Archives par mot-clé : travail

Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours

Plusieurs chercheurs de l’université de Lyon 2 lancent un appel à communication intitulé : « Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours ». Cette proposition nous invite à penser les évocations dessinées du « travail de la terre » comme le nomme l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous. Outre l’album jeunesse (pensons par exemple aux Aventures agricoles d’Harry l’agriculteur de Christophe Nicolas et Ronan Badel), la bande dessinée (directement mentionnée) offre de nombreux exemples et nous invite surtout à poser une question : la représentation de l’agriculteur ne s’inscrit-il pas dans un certain renouveau, voire une avant-garde, du neuvième art ? Il est en tout cas l’occasion de rompre avec une vision particulièrement irréelle de la « campagne » (pensons au Champignac de Spirou) et de développer un tout autre mode d’ancrage territorial. Une œuvre comme Arrière-pays de Jacques Ferrandez, chronique de la vie d’un village de l’arrière-pays niçois, peut à bien des égards être vue comme pionnière : il serait intéressant de questionner au regard de semblable filiation le Rural d’Étienne Davodeau (auquel nous avons consacré un article disponible sur du9), ou encore le Pirouette de Charles Dutertre qui fait pour sa part la part belle à une sorte de nostalgie de l’âge paysan. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste avant le 15 juillet prochain.

 

 

 

Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours

4 et 5 décembre  2014

Université Lyon 2  – Institut des Sciences de l’Homme

Journées organisées par  Passages XX-XXI  et le Laboratoire d’Études Rurales, dans le cadre du projet  « Imaginaires et représentations du travail en région Rhône-Alpes »

Date limite d’appel : 15 juillet 2014

Les recherches récentes sur l’ « Art au travail » menées par l’équipe Passages XX-XXI de Lyon 2 ont montré comment les œuvres littéraires, cinématographiques et théâtrales contemporaines ont réinvesti le thème du travail : le monde de l’entreprise, celui du management, des emplois précaires et non-qualifiés y sont perçus comme des espaces essentiellement conflictuels et pathogènes. L’essai récent de Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles,  et la collection Raconter la vie témoignent d’une visibilité croissante des questionnements sur le travail.

Dans le cadre du projet « imaginaires et représentations du travail en région Rhône-Alpes », nous souhaitons diriger notre attention vers un secteur d’activités qui intéresse depuis longtemps les romanciers et les artistes, celui du travail de la terre, dans toute sa diversité.

Comme l’a montré l’exposition « Paysages, paysans » organisée en 1994 à la BNF,  sous la direction d’E. Le Roy Ladurie,  les activités agricoles ont été, depuis les origines, l’objet de représentations artistiques, principalement picturales et littéraires. Pour la période contemporaine, la Troisième République, rassemblant autour de la célébration du travail de la terre notables ruraux et écrivains paysans, a correspondu à un certain âge d’or de la littérature ruraliste. La veine ruraliste et agrarienne, idéologiquement décrédibilisée par le régime de Vichy et l’impact profond de la révolution silencieuse,  a pu paraître définitivement condamnée par la « fin des paysans ».  Cependant les romanciers du terroir connaissent aujourd’hui encore de gros succès de librairie : certains romans de Claude Michelet, Hervé Jaouen ou  Jean Anglade se vendent à plus de 100 000 exemplaires. Souvent focalisées sur la célébration nostalgique des campagnes d’autrefois, ces œuvres, peu innovantes sur le plan  littéraire,  ne s’intéressent guère aux mutations contemporaines du travail agricole.

Or, aujourd’hui,  à l’image de la société tout entière, le travail agricole, s’est profondément transformé ; il est bouleversé par la motorisation, la spécialisation du travail et l’usage croissant de technologies de plus en plus complexes, qui modifient les structures agraires et la gestion des espaces productifs. Parallèlement, les campagnes se sont vidées de leur population agricole, ce qui a mis fin à une civilisation paysanne centrée sur la famille et sur la communauté villageoise. Dans le même temps,  loin des activités strictement productives, de nouveaux usages des espaces ruraux sont apparus : le développement du tourisme, des résidences secondaires, de la périurbanisation  suscite de nouveaux questionnements sur les rapports des humains avec les animaux ou avec la nature. Tous ces bouleversements ont contribué à renouveler les regards portés sur la production agricole et le travail paysan.

Dès les années 1950, des sociologues comme Rose-Marie Lagrave ont questionné ces transformations  et à partir des années 1970, le renouveau du régionalisme a nourri les mémoires de villages.  Face à la permanence des « images roses » (Ronald Hubscher) véhiculées par les romans du terroir,  des artistes et des romanciers explorent l’univers agricole contemporain  selon des formes renouvelées. Citons par exemple, en France, Pierre Jourde avec Pays perdu et La première pierre, Noëlle Revaz avec Rapport aux bêtes, Thierry Beinstingel avec Paysage et portrait en pied-de-poule, John Berger avec sa trilogie Dans leur travail, Marie-Hélène Lafon avecL’annonce et Isabelle Sorrente avec 180 jours, de même que certains auteurs de littérature- jeunesse ou de romans noirs (voir, très récemment, Nœuds d’acier de Sandrine Colette). C’est pourquoi nous pensons que Paul Aron  est allé un peu vite en disant dans Ecrire le travail, (Initiales, Dossier n°25, 2011) que « […] le « roman paysan » a presque disparu».

           Les journées d’études que nous organisons se proposent d’interroger l’évolution des représentations du travail de la terre à partir des années 30,  à travers le prisme de la littérature ruraliste et la question de l’émergence d’un « néo-roman paysan ».

Cette approche sera résolument comparatiste, ouverte aux mises en perspectives historiques et aux différentes formes d’expression artistique comme la bande dessinée, la littérature-jeunesse,  le cinéma, le documentaire ou les productions télévisées, qui sont devenus des supports essentiels de fabrication et de diffusion des représentations.

Les œuvres des artistes et des romanciers de la région Rhône-Alpes constitueront un des axes privilégiés dans le choix des corpus et des thématiques : nous souhaitons nourrir la réflexion sur les rapports du monde agricole avec les territoires et avec les appartenances locales, ainsi que sur la manière dont le roman paysan participe à la construction d’un patrimoine immatériel sans cesse réinventé.

Thématiques suggérées

– Comment la vision du travail agricole s’est-elle transformée depuis les années 1930 dans les œuvres littéraires et artistiques ?

– Comment le roman régional rhônalpin, s’il existe en tant que tel, s’articule-t-il avec le roman de terroir national ou même européen ? Les spécificités de l’agriculture régionale (viticulture, agriculture de montagne) transparaissent-elles dans les approches et les thématiques des œuvres contemporaines ?

– Les codes du récit de terroir ont-ils évolué ? Comment un certain réalisme critique s’oppose-t-il  à l’ancienne mythologie de la terre ? De quelle manière les œuvres récentes intègrent-elles les nouvelles préoccupations liées à l’environnement ou à l’écologie ?

– Comment des écritures éclatées, distanciées, polyphoniques ou blanches rendent-elles compte des nouvelles réalités du travail paysan ? Quels dispositifs d’écriture sont mis en place dans les œuvres contemporaines ? Comment sont traités les problèmes de langage (parler populaire, campagnard) ?

Comité scientifique 

  • Isabelle Krzywkowski  (Université Grenoble 3)
  • Corinne Grenouillet (Université Strasbourg)
  • Chantal Michel (Université Lyon 2)
  • Maryse Vuillermet (Université Lyon 2)
  • Edouard Lynch (Université Lyon2)
  • Claire Delfosse (Université Lyon2)

Les propositions de communication (durée : 20 minutes) sont à envoyer sous la forme d’un résumé de 3000 signes, accompagné d’une brève notice bibliographique, aux adresses suivantes :

RESPONSABLE :

Maryse Vuillermet

ADRESSE

Université Lyon2