Tendances de recherche (1/6) : quand les historiens lisent des bandes dessinées

Dans cette série d’articles, je me propose de mettre en exergue six tendances récentes et stimulantes de la recherche francophone sur la bande dessinée…

La parution à l’hiver 2017-2018 des deux premiers albums de la collection « L’Histoire dessinée de la France », coédités par l’éditeur académique La Découverte avec La Revue Dessinée, est le marqueur fondamental d’un phénomène de plus grande ampleur : l’engouement croissant de la communauté scientifique des historiens pour la bande dessinée. C’est cette tendance que nous souhaitons analyser aujourd’hui, en nous concentrant non pas sur l’histoire de la bande dessinée (qui demeure un parent pauvre de la recherche scientifique), mais sur l’histoire par la bande dessinée…

Voir le chapitre suivant : corps, gestes et mouvement en bande dessinée

Légende du bandeau : tomes 1 et 2 de la série Histoire dessinée de la France, co-édition La Découverte et La Revue Dessiéne (2017-2018)

Histoire des représentations, histoire de l’image

La précision méthodologique est importante : l’intérêt grandissant des historiens universitaires pour la bande dessinée a débouché moins sur le développement de recherches sur l’histoire du média que par une utilisation plus fréquente de la bande dessinée comme document historique, témoin d’un mode de pensée ou d’une époque, ou support de représentations historiques. Avant d’examiner les différentes pistes suivies par les historiens, il peut être utile de dire un mot des origines de cette tendance contemporaine.

Dans le contexte français, les études historiques récentes faisant appel à la bande dessinée peuvent être interprétées comme les dernières héritières de l’histoire culturelle telle qu’elle se développe depuis les années 1980. C’est à cette époque que, sous l’impulsion d’historiens comme Roger Chartier, Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, se déploie une « histoire sociale des représentations » (Pascal Ory) dont le principe est d’analyser les représentations comme des phénomènes sociaux témoignant des idées politiques, des sensibilités, de la culture au sens large d’un groupe humain à une période donnée. La médiatisation des faits sociaux du passé constitue pour l’historien un objet d’étude permettant de mieux les appréhender, autant voire plus que des études statistiques, économiques, ethnologique ou politique au sens strict. La bande dessinée fait alors partie des objets culturels susceptibles de nous renseigner sur le passé, au sein d’une plus vaste histoire des images, dont font aussi partie l’affiche (Laurent Gervereau), le dessin de presse (Christian Delporte) ou le cinéma (Marc Ferro). Il faut cependant attendre les années 1990 pour que l’histoire culturelle s’empare davantage de la bande dessinée, sous l’impulsion par exemple de Jean-Paul Gabilliet pour l’aire nord-américaine, Viviane Alary pour l’Espagne. Progressivement, plusieurs auteurs comme Michel Thiébaut et Philippe Delisle font de l’utilisation de la bande dessinée pour comprendre le passé leur principal objet de recherche.

Si l’on se penche sur la période plus contemporaine, deux grandes tendances se dessinent. La première, dans la lignée directe de l’histoire des représentations, est l’étude de bande dessinée comme témoin d’une époque ; la seconde, actuellement plus dynamique, est l’étude de la bande dessinée historique comme outil de compréhension des représentations contemporaines du passé.

La bande dessinée, miroir d’une époque

Les premières rencontres de l’historien, particulièrement de l’historien du fait culturel, avec la bande dessinée se produisent dans le sillage de travaux consacrés à l’histoire de la bande dessinée elle-même. Pour certains historiens du medium, l’objectif scientifique d’une étude sur la bande dessinée se justifie par ce qu’elle peut révéler du contexte culturel au sein duquel elle a été produite. En ce sens, une bande dessinée (un album, une revue…) devient le témoin d’un fait historique plus général. A cet égard, l’étude de Pascal Ory sur Le Téméraire, publié en 1979 sous le titre Le Petit Nazi illustré (éditions Albatros) est pionnière : elle utilise une revue pour enfants des années 1940 comme exemple de la circulation de l’idéologie nationale-socialiste dans la France de Vichy. Un peu plus tard, dans les années 1990 et 2000, et de façon plus approfondie, les travaux de Jean-Paul Gabilliet (sur la contre-culture et la culture de masse américaine), puis de Thierry Crépin (sur l’édition pour la jeunesse et l’édition catholique) poursuivent ce sillon d’une histoire sociale du culturel qui s’appuient sur les productions graphiques pour décrire l’évolution des sociétés états-uniennes et européennes. A cet égard, l’ouvrage collectif « On tue à chaque page » : la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, paru en 1999 (sous la direction de Thierry Crépin et Thierry Groensteen) est représentatif d’un certain âge d’or de la rencontre entre l’histoire culturelle de la période contemporaine et la bande dessinée par sa capacité à extrapoler, à partir d’un sujet de recherche issu d’une histoire propre à la bande dessinée, des enjeux plus larges ayant à voir avec l’histoire du politique, des pratiques culturelles et de la société française dans son ensemble. On peut d’ailleurs y noter la présence de Jean-Pierre Rioux, Jean-Yves Mollier et Pascal Ory, représentants éminents de l’histoire culturelle à la française.

Durant les deux dernières décennies, cette piste de recherche a continué à être explorée, avec une préférence marquée pour des périodes de grave crise politique comme la Seconde Guerre mondiale (voir notamment : Sylvain Farge, « BD et dictature : Vater und Sohn, soumission à la censure ou révolte discrète ? », Germanica, n°47, 2010 mais aussi les études de Sylvain Lesage, Jean-Pierre Mercier et Philippe Moins dans le catalogue de l’exposition Traits résistants : la résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours, 2011 ou encore l’article d’Isabelle Antonutti, « Fumetto et fascisme : la naissance de la bande dessinée italienne », Comicalités [en ligne], 04 mars 2013, http://journals.openedition.org/comicalites/1306). Dans un esprit proche, il faut relever les nombreux travaux de Philippe Delisle, spécialiste du catholicisme et du colonialisme, publiés depuis la fin des années 2000 (Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial, Karthala, 2008). Delisle est à ce jour l’historien qui a le mieux enrichi la piste d’une histoire culturelle par la bande dessinée : en s’efforçant de travailler sur des corpus vastes et non des œuvres isolées, il évite le biais d’interprétation et de représentativité de certaines des premières études.

L’énoncé de ces travaux montre en creux la problématique historique pour laquelle la bande dessinée s’avère être un objet culturel particulièrement stimulant : la diffusion dans la société des grandes idéologies occidentales (fascisme, communisme, colonialisme…) à travers l’image et les productions culturelles « populaires » dans la société française de la première moitié du XXe siècle. Ce choix d’une histoire politique empreinte d’une certaine gravité est aussi un moyen supplémentaire de légitimer l’usage de la bande dessinée comme témoin de la « Grande Histoire ».

Bande dessinée « historienne » et représentation du passé

Si l’utilisation de la bande dessinée comme miroir de son époque est, chronologiquement, l’axe le plus ancien de la rencontre entre historiens et bande dessinée, il n’est en réalité pas le plus dynamique, particulièrement depuis quelques années. Une tendance forte ayant pris le relais de l’histoire culturelle est l’histoire des représentations de l’histoire. Dès 1979 le colloque « Histoire et bande dessinée » de La Roque d’Anthéron proposait les premières pistes de recherche allant dans ce sens, mais se limite encore à des œuvres où le rapport au savoir historique est fort et évident (Alix, Les belles histoires de l’Oncle Paul). C’est surtout depuis le milieu des années 1990 que des historiens (contemporanéistes, modernistes, médiévistes et antiquisants) s’efforcent de comprendre comment la bande dessinée actuelle représente le passé afin de mieux analyser notre rapport à l’histoire. Les deux ouvrages fondateurs de cette tendance sont L’Histoire par la bande, dirigé par Odette Mitterand en 1993, et la thèse de Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995) contribution à une pédagogie de l’histoire ancienne (1997). Tous deux posent les fondements méthodologiques qui aideront les futurs historiens à mieux s’emparer de la bande dessinée : d’une part, la bande dessinée dite « historique » n’est pas la seule à pouvoir faire l’objet d’une analyse, car il existe aussi une bande dessinée « historienne » où le dessinateur transmet une représentation particulière de l’histoire ; d’autre part l’analyse historienne de la bande dessinée trouve sa principale raison d’être aux côtés de la didactique et de la pédagogie ; enfin l’historien doit accepter de se confronter à l’analyse des œuvres pour en tirer ses enseignements, et non seulement au contexte de production.

Les pistes ouvertes au mitan des années 1990 ont essaimé avec vigueur dans les années 2010. L’Antiquité constitue la période historique la mieux analysée, dans le sillage des travaux de Michel Thiébaut. Que ce soit la thèse de Vincent Marie sur l’Égypte ancienne (Les mystères de l’Égypte ancienne dans la bande dessinée : essai d’anthropologie iconographique en 2010) ou le récent volume très complet dirigé par Julie Gallego (La bande dessinée historique, premier cycle : l’Antiquité en 2016). Mais les autres périodes ne sont pas délaissées, avec par exemple deux ouvrages dirigés par Tristan Martine, faisant suite à des colloques et publiés chez Karthala, Le siècle des lumières en bande dessinée. De poudre et de dentelles (2014) et Le Moyen Âge en bande dessinée, (2016).

Il est possible d’expliquer cet engouement pour la bande dessinée (historique ou historienne) de la part des historiens par la forte dimension historiographique de l’approche décrite ci-dessus. Après tout s’agit-il de comprendre comment le savoir historique (produit par les historiens eux-mêmes) s’est transmis dans la société, notamment à travers l’image. Ainsi, les études ponctuelles portant sur des périodes précises ne doivent pas être dissociées d’analyses plus transversales frontalement épistémologiques et méthodologiques, à l’exemple de celle de la journée d’étude organisée en 2016 au Mémorial de la Shoah et intitulée « La bande dessinée historique, un objet d’histoire ? ». De la même façon, les travaux d’Adrien Genoudet sur l’écriture visuelle de l’histoire partent du geste du dessinateur pour comprendre comment l’iconographie du passé circule dans les bandes dessinées. Il n’est pas anodin que ces recherches soient menées par de jeunes historiens (doctorant ou jeunes chercheurs) ayant à cœur de renouveler les approches historiques traditionnelles au moyen d’un « objet » nouveau. De telles contributions, plus réflexives, contribuent à solidifier une approche qui présente toujours le danger, involontairement couru par certaines études, d’être un simple divertissement pour l’historien sans autre finalité qu’une liste trop descriptive. Au contraire, grâce aux concepts et méthodes développées ces dernières années, il semble possible de penser la bande dessinée comme un objet d’histoire à part entière tout en respectant la rigueur scientifique nécessaire à l’historien.

Ouverture : quelles bandes dessinées pour l’historien ?

Dès 1989, Michel Thiébaut avait bien anticipé les deux directions dans lesquelles pouvaient partir l’analyse de la bande dessinée par les historiens : d’un côté « la bande dessinée comme document historique », de l’autre « la bande dessinée comme discours sur l’histoire ». Les deux approches ne se neutralisent pas, mais parfois se nourrissent, par exemple lorsqu’il s’agit de considérer la bande dessinée non seulement comme objet d’histoire, mais aussi comme objet de mémoire : comment une œuvre de bande dessinée conserve et transmet la mémoire d’un peuple à travers le temps. Pour l’instant, c’est surtout la Shoah qui a été analysée selon cette perspective (voir Jonathan Haudot, « Bande dessinée et témoignage : la mise en récit de la Shoah », Hermès,, n°54, 2009/2 et Christophe Meunier, Sylvie Dardaillon. « La bande dessinée et la Shoah : l’iconotexte au service de l’indicible ». Images, cinéma et Shoah, L’Harmattan, pp.45-57, 2017). La thèse récente d’Isabelle Delorme, Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée l’étend à d’autres faits historiques.

En guise d’ouverture, citons trois pistes à penser ou repenser :

– l’étude de la bande dessinée comme espace de conservation d’une mémoire collective, et donc comme construction d’une histoire partagée, mériterait d’être croisée à une « histoire du temps présent », notamment sur des faits sociaux contemporains comme l’immigration, ou des évènements de l’histoire proche comme le génocide rwandais. L’essor de la bande dessinée documentaire, ou de l’autobiographie de témoignage forme un corpus réellement dynamique

– pour aller plus loin dans les représentations du passé par les auteurs de bande dessinée, l’analyse génétique des œuvres pourrait enrichir notre connaissance de la façon dont les dessinateurs se documentent, et des sources concrètes utilisées pour dessiner une période passée. Certaines œuvres comme Alix ou Astérix ont fait l’objet d’analyses de ce genre, mais une étude plus systématique de cette problématique serait la bienvenue

– paradoxalement, l’histoire culturelle s’est beaucoup servie de la bande dessinée pour étudier la transmission d’idéologies politiques ou religieuses, mais moins pour comprendre l’élaboration de la culture de masse, notamment dans une perspective interculturelle et intermédiatique. Le cas des bandes dessinées de la firme Disney comme vecteur de la culture nord-américaine, ou du succès des héros graphiques belges en France dans les années 1950 pourraient être des cas d’écoles intéressants de la façon dont une culture mondialisée s’est construite, notamment grâce à la bande dessinée, au cours du XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.