Jeune recherche : axes et tendances nouvelles (2)

Pour poursuivre la réflexion entamée dans la première partie de cet article sur les axes principaux de la jeune recherche en bande dessinée, j’aimerais évoquer deux tendances moins importantes en nombre mais à mes yeux plutôt nouvelles dans le champ des études sur la bande dessinée. Je reviendrais ensuite sur les possibles absences qui se dessinent en creux dans cette énumération thématique.

Histoire et acteurs

La première des tendances secondaires est la relation entre histoire, mémoire et bande dessinée. Je ne parle pas ici de thèses portant sur l’histoire ou l’historiographie de la bande dessinée mais de travaux s’intéressant à la façon dont la bande dessinée peut transmettre l’histoire et la mémoire commune ou individuelle, et éventuellement des spécificités de la transmission mémorielle graphique. Cet axe est principalement représenté par deux types de sujets : d’un côté ceux qui analysent la transmission d’un patrimoine historique commun dans les médias modernes, qu’il s’agisse de l’Égypte antique (Vincent Marie), des citations latines (Vivien Bessières) ou du cycle arthurien (Alicia Bekhouche) ; de l’autre ceux qui s’intéressent à la transmission de mémoires individuelles, généralement traumatiques (Catherine Ojalvo et Isabelle Delorme, sans compter, sur la Shoah, en 2009 Martine Gabison-Crétenet et en 2009 Jonathan Haudot). Plus largement, certains s’intéressent à la façon dont la bande dessinée peut exprimer un récit historique (Adrien Genoudet, Sébastien Llaurens) et s’inscrivent dans le cadre d’un renouveau de l’histoire visuelle. On peut expliquer cette évolution en considérant d’une part le rôle de Maus comme œuvre fondatrice pour ce type de réflexions, y compris par des universitaires, et d’autres part la montée en puissance de bandes dessinées documentaires dans les années 2000 qui a démontré à ces jeunes chercheurs que la bande dessinée pouvait aussi parler d’Histoire, tout autant que raconter des histoires. On sort ici nettement d’une étude qui limiterait la bande dessinée à son statut de divertissement pour aller vers un questionnement de la bande dessinée comme source de l’histoire.

Historiographie et bande dessinée : un riche patrimoine éditorial ?

12022015Baudry2IMA1

Tome 6 de l’intégrale de L’Histoire de France publiée de 1976 à 1980 chez Larousse et par exemple réalisée, entre autres et nombreux collaborateurs, par Pierre Castex, Dino Battaglia et Raymond Poïvet.

Enfin, les recherches s’intéressant aux acteurs de la bande dessinée plus qu’aux œuvres sont présentes en nombre important. Je pense bien sûr à des recherches historiques portant sur des éditeurs (Lesage, Antonutti, Isabelle Guillaume), ou sur des auteurs précis (Baudry, Latxague, Caraballo), mais, plus spécifiquement, il est manifeste que certains travaux cherchent à établir une sociologie de l’auteur de bande dessinée. C’est sans doute là la tendance la plus marquée parmi les thèses en cours. On trouve alors des sujets purement sociologiques investissant la question de la mobilisation professionnelle chez les auteurs (Vincent Seveau, Pierre Nocerino), ou d’autres relevant d’une forme d’histoire sociale (Benjamin Caraco, Jessica Kohn). Est-ce là un effet de la mise en avant de plus en plus nette, dans l’actualité du média, des difficultés des auteurs et de sa place dans une industrie en pleine évolution ? Quoi qu’il en soit, l’auteur est désigné ici comme un acteur dont il importe de connaître les pratiques et le profil.

Diversité et absences

L’évocation de ces quatre axes suffit déjà à montrer la très grande diversité des questionnements portés par la jeune recherche en bande dessinée, et encore ne recouvrent-ils pas l’ensemble du spectre des sujets abordés. Car sans doute est-ce là la leçon la plus évidente d’emblée portée par cette jeune recherche : le grand nombre de travaux (22 thèses soutenues, 13 thèses en cours2) conduit à une très grande diversité d’axes de recherche, au-delà même des questions disciplinaires et méthodologiques. S’il existe des tendances marquées, elles peuvent masquer des thèmes moins largement présents mais eux aussi récurrents dans deux ou trois travaux. Je ne ferais qu’évoquer en passant les autres axes récurrents découverts au fil de mon suivi des sujets : certains d’entre eux sont plus traditionnels (les littératures de l’imaginaire, la culture de masse, les liens entre bande dessinée et beaux-arts, entre bande dessinée et dessin de presse, la légitimation), d’autres me paraissent plus nouveaux (le public enfantin, le dialogue interculturel…).

L’auteur de bandes dessinées : un inconnu ?

12022015Baudry2IMA3

Dupuy et Berberian, Journal d’un album, sans pagination. © L’Assocation

Mais la diversité manifeste ne saurait masquer, en creux, les manques et les sujets peu étudiés. Je terminerais en évoquant ici ce qui me semble être des absences flagrantes de certains thèmes pourtant cruciaux. Peut-être que mes lecteurs en verront-ils d’autres. Il ne s’agit bien sûr pas de critiquer mais, tout au contraire, de proposer des terrains d’étude potentiellement vierges.

Si les auteurs, les œuvres et même les éditeurs sont des objets d’étude, il y a un absent de taille : le public. Aucune des thèses soutenues ou en cours depuis 2010 n’évoque de façon frontale la question du public de la bande dessinée à l’exception d’un travail en cours sur la bédéphilie des années 1960-1970 (Julie Demange) et de deux autres sur la réception du manga en France (Julie Renard) ou au Brésil (Keila Vieira). Toute discipline confondue, on ne trouve pas de tentatives réelles de cerner la diversité et l’évolution des publics. Certes, le sujet est traité en filigrane lorsque certains des travaux se penchent sur la réception de leur objet, mais le public reste le grand absent des études sur la bande dessinée. Peut-être est-ce là une situation qui est amenée à changer avec les deux grandes enquêtes récentes sur le manga chez l’adolescent et sur la lecture de bande dessinée, qui pourront être des fondations de recherches plus pointues.

Une autre absence est celle d’études plus techniques portant sur les pratiques concrètes des dessinateurs et éditeurs, et particulièrement une réflexion sur la bande dessinée comme industrie culturelle. Nous avons ainsi peu de choses sur la pratique du studio, sur la matérialité des outils du dessinateur, sur l’économie de la bande dessinée, etc… Seuls les travaux portant sur les outils informatiques (Rageul, Catherine Sauvaget) abordent ces questions, et ponctuellement les travaux sur l’histoire de l’édition (Lesage, Antonutti) s’intéressent à des questions économiques, malheureusement pas sur la période contemporaine.

Un sujet qui pourrait paraître anecdotique à première vue mais me semble en réalité crucial est également peu étudié : la question des dénominations de la bande dessinée, dans une perspective plus lexicologique que définitionnelle. En effet, le terme même de « bande dessinée » a moins d’un siècle, et ce constat n’a jamais réellement été questionné, alors même que de nouvelles catégories (roman graphique, manga…) prennent une place de plus en plus importante. Savoir par quels termes ont été désignées les œuvres qui, selon tous, relèvent de la bande dessinée permettrait de mieux cerner notre objet. Le sujet est en partie abordé dans des recherches sur le XIXe siècle (Anastasia Scepi, Filliot) ou au contraire sur la bande dessinée numérique (Falgas), certainement car ces sujets démontrent les frontières du terme « bande dessinée ».

Enfin, je terminerais avec une dernière absence : le traitement de la dimension politique et sociale des oeuvres de bande dessinée. Si l’enjeu mémoriel et historique des bandes dessinées a été bien assimilé, peu de chercheurs se penchent directement sur la façon dont le contenu des bandes dessinées peut avoir une incidence sociale ou politique, voire juridique3. La seule exception visible dans une thèse en cours concerne une autre aire culturelle que la francophonie, avec le comics de super-héros (Lorenz). Par ailleurs, le travail de master de Damien Boone sur les lectures politiques des Schroumpfs et la politisation des enfants relève aussi de cette thématique. Il faut souligner ici que, alors que les recherches sur les rapports entre bande dessinée et éducation ou bande dessinée et thérapie ont été parmi les premières à amener l’objet bande dessinée à l’université, elles semblent désormais nettement moins porteuses.

Ces quatre absences (publics de la bande dessinée, industrialisation des pratiques, approche lexicologique et dimensions politique et sociale des œuvres) me paraissent être les plus flagrantes au regard d’axes de recherche pré-existants qu’elles pourraient venir enrichir. Néanmoins, la diversité est déjà un trait marquant qui permet à la jeune recherche sur la bande dessinée de couvrir plusieurs fronts à la fois. Cette diversité, sur lequel j’aurais l’occasion de revenir, est à double tranchant : si elle permet effectivement aux recherches universitaires de couvrir assez largement les différentes dimensions de la bande dessinée, elle est aussi une limite puisqu’elle tend à disperser les chercheurs, voire à en isoler certains. D’où la nécessité d’une structuration des études sur la bande dessinée.

2Nous avons pu précisé notre décompte par rapport aux articles introductifs. Il ne prétend pas nécessairement à l’exhaustivité, certains titres ont pu nous échapper.

3La thèse de Jean-Matthieu Méon de 2003 reste à ce jour la seule thèse portant un regard juridique sur la bande dessinée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *