Le « champ » de la bande dessinée : quels acteurs, quelle approche ?

Julien Baudry vient de publier sur Phylacterium la transcription de deux entretiens réalisés dans le cadre de l’étude qu’il mène sur la « jeune recherche » en bandes dessinées. Réalisés avec Benjamin Caraco et Julie Demange, ceux-ci mettent en évidence des problématiques on ne peut plus intéressantes qui semblent présenter un point commun : ces deux chercheurs se focalisent sur des acteurs, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’auteurs (ou d’éditeurs-auteurs, laissons Benjamin trancher) et de « bédéphiles » (« amateurs éclairés », « superlecteurs », « érudits collectionneurs » ? La thèse de Julie posera sans doute les bases d’une meilleure perception du phénomène).

L’exploration de ce riche terrain d’investigation semble en partie s’appuyer sur un cadre théorique bien connu : celui qu’esquisse les travaux de Pierre Bourdieu qui furent d’ailleurs déjà mis à profit pour étudier d’autres formes d’expression comme en témoigne le récent Sociologie de la littérature publié par Gisèle Sapiro. La fortune de ces travaux semble d’ailleurs parfaitement fondée : peut-on trouver théorie faisant une plus large place à des acteurs en tentant de modéliser leurs relations (complémentarités, oppositions…) au regard de plusieurs catégories (autonomie, hétéronymie) et concepts (habitus, capital symbolique…) ?

14022015ChampIMA1

Affiche du colloque « Le statut culturel de la bande dessinée » organisé par le Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte à Louvain-La-Neuve en mai 2013

La notion de « champ » permet effectivement de définir la création comme un espace habité, investi par des acteurs mus par des logiques différentes, voire carrément concurrentes. Elle nous invite ce faisant à penser le complexe ensemble que forment ceux-ci et c’est par exemple en ce sens que Benjamin Caraco entend la mettre à profit : le « champ » permettrait de mettre en évidence le mode de construction de l’édition contemporaine. Je n’entends ici nullement remettre en cause cette position, indéniablement fructueuse, mais seulement insister sur deux de ses limites et ce billet fait d’ailleurs écho à certains des débats (enflammés) que nous eûmes avec Jean-Matthieu Méon dans le cadre du colloque « Le statut culturel de la bande dessinée » organisé par Jean-Louis Tilleul à Louvain-la-Neuve en mai 2013.

Première observation : sommes-nous bien conscients du pouvoir de modélisation de cette théorie ? Cela ne me semble en effet pas évident : appréhender un système éditorial au regard de la notion de « champ » pourrait nous inviter à penser des oppositions et positionnements symboliques et à passer outre d’évidentes porosités, voire une certaine complexité que met par exemple en évidence le Plate-bandes de Jean-Christophe Menu. Fustigeant la « récupération » des travaux de l’Association par des éditeurs plus argentés (au premier rang desquels Casterman), ne définit-il pas finalement un positionnement (l’indépendance) et un dispositif éditorial (le « roman graphique ») comme une propriété ?

Il s’agirait dès lors de capitaliser sur des oppositions (« indépendants » contre « dépendants », « roman » contre « album » et dispositifs éditoriaux dont il s’agit de s’écarter). Et on peut en ce sens se demander si ne serait pas occulté, dans cette approche théorique, ce qui relève d’une véritable démarche de promotion d’une certaine création, voire d’une maison d’édition. Le « champ » devient alors « postures », capacité à incarner un rôle donné que met par exemple en évidence les travaux de Sylvie Ducas. En fait d’oppositions, nous serions face à une communication et Benjamin Caraco soulève d’ailleurs lui-même ce problème au sein du riche article qu’il a consacré, dans Comicalités, aux « écrits » de L’Association produits en direction de ses adhérents.

1402015ChampIMA2

Carte postale destinée aux adhérents de l’Association, 1996. ©L’Association

Seconde observation : ce cadre théorique prend-il en compte tous ceux qui participent à la construction du champ éditorial de la bande dessinée ? Rien n’est moins sur et il en est au moins un qui est presque constamment ignoré : le lecteur. En atteste le fameux article de Luc Boltanski, point de référence incontournable pour bien des chercheurs : « La constitution du champ de la bande dessinée ». Le lecteur y est en effet appréhendé au prisme de l’acteur : il est surtout appréhendé à travers une pratique, la collection, qui est finalement synonyme d’adhésion à une proposition éditoriale donnée. Le lecteur est ainsi « pris dans le champ » et l’interview de Julie Demange pose en ce sens en filigrane un véritable problème.

Entendant partir des « pratiques » et non des seuls discours, elle prend d’emblée méthodologiquement ses distances avec ce fameux texte et s’inscrit dans une position qui me semble potentiellement fructueuse : mieux connaître l’identité de ces « bédéphiles » et ne pas réduire lectorat à une catégorie de lecteurs, chose d’autant plus importante que l’étude de la réception de la bande dessinée ne saurait faire l’économie d’une complexité. Publié au sein de La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, un travail d’Éric Maigret montre bien en effet que théorie du « champ », et plus largement oppositions et polarités, ne sont pas opérants : au regard du lectorat, la bande dessinée rime avec « art » et « divertissement » et il s’agit dès lors de penser une complémentarité que nous évoquerons dans un prochain billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *