Jeune recherche : quelle bande dessinée ?

Après m’être intéressé aux axes de recherche et aux contextes institutionnels des thèses sur la bande dessinée, je vais à présent rentrer dans le vif du sujet, dans le détail des travaux.

L’aperçu sur les axes de recherche aura montré à mes lecteurs à quel point la majorité des études universitaires sur la bande dessinée se concentrait sur deux dimensions du média : l’oeuvre et l’artiste. Bien souvent, l’étude d’une oeuvre est au centre du travail, et à cet égard la relative prédominance des études littéraires est elle aussi significative.

Partant de ce constat, il me semblait utile de questionner la nature exacte de cet « objet » bande dessinée. Car s’il s’agit d’étudier la bande dessinée, de quelle bande dessinée parlons-nous ? En quelques mots, c’est sur le corpus d’oeuvres étudiées dans les thèses, ou d’auteurs analysés, que je vais me consacrer à présent.

Pour déterminer le corpus dominant et déceler d’éventuels manques ou des tendances, je vais adopter un triple point de vue : d’abord géographique (quelles aires culturelles ?), puis temporelle (quelles périodes de l’histoire de la bande dessinée ?) et enfin, je me risquerais à une typologie, avec toutes les précautions qui s’imposent.

Lieux et temps de la bande dessinée

Partant de mon corpus de 59 thèses soutenues ou en cours entre 2010 et 2014, j’ai essayé de reconstituer une géographie et une chronologie des oeuvres et des auteurs, reconstituer des « moments » et des « lieux » de la bande dessinée considérées par les jeunes chercheurs. Ce travail est complexe dans la mesure où, pour certaines thèses, les seules informations disponibles sont les titres sur theses.fr et les sites des laboratoires. Il ne m’a donc pas toujours été possible de savoir sur quelles oeuvres portent les travaux. J’ai opéré un décompte par décennie, les thèses portant sur des périodes longues ou des oeuvres de plusieurs décennies comptant donc plusieurs fois. Les chiffres donnés ci-dessous ne sont que des estimations, à ne pas prendre strictement. Il me semble tout de même pouvoir affirmer plusieurs tendances marquées :

Pour évacuer d’emblée la question géographique, il est très clair que la grande majorité des jeunes doctorants se tournent vers l’aire franco-belge. Seules une quinzaine de thèses sur les 59 ne portent absolument pas sur des oeuvres de cette zone géographique. Au-delà, le Japon fait également quelques émules, ainsi que la bande dessinée nord-américaine (environ 6-7 thèses chacun). L’ère sud-américaine intéresse aussi, mais dans une moindre mesure (environ 4 thèses). Les zones les moins représentées sont, de façon attendue, l’Europe hors France et Belgique, l’Asie hors Japon, et bien sûr l’Afrique et le Moyen-Orient (sauf dans le cas d’auteurs ayant publiés en France comme Marjane Satrapi). À noter tout de même qu’il existe une thèse en cours sur la bande dessinée russophone. Il n’y a rien de surprenant dans cette géographie où l’on retrouve les trois pôles traditionnels du média, franco-belge, nord-américain et japonais, la percée du dernier s’expliquant sans doute par l’arrivée à l’âge adulte des premières générations de lecteurs français de manga. Il est cependant dommage que le travail universitaire ne contribue pas davantage à interroger des aires rares, voire non-traduites. De toute évidence, ces choix sont des choix de lecteurs.

Qui pour étudier la BD arabophone à l’université française ?

Qui pour étudier la BD arabophone à l'université française ? (couverture de la revue libanaise Samandal ; source : actualitté)

 Couverture de la revue libanaise Samandal (source : actualitté)

C’est aussi ce que semble confirmer un regard chronologique porté sur les corpus d’oeuvres ou d’auteurs étudiés. Il existe un écart très net entre les décennies 1980 à 2010, vers lesquelles se tournent près de la moitié des doctorants, et la période 1940-1980, plus rarement, quoique ponctuellement interrogée. Les années 1960, notamment, semblent se distinguer en attirant près d’un quart des doctorants, et tout particulièrement ceux portées sur les aires étrangères (Japon et Amérique du Sud en particulier). On remarque que la période très contemporaine (les années 2010), n’est pas ignorée : la proximité temporelle avec l’objet n’effraie pas les jeunes chercheurs. En revanche, la première moitié du XXe siècle (décennies 1900-1930) est très nettement délaissée, n’intéressant que deux ou trois jeunes chercheurs, ainsi que le XIXe siècle, ce qui peut être surprenant au vu des nombreux travaux ayant émergé sur cette période dans les dernières décennies. À moins que, justement, l’existence de ces travaux, portés par des grands spécialistes, mais hors de l’université (Groensteen, Peeters et Smolderen), aient poussé les thésards hors de cette période. Ainsi, à l’exception de Camille Filliot, Charles Combette, Nicolas Andreani, peu de thèses soutenues, sauf oubli de ma part, ont porté sur des oeuvres d’avant 1900. Ayant personnellement travaillé sur l’entre-deux-guerres, je regrette également que cette période ne soit pas davantage étudiée, sans doute à cause de la difficulté de retrouver des oeuvres souvent non-rééditées, ou des témoignages et archives plus difficilement accessibles.

Tentative de typologie des corpus

Si l’aperçu chronologique et géographique des corpus est complexe, la typologie l’est encore davantage en raison de la difficulté à choisir des catégories réellement opérantes. Les types traditionnels (genres, roman graphique, humour/aventure) sont bien trop périlleux. Je me limiterais donc ici, dans une optique plus subjective, à revenir sur des distinctions ayant été discutées lors des entretiens à propos des corpus de chacun.

Un premier élément à propos des oeuvres elles-mêmes me semble assez significatif : les corpus sont le plus souvent constitués d’albums, et non de bandes dessinées de presse. Ce dernier cas arrive, mais n’est pas le plus courant. Il faut y voir bien sûr une conséquence du tropisme pour la forme contemporaine canonique de la bande dessinée : l’intérêt pour les années 1980-2010 coïncide avec l’affirmation de l’album comme format hégémonique (ce sur quoi a précisément travaillé Sylvain Lesage, par ailleurs). C’est aussi une facilité, pour les études d’oeuvres, que d’étudier des albums plutôt que des revues, moins maniables et plus difficiles à conserver. Pourtant, certains doctorants, à l’image de Claire Latxague ayant travaillé sur Quino, souligne l’importance de revenir aux conditions réelles de publication des oeuvres pour les comprendre. Dans le même ordre d’idées, on observe une absence totale de la micro-édition et du fanzinat alors que ce phénomène existe depuis les années 1970 et constitue un cas d’étude intéressant sur le plan social, économique ou politique.

Maus d'Art Spiegelman : classique de la bande dessinée américaine mais aussi déclencheur de vocations universitaires...

Maus d’Art Spiegelman : classique de la bande dessinée américaine mais aussi déclencheur de vocations universitaires…  © Flammarion

Un second élément concerne un couple catégoriel courant dans la bande dessinée : le couple mainstream/alternatif. Les amateurs de bande dessinée savent combien cette distinction, encore opérante dans les années 1990, correspond davantage aux deux axes d’un spectre d’oeuvres et d’auteurs très variés plutôt qu’à deux catégories réellement étanches. Spécifiquement abordée lors des entretiens par mes propres questions, cette distinction ne semble d’ailleurs pas nécessairement opérante pour la majorité des jeunes chercheurs interrogés. La composition des corpus la plus courante est, pour les 2/3 des personnes interrogées, soit une certaine mixité assumée et revendiquée (Marion Lejeune, Vincent Marie, Désirée Lorenz…), soit le choix d’oeuvres intermédiaires, ni vraiment mainstream, ni vraiment alternatives. Par contre, il m’a semblé qu’aucun d’entre eux ne se confrontait directement et uniquement à des corpus constitués d’oeuvres relevant de la culture de masse (ou mainstream), et cette part de la production est encore davantage ignorée quand on se tourne vers le contemporain : quand des oeuvres grand public sont étudiées, il s’agit en général d’études historiques sur des périodes pré-1990. De fait, la question de la bande dessinée comme culture populaire n’est que rarement évoquée dans les études.

Si le couple mainstream/alternatif n’est que peu évoqué, une autre distinction est en revanche souvent citée : celle entre les oeuvres « qui se prêtent à l’étude » et les autres. Ainsi, il semblerait que, pour certains chercheurs, un corpus limité d’oeuvres offre plus d’accroches pour une recherche de type universitaire : Maus et la bande dessinée documentaire, Les Cités Obscures, Chris Ware, Marc-Antoine Mathieu, l’Oubapo, la bande dessinée muette… Certains interprètent ce corpus de façon positive, car il permettrait de mettre au jour de nouvelles conclusions sur la bande dessinée ; le côté rare et élaboré de ces oeuvres permet d’avoir un aperçu plus extensif des potentialités du média. D’autres, prônant une égalité des objets d’étude, trouvent dommage que des oeuvres à l’ambition artistique et intellectuelle moindre ne soient pas plus étudiées. Et il est vrai que si cette question du mainstream/alternatif est souvent éludée, corollairement la bande dessinée est plus souvent étudiée à travers la part la plus savante de sa création.

Chris Ware : auteur incontournable et « exemplaire » des études universitaires sur la bande dessinée ?

Chris Ware : auteur incontournable et "exemplaire" des études universitaires sur la bande dessinée ? (ici : le récent ouvrage de Maxime Galand, de l'Université de Quebec, 2013)

 Ici : le récent ouvrage de Maxime Galand, de l’Université de Quebec, 2013. © Presses de l’université de Québec

Cette réflexion n’a bien sûr rien de spécifique à la bande dessinée : elle rejoint des préoccupations de toute étude culturelle, et particulièrement des spécialistes des cultures dites « populaires », qui se retrouvent pris entre les problématiques théoriques de la culture de masse et la volonté de démontrer les potentialités démonstratives de leur sujet. Mais il me semble que dans le cas de la bande dessinée, cette tension traditionnelle devient un enjeu crucial pour un média pris dans une légitimation qui n’en finit pas.

En conclusion, il me semble nécessaire de souligner un fait marquant : le lien entre le travail de recherche et la pratique de lecteur. J’ai interrogé les jeunes chercheurs sur leurs goûts de lecteurs. D’une part, une très grande majorité était déjà lecteur de bande dessinée avant d’y consacrer sa thèse ; les néophytes de la littérature graphique sont extrêmement rares (une ou deux personnes). D’autre part, plus de la moitié (16 sur les 25) ont choisi leur sujet en fonction de lectures personnelles antérieures, certains affirmant même avoir envisagé leur problématique à la suite de la lecture d’oeuvres spécifiques, comme Jimmy Corrigan de Chris Ware, Pinocchio de Winschluss, Prosopopus de Nicolas de Crécy, Sandman de Neil Gaiman, les productions de l’Association, Mafalda de Quino, Alix de Jacques Martin, Maus d’Art Spiegelman, les oeuvres de Gotlib… Il ne me semble pas que ce lien entre lectures antérieures, souvent situées du côté de l’enfance et de l’adolescence, et choix d’un sujet de thèse soit si fort pour d’autres objets de recherche, notamment littéraires, même si cette hypothèse reste à vérifier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *