Archives par mot-clé : représentation

Le dessin : un impensé

Tel est le titre du travail que je vais entamer dans les mois qui viennent et qui prendra plus précisément la forme d’une Habilitation à Diriger des Recherches « parrainée » (pour reprendre notre jargon universitaire) par Caroline Courbières professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Toulouse. Et ce titre n’a rien d’anodin puisqu’il nous place d’emblée face à un paradoxe. Le dessin est une forme d’expression et de communication qui est aussi commune que l’écrit et semble omniprésente au sein de nos sociétés ou de nos vies (fréquentons-nous un seul espace qui ne fasse pas une place au dessin d’une façon ou d’une autre ?). Pourtant, cette forme si « naturelle » semble avoir la propriété de prendre en défaut nos modes de perception et de réflexion de l’image, ainsi que les disciplines (sémiotique, « culture visuelle »…) entendant permettre de mieux la cerner. Et il s’agira donc tout autant d’interroger des tentatives pour la saisir que de se demander en quoi et pourquoi le dessin échappe en partie ou en totalité aux différents chercheurs qui ont pu s’y intéresser.

Parmi les obstacles caractérisant cet « impensé », on trouve d’abord celui de sa définition car la question « Qu’est-ce qu’un dessin ? » semble devoir peut-être demeurer sans réponse aucune, ou du moins définitive. Impossible en effet de réduire le dessin à sa seule inscription, et plus encore à l’outil permettant de le produire : le crayon (en graphite) n’est que l’un de ses multiples instruments parmi lesquels nous pourrions par exemple nommer le feutre, la plume, le pinceau ou le stylo numérique. Impossible également de le réduire à une forme et de le cantonner à un dispositif bien connu comme le « crayonné » : celui-ci ne constitue que l’une des façons de transmettre un geste et peut être rapproché de la gravure (dessin « par creux » puisque l’on incise un matériau) ou encore de l’aquarelle (dessin « à l’eau » privilégiant le tracé à l’enduit propre par exemple à la gouache). Impossible enfin de réduire le dessin à un support ou un mode de diffusion : on peut dessiner sur papier (ou plus exactement sur toutes sortes de papier, n’ayant pas les mêmes propriétés), mais également sur bois, sur métal, sur plastique, sur pierre, sur écran, sans que sans doute cette liste puisse être jamais totalement close.

Faut-il dès lors, pour penser le dessin, considérer que nous sommes face à un espace conceptuel délimité par des notions comme « trait » ou « main » ? Peut-être, mais, outre le problème de sa définition, il existe un second obstacle : celui de sa destination. Un dessin est-il produit pour être diffusé, exposé ou communiqué à l’instar d’autres modes d’expression ou de communication ? Rien n’est moins évident car il entre également (et peut-être fondamentalement) dans des pratiques ayant trait à l’esquisse, au brouillon, à une recherche mobilisant un graphisme et constituant l’adjuvant privilégié d’une phase préliminaire à toutes sortes de réalisations (du vêtement à l’architecture). Quant à ses usages et fonctions, le dessin est en partie réductible au schéma auquel s’est notamment intéressé Robert Estival (notamment à travers sa Théorie générale de la schématisation) et semble constituer un mode de représentation ayant pour but de produire de l’intelligible et de permettre une communication. Est-il d’ailleurs interdit de penser que lui reste constamment attachée une forme de précarité, comme s’il constituait une image encore en devenir et était finalement appréhendé à travers la catégorie esthétique du projet ?

Le dessin ne peut dans tous les cas être défini par une simple intention, transmettre des informations ou une expression (et il pose d’ailleurs en cela problème à la notion de « document » sur laquelle travaille entre autres chantiers Caroline). Et il convient donc de prendre acte d’une diversité et de dresser une typologie : il existe plusieurs types de dessin ne définissant pas le même mode d’expression et de communication, cela va de soi (pensons au croquis, au dessin technique, au dessin de presse…). Mais peut-être serait-il tout aussi pertinent de définir cette variété comme plusieurs modes d’inscription dans ce registre du « projet » : ne peut-on parler d’un « dessin-action » qui (mobilisant côtes, mesures et toutes sortes d’information) entend d’emblée déboucher sur des réalisations, d’un « dessin-imagination » dans lequel l’investigation prend des formes graphiques (comme le « repentir » ou la correction) ? Et, même au sein du dessin narratif, ne peut-on devenir une espèce de variété permettant de distinguer des projets faisant graphiquement place à une spontanéité et immédiateté se rapprochant effectivement du croquis (pensons à Ma vie mal dessinée de Gipi) d’œuvres qui tentent à l’inverse d’en quelque sorte stabiliser ou noyer le dessin dans une encre ou des couleurs gommant en quelque sorte le travail de la main (pensons à une bande dessinée canonique comme le Michel Vaillant de Jean Graton).

Semblable optique nous inviterait dès lors à parler de dessins véritablement dessinés, de dessins moins dessinés, voire de dessins pas dessinés et nous placerait face à un paradoxe, voire une véritable aporie. Nous ne sommes pas du tout certain de nous reconnaître dans ces propositions et cette idée, mais force est de constater que celles-ci possèdent une valeur exploratoire qui est aujourd’hui nécessaire. Au regard des médias, le dessin est en effet partout et peut s’inscrire dans des industries culturelles extraordinairement diverses : audiovisuel (avec dessin animé et cinéma d’animation), livre (avec la bande dessinée, mais également toutes sortes d’illustrations) ou encore jeu vidéo (qui font d’ailleurs rarement l’objet d’une telle approche graphique). Et ces diverses formes narratives d’expression nous invitent à formuler une interrogation qu’il nous reviendra de pousser plus avant : parlant de dessin, ne sommes-nous pas fondamentalement dans une forme d’écrit enrichi, qui ne se limite pas à la typographie, ni même à la calligraphie, mais entend mobiliser des formes nettement plus variées ? Il se rapprocherait dès lors de l’image et nous inviterait surtout à penser un moyen terme, à interroger nos attentes, nos désirs, notre appétit : des catégories comme « écrit » ou « image » peuvent-elles véritablement aujourd’hui représenter les objets auxquels donnent naissance nos envies et besoins de dessin ?

Don’t Panic: the Apocalypse in Theory and Culture

La revue Skepsi, appartenant à la School of European Culture and Languages de l’université de Kent (UK) lance un appel à communication intitulé : « Don’t Panic: the Apocalypse in Theory and Culture ». Débouchant sur un numéro thématique, cette proposition nous invite à réfléchir sur l’importance de la catastrophe dans le champ de la culture graphique et force est de constater que le thème est fécond. Outre les nombreuses représentations picturales de l’apocalypse (pensons par exemple aux gravures d’Albrecht Dürer), de nombreuses œuvres de bande dessinée pourraient être convoquées, notamment pour évoquer les traitements contemporains de l’apocalypse (sur lesquels cette proposition nous invite à nous concentrer) : une série comme Ghost money de Dominique Bertail et Thierry Smolderen propose ainsi de considérer l’étrange complémentarité d’une barbare cruauté et de nouvelles technologies permettant de fomenter moult complots terroristes, tandis que l’apocalypse peut prendre les apparences d’une vie quotidienne basculant dans l’ « horreur » dans le cas d’un intéressant mais méconnu manga comme I’m a hero. Nous laissons nos lecteurs le soin de compléter cette liste avant le 15 décembre prochain.

Don’t Panic: the Apocalypse in Theory and Culture

Following the recent success of Don’t Panic: the Apocalypse in Theory and Culture, a two day postgraduate conference held at the University of Kent, we are calling for contributions to a future issue of Skepsi, the online interdisciplinary research journal, run by postgraduate students of the University of Kent’s School of European Culture and Languages, and now in its fifth year.

In an effort to capture and expand the broad and interdisciplinary interest in the Apocalypse, we are seeking to gather ideas, explorations, critiques and theories that examine this topic. Recent crises, such as those of the world economy, terrorist/counter-terrorist attacks and ecological collapse provoke a reconsideration of the Apocalypse. Hence, the apocalyptic discourse in a wide range of disciplines has been rekindled. Is it still possible and politically advisable to consider the end as something that can be resisted, deferred and, by extension, is a revival of apocalyptic discourse needed?

Some of the questions in which we are interested include: What does a return of the apocalypse mean today? How should theory respond in times of crisis? What do our narratives of the Apocalypse tell us about our perceptions of the end?

Suggested topics include the following and their interrelations:

  • Capitalist crisis
  • Bio-politics, bio-economy
  • Post-humanism
  • Eco-theory
  • Apocalypse in literature and Film (Zombie, disaster genres, etc.)
  • Cultural and sociological studies of the apocalypse
  • The theology and mythology of the Apocalypse

Submissions are invited from academic staff, postgraduate students and independent scholars. Any of the submitted articles selected by the Editorial Board after peer review will be published in a forthcoming issue of the journal, to be published in Spring 2014.

Articles, which should not exceed 5,000 words, should be sent, together with an abstract of about 250 words and brief biographical details about the author, to:

skepsi@kent.ac.uk

The deadline for submission is 15 December 2013

Responsable : Skepsi

Url de référence :
http://blogs.kent.ac.uk/skepsi/

Les représentations du corps humain

Stéphane Valter lance un appel à communication pour une journée d’étude organisée à l’université du Havre : « Les représentations du corps humain ». Cette proposition sera certainement à même d’intéresser nombre de chercheurs travaillant sur l’illustration ou la bande dessinée, tant ces représentations occupent une place importante et prennent des formes variées. Il serait par exemple intéressant (avant le 1er décembre) d’explorer plus avant les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan nomme la « marionnette graphique » (Principe des littératures dessinées, L’An 2, 2003, p. 281) et de la comparer ou mettre en tension avec des représentations relevant d’une forme de grotesque anatomique sensible par exemple dans l’œuvre de Richard Corben (voir à ce propos notre article disponible ici).

Les représentations du corps humain

Expressions littéraires, manifestations artistiques, témoignages historiques et enjeux idéologiques

L’Université du Havre organise une journée d’études interdisciplinaire qui, cette année 2014, sera consacrée aux diverses représentations du corps humain, au cours des siècles et selon les différentes cultures. Les études porteront aussi bien sur les expressions littéraires, les manifestations artistiques, les témoignages historiques et les enjeux idéologiques.

Les domaines de recherche sont donc ouverts. La diversité des champs d’études aura pour objectif de montrer la richesse du sujet, son importance et son impact au cours des siècles, tout en essayant de trouver des points communs dans les diverses visions et représentations dont il a fait l’objet. Le corps pourra être vu en tant qu’objet culturel, le langage du corps dans le contexte quotidien et rituel étant suffisamment riche et développé pour pouvoir produire du sens.

Autrement dit, le corps peut être représenté comme un système de signes, ce qui permet d’aborder le sujet sous angles différents et de proposer des sujets variés et enrichissants.

Sa représentation a été plus au moins acceptée aux cours des âges et dans les diverses cultures, et les valeurs qui s’y attachent vont de la simple image anonyme ou personnifiée, où les hommes se regardent comme dans un miroir rassurant, jusqu’aux représentations religieuses, mythologiques ou allégoriques.

Modalités de soumission

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir un titre et un résumé de l’intervention proposée.

Date limite de dépôt : 1 décembre 2013.

Les interventions ont vocation à être publiées dans EOLLE, la revue en ligne et à comité de lecture du GRIC

Lieux

  • salle de réunion PRSH – 25, rue Philippe Lebon
    Le Havre, France (76)

Contacts

  • Stéphane Valter
    courriel : stephane [dot] valter [at] gmail [dot] com