Archives de catégorie : Recherches : études, démarches

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Pour poursuivre la réflexion entamée dans la première partie de cet article sur les axes principaux de la jeune recherche en bande dessinée, j’aimerais évoquer deux tendances moins importantes en nombre mais à mes yeux plutôt nouvelles dans le champ des études sur la bande dessinée. Je reviendrais ensuite sur les possibles absences qui se dessinent en creux dans cette énumération thématique.

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Continuer la lecture de Inter et transmédialité : quel public ?

Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Pour commencer cette série, je voudrais donner un aperçu des principaux axes de recherche et tenter de les rassembler au sein de « tendances » qui, me semblent-ils, caractérisent les thèses soutenues ou en cours depuis 2010. Il s’agit ici moins de s’intéresser aux disciplines et aux méthodes qu’aux contenus et problématiques. Ce premier article aux allures d’inventaire permettra à mes lecteurs de se faire une idée plus générale des recherches en cours. Je précise bien que j’évoque ici à la fois les docteurs et doctorants que j’ai interrogé et ceux que je n’ai pas pu contacter mais dont je connais le sujet par les bases de données dédiées (cliquer pour voir la liste complète).

Continuer la lecture de Jeune recherche : axes et tendances nouvelles

Jeune recherche en bande dessinée : introduction (2/2)

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai réalisé une enquête qualitative auprès d’une vingtaine de récents et futurs docteurs ayant soutenu leur thèse ces cinq dernières années, ou actuellement en cours de thèse. Leur point commun est d’avoir contribué à la recherche scientifique sur la bande dessinée, dans des disciplines variées : littérature, histoire, sociologie, langues étrangères, Sciences de l’Information et de la Communication… Les entretiens issus de cette enquête seront publiés prochainement sur Phylacterium et serviront de matière à une série d’articles sur la « jeune recherche universitaire sur la bande dessinée », publiée ici-même sur Le Carnet de Comicalités. En guise d’introduction, je vous livre, en deux parties, les réflexions qui m’ont amené à réaliser cette étude.

Continuer la lecture de Jeune recherche en bande dessinée : introduction (2/2)

Bande dessinée, école et université : quelle mésentente ?

Dans le premier billet consacré à une étude sur la « jeune recherche en bandes dessinées », Julien Baudry pose une question qui me semble des plus intéressantes. Constatant à la fois le manque d’ampleur et d’organisation des recherches universitaires et le développement de « discours » malgré tout « pertinents et intéressants », celui-ci s’interroge sur la « pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université » : « N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de “légitimité”, toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? »

Le risque ici évoqué me semble d’autant plus réel que, et ainsi que le signale Julien Baudry, des universitaires n’ont eux-mêmes pas hésité à diffuser leurs travaux dans des revues ne relevant pas des canons de la publication scientifique. Ainsi que je l’écrivais à propos de Comicalités en octobre 2011 (au sein des défunts mais toujours en ligne Carnets de la bande dessinée), il faut se garder de « faire de “recherche” ou d’“université” des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours », et plus largement de croire « qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité » grâce à un unique type de mode de médiation et production du savoir.

La bande dessinée : une lecture confidentielle ?

20012015IMA3

Christine Détrez, Olivier Vanhée, Les Mangados. Lire des mangas à l’adolescence, éditions de la BPI, 2012. © BPI

Souscrivant donc totalement aux réserves de Julien Baudry, je tiens néanmoins ici à prolonger son propos car il soulève un problème de taille. En effet, l’université n’est pas la seule forme d’institution a éprouver quelques difficultés vis-à-vis de la bande dessinée et on peut même penser celle-ci fâchée avec toutes les structures d’apprentissage ainsi qu’en témoigne l’un des articles de l’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui est en cours de parution. Sylvain Aquatias fait ainsi remarquer : « Alors même qu’il est admis que la bande dessinée peut être une ressource pour enseigner, elle est quasiment absente des programmes de français. Au demeurant, les œuvres du neuvième art sont surtout conçues dans le monde scolaire comme des aides pédagogiques, rarement comme des œuvres en soi, méritant une étude propre ».

La bande dessinée serait ainsi pensée comme un instrument de médiation, comme un langage doté d’intéressantes propriétés en terme de transmission lui permettant de se mettre au service d’autres savoirs. Et le fait de ne pas la reconnaître comme la clé de voute d’une culture graphique à part entière semble avoir des conséquences d’importance : « De la même manière que Philippe Coulangeon note une faible influence de l’école sur le goût musical des jeunes, on peut penser qu’elle agit peu en ce qui concerne le goût pour la bande dessinée » dont la transmission relève du coup de modalités qu’analyse Sylvain dans la suite de son texte.

Ni université, ni école : tel pourrait ainsi être formulé ce qui ne relève nullement d’un crédo mais bien plus d’une condition qu’il s’agit d’interroger tant elle prend des formes parfois étonnantes que met par exemple en évidence le travail de Christine Détrez et d’Olivier Vanhée. Les Mangado (publié aux éditions de la BPI) dresse en effet le portrait saisissant d’un type de lecture qui prend place dans des pratiques et espaces qui sont justement tout sauf légitimes (tels le bus ou la classe, où l’on est censé faire autre chose). La bande dessinée se glisse dans des interstices, prend place dans des moments d’ennui, pas forcément « occupables » par autre chose et participe plus largement d’une intrigante circulation des livres qui rappelle un peu les temps sombres de l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.

On se passe les mangas sous le manteau, dans l’anonymat d’un coin de la cour du lycée, et les échange au sein d’un cercle fermé de connaissances à qui l’on peut se fier, sans forcément chercher à les présenter à d’autres. La bande dessinée est ici presque au fondement d’une espèce de société (secrète) et ces pratiques mettent en perspective un singulier domaine d’investigation. Il serait absurde d’appréhender université et école à l’aune de la seule légitimité : comme peut en témoigner n’importe quel enseignant et chercheur, elles n’ont ni les moyens, ni l’envie, de s’en arroger le monopole. Et il serait plus juste de se demander si refuser de faire une place à la bande dessinée ne revient pas à lui nier la possibilité de devenir un « lieu commun » au sens fort du terme, un terrain de rencontre entre individus d’âge, de statuts, de classes sociales et d’ambitions différentes.

Quelle transmission graphique ?

20012015IMA1

Didier Quella-Guyot, 100 séquences de bandes dessinées. Patrimoine du neuvième art (1831-1999), CRDP Poitou-Charente, 2011. © CRDP Poitou-Charente

Pour prolonger les réflexions de Julien Baudry et Sylvain Aquatias, il serait ainsi pertinent de disséquer un ouvrage de Nicolas Rouvière comme Bande dessinée et enseignement des humanités (ELLUG, Grenoble, 2012) ou de s’intéresser à des initiatives comme celles du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Poitou-Charente à travers la collection « La BD de cases en classes ». Et plus largement d’étudier notre système éducatif au regard de ce qu’il peut et entend transmettre : serait ainsi esquissée une forme d’histoire de la mise en partage des modes d’expression et de publication mobilisant des réflexions ayant par exemple trait tant aux présupposés des formateurs qu’aux compétences transmises aux formés.

Jeune recherche en bande dessinée : introduction (1/2)

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai réalisé une enquête qualitative auprès d’une vingtaine de récents et futurs docteurs ayant soutenu leur thèse ces cinq dernières années, ou actuellement en cours de thèse. Leur point commun est d’avoir contribué à la recherche scientifique sur la bande dessinée, dans des disciplines variées : littérature, histoire, sociologie, langues étrangères, SIC… Les entretiens issus de cette enquête seront publiés prochainement sur Phylacterium et serviront de matière à une série d’articles sur la « jeune recherche universitaire sur la bande dessinée », publiée ici-même sur Le Carnet de Comicalités. En guise d’introduction, je vous livre, en deux parties, les réflexions qui m’ont amené à réaliser cette étude.

La bande dessinée à l’université française, un état des lieux

La question de la place de la bande dessinée à l’université française est une question-piège qui pourrait amener à des conclusions hâtives si on ne prend pas le temps de distinguer deux phénomènes : d’un côté l’intérêt de penseurs et auteurs universitaires pour la bande dessinée, de l’autre côté la prise en compte institutionnelle de cet objet d’étude.

La compréhension du premier de ces phénomènes démontre que des universitaires se sont toujours trouvés associés à la construction du savoir sur la bande dessinée au XXe siècle, qui, si l’on excepte quelques éclaireurs dans les années 1950, commence réellement dans les années 1960-1970 avec les associations bédéphiles. L’exemple le plus flagrant est celui de Pierre Couperie1, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et spécialiste de l’histoire sociale de l’Ancien Régime, qui a fait partie en 1964 des fondateurs de la SOCERLID. Cependant, à l’image d’Evelyne Sullerot, les premiers universitaires à s’intéresser à la bande dessinée en font un objet d’étude connexe de leur recherche « officielle ». Il faut attendre 1971 pour qu’un cours sur la bande dessinée s’ouvre à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, donné par Francis Lacassin, et 1978 pour que Pierre Couperie ouvre le sien à l’EHESS. À cette date, d’autres universitaires font déjà de la bande dessinée l’objet de leurs recherches (Brigitte Hermann, Pierre Fresnault-Deruelle…). On voit apparaître, dans les années 1970, des thèses prenant pour sujet la bande dessinée, en particulier en médecine (voir la thèse d’exercice de Serge Tisseron, en 1975, tentative de thèse en bande dessinée sur la psychiatrie), ou en sémiologie (Pierre Fresnault-Deruelle soutient sa thèse en 1980).

17012015IMA3

Livret hors commerce publié en 1965 par Opera Mundi (agence fondée par Paul Winkler, entre autre éditeur du Journal de Mickey). © Opera Mundi

Dans les décennies suivantes, la recherche universitaire sur la bande dessinée se poursuit, timidement, mais se diversifie. Surtout, grâce à des auteurs qui, sans en faire l’objet principal de leur travaux, n’hésitent pas à en faire un objet d’étude pertinent pour expliquer les évolutions de la société et de la culture, elle trouve une place dans des courants plus larges de la recherche qui s’épanouissent dans les années 1990 : l’histoire culturelle (Pascal Ory, Jean-Paul Gabilliet Viviane Alary), l’histoire de l’image (Annie Renonciat, Christian Delporte), les études sur la littérature et la culture enfantine (Thierry Crépin, Jacques Tramson). Dans le même temps, Thierry Groensteen, spécialiste reconnu de la bande dessinée, soutient en 1996 à l’université de Toulouse sa thèse qui sera par la suite publiée sous le titre Système de la bande dessinée, étape essentielle de la construction théorique du média. Significativement, l’ouvrage sera publié aux Presses Universitaires de France, formant ainsi un lien entre la réflexion non-universitaire sur le média et l’institution universitaire. La recherche universitaire sur la bande dessinée est riche, on pourra se reporter à l’article Matteo Stefanelli pour en avoir un aperçu plus détaillé et international2.

À l’énoncé de ces noms qui ont régulièrement participé aux revues d’étude de leur époque, il devient évident que, depuis plus de quarante ans, des universitaires se sont penchés sur la bande dessinée et l’ont intégré à leurs travaux, voire à leurs cours. Mieux encore, ils l’ont fait sans hésiter à sortir du cadre universitaire et à participer aux revues d’études de leur époque (Les Cahiers de la bande dessinée et Neuvième art, principalement), participant ainsi à la construction d’un savoir mixte ne dressant pas de frontières entre la recherche scientifique et les études non-universitaire. Mais malgré ces personnalités importantes, la bande dessinée n’est pas parvenue à se construire comme un objet de recherche institutionnellement accepté par l’université française.

C’est là que se trouve le principal manque, comme le souligne Benoit Berthou dans un article de 2011 où il évoque un « problème structurel ». La structuration de l’université contemporaine n’a pas réellement pris en compte la bande dessinée comme objet de recherche : il n’existe pas de laboratoire ayant comme axe de recherche l’étude de la bande dessinée, les chaires d’enseignement consacrées à la bande dessinée sont quasiment inexistantes et, à ces conditions, il devient difficile de monter et financer un projet de recherche sur la bande dessinée. Cela empêche donc de mener des travaux d’ampleur (analyses de gros corpus, étude statistique importante, panorama historique vaste, comparaisons transfrontalières…) et de s’organiser au niveau international, puisque la recherche sur la bande dessinée est aussi dynamique en Belgique, en Suisse, en Espagne ou aux Etats-Unis. La bande dessinée demeure un objet d’intérêt ponctuel animé par quelques personnalités universitaires.

En écrivant cet article, je me suis interrogé sur la pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université : après tout, près de cinquante ans de réflexions sur la bande dessinée produites hors du champ universitaire ou à ses marges, n’a certainement pas empêché d’aboutir à des discours pertinents et intéressants. N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de « légitimité », toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? Ces questions restent à mes yeux toujours en suspens. Toutefois, une raison me semble essentielle : ignorer la bande dessinée dans des études scientifiques portant sur la littérature, sur l’histoire culturelle et politique, sur les pratiques culturelles contemporaines, sur la sociologie de la culture et des médias, c’est ignorer une part de plus en plus importante de notre environnement culturel, à plus forte raison dans la société française où ce média est globalement reconnu et développé. Or, l’université a recours à un type de savoir, à des outils d’analyse, à des structures de recherche, à des instances de validation, qui lui sont propres et ne sont pas forcément ceux de la société « profane ». Il est donc important qu’existent des outils, des méthodes et des lieux scientifiques permettant d’intégrer la bande dessinée aux sciences humaines et sociales.

En d’autres termes, améliorer la place de la bande dessinée à l’université, ce n’est pas le faire uniquement pour le média lui-même, c’est le faire pour l’université, pour permettre à la recherche scientifique d’être plus en accord avec les évolutions de la société et d’une culture diversifiée. Plus largement, il me paraît important que le savoir sur la bande dessinée conserve son caractère mixte qui lui a permis de mêler la liberté d’écriture et de propos de la littérature non-scientifique à la méthodologie et l’exigence du savoir universitaire.

De quelques initiatives récentes

 

Depuis le début des années 2010, plusieurs signes montrent qu’une structuration des recherches scientifiques françaises sur la bande dessinée est en marche. J’en retiendrais quelques unes pour illustrer la vitalité retrouvée de la bande dessinée comme objet de recherche universitaire.

Tout d’abord, dès la fin des années 1990 et dans les années 2000, aux noms précédemment évoqués sont venus s’ajouter d’autres chercheurs : Jacques Dürrenmatt, Benoit Berthou, Eric Maigret3, Laurent Gerbier, Henri Garric, Jean-Matthieu Méon… Certains d’entre eux sont venus à la bande dessinée au cours de la carrière, d’autres s’y consacrent depuis la thèse, mais tous participent à diversifier encore le champ d’études universitaires de la bande dessinée. Après la phase sémiologique des années 1970-1980, après la phase historico-culturelle des années 1990, plusieurs d’entre eux relient la bande dessinée au sein des cultural studies et des études médiatiques, tandis que d’autres réinterrogent la place de cet art dans les études littéraires et en stylistique.

17012014IMA4

Affiche du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? ». Conçue par Benoît Berthou, Thomas Guiffard et Christophe Pavlides, elle s’inspire d’une planche du Contre la bande dessinée de Jochen Gerner s’intéressant aux multiples formes que peut prendre la « bulle ». © Médiadix

Les colloques universitaire consacrés à la bande dessinée ne sont pas une nouveauté, mais il me semble que, depuis quelques années, il s’en déroule au moins un par an, d’envergure plus ou moins importante. À cet égard le colloque La bande dessinée : un art sans mémoire ? organisé en 2010 par les universités Paris 13 et Ouest est un bon exemple des types d’évènements, généralement pluridisciplinaires, qui permettent aux chercheurs sur la bande dessinée de se rassembler en l’absence d’autres structures. En septembre 2014 a par exemple eu lieu à Poitiers la journée d’étude Bande dessinée et intermédialité.

Par ailleurs, la création d’un master bande dessinée à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image en 2008, sous la direction de Thierry Smolderen, constitue une première tentative d’organiser et d’inscrire dans le temps une formation d’enseignement supérieur dédiée à la bande dessinée qui comprennent aussi des cours théoriques et historiques. Jusqu’ici, les cours sur la bande dessinée donnés à l’université étaient plutôt des séminaires ponctuels au sein d’un enseignement plus large sur l’image, la littérature, ou le cinéma. Certes, nous sommes dans le cas précis d’une école d’art, mais la reconnaissance universitaire est bien là puisque le master est adossé à l’université de Poitiers dans le cadre de l’UFR Lettres et Langues.

Cette présence de la bande dessinée dans l’enseignement supérieur essaime aussi via les grandes écoles. En 2012-2013 trois doctorants organisent un séminaire sur bande dessinée et sociologie à l’Ecole normale supérieure d’Ulm. En 2013 est fondé le « laboratoire junior » Sciences Dessinées à l’Ecole normale supérieure de Lyon. L’objectif affirmé est de « faire dialoguer universitaires, enseignants du secondaire, étudiants de toutes disciplines, d’une part, et auteurs de bande dessinée, d’autre part, autour d’une réflexion sur les rapports entre les sciences et le neuvième art. ». À travers conférences, colloques et publications, le laboratoire junior se montre particulièrement actif et contribue à la reconnaissance de la bande dessinée comme objet de recherche au sein d’une institution prestigieuse comme l’ENS.

Naturellement, je peux difficilement ne pas évoquer la structuration communautaire et scientifique ayant lieu autour du lieu-même de la publication du présent article, Comicalités et ses excroissances. Benoit Berthou crée fin 2009 le carnet de recherches des Carnets de la bande dessinée pour relayer les appels à communication pouvant intéresser des chercheurs en bande dessinée à pratiquer, pour reprendre les mots de Thierry Lemaire dans l’interview cité ci-dessus, une forme « d’entrisme » de la bande dessinée comme mode d’expression pouvant nourrir des réflexions en apparence périphériques. En juillet 2011 est fondée Comicalités, revue numérique éditée sur la plateforme revues.org. Sous-titrée Études de culture graphique, elle s’intéresse particulièrement à la bande dessinée, mais de façon non-exclusive pour assurer l’ouverture nécessaire. Surtout, son fonctionnement est celui d’une revue scientifique traditionnelle : comité de lecture pour une validation par les pairs, appels publics à communication, reconnaissance par les institutions d’évaluation. Elle est bien un de ses outils purement universitaires dont a besoin l’étude de la bande dessinée. En janvier 2013, les Carnets de la bande dessinée deviennent le Carnet de Comicalités qui publie le présent article.

Enfin, l’activité scientifique autour de la bande dessinée a gagné en visibilité grâce au Centre de documentation de la Cité de la BD où un portail scientifique est mis à jour pour suivre l’actualité internationale de la recherche en bande dessinée. Là aussi, ce portail bénéficie d’un comité scientifique. Il me faut aussi préciser que la recherche « française » n’est en rien isolée et dialogue régulièrement avec d’autres chercheurs de l’aire francophone, comme à Lausanne (autour du GrEBD), Louvain-la-Neuve (autour du GRIT et de Philippe Marion) et à Liège (autour du groupe ACME), mais aussi, quoique plus rarement, avec des chercheurs d’autres aires linguistiques. Ce qui se structure en France, c’est bien une communauté qui vise à s’intégrer à la recherche scientifique au niveau international.

1Un récent dossier sur Neuvième art 2.0 retrace le parcours de cet historien essentiel.

2Voir Matteo Stefanelli, « Un siècle de recherches sur la bande dessinée » dans La bande dessinée : une médiaculture, Eric Maigret et Matteo Stefanelli dir., Armand Colin, 2012.

3Ce dernier s’est d’ailleurs interrogé sur le statut de la bande dessinée dans les études sociologiques dans « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée » dans Réseaux, n°92-93, 1999, [en ligne sur Persée], consulté le 18/01/2014.

Le dessin : un impensé

Tel est le titre du travail que je vais entamer dans les mois qui viennent et qui prendra plus précisément la forme d’une Habilitation à Diriger des Recherches « parrainée » (pour reprendre notre jargon universitaire) par Caroline Courbières professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Toulouse. Et ce titre n’a rien d’anodin puisqu’il nous place d’emblée face à un paradoxe. Le dessin est une forme d’expression et de communication qui est aussi commune que l’écrit et semble omniprésente au sein de nos sociétés ou de nos vies (fréquentons-nous un seul espace qui ne fasse pas une place au dessin d’une façon ou d’une autre ?). Pourtant, cette forme si « naturelle » semble avoir la propriété de prendre en défaut nos modes de perception et de réflexion de l’image, ainsi que les disciplines (sémiotique, « culture visuelle »…) entendant permettre de mieux la cerner. Et il s’agira donc tout autant d’interroger des tentatives pour la saisir que de se demander en quoi et pourquoi le dessin échappe en partie ou en totalité aux différents chercheurs qui ont pu s’y intéresser.

Parmi les obstacles caractérisant cet « impensé », on trouve d’abord celui de sa définition car la question « Qu’est-ce qu’un dessin ? » semble devoir peut-être demeurer sans réponse aucune, ou du moins définitive. Impossible en effet de réduire le dessin à sa seule inscription, et plus encore à l’outil permettant de le produire : le crayon (en graphite) n’est que l’un de ses multiples instruments parmi lesquels nous pourrions par exemple nommer le feutre, la plume, le pinceau ou le stylo numérique. Impossible également de le réduire à une forme et de le cantonner à un dispositif bien connu comme le « crayonné » : celui-ci ne constitue que l’une des façons de transmettre un geste et peut être rapproché de la gravure (dessin « par creux » puisque l’on incise un matériau) ou encore de l’aquarelle (dessin « à l’eau » privilégiant le tracé à l’enduit propre par exemple à la gouache). Impossible enfin de réduire le dessin à un support ou un mode de diffusion : on peut dessiner sur papier (ou plus exactement sur toutes sortes de papier, n’ayant pas les mêmes propriétés), mais également sur bois, sur métal, sur plastique, sur pierre, sur écran, sans que sans doute cette liste puisse être jamais totalement close.

Faut-il dès lors, pour penser le dessin, considérer que nous sommes face à un espace conceptuel délimité par des notions comme « trait » ou « main » ? Peut-être, mais, outre le problème de sa définition, il existe un second obstacle : celui de sa destination. Un dessin est-il produit pour être diffusé, exposé ou communiqué à l’instar d’autres modes d’expression ou de communication ? Rien n’est moins évident car il entre également (et peut-être fondamentalement) dans des pratiques ayant trait à l’esquisse, au brouillon, à une recherche mobilisant un graphisme et constituant l’adjuvant privilégié d’une phase préliminaire à toutes sortes de réalisations (du vêtement à l’architecture). Quant à ses usages et fonctions, le dessin est en partie réductible au schéma auquel s’est notamment intéressé Robert Estival (notamment à travers sa Théorie générale de la schématisation) et semble constituer un mode de représentation ayant pour but de produire de l’intelligible et de permettre une communication. Est-il d’ailleurs interdit de penser que lui reste constamment attachée une forme de précarité, comme s’il constituait une image encore en devenir et était finalement appréhendé à travers la catégorie esthétique du projet ?

Le dessin ne peut dans tous les cas être défini par une simple intention, transmettre des informations ou une expression (et il pose d’ailleurs en cela problème à la notion de « document » sur laquelle travaille entre autres chantiers Caroline). Et il convient donc de prendre acte d’une diversité et de dresser une typologie : il existe plusieurs types de dessin ne définissant pas le même mode d’expression et de communication, cela va de soi (pensons au croquis, au dessin technique, au dessin de presse…). Mais peut-être serait-il tout aussi pertinent de définir cette variété comme plusieurs modes d’inscription dans ce registre du « projet » : ne peut-on parler d’un « dessin-action » qui (mobilisant côtes, mesures et toutes sortes d’information) entend d’emblée déboucher sur des réalisations, d’un « dessin-imagination » dans lequel l’investigation prend des formes graphiques (comme le « repentir » ou la correction) ? Et, même au sein du dessin narratif, ne peut-on devenir une espèce de variété permettant de distinguer des projets faisant graphiquement place à une spontanéité et immédiateté se rapprochant effectivement du croquis (pensons à Ma vie mal dessinée de Gipi) d’œuvres qui tentent à l’inverse d’en quelque sorte stabiliser ou noyer le dessin dans une encre ou des couleurs gommant en quelque sorte le travail de la main (pensons à une bande dessinée canonique comme le Michel Vaillant de Jean Graton).

Semblable optique nous inviterait dès lors à parler de dessins véritablement dessinés, de dessins moins dessinés, voire de dessins pas dessinés et nous placerait face à un paradoxe, voire une véritable aporie. Nous ne sommes pas du tout certain de nous reconnaître dans ces propositions et cette idée, mais force est de constater que celles-ci possèdent une valeur exploratoire qui est aujourd’hui nécessaire. Au regard des médias, le dessin est en effet partout et peut s’inscrire dans des industries culturelles extraordinairement diverses : audiovisuel (avec dessin animé et cinéma d’animation), livre (avec la bande dessinée, mais également toutes sortes d’illustrations) ou encore jeu vidéo (qui font d’ailleurs rarement l’objet d’une telle approche graphique). Et ces diverses formes narratives d’expression nous invitent à formuler une interrogation qu’il nous reviendra de pousser plus avant : parlant de dessin, ne sommes-nous pas fondamentalement dans une forme d’écrit enrichi, qui ne se limite pas à la typographie, ni même à la calligraphie, mais entend mobiliser des formes nettement plus variées ? Il se rapprocherait dès lors de l’image et nous inviterait surtout à penser un moyen terme, à interroger nos attentes, nos désirs, notre appétit : des catégories comme « écrit » ou « image » peuvent-elles véritablement aujourd’hui représenter les objets auxquels donnent naissance nos envies et besoins de dessin ?