Archives par mot-clé : featured

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Faisant suite à la publication de l’article « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru » de Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, paru dans la récente thématique « Bande dessinée et sport« , Comicalités publie une intuition de recherche préparée par les trois auteurs pour approfondir les rapports entre l’oeuvre graphique de Baru et la violence dans le(s) sport(s). Les trois auteurs se sont interrogé sur la place de la femme dans ce diptyque sport et violence. Nous reproduisons leurs réflexions ci-dessous. (NB : nous remercions Baru pour l’autorisation de diffusion de l’entretien et des images.)

Les filles et les femmes, grandes absentes de la pratique sportive : les « non-dits graphiques » d’une autre forme de violence ?

Il est avéré que les filles sont les grandes oubliées des pratiques sportives dans les albums de Baru. Avec honnêteté et réalisme, l’auteur s’accorde avec les travaux historiques qui montrent que la place des filles et des femmes est réduite à la portion congrue dans un univers où le sexe du sport est masculin (DAVISSE, LOUVEAU, 1991). Dès l’enfance le sport est une pratique réservée aux mâles. Dès l’école primaire, dans les représentations collectives, l’exclusion de fait des filles de la scène sportive s’impose comme une évidence. Dans Les années Spoutnik, Lorsque Leïla, l’amie d’Igor, propose de remplacer le gardien de but blessé lors d’une partie opposant les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas », l’ensemble de ses camarades s’y oppose à l’unanimité, alors que pourtant, aucun volontaire ne s’est déclaré pour le poste vacant.

Image 1 : Les filles hors-sport. (Baru. Les années Spoutnik, tome 1 : le penalty. Casterman, 1999, p.42. ©Baru/Casterman

Dans une société qui sépare nommément garçons et filles, Baru s’emploie à décrire la réalité sociale où les femmes sont encouragées à rester au foyer pour s’occuper des tâches ménagères et où les enfants fréquentent des écoles séparées. De ce fait, l’absence de mixité sexuée se répercute également dans les jeux sportifs mais également non sportifs. Les camarades masculins de Leïla sont très étonnés que cette dernière décide de prendre part à leurs jeux de garçons.

Image 2 : Les filles hors-jeu. Baru. Les années Spoutnik, tome 3 : Bip bip !. Casterman, 2002, p.40. ©Baru/Casterman

A l’adolescence, le processus se poursuit. Les filles sont les absentes de la scène sportive. Lorsque dans les différents chapitres de La piscine de Micheville, les adolescents s’adonnent à la natation, au football ou au volley-ball sur la plage, systématiquement, l’enjeu est soit de séduire les demoiselles de leur âge, soit de se défouler pour oublier que justement, parce qu’elles évoluent dans des espaces séparés, les jeunes filles demeurent des objets de convoitise momentanément inaccessibles.
A l’âge adulte, alors que les héros de Baru s’adonnent à la pratique de la boxe, bien entendu les femmes qui les côtoient en sont exclues (Il est vrai que Baru ne risque pas l’anachronisme. La boxe féminine ne se développe qu’à partir des années 1990 et ne deviendra sport olympique qu’en 2012 à Londres.). Plus encore qu’à l’adolescence, les femmes sont les objets du désir de ses boxeurs. Mais à chaque fois, Baru leur fait jouer un rôle ambigu : que ce soit Sarah dans Le chemin de l’Amérique ou Anna, dans L’enragé, les deux héroïnes ne se retrouvent pas sur le chemin de Saïd Boudiaf ou d’Anton Witkowski simplement en raison des hasards du destin. En réalité, elles sont instrumentées, soit par un parti politique, soit par un manager adverse. Leur relation au héros ne peut manquer d’être particulièrement complexe, dans la mesure où même si elles en tombent amoureuses, elles sont également missionnées pour les trahir. Peut-on pour autant parler de violence symbolique faite aux femmes, dans la mesure où en enrichissant leur rôle, il leur permet de dépasser leur statut de femme complaisante attendant sagement au foyer le retour du héros. En ce qui concerne leur rôle par rapport à la boxe, il est réduit à la portion congrue. Les femmes sont contraintes de supporter l’attente entre deux combats, de vivre les incertitudes et humeurs de leurs conjoints liés aux entraînements et aux échéances, d’attendre le retour du champion sans pouvoir jouer un rôle influent.

Image 3 : Les femmes dans l’attente du retour du champion. Baru. L’enragé. Tome 2. Dupuis, 2006, p.85. ©Baru/Dupuis

Ce faisant, Baru s’inscrit dans une logique inhérente à la sphère, dans laquelle couronner le vainqueur reste l’apanage des femmes (LOUVEAU, 1991, p.135-141). Le sexe féminin reste la première victime de la violence symbolique du sport (VIGARELLO, 2001).
Alors, si l’on s’en tient à la place des femmes vis-à-vis des pratiques sportives, on peut souscrire à l’argumentation suivante : Baru est effectivement un témoin attentif de son temps, qui relate avec fidélité les usages et les représentations sociales en vigueur concernant le rôle assigné à chaque sexe. Dans les années 1950 ou 1960, les fillettes, adolescentes ou jeunes femmes sont majoritairement exclues de la pratique sportive, tout comme elles sont de fait exclues de beaucoup de jeux propres aux garçons. Dans les années 2000, les femmes restent à distance de la scène sportive, même si Baru leur offre de jolis rôles en jouant sur une dualité qui évite de les cantonner au rôle de simple fantasme masculin. La place des femmes dans les scénarii de Baru est conforme à celle qu’il a connue lors de sa jeunesse et celle qui reste en vigueur dans la société actuelle.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (sous la direction de). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.

« Bande dessinée et sport », une nouvelle thématique dans Comicalités

L’équipe de Comicalités a le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle thématique : « Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d’un univers normé ?« .

Dirigée par Sébastien Laffage-Cosnier  et Christian Vivier (Université de Bourgogne-Franche-Comté, EA 4660), cette thématique explore un sujet original, à la frontière entre les études sur la bande dessinée et les sciences du sport, afin d’ouvrir l’exploration des cultures graphiques à de nouveaux domaines scientifiques. La thématique reste ouverte à des propositions ultérieures.

Les études réunies pour Comicalités se concentrent sur la question du rapport à la norme. Comment la bande dessinée représente la norme sportive ? Comment la subvertit-elle pour son propre usage ? Comment l’utilise-t-elle pour proposer une forme de contestation sociale ? C’est à ces questions que vont répondre les différents auteurs à travers leurs propositions :

Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier, « Introduction : Quand le 9e art se joue du sport » (présentation de la thématique et synthèse historiographique du domaine)

Christophe Meunier, « Échange de passe et lutte de places dans Max Winson de Jérémie Moreau. Les territoires du sportif dans la bande dessinée. »

Denis Jallat et Yann Descamps, « Aux limites du réel : le terrain vague et la palissade du Bicot de Branner »

Patrick Legros, « Les Pieds Nickelés et la petite reine. Déviance sportive et conflictualités sociales. »

Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru »

Antoine Marsac, « Des sportifs embarqués dans l’aventure en canoë. Narrations visuelles et normes sociales. »

Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud, « La sportivité des techniques corporelles d’un héros éminemment moderne : Rahan. Le nouvel âge des sports… farouches. »

La publication de la thématique « Bande dessinée et sport » dans Comicalités répond à trois exigences de la revue. Elle encourage la collaboration entre des chercheurs venus de domaines différents. Elle démontre, s’il le fallait, que le champ d’étude de la culture graphique peut venir nourrir les recherches de disciplines en apparence très éloignés, en l’occurrence les sciences du sport. Elle ouvre les études sur la bande dessinée à des perspectives originales, dans son rapport à la société, à la représentation des normes, à la subversion, au(x) corp(s), à la spatialité et la territorialité… Autant de pistes que nous espérons fécondes d’études nouvelles !

Il est ainsi démontré, s’il le fallait, que la bande dessinée sait (et a toujours su) porter un discours sur le réel, sur le contemporain, sur la société dans tous ses aspects. Le travail du chercheur est aussi de décoder toute la diversité de ces discours…

Crédits de l’image d’en-tête (de gauche à droite et de haut en bas) : Théo Calméjane, Jeu décisif, Glénat, 2017 // Guillaume Bouzard, Football Football, saison 1, Dargaud, 2007 // Robin Walter, Prolongations, Editions des Ronds dans l’O, 2014 // Jérémie Moreau, Max Winson, tome 1 : La Tyrannie, Delcourt, 2014 // Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris, Mon père était boxeur, Futuropolis, 2016 // Pellos, Les Pieds Nickelés au Tour de France, Société Parisienne d’édition, 1956 // André Chéret et Roger Lecureux, Rahan, L’Intégrale tome 3, Editions Lecureux, 2008 // Baru, Jean-Marc Thévenet, Daniel Ledran, Le chemin de l’Amérique, Casterman, 2010 (première édition 1998) // Timothé Le Boucher, Les vestiaires, La boîte à bulles, 2014

 

Une nouvelle équipe pour Comicalités !

Comicalités, études de culture graphique a le plaisir de vous annoncer la composition de son nouveau comité de rédaction, qui se donne pour mission d’animer la revue à partir de 2018 :

Des mises à jour du site de la revue, des publications et des appels à textes sont prévus dans les mois à venir. Nous acceptons les propositions d’articles indépendamment des appels à textes pour publication dans nos « éclectiques » ; n’hésitez pas à nous les envoyer, ils seront étudiés dans les plus brefs délais.

Comicalités est une revue scientifique à comité de lecture qui a pour objet la culture graphique, et plus particulièrement la bande dessinée, analysée dans une perspective interdisciplinaire.

Bandeau : Robert Sikoryac, Masterpiece Comics, Drawn & Quaterly, 2009. © Drawn & Quaterly

Editer la bande dessinée

Après La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? (disponible en open access aux éditions de la BPI), vient de paraître Editer la bande dessinée (Cercle de la librairie) que j’ai eu l’honneur d’écrire et de signer. Cette fort riche dernière année fut ainsi pour moi consacrée à l’étude de la place singulière qu’occupe la bande dessinée au sein des médias tant la mise en relation de ces deux travaux permet de dégager d’intéressantes questions quant aux coïncidences (ou non) des pratiques culturelles et structures éditoriales qui leur sont liées.

Celles-ci ont en effet clairement su valoriser la constante progression de la lecture de bande dessinée (déjà mesurée en 2008 dans l’étude Les Pratiques culturelles des Français et sensible dans notre étude). Nous sommes en effet face à un secteur éditorial dont l’évolution ne présente aucun équivalent au sein du monde du livre : si l’on en croit les chiffres fournis par le Syndicat National de l’Édition, son chiffre d’affaires fut multiplié par plus de cinq durant les vingt dernières années et sa progression, plus de trois fois supérieure à celle d’une édition jeunesse pourtant également largement transformée, supplante de loin celle d’autres types de publication.

Il possède dès lors un indéniable attrait invitant nombre d’acteurs à décrire d’étonnantes trajectoires à l’instar du groupe Gallimard pour qui la bande dessinée semble clairement placée au cœur d’une stratégie industrielle. A en croire Antoine Gallimard, « Casterman est un joli joyau, qui s’accorderait bien avec nos activités en bandes dessinées, notamment dans Futuropolis. Je vois un bel ensemble, qui permettrait aussi de mettre un pied dans l’audiovisuel »[1] en exploitant un catalogue à la fois patrimonial (Casterman), grinçant (Fluide Glacial), inventif (Denoël Graphic) et asiatique (Sakka)…

Chiffres d’affaires (en millions d’euros) et part de marché

11052016BDPlaceIMA1

Source : Syndicat National de l’Edition, « chiffres clés » (éditions 1994, 2005 et 2014)

Aussi fondé soit-il, cet engouement ne semble pour autant pas forcément partagé par tous et les investissements en matière de bande dessinée semblent bien loin de faire l’unanimité et on assiste dans le cas qui nous intéresse à des désengagements extrêmement clairs. Le groupe La Martinière cède ainsi dès 2007 sa participation au sein des éditions Emmanuel Proust et renonce à la collection de bandes dessinées des éditions du Seuil tandis que les éditions Albin Michel cèdent également en 2007 à Glénat leur participation au sein de la Sefam (ou société d’édition Filipacchi-Albin Michel) chargée d’exploiter les œuvres publiées au sein de L’Écho des savanes (comme par exemple celle de Pétillon).

Albin Michel : un riche catalogue aux enchères ?

BDCHAP1IMA3

De gauche à droite : Liberatore et Tamburini, Ranxerox à New York (1981). Jack Davis, Qui a peur du grand méchant loup ? (Tales from the crypt, tome 2, 1999). Philippe Druillet, Lone Sloane. L’intégrale (coffret, 2000).
© Albin Michel

Valse-hésitation (rachat puis revente en 1989 par Hachette Livres des prestigieux Humanoïdes Associés), opportunité (prise de contrôle des éditions de l’An 2 par Actes Sud)… D’autres cas de figure illustrent la structuration d’un secteur au sein duquel des structures éditoriales de taille plus modestes comme les groupes Delcourt ou Glénat damnent parfois allégrement le pion à leurs concurrents plus argentés. Comparé à une édition « jeunesse » dans laquelle le premier groupe « indépendant » pointe à la septième position (en la personne de l’École des Loisirs), cet état de fait met en évidence l’une des spécificités de la bande dessinée : la spécialisation peut y être valorisée et la diversification n’est nullement la règle.

Alors que le volonté d’étendre les activités d’une marque éditoriale à de nouveaux secteurs est ailleurs chose courante, seules certaines maisons semblent s’être laissé tenter (« Casterman-Rivages Noir » ou « Casterman-Lonely Planet ») et seuls les éditeurs pour la jeunesse semblent faire exception (à l’instar de Sarbacane). Culture graphique inégalement partagée, modes de circulation et de commercialisation particuliers ou compétences éditoriales bien spécifiques ? Les activités de nombreuses et talentueuses petites maisons permettent de poser une question qui est au cœur de la réflexion que nous livrons dans ce livre et qui fera l’objet de prochains billets.

[1] Cité dans Vincy Thomas, « Antoine Gallimard pourrait céder Casterman “dans un contexte de crise” », Livres Hebdo, 6 juillet 2012.

Journée d’étude : « La bande dessinée : quelles recherches ? »

Comicalités et son carnet sont fiers de vous annoncer l’organisation d’une nouvelle journée d’étude : consacrée à la recherche sur la bande dessinée, elle sera l’occasion de débats et rencontres que nous espérons fructueuses. Organisée par les universités Paris 13 et Paris-Sorbonne, elle aura lieu le 10 juin prochain à la Maison de la Recherche de cette dernière et nous avons choisi d’illustrer ce billet avec l’un des dessins du (défunt) blog Une vie de thésarde.

 

La bande dessinée : quelles recherches ?

Vendredi 10 juin

Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne

(28 rue Serpente, Paris)

Organisation

Benoît Berthou (université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, LABSIC) et Jacques Dürrenmatt (université Paris Sorbonne, STIH)

 

9h00-9h15 Introduction – Benoît Berthou, Jacques Dürrenmatt
9h15-10h45 Étude et critique de la bande dessinée : quel corpus ?

Modération : Benoît Berthou

Thierry Groensteen (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image), « Les ouvrages de “grande synthèse” : quelle nécessité pour la bande dessinée ? »

Yahiaoui Djebrine (Université Montpellier 3, LERASS), « Pour un dispositif d’information et communication scientifiques sur la bande dessinée »

Julien Baudry (Université Bordeaux Montaigne), « La conquête de l’Université par la bande : la thèse comme témoin d’une institutionnalisation des recherches en bande dessinée »

10h45-11h15 Pause
11h15-12h45 Archiver, organiser, classer : quelles sources pour l’étude de la bande dessinée ?

Modération : Julien Baudry

Jean-Paul Gabilliet (Université Bordeaux Montaigne), « La littérature secondaire “cachée” »

Sabrina Messing (Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte, Université Catholique de Louvain), « Le portail “Presse en stock” : approche documentaire d’un œuvre »

Catherine Ternaux (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image), « Quelles ressources pour la recherche sur la bande dessinée ? »

Luc Vigier (Université de Poitiers), « Les paradoxes d’une génétique à ciel ouvert »

12h45-14h Buffet offert pour les intervenants
14h-15h30 Acteurs de la bande dessinée : quelles approches ?

Modération : Jessica Kohn

Sylvain Aquatias (Université de Limoges, GRESCO), « Sociologie de la bande dessinée et théorie des champs : l’exemple des liens entre dessin animé et bande dessinée »

Pierre Nocerino (EHESS), « “Sans auteurs, pas de livre”. Pour une sociologie des auteurs de bandes dessinées et de leurs mobilisations politiques »

Kevin Le Bruchec (Université Paris 13, LABSIC), « Les éditeurs alternatifs de bande dessinée : permanences et spécificités d’un champ éditorial contemporain »

Benjamin Caraco (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), « Ecrire l’histoire d’un éditeur de bande dessinée : une nécessaire approche plurielle »

16h-17h30 La bande dessinée : approches interdisciplinaires

Modération : Adrien Genoudet

Benoît Crucifix, Bjorn-Olav Dozo et Gert Meesters (ACME, Université de Liège), « Logiques de l’interstice (disciplinaire, nationale, méthodologique »

Pascal Robert (École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques), « Décor et corps, quels actants pour la bande dessinée ? »

Raphaël Baroni (Université de Lausanne, GreBD), « La théorie du récit au risque de sa confrontation avec le récit en bandes dessinées »

La bande dessinée : quelles recherches ?

La dernière saison du Carnet de comicalités fut largement occupée par la publication des différents volets de l’enquête de Julien Baudry consacrée à la « Jeune recherche sur la bande dessinée ». Ce travail ne nous semble pas avoir véritablement d’équivalent et constituer une entreprise audacieuse : aborder un champ de recherche à travers certains de ses acteurs, c’est-à-dire cerner des démarches mêlant intérêt pour un mode d’expression et inscription dans des institutions.

La recherche : quel échafaudage ?

29022016Recherches

Grenier du Centre Culturel International de Cerisy dessiné par Jean-Christophe Menu

Jean-Christophe Menu, Livret de phamille, L’Association, 1995, détail, sans pagination

Entre projets et intérêts des uns et modes de structuration (par discipline, laboratoires, département, etc.) des autres s’ouvre un espace de renconte qu’il s’agit d’explorer dans toute sa complexité, tant il est le garant d’une visibilité et pérennité des recherches ici et ailleurs publiées. C’est cet effort que nous proposons à nos lecteurs et à des chercheurs de tout bord de poursuivre à travers une journée d’étude organisée à l’Université Paris-Sorbonne le 10 juin prochain. L’appel à communication que nous vous présentons ci-dessous donnera lieu à d’autres billets au sein de ces Carnets, qui sortent pour l’occasion d’un sommeil dû à la conduite d’autres projets qui seront également ici évoqués.

Continuer la lecture de La bande dessinée : quelles recherches ?

« Towards a graphic culture: studying drawing » : programme

En juin 2010, était organisé à l’université Paris Ouest le colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? ». Ces deux jours d’interventions et de communications furent enrichissants et structurants puisqu’ils donnèrent naissance à la revue Comicalités. Études de culture graphique qui se développe depuis sur le portail Open Edition.

Cinq ans plus tard, et presque jour pour jour, Comicalités est associée à un autre événement : « Towards a graphic culture : studying drawing », qui se tiendra à la villa Finaly de Florence (dont plusieurs des voutes peintes sont présentées sur cette page) et donnera bien sur lieu à de prochaines publications.

 Finaly3

Ce colloque sera surtout l’occasion de réfléchir à une plus large définition du champ scientifique qu’entend explorer notre revue : une culture graphique faisant une place centrale mais ne se limitant pas à la bande dessinée car entendant avant tout étudier le dessin en tant que mode de communication et de création.

Continuer la lecture de « Towards a graphic culture: studying drawing » : programme

Jeune recherche : posture du jeune chercheur

Pour terminer cette série d’articles sur les jeunes chercheurs en bande dessinée, j’évoquerais une question plus individuelle et personnelle : celle de la posture du chercheur, en particulier dans son rapport sensible et émotionnel à l’objet de sa recherche, en l’occurrence la bande dessinée.

En effet, j’ai déjà eu l’occasion de souligner que la grande majorité des doctorants interrogés m’ont avoué être des lecteurs de bande dessinée avant leur recherche. La valeur de ces affirmations varient, entre les lecteurs occasionnels et les lecteurs passionnés… Mais souvent intervient le constat d’un rapport à l’objet qui n’est pas seulement celui d’un chercheur, mais aussi celui d’un amateur. Par ailleurs, certains des répondants s’investissent plus qu’en tant que lecteur dans le milieu de la bande dessinée : ils sont éditeurs, galeristes, experts ou enseignants du domaine. Cette ambivalence se retrouve d’ailleurs avec d’autant plus de force dans le cas de jeunes chercheurs qui sont aussi praticiens, professionnels ou amateur. C’est le cas pour au moins quatre de mes répondants, à des degrés divers. Il sera intéressant de comprendre comment eux vivent cette double identité.

Continuer la lecture de Jeune recherche : posture du jeune chercheur