Inter et transmédialité : quel public ?

Au sein du second billet présentant son étude sur la « jeune recherche » en bandes dessinées, Julien Baudry insiste sur l’émergence de nombreux travaux traitant de « la question du support de la bande dessinée » et relevant d’une « tendance plus générale et surtout plus souterraine : la problématique de l’intermédialité, au sens d’un questionnement sur les rapports entre différents médias ». Force est de constater que nous sommes effectivement face à quelque chose qui me semble relever du « souterrain » : intégrer, au sein de réflexions diverses, le souci du « média » ou, pour le dire plus précisément, de dispositifs (esthétique, technologique, sociologique…) permettant la production et diffusion d’œuvres données.

Pour enrichissantes qu’elles soient, cette « tendance » nous semble relever d’une forme de paradoxe : s’intéressant volontiers à des productions que l’on pourrait dire de « large diffusion » (ou « populaire » pour employer un terme cher à Jacques Migozzi), elles ne s’appuient pourtant généralement pas sur l’étude des publics, ce qui ne va pas sans poser problème. Supposées « popularités » ou phantasmées « circulations » des œuvres au sein de nos sociétés peuvent notamment être rendez-vous, et – plus largement – nous pouvons nous demander si l’examen des pratiques de lecture ne met pas en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches.

Tel semble être le cas de celles qui s’articulent autour d’un concept de « transfictionnalité » advenant, à en Richard Saint-Gelais, « lorsque des éléments fictifs sont repris dans plus d’un texte (en donnant à “texte” une extension large, valant aussi bien pour la bande dessinée, le cinéma, la représentation théâtrale ou le jeu vidéo) » (SAINT-GELAIS, p. 6). Cette « extension » relève donc d’une position : l’étude de « reprises », transferts et circulations entre médias servent la construction d’une « théorie de la fiction » qui n’est pas sans poser problème vis-à-vis des données que nous avons exploitées dans le cadre de l’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?

Le montre tout particulièrement une série de données ayant directement trait à des « éléments fictifs » qui « sont plus souvent qu’autrement des personnages » (Idem) et sont présentés par Richard Saint-Gelais comme à même de « franchir les frontières de l’œuvre où nous les avons d’abord découverts » (Idem, p. 5). Ils auraient ainsi la possibilité de s’affranchir des limites d’un média donné. L’idée arracherait à coup sûr un profond soupir à André Breton qui reproche, dans le Manifeste du surréalisme, aux auteurs de s’en prendre « à un caractère » puis de faire « pérégriner son héros à travers le monde » tout en lui donnant l’air « de les déjouer, les calculs dont il est l’objet » (BRETON, p. 17).

Critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée

12022015IntermédialIMA2

Population : lecteurs de bandes dessinées de 15 ans et plus. Voir Benoit Berthou (dir.), La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture?, éditions de la BPI, chapitre VI disponible en ligne ici

Seraient ainsi mis à l’honneur et considérés comme pleinement structurants des procédés honnis par l’écrivain français, mais tel n’est pas l’unique problème. On peut en effet penser que ceux-ci ne correspondent pas pleinement aux attentes des lecteurs que nous avons interrogés pour réaliser l’ouvrage mentionné ci-dessus. Parmi les réponses à la question « Pour vous, quels sont les deux critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée ? », le personnage n’arrive en effet qu’en troisième position (35 %) et est largement distancé par « le dessin » (59 %) puis « l’histoire » (66 %). Et cette position semble largement partagée puisqu’on la retrouve au sein de chacun des lectorats privilégiant un type de bande dessinée donné, depuis les Comics (38 % des réponses), « l’humour » (35 %) et les « albums traditionnels » (34 %) jusqu’aux mangas (28 %) et romans graphiques (27 %).

La définition et l’approche de la transfictionnalité qu’évoque Richard Saint-Gelais et que nous présentons sommairement ci-dessus gagneraient donc à être précisées. On ne saurait considérer qu’elle fait pleinement sens auprès des lecteurs : vis-à-vis d’un ensemble de médias et de pratiques culturelles (ne relevant pas seulement du livre), la notion de personnage n’est pas plus structurante que d’autres comme en attestent d’autres données. Les lecteurs de bandes dessinées déclarant être allé « voir un film au cinéma » dans les douze derniers mois et « jouer au jeu vidéo ou jeu en réseau », la place ainsi également en troisième position : même si les valeurs sont plus hautes (45,5 % des réponses dans les deux cas) que celles que nous évoquons ci-dessus, elles démontrent que la notion n’est effectivement pas prépondérante.

12022015IntermédialIMA1

Denis Saint-Jacques et Roger de la Garde (dir.), Les pratiques culturelles de grande consommation – Le marché francophone, Nota Bene, collection « Littérature(s) », 1992.

Parmi les « critères les plus importants dans le choix » d’un livre, elle est ainsi quasiment au même niveau que le « dessin » et en dessous de « l’histoire » : c’est peut-être plus largement une certaine approche de la « culture de masse » qu’il s’agit de réviser. Et nous ne pouvons sur ce point que regretter le fait qu’un ouvrage de Denis Saint-Jacques et Roger de la Garde comme Les Pratiques culturelles de grande consommation ne soit pas plus fréquemment consulté car il tente d’appréhender la « culture de masse » au regard des activités de ceux qui s’y intéressent.

SAINT-GELAIS (Richard), « Contours de la transfictionnalité », in AUDET (René), SAINT-GELAIS (Richard) (dir.), La Fiction, suites et variations, Québec,  Nota Bene, 2007, p. 5-25.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *