Jeune recherche : écrire et transmettre un savoir

Après avoir passé en revue différents aspects du travail scientifique à proprement parler, (le choix d’un corpus, d’une méthode, d’une bibliographie), je vais aborder la dernière étape de la recherche : la publication. Entre le début et la fin de sa thèse, ou dans la continuité de cette dernière, le jeune chercheur peut, voire doit, développer une activité de publication. Toutefois, où publier quand on travaille sur un sujet comme la bande dessinée ?

S’intéresser aux lieux de publication sur la bande dessinée, c’est aussi étendre la notion de « publication » en constatant qu’une grande partie des répondants publient sur la bande dessinée d’une autre manière que par les revues scientifiques. Ne s’intéresser qu’à ces dernières reviendraient donc à avoir un paysage incomplet. Je m’attarderais particulièrement sur les lieux et les moyens de cette écriture non-scientifique, ainsi que sur la transmission du savoir sur ou par la bande dessinée dans les activités d’enseignement qui constituent, là aussi, des excroissances du discours sur le média que peuvent produire les jeunes chercheurs…

Les revues scientifique : liens avec l’image et les cultures médiatiques

Comme la plupart des jeunes chercheurs en sciences humaines, les premières publications des répondants se composent soit d’actes de colloque, soit d’articles dans des revues scientifiques. Peu, voire pas de monographies, même si certaines sont en préparation.

Concernant les colloques, il me semble utile de souligner que, pour être publié, le jeune chercheur doit souvent participer à des colloques qui ne traitent pas directement de la bande dessinée. En effet, si certains colloques sur la bande dessinée font l’objet de publications, ce n’est pas le cas des plus récents, ceux qui, tenus dans les années 2010, auraient pu voir intervenir les répondants. La publication dans les actes d’un colloque non-spécialisé sur le sujet, où la bande dessinée apparaît comme un objet périphérique, est donc un cas de figure récurrent. Un des répondants exprime assez bien l’ambiguïté de ce type de colloque pour le jeune chercheur : cela lui permet à la fois de sortir de son objet principal, et donc d’élargir son réseau de recherche, mais il peut aussi risquer de voir le sujet de sa communication marginalisé ou isolé au sein du recueil et, en un sens, réduit au seul intérêt de curiosité que suscite parfois l’objet « bande dessinée ». Il peut être difficile, en début de recherche, de relier son sujet spécifique à des thèmes de recherche éloignés, même si l’effort peut valoir la peine.

Concernant les revues, deux revues scientifiques semblent attirer particulièrement les jeunes chercheurs en bande dessinée, et donc leur offrir le cadre d’une expression à la fois accessible et permettant de participer aux échanges entre pairs qui constituent le fondement même de la recherche. La revue textimages, qui se présente elle-même comme une « revue du dialogue entre texte et image » est, par son ambition même, particulièrement propice à des réflexions littéraires sur la bande dessinée. La revue Comicalités, quant à elle, est plus spécifiquement centré sur les arts graphiques et son comité scientifique se compose essentiellement de chercheurs en bande dessinée. Elle constitue, à l’heure actuelle, le principal point de ralliement des chercheurs français du domaine ; il n’est donc pas étonnant de la retrouver en tête de la liste : cinq des jeunes chercheurs interrogés y ont déjà publiés. On peut noter qu’il s’agit dans les deux cas de revues récentes (respectivement 2007 et 2010) dont les domaines de recherche (le rapport texte-image / les arts du dessin) sont des territoires universitaires relativement marginaux et peu explorés. Ces deux raisons peuvent aussi expliquer leur intérêt pour la jeune recherche.

Le reste des revues dépend largement des disciplines concernées. On peut toutefois noter que plusieurs d’entre elles sont des revues interdisciplinaires (Ridiculosa, Belphegor, COnTEXTES). De même, les revues de SIC (TIC et société, Questions de communication, Interfaces numériques) sont assez présentes comme lieux d’accueil de textes sur la bande dessinée. Dans les deux cas, se sont bien dans des revues scientifiques s’intéressant à des objets hybrides, marginaux, et à des zones frontières, disciplinairement ou thématiquement, que les publications des répondants trouvent un terrain d’élection.

Importance de l’écriture non-scientifique.

Une des caractéristiques les plus notables de l’écriture des jeunes chercheurs en bande dessinée est la tendance à s’exprimer au-delà des lieux traditionnels de la publication scientifique. S’il ne faut pas généraliser, je précise ici que près de la moitié des répondants ont développé, à des degrés divers, une pratique d’écriture hors des canons universitaires. Elle peut passer par plusieurs voies.

La tendance la plus partagée est la participation à deux webzines : le site du9.org et le webzine Neuvième art 2.0, qui fait suite à la revue Neuvième art de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image. Au moins sept chercheurs parmi les vingt-trois répondants ont publié dans l’une d’elles, et souvent dans les deux. Ces revues partagent deux points communs : fondées au milieu des années 1990 et s’inscrivant donc dans le renouveau critique de la décennie, elles commencent comme des revues imprimées avant de migrer vers le web. Le mouvement vers la publication numérique a sans doute pu favoriser le renouvellement des équipes de rédaction au début des années 2000, et les deux revues sont allées chercher de nouvelles plumes, notamment, dans le pool des jeunes chercheurs en bande dessinée (Neuvième art, dans sa version papier, entretenait déjà de nombreux liens avec les chercheurs en bande dessinée). Editorialement, elles présentent l’avantage de se situer dans une frontière entre une écriture assurément savante et exigeante quant aux réflexions proposées sur la bande dessinée, et une plus grande liberté formelle que dans les revues scientifiques (formats plus libres, possibilités d’émettre des opinions, écriture moins codifiée, etc.).

neuviemeart-2009
La revue Neuvième art a toujours accueilli des chercheurs dans ses pages et continue de le faire dans sa version en ligne (n°13 de 2009).

Au-delà de ces deux revues plébiscitées et désireuses de nouer des liens avec le milieu de la recherche universitaire, les répondants participent ponctuellement à d’autres revues, principalement en ligne (actuabd, nonfiction) mais aussi imprimées (L’avis des bulles, Les Cahiers Pédagogiques), spécialisées ou non sur la bande dessinée.

Enfin, certains d’entre eux développent aussi leurs pensées sur des blogs scientifiques qui constituent alors un autre espace intermédiaire entre l’écriture scientifiques et normées des revues et la vulgarisation. Il s’agit en général de blogs créés par d’autres chercheurs (Culture visuelle, Le Carnet de Comicalités), ou liés à des associations de recherche formelles ou informelles (le blog du laboratoire Sciences Dessinées, les blogs de doctorants Populeum et celui du laboratoire TELEMME). Plus rarement, il s’agit de blogs personnels. Le développement de carnets de recherche en sciences humaines sur la plateforme hypotheses.org est la forme désormais canonique de cet engouement. Ici les jeunes chercheurs en bande dessinée suivent un mouvement plus général de l’écriture scientifique.

Interrogés sur les vertus de cette écriture « non-scientifique », généralement exprimée par le web, certains des répondants ont apporté d’intéressants éclairages. Plusieurs ont parlé d’un « déplacement de l’écriture universitaire » dans des espaces qui ne sont pas directement scientifiques : lorsqu’ils écrivent pour du9 ou Neuvième art 2.0, ils conservent une même exigence dans la réflexion et une même intellectualisation de leur objet. Parmi les différences, citées et appréciées, avec l’écriture dans des revues scientifiques, on retrouve à la fois les libertés de format et de ton. Pour l’un des répondants, il s’agit d’un type d’écriture complémentaire qui permet aussi de « casser des hiérarchies », via les systèmes de commentaire, et de discuter avec d’éminents spécialistes de façon plus libre.

Il ne s’agit bien sûr pas de ma part d’opposer platement deux espaces de publication, universitaire et non-universitaire, mais au contraire de souligner que dès leurs premiers travaux certains jeunes chercheurs en bande dessinée envisagent une communication en-dehors du monde universitaire ; il se trouve que, par l’histoire ancienne de ses revues savantes, l’objet « bande dessinée » se prête particulièrement à ce type de complémentarité d’écriture.

Transmettre : vulgarisation et bande dessinée dans l’enseignement

Une dernière forme de discours régulièrement citée, à la frontière entre université et grand public, est la transmission du savoir sur la bande dessinée dans l’enseignement. En effet, plusieurs des répondants exercent aussi des activités d’enseignement, dans le supérieur ou le secondaire, et au moins huit d’entre eux m’ont expliqué avoir introduit la bande dessinée dans les heures qui leur étaient confiées.

Il est assez logique que de jeunes chercheurs enseignent dans le supérieur : en général, il s’agit d’heures confiées dans le cadre de contrats doctoraux ou d’ATER. Trois d’entre eux enseignent par ailleurs à l’EESI d’Angoulême, d’autres dans les université de Paris 3 ou Poitiers où ils introduisent dans leurs cours l’étude de la bande dessinée. L’accueil des étudiants est parfois mitigé : si cet objet en enthousiasme certains, d’autres étudiants ne l’acceptent pas véritablement et ne conçoivent pas qu’ils puissent servir d’appui à un cours universitaire. De fait, la bande dessinée n’est pas encore un objet reconnu dans les formations de premier et deuxième cycles universitaires.

Du côté de l’enseignement secondaire, trois des répondants, par ailleurs professeurs d’histoire, disent utiliser régulièrement la bande dessinée en appui à leurs cours, soit pour illustrer la propagande par l’image, soit comme une autre façon de faire passer des récits mémoriels complexes. C’est bien dans ce domaine de la transmission de l’histoire au lycée qu’un engouement semble se dessiner et que la bande dessinée entrent progressivement dans les salles de classe et les manuels. Vincent Marie et Isabelle Delorme, deux des doctorants interrogés, ont par ailleurs écrit sur les vertus de l’enseignement par la bande dessinée, prolongeant ainsi des réflexions des années 1970 et militant pour la reconnaissance du média comme moyen d’apprentissage, en se basant sur leurs propres expériences, qu’ils m’ont décrites comme réussies.

antoine-roux_bd-educative-1970
Utiliser la bande dessinée dans l’enseignement : continuité des idées pédagogiques d’Antoine Roux (1970) ?

Je n’ai pas développé dans cet article un dernier aspect des discours extra-universitaires sur la bande dessinée : la participation à des expositions ou festivals. Bien que moins présentes, cette modalité existe également parmi les répondants, certains d’entre eux ayant participé à voire conçu des expositions pour des institutions comme le musée de l’Immigration ou le musée de la Résistance. Ils sont également quatre ou cinq à être déjà intervenus dans des festivals de bande dessinée (Angoulême, Colomiers, Lyon…) en tant que spécialistes dans des tables rondes ou expositions. Cette dernière activité, quoiqu’un peu plus éloignée du travail universitaire, montre toutefois une volonté de la part des jeunes chercheurs de développer d’autres modalités de transmission de leurs connaissances. Cela s’explique-t-il par l’importance de la réflexion extra-universitaire pour la bande dessinée, ou s’agit-il d’un trait que l’on retrouve dans les autres disciplines et objets de recherche en sciences humaines ? Je laisse mes lecteurs méditer sur ces liens entre recherche et grand public, particulièrement féconds et récurrents dans le cas de la bande dessinée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *