Jeune recherche : contours bibliographiques

Faisant suite à mes réflexions sur les outils et méthodes, je vais à présent essayer de cerner la jeune recherche en bande dessinée en me penchant sur les sources bibliographiques des docteurs et doctorants interrogés. Lors des entretiens, j’ai en effet spécifiquement demandé quels étaient les chercheurs, théoriciens, penseurs, critiques, commentateurs, qui les inspiraient particulièrement, ou ceux dont la lecture les aidaient à mener leur réflexion.

Les réponses apportées à cette question sont intéressantes sur deux plans : d’une part elles approfondissent les questionnements sur les méthodes de recherche en donnant une origine à des réflexions personnelles, adaptées par le jeune chercheur, d’autre part elles construisent des filiations indirectes. S’inspirer de la lecture de tel auteur, même ancien, et s’en resservir dans son propre travail, c’est aussi, pour le jeune chercheur, revendiquer un héritage et nouer un lien avec les autres chercheurs qui s’en sentent proches.

Enfin, la bibliographie me semble être un autre élément qui différencie le travail universitaire du travail non-universitaire. Non que les auteurs non-universitaires oublient systématiquement de citer leurs sources ; simplement, un essai rédigé hors du cadre académique peut se permettre de ne pas comprendre de bibliographie pointue. Au contraire, on attendra du thésard qu’il ait lu un maximum d’ouvrages liés de près ou de loin à son sujet et qu’il sache utiliser ces sources dans sa réflexion personnelle. Face à cette obligation, comment se débrouille le jeune chercheur en bande dessinée ?

Si nous posons la question, c’est qu’il est clair pour quiconque travaille sur ce sujet que les écrits sur la bande dessinée sont tout autant de nature académique que non-académique. Mieux encore, des passerelles entre les deux sont fréquentes (universitaires publiant dans des revues de vulgarisation, colloques mixtes, experts non-universitaires sollicités par l’université…). Il nous paraissait d’autant plus intéressant de poser aux jeunes chercheurs la question de leur bibliographie.

Le socle des « incontournables »

Je vais d’abord me pencher sur le cas des auteurs « incontournables » pour poser, de façon faussement naïve, la question des lectures les plus citées, en se souvenant bien ici que ma question portait sur les « principaux » auteurs utilisés par le jeune chercheur, soit en tant que « guide » méthodologique, soit en tant que source d’informations directes, soit en tant qu’inspiration spirituelle ou philosophique.

Les trois auteurs les plus cités sont, de façon assez attendue, Thierry Groensteen, Benoît Peeters et Thierry Smolderen. Le premier est même cité de façon quasi-systématique même si tous ne le donnent pas comme source d’inspiration. Il est souvent cité comme « évidence » de toute étude sur le sujet. Il est un bon exemple du rapport que les jeunes chercheurs peuvent avoir vis à vis des auteurs de la génération précédente : ces trois auteurs s’avèrent être des passages obligés, mais (heureusement) non indépassables.

Alors comment aller plus loin ? Si l’on s’en tient aux auteurs ayant travaillé sur la bande dessinée, Harry Morgan, Jan Baetens, Pascal Ory, Eric Maigret, Jean-Paul Gabilliet, Jacques Dürrenmatt et Jean-Christophe Menu sont eux aussi régulièrement cités (chacun au moins trois fois sur les 23 entretiens). Ils forment le second étage d’un « socle » de connaissances à acquérir lorsqu’il s’agit d’étudier la bande dessinée. On remarquera dans cette liste la diversité des profils (même si elle manque certainement de femmes… mais elles sont peu nombreuses à travailler sur la bande dessinée) : générations différentes, disciplines et approches différentes, universitaires et non universitaires…
A ce titre, les exemples de Groensteen, Peeters et Smolderen ont par ailleurs l’avantage de servir de contre-exemple à l’éventuelle distinction « auteurs universitaires contre auteurs non-universitaires ». Un avis partagé par tous les jeunes chercheurs interrogés est que cette distinction n’a pas réellement de sens quand on travaille sur la bande dessinée. Les distinctions faites entre ce qui relèverait de la « bonne » et la « mauvaise » bibliographie à intégrer dans un travail de thèse se fait sur d’autres critères : rigueur de la réflexion, présence ou non d’un jugement de « fan »… Sur ce dernier point, une doctorante souligne à juste titre, citant surtout des auteurs anglo-saxons, que l’attitude du fan peut aussi se retrouver chez des auteurs universitaires. Il est toutefois juste de dire que, autant plusieurs répondants ne m’ont cité que des auteurs universitaires comme source d’inspiration principale, autant quasiment aucun ne m’aura cité que des auteurs non-universitaires. La formation académique pousse tout de même vers des lectures plus « compatibles » avec les exigences institutionnelles.

En revanche, parmi les distinctions bibliographiques pertinentes de la littérature sur la bande dessinée, est venue à plusieurs reprises dans la parole des jeunes chercheurs l’idée d’une séparation entre des auteurs plus systématiques proposant des outils rigoureux et pratiques, à l’image des ouvrages théoriques de Thierry Groensteen, et de l’autre des auteurs ayant une approche plus empirique, phénoménologique, de leur sujet, mais aussi parfois un style plus sensible qui laisse affleurer une expérience de lecteur plus qu’une réflexion de théoricien (parmi les auteurs cités dans cette catégorie, on trouve Jan Baetens, Christian Rosset, Jacques Samson…). Ce rôle de « l’empirisme » et de « l’intuition » dans les études sur la bande dessinée, revendiquée aussi par des jeunes chercheurs peu attirés par des textes trop jargonnants, me paraît tout à fait intéressante. Certains auteurs, comme Peeters et Erwan Dejasse, sont cités comme faisant la jonction entre ces deux approches antagonistes qui reposent la question de la place de l’expérience de lecteur dans la recherche scientifique littéraire.

JanBaetens_Herge-ecrivain-1990
Jan Baetens, poète belge et critique de bande dessinée, est régulièrement cité : preuve de l’intérêt de la jeune recherche pour une écriture plus sensible révélant l’expérience du lecteur ? (ici : Hergé écrivain, 1990)

Géo-chronologie des sources bibliographiques

Sortons à présent des « incontournables » pour élever la perspective et nous demander s’il est possible de tracer une « géo-chronologie » des sources bibliographies utilisées, en nous restreignant toujours aux ouvrages sur la bande dessinée.

Pour l’aspect géographique, le constat est assez rapide : seuls les jeunes chercheurs inscrits dans les disciplines de langue s’inspirent d’auteurs non francophones, et dans une moindre mesure ceux travaillant en sciences de l’information. Parmi les auteurs non-francophones nommément cités au moins deux fois, on retrouve Juan Sasturain et Oscar Masotta pour l’Argentine, Iain Topliss pour les Etats-Unis. En sortant de la bande dessinée, on retrouve également régulièrement les chercheurs américains Howard Becker, Marianne Hirsch et Marie-Laure Ryan.

Sur le plan chronologique, l’évocation des noms les plus cités laisse apparaître une inscription très nette dans l’héritage du renouveau critique et théorique des années 1990-2000. Comme a pu le faire remarquer une doctorante, Groensteen, Peeters et Smolderen ont en commun d’appartenir à la même génération et, me paraît-il utile d’ajouter, d’être originaires de Belgique, comme d’autres chercheurs également cités. Les noms formant le « second socle » sont, eux aussi, pour l’essentiel, des auteurs dont le travail sur la bande dessinée à commencer durant ces deux décennies, et qui continuent à publier régulièrement.

Le colloque "Bande dessinée, récit et modernité" de 1987, un des points de départ du renouveau critique de la fin du XXe siècle, réunit déjà Thierry Groensteen et Thierry Smolderen.
Le colloque « Bande dessinée, récit et modernité » de 1987, un des points de départ du renouveau critique de la fin du XXe siècle, réunit déjà Thierry Groensteen et Thierry Smolderen.

Cette concentration autour de l’héritage critique des années 1990-2000, ou d’auteurs issus de cette génération, s’explique assez facilement par le réel bond en avant qualitatif des écrits sur la bande dessinée dans les décennies en question. Tout de même, il me semblait utile de le noter pour deux raisons. D’une part j’ai été surpris par la relative absence des auteurs pré-1990 : Pierre Fresnault-Deruelle n’est cité que deux fois, ce qui me semble injuste au regard de sa contribution réelle. À l’inverse, des auteurs beaucoup plus récents ne sont pas forcément cités, même s’il me semble utile de signaler que certains répondants citent explicitement le groupe ACME de Liège, ou encore la revue critique Pré Carré. Les années 1990-2000 forment un bloc bibliographique puissant d’où émerge la pensée des jeunes chercheurs, que ce soit pour la suivre ou s’en démarquer.

La deuxième raison est que, à l’inverse, ils font preuve de bien davantage d’éclectisme en ce qui concerne les écrits hors de la bande dessinée. Là, la bibliographie relève d’un spectre beaucoup plus large, qui va, grossièrement, des années 1960-1970 jusqu’à des études très contemporaines, voire d’autres thèses récemment soutenues.

Au-delà de la bande dessinée : faire bouger les lignes

L’un des enseignements les plus intéressants, peut-être aussi des plus attendus, est le fait que la quasi totalité des jeunes chercheurs interrogés mêlent dans leurs sources travaux sur la bande dessinée et travaux au-delà de la bande dessinée. Il me semble que nous tenons ici une des spécificités de l’approche universitaire : sa tendance à invoquer des auteurs ayant travaillé sur d’autres champs pour analyser la bande dessinée. Là encore, je me garde de généraliser : de nombreux auteurs non-universitaires vont volontiers voir dans d’autres directions. Benoit Peeters lui-même est par ailleurs philosophe, spécialiste de Derrida. Toutefois, pour reprendre la remarque d’un de nos jeunes chercheurs, une des caractéristiques de la littérature sur la bande dessinée est, parfois, d’être trop « auto-centrée ». Il me semble que les jeunes universitaires, par la formation classique qu’ils viennent de recevoir au début de leur parcour, peuvent justement injecter dans la réflexion des auteurs inattendus.

TomDieck_salut-deleuze_2006
Oser Deleuze pour parler autrement de la bande dessinée ? (Martin tom Dieck et Jens Balzer, Salut Deleuze !, FRMK, 2006)

C’est dans cette masse des auteurs non-spécialistes que l’on retrouve la plus grande diversité des noms. Les non-spécialistes les plus cités sont en général davantage des grands penseurs du XXe siècle : Genette, Deleuze, Barthes, Foucault… À côté de ces classiques de la pensée contemporaine se côtoient un très grand nombre d’auteurs qui permettent d’éclairer la bande dessinée sous d’autres aspects. Ainsi les travaux de Marianne Hirsch, qui s’est d’ailleurs intéressée à Maus, sur la mémoire traumatique peuvent servir de point de départ aux réflexions. On retrouvera ainsi des auteurs ayant travaillé sur le cinéma comme Antoine de Baecque ou Marc Ferro, sur la science-fiction comme Richard-Saint-Gelais et Irène Langlet, sur les cultures populaires et médiatiques comme Matthieu Letourneux et Jean-Yves Mollier, sur la narratologie comme Marie-Laure Ryan. Plus inattendus émergent aussi les noms de Claire Lemercier pour l’histoire quantitative, de Daniel Arasse pour l’histoire de l’art, de Johanna Drucker sur la typographie, de Patrice Flichy sur l’histoire des communications modernes, de Roger Chartier sur l’histoire de la lecture, de Serge Bouchardon sur la littérature numérique, de Nathalie Heinich sur la sociologie de l’art.

Sans donner ici, ce qui aurait peu de sens, une liste complète des auteurs cités, je terminerai cet article en disant que la présence des quelques noms ci-dessus chez les jeunes chercheurs relèvent d’une même logique de travail, souvent exprimée lors des entretiens : en l’absence d’outils réels pour appréhender la bande dessinée, les outils existant dans les autres champs, ou pour d’autres objets, s’avèrent extrêmement précieux. Ils permettent, en plus (c’est moi qui l’ajoute), d’ancrer la réflexion dans un environnement universitaire plus familiers à ceux qui jugeront du travail. S’ils nécessitent un travail d’adaptation, c’est aussi de cet effort que naissent les idées, démontrant ainsi la possibilité d’interactions entre objets de recherche différents, et la permanente utilité de certaines pensées du monde et de la culture.


2 réflexions au sujet de « Jeune recherche : contours bibliographiques »

  1. Bonjour.
    Je me demandais de quand datait la 1ere thèse portant sur la BD. Une recherche sur SUDOC en donne 2 en 1973 : Recherches en BD
    Voici les 2 premières thèses que j’ai trouvée, en 1973 :
    « La bande dessinée en Indonésie : les réponses d’une mythologie en images » de Marcel Bonneff (Thèse 3ème cycle Etud. extr-orient.)
    « Essai de sémiotique appliquée à un certain type d’images : « Le mystère de la grande pyramide », bande dessinée d’E. P. Jacobs » de Bernard Toussaint (Thèse de 3e cycle en Philosophie)

    En existe il une ou plusieurs plus anciennes ?

    Cordialement, Romuald Boissard.

    1. Bonjour,

      De mes recherches (qui s’appuient aussi sur le SUDOC, mais en creusant les termes de recherche), la première thèse sur la BD date de 1968 et s’intitule « Contribution à l’étude de l’iconographie populaire de l’érotisme », par William McLean, en ethnologie (http://www.sudoc.fr/068245432). La BD n’y est qu’un sujet connexe, donc à cet égard la première « vraie » thèse sur la BD est bien celle de Pierre Fresnault-Deruelle de 1970, « L’univers et les techniques de quelques bandes dessinées d’expression française », soutenue à Tours en linguistique (http://www.sudoc.fr/155297201).

      Le SUDOC n’étant pas infaillible, il est tout à fait possible qu’il y en ait avant 1968, même si en général l’enregistrement des thèses est plutôt une source fiable.

      Cordialement,
      Julien Baudry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *