Tous les articles par Benoît Berthou

Editer la bande dessinée

Après La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? (disponible en open access aux éditions de la BPI), vient de paraître Editer la bande dessinée (Cercle de la librairie) que j’ai eu l’honneur d’écrire et de signer. Cette fort riche dernière année fut ainsi pour moi consacrée à l’étude de la place singulière qu’occupe la bande dessinée au sein des médias tant la mise en relation de ces deux travaux permet de dégager d’intéressantes questions quant aux coïncidences (ou non) des pratiques culturelles et structures éditoriales qui leur sont liées.

Celles-ci ont en effet clairement su valoriser la constante progression de la lecture de bande dessinée (déjà mesurée en 2008 dans l’étude Les Pratiques culturelles des Français et sensible dans notre étude). Nous sommes en effet face à un secteur éditorial dont l’évolution ne présente aucun équivalent au sein du monde du livre : si l’on en croit les chiffres fournis par le Syndicat National de l’Édition, son chiffre d’affaires fut multiplié par plus de cinq durant les vingt dernières années et sa progression, plus de trois fois supérieure à celle d’une édition jeunesse pourtant également largement transformée, supplante de loin celle d’autres types de publication.

Il possède dès lors un indéniable attrait invitant nombre d’acteurs à décrire d’étonnantes trajectoires à l’instar du groupe Gallimard pour qui la bande dessinée semble clairement placée au cœur d’une stratégie industrielle. A en croire Antoine Gallimard, « Casterman est un joli joyau, qui s’accorderait bien avec nos activités en bandes dessinées, notamment dans Futuropolis. Je vois un bel ensemble, qui permettrait aussi de mettre un pied dans l’audiovisuel »[1] en exploitant un catalogue à la fois patrimonial (Casterman), grinçant (Fluide Glacial), inventif (Denoël Graphic) et asiatique (Sakka)…

Chiffres d’affaires (en millions d’euros) et part de marché

11052016BDPlaceIMA1

Source : Syndicat National de l’Edition, « chiffres clés » (éditions 1994, 2005 et 2014)

Aussi fondé soit-il, cet engouement ne semble pour autant pas forcément partagé par tous et les investissements en matière de bande dessinée semblent bien loin de faire l’unanimité et on assiste dans le cas qui nous intéresse à des désengagements extrêmement clairs. Le groupe La Martinière cède ainsi dès 2007 sa participation au sein des éditions Emmanuel Proust et renonce à la collection de bandes dessinées des éditions du Seuil tandis que les éditions Albin Michel cèdent également en 2007 à Glénat leur participation au sein de la Sefam (ou société d’édition Filipacchi-Albin Michel) chargée d’exploiter les œuvres publiées au sein de L’Écho des savanes (comme par exemple celle de Pétillon).

Albin Michel : un riche catalogue aux enchères ?

BDCHAP1IMA3

De gauche à droite : Liberatore et Tamburini, Ranxerox à New York (1981). Jack Davis, Qui a peur du grand méchant loup ? (Tales from the crypt, tome 2, 1999). Philippe Druillet, Lone Sloane. L’intégrale (coffret, 2000).
© Albin Michel

Valse-hésitation (rachat puis revente en 1989 par Hachette Livres des prestigieux Humanoïdes Associés), opportunité (prise de contrôle des éditions de l’An 2 par Actes Sud)… D’autres cas de figure illustrent la structuration d’un secteur au sein duquel des structures éditoriales de taille plus modestes comme les groupes Delcourt ou Glénat damnent parfois allégrement le pion à leurs concurrents plus argentés. Comparé à une édition « jeunesse » dans laquelle le premier groupe « indépendant » pointe à la septième position (en la personne de l’École des Loisirs), cet état de fait met en évidence l’une des spécificités de la bande dessinée : la spécialisation peut y être valorisée et la diversification n’est nullement la règle.

Alors que le volonté d’étendre les activités d’une marque éditoriale à de nouveaux secteurs est ailleurs chose courante, seules certaines maisons semblent s’être laissé tenter (« Casterman-Rivages Noir » ou « Casterman-Lonely Planet ») et seuls les éditeurs pour la jeunesse semblent faire exception (à l’instar de Sarbacane). Culture graphique inégalement partagée, modes de circulation et de commercialisation particuliers ou compétences éditoriales bien spécifiques ? Les activités de nombreuses et talentueuses petites maisons permettent de poser une question qui est au cœur de la réflexion que nous livrons dans ce livre et qui fera l’objet de prochains billets.

[1] Cité dans Vincy Thomas, « Antoine Gallimard pourrait céder Casterman “dans un contexte de crise” », Livres Hebdo, 6 juillet 2012.

La bande dessinée : quelles recherches ?

La dernière saison du Carnet de comicalités fut largement occupée par la publication des différents volets de l’enquête de Julien Baudry consacrée à la « Jeune recherche sur la bande dessinée ». Ce travail ne nous semble pas avoir véritablement d’équivalent et constituer une entreprise audacieuse : aborder un champ de recherche à travers certains de ses acteurs, c’est-à-dire cerner des démarches mêlant intérêt pour un mode d’expression et inscription dans des institutions.

La recherche : quel échafaudage ?

29022016Recherches

Grenier du Centre Culturel International de Cerisy dessiné par Jean-Christophe Menu

Jean-Christophe Menu, Livret de phamille, L’Association, 1995, détail, sans pagination

Entre projets et intérêts des uns et modes de structuration (par discipline, laboratoires, département, etc.) des autres s’ouvre un espace de renconte qu’il s’agit d’explorer dans toute sa complexité, tant il est le garant d’une visibilité et pérennité des recherches ici et ailleurs publiées. C’est cet effort que nous proposons à nos lecteurs et à des chercheurs de tout bord de poursuivre à travers une journée d’étude organisée à l’Université Paris-Sorbonne le 10 juin prochain. L’appel à communication que nous vous présentons ci-dessous donnera lieu à d’autres billets au sein de ces Carnets, qui sortent pour l’occasion d’un sommeil dû à la conduite d’autres projets qui seront également ici évoqués.

Continuer la lecture de La bande dessinée : quelles recherches ?

Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

Continuer la lecture de Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Continuer la lecture de Inter et transmédialité : quel public ?

Bande dessinée, école et université : quelle mésentente ?

Dans le premier billet consacré à une étude sur la « jeune recherche en bandes dessinées », Julien Baudry pose une question qui me semble des plus intéressantes. Constatant à la fois le manque d’ampleur et d’organisation des recherches universitaires et le développement de « discours » malgré tout « pertinents et intéressants », celui-ci s’interroge sur la « pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université » : « N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de “légitimité”, toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? »

Le risque ici évoqué me semble d’autant plus réel que, et ainsi que le signale Julien Baudry, des universitaires n’ont eux-mêmes pas hésité à diffuser leurs travaux dans des revues ne relevant pas des canons de la publication scientifique. Ainsi que je l’écrivais à propos de Comicalités en octobre 2011 (au sein des défunts mais toujours en ligne Carnets de la bande dessinée), il faut se garder de « faire de “recherche” ou d’“université” des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours », et plus largement de croire « qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité » grâce à un unique type de mode de médiation et production du savoir.

La bande dessinée : une lecture confidentielle ?

20012015IMA3

Christine Détrez, Olivier Vanhée, Les Mangados. Lire des mangas à l’adolescence, éditions de la BPI, 2012. © BPI

Souscrivant donc totalement aux réserves de Julien Baudry, je tiens néanmoins ici à prolonger son propos car il soulève un problème de taille. En effet, l’université n’est pas la seule forme d’institution a éprouver quelques difficultés vis-à-vis de la bande dessinée et on peut même penser celle-ci fâchée avec toutes les structures d’apprentissage ainsi qu’en témoigne l’un des articles de l’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui est en cours de parution. Sylvain Aquatias fait ainsi remarquer : « Alors même qu’il est admis que la bande dessinée peut être une ressource pour enseigner, elle est quasiment absente des programmes de français. Au demeurant, les œuvres du neuvième art sont surtout conçues dans le monde scolaire comme des aides pédagogiques, rarement comme des œuvres en soi, méritant une étude propre ».

La bande dessinée serait ainsi pensée comme un instrument de médiation, comme un langage doté d’intéressantes propriétés en terme de transmission lui permettant de se mettre au service d’autres savoirs. Et le fait de ne pas la reconnaître comme la clé de voute d’une culture graphique à part entière semble avoir des conséquences d’importance : « De la même manière que Philippe Coulangeon note une faible influence de l’école sur le goût musical des jeunes, on peut penser qu’elle agit peu en ce qui concerne le goût pour la bande dessinée » dont la transmission relève du coup de modalités qu’analyse Sylvain dans la suite de son texte.

Ni université, ni école : tel pourrait ainsi être formulé ce qui ne relève nullement d’un crédo mais bien plus d’une condition qu’il s’agit d’interroger tant elle prend des formes parfois étonnantes que met par exemple en évidence le travail de Christine Détrez et d’Olivier Vanhée. Les Mangado (publié aux éditions de la BPI) dresse en effet le portrait saisissant d’un type de lecture qui prend place dans des pratiques et espaces qui sont justement tout sauf légitimes (tels le bus ou la classe, où l’on est censé faire autre chose). La bande dessinée se glisse dans des interstices, prend place dans des moments d’ennui, pas forcément « occupables » par autre chose et participe plus largement d’une intrigante circulation des livres qui rappelle un peu les temps sombres de l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.

On se passe les mangas sous le manteau, dans l’anonymat d’un coin de la cour du lycée, et les échange au sein d’un cercle fermé de connaissances à qui l’on peut se fier, sans forcément chercher à les présenter à d’autres. La bande dessinée est ici presque au fondement d’une espèce de société (secrète) et ces pratiques mettent en perspective un singulier domaine d’investigation. Il serait absurde d’appréhender université et école à l’aune de la seule légitimité : comme peut en témoigner n’importe quel enseignant et chercheur, elles n’ont ni les moyens, ni l’envie, de s’en arroger le monopole. Et il serait plus juste de se demander si refuser de faire une place à la bande dessinée ne revient pas à lui nier la possibilité de devenir un « lieu commun » au sens fort du terme, un terrain de rencontre entre individus d’âge, de statuts, de classes sociales et d’ambitions différentes.

Quelle transmission graphique ?

20012015IMA1

Didier Quella-Guyot, 100 séquences de bandes dessinées. Patrimoine du neuvième art (1831-1999), CRDP Poitou-Charente, 2011. © CRDP Poitou-Charente

Pour prolonger les réflexions de Julien Baudry et Sylvain Aquatias, il serait ainsi pertinent de disséquer un ouvrage de Nicolas Rouvière comme Bande dessinée et enseignement des humanités (ELLUG, Grenoble, 2012) ou de s’intéresser à des initiatives comme celles du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Poitou-Charente à travers la collection « La BD de cases en classes ». Et plus largement d’étudier notre système éducatif au regard de ce qu’il peut et entend transmettre : serait ainsi esquissée une forme d’histoire de la mise en partage des modes d’expression et de publication mobilisant des réflexions ayant par exemple trait tant aux présupposés des formateurs qu’aux compétences transmises aux formés.

L’invention statistique de la bande dessinée

L’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, que j’ai eu l’honneur de diriger et qui comporte des textes conçus par Sylvain Aquatias, Christophe Evans, Xavier Guilbert, Éric Maigret et moi-même, est en cours de parution et je lui consacrerai plusieurs billets dans les semaines qui viennent. Disponible en open access aux éditions de la Bibliothèque Publique d’Information, il s’inscrit en effet dans la volonté de large diffusion de l’information scientifique que soutient Comicalités et entend de plus nous permettre de résoudre un paradoxe : si l’on ne cesse de produire (à coup de méthodologies qui frisent parfois le bricolage) des chiffres à propos de la production de bandes dessinées, la connaissance de son lectorat reste embryonnaire.

08012014IMA1

Questionnaire de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, livraison 1973, question 42.Disponible sur le Web. URL <http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/> (page consultée le 8 janvier 2015). © Ministère de la culture

La vaste étude commanditée par le ministère de la culture et la BPI et réalisée en 2011 par TMO-Régions vient combler ce manque grace à une base de données actuellement sans équivalent, voire sans réel précédent. Notre travail de mise en perspective a en effet, et en toute logique, commencé par un état de l’art et notamment par la consultation des diverses livraisons des Pratiques culturelles des Français. Le questionnaire de cette étude de référence met en évidence l’évolution de la prise en compte de la bande dessinée, et plus largement des modalités et finalité d’investigation des pratiques culturelles. L’enquête de 1973 fait en effet tout simplement l’impasse sur le genre : celui-ci n’est nullement mentionné au sein de la question 42 consacrée « aux livres possédés dans votre foyer » (qui se contente de mentionner des « livres pour la jeunesse »), ni au sein des cinq questions consacrées aux périodiques (et ce alors que « magazine féminin ou familial » ou « romans photos » apparaissent, chose étonnante à une époque où Tintin, Spirou ou Le Journal de Mickey connaissaient des tirages très importants).

08012014IMA2

Questionnaire de la livraison 1981 de l’étude sur Les Pratiques culturelles des Français, question 56.  © Ministère de la culture

D’absente, l’information devient ensuite lacunaire puisque les « albums de bande dessinée » font leur apparition à côté des « livres pour enfant » au sein de la question 56 de l’enquête de 1981 consacrée aux « livres possédés ». La livraison suivante semble d’ailleurs se poser la question de son statut puisque le questionnaire de l’enquête de 1989 ne se contente pas d’interroger une propriété mais également une forme « d’invisibilité » : les « albums » sont mentionnés à côté du « livre de cuisine », « dictionnaire » ou « missel » dans une question 56 que l’on dirait « de rattrapage » en jargon sociologique (parmi les livres que vous possédez, « Êtes-vous certain de ne pas avoir oublié… »). Le mode d’investigation de cette enquête de référence semble donc considérer la bande dessinée sur le mode d’une lecture énigmatique, posant directement la question des limites de toute étude de type sociologique et plus largement de toute forme d’approche statistique d’une activité culturelle.

08012014IMA3

Livraison 1989, question 56.  © Ministère de la culture

Ce questionnaire semble vouloir interroger une pratique qui ne se « dit » pas forcément et qu’il s’agit d’interroger au regard de deux des ennemis de toute quantification : l’inavouable et le négligeable. L’enquête de 1997 semble le reconnaître explicitement puisque la bande dessinée fait cette fois l’objet de deux questions « de rattrapage » : à la question 78 (« Au cours des douze derniers mois, combien de livres avez-vous lus environ, en tenant compte de vos lectures de vacances ? ») succède en effet immédiatement « Avez-vous inclus dans ce total les albums de bandes dessinées ? » puis « Combien avez-vous lu de bandes dessinées au cours des douze derniers mois ? » Il s’agit ainsi de tenter de mieux cerner (par la prise en compte des « oublis » et « non-inclusions ») et plus encore de quantifier (par le « combien ») une « invisibilité » qui laisse d’ailleurs place dans l’enquête de 2008 à un questionnement plus précis et complexe.

08012014IMA4

Livraison 2008, question 78-80.  © Ministère de la culture

La question 64A (« Quelle (s) catégorie (s) de livres lisez-vous le plus souvent ? ») propose pour la première fois une alternative aux « albums de bandes dessinées » en mentionnant « des mangas, des comics » et la prise en compte de cette diversité ne rime pas avec simple curiosité. La bande dessinée prend place dans le « classement des écrits » qu’évoque Gérard Mauger (1999, p. 149) en s’intéressant aux travaux de sociologie de la lecture et se voit appréhendée dans ce complexe questionnaire à l’instar d’une « littérature » qui est présentée aux personnes interrogées sous plusieurs formes (« œuvres de la littérature classique », « romans policiers ou d’espionnage », « romans historiques »…). Si changement de statut il y a, celui-ci repose sur la volonté de considérer la bande dessinée comme un véritable terrain d’investigation. Elle semble envisagée comme un objet culturel structurant et il s’agit, pour reprendre les termes de Gérard Mauger citant Roger Chartier, de « partir des objets et des textes, “dessiner d’abord les aires sociales où circulent chaque corpus de textes et chaque genre d’imprimés” : […] l’enquête aura pour objet la composition du lectorat correspondant » (MAUGER, p. 148-149).

Mise en perspective vis-à-vis d’un mode d’expression et de publication, l’étude d’une pratique culturelle obéit ainsi à une autre fin : « Il s’agit de construire des “communautés de lecteurs”, et d’identifier leurs propriétés spécifiques : “compétences de lecture” » (Ibid., p.149) et plus largement, pourrions-nous ajouter, rapport à l’écrit et à toutes sortes de production. A cet égard, les différentes images que nous présentons dans le cadre de ce billet nous semblent des plus intéressantes : ces divers formulaires, outils de travail des structures chargées de ces investigations, mettent en évidence les différentes étapes de l’invention statistique du lectorat de bandes dessinées et et plus largement la transcription des pratiques liées à un mode d’expression sous forme de « données ». Notre objectif dans cet ouvrage fut de donner à celles-ci sens et forme et de les mettre au service des questionnements permettant de montrer en quoi l’art graphique qui nous intéresse éclaire lecture et culture en leur entier.

Bibliographie

GLEVAREC, Hervé. « L’épistémé de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : référentiel de l’accession, indicateurs de fréquentation et définition de la culture » [en ligne]. In COMITE D’HISTOIRE DU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, CENTRE D’HISTOIRE DE SCIENCES-PO PARIS. La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine. Paris, 2012-2014. Disponible sur la plateforme Hypothèses. URL <http://chmcc.hypotheses.org/237≥. [page consultée le 4 août 2014].

MAUGER, Gérard. « Écrits, lecteurs, lectures », Genèses, n°34, 1999, p. 144-161. Disponible sur le portail Persée. URL </web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1999_num_34_1_1560> DOI <10.3406/genes.1999.1560> [page consultée le 05 août 2014]

 

Comicalités classée : merci et bonne année

Chers lecteurs,

Le Carnet de Comicalités prendra dans les deux prochaines semaines un repos bien mérité afin d’entamer au mieux l’année 2015 et fêter en beauté la fin de sa troisième année civile d’existence. Née en juillet 2011, Comicalités semble en effet désormais atteindre l’âge de raison : elle est pleinement intégrée dans les réseaux de recherches, ainsi qu’en atteste une récente bonne nouvelle. L’Agence Européenne d’évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) vient en effet d’intégrer notre revue au sein des listes qu’elle publie régulièrement. Celles-ci ont vocation à permettre la défense de publications scientifiques de qualité : servant de base à l’évaluation des activités des chercheurs au sein d’instances comme, en France, le Conseil National des Universités, elle garantit aux auteurs d’articles que leurs travaux seront reconnus et valorisés auprès des diverses instances en charge de la production et de la diffusion du savoir. Publier dans l’une de ces revues « classées » possède ainsi une réelle signification, et tel est le cas de Comicalités qui intègre la liste « Arts » consultable ici.

Dans une interview menée par Thierry Lemaire en novembre 2011, je déclarai : « l’enjeu est maintenant de faire reconnaître Comicalités auprès des instances universitaires et d’obtenir les labels que décerne par exemple le CNRS ou l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur ». Cet objectif est désormais atteint, même si nous souhaitons qu’à l’avenir notre revue soit également reconnue dans d’autres listes et par d’autres disciplines (et notamment celle des Sciences de l’Information et de la Communication) dont relèvent nombre des travaux que nous publions. Je me dois de remercier ici l’ensemble des auteurs de la revue qui ont proposé des travaux de qualité dans un domaine où documentation et recherches disponibles sont encore rares, et se sont prêtés de bonnes grâces aux multiples conseils et demandes de réécriture émanant des relecteurs de leurs articles afin d’optimiser leurs travaux.

 LogoComicalitésGrand

Reconnue, Comicalités doit désormais relever de nouveaux défis afin d’assurer son développement et sa pérennité. Le premier d’entre eux consiste à fédérer une collectivité : les Carnets de Comicalités présente une audience constante et importante, en hausse depuis notre agrégation au réseau Culture visuelle, et ont récemment accueilli deux nouveaux auteurs (Julien Baudry et Adrien Génoudet) pour une collaboration que j’espère durable. Mais Comicalités elle-même reste par contre encore très dépendante de son fondateur et rédacteur en chef : nécessaire au moment de sa création, cette structure n’est désormais plus pertinente et il me semble que doit être donnée à d’autres la chance de s’impliquer dans cette publication. La refonte et l’animation du comité de rédaction, son ouverture à d’autres enseignants-chercheurs et l’implication de jeunes docteurs (Sylvain Lesage, Catherine Mao, Anthony Rageul, Julien Falgas, Claire Latxague, Jacques-Erick Piette…) au sein de « thématiques » doit constituer une priorité.

Le second défi consiste à repenser le champ scientifique de notre revue et de son carnet puisque leurs activités excèdent désormais le cadre de la seule « bande dessinée ». Nombre de propositions que nous recevons, et qui nous intéressent, concerne également le jeu vidéo ou le cinéma d’animation : il s’agit de leur faire une place et surtout de tenter de mieux cerner ce qui caractérise au mieux les recherches portant sur ces divers modes d’expression. Ne tentent-elles pas finalement d’explorer les tenants et aboutissants d’une triade formée d’un mode d’expression (le dessin), de communication (le récit) et de diffusion (le média) ? Et notre objectif ne doit-il pas être de traiter d’une culture graphique en nous en interrogeant sur son « industrie », les pratiques culturelles qui lui sont liées ou les créations permettant de révéler les potentialités et mises en relation qu’offre la chose dessinée ?

2015 toute entière ne sera pas trop longue pour répondre à ces questions et je vous souhaite une très bonne année.

La traduction de bandes dessinées : à l’épreuve de l’écrit

Dans le chapitre « bande dessinée » de l’Histoire des traductions en langue française (auquel nous avons déjà consacré plusieurs billets), nous insistons sur les propriétés graphiques de la traduction de bandes dessinées. Et si un ensemble de publications met clairement celles-ci en évidence, il s’agit assurément des mangas et plus largement des publications d’origine japonaise. Nous sommes en effet face à deux langues que tout semble opposer : le Japonais n’utilise pas notre système graphique (les lettres latines), ne relève pas d’un seul et unique alphabet (deux ensembles de caractères distincts étant utilisés), ne suit pas le même sens de lecture (de droite à gauche dans le cas de cette langue orientale) et ne s’inscrit plus largement pas dans une culture de l’écrit similaire à la notre. Celui-ci se voit en effet considéré au regard d’une dimension calligraphique : l’art du dessin renvoie aussi bien à la signification qu’à la figuration et les onomatopées se voient ainsi conférées un inédit statut.

La calligraphie : écueil de la traduction ?

 01122014TradMangaIMA1

Kazuko Koike et Ryoichi Ikegami, Crying Freeman. En haut : Kolke Shoin Publishing Co, 1999.  © Kolke Shoin Publishing Co

Le cas d’un manga comme Crying Freeman, publié à partir de 1986 dans le magazine Weekly Big Comic Spirit, est à cet égard éloquent : le récit est construit autour d’idéogrammes aux fonctions narratives évidentes, l’œil étant dans la version japonaise inévitablement attiré par ces grands ensembles de signes courant sur plus des deux tiers de la page. L’importance du « découpage » de la planche en cases semble minorée puisque l’animation de l’ensemble relève bel et bien de l’écrit : les idéogrammes font lien entre les différents compartiments de la planche et semblent presque constituer une invitation à accélérer la lecture. Ils soulignent en effet directement le mouvement que doit suivre l’œil (en l’occurrence, de droite à gauche et de haut en bas) et participent en ce sens d’un dispositif qui est presque totalement étranger à nos pratiques du livre et de l’imprimé.

L’onomatopée : un défi

01122014TradMangaIMA2

Kazuko Koike et Ryoichi Ikegami, Crying Freeman, Kabuto, traduit du japonais par Alain Roy et Kinuko Kasai, adatation graphique de Yannick, 2005. © Kabuto

Traduire une telle œuvre en langue française suppose dès lors de penser la rencontre entre deux modes d’écriture et de lecture, chose sensible dans une première case au sein de laquelle sont associés caractère japonais et latins, choix qui peut semblé guidé par le souci d’une certaine fidélité (les deux « Au secours ! » venant se substituer au second des messages représentés dans une graphie orientale). Décision est ainsi prose d’explorer les ressources visuelles qu’offre notre langage : deux immenses « Bang » semblent ainsi presque barrer ou biffer les deux pages et constituent en cela une tentative d’adaptation du dispositif original (l’inclinaison des termes étant moins accentuée dans la version française, horizontalité de notre écriture oblige). L’effet est donc tout autre : le lettrage semble bien moins intégré au dessin et ne mord par exemple pas en page de droite sur le canon de l’arme, se contentant d’accompagner la détonation, presque sur le mode du bruitage.

L’équipe de traduction n’en est-elle pas d’ailleurs consciente : ne peut-on lire comme une forme de scrupule le corps de ces onomatopées qui est presque modelé, comme pour rappeler l’écriture manuscrite et leur nature dessinée ? Il est possible de le penser et nous nous intéressons notamment dans la suite de nos réflexions (présentées dans l’ouvrage dont nous présenterons la parution en 2015) au cas de la « retraduction » et en particulier des versions successives de Dragon Ball et Akira.