Archives par mot-clé : récit

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Pour commencer cette série, je voudrais donner un aperçu des principaux axes de recherche et tenter de les rassembler au sein de « tendances » qui, me semblent-ils, caractérisent les thèses soutenues ou en cours depuis 2010. Il s’agit ici moins de s’intéresser aux disciplines et aux méthodes qu’aux contenus et problématiques. Ce premier article aux allures d’inventaire permettra à mes lecteurs de se faire une idée plus générale des recherches en cours. Je précise bien que j’évoque ici à la fois les docteurs et doctorants que j’ai interrogé et ceux que je n’ai pas pu contacter mais dont je connais le sujet par les bases de données dédiées (cliquer pour voir la liste complète).

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Ecritures visuelles de l’histoire : quelle bande dessinée ?

Ce compte rendu de la première séance du séminaire « Les écritures visuelles de l’histoire dans la bande dessinée : enjeux et pratiques » a été rédigé par Julie Demange.

 

 

Lundi 01 décembre 2014, s’est tenue la première séance du séminaire « Écritures visuelles de l’histoire par la bande dessinée » aux Archives Nationales de France. Adrien Genoudet, organisateur du séminaire avec Vincent Marie et Pierre Laurent Daures a débuté la séance en s’appuyant sur un numéro de la revue Le Débat  consacré  à la  « culture du passé »[1].

0712014SemAdrienIMA2

De droite à gauche : Pascal Ory, Adrien Genoudet et Vincent Marie, lors de la première séance du séminaire aux Archives Nationales (photo Paula de Maupas)

L’idée de ce séminaire est de tenter de comprendre comment la bande dessinée génère par elle-même une pensée du passé et comment elle participe à l’écriture directe de l’histoire. Dans un des articles de la revue, Gil Bartholeyns[2] invite les historiens à faire la différence entre « passé » et « histoire ». Adrien Genoudet propose alors avec ce séminaire de faire un «pas de côté» et  envisager l’histoire non pour ce qu’elle est, ou ce qu’elle devrait être mais pour comprendre son « efficience » et sa « performance » sur le contemporain, afin de mettre à jour « la fabrique des conceptions du passé ». Ce travail peut se faire en se penchant sur les composantes culturelles de la société. En privilégiant, ici les bandes dessinées, il convient alors de voir comment elles diffusent et infusent des cultures du passé, qui ensuite se transmettent, performent et deviennent objets d’appropriations multiples.

La bande dessinée n’est pas isolée, elle appartient à une culture visuelle plus large. Elle est marquée par des précédents (peintures, gravures, cinéma, etc.) et se confronte aujourd’hui à un océan d’images circulant sur les écrans, les murs, le net…Ainsi la réflexion pour être pertinente doit venir s’inscrire au sein d’un questionnement généalogique de la culture visuelle, dans une démarche historienne qui sonde les temporalités des récits et des actions, qui révèle des « entretemps »[3] (Patrick Boucheron) où se jouent rencontres, dissidences et créations.

Travailler sur l’écriture visuelle de l’histoire c’est aussi s’intéresser au geste et à la pratique même des artistes. Ces derniers viennent confronter l’historien à ce que Benoît Berthou appelle un impensé : le dessin. Qu’est-ce que produire du visible par le trait pour retranscrire ce qui par définition est invisible ? Quelle est la part inspirée du dessin ? Quelles sont les sources visuelles déployées et comment les archives sont-elles utilisées par l’auteur de bande dessinée ? Comment la bande dessinée par son langage est une écriture qui raconte des histoires ? Où se situent les conceptions historiennes qui se penchent sur la narration de l’histoire ? Comment envisager la part scientifique et la part littéraire (cf. le récent ouvrage d’Ivan Jablonka[4]) dans ce processus de création d’une œuvre qui restera toujours un récit, (en reprenant ici les conceptions de Paul Ricœur[5]).

07122014SemAdrienIMA1

David Vandermeulen, Un vautour, c’est déjà presque un aigle (Fritz Haber, tome 3), Delcourt, 2010. © Delcourt

Pour tenter de répondre à ces questions le séminaire proposera, tout au long de l’année un dialogue entre praticiens, créateurs et chercheurs de différentes disciplines (littéraire, historienne, artistique). Les séances alterneront entre des approches monographiques centrées sur le parcours d’un auteur, une œuvre spécifique et des approches plus globales venant insérer les œuvres dans un large corpus visuel pour comprendre à la fois le cheminement historique de la production d’images et la fabrique des « conceptions du passé », des imaginaires historiques.

Pour cette première séance, les organisateurs ont souhaité inviter Pascal Ory. Ses travaux servent de cadre historiographique[6]. Il fut l’un des premiers historiens français à se pencher sur la bande dessinée et il a dirigé par la suite plusieurs travaux de recherches portant sur le médium. Il est aussi aujourd’hui critique régulier[7] de bande dessinée et président du jury du Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique décerné depuis 2004 à Blois et…il est bien entendu un grand lecteur de bandes dessinées.Sa présentation en forme d’inventaire a permis de rappeler les principaux antécédents qui ont fait se rencontrer « Bande dessinée » et « Histoire » :

1. L’histoire de la bande dessinée

Il a souligné le rôle des amateurs, autodidactes et outsiders qui ont été au sein de clubs et société d’études[8] les premiers « historiens de la bande dessinée » avant que les universitaires s’en emparent de manière, somme toute timide et quelques fois ambivalente[9]. Aujourd’hui on ne peut pas dire qu’on est dans un défaut d’histoire de la bande dessinée, vouloir en comprendre sa fabrique comme l’invite ce séminaire marque cependant un  jalon  nouveau et  « historique » pour reprendre le mot  de Pascal Ory, dans la continuité des travaux déjà réalisés.

2. La bande dessinée dans l’histoire

Il s’agit ici de la considérer comme un élément d’histoire, un document d’histoire. Cette appréhension a mis plus de temps à s’inscrire dans la démarche historienne et la bd est maintenant peu à peu investie comme un des éléments de l’analyse historique contemporain[10] et les travaux qui en résultent, permettent de faire émerger une autre déclinaison du rapport à la contemporanéité  à travers la relation au passé entretenue par les contemporains et saisie par la bande.

3. La bande dessinée historique et la bande dessinée historienne

Insensiblement cela conduit à poser la question de l’histoire dans la bande dessinée qui rejoint alors la question des écritures visuelles de l’histoire par la bande dessinée. Dès 1993, dans l’ouvrage d’Odette Mitterrand[11], Pascal Ory a tenté de définir la bande dessinée historique de la bande dessinée historienne.

  • La bande dessinée historique rejoint la fiction historique qui représente un champ énorme de la culture contemporaine. L’histoire a un rapport avec le temps mais quand on parle de la fiction historique c’est certainement plus au passé que l’on se réfère. Lors de la création du prix de la bande dessinée historique à Blois, le choix a été fait d’assumer la fiction historique comme la modalité principale de la bande dessinée historique, en lui rajoutant une dimension supposée pédagogique. Pour venir l’interroger l’historien est invité à se rapprocher du travail des littéraires et des historiens de l’art car il doit nécessairement se saisir de la question esthétique pour répondre à celle de la fiction historique
  • Entre bande dessinée historique et bande dessinée historienne la frontière n’est pas claire : Dans quelle mesure, la bande dessinée devient historienne ? Est-ce que l’on entre effectivement dans le registre de l’histoire quand l’auteur propose non pas de raconter une histoire mais l’histoire ? Tenter de répondre à cette question est  là aussi l’un des enjeux du séminaire.

En tentant de définir la bande dessinée historique de la bande dessinée historienne, Pascal Ory a insisté sur le fait qu’il ne souhaitait pas souligner les frontières mais plutôt d’établir un dégradé nuancé entre ces deux formes. Dans ce continuum, l’historien se doit alors d’être attentif à l’usage et au statut de la documentation rassemblée par les auteurs, mais aussi aux dossiers documentaires qui se constituent au moment de la publication et à l’appareil critique qui accompagne de plus en plus aujourd’hui la parution des bandes dessinées.

07122014SemAdrienIMA3

Philippe Delaby et Jean Dufaux, La Revanche des cendres (Murena, tome 8), Dargaud, 2010. © Dargaud

Enfin pour conclure il a proposé de sonder une autre frontière, elle aussi plus poreuse que d’apparences, celle entre historiens et non-historiens. Certains dessinateurs et scénaristes possèdent une formation d’historien, mais ne peut-on pas concevoir que l’historien puisse à son tour se saisir du médium pour écrire l’histoire ?  (cf. sur ce point  la dernière partie du récent article d’Ivan Jablonka)

Pour finir ce compte rendu, il faut revenir un instant sur la notion de « légitimation » qui est intervenue à plusieurs reprises dans la présentation de Pascal Ory comme au cours des échanges et interventions qui ont nourri cette première séance. Si la légitimation de la bande dessinée n’est ni le sujet, ni l’objet de ce séminaire, comme l’a indiqué très clairement Adrien Genoudet en ouverture, Pascal Ory a néanmoins insisté sur le fait qu’elle ne pouvait être totalement évacuée des interrogations portant sur le couple bande dessinée/Histoire. Ainsi, s’il est intéressant de questionner aujourd’hui l’écriture visuelle de l’histoire, dans un cadre universitaire, il faut se rappeler que des non-universitaires affrontèrent ces questions, il y a maintenant plus de deux générations, en sondant à leur manière et en leurs temps les notions d’écriture, de culture visuelle et d’histoire. Trois mots qui seront le fil d’Ariane de cette première année de séminaire.

Julie Demange
Doctorante – Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (CNRS)
Pour suivre les activités du séminaire : mainegative.com

[1]                  Le  n°5, vol. 177 de la Revue  Le Débat,  « Culture du passé », novembre  2013.

[2]                Bartholeyns Gil, « Loin de l’Histoire»,  Le Débat,  novembre 2013, vol.177 n°5, p. 117-125.

[3]                Boucheron Patrick, L’entretemps: conversations sur l’histoire, Lagrasse, France, Verdier, 2012.

[4]                Jablonka Ivan, L’histoire est une littérature contemporaine: manifeste pour les sciences sociales, Paris, France, Seuil, 2014.

[5]                Ricœur Paul, Temps et récit, Paris, France, Ed. Du Seuil, 1983.

[6]                Par exemples : Ory Pascal, Le petit nazi illustré: vie et survie du Téméraire (1943-1944), Paris, France, Nautilus, 1979 ; Ory Pascal, « Mickey go home !  [La désaméricanisation de la bande dessinée (1945-1950)] », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1984, vol. 4, n°1, p. 77‑88 ; Ory Pascal, « L’histoire par la bande ? », Le Débat, novembre 2013, vol. 177, no 5, p. 90‑95.

[7]                Il est depuis plus de trente un collaborateur du magazine  Lire  et  anime chaque mois une chronique des fictions d’histoire dans l’émission La fabrique de l’histoire sur France culture.

[8]                Le Club des bandes dessinées (1962-1964), le Centre d’études des littératures d’expression graphique – CELEG (1964-1967), la  Société civile d’études et de recherches des littératures dessinées – Socerlid (1964-1978).

[9]                S’il existe depuis longtemps de nombreux départements de cinéma au sein des universités, ce n’est pas encore le cas pour la bande dessinée, malgré quelques tentatives éphémères et récemment la création d’un DU de création de bande dessinée à l’université de Picardie à Amiens.

[10]               Par exemples la thèse d’histoire de Thierry Crépin, Haro sur le gangster!: la moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, France, CNRS, 2001, 493 p.  plus récemment celles de Vincent Marie, Les mystères de l’Egypte ancienne dans la bande dessinée: essai danthropologie iconographique, s.l., Montpellier 3, 2010 ; ou de Sylvain Lesage, L’effet codex: quand la bande dessinée gagne le livre. Lalbum de bande dessinée en France de 1950 à 1990 soutenu en 2014.

[11]               Mitterrand Odette (dir.) L’Histoire par la bande : BD, Histoire et pédagogie, Syros, 1993.

 

Historiographies dessinées

Pierre-Laurent Daurès, Adrien Genoudet et Vincent Marie organisent de décembre à juin prochain un séminaire intitulé : « les écritures visuelles de l’histoire en bandes dessinées ». Se déroulant aux Archives Nationales et à l’institut du Temps Présent, et recevant plus d’une dizaine d’intervenants, l’événement entend interroger « la mise en récit de l’Histoire par le biais des constructions visuelles » et s’inscrit donc dans le champ de l’historiographie. À lire le programme que nous reproduisons ci-dessous, on peut en effet penser que les organisateurs ont souhaité placer au centre des débats des réflexions sur l’écriture de l’histoire : « l’ingéniosité de l’historien » qu’évoquait Lucien Fèvre en 1959 dans ses Combats pour l’histoire prend ici des allures graphiques puisque ce sont bien les modalités d’une narration du passé qu’il s’agit d’interroger, et ce dans une perspective que les organisateurs esquissent clairement en évoquant « la place des différents travaux de réappropriations visuelles des auteurs (utilisation de documents historiques, d’images d’archives, etc.) ».

17112014EcritHistoireIMA1

Joe Sacco, La grande guerre. Le premier jour de la bataille de la Somme, Futuropolis, 2014 (détail).  © Futuropolis

On peut ainsi penser que sera notamment examiné le rapport de la bande dessinée au document, champ riche s’il en est puisque cette dernière notion peut aussi bien déterminer un ustensile (servant à dessiner) qu’un modèle (de véracité narrative) ou un problème (quant à la liberté et « marge de manœuvre » du créateur). Et il reviendra aux organisateurs de présenter les spécificités de cette « mise en récit » du passé, ou plus exactement de présenter ce qui la caractérise vis-à-vis de notions comme « fable » ou « fiction ». Ils pourront pour ce faire s’appuyer sur la dernière thématique de Comicalités, « Histoire et bandes dessinées : territoires et récits » et nous invitons nos lecteurs à assister à ces séances qui débutent le 1er décembre prochain et dont le programme complet est par exemple disponible sur le site Main négative d’Adrien Genoudet.

 Les écritures visuelles de l’histoire dans la bande dessinée

La bande dessinée, dans sa forme, par le dessin, par son « langage » et par les différentes appropriations qu’elle implique produit et diffuse des écritures visuelles de l’Histoire. Organisé et animé par Pierre-Laurent Daurès, Adrien Genoudet et Vincent Marie – avec le soutien de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image – le séminaire sur Les écritures visuelles de l’Histoire dans la bande dessinée : enjeux et pratiques a pour vocation, à travers des rencontres avec des auteurs, des analystes de la bande dessinée et des historiens, de se confronter à la manière dont la bande dessinée met en gage de nombreux processus d’écriture de l’histoire par le biais du visuel et dont elle participe de la lisibilité et de la visibilité de l’Histoire.

Henry Rousso le notait justement dès 1984 dans la revue Vingtième Siècle : « Au total, la bande dessinée actuelle offre une lecture originale de l’Histoire du temps présent »
Pour cela, ce séminaire interrogera sur la place des différents travaux de réappropriations visuelles des auteurs (utilisation de documents historiques, d’images d’archives, etc.), de la mise en récit de l’Histoire par le biais des constructions visuelles, de la diffusion et de la réception des œuvres bédéistiques dans différents contextes historiques. 
Il analysera également la manière dont la bande dessinée s’approprie de nombreux thèmes contemporains chers à l’historien : la mémoire, le témoignage, la micro et la macro histoire, les temporalités, etc. Enfin, nous aimerions surtout comprendre comment la bande dessinée construit et diffuse des imaginaires « historiques » qui influencent, dans le cours du temps, notre perception visuelle de l’Histoire.

Programme du séminaire

1er décembre 2014 Séance introductive en présence de Pascal Ory. 
Séance aux Archives Nationales de 15h à 17h30.
Invité Pascal ORY (Professeur des Universités – Paris I Panthéon Sorbonne).

26 janvier 2015 La grande figure historique : objet d’histoire, objet bédéistique. 
Séance aux Archives Nationales de 15h à 17h30. 
Invités Christian AMALVI (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier III) ; Cédric ILLAND (Editeur en charge de la collection « Ils ont fait l’Histoire » – Glénat).

9 février 2015 Récits mémoriels, représentations des traumatismes historiques et constitution d’un réseau visuel. 
Séance aux Archives Nationales de 15h à 17h30. 
Invités Isabelle DELORME (doctorante au Centre d’histoire, Sciences Po Paris (Les récits mémoriels historiques en bande dessinée) ; Nathan RÉRA (Docteur en Histoire de l’art, auteur, entre autres de Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique – Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014), 2014)

23 février 2015 Le « médiévalisme » dans la bande dessinée américaine – 1929-1945
Séances au CNRS – Institut de l’Histoire du Temps Présent de 15h à 17h30. 
Invités William BLANC (Doctorant en histoire médiévale, auteur dans la revue KaBoom et de Les Historiens de garde , 2013) ; Jean-Paul GABILLIET (Professeur Université Bordeaux III en Études nord-américaines, auteur de Des Comics et des hommes : histoire culturelle des comic books aux Etats-Unis , 2004).

10 mars 2015 Les mystères de l’Egypte ancienne dans la bande dessinée : petite fabrique d’un imaginaire historique.
Séance au CNRS – Institut de l’Histoire du Temps Présent de 15h à 17h30.

31 mars 2015 Immigration et bande dessinée – séance de projection.
Séance au CNRS – Institut de l’Histoire du Temps Présent de 15h à 17h30. 
Projection du film au Cinéma des Cinéastes (date communiquée ultérieurement) Invité Clément Baloup (auteur et dessinateur – Quitter Saïgon , (La boîte à bulles, 2010) et/ou Zeina Abirached (auteur et dessinateur – Mourir partir revenir le jeu des hirondelles (Cambourakis, 2008)
Projection du film de Vincent MARIE et Antoine CHOSSON, Bulles d’exil (2013).

10 avril 2015 Appropriations des images et écritures visuelles de l’Histoire : dessiner le passé. Rencontre avec David Vandermeulen. 
Séance à la Bibliothèque Nationale de France de 17h à 19h. 
Invité David VANDERMEULEN (auteur et dessinateur – notamment de la série Fritz Haber, chez Delcourt).

22 mai 2015 Le temps hors des cases : pratiques intermédiales et bande dessinée – Rencontre avec Séra. 
Séance à la Bibliothèque Nationale de France de 17h à 19h. 
Invité SÉRA (auteur et dessinateur – notamment de Impasse et Rouge (1995), L’eau et la terre (2005) et Lendemains de cendres (2007)).

5 juin 2015 L’archive fiction d’histoire – La première guerre mondiale : Kris et Maël 
Séance à la Bibliothèque Nationale de France de 17h à 19h. 
Invités KRIS (scénariste de bande dessinée et auteur de Notre mère la guerre ) et MAËL (dessinateur de Notre mère la guerre).

Séminaire organisé et animé par Pierre-Laurent DAURÈS (enseignant à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image et à Sciences Po, critique sur le site Du9.org), Adrien GENOUDET (Doctorant à Paris VIII et doctorant-associé à l’IHTP) et Vincent MARIE (Docteur et agrégé d’Histoire, chercheur associé à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines et à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Lieux : Institut de l’Histoire du Temps Présent, site Pouchet / Archives Nationales, site Paris (75003) / Bibliothèque Nationale de France

 

Figures de l’idiot. Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa de l’université de Minho (Portugal) lancent un appel à communication intitulé : « Figures de l’idiot. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, le cinéma d’animation ou le dessin animé, cette proposition nous invite à nous situer sur un plan narratologique : il s’agit de penser la fonction et le mode de création d’un personnage se situant « d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives » et qui « ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas ». Dans et appel à communication, sont notamment évoqués « l’effet carnavalesque de l’idiotie » et son potentiel humoristique ainsi que son caractère transgressif (« l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social »), et force est de constater que ce deux pistes esquissent un intéressant axe d’étude. Ne peut-on en effet voir dans les célèbres « idiots » de la bande dessinée l’efficace vecteur d’une forme de contestation graphique ? Les personnages du sapeur Camembert de Christophe (soldat illétré et impulsif paradoxalement affecté à un régiment de Génie), de la Bécassine de Jospeh Pinchon (domestique sans bouche ni expression mais non sans courage puisqu’elle ira même jusqu’à gravie le Mont-Blanc) ou encore, et dans un autre registre, du Jack Palmer de Pétillon (dont l’idiotie fait avancer des enquêtes sur la Mafia Corse ou les communautés religieuses), ne relèvent-ils pas de ce que nous pourrions appeler une « stratégie du candide » permettant de mettre en évidence les ridicules ou cruautés de leurs contemporains ? Telle est l’intuition que nous proposons à nos lecteurs d’amender, de compléter, d’infirmer (en convoquant par exemple sur Rantanplan, Gaston, les Simpson, Achille Talon…) avant le 5 janvier prochain.

Figures de l’idiot.

Littérature, Cinéma, Bande Dessinée

Impasse ou handicap de la raison, l’idiotie se situe d’emblée sur le plan des inaptitudes intellectuelles et cognitives. Ça ne pense pas, ne raisonne pas, ne comprend pas, n’apprend pas. Au Moyen Âge, ‘idiota’ est une des désignations que l’Église donne aux illettrés, ceux qui, bornés à leur idiome, n’accèdent pas à la textualité latine. L’idiot est exclu du champ du savoir et de l’espace public, limité à un idiolecte qui resiste à la communication ou la tient à l’intérieur d’une sphère idiossyncratique. Située en marge, la bêtise donne accès à des régions liminaires de la connaissance, en établissant des connexions entre catégories soigneusement séparées par les institutions du savoir et du pouvoir: étranger et autochtone, humain et animal, humain et divin, animé et inanimé, masculin et féminin, vie et mort.

Corps étranger que la rationalité sécrète et n’assimile pas, la sottise non-rapport à la pensée et apparait dans la figure de l’être absent, hébété, abandonné au vide, à la passivité absolue, indifférent, apathique et inerte. Frappé de stupeur, l’idiot est l’effet d’un choc qui l’a laissé stupéfait, stupéfié, stupide, immergé dans une torpeur qui superpose non-pensée et non-être et qui l’installe au seuil léthargique de la mort en vie. Mais si la stupidité est ce qui reste du néant d’où nous provenons et le signe de notre humiliation original, n’est-elle pas aussi la condition de possibilité d’un authentique et intense rapport à l’être ? (ça ne pense pas, donc ça est) Il y a des saintetés et des génialités qui se fondent de l’idiotie. Quant à la dimension morale de la pauvreté d’esprit, elle apparait associée à l’innocence, à la naiveté et à la bonté, mais aussi au mal, à la cruauté et à la tyrannie.

Radicalement singulier, l’idiot gêne et met mal à l’aise, car dans son ignorance et ineptie il est un inadapté qui n’entre pas ou à peine dans le jeu social; il bloque l’automation des rationalités, introduit du bruit dans la communication, dérégule la sémantique et destabilise l’ordre des choses. L’effet carnavalesque de l’idiotie en fait une source inépuisable d’humour et sa portée socialement subversive l’investit d’une valeur politique qui s’exprime aussi bien en registre comique que tragique.

Le colloque interroge la façon dont la littérature, le cinéma et la bande dessinée configurent l’idiotie. Que ressources rhétoriques, catégories narratives, figures de l’imaginaires, dynamiques intertextuelles, intermédiales et transfictionnelles sont mobilisées pour mettre en scène l’idiotie? Comment ces arts ont-ils affaire à la stupidité, comment celle-ci les hante? Quel rôle joue la bêtise dans l’imagination et dans la création intellectuelle et artistique?

Langues de travail: Portugais, Français, Espagnol, Anglais.

Les communications ne dépassent pas les 20 minutes

Les propositions (300 mots max.) sont à envoyer jusqu’au 5 janvier 2014 à l’adresse suivante: figurasdoidiota@gmail.com

Une sélection des communications présentées au colloque fera l’objet d’une publication spécifique.

Inscriptions:

avec  communication: 75 €; doctorants: 50 €

sans communication : 60 €

Organisation: Cristina Álvares, Ana Lúcia Curado, Sérgio Sousa

URL de référence: http://cehum.ilch.uminho.pt/figuras-do-idiota