Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Baru, la violence et le sport : quelle place pour la femme ?

Faisant suite à la publication de l’article « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru » de Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, paru dans la récente thématique « Bande dessinée et sport« , Comicalités publie une intuition de recherche préparée par les trois auteurs pour approfondir les rapports entre l’oeuvre graphique de Baru et la violence dans le(s) sport(s). Les trois auteurs se sont interrogé sur la place de la femme dans ce diptyque sport et violence. Nous reproduisons leurs réflexions ci-dessous. (NB : nous remercions Baru pour l’autorisation de diffusion de l’entretien et des images.)

Les filles et les femmes, grandes absentes de la pratique sportive : les « non-dits graphiques » d’une autre forme de violence ?

Il est avéré que les filles sont les grandes oubliées des pratiques sportives dans les albums de Baru. Avec honnêteté et réalisme, l’auteur s’accorde avec les travaux historiques qui montrent que la place des filles et des femmes est réduite à la portion congrue dans un univers où le sexe du sport est masculin (DAVISSE, LOUVEAU, 1991). Dès l’enfance le sport est une pratique réservée aux mâles. Dès l’école primaire, dans les représentations collectives, l’exclusion de fait des filles de la scène sportive s’impose comme une évidence. Dans Les années Spoutnik, Lorsque Leïla, l’amie d’Igor, propose de remplacer le gardien de but blessé lors d’une partie opposant les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas », l’ensemble de ses camarades s’y oppose à l’unanimité, alors que pourtant, aucun volontaire ne s’est déclaré pour le poste vacant.

Image 1 : Les filles hors-sport. (Baru. Les années Spoutnik, tome 1 : le penalty. Casterman, 1999, p.42. ©Baru/Casterman

Dans une société qui sépare nommément garçons et filles, Baru s’emploie à décrire la réalité sociale où les femmes sont encouragées à rester au foyer pour s’occuper des tâches ménagères et où les enfants fréquentent des écoles séparées. De ce fait, l’absence de mixité sexuée se répercute également dans les jeux sportifs mais également non sportifs. Les camarades masculins de Leïla sont très étonnés que cette dernière décide de prendre part à leurs jeux de garçons.

Image 2 : Les filles hors-jeu. Baru. Les années Spoutnik, tome 3 : Bip bip !. Casterman, 2002, p.40. ©Baru/Casterman

A l’adolescence, le processus se poursuit. Les filles sont les absentes de la scène sportive. Lorsque dans les différents chapitres de La piscine de Micheville, les adolescents s’adonnent à la natation, au football ou au volley-ball sur la plage, systématiquement, l’enjeu est soit de séduire les demoiselles de leur âge, soit de se défouler pour oublier que justement, parce qu’elles évoluent dans des espaces séparés, les jeunes filles demeurent des objets de convoitise momentanément inaccessibles.
A l’âge adulte, alors que les héros de Baru s’adonnent à la pratique de la boxe, bien entendu les femmes qui les côtoient en sont exclues (Il est vrai que Baru ne risque pas l’anachronisme. La boxe féminine ne se développe qu’à partir des années 1990 et ne deviendra sport olympique qu’en 2012 à Londres.). Plus encore qu’à l’adolescence, les femmes sont les objets du désir de ses boxeurs. Mais à chaque fois, Baru leur fait jouer un rôle ambigu : que ce soit Sarah dans Le chemin de l’Amérique ou Anna, dans L’enragé, les deux héroïnes ne se retrouvent pas sur le chemin de Saïd Boudiaf ou d’Anton Witkowski simplement en raison des hasards du destin. En réalité, elles sont instrumentées, soit par un parti politique, soit par un manager adverse. Leur relation au héros ne peut manquer d’être particulièrement complexe, dans la mesure où même si elles en tombent amoureuses, elles sont également missionnées pour les trahir. Peut-on pour autant parler de violence symbolique faite aux femmes, dans la mesure où en enrichissant leur rôle, il leur permet de dépasser leur statut de femme complaisante attendant sagement au foyer le retour du héros. En ce qui concerne leur rôle par rapport à la boxe, il est réduit à la portion congrue. Les femmes sont contraintes de supporter l’attente entre deux combats, de vivre les incertitudes et humeurs de leurs conjoints liés aux entraînements et aux échéances, d’attendre le retour du champion sans pouvoir jouer un rôle influent.

Image 3 : Les femmes dans l’attente du retour du champion. Baru. L’enragé. Tome 2. Dupuis, 2006, p.85. ©Baru/Dupuis

Ce faisant, Baru s’inscrit dans une logique inhérente à la sphère, dans laquelle couronner le vainqueur reste l’apanage des femmes (LOUVEAU, 1991, p.135-141). Le sexe féminin reste la première victime de la violence symbolique du sport (VIGARELLO, 2001).
Alors, si l’on s’en tient à la place des femmes vis-à-vis des pratiques sportives, on peut souscrire à l’argumentation suivante : Baru est effectivement un témoin attentif de son temps, qui relate avec fidélité les usages et les représentations sociales en vigueur concernant le rôle assigné à chaque sexe. Dans les années 1950 ou 1960, les fillettes, adolescentes ou jeunes femmes sont majoritairement exclues de la pratique sportive, tout comme elles sont de fait exclues de beaucoup de jeux propres aux garçons. Dans les années 2000, les femmes restent à distance de la scène sportive, même si Baru leur offre de jolis rôles en jouant sur une dualité qui évite de les cantonner au rôle de simple fantasme masculin. La place des femmes dans les scénarii de Baru est conforme à celle qu’il a connue lors de sa jeunesse et celle qui reste en vigueur dans la société actuelle.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (sous la direction de). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *