utopie dans un parcours d’écriture, un projet créateur, une esthétique. Il s’agira alors de mettre en évidence des caractéristiques et des dominantes discursives ou stylistiques, mais aussi des évolutions, des emprunts, des influences qui fondent la dynamique d’un ou plusieurs texte(s) au regard de la littérature utopique. La question peut être posée pour tout auteur belge concerné. Songeons entre autres à Franz Hellens, Marcel Thiry (Échec au Temps, 1945), Alain Le Bussy, Henri Vernes et sa série des Bob Morane.

Ce numéro thématique de la revue Textyles poursuit deux objectifs complémentaires. D’une part, à travers des études de cas documentées, il entend mettre en évidence cette fraction particulière de la production belge pour proposer une première esquisse d’histoire littéraire s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de Rosny Aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Delisse (2013 Année terminus, 2012). D’autre part, il vise à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible visibilité et de la relative non-reconnaissance de la littérature utopique en Belgique francophone.

Les propositions de contributions (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à adresser à Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) avant le 30 novembre 2013. La présélection sera communiquée aux auteurs pour le 15 décembre 2013. Les articles retenus seront à envoyer pour le 1er mai 2014. Ils feront l’objet d’une évaluation par le directeur du dossier et par le comité scientifique de la revue.

Textyles, revue des lettres belges de langue française, est une revue universitaire, qui paraît deux fois par an, sous la forme de volumes d’environ 150 pages, comprenant un dossier consacré à une œuvre ou à une problématique, des varias, des comptes rendus d’ouvrages critiques et une bibliographie exhaustive des publications critiques de l’année écoulée dans le domaine des lettres belges. Elle constitue ainsi un véritable organe de synthèse pour la recherche, la documentation et l’enseignement des lettres belges, en Belgique et à l’étranger.

Responsable : Valérie Stiénon

Url de référence :
http://textyles.revues.org/

 

Le carnet de Comicalités : ouverture

Comicalités se dote d’un nouvel outil : un carnet de recherche (ou blog scientifique) qui a vocation à accompagner la revue dans ses activités. Il adoptera un mode de fonctionnement différant quelque peu de dispositifs comparables (tels le blog de Contextes ou le carnet de Vertigo) comme en attestent des missions explicitées à travers les trois catégories au sein desquelles s’inscriront les différents billets.

La rubrique « La revue » aura pour fonction d’animer et de structurer la communauté que constitue toute revue scientifique digne de ce nom. Si Comicalités a aujourd’hui acquis une légitimité certaine (comme en attestent ces mesures d’audience et la fréquence de ses citations), c’est en effet car elle est le fruit d’un effort collectif. Plusieurs experts sont systématiquement mobilisés afin d’optimiser (par des suggestions en termes de documentation ou pistes de réflexions) les travaux qui nous sont soumis et ainsi inviter leurs auteurs à retravailler deux ou trois fois au minimum leurs propositions.

Nous livrons peu d’articles (entre 10 et 14 par an) car ceux-ci obéissent à ce long processus qui permet de mieux les valoriser : cette sélection (toute publication se faisant à l’unanimité de trois voix : deux experts et la mienne) est synonyme d’exigence et garantit l’attractivité d’une revue qui peut faire valoir l’originalité (s’intéresser à la culture graphique) des travaux qu’elle diffuse. Et l’un des objectifs du Carnet de Comicalités sera ainsi d’expliciter les tenants et aboutissants d’un dispositif qui suppose administration, concertation et décisions quant à l’évolution de la publication.

La rubrique « Études et intuitions » aura une autre fonction : diffuser idées d’articles, projets d’ouvrages ou demandes de collaborations afin de pouvoir leur donner sens et chance. A côté d’une revue relevant de strictes procédures de certification, il nous semble en effet nécessaire d’ouvrir un espace qui soit l’instrument d’un devenir ou d’une genèse scientifique et fasse peut-être plus largement une place à une forme d’enthousiasme que nos instances de production scientifique ne reconnaissent peut-être pas à sa juste valeur.

Les intuitions présentées ici ne seront de plus dans les faits jamais perdues pour la postérité : archivés sur la plateforme ISIDORE, les billets jouiront en effet d’une pérennité certaine et cette rubrique fera également une place à une « littérature grise » qui est aujourd’hui trop souvent ignorée par notre communauté scientifique. Même s’ils ne relèvent pas du processus de certification décrit plus haut, il nous semble en effet aujourd’hui difficile (voire impossible) d’ignorer la valeur documentaire de travaux publiés dans des archives ouvertes comme le Social Science Network, la plateforme HAL-SHS ou encore la rubrique « thèses et mémoires » du site neuviemeart 2.0 qui accueille de passionnants travaux d’étudiants.

Enfin, la rubrique « Vie scientifique » sera tournée vers l’environnement de la revue et plus largement des travaux s’intéressant à la culture graphique. Lieu d’une veille et d’une information quant à des événements ou des publications passées ou à venir, elle s’inscrit dans la lignée d’un autre dispositif : Les carnets de la bande dessinée qui sont en sommeil depuis mars dernier. Créés en 2009 par Sylvain Lesage et moi-même, ceux-ci ont accueilli plus de 250 billets en trois ans et diffusés principalement des appels à communication assortis de pistes de réflexion.

Ils avaient vocation à structurer la communauté scientifique née après le colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » que j’avais organisé à la même période et plus largement à permettre à nombre de chercheurs (jeunes et moins jeunes) de participer à colloques et publications. Au regard du développement de Comicalités, il me semble que cet objectif est désormais atteint et qu’il est temps d’envisager le futur à travers un dispositif de publication plus large et mieux intégré à notre système de publication scientifique. La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image poursuivra ce travail de veille et le devenir des Carnets de la bande dessinée est à l’heure actuel en suspens : avis aux amateurs…