Archives par mot-clé : cinéma

Alain Resnais : bande dessinée , modèle cinématographique ?

Plusieurs chercheurs de la Duke University (USA) lancent un appel à communication intitulé : « L’Archipel Resnais ». Cette proposition est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la culture graphique, et en particulier sur la bande dessinée qui est d’ailleurs directement mentionnée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous. Bien connue est en effet la véritable passion que le célèbre cinéaste voua au neuvième art et qui transparaît par exemple dans La Mémoire du monde (visible en ligne par le biais d’une célèbre plateforme en l’occurrence bien inspirée). Consacré à la Bibliothèque Nationale de France (la « Nationale », présentée comme une « forteresse » construite par des hommes qui ont la « mémoire courte »), ce court métrage fait une belle (mais petite) place à la bande dessinée : après une phrase solennelle (« Qui sait ce qui demain témoignera le plus sûrement de notre civilisation ? ») et au détour d’un ample mouvement de caméra réalisé à la dolly qu’apparaît une collection de fascicules consacrée aux personnages de Mandrake ou de Dick tracy.

Des écrits à analyser : Alain Resnais sur la bande dessinée

24112014RenaisIMA1

Giff Wiff, n°21, dossier « Dick Tracy » coordonné par Alain Resnais. Droits Réservés.

La place qu’occupe la bande dessinée au sein d’une culture que l’on peut juger « légitime » est également évoquée dans un I want to go home qui fait une place plus importante au neuvième art : y sont mis en scène un auteur de bandes dessinées (Joey, joué par Adolphe Green) et un spécialiste de Flaubert (interprété par Gérard Depardieu) ayant seul grâce aux yeux de la fille du premier nommé. Outre l’étude de ces deux œuvres, il serait surtout possible de s’interroger plus avant sur l’importance esthétique de la bande dessinée. Gilles Ciment met par exemple en évidence, dans un texte intitulé « Des comics au musical », l’influence d’une « ligne claire » érigée en modèle : prônant le « nettoyage de tous les détails », ne constituerait-elle pas l’idéal d’un cinéaste faisant la part belle au studio et aux tournages au sein d’environnement soigneusement contrôlés ? Il serait en tout cas intéressant, pour répondre à cette question, de parcourir avant le 15 décembre prochain les numéros de la revue Giff Wiff dirigés par Alain Resnais, et notamment les dossiers consacrés à Dick Tracy (n°21) ou Forest (n°22)

L’Archipel Resnais

Colloque international

Duke University, 29 octobre au 31 octobre 2015

En l’espace de six décennies, le réalisateur Alain Resnais (1922-2014) a construit l’une des œuvres cinématographiques les plus originales de son temps. Explorateur infatigable de nouvelles directions, formes et genres, Resnais a profondément marqué plusieurs générations de cinéastes, tant en France qu’ailleurs, tout en continuant à stimuler d’intenses débats dans le domaine de la théorie filmique et de la philosophie.
Cependant, l’univers de Resnais forme un paysage aussi singulier qu’insaisissable, privilégiant les démarcations floues, les topographies imprévues (un trope largement présent dans « les herbes folles » d’un de ses tout derniers films). Dans leur ouvrage, Alain Resnais : liaisons secrètes, accords vagabonds (Paris, 2006), Jean-Louis Leutrat et Suzanne Liandrat-Guigues invoquent l’image de l’archipel comme point d’entrée dans le monde à la fois dense et élusif de Resnais, un monde constitué de territoires multiples et éparpillés pouvant néanmoins être reliés par un fil ténu et souterrain.

Notre colloque a pour but de (re)baliser l’« archipel Resnais » en traçant les héritages et les sources d’influences du cinéaste. Favorisant un dialogue interdisciplinaire, il accueillera des intervenants venant de disciplines les plus diverses, incluant études cinématographiques, arts visuels, musique et sound studies, littérature, philosophie et histoire. Cet événement représentera aussi la première étape vers une publication d’essais novateurs sur Resnais.

Les trois conférences plénières seront données par Suzanne Liandrat-Guigues (Université Vincennes à Saint-Denis-Paris 8), François Thomas (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et Steven Ungar (University of Iowa).

Le comité organisateur encourage des propositions sur l’œuvre d’Alain Resnais, incluant, sans s’y limiter, les domaines suivants :

  • Genres et influences : Les genres et leurs frontières ; Resnais et l’Amérique ; Resnais et le surréalisme ; réalisme et artifice.
  • Le cinéma et les arts : Les arts graphiques, la bande dessinée et la photographie ; architecture, topographies et territoires ; théâtre, théâtralité et décors ; Resnais et la littérature ; le roman feuilleton.
  • L’art de la narration / l’art de l’image : Usages de la voix-off et de la bande-son ; cadre et montage ; polyphonie et mosaïque ; la miniature et la maquette.
  • L’Histoire comme matériau : La mémoire et la politique du souvenir ;  l’histoire et ses traumatismes ; résurgences temporelles ; utilisations et fonctions du fragment et de l’archive.
  • Lectures philosophiques de Resnais : Topologies temporelles et spatiales ; Resnais et l’utopie ; approches deleuziennes de Resnais ; le cerveau et les neurosciences.
  • Resnais cinéphile : Resnais et la Nouvelle Vague ; le cinéma muet ; perspectives multiculturelles sur Resnais dans les cinémas français et international, notamment le cinéma asiatique ; les acteurs de Resnais.

Modalités de soumission

Veuillez envoyer un résumé de 500 mots maximum, ainsi que votre nom, affiliation, coordonnées et bref curriculum vitae à Anne-Gaëlle Saliot (as340@duke.edu) et Jacqueline Waeber (jw140@duke.edu),

au plus tard le 15 décembre 2014.

Le comité rendra ses décisions à la fin du mois de janvier 2015 et contactera immédiatement les participants. Des informations plus détaillées sur le programme, l’inscription, le voyage et l’hébergement seront annoncées au cours du printemps 2015.

Colloque interdisciplinaire, Duke University, co-organisé par les départements de Romance Studies, Music, et le Program of the Arts of the Moving Image. Le colloque se tiendra du 29 octobre au 31 octobre 2015.

Organisatrices

  • Anne-Gaëlle Saliot
  • Jacqueline Waeber

Comité scientifique

  • Anne Garréta (Duke University)
  • Markos Hadjioannou (Duke University)
  • Anne-Gaëlle Saliot (Duke University)
  • Jacqueline Waeber (Duke University)

Contacts

  • Jacqueline Waeber
    courriel : jw140 [at] duke [dot] edu
  • Anne-Gaëlle Saliot
    courriel : anne-gaelle [dot] saliot [at] duke [dot] edu