Jeune recherche : une géographie trans-institutionnelle

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai interrogé une vingtaine de jeunes docteurs et doctorants travaillant sur la bande dessinée, comme objet central ou périphérique. Les entretiens menés constituent la matière première de la série d’articles « Jeune recherche en bande dessinée » qui vise à explorer la place attribuée à la bande dessinée à l’université dans les recherches les plus récentes. La transcription des entretiens sera publiée entre février et avril sur Phylacterium.

Avant d’entrer plus directement dans les méthodes et pratiques de recherche, je souhaite m’arrêter une dernière fois sur le contexte institutionnel de la réalisation des thèses. Je vais cette fois m’interroger sur les pratiques d’intégration et de mises en réseaux des jeunes chercheurs, à la fois au sein de l’université au sens large, et dans le milieu des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Pour cela, il me faut examiner d’abord quantitativement, puis qualitativement, les choix des jeunes chercheurs en matière d’institutions, de directeurs de recherche, et de réseaux au sens large. Peut-on identifier des « lieux », physiques, virtuels ou intellectuels, qui participent à la cohésion et au rassemblement de ces jeunes chercheurs ?

Quantitativement : de l’université au directeur de thèse

Sur un plan purement statistique, on peut d’abord se pencher sur ce que peut nous apprendre l’observation des universités au sein desquelles sont poursuivies ou soutenues les thèses sur la bande dessinée. Il nous semble nécessaire d’aborder cette question en deux temps, et commencer par le directeur de thèse. Car bien souvent, le thésard choisit d’abord un directeur, et s’inscrit donc de façon circonstancielle dans telle ou telle université. On peut ainsi, en considérant direction et co-direction, identifier des directeurs porteurs de thèses sur la bande dessinée. Quatre professeurs dirigent, co-dirigent, ou ont dirigé ou co-dirigé plus d’une thèse sur le sujet entre 2010 et 2015. Ils se rattachent à des disciplines variés et leurs noms n’étonneront pas ceux qui connaissent la recherche spécialisée sur ce sujet : Jacques Dürrenmatt (langue et littérature française à Paris 4 – 6 thèses), Jean-Paul Gabilliet (civilisation américaine à Bordeaux Montaigne – 3 thèses), Denis Mellier (littératures comparées à Poitiers – 3 thèses) et Pascal Ory (histoire culturelle à Paris 1 – 2 thèses).

Mais ce que nous montre en creux ces noms, au-delà d’un « palmarès », c’est que, pour 14 thèses concentrées sur 4 directeurs, 45 sont dispersées sur 66 directeurs et co-directeurs. C’est un indice supplémentaire de la dispersion des doctorants en bande dessinée, mais aussi la démonstration qu’il n’y a pas d’effet de « refuge » autour de quelques directeurs de thèse qui concentreraient tous les doctorants sur la bande dessinée. Cet objet refuse là encore de s’affirmer comme structurant sur le plan institutionnel.

En conséquence, le tableau des universités de rattachement, toujours pour le même corpus, confirme l’impression de dispersion institutionnelle déjà évoquée dans les articles précédents :

Université de soutenance ou d'inscription des 59 thèses soutenues ou en cours entre 2010-2015 identifiées pour cette étude.
Universités de soutenance ou d’inscription des 59 thèses soutenues ou en cours entre 2010-2015 identifiées pour cette étude.

On observe une forte présence de Paris 4, Montpellier 3 et Paris 1 qui forment le trio de tête. Ces statistiques semblent montrer des universités plus « accueillantes » pour la bande dessinée. Certaines, comme Paris 4, Paris 1, Poitiers et Bordeaux 3, le sont en raison de la présence de directeurs dynamiques sur ces sujet. Par ailleurs, la présence de Paris 1, Paris 3 et Paris 4 s’explique aussi mathématiquement par le fait que ces trois facultés sont les plus fréquentées pour la « grande discipline » « Lettres et sciences humaines » (entre 16 et 17% des doctorants de cette discipline depuis 2010 – source : chiffres du MESR). De la même façon, Paris 8 et Toulouse 2 sont de « grosses » facultés de la discipline. Pour d’autres enfin, comme Montpellier 3, il m’est plus complexe de trouver des explications.

Qualitativement : choix du directeurs et réseaux institutionnels

Porter la réflexion sur le plan qualitatif nous conduit, en revanche, à remettre en question une observation qui se limiterait à l’institutionnel. Nous avons questionné les jeunes chercheurs d’une part sur le processus de choix du directeur, d’autre part sur leur sentiment d’appartenance à un laboratoire ou une institution.

Sur le premier point on peut observer trois stratégies de la part des futurs doctorants quant au choix d’un directeur pouvant encadrer une thèse sur la bande dessinée :

  • se tourner vers un professeur travaillant lui-même ou ayant travaillé sur la bande dessinée : cette stratégie est d’autant plus complexe que peu de chercheurs habilité à diriger des recherches ont un intérêt direct sur la bande dessinée.
  • opter pour une co-direction spécialiste/non-spécialiste : la co-direction permet en effet d’intégrer des chercheurs non-habilités et de diversifier les approches
  • travailler avec un non-spécialiste : c’est visiblement le cas de la grande majorité des doctorants de notre corpus (environ 40 sur 59) qui, plutôt que de chercher un directeur-spécialiste, se tournent vers un non-spécialiste (parfois celui qui les a suivi en master) qui accepte de diriger une thèse sur la bande dessinée. Il s’agit tantôt d’un choix par défaut, tantôt d’un choix volontaire, où la personnalité du directeur compte davantage que sa spécialité.

La même logique habite les jurys de soutenance : aucun jury ne comporte que des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Ils sont en général deux ou trois au sein d’un jury de cinq ou six personnes. Il n’y aurait assurément pas intérêt pour le jeune docteur, surtout s’il souhaite poursuivre une carrière universitaire, de se restreindre au seul champ de la bande dessinée.

Quant aux attitudes face au laboratoire et à l’université de rattachement, elles s’avèrent extrêmement variées. Certains revendiquent une véritable intégration au laboratoire, la participation à des séminaires de doctorants ou à des groupes de travail internes ; d’autres, au contraire, n’entretiennent aucun lieu avec leur laboratoire de rattachement, sinon administratifs. Il ne semble pas y avoir là de spécificités des chercheurs en bande dessinée.

La Sorbonne, lieu d'émergence d'une recherche sur la bande dessinée au XXI siècle ? Jean-Christophe Menu y soutint sa thèse en 2011 (source de l'image : Jean-Pierre Dalbera - Flickr Commons)
La Sorbonne, lieu d’émergence d’une recherche sur la bande dessinée au XXI siècle ? Jean-Christophe Menu y soutint sa thèse en 2011 (source de l’image : Jean-Pierre Dalbera – Flickr Commons – 2013)

Ces deux observations : la prédominance de la stratégie du directeur « non-spécialiste » et la diversité des attitudes face à l’institution me semble confirmer deux impressions que m’ont donné les entretiens.

D’une part, il faut tordre définitivement le cou à l’idée d’un rejet de la bande dessinée par l’université. Aucune des personnes interrogées n’a exprimé de sentiment de rejet de la part des membres du laboratoire. Tous déclarent avoir été bien accueilli par leurs pairs et par d’autres professeurs, et, lorsqu’il y a mises à l’écart ou ricanements, il s’agit d’attitudes individuelles et non globales. Beaucoup font état de surprises amusées, d’un intérêt de curiosité par des chercheurs extérieurs voyant une autre façon de traiter un sujet, de liens noués avec des doctorants travaillant sur d’autres objets culturels, mais pas de réactions frontalement et unanimement négatives1. En d’autres termes, et sans doute est-ce une évidence, le jeune chercheur en bande dessinée est un doctorant comme les autres.

D’autre part, ces observations tendent à confirmer que la bande dessinée n’est pas un choix de sujet structurant sur le plan institutionnel : travailler sur ou avec la bande dessinée ne présage pas de l’inscription dans un réseau institutionnel, un laboratoire, une université spécifique. Cette tendance est à la fois un signe et une conséquence : c’est le signe que l’objet est accepté par une large part de la communauté des chercheurs qui acceptent ce type de thèses, mais c’est aussi la conséquence de l’absence de réel ancrage institutionnel pour la bande dessinée à l’université en-dehors des profils individuels cités plus haut. Les professeurs et maîtres de conférences habilités à diriger des recherches sont rares.

Dispersion institutionnelle, réseaux embryonnaires

Une fois de plus, il apparaît que la recherche universitaire sur la bande dessinée souffre d’une très forte dispersion sur le plan institutionnel. Dans les entretiens, un terme revient de façon récurrente : celui d’une sensation d’isolement qui fait que la revendication d’une identité de « jeune chercheur en bande dessinée » n’est en réalité que rarement encouragée par l’appartenance à un groupement thématique. Même si beaucoup de docteurs et doctorants se connaissent ou se sont déjà rencontrés, cette identité n’a que peu de lieux de rattachement, d’espaces de sociabilité, à l’inverse de ce qui peut exister en Belgique (groupe ACME). Cela explique que certains des doctorants interrogés évoquent un rattachement à d’autres communautés de recherche à l’existence plus concrète et vénérable (IHTP, ADHC…).

Il me faut pourtant nuancer ce constat en évoquant des lieux encore embryonnaires d’une sociabilité universitaire qui prendrait pour appui l’étude de la bande dessinée, lieux révélés par les entretiens et par ma propre expérience. Ils se concentrent géographiquement dans deux zones : le grand Sud-Ouest et l’université de la Sorbonne.

La géographie des universités de soutenance et d’inscription des thèses consacrées à la bande dessinée montre une curieuse concentration dans une région Sud-Ouest/Aquitaine, au sens large (académies de Bordeaux, Toulouse, Limoges et Poitiers). 3 thèses y ont été soutenues et 8 sont en cours dans une de cette académie. Cette vaste région concentre trois atouts : la présence de professeurs sensibles à des objets comme la bande dessinée (particulièrement Denis Mellier, Jean-Paul Gabilliet et Irène Langlet) ; la proximité d’Angoulême et la présence récente du master bande dessinée à l’EESI qui appelle aussi des enseignants dans cette discipline ; le dynamisme de certains doctorants de la région. C’est en effet à Poitiers qu’a été organisé, par Elsa Caboche et Désirée Lorenz, le colloque Bande dessinée et intermédialité. Le petit groupe poitevin a ainsi noué des liens avec des doctorants de Limoges et Bordeaux et, à ce jour, il me semble qu’il s’agit là du seul regroupement spontané, certes embryonnaire, de doctorants travaillant sur la bande dessinée. On notera que ce rassemblement est trans-institutionnel au sens où il ne dépend pas uniquement d’un laboratoire mais de la mise en relation de plusieurs chercheurs isolés.

Le second groupe se dessine plutôt du côté de la Sorbonne qui s’avère être un lieu dynamique pour la recherche en bande dessinée. Si on regroupe les cinq universités de l’ancienne Sorbonne (Paris 1, Paris 3, Paris 4 et Paris 5), on trouve 17 thèses en cours ou soutenues, soit près d’un tiers de notre corpus. Certes, comme dit plus haut, il faut considérer ici l’importance démographique de la population doctorale du 5e arrondissement parisien. Mais, au-delà de la démographie, le Quartier Latin a plusieurs atouts : des professeurs intéressés par la bande dessinée (dont Jacques Dürrenmatt, Pascal Ory et Laurent Martin) et un groupement, là encore très récent, le GRENA, dont la majorité des membres sont liés au laboratoire STIH de Paris 1. Proche de Comicalités par la participation de Benoît Berthou au groupe, le GRENA rassemble des enseignants-chercheurs en poste, mais aussi une large part de jeunes docteurs et doctorants.

Enfin, il me semble utile de citer d’autres lieux vivants où se regroupent des doctorants. Tout d’abord l’ENS de Lyon, même si son dynamisme en matière de bande dessinée est localisé dans le temps à la période 2011-2014, qui correspond à la fois à la présence d’Henri Garric, dont les séminaires de littératures comparées ont motivé certains des doctorants interrogés, et surtout au laboratoire junior Sciences Dessinées (2013-2014) dont l’existence a contribué à rassembler, ponctuellement ou sur le temps long, des jeunes chercheurs sur la bande dessinée à travers colloques et rencontres. Ensuite, un groupe plus informel regroupe quelques jeunes chercheurs autour de l’écriture de l’histoire par la bande dessinée et la culture visuelle (Adrieu Genoudet, Vincent Marie, Pierre-Laurent Daures, Isabelle Delorme, Vincent Bernière) ; davantage axés sur la vulgarisation et la diffusion du savoir à un public de non-spécialistes, ils sont à l’origine d’un séminaire déjà évoqué sur ce blog, mais aussi d’expositions comme à la Cité de l’Immigration. La particularité commune à ces deux réseaux est d’avoir cherché à sortir du milieu universitaire en nouant des liens avec des auteurs ou avec des institutions.

Le séminaire "Écritures visuelles de l'histoire", un exemple du dynamisme des jeunes chercheurs en bande dessinée.
Le séminaire « Écritures visuelles de l’histoire », un exemple du dynamisme des jeunes chercheurs en bande dessinée.

Voilà pour les « lieux » identifiés à travers les entretiens. Peut-être en existe-t-il d’autres. Néanmoins, ces espaces, formels ou informels, qui participent à la « formation » d’une communauté de chercheurs en bande dessinée sont encore largement embryonnaires et doivent encore démontrer leur capacité à structurer une communauté.

Je terminerais en posant une question qui traduit aussi certaines discussions que j’ai pu avoir lors des entretiens : est-il plus souhaitable de structurer cette communauté, au risque d’un entre-soi qui isolerait la bande dessinée comme objet d’étude, ou de conserver la situation actuelle faite de chercheurs transposant la bande dessinée dans des réseaux autres ? En d’autres termes, la bande dessinée en tant qu’objet d’étude universitaire a-t-elle vocation à être au coeur d’une dynamique structurelle au sein de l’université, comme a pu l’être le cinéma ? Je laisse chacun de mes lecteurs répondre à cette question, qu’il soit ou non spécialiste de bande dessinée.

1En revanche, c’est lors de l’intégration au corps des enseignants-chercheurs par la qualification et le recrutement dans un laboratoire que la question peut se poser. Mais nous évoquons ici uniquement la situation pendant le travail de thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *