Archives par mot-clé : livre

Bande dessinée et traduction

Le laboratoire junior Sciences Dessinées de l’Ecole Normale Supérieure organise le 25 septembre prochain une journée d’étude consacrée à « Bande dessinée et traduction ». Regroupant des interventions de chercheurs et de traducteurs, cette initiative nous offre l’opportunité de sonner la rentrée de Comicalités : paraitront en effet sur ce carnet plusieurs billets ayant trait à l’un des travaux que nous avons menés pendant l’été, une histoire de la traduction de bandes dessinées. Celle-ci prendra place dans le volume consacré au XXe siècle de l’Histoire de la traduction en langue française dirigé par Bernard Banoun, Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, ouvrage monumental qui viendra assurément combler un manque. Nous reproduisons ci-dessous le programme de cette journée d’étude et souhaitons une bonne et studieuse rentrée à tous nos lecteurs.

Bande dessinée et Traduction

Journée d’études organisée par le laboratoire junior Sciences Dessinées

25 septembre 2014

9h -17h30, amphi Descartes, 15 parvis René Descartes

contact : isabelle.guillaume@ens-lyon.org

Après pas moins de huit journées d’études organisées en 2013-2014, le laboratoire junior Sciences Dessinées fait sa rentrée et met à l’honneur les langues étrangères en abordant la question de la traduction de (et dans) la bande dessinée. En complément des interventions universitaires, nous recevrons la visite de deux traducteurs qui évoqueront leurs adaptations de bandes dessinées américaines et anglaises à destination du public francophone.

PROGRAMME

9h00 – 9h15 : Isabelle GUILLAUME (Université Bordeaux Montaigne)

Ouverture de la journée et cadrage

9h15 – 10h00 : Julien BOUVARD (Université Jean Moulin Lyon 3)

Traduire le manga en France

10h00 – 10h45 : Julie GALLEGO (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

« J’irai, je verrai, je vaincrai » : les citations latines traduites et détournées dans la série Astérix

Pause café

11h00 – 11h45 : Claire LATXAGUE (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Traduction et réception de Mafalda, de l’Argentine à la France

11h45 – 12h30 : Frédéric Vivien, traducteur de Habibi et Goodbye Chunky Rice de C. Thompson

Traduire Craig Thompson : retour d’expérience

Pause déjeuner

14h30 – 17h30 : Entretien avec Lili SZTAJN , traductrice de Fun Home et Are You My Mother ? de A. Bechdel, Tamara Drewe, Gemma Bovery et Literary Life de P. Simmonds, The Book of Genesis de R. Crumb…

 

Autorité et collectivité : troisième séance du Groupe de REcherche sur le Neuvième Art

 Le groupe de recherche dont nous annoncions la création dans un précédent billet s’est désormais doté d’un nom : le GRENA, pour Groupe de Recherche sur le Neuvième Art. Il s’est réuni pour la troisième fois le 12 février à la Maison de la Recherche de l’université Paris 4 en présence de six enseignants-chercheurs (Benoît Berthou, Simon Bréan, Jacques Durrenmatt, Xavier Hébert, Florence Mercier Leca et Véronique Gély) et de six doctorants (Benjamin Caraco, Maria Clara Carneiro, Adrien Genoudet, Catherine Mao, Côme Martin et François Poudevigne). Bien structuré (puisqu’il comporte à la fois des universitaires en poste et de jeunes chercheurs), le groupe a réfléchi à la mise en place de ces premiers projets : deux journées d’étude qui auront lieu en novembre 2014.

La première d’entre elles sera consacrée à la représentation de l’écrivain dans la bande dessinée (le titre n’étant pas encore défini) et plusieurs axes de réflexions ont été envisagé : « image d’une figure de l’écrit » (susceptible d’accueillir des réflexions sur les portraits dessinés d’écrivains), « Figurer/défigurer l’écrivain » (réflexions sur la satire et la caricature de l’écrivain), « Auteur et personnage » (se proposant de représenter les relations parfois problématiques qu’entretiennent créateurs et créatures) et enfin « Dessiner le texte littéraire » (s’interrogeant sur les modalités de représentation du livre et du manuscrit).

Le second axe notamment a fait l’objet de discussions et plusieurs œuvres ont été évoquées : pensons à Georges et Louis de Daniel Goosens (auquel Thierry Groensteen consacre un article dans neuvième art 2.0), à Barbara de Tezuka (au sein duquel un écrivain s’entiche d’une encombrante muse lui devenant peu à peu indispensable), à Nénéref de Vincent Sardon (qui caricature impitoyablement les plus grands noms de la littérature française) ou encore à Catherine Meurisse (qui fait de même avec Mes hommes de lettres). Pour le premier axe, le cas du Pinocchio de Winshluss a été également envisagé (puisque, dans cet album muet, seul un personnage d’écrivain a droit à la parole). Réel intérêt et références sont là, soient de nécessaires fondations pour un travail approfondi.

La seconde journée d’étude sera consacrée à l’axe que s’est choisi le groupe : développer une approche stylistique de la bande dessinée. Deux questions ont été notamment envisagées, celle des « styles collectifs » que l’on peut définir (d’après les discussions et en laissant aux présents le soin d’amender la formulation si nécessaire) comme des procédés graphiques communs à plusieurs auteurs et structurants. Ont été notamment évoqués la « ligne claire », les styles « réaliste », « gros nez » ou encore l’École de Chicago qui constituent des repères indéniables dans l’histoire du neuvième art, y compris pour certains auteurs qui n’ont pas hésité à les pasticher ou à les parodier (le cas de Floc’h et Rivière fut ainsi évoqué).

La discussion s’est dès lors assez vite orientée autour de la notion de « collectivité » et le second axe de la journée (« Style et genres ») a donné lieu à de nombreuses réflexions. Peut-on parler d’un style « historique », d’un style de « Science Fiction », etc. ? Les difficultés qui ont immédiatement surgi ont conduit à resserrer la réflexion sur le rôle joué par les collections (les cas de Poisson pilote ou de Néopolis ont été notamment évoqués), ou les maisons d’édition (existe-t-il un style Association ?), mais à envisager le rôle joué par tel ou tel procédé (le style documentaire se fondant sur la réappropriation d’un ensemble iconographique) ou telle ou telle technique (peut-on parler du style d’un coloriste ?).

Faut-il en rester aux « genres » ou privilégier ces approches plurielles ? La question n’a pas été tranchée, mais elle a permis de faire émerger un objet de pensée qui n’est d’ailleurs pas sans lien avec la première journée d’étude : l’autorité, ou plus exactement la définition de certaines figures ou pratiques de l’auctorialité ne se fondant pas forcément sur une individualité, mais sur une communauté (communauté de réception à travers un lectorat, communauté de production à travers une division du travail entre dessinateur, scénariste, etc.). Interroger le cas d’auteurs ayant fait école et étant presque devenus de facto « collectifs » (pensons à Franquin, au Loisel de La Quête de l’oiseau du temps ou encore à Chris Ware) ou de personnages devenant le point nodal d’une communauté éditoriale (à l’instar de Spirou ou Valérian qui font l’objet de séries « par… » d’autres auteurs que leurs créateurs) permettrait sans aucun doute de l’avis général d’explorer plus avant cette piste de travail et c’est sur cette belle idée que s’est achevée la séance.

De la valeur littéraire de l’instance préfacielle

Plusieurs chercheurs de l’université de Tunis lancent un appel à communication intitulé : « De la valeur littéraire de l’instance préfacielle dans les littératures française et d’expression française ». Cette proposition nous invite à penser des textes de présentation dont la fonction est ici présentée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « présenter l’œuvre, prévenir les objections des critiques, communiquer ses idées au lecteur ». Même si les littératures graphiques, et a fortiori la bande dessinée, n’y sont même pas mentionnées, celle-ci pourrait toutefois constituer un objet d’étude intéressant. En effet, il semble que le neuvième art ne se reconnaisse pas directement dans ces fonctions de « présentation » et « d’objections » : la préface y est rare et on peine à trouver des exemples susceptibles d’être mobilisés. Pensons toutefois aux différents tomes du Chat du rabbin de Joann Sfar préfacé par Eliette Abecassis, Fellag, Georges Moustaki, Jean Giraud et Philippe Val. Au registre de la préface allographe (réalisée par un autre auteur), nous pouvons noter la préface par Henri Vernes d’une parodie de son œuvre (Bob Marone de Yann et Conrad) ou encore de Jean Rouaud pour l’adaptation de son roman (Les Champs d’honneur). Et, pour rester dans le champ de la bande dessinée, aux nombreuses préfaces de René Gosciny dont celle que l’on trouve en ouverture de l’édition Dargaud de 1972 des 6 voyages de Lone Sloane signés Philippe Druillet : « Je me demandais cependant comment le lecteur non spécialisé dans la Science-Fiction allait accueillir son travail ; il lui a fait un triomphe. Cela prouve que le lecteur a du talent ». Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste (et éventuellement cette page du site BDGest) avant le 28 février prochain.

 

 

De la valeur littéraire de l’instance préfacielle dans les littératures française et d’expression française

« Un vrai livre se passe de présentation », Mallarmé.

Tunis, 16-17 octobre 2014

Le texte de présentation écrit par un auteur célèbre ou du moins reconnu, et ce afin de valoriser, d’autres diront « légitimer » l’œuvre à lire, la préface, constitue l’une des singularités du paratexte. En effet, elle semble l’une des composantes du livre. Mais alors que dans les siècles précédents, le lecteur avait droit essentiellement à des préfaces auctoriales, abondent actuellement les préfaces allographes, ce qui conduit à y voir des manifestations de la métatextualité telle que définie par Gérard Genette.

Les raisons justifiant l’écriture des préfaces auctoriales sont claires : présenter l’œuvre, prévenir les objections des critiques, communiquer ses idées au lecteur. Le théâtre classique donne incontestablement ses lettres de noblesse au genre préfaciel.  L’on pense à la préface du Tartuffe, à celle de Phèdre, ou encore à celle du Mariage de Figaro. De la même façon, les romans du XIXe siècle sont préfacés par leurs auteurs, dans le but de donner cette fois une légitimité à ce genre informe qu’est le genre romanesque. Les préfaces auctoriales se font pour la plupart « préfaces-manifestes », et l’on peut citer l’Avant-propos de La Comédie Humaine ou la Préface de Pierre et Jean, sous-titrée « Étude sur le roman ». De fait, ces préfaces auctoriales à des œuvres théâtrales ou romanesques sont devenues une référence pour comprendre l’histoire d’un genre. Mais au-delà de la valeur historique des préfaces auctoriales, se profilait  la question de la valeur esthétique de cet « avant-dire », pour reprendre l’expression de Derrida. Ainsi, commentant l’œuvre de Michelet, le narrateur proustien dit : « Les plus grandes beautés de Michelet, il ne faut pas tant les chercher dans son œuvre même que dans les attitudes qu’il prend en face de son œuvre, non pas dans son Histoire de France ou dans son Histoire de la Révolution, mais dans ses préfaces à ces deux livres. » (Proust, Marcel, La Prisonnière, Pléiade, Tome III, p.666). Ce commentaire ouvrait la voie à une étude formelle des préfaces auctoriales, véritables exercices de style.

Mais qu’en est-il des préfaces allographes ? L’une des caractéristiques des préfaces contemporaines est qu’elles sont  confiées à un autre auteur, écrivain notoire ou universitaire. Leur vocation première est de valoriser le texte, de montrer son originalité, de faire découvrir l’écrivain. C’est ce que fait Baudelaire en préfaçant Poe, Anatole France en introduisant Proust.

L’autre fonction, commune aux préfaces auctoriales et allographes, semble théorique puisque tout comme la préface de Gautier à Mademoiselle de Maupin se lit comme un manifeste de l’« Art pour l’Art », celle de Sartre au Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute, permet au philosophe d’exprimer sa vision de l’homme et de la littérature. Néanmoins, les préfaces allographes semblent se substituer, aux XXe et XXIe siècles,  aux préfaces auctoriales. Mais malgré certaines fonctions communes, peut-on dire que l’enjeu des instances préfacielles soit identique ? Des écrivains comme Malraux ou Sartre ont acquis la renommée de « maîtres préfaciers ». Le contenu théorique  de leurs préfaces est ce qui capte l’attention du lecteur. D’autres comme Gracq ou Modiano, ne donnent que peu d’informations sur l’œuvre ou l’auteur préfacé. De fait, leurs commentaires reflètent une dimension poétique qui va dans le sens du plaisir esthétique que peut procurer une préface.  Mais dans les deux cas, le « hors-texte » détourne la parole du « texte » en quelque sorte puisque le discours idéologique ou poétique se superpose au texte, l’occultant parfois, l’interprétant d’autres fois, le trahissant indubitablement. De même, dans les deux cas, les préfaciers allographes contemporains sont souvent à l’origine de la publication des œuvres préfacées, lesquelles connaissent parfois le succès. En outre, dans les deux cas, l’on confie souvent aux préfaciers allographes contemporains la réédition d’œuvres célèbres, ou encore des collectifs rédigés en leur honneur.

En outre,  que le préfacier adopte une posture idéologique ou une posture poétique, il y a une stratégie publicitaire de la préface allographe, caractéristique nouvelle qui la différencie de la préface auctoriale. Ce qui fait dire à Geneviève Idt que la préface allographe est « un discours sur le discours à vendre » (Littérature, n°27, pp. 65-74). Est-ce là la limite de la valeur littéraire de la préface allographe contemporaine ?

Enfin, sur le plan formel, le texte en prose qu’est la préface semble se métamorphoser pour donner lieu à des écritures nouvelles, comme des lettres ou des entretiens. Ou, détail en apparence insignifiant, se faire de plus en plus courte…

Cette réflexion théorique sur le fonctionnement et la fonction des préfaces dans les littératures française et d’expression française, est à l’origine du projet du colloque international que le Département de Français de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis se propose d’organiser en octobre 2014. Ce colloque donnera lieu à une publication assurée par Les Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Les axes du colloque porteront sur :

– L’histoire littéraire des préfaces.

– Les fonctions des préfaces auctoriales et allographes.

– La valeur littéraire des préfaces.

– Les modalités de la préface.

Le comité d’organisation : Mme Emna Beltaïef, Mme Senda Jlidi, Mme Olfa Abrougui, Mme Rania Samet.

Le comité scientifique : Mr Jacques François, Mr Jean-Louis Jeannelle, Mr Ahmed Mahfoudh, Mme Senda Jlidi, Mme Emna Beltaïef.

Les propositions de communications (un résumé et un cv sont demandés) sont à envoyer avant le 28 février 2013 aux adresses suivantes : emnabeltaief@hotmail.fr, sendajlidi@yahoo.fr, abrolfa@yahoo.fr, ou ranya_samete@yahoo.fr.

Responsable : département de français de la Faculté des Sciences humaines et Sociales de Tunis

Url de référence :
http://www;fshst.tn

Adresse : 94, boulevard 9 avril 1938, 1007, Tunis, Tunisie

 

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques : circulation, adaptations, mutations

Matthieu Letourneux et Mathilde Lévèque (des universités Paris Ouest et Nord) lancent un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques : circulation, adaptations, mutations. » Débouchant sur l’organisation d’un colloque international se tenant entre les 24 et 26 septembre, cette proposition est d’autant plus intéressante qu’elle donnera certainement lieu à une publication, par exemple dans le cadre de Strenae (revue qui peut être vue comme la « grande sœur » de Comicalités puisque toutes deux sont nées dans la même université à six mois d’intervalle). Des travaux portant sur la culture graphique nous semblent susceptibles de s’inscrire dans cette étude de « la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique », notamment car l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous nous semble questionner la notion même de « média ». Le terme est ici appréhendé à travers des « logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force », c’est-à-dire une entreprise de mise en relation via des « politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès ». Il s’agit ce faisant de la considérer au regard non d’une distinction (entre livre, jeu vidéo, etc.) mais d’une confusion et il est possible de poser une question : cette notion fait-elle pleinement sens ? Comment faut-il la penser : comme une simple interface, mobilisant dispositifs commerciaux et technologiques ? Comme le mode de production et de structuration (en textes, gameplay, films…) d’un certain nombre d’informations qui sont irrémédiablement liées ? Dans l’optique des « pratiques culturelles » évoquées ici, c’est-à-dire si l’on prend le point de vue du « récepteur » (lecteur, spectateur, joueur : comment l’appeler ?), il n’est en tout cas pas que la notion possède encore une pertinence, ainsi que nous le montrerons au sein d’un ouvrage qui sera prochainement publié : La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? Dans l’immédiat, il s’agira d’explorer cette piste avant le 15 février prochain.

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques : circulation, adaptations, mutations.

Colloque international

Date limite : 15 février 2014

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Responsable : Matthieu Letourneux, Mathilde Lévêque

Url de référence :
http://magasindesenfants.hypotheses.org

Adresse : UFR LSHS Université Paris 1399, avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse

Le sexe de l’avant-garde

Anne-Marie Bouchard et Adrien Rannaud (des universités canadiennes de Mc Gill et Laval) lancent un appel à communication intitulé : « Le sexe de l’avant-garde ». S’inscrivant dans le cadre du 82e congrès annuel de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS), cette proposition nous semble susceptible d’intéresser nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Elle met en effet le doigt sur une forme d’impensé : si la notion d’avant-garde trouve un certain écho (voire une certaine pertinence) dans le cadre du neuvième art (le terme étant par exemple explicitement repris au sein de Plates-bandes de Jean-Christophe Menu), celui-ci n’est pas appréhendé en termes sexués (ou de « genre » pour reprendre le vocabulaire universitaire). La chose est d’autant plus étonnante que, parmi l’ensemble des productions dessinées, le « roman graphique » a largement ouvert les portes de l’édition à des femmes : pensons bien sur à Marjane Satrapi, mais également à Caroline Sury (Bébé 2000) ou encore Julie Doucet (Ciboire de Criss) pour ne reprendre que des auteur(e)s publiées à L’Association par ce même Jean-Christophe Menu. Nous sommes ainsi face à un paradoxe qui nous invite à poser une question : pourquoi ce fait n’est-il pas devenu un objet de discours et n’a-t-il pas été mis en valeur par ses propres producteurs, et ce alors qu’il aurait pourtant permis d’œuvrer pour le renouvellement d’un lectorat ? À l’exception de Thierry Groensteen (créateur de la défunte collection « Traits féminins »), nul éditeur n’a en effet place le « féminin » au fondement d’un dispositif de publication et de communication : il s’agira de savoir pourquoi en s’appuyant par exemple sur un billet de ce dernier publié dans le blog de neuvième art 2.0 et en formulant une proposition avant le 14 février prochain.

 

  

Le Sexe de l’avant-garde

82e congrès annuel de l’ACFAS

Université Concordia / 15-16 mai 2014

L’avant-garde a-t-elle un sexe? Si nous pensons qu’il dépasse en théorie les catégories de genre, le concept d’avant-garde reste le plus souvent associé à un imaginaire masculin dans la culture visuelle et littéraire. Centrée sur la figuration, métaphorique ou non, d’une posture empruntant beaucoup aux origines militaires du concept, l’écriture de l’histoire des pratiques culturelles et de l’offensive intellectuelle de l’avant-garde reste entachée d’une « virilité originelle ». En revanche, la posture féminine est investie d’une dimension exploratoire sentimentale et intime, même lorsqu’elle se positionne volontairement dans l’espace public. Ceci n’est pas sans reproduire des clichés en vogue depuis le XIXe siècle, clichés qui voudraient cantonner le féminin à l’affectif et le masculin au politique, tout en évitant scrupuleusement d’aborder les genres au-delà du binôme féminin/masculin. En outre, dans le discours historique en littérature, en arts ou en cinéma, les productions féminines se situent dans un champ para-artistique: les femmes « ouvrent la voie », elles montrent un « domaine nouveau », mais semblent ne pas remettre en question, comme c’est le cas pour les hommes, les conventions esthétiques et les idéologies du champ culturel – exception faite des productions à saveur féministe qui, elles aussi, sont considérées « à part ».

Ouvert à l’ensemble des disciplines des lettres et sciences humaines., ce colloque propose d’interroger l’avant-garde de manière théorique et méthodologique en ce qu’elle constitue un système de représentation des genres sexués et de poser un regard critique sur l’état du discours universitaire sur les pratiques culturelles des mouvements sociaux et politiques, tant historiques que contemporains. Conséquemment, les réflexions synthétiques et transdisciplinaires seront préférées aux études de cas. Ces quelques questions pourront aiguiller l’orientation des propositionsde communication, mais nous vous encourageons à ne pas vous y limiter:

– À quoi reconnait-on une avant-garde et quel champ lexical utilise-t-elle pour se nommer, se définir et se revendiquer dans ses manifestes, œuvres et actions?

– À quels gestes, quels mythes et quels symboles l’avant-garde se réfère-t-elle pour se situer historiquement? Ces gestes, mythes et symboles sont-ils associés à un genre?

– Comment se construit un mouvement avant-gardiste dans sa réception critique?

– Quelle place cette réception fait-elle à la différence sexuelle?

– Que peut-on dire de l’état actuel du discours sur les avant-gardes dans les champs académique et culturel ?

– L’histoire doit-elle réinterpréter les mouvements féminins, gays ou queer, non plus comme des productions isolées, mais comme parties prenantes d’une avant-garde mixte?

 

Les propositions de communication (300 mots), accompagnées d’une courte biobibliographie, doivent parvenir aux organisateurs du colloque avant le 14 février 2014.

annemarie.bouchard.4@gmail.com

adrien.rannaud.1@ulaval.ca

Responsable : Anne-Marie Bouchard et Adrien Rannaud

Url de référence :
http://www.acfas.ca/evenements/congres

Adresse : CRILCQ, site U. LavalPavillon Charles-De Koninck 1030, av. des Sciences-Humaines Local 7183 Université Laval Québec (Québec) G1V 0A6

Le roman graphique : journée d’étude

Amélie Junqua et Céline Mansanti de l’université d’Amiens lancent un appel à communication intitulé : « Le roman graphique ». Intéressant directement des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, cette proposition nous invite d’abord à nous interroger sur une dénomination car le roman graphique est ici présenté comme « une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir » et semble prendre en défaut nos traditionnelles modes de relation au livre. Et tel est sans doute l’aspect le plus intéressant de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : les différents axes de réflexion proposés (rapport au trauma, à la minorité et au marché) semblent nous inviter à mettre en perspective une approche du roman graphique que nous pourrions juger « romantique ». Il serait à cet égard intéressant d’analyser les deux ouvrages de Jean-Christophe Menu : dans Plates-bandes et La bande dessinée et son double, « roman graphique » rime avec autobiographie et désir d’expression de l’auteur, mais également avec « édition indépendante » et défense d’un certain artisanat de l’imprimé… Sans remettre en cause l’intérêt de cette approche, force est de constater qu’elle ne saurait à elle seule expliquer l’intérêt de ce type de livres : la volonté de les resituer historiquement (en mentionnant les méconnues lithographies de Lynd Ward dont s’inspire par exemple largement Charles Burns), d’en appeler à l’établissement d’une « typologie narratologique » (permettant de mettre en évidence la variété propre à ces publications) et enfin de s’interroger sur les rapports existant avec une « culture savante », nous semble être du meilleur augure vis-à-vis d’une journée d’étude pour laquelle il s’agira de se déclarer avant le 30 janvier prochain.

 

Journée d’études sur le roman graphique

Amiens, 5 juin 2014

Département d’anglais de l’UPJV et laboratoire CORPUS

Tout à la fois texte et dessin, ressortissant de la culture populaire et de la littérature introspective, le roman graphique est une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir. Impossible d’identifier le roman graphique à un format. Les romans graphiques ne sont pas tous d’épais ouvrages brochés, et l’on peut lire de nombreuses œuvres qui appartiennent clairement à cette catégorie dans des formats plus divers (sérialisé, comme Dykes to Watch out for d’Alison Bechdel, de 1987 à 2008, ou publié en tome comme les romans graphiques Sandman de Neil Gaiman, de 1989 à 1996). On ne peut non plus définir le roman graphique en fonction de la part d’expressivité du texte et du degré d’illustration des images : le roman graphique comme la bande dessinée se détachent du livre illustré par une intégration réciproque des deux media. Le critère fiction/non-fiction est tout aussi défaillant. Les romans graphiques mêlent autant les genres que la fiction et la réalité (comédie, fantasy, fiction historique, fiction réaliste ou encore fantastique).

Née dans les années 20 (God’s Man, Lynd Ward) en tant que forme narrative purement imagée, cette nouvelle forme de narration s’est nettement développée à partir des années 60, et connaît aujourd’hui un âge d’or avec la publication d’œuvres jugées essentielles (Maus d’Art Spiegelman, The Book of Genesis Illustrated de Robert Crumb, Black Hole de Charles Burns ou encore Ghost World, de Daniel Clowes) et la constitution d’un public toujours plus large. La raison d’une telle réussite réside peut-être dans la liberté qu’elle confère à son auteur, liberté qui lui permet d’exprimer une profonde intériorité narrative : des pensées réprimées, une voix, individuelle et sociale, jusqu’alors tue. De ce point de vue, le roman graphique pourrait s’envisager comme une forme mineure, ni roman, ni BD, porteur d’un double projet, narratif et politique : le roman graphique se distinguerait par son aspect autobiographique et sa propension à l’introspection, tout autant que par sa capacité à entrecroiser culture savante et culture populaire et à porter, dans son message mais aussi dans sa forme, des combats politiques.

Parmi les pistes de réflexion possibles, on pourra envisager :

1- Le texte et la narration

Dans les romans graphiques, la narration, souvent à la première personne, tient une place centrale. L’histoire ne reposerait pas tant sur les péripéties que sur le monologue intérieur du narrateur. Peut-on envisager les différents romans graphiques par le biais d’une typologie narratologique (du type Genette) ?

2 – Le rapport texte/image et les modes de lecture

Loin d’un rapport illustratif, répétitif, quelles formes de complémentarité jouent entre le texte et l’image ? Est-ce que le souvenir que l’on garde de la lecture d’un roman graphique est le même que celui d’un roman ou d’un ouvrage de BD ? En quoi le roman graphique affecte la visualisation de l’histoire ?

3 – Roman graphique et trauma

Thématiquement, le roman graphique fait la part belle à la représentation du trauma : les sujets difficiles, une tonalité sombre constituent l’univers de nombre de romans graphiques, y compris ceux de super héros. Comment le trauma est-il représenté graphiquement ? Quels sont les traits du trauma, de la violence ? Le corps tient souvent une place particulière dans le roman graphique, qu’il soit sur-représenté (les œuvres de Robert Crumb ou celles de Phoebe Gloeckner), ou au contraire effacé (Fun Home d’Alison Bechdel, Paying for it de Chester Brown). Peut-on parler pour le roman graphique d’une esthétique de la négativité ?

4 – Roman graphique et concept de minorité

Le roman graphique, en favorisant l’expression de l’intériorité, permet d’exprimer le trauma, de montrer le réprimé. En ce sens, il permettrait de rendre visibles des minorités raciales, sexuelles, culturelles, sociales – au sens de classes – (Marjane Satrapi, Gene Luen Yang, Art Spiegelman), qu’il s’agisse des thèmes abordés ou des auteurs qui les prennent en charge. En particulier, on peut se demander si le roman graphique permet aux femmes de s’exprimer davantage qu’à travers le genre « majeur » que serait la BD, très investi par les hommes. Plus largement, on pourrait s’intéresser à l’interaction entre le roman graphique et le concept de minorité défini par Deleuze et Guattari, à la fois comme « un état de fait, c’est-à-dire une situation d’un groupe qui, quel que soit son nombre, est exclu de la majorité » et comme « un devenir dans lequel on s’engage », une « variation [que l’on construit] autour de l’unité de mesure despotique » (in Gilles Deleuze, « Un manifeste de moins », Superpositions, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 128-9).

5 – Le roman graphique entre culture populaire et savante

Le roman graphique trouve une partie de ses origines dans la BD. Pour autant, la place prépondérante du dessin fait-elle du roman graphique un avatar de la culture populaire ? La culture savante (la psychanalyse dans l’œuvre de Bechdel, les sciences dans Logicomix: An Epic Search for Truth, la culture viticole dans Les Ignorants, ou encore les rouages diplomatiques de la politique internationale française dans Quai d’Orsay) peut aussi y trouver un lieu d’expression privilégié. Le roman graphique présente en ce sens une hybridité intéressante. Loin d’être un objet d’étude statique, il s’inscrit au cœur de mutations culturelles.

6 – Le marché et l’avenir

Quelles sont les maisons d’édition qui publient des romans graphiques ? Sont-elles spécialisées ? Quel est le marché des romans graphiques ? Son lectorat ? Quelles sont ses évolutions significatives ? Est-ce que l’adaptation en romans graphiques d’œuvres réputées « difficiles » (Shakespeare, Tolkien) deviendra une/la nouvelle façon de faire l’expérience des classiques ? Le roman graphique, en permettant la médiation de discours peu accessibles, n’est-il pas déjà mainstream ?

 

Modalités

Proposition de communication (300 mots minimum, pour une communication de 15 minutes) à envoyer à Amélie Junqua (ajunqua@gmail.com) et Céline Mansanti (cmansanti@gmail.comavant le 30 janvier 2014.

 

Bibliographie indicative

Sources primaires :

Lynd Ward, God’s Man (1929)

Robert Crumb, Fritz the Cat (1969)

Osamu Tezuka, Buddha (1972-83)

Harvey Pekar, American Splendor (1976-2008)

Will Eisner, A Contract with God (1978)

Alan Moore et David Lloyd, V for Vandetta (1982-85)

Art Spiegelman, Maus (1986)

Frank Miller, Batman: The Dark Knight Returns (1986)

Alan Moore and Dave Gibbons, Watchmen (1986)

Neil Gaiman, Sandman (1989-96)

Jirô Taniguchi, Aruku Hito (1990)

Derf Backderf, My Friend Dahmer (1994, 2002)

Charles Burns, Black Hole (1995-2005)

Daniel Clowes, Ghost World (1997)

Junji Ito, Uzumaki (1998)

Chris Ware, Jimmy Corrigan: The Smartest Kid on Earth (2000)

Phoebe Gloeckner, A Child’s Life (2000)

Guy Delisle, Shenzhen (2000), Pyongyiang (2003)

Marjane Satrapi, Persepolis (2000-2003)

Emmanuel Guibert et Didier Lefevre, Le Photographe (2003-2006)

Peter Kuper, Sticks and Stones (2004)

Alison Bechdel, Fun Home: A Family Tragicomic (2006), Are You My Mother ? (2013)

Gene Luen Yang, American Born Chinese (2006)

Marisa Acocella Marchetto, Cancer Vixen (2006)

Shaun Tan, The Arrival (2006)

Debbie Drechsler, Daddy’s Girl (2008)

Manu Larcenet, Blast (2009)

Apostolos Doxiadis, Christos H. Papadimitriou, Alecos Papadatos, Annie Di Donna , Logicomix: An Epic Search for Truth (2009)

Christophe Blain et Abel Lanza, Quai d’Orsay : chroniques diplomatiques (2010)

Etienne Davodeau, Les Ignorants (2011)

Gabrielle Bell, The Voyeurs (2012)

Chester Brown, Paying for it (2013)

Responsable : Amélie Junqua et Céline Mansanti

La bande dessinée : tous lecteurs ?


Comicalités
 et ses carnets s’associent à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et à l’université de Limoges pour vous proposer une journée d’étude intitulée « La Bande dessinée : tous lecteurs ? » Celle-ci présentera les résultats de la grande étude sur le lectorat de bandes dessinées menée par la BPI et le ministère de la culture et annoncera le livre La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui paraîtra début 2014. L’inscription est nécessaire : ici.

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication de Paris 13, les Espaces Humains et Interactions Culturelles et le Groupe de Recherche et d’Études Sociologiques du Centre Ouest de l’université de Limoges, la Bibliothèque publique d’information et la Cité organisent une journée d’étude sur le thème « La Bande dessinée : tous lecteurs ? »

JPEG - 86.2 ko

Chercheurs et spécialistes du 9ème art présenteront et analyseront les résultats de la vaste enquête nationale sur le lectorat de la bande dessinée en France réalisée en 2011 par la BPI et le DEPS (Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication). Cette journée d’étude, inscrite dans le cycle de rencontres de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité, s’adresse à tous les professionnels et acteurs de la chaîne du livre.
L’objectif de cette journée d’étude est d’offrir une première mise en perspective des travaux en cours portant sur l’exploitation de cette étude. Elle s’organisera autour de trois interventions des auteurs du livre La Bande dessinée, quelle lecture, quelle culture, à paraître en 2014 aux éditions de la BPI, qui viendront encadrer des communications de chercheur et de professionnels.
Cette journée d’étude est un rendez-vous de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité.

p r o g r a m m e

(sous réserve de complément et de modifications)

9h30 accueil du public
10h « Lecture et bande dessinée : quelles évolutions ? »
les réceptions de la bande dessinée
Benoît Berthou (université Paris 13),
Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

10h30 « Profils de lecteurs, profils de lectures »
âges, sexes, livres : quels lecteurs pour la bande dessinée ?
Christophe Evans (Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou)

11h « Fac-similés d’originaux et lecture érudite de la bande dessinée »
Jean-Paul Gabilliet (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) ( sous réserve)

11h30 « Le lecteur pratiquant »
Pierre-Laurent Daures
Yann Madé (enseignant, auteur de bande dessinée)

12h déjeuner

14h « Le goût de la bande dessinée »
acquisition, transmission, renforcement et abandon
Sylvain Aquatias (université de Limoges)

14h30 « Circulations de la bande dessinée »
achat, emprunt, collection
Gilles Ciment (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image), d’après une analyse de Xavier Guilbert (Du9)

15h pause

15h15 « La fidélisation du lecteur de bande dessinée par sérialisation, au XXe siècle »
Pascal Lefèvre (LUCA School of Arts, Campus Sint-Lukas Bruxelles)

15h45 « La bande dessinée en milieu scolaire »
stratégies de lecture spécifiques mises en place en milieu scolaire (premier degré)
Patrice Gentihomme (directeur d’École d’application La Guignière IUFM Tours Fondettes)

16h15 « Cerner les publics : regards de professionnels »
table ronde réunissant Thomas Ragon (éditeur), bdnet (sous réserve) , Mélanie Archambaud (responsable de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi) et Jérôme Bessière (responsable du département Imaginer de la Bpi).

17h15 conclusions

17h30 visite en avant-première de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi (ouverture au public prévue le 5 décembre 2013)

 

journée d’étude : la bande dessinée : tous lecteurs ?
Centre Pompidou – Bibliothèque publique d’information
mardi 3 décembre 2013
entrée libre dans la limite des places disponibles.


Construire le contexte : une expérience de lecture

Christine Noille et Sophie Rabau lancent un appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 23 et 24 mai prochains : « Construire le contexte : une expérience de lecture ». La manifestation semble avoir pour but d’interroger la lecture, et plus spécifiquement l’importance du contexte dans le rapport à l’œuvre lue afin de poser une question que nous pourrions résumer comme suit. Comment appréhende-t-on une œuvre sans rien savoir de ces conditions de création ? Qu’est susceptible de produire semblable omission, en quoi définit-elle un autre rapport à la création ? Les textes et l’histoire de la littérature sont ici uniquement cités, mais les chercheurs familiers des Carnets de Comicalités pourrait sans doute trouver ici un possible espace d’expression pour leurs travaux : le propre de la bande dessinée n’est-il pas en effet de répondre à ces questions ? À bien des égards, le propre d enombre d’ œuvres du neuvième art semblent être d’être lues sans contextualisation aucune. Pour le lecteur non-averti et ne disposant pas de repères historiques, celui-ci n’a en effet rien d’explicite. Et la publication ne semble pas se reconnaître pour mission de l’informer : dans le récent article du dictionnaire de la bande dessinée consacré au « Classique », nous posons en effet le problème de l’absence de tout appareil critique (préface, postface, présentation de l’auteur) au sein de la grande majorité des albums ou autres parutions. C’est peut-être cette réflexion qu’il faudra étoffer avant le 15 novembre prochain.

 

Construire le contexte : une expérience de lecture

Journée d’études co-organisée par Sophie Rabau et Christine Noille

Avec le soutien du CERC – Centre d’études et de recherches comparatistes (Paris 3) et de l’équipe RARE – Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution (Stendhal Grenoble 3)

Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, les vendredi 23 et samedi 24 mai 2014

L’expérience de pensée commence ainsi : nous prendrions un texte sans contexte, et nous le lirions.

Voilà qui ne va pas de soi. Un texte sans support d’un métatexte critique et historique n’est-il pas fondamentalement à venir ? Sans doute, mais supposons un monde possible, où l’artifice d’une telle décontextualisation serait en quelque façon vraisemblable. Le programme de la session 2014 pour le concours externe de l’agrégation de lettres nous en fournit diligemment l’occasion. Il y est en effet inscrit une œuvre, Le Page disgracié, dont l’identité ne semble devoir être précisée que par le nom d’auteur et une date (Tristan L’Hermite, 1643). C’est en vain que nous avons fatigué les catalogues et rayonnages des bibliothèques pour lui restituer des contextes (et accessoirement préparer nos cours) : Le Page disgracié semble très généralement évité (1).

Or, quand on le découvre, ce texte appelle autant et peut-être plus qu’une enquête historique, un examen poétique ou herméneutique. Qu’on en juge :

– Il s’agit d’un récit à la première personne, mais qui naît d’une réponse, adressée à Thirinte.

– Le narrateur dément par avance tout suspense et tout intérêt (autre que celui de la variété).

– Il y défend également les vertus de la mise en chapitres.

– Il s’avère qu’il a connu les grands chemins – même s’il n’est pas un Lazarillo et a de la naissance.

– C’est au demeurant une « histoire déplorable », peuplée de meurtres, d’amours contrariées, de tempêtes, d’exils, d’auberges, d’alchimistes… ; et, tout aussi bien, une « histoire véritable », où la vérité est « si mal habillée qu’on pourra dire qu’elle est toute nue ».

– Soit dit en passant, un épisode déménage dans un autre roman : la rencontre avec l’alchimiste, que relate ici le narrateur, sera reprise là-bas, mais du point de vue de l’alchimiste (avec quelques aménagements, comme la réfection de son dénouement (2).

– Fiction à et de la première personne, le texte a généralement servi à indiquer la vie d’un auteur qui n’a pas connu de disgrâce – monnayant quelques clefs bien appliquées.

– Le narrateur fait sans cesse l’épreuve que sa vie n’est pas comme un roman – même s’il n’est pas l’Homme de la Manche.

– Le narrateur devient écrivain – même s’il ne s’appelle pas Marcel.

– Et à propos, de quoi le Page est-il disgracié ?… Mais comment était l’état de grâce ?…

Sur ce bref récit, nous n’en dirons guère plus : et peut-être en avons-nous déjà trop dit. Après tout, n’avons-nous pas opéré sur lui deux manipulations un peu intrusives, en le déterritorialisant puis en le replaçant – dans la bibliothèque de nos propres catégories poétiques et de nos références, de Proust à Cervantès en passant par Genette…

Telle est alors notre proposition, que de saisir l’occasion qui nous est offerte de travailler sur un texte qu’il a été possible, méthodiquement et sans trop d’artifice, de délier du contexte historique (celui des pratiques comme celui des modèles), pour interroger nos propres pratiques de théorisation et de critique et réfléchir aux modalités et aux fonctions des contextualisations – de celle qui a été suspendue comme de celles qui seront forcément opérées – dès lors qu’on fait de l’analyse de texte.

Le Page disgracié sera le nom de cette expérience collective, offerte à tous ceux qui liront l’œuvre en « non-spécialistes », hors du temps ou d’un autre temps, théoriciens, comparatistes, herméneutes, vingtiémistes, stylisticiens, narratologues… et même historiens, en tant qu’ils mobilisent dans leurs travaux des outillages et des concepts anachroniques.

Où l’on en passera donc par la lecture d’un petit roman sans bibliothèque « obligée » pour poser quelques questions à la méthodologie de nos lectures.

Et l’on distinguera alors deux grands ensembles de questions, sur le contexte qu’est la lecture d’une part, sur le contexte qu’est la textualité d’autre part.

La première contextualisation semble bien en effet devoir être celle de ma lecture : faut-il le rappeler, tout texte lu (et qui plus est analysé, interprété, imité…) s’insère dans un savoir-lire et une encyclopédie lectoriale ; tout texte prend place dans ma bibliothèque intime. La lecture est le contexte du texte, ce qui revient à dire que ni la description ni l’interprétation ni la reprise qu’on en fait ne sont des opérations blanches, et qu’une réflexion sur l’analyse de texte, quelle qu’elle soit, gagnerait – méthodiquement – à prendre en charge une réflexion sur les conditions de la lisibilité. Autrement dit, que puis-je lire du Page disgracié – et que puis-je en faire ? Ai-je besoin d’une histoire pour le lire, pour le décrire, pour l’interpréter, et si oui, de laquelle ?

Mais il est également possible, en sens inverse, d’investir de la fonction de contextualisation l’autre pôle de la relation lectoriale et de revenir sur ce dont le texte peut être le contexte. Car les textes ont aussi cette propension à devenir le contexte de nos théories et à servir de terrain habituel aux catégories transtextuelles que nous élaborons. On pourra alors se demander comment s’exerce cette conjointure entre théorisation actuelle et critique et si la théorie en situation d’analyse textuelle est un exercice d’application, de modulation, d’expérimentation – ou bien cesse d’être de la théorie. Autrement dit, que peut faire un texte comme Le Page disgracié à la théorie ? Qu’est-ce qu’un texte qui résiste ? Et qu’est-ce qui, du texte ou de notre lecture, sert de contexte de validation aux outils que nous théorisons ? Un texte suffit-il à démonter un système ?

Où l’on verra peut-être, au bout du compte, que le contexte n’est pas (forcément) celui qu’on croit…

Bref, à lire – ensemble – « un texte tout seul », nous faisons le pari qu’il en résultera quelques malentendus créateurs. Ce sera si l’on veut le modeste objectif de cette rencontre.

Les propositions de communication (vingt lignes maximum) sont à envoyer avant le 15 novembre 2013 aux deux co-organisatrices.

Coordonnées :

Christine Noille : christine.noille-clauzade@wanadoo.fr

Sophie Rabau : srabau@free.fr

 

1)  « Tous les hommes qui répètent une ligne de William Shakeapeare, sont William Shakespeare… » (J. L. Borges, Fictions, Gallimard, 1957, coll. « Folio », 1981, p. 46) : telle est sans doute la raison pour laquelle Le Page disgracié de Jean Serroy est une histoire comique ; de Jacques Prévot, un roman libertin ; de Maurice Lever ou de Sandrine Berregard, une autobiographie…

2) Voir L’autre Monde ou les États et Empires de la lune, 1ère partie, chap. 19.