Archives par mot-clé : lecture

Fusion des sens. Synesthésie dans le texte et l’image

Le centre de recherche Texte-Image-Language de l’Université de Bourgogne lance un appel à communication Intitulé : « Fusion des sens. Synesthésie dans le texte et l’image ». Cette proposition intéressera certainement les chercheurs travaillant sur la culture graphique car elle propose d’appréhender, par exemple, la bande dessinée au regard de son mode de perception. La synesthésie est en effet ici définie comme un phénomène qui « associe/confond plusieurs expériences sensorielles » et les organisateurs entendent « repenser la relation entre texte et image en nous invitant à dépasser les équivalences analogiques ou les systèmes unifiés ». Tel est sans doute l’aspect original du texte que nous reproduisons ci-dessous : nous inviter à problématiser la notion même de « bande dessinée » afin de mettre en évidence sa complexité. Si les différents éléments que mobilise ce mode d’expression s’adressent à un même sens (la vue), il semble en effet impossible de nier que leur combinaison prend parfois de court des pratiques culturelles liées à cette perception, à commencer par la lecture : il n’est en effet pas évident que la lecture de bandes dessinées ne relève pas d’une compétence (et donc de quelque chose qui reste à acquérir) et il nous faut dans tous les cas constater que les auteurs n’ont de cesse de vouloir réinventer cette complémentarité entre texte et image, parfois afin d’enrichir le travail de « synesthésie » demandé à l’œil (pensons par exemple aux travaux de l’OubaPo). Il s’agira quoi qu’il en soit d’explorer cette piste de travail (ou une autre) avant le 31 décembre prochain.

 

Fusion des sens.

Synesthésie dans le texte et l’image

Le centre de recherche Texte-Image-Language de l’Université de Bourgogne organise du 25 au 27 juin 2014 le colloque annuel de la revue Interfaces sur le thème :

FUSION DES SENS – la synesthésie dans le texte et l’image

La synesthésie est un phénomène neurologique reconnu, qui associe/confond plusieurs expériences sensorielles. Ainsi, par exemple, odeurs et sons, ou couleurs et graphèmes peuvent être associés dans les représentations mentales de ceux qui possèdent cette faculté. Certains artistes furent des synesthètes célèbres, comme Kandinsky ou Scriabine. Le but de notre conférence ne sera pas de se pencher sur la synesthésie au sens scientifique, mais de se demander comment des expériences sensorielles conjointes peuvent être transcrites en images et en textes, dans quelle mesure les synesthètes ont pu rendre compte de leurs expériences, et si les non-synesthètes peuvent faire l’expérience de telles perceptions par l’intermédiaire des représentations textes/images d’expériences synesthétiques. Le but du colloque serait donc de se poser la question de la représentation de ces perceptions par-delà les cadres habituels qui catégorisent les différentes perceptions comme des phénomènes distincts. A la suite de Hervé-Pierre Lambert dans son article « La synesthésie. Vues de l’intérieur » (ISSN 1913-536X ÉPISTÉMOCRITIQUE – Volume VIII – Printemps 2011), nous voudrions nous pencher sur le passage de l’expérience synesthétique vers le non-synesthète, et donc étudier dans quelle mesure textes et images peuvent véhiculer des sensations autres que visuelles. Enfin, ces travaux nous amèneront à repenser la relation entre texte et image en nous invitant à dépasser les équivalences analogiques ou les systèmes unifiés.Nous faisons donc appel à des communications qui s’articulent selon trois axes principaux :

1) la synesthésie et le cerveau : le but n’est pas de refaire une histoire de la découverte de la synesthésie (exemples anciens de synesthésie, premières approches neurologiques, etc) ni un bilan des recherches récentes, notamment grâce à l’impact de l’imagerie médicale, dans la compréhension de la synesthésie. Les interventions qui porteront sur l’histoire ancienne ou plus récente de la synesthésie devront rendre compte de la façon dont, dans le passé comme aujourd’hui, on a pu représenter cette fusion des sens, par le texte et l’image.

2) la synesthésie dans les arts : les artistes synesthétiques, et ceux qui sans l’être s’efforcent de transmettre des impressions sensorielles multiples par le biais de textes et/ou d’images fixes ou animées, seront ici nos sujets d’étude. Nos travaux concerneront les expérimentations contemporaines tout comme l’héritage synesthétique dans la perspective des influences croisées entre les arts (littérature, peinture, musique). Les interventions qui porteront sur les artistes synesthétiques, célèbres ou non, et sur les artistes qui s’efforcent de dépasser les catégorisations liées aux sens, devront s’attacher à montrer comment leurs textes et images transcendent les catégories habituelles de la perception dévolues aux cinq sens, en particulier comment les figures du discours et les dispositifs visuels traditionnels sont modifiés et quelles formes nouvelles sont ou non inventées.

3) la synesthésie et le monde : la synesthésie est souvent perçue comme une ouverture vers un monde plus vrai ou plus riche, voire ésotérique. Les analogies, correspondances, échos et reflets entre les sens semblent une façon de dépasser non seulement les limites de nos cinq sens, mais d’accéder à un autre monde. Les interventions portant sur les expériences mettant en jeu nos sens de façon nouvelle – qui s’intéressent à l’influence des drogues, ou aux expériences occultistes – devront avoir pour thème la façon dont le texte et l’image représentent l’expérience synesthétique, telle qu’elle a été vécue ou imaginée

Dans toutes ces parties, nous attendons une étude fine et poussée des interactions entre images et textes dans les représentations de la synesthésie, le Centre de Recherche TIL de l’université de Bourgogne et la revue INTERFACES, co-dirigée par Holy Cross, Paris-Diderot et Dijon étant dédiés aux études des échanges et influences réciproques entre le texte et l’image fixe ou animée.Les résumés de 200 mots environ (en anglais ou en français) sont à faire parvenir pour fin décembre 2013 à Fiona MacMahon et Christelle Serée-Chaussinand aux adresses suivantes : Fiona.McMahon@u-bourgogne.fr et christelle.chaussinand@u-bourgogne.fr.

Le programme sera fixé en mars 2014.

Comité d’organisation : Fiona McMahon (Fiona.McMahon@u-bourgogne.fr), Christelle Serée-Chaussinand (christelle.chaussinand@u-bourgogne.fr), Sophie Aymes (sophieaymes@hotmail.com), Véronique Liard (veronique.liard@neuf.fr), Sylvie Crinquand (s.crinquand@orange.fr), Marie-Odile Bernez (marie-odile.bernez@u-bourgogne.fr)

International bilingual conference (English/French)

INTERFACES DIJON JUNE 25-27 2014 –  JOINED SENSES – synaesthesia in texts and images

Synaesthesia is a recognized neurological phenomenon in which the sensory impressions  associated with one sense are produced by the stimulation of another. Those who have this faculty might, as a consequence, experience odours as sounds, graphemes as colours and so  on. Certain artists, musicians and writers, Kandinsky and Scriabin for example, were  acknowledged synaesthesists. Our intention is not to examine the scientific basis of synaesthesia, but rather to ask how such linked sensory experiences are translated into  images and writing, how successful synaethesists are in describing their experiences, and  whether non-synaesthesists can share these perceptions indirectly through their representations in images and texts. In other words, the aim of the conference will be to  examine the representation of perceptions that fall outside the established categories of distinct sense impressions. Pursuing the issues raised by Hervé-Pierre Lambert in his  article « La synesthésie. Vues de l’intérieur » (ISSN 1913-536X ÉPISTÉMOCRITIQUE – Volume  VIII – Printemps 2011), we would like to concentrate on the communication of synaesthetic  experiences to non-synaesthesists and so examine how far texts and images are able to convey non-visual sensations. Ultimately this conference aims to revisit the interaction  between words and images and invites papers that go beyond mere analogy and unified systems of equivalence. We are calling for papers linked to one of the following three themes:

1) synaesthesia and the brain: our aim here is not to retrace the historical discovery of  synaesthesia (early examples of synaesthesia, neurological approaches, etc) nor to describe and assess recent advances (eg those due to medical imaging) in understanding  the phenomenon. Rather papers relating to historical or contemporary accounts of synaesthesia will be expected to describe the different attempts, in the past and the present, to represent this fusion of the senses in images and texts.

2) synaesthesia and the arts: this theme will cover those artists, musicians, writers,  etc. – synaesthesists and non-synaesthesists – who have tried or are trying to transmit  multiple sense impressions through texts and animated and non-animated images. The focus  will be as much on contemporary experimentation as on the “synaesthetic” heritage, and  the influence which the different artistic disciplines have had on each other. Papers  which focus on synaesthetic artists, obscure as well as famous, and on artists who  attempt to go beyond the categorisations conventionally associated with the senses, should try to show how their texts and images transcend the usual categories of perceptions attributed to the five senses, in particular how figures of speech and  traditional visual devices are adapted and what innovations have been introduced.

3) synaesthesia and the world: synaesthesia is often perceived as opening up a richer,  truer and occasionally more esoteric world. The analogies, correspondences, echoes and  reflections between the senses seem to be not only the means of transcending the ordinary  limits of our five senses, but of actually gaining entry to a different world. Papers  focusing on experiences which involve the senses in new and unconventional ways – through  experiments with drugs or occult practices for example – should take as their theme the  way in which text and image represent the synaesthetic experience as it is lived or  imagined.

In each of these three areas we invite a thorough and detailed study of the interaction  between images and texts in the representation of synaesthesia is expected, in keeping  with the aims of the TIL Research Centre of the University of Burgundy, and the review  INTERFACES, jointly edited by Holy Cross, Paris-Diderot and Dijon.

Please send summaries (in English or French) of approximately 200 words before the end of December 2013 to Fiona McMahon and Christelle Serée-Chaussinand at the following  addresses: Fiona.McMahon@u-bourgogne.fr and christelle.chaussinand@u-bourgogne.fr.

The finalized programme will be announced in March 2014.

Organising committee : Fiona McMahon (Fiona.McMahon@u-bourgogne.fr), Christelle Serée- Chaussinand (christelle.chaussinand@u-bourgogne.fr), Sophie Aymes  (sophieaymes@hotmail.com), Véronique Liard (veronique.liard@neuf.fr), Sylvie Crinquand  (s.crinquand@orange.fr) Marie-Odile Bernez (marie-odile.bernez@u-bourgogne.fr).

Responsable : Marie-Odile Bernez

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr

Adresse : UFR Langues et Communication2 bvd Gabriel21000 Dijon

La bande dessinée : tous lecteurs ?


Comicalités
 et ses carnets s’associent à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et à l’université de Limoges pour vous proposer une journée d’étude intitulée « La Bande dessinée : tous lecteurs ? » Celle-ci présentera les résultats de la grande étude sur le lectorat de bandes dessinées menée par la BPI et le ministère de la culture et annoncera le livre La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui paraîtra début 2014. L’inscription est nécessaire : ici.

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication de Paris 13, les Espaces Humains et Interactions Culturelles et le Groupe de Recherche et d’Études Sociologiques du Centre Ouest de l’université de Limoges, la Bibliothèque publique d’information et la Cité organisent une journée d’étude sur le thème « La Bande dessinée : tous lecteurs ? »

JPEG - 86.2 ko

Chercheurs et spécialistes du 9ème art présenteront et analyseront les résultats de la vaste enquête nationale sur le lectorat de la bande dessinée en France réalisée en 2011 par la BPI et le DEPS (Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication). Cette journée d’étude, inscrite dans le cycle de rencontres de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité, s’adresse à tous les professionnels et acteurs de la chaîne du livre.
L’objectif de cette journée d’étude est d’offrir une première mise en perspective des travaux en cours portant sur l’exploitation de cette étude. Elle s’organisera autour de trois interventions des auteurs du livre La Bande dessinée, quelle lecture, quelle culture, à paraître en 2014 aux éditions de la BPI, qui viendront encadrer des communications de chercheur et de professionnels.
Cette journée d’étude est un rendez-vous de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité.

p r o g r a m m e

(sous réserve de complément et de modifications)

9h30 accueil du public
10h « Lecture et bande dessinée : quelles évolutions ? »
les réceptions de la bande dessinée
Benoît Berthou (université Paris 13),
Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

10h30 « Profils de lecteurs, profils de lectures »
âges, sexes, livres : quels lecteurs pour la bande dessinée ?
Christophe Evans (Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou)

11h « Fac-similés d’originaux et lecture érudite de la bande dessinée »
Jean-Paul Gabilliet (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) ( sous réserve)

11h30 « Le lecteur pratiquant »
Pierre-Laurent Daures
Yann Madé (enseignant, auteur de bande dessinée)

12h déjeuner

14h « Le goût de la bande dessinée »
acquisition, transmission, renforcement et abandon
Sylvain Aquatias (université de Limoges)

14h30 « Circulations de la bande dessinée »
achat, emprunt, collection
Gilles Ciment (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image), d’après une analyse de Xavier Guilbert (Du9)

15h pause

15h15 « La fidélisation du lecteur de bande dessinée par sérialisation, au XXe siècle »
Pascal Lefèvre (LUCA School of Arts, Campus Sint-Lukas Bruxelles)

15h45 « La bande dessinée en milieu scolaire »
stratégies de lecture spécifiques mises en place en milieu scolaire (premier degré)
Patrice Gentihomme (directeur d’École d’application La Guignière IUFM Tours Fondettes)

16h15 « Cerner les publics : regards de professionnels »
table ronde réunissant Thomas Ragon (éditeur), bdnet (sous réserve) , Mélanie Archambaud (responsable de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi) et Jérôme Bessière (responsable du département Imaginer de la Bpi).

17h15 conclusions

17h30 visite en avant-première de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi (ouverture au public prévue le 5 décembre 2013)

 

journée d’étude : la bande dessinée : tous lecteurs ?
Centre Pompidou – Bibliothèque publique d’information
mardi 3 décembre 2013
entrée libre dans la limite des places disponibles.


Construire le contexte : une expérience de lecture

Christine Noille et Sophie Rabau lancent un appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 23 et 24 mai prochains : « Construire le contexte : une expérience de lecture ». La manifestation semble avoir pour but d’interroger la lecture, et plus spécifiquement l’importance du contexte dans le rapport à l’œuvre lue afin de poser une question que nous pourrions résumer comme suit. Comment appréhende-t-on une œuvre sans rien savoir de ces conditions de création ? Qu’est susceptible de produire semblable omission, en quoi définit-elle un autre rapport à la création ? Les textes et l’histoire de la littérature sont ici uniquement cités, mais les chercheurs familiers des Carnets de Comicalités pourrait sans doute trouver ici un possible espace d’expression pour leurs travaux : le propre de la bande dessinée n’est-il pas en effet de répondre à ces questions ? À bien des égards, le propre d enombre d’ œuvres du neuvième art semblent être d’être lues sans contextualisation aucune. Pour le lecteur non-averti et ne disposant pas de repères historiques, celui-ci n’a en effet rien d’explicite. Et la publication ne semble pas se reconnaître pour mission de l’informer : dans le récent article du dictionnaire de la bande dessinée consacré au « Classique », nous posons en effet le problème de l’absence de tout appareil critique (préface, postface, présentation de l’auteur) au sein de la grande majorité des albums ou autres parutions. C’est peut-être cette réflexion qu’il faudra étoffer avant le 15 novembre prochain.

 

Construire le contexte : une expérience de lecture

Journée d’études co-organisée par Sophie Rabau et Christine Noille

Avec le soutien du CERC – Centre d’études et de recherches comparatistes (Paris 3) et de l’équipe RARE – Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution (Stendhal Grenoble 3)

Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, les vendredi 23 et samedi 24 mai 2014

L’expérience de pensée commence ainsi : nous prendrions un texte sans contexte, et nous le lirions.

Voilà qui ne va pas de soi. Un texte sans support d’un métatexte critique et historique n’est-il pas fondamentalement à venir ? Sans doute, mais supposons un monde possible, où l’artifice d’une telle décontextualisation serait en quelque façon vraisemblable. Le programme de la session 2014 pour le concours externe de l’agrégation de lettres nous en fournit diligemment l’occasion. Il y est en effet inscrit une œuvre, Le Page disgracié, dont l’identité ne semble devoir être précisée que par le nom d’auteur et une date (Tristan L’Hermite, 1643). C’est en vain que nous avons fatigué les catalogues et rayonnages des bibliothèques pour lui restituer des contextes (et accessoirement préparer nos cours) : Le Page disgracié semble très généralement évité (1).

Or, quand on le découvre, ce texte appelle autant et peut-être plus qu’une enquête historique, un examen poétique ou herméneutique. Qu’on en juge :

– Il s’agit d’un récit à la première personne, mais qui naît d’une réponse, adressée à Thirinte.

– Le narrateur dément par avance tout suspense et tout intérêt (autre que celui de la variété).

– Il y défend également les vertus de la mise en chapitres.

– Il s’avère qu’il a connu les grands chemins – même s’il n’est pas un Lazarillo et a de la naissance.

– C’est au demeurant une « histoire déplorable », peuplée de meurtres, d’amours contrariées, de tempêtes, d’exils, d’auberges, d’alchimistes… ; et, tout aussi bien, une « histoire véritable », où la vérité est « si mal habillée qu’on pourra dire qu’elle est toute nue ».

– Soit dit en passant, un épisode déménage dans un autre roman : la rencontre avec l’alchimiste, que relate ici le narrateur, sera reprise là-bas, mais du point de vue de l’alchimiste (avec quelques aménagements, comme la réfection de son dénouement (2).

– Fiction à et de la première personne, le texte a généralement servi à indiquer la vie d’un auteur qui n’a pas connu de disgrâce – monnayant quelques clefs bien appliquées.

– Le narrateur fait sans cesse l’épreuve que sa vie n’est pas comme un roman – même s’il n’est pas l’Homme de la Manche.

– Le narrateur devient écrivain – même s’il ne s’appelle pas Marcel.

– Et à propos, de quoi le Page est-il disgracié ?… Mais comment était l’état de grâce ?…

Sur ce bref récit, nous n’en dirons guère plus : et peut-être en avons-nous déjà trop dit. Après tout, n’avons-nous pas opéré sur lui deux manipulations un peu intrusives, en le déterritorialisant puis en le replaçant – dans la bibliothèque de nos propres catégories poétiques et de nos références, de Proust à Cervantès en passant par Genette…

Telle est alors notre proposition, que de saisir l’occasion qui nous est offerte de travailler sur un texte qu’il a été possible, méthodiquement et sans trop d’artifice, de délier du contexte historique (celui des pratiques comme celui des modèles), pour interroger nos propres pratiques de théorisation et de critique et réfléchir aux modalités et aux fonctions des contextualisations – de celle qui a été suspendue comme de celles qui seront forcément opérées – dès lors qu’on fait de l’analyse de texte.

Le Page disgracié sera le nom de cette expérience collective, offerte à tous ceux qui liront l’œuvre en « non-spécialistes », hors du temps ou d’un autre temps, théoriciens, comparatistes, herméneutes, vingtiémistes, stylisticiens, narratologues… et même historiens, en tant qu’ils mobilisent dans leurs travaux des outillages et des concepts anachroniques.

Où l’on en passera donc par la lecture d’un petit roman sans bibliothèque « obligée » pour poser quelques questions à la méthodologie de nos lectures.

Et l’on distinguera alors deux grands ensembles de questions, sur le contexte qu’est la lecture d’une part, sur le contexte qu’est la textualité d’autre part.

La première contextualisation semble bien en effet devoir être celle de ma lecture : faut-il le rappeler, tout texte lu (et qui plus est analysé, interprété, imité…) s’insère dans un savoir-lire et une encyclopédie lectoriale ; tout texte prend place dans ma bibliothèque intime. La lecture est le contexte du texte, ce qui revient à dire que ni la description ni l’interprétation ni la reprise qu’on en fait ne sont des opérations blanches, et qu’une réflexion sur l’analyse de texte, quelle qu’elle soit, gagnerait – méthodiquement – à prendre en charge une réflexion sur les conditions de la lisibilité. Autrement dit, que puis-je lire du Page disgracié – et que puis-je en faire ? Ai-je besoin d’une histoire pour le lire, pour le décrire, pour l’interpréter, et si oui, de laquelle ?

Mais il est également possible, en sens inverse, d’investir de la fonction de contextualisation l’autre pôle de la relation lectoriale et de revenir sur ce dont le texte peut être le contexte. Car les textes ont aussi cette propension à devenir le contexte de nos théories et à servir de terrain habituel aux catégories transtextuelles que nous élaborons. On pourra alors se demander comment s’exerce cette conjointure entre théorisation actuelle et critique et si la théorie en situation d’analyse textuelle est un exercice d’application, de modulation, d’expérimentation – ou bien cesse d’être de la théorie. Autrement dit, que peut faire un texte comme Le Page disgracié à la théorie ? Qu’est-ce qu’un texte qui résiste ? Et qu’est-ce qui, du texte ou de notre lecture, sert de contexte de validation aux outils que nous théorisons ? Un texte suffit-il à démonter un système ?

Où l’on verra peut-être, au bout du compte, que le contexte n’est pas (forcément) celui qu’on croit…

Bref, à lire – ensemble – « un texte tout seul », nous faisons le pari qu’il en résultera quelques malentendus créateurs. Ce sera si l’on veut le modeste objectif de cette rencontre.

Les propositions de communication (vingt lignes maximum) sont à envoyer avant le 15 novembre 2013 aux deux co-organisatrices.

Coordonnées :

Christine Noille : christine.noille-clauzade@wanadoo.fr

Sophie Rabau : srabau@free.fr

 

1)  « Tous les hommes qui répètent une ligne de William Shakeapeare, sont William Shakespeare… » (J. L. Borges, Fictions, Gallimard, 1957, coll. « Folio », 1981, p. 46) : telle est sans doute la raison pour laquelle Le Page disgracié de Jean Serroy est une histoire comique ; de Jacques Prévot, un roman libertin ; de Maurice Lever ou de Sandrine Berregard, une autobiographie…

2) Voir L’autre Monde ou les États et Empires de la lune, 1ère partie, chap. 19.