Archives par mot-clé : illustration

Entre l’oeil et le monde : épistémologie graphique

Nathalie Vuillemin, Rossella Baldi et Evelyn Dueck de l’université de Neuchâtel (Suisse) lancent un appel à communication intitulé : « Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840 ». Débouchant sur un colloque organisé en novembre 2015, cette proposition est susceptible d’intéresser les lecteurs du Carnet de Comicalités puisqu’elle met à l’honneur le dessin en le considérant comme le vecteur privilégié d’une entreprise que décrit parfaitement l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « problématiser la mise en visibilité, ou mise en scène d’une observation […] en nous concentrant sur les dispositifs et expédients visuels qui postulent un rapport d’immédiateté entre l’œil et l’objet ». Nous sommes ainsi invités à interroger les modalités graphiques mises au service d’une ambition : « connaître par le regard », c’est-à-dire définir un régime de visibilité qui prenne acte d’une scission entre « vision commune et vision scientifique de la nature ».

Dessiner : reproduire ?

30112014OeilMondeIMA2

John Ray et Francis Willughby, Historia Piscium (1686)

Si les organisateurs font le choix d’une période donnée (1740-1840), c’est que celle-ci est la théâtre d’une mutation des pratiques de représentations : le rêve d’une « immédiateté idéale où la nature, bien regardée, livrerait ses secrets à l’observateur attentif », que l’on nous semble pouvoir retrouver dans les dessins des planches de L’Historia Piscium (1686) de John Ray et Francis Willughby, s’éclipse devant la nécessité de se « pencher sur des objets invisibles à l’œil nu, dont l’identification peut s’avérer extrêmement complexe ». Permettre de connaître ne suppose donc plus de simplement reproduire car « voir n’est plus un acte spontané ». Il est ainsi permis d’interroger le registre graphique d’une communication scientifique que nous semble par exemple illustrer une comparaison entre l’image que nous reproduisons ci-dessus et deux des planches extraites de l’ouvrage Animal Kingdom du Baron Cuvier (disponible sur Darwin online, site à l’iconographie fort riche).

Dessiner : communiquer ?

30112014OeilMondeIMA4 30112014OeilMondeIMA3

Planches extraites d’Animal Kingdom du Baron Cuvier.

Semble se mettre en place un véritable vocabulaire graphique de la dissection : volume et modelé permettant de reproduire l’animal aquatique disparaissent au profit d’une représentation éclatée et de plusieurs dessins le présentant au gré de multiples variations de point de vue. Ce faisant, cette seconde œuvre semble nous inviter à réviser une trop commune typologie : ne constitue-t-elle pas la rencontre entre un dessin anatomique (auquel Léonard de Vinci donna ses lettres de noblesse) et un dessin technique (par exemple utilisé en architecture) au sein duquel côtes et toutes sortes d’information sont souvent bien visibles ? Plus que nos propres connaissances en la matière, la fréquentation du séminaire qu’organise Angès Callu permettra sans aucun doute à nos lecteurs de répondre à cette question et de s’aventurer avant le 5 janvier prochain sur ces terrains graphiques fascinants.

Entre l’œil et le monde :

dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Du 6 au 7 novembre 2015 aura lieu à Neuchâtel un colloque intitulé « ‘La bêtise des yeux’. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle » (« ‘Der Augen Blödigkeit’ ». Trugwahrnehmungen und visuelle Epistemologie im 18. Jahrhundert »). Il s’agit de se pencher sur les dimensions physiologique, individuelle et sociale du processus de perception visuelle, tel que le mettent en scène la littérature, les beaux-arts et la philosophie du XVIIIe siècle. Nous avons placé au centre de cette rencontre les expériences visuelles problématiques, qu’elles relèvent de l’illusion ou soulignent la faiblesse des sens, voire le caractère trompeur des informations prodiguées par ceux-ci, relativisant ainsi la valeur d’une connaissance essentiellement fondée sur une ‘idéologie de la lumière et de l’œil’. En novembre 2015, un second volet de cette réflexion sera organisé autour de questions plus spécifiquement liées aux sciences naturelles et expérimentales des années 1740 à 1840.

La période choisie est cruciale à plusieurs titres dans l’inscription progressive d’un nouveau rapport à la vision, et à son statut dans l’espace de la connaissance. Si de nombreux savants sont convaincus, comme Buffon, que « voir beaucoup et revoir souvent » doit permettre au naturaliste de devenir spécialiste de son objet, le rapport du sujet voyant à l’objet vu peut de moins en moins être envisagé dans une immédiateté idéale où la nature, bien regardée, livrerait ses secrets à l’observateur attentif. Connaître par le regard suppose la mise en place de nombreux dispositifs : spécifiques à l’acte d’observation, d’abord (préparations, dissections, expériences), puis relatifs à la communication, de manière à s’assurer que ce qui sera lu sera, autant que possible, conforme à ce qui aura été vu. Il faut rendre accessible l’objet discuté, s’accorder sur son identité et permettre, très concrètement, la reproduction de l’expérience et de l’observation. Le linnéisme, qui s’impose précisément durant cette période, peut être envisagé comme l’exemple par excellence de cette manière de focaliser la vision sur certains éléments qui constitueront désormais les clés d’un savoir spécifique, de régler la communication et de résoudre ainsi les problèmes de partage et de diffusion du savoir.

Le perfectionnement de la microscopie et l’intérêt croissant pour les micro-organismes conduit par ailleurs les savants à se pencher sur des objets invisibles à l’œil nu, dont l’identification peut s’avérer extrêmement complexe : Comment décrire ce qui a été vu ? Comment diriger la vision d’autres observateurs vers les mêmes objets ? Les échanges sur le type de matériel à utiliser, les préparations à effectuer, témoignent d’une prise de conscience progressive de la complexité de l’acte d’observation qui, comme le démontrera plus tard Ludwik Fleck, résulte toujours d’une forme d’apprentissage, déterminé non seulement par les circonstances concrètes de l’observation, mais également par la mise en place d’un langage, qui participe activement du processus de reconnaissance.

Il ne s’agit donc plus uniquement de voir : tout le savoir sur la nature semble se construire autour d’une exigence de « mise en scène » (expérimentale, textuelle, iconographique), qui dicte ce que l’on doit voir, comment le voir et comment le dire et qui, par réciprocité, guide le regard et le pousse à chercher – et appréhender – certains objets plutôt que d’autres. Par conséquent, voir n’est plus un acte spontané : l’acte perceptif intègre une procédure normée, comme l’est également, de plus en plus, le discours qui en rend compte. Comme l’ont bien montré Lorraine Daston et Peter Galison, c’est dans le cadre de cette modification progressive du rapport entre vision et connaissance que se mettent en outre en place les notions d’objectivité et de subjectivité, qu’émergent des débats sur le rôle de cette dernière dans l’observation scientifique, sur la nécessité de l’éliminer ou sur les moyens, au contraire, d’en tenir compte. Par là s’ébauche sur les plans aussi bien visuel que discursif le grand mouvement de spécialisation qui conduira, depuis le milieu du XIXe siècle, à une séparation radicale entre vision commune et vision scientifique de la nature.

Le colloque est prévu sur trois ou quatre journées. L’un de ses principaux objectifs est de mettre en relation des équipes de recherches neuchâteloises dont l’intérêt se porte spécifiquement sur des problèmes d’épistémologie visuelle au XVIIIe siècle avec des chercheurs internationaux  s’intéressant à des questions similaires. De manière à rendre cette rencontre aussi cohérente que possible, nous focaliserons notre attention sur les tensions qui surgissent progressivement entre l’idéal d’une vision et d’un rendu mimétique de la nature, et les décalages qu’implique l’activité concrète de la vision.

Il s’agira plus particulièrement de problématiser la mise en visibilité, ou mise en scène d’une observation à laquelle il semble impossible d’accéder « naturellement », en nous concentrant sur les dispositifs et expédients visuels qui postulent un rapport d’immédiateté entre l’œil et l’objet ou, au contraire, le mettent en question. Dans cette perspective, les notions de préparations et collections retiendront toute notre attention. Les cabinets de curiosités naturelles tiennent ici une place fondamentale, en raison notamment de l’essor considérable que la pratique de la collection d’histoire naturelle connaît dès les années 1740. Le cabinet se présente comme un espace de reproduction mimétique du monde naturel, dont il donne à voir et à lire un abrégé, tout en mettant en évidence des rapports impossibles à saisir à l’œil nu ou en milieu naturel. En ce sens, le cabinet tel qu’il est pratiqué dans l’optique savante du XVIIIe siècle se situe à mi-chemin entre la chambre des merveilles dont il est l’héritier direct, et l’espace de préparation scientifique à proprement parler – le futur laboratoire. Nous nous intéresserons particulièrement aux débats qui animent les années 1750-1815 relativement aux pratiques de la collection et de la préparation et à leur valeur heuristique. Les pistes suivantes pourront être exploitées :

  • Théories, programmes et paradigmes du regard spécialisé sur la nature : on pourra s’intéresser ici aux arts d’observer, instructions pour les collections, guides de la vision microscopique, dictionnaires, etc., pour réfléchir à la manière dont est pensée la portée épistémique de la vision savante. Comment se manifeste progressivement le changement dans la définition de la vision ? Les débats témoignant, dans l’espace du cabinet, de l’érosion progressive de la culture des merveilles, les tensions sociales, scientifiques et économiques qui en découlent, tout comme les nouveaux discours et pratiques du regard outillé et les ruptures auxquelles ils donnent lieu retiendront particulièrement notre attention.
  • La double ambition cognitive et esthétique de l’espace du regard spécialisé (ordre de la collection, iconographie relative à l’observation microscopique, etc.) : quelle est la part d’artificialité que les dispositifs de mise en scène et le traitement des spécimens doivent ou peuvent tenir dans l’élaboration d’un savoir scientifique fiable ? La dichotomie méthode/goût structure la discussion, l’élite savante réclamant la création de collections méthodiques accompagnant la production d’un discours d’expert, souvent guidé par les principes linnéens et supposant l’outillage du regard. Mais en réalité l’opposition goût/méthode reflète des problèmes d’ordre épistémique et épistémologique plus complexes. Peut-on croire à une reproduction parfaitement mimétique de la nature au sein d’un espace clos, ou sous une lentille accessible à quelques amateurs seulement ? Faut-il au contraire reconnaître au cabinet et à l’œil le droit d’une vision esthétisée, basée sur une véritable mise en scène, pour faciliter le processus d’apprentissage visuel et mémoriel ?
  • Les stratégies de mise en scène et de communication : quel est le statut du spécimen ? Comment le prépare-t-on, à quel outillage le soumet-on et, par conséquent, à quel regard est-il accessible ? Quel type de représentation visuelle le spectateur instaure-t-il face au spécimen comme pièce unique ou, au contraire, lorsqu’il appartient à un ensemble ? Dans l’espace de la microscopie, comment gère-t-on le spécimen issu d’une observation individuelle, parfois difficilement reproductible, ou encore l’objet incertain, problématique ? Par quelles stratégies fait-on circuler les spécimens, quels rituels met-on en place pour apprendre à les observer de manière adéquate ? Enfin, comme négocie-t-on leur passage dans l’espace de l’imprimé ou du discours ?
  • Le statut de l’erreur et de l’illusion : cette nouvelle manière de voir, si elle permet de dépasser les limites physiques et cognitives imposée par les sens, n’est-elle pas également sujette à caution ? Comment évalue-t-on les problèmes et illusions d’optique spécifiquement liés à l’outillage (microscope), à la préparation, ou à la mise en scène ? Quels sont les doutes et les difficultés mis en reliefs par les savants relativement aux exigences du nouveau savoir visuel ?

Conditions de soumission

Les propositions pour des communications de 20-25 minutes sont à adresser à nathalie.vuillemin@unine.ch

d’ici au 5 janvier 2015.

Elles comprendront un descriptif d’une page environ, une courte bibliographie relative au sujet et une présentation bio-bibliographique de l’auteur d’une dizaine de lignes.

Les études de cas comme les approches plus globales sur des corpus en langues anglaise, allemande, française et italienne (langues officielles du colloque) sont les bienvenues.

Le colloque aura lieu à l’Université de Neuchâtel, du 4 au 7 novembre 2015.

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation.

Organisation

  • Nathalie Vuillemin,Prof. assistante, Laboratoire d’étude des littératures et des savoirs, Université de Neuchâtel,
  • Rossella Baldi,doctorante, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel
  • Evelyn Dueck. assistante post-doctorante, Institut de langue et littérature allemandes, Université de Neuchâtel

Contacts

  • Rossella Baldi
    courriel : rossella [dot] baldi [at] unine [dot] ch
  • Nathalie Vuillemin
    courriel : nathalie [dot] vuillemin [at] unine [dot] ch

Robida et l’anticipation

Le colloque « Robida et l’anticipation », organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE. ENS-Lyon) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), se tiendra les jeudi 19 et 20 juin à Lyon (Institut des Sciences de l’Homme). Cet événement est susceptible d’intéresser les lecteurs de Comicalités puisqu’il se focalise sur l’œuvre d’un prolifique illustrateur imageant aussi bien Rabelais ou Vilon que s’essayant à l’anticipation. Ville, communication, transports sont ainsi au cœur de la trilogie Le Vingtième Siècle, texte richement illustré qu’il est par exemple possible de découvrir sur Gallica et donc d’explorer à travers ces 12 communications.

 

 « Robida et l’anticipation »

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au XXe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au XXe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du XIXe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Ce colloque se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au XXe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation. On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du XIXe siècle, sur une multitude de supports.

 

Jeudi 19 juin

Une écriture de l’anticipation — (10h30-13h)

10h30 — Ouverture du colloque : Accueil et introduction par Claire Barel-Moisan (CNRS)

10h45Valérie Stiénon (Université Paris 13) : « Un panorama du temps. Robida chroniqueur des expositions universelles »

11h30Yves Citton (Université Grenoble 3) : « Médiation et simulation chez Albert Robida à la lumière de l’archéologie des media »

12h15Carine Goutaland (INSA) : « Robida et la cuisine du XXe siècle : un réalisme d’anticipation ? »

La société du futur — (14h30-18h30)

14h30Amélie Chabrier (Université Montpellier 3) : « Satire de presse et écriture romanesque. La femme “moderne” d’Albert Robida »

15h15Caroline Grubbs (Université de Pennsylvanie) : « Dépêches du front d’une guerre imaginaire : les récits de guerre au vingtième siècle d’Albert Robida »

16h15Jean-Claude Viche (Société des Amis d’Albert Robida) : « La Campagne de Jujubie, manuscrit inédit de la première anticipation guerrière de Robida. » Présentation de l’Association des Amis d’Albert Robida.

17h30 Projection de films en lien avec l’oeuvre d’Albert Robida

 Vendredi 20 juin

L’anticipation en images — (9h30-13h)

9h30Sandrine Doré (Université Paris Ouest) : « L’art pictural à l’épreuve de l’anticipation dans Le Vingtième siècle de Robida. »

10h 15Bertrand Tillier (Université de Bourgogne) : « Robida et la conquête du futur par les airs »

11h 15Philippe Willems (Northern Illinois University) : « Généalogie du texte illustré robidien : l’héritage de la littérature panoramique des années 1830-1840 »

12hClaudine Grossir (ESPE) : « Le Vingtième siècle en images : imagination poétique et réalisme satirique »

Robida et le livre — (14h30- 17h)

14h30Dominique Lacaze (Société des Amis d’Albert Robida) : « Un roman inédit d’anticipation politique : Le Petit Lendemain du grand soir ». Présentation de la revue Le Téléphonoscope.

15h15Heinrich Raatschen (Heinrich Heine Universität. Dusseldorf) : « Le Vingtième Siècle et la culture parisienne du spectacle au XIXe siècle : positionnement, stratégie marketing, et genre littéraire »

16h00 — Conclusion par Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest)

La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colette Gauthier et Yannick Bellenger-Morvan lancent un appel à communication intitulé « La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ? » Débouchant sur un colloque à l’université de Reims-Champagne Ardennes, cette proposition nous propose d’interroger une foisonnante littérature de jeunesse selon un angle qu’esquisse l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. » Semblable approche ne manquera pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur la culture graphique, tant celle-ci semble effectivement constituer un riche vecteur de « représentations ». Pour prendre un seul exemple, pensons par exemple à la Semaine de Suzette au sein de laquelle cohabitent des dessins nous semblant participer de la définition d’un « genre » (au sens où l’entendent les organisateurs) tels les patrons de la Poupée Bleuette permettant de constituer la garde-robe idéale de la petite fille modèle, mais également un ordre social ou national (avec notamment la publication de Bécassine). Semblable approche pourrait également être étendue à des supports permettant de prendre en compte la dimension résolument européenne de cette proposition (présentée en trois langues, signalons-le). Il serait à cet égard intéressant de prolonger les réflexions que développe Pascal Lefèvre au sein d’un article publié dans Comicalités en interrogeant le rôle de la bande dessinée dite « franco-belge » de l’après Seconde Guerre Mondiale dans la construction d’identités nationales et/ou d’une identité européenne. Voici en tout cas l’une des pistes qu’il s’agira d’explorer avant le 15 mars prochain.

 

La littérature pour la jeunesse : vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299.

Axe de recherche RSTI

21-22 novembre 2014

(Déroulez la page pour les versions anglaises et allemandes)

***

La littérature pour la jeunesse :

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

L’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire, est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique « instruire/pertir », dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

Comité d’organisation : Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP).

Merci d’envoyer vos propositions de communication de 300 mots maximum avec une courte notice biographique, avant le 15 mars 2014, à Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) ET Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr).

***

CFP: « Literature for Children and Popular Cultural Identity »

Rheims University – 21-22 November 2014

The purpose of this international and interdisciplinary conference is to question the notion of cultural identity. How does a people define and design its identity? Our ambition is to determine what signs make identification to a local, national and transnational culture possible. In that respect, focusing on gender and caste cultures may also be relevant.

We have deliberately centred our questioning on children’s literature, which, in its multifarious forms, is a privileged space for representing and recognising collective and individual identity. Papers will embrace both aspects of the dialectic of instruction and entertainment, in a non-exclusive approach allowing the most innovative combinations.

The didactic axis will focus on a non-exhaustive selection of texts: moral tales, mirrors for princes, textbooks and documentaries, nursery rhymes and educational songs. The following works might be cited as examples: G. Bruno’s Tour de la France par deux enfants as well as Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrated by Louis-Maurice Boutet de Monvel, in France; Anna Laetitia Barbauld’s Lessons to Children in Great Britain; Das Glück der guten Erziehung by Canon Schmid in Germany. Besides classical novels, proposals may also bear on today’s literature for children.

The recreational axis will deal with tales of adventures and fantasy stories. What part is played by Jules Verne’s and Joachim von Campe’s novels in the making of a national cultural identity? To what extent are George McDonald’s fairy tales subversive? Is today’s globalised and mass-consumed children’s literature still offering the fertile ground on which some form of common popular culture can be built?

Merging both axes, national or « legacy » literature will be granted significant weight in our considerations. The aim is to examine the ideological mechanisms presiding over the construction and assertion of some sense of belonging to one particular culture. The corpus may refer to oral, written and/or visual documents. The papers may focus on norms as much as on their subversion. Close attention will be paid to the inter-semiotic translation and poly-exploitation of stories for children: does the shift from the oral tale to the written text and, later, from the written text to the picture book preserve or alienate their popular essence (Volkstümlichkeit)?

We have deliberately refused to restrict our research to one specific geographical area or one specific period so the papers may tackle a wide range of topics. All methods of research are welcome and may cover fields as varied as linguistics, literature, civilisation, historiography.

Each 20-minute paper will be followed by a ten-minute discussion. The languages spoken are French, English and German, to allow Eastern European researchers to fully take part in the event.

Please send your proposals to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) and Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr).

Each proposal should mention:

Your name

Your Email address

Your university

The title of your paper

A 300-word abstract

A short biographical note

Deadline for sending proposals: March 15th, 2014

Answers: April 5th, 2014

***

Die Jugendliteratur : Vehikel einer volkstümlichen kulturellen Identität

Universität Reims-Champagne Ardenne
21. und 22. November 2014

Ziel dieses Kolloquiums, welches bewusst multidisziplinär gestaltet ist, wird es sein, den Begriff kulturelle Identität zu hinterfragen. Auf welche Weise definiert und entwickelt ein Volk seine Identität ? Dabei gilt es, die Merkmale zu bestimmen, welche eine Identifizierung mit einer lokalen, nationalen oder aber transnationalen volkstümlichen Kultur ermöglichen. Die Kultur der Kasten und die des biologischen und sozialen Geschlechts lassen sich vollumfänglich dieser Thematik zuordnen.

Wir haben uns entschieden, unsere Fragestellungen auf die vielgestaltige Jugendliteratur zu beschränken, welche in ihren unterschiedlichen Ausprägungen ein bevorzugtes Feld der Darstellung und Wiedererkennung individueller und kollektiver Identität ist. Die zu untersuchenden Texte lassen sich um die zwei dialektischen Aspekte „Belehren und Unterhalten“ anordnen, welche in einem nicht ausschließlichen Verhältnis möglichst fruchtbare Kombinationen zulassen sollten.

Der erste, didaktische Aspekt wird auf einer nicht abschließende Auswahl an Texten stützen: moralisch geprägte Berichte, Spiegel, dokumentarische Berichte und Handbücher, Kinder- sowie erzieherische Lieder. Als Beispiele für den französischen Sprachraum seien genannt „Tour de la France par deux enfants“ von G. Bruno oder „Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants“ herausgegeben von Louis Maurice Boutet de Monvel; für den angelsächsischen Sprachraum „Lessons to Children“ von Anna Laetitia Barbauld oder aber die Pädagogik von Maria Edgeworth, sowie für den deutschen Sprachraum „Das Glück der guten Erziehung“ des Domherrn Schmidt. Neben den klassischen Werken wird ebenfalls auch zeitgenössische Literatur verwendet werden.

Der zweite, unterhaltende Aspekt wird sich mit Abenteuergeschichten, Robinsonaden und Fantasiegeschichten befassen. Welche Rolle spielen die Romane von Jules Verne und von Joachim Heinrich Campe in der Konstruktion einer volkstümlichen kulturellen Identität ? Welchen Beitrag leisten die Erzählungen von George McDonald zur Subversion? Bietet die zeitgenössische Jugendliteratur, welche weltweit verbreitet und von Massen gelesen wird, noch eine Grundlage, auf welcher eine kulturelle Identität aufgebaut werden kann ?

Im Schnittpunkt der beiden Aspekte werden die literarischen Überlieferungen in ihren vielfältigen Ausdrücken – Sagen- und Märchenschatz, mündliche Literaturformen, Bilderbogen … ; das Korpus  kann nämlich schriftlich, mündlich oder ikonographisch sein – einen wesentlichen Platz in unseren Überlegungen einnehmen. Es geht darum, die ideologischen Mittel zu hinterfragen, die den Aufbau und die Bestätigung eines kulturellen Zugehörigkeitsgefühls leiten.  Wir interessieren uns gleichermaßen für die Norm wie auch für ihre Subversion. Unser besonderes Augenmerk liegt auf der intersemiotischen Übersetzung und der mehrfach Nutzung einiger dieser Werke : Bewahrt der Übergang vom Gesprochenen zum Geschriebenen, und vom Schriftlichen zum Bild die Volkstümlichkeit oder führt er zu deren Verlust ?

Wir verzichten bewusst auf eine geographische oder zeitliche Beschränkung unserer Problemstellung, um eine größtmögliche Offenheit und Weite unserer Arbeit zu erreichen und begrüßen alle Forschungsansätze (linguistisch, literarisch, kulturwissenschaftlich, historisch).

Jedem 20 minütigen Vortrag folgt eine 10 minütige Diskussion. Die Sprachen des Kolloquiums sind Französisch, Deutsch und Englisch, um sicherzustellen, dass auch mittel- und osteuropäische Forscher an unseren Überlegungen teilnehmen können.

Wissenschaftlicher Ausschuss: Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger (CIRLEP)

Wir würden Sie bitten, uns Ihre Themenvorschläge von maximal 300 Worten mit einem kurzen biographischen Abriss bis zum 15. März 2014 bei Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) UND Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) einzureichen.

Responsable : Yannick Bellenger-Morvan

Adresse : Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299.UFR Lettres et Sciences Humaines57, rue Pierre TAITTINGER51096 REIMS Cedex

Illustrer : la naissance des images

Le groupe interuniversitaire Illustratio lance un appel à communication pour sa première journée d’étude. Intitulé « Illustrer : la naissance des images », celui-ci propose d’initier une « réflexion sur l’illustration dans tous ses états, du 16èmesiècle au 21ème siècle » : il s’agit donc de construire un objet scientifique susceptible d’intéresser tous les chercheurs s’intéressant à la culture graphique. L’approche retenue est également originale : la « naissance » ici évoquée propose de penser les conditions matérielles, intellectuelles voire mentales d’un processus de création qui reste effectivement largement à expliciter. Il sera intéressant pour ce faire de se référer aux travaux de Philippe Kaenel et par exemple d’imaginer avant le 15 décembre prochain un prolongement au Métier d’illustrateur qui porte essentiellement sur le XIXe siècle.

 

Illustrer : la naissance des images

 

Première journée d’étude du groupe Illustratio

4 avril 2014, Université de Bourgogne

Les membres du groupe Illustratio sont heureux de lancer un appel à communications pour leur première journée d’étude sur l’illustration qui se tiendra à l’Université de Bourgogne le 4 avril 2014.

Cette journée sera co-organisée par l’Université de Bourgogne (EA 4182 TIL),  l’Université de Haute-Alsace (EA 4363 ILLE), l’Université de Lorraine (EA 2338 IDEA), et l’Université de Valenciennes (EA 4343 Calhiste), et sera suivie par une série de rencontres organisées à tour de rôle dans ces quatre établissements.

C’est avec le thème « Illustrer : la naissance des images » que nous inaugurons nos travaux qui visent à développer et approfondir la réflexion sur l’illustration dans tous ses états, du 16èmesiècle au 21ème siècle, et contribuer à faire de cet objet d’étude un domaine de recherche à part entière. Nous invitons donc chercheurs, éditeurs, artistes et praticiens à participer à cette première journée consacrée à la genèse et la création des images d’illustration.

Comment ces images viennent-elles au jour ? Quelles sont les contraintes matérielles et les conditions esthétiques qui président à leur naissance ? Pour répondre à ces questions les communications pourront par exemple porter sur les débuts d’une collaboration entre un artiste et un écrivain, sur les travaux préparatoires de l’illustrateur (carnets d’esquisses, planches d’études et notes manuscrites), les modes de (pré-)visualisation et les opérations mentales qui sont les siens, ou encore sur ses écrits autobiographiques. Il pourra également être question de l’apparition de nouvelles techniques et modes de reproduction, et des degrés de matérialité et de sensorialité du médium.

Il s’agira dans le même temps de se demander comment l’émergence de l’image est thématisée au sein de l’œuvre illustrée : nous vous invitons donc à définir des problématiques liées au surgissement et au dévoilement de l’image, à sa matérialisation, et à la captation du figural.

Comme tout ce qui est de l’ordre de l’inchoatif, la vie des images peut être brève, et les participants pourront également se pencher sur les projets d’illustration avortés, ou encore sur la fugacité des visions de l’illustrateur et la difficulté, voire l’impossibilité, de donner corps aux images.

Date limite : les propositions de communication, d’une longueur de 300 mots environ (accompagnées d’une courte bio-bibliographie), devront être envoyées au comité organisateur avant le 15 décembre 2013. Elles peuvent être données en français ou en anglais ; néanmoins, les travaux du groupe Illustratio seront publiés en anglais.

Confirmation: fin décembre 2013

Comité organisateur :

Sophie Aymes (Université de Bourgogne) : sophie.aymes@u-bourgogne.fr

Nathalie Collé-Bak (Université de Lorraine) : nathalie.colle@univ-lorraine.fr

Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : brigitte.friant-kessler@univ-valenciennes.fr

Maxime Leroy (Université de Haute-Alsace) : maxime.leroy@uha.fr 

Responsable : Sophie Aymes

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr/manifestations/etude.html

Adresse : Université de BourgogneUFR Langues & Communication2 Boulevard Gabriel21000 Dijon