Jeune recherche en bande dessinée : introduction (2/2)

Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai réalisé une enquête qualitative auprès d’une vingtaine de récents et futurs docteurs ayant soutenu leur thèse ces cinq dernières années, ou actuellement en cours de thèse. Leur point commun est d’avoir contribué à la recherche scientifique sur la bande dessinée, dans des disciplines variées : littérature, histoire, sociologie, langues étrangères, Sciences de l’Information et de la Communication… Les entretiens issus de cette enquête seront publiés prochainement sur Phylacterium et serviront de matière à une série d’articles sur la « jeune recherche universitaire sur la bande dessinée », publiée ici-même sur Le Carnet de Comicalités. En guise d’introduction, je vous livre, en deux parties, les réflexions qui m’ont amené à réaliser cette étude.

La thèse comme indice d’une activité

J’évoquais dans le précédent article les signes d’une structuration des études sur la bande dessnée en France. Le dernier signe de cette activité nouvelle est l’effervescence des thèses sur la bande dessinée. Si l’on se base sur les outils bibliographiques que sont le SUDOC et theses.fr et qui recensent de façon quasiment exhaustive les thèses déposées dans les bibliothèques universitaires, on peut dresser quelques constats, en se limitant aux thèses de doctorat (ce qui exclut les thèses d’exercice de médecine, par exemple, mais comprend à la fois les doctorats d’état et de 3e cycle)1. Depuis 1976, environ 70 thèses ont été soutenues en ayant pour sujet, principal ou périphérique, la bande dessinée. Elles se répartissent de la façon suivante :

  • 1970-1979 : 5 thèses
  • 1980-1989 : 11 thèses
  • 1990-1999 : 16 thèses
  • 2000-2009 : 18 thèses
  • 2010-2014 : 18 thèses

Si on se fie à ces chiffres, il est manifeste que le nombre de thèses sur la bande dessinée est en croissance. En croissance lente depuis les années 1980 après une première percée (même s’il est possible que la trace de certaines thèses anciennes se soit perdue avec le temps), mais une croissance qui s’accélère très nettement dans la décennie 2010 puisqu’on atteint le chiffre des dix années précédentes en seulement cinq années. D’après le moteur de recherche theses.fr qui recense l’ensemble des thèses françaises soutenues ou en cours, il y aurait au moins neuf thèses en préparation sur le sujet, et empiriquement, par l’étude que j’ai pu mener, je sais qu’il y en a sans doute le double, ce qui pourrait aboutir à terme à près de trente thèses pour la décennie 2010. Il faut sans doute se demander si une part de cette augmentation n’est pas liée à une croissance globale du nombre de thèses soutenues et en cours dans les universités françaises. Néanmoins, du strict point de vue de l’étude de la bande dessinée, c’est bien l’amplification d’un savoir qui est à l’oeuvre.

Thèses et monde de la bande dessinée : quelles rencontres ?

21012015IMA3

Extrait de la quatrième de couverture de La bande dessinée et son double (L’Association, 2010), publication de la thèse de Jean-Christophe Menu, réalisée sous la direction de Pierre Fresnault-Deruelle et soutenue à l’université Paris I  en janvier 2011.

Je suis parti de ce point de départ, de l’idée que la croissance du nombre de thèses est un indice de la bonne santé des études sur la bande dessinée : elle démontre au moins que de plus en plus de directeurs, donc des chercheurs installés, conscients des enjeux scientifiques contemporains, sont réceptifs à des sujets prenant en compte la bande dessinée, et donc à l’idée que faire travailler un doctorant pendant trois à cinq ans sur, entre autre chose, des bandes dessinées, peut permettre de faire progresser la recherche de manière globale et en même temps lancer la carrière d’un futur chercheur. Il y a parfois derrière des bourses d’étude, des postes d’enseignement, qui implique aussi que l’université accepte de financer des recherches sur la bande dessinée. Et bien sûr, cette inflation de doctorants suppose une inflation des manifestations liées à la bande dessinée ainsi qu’une augmentation de la visibilité de la bande dessinée dans des colloques non-spécialisés.

Présentation des entretiens

Ce constat m’a donc conduit à penser que pour mesurer l’évolution de la recherche en bande dessinée, il fallait s’intéresser aux récents et futurs docteurs. J’ai souhaité rencontrer ces jeunes docteurs et doctorants (« jeunes » signifiant ici « jeunes dans leur parcours de chercheur »). Je les ai sollicité directement et mes demandes d’entretiens ont reçu un accueil favorable qui tend à confirmer une impression que j’ai toujours eu, celle que la recherche en bande dessinée, par le faible nombre d’acteurs, est un champ plutôt accueillant et bienveillant. C’était aussi l’occasion, me semble-t-il, de resserrer les liens potentiels d’une petite communauté de jeunes chercheurs et d’aider à faire connaître les travaux des uns et des autres. Mon sentiment ayant toujours été celle d’une recherche éclatée, géographiquement et disciplinairement, j’espère que cette opération permettra d’améliorer la connaissance mutuelle des travaux existants, et donc d’augmenter la qualité des recherches, le principe même de la recherche scientifique étant celle du partage des tâches (et donc des résultats), chacun proposant sur un même objet sa sensibilité, son approche, sa méthode scientifique, pour le cerner sous tous les angles et croiser les observations.

Avant de présenter les axes principaux des questions que j’ai posée lors des entretiens, il me semble utile de préciser plusieurs points :

  • le panel des chercheurs interrogés a été constitué de façon relativement empirique, par mes contacts personnels et étendus. Tous n’étaient pas joignables, tous n’ont pas souhaité répondre. En ce sens, il n’y a pas de réelle exhaustivité de me part, même si la vingtaine de répondants possèdent des profils suffisamment différents, que ce soit sur le plan des disciplines ou du statut universitaire (docteur, doctorant, maître de conférences, professionnel hors université, etc…), ce qui me semble garantir une certaine représentativité des situations potentielles.
  • les articles qui seront publiés sur Le carnet de Comicalités sur la base des entretiens répondent à l’une des vocations de cet espace d’expression : l’intuition. Ils sont l’objet d’une recherche en train de se faire. Ils pourront donc donner lieu à d’autres articles plus aboutis, mais j’invite aussi tout chercheur que le sujet intéresse à s’en emparer, d’une façon ou d’une autre, tout en gardant en tête un élément essentiel : les conclusions dressées ne concernent que le panel interrogé et donc le cercle restreint des « jeunes chercheurs en bande dessinée ». Elles ne peuvent, en l’état, être érigées en généralités sur la place de la bande dessinée à l’université. En revanche, peut-être feront-elles écho chez certains à des réflexions plus générales.
  • j’ai eu à cœur de consulter non seulement des chercheurs « en bande dessinée », c’est-à-dire dont l’objet principal de recherche est la bande dessinée, et des chercheurs en périphérie qui, sans en faire leur objet de recherche central, se sont intéressés de près ou de loin à la bande dessinée, dans des corpus mixtes ou par des problématiques d’études culturelles prenant en compte ce moyen d’expression.

Le dernier point est important car il ne faudrait pas que la recherche en bande dessinée s’isole sur elle-même ; il faut qu’elle dialogue avec d’autres champs et s’y intègre. À mon sens, c’est précisément ce que peut apporter le savoir universitaire par rapport au savoir non-universitaire : mettre en perspective cet objet par rapport à d’autres, parfois mieux connus, et le confronter à des méthodes savantes ayant fait leur preuve sur d’autres objets. Ce que m’a enseigné mon travail de thèse, à travers les chercheurs que j’ai cotoyé pendant ces quatre années, est que le chercheur en bande dessinée ne doit pas seulement s’efforcer d’améliorer le savoir sur la bande dessinée, il doit avant tout se préoccuper d’améliorer le savoir par la bande dessinée. Comment ce moyen d’expression nous sert-il à mieux comprendre le monde et la culture contemporaine et passée ?

Thèmes et questions des entretiens

Quelles sont les thématiques des questions que j’ai posé à ces chercheurs ? Elles sont de différents ordres.

  • Les premières sont purement institutionnelles : à quelle université sont-ils inscrits ? Quelle est leur discipline de rattachement ? Qui est leur directeur et comment l’ont-ils rencontré ? Pour ceux qui ont soutenus, comment était composé le jury ?
  • Certaines concernent le profil du chercheur : quelles universités et écoles a-t-il fréquenté avant de s’inscrire en doctorat ? Est-il lui-même lecteur de bande dessinée, et le choix de son sujet découle-t-il de ses lectures ? Est-il un acteur du monde de la bande dessinée, dessinateur, scénariste ou éditeurs ?
  • D’autres concernent le sujet : Quel est le corpus et sous quel angle est-il analysé ? Pourquoi avoir choisi ce sujet ? Quelles sont les problématiques principales qu’il entend mettre en évidence ? Que pense-t-il apporter de nouveau sur ce sujet ?
  • D’autres ont trait à la méthode de travail : Quelle méthodologie de recherche a été appliquée ? Qui sont les auteurs de référence sur lesquels il s’appuie ?
  • D’autres encore sont liées à l’activité et le réseau du chercheur : fait-il partie d’associations ou de groupe de recherche particulier ? S’inscrit-il dans une communauté de recherche, formelle ou informelle ? A-t-il organisé ou participé à des colloques ? Dans quelles revues a-t-il publié, scientifiques ou non ?
  • Viennent s’ajouter des questions d’ordre plus général sur les opinions personnelles du chercheur sur la place de la bande dessinée à l’université, sur les liens entre littérature scientifique et littérature non-scientifique, sur la bande dessinée comme savoir scientifique…
  • Enfin, l’un de mes soucis a été de mettre en évidence des jeux de passerelles par des questions interrogeant le rapport du chercheur à la pluridisciplinarité, à l’exploration de champs et d’objets différents, à ses pistes de recherche en dehors de la bande dessinée elle-même, aux relations qu’il entretient avec le savoir et les problématiques propres à sa discipline…

À partir des réponses obtenues, plusieurs articles thématiques permettront de mettre en évidence les points communs et de divergence afin de dresser un paysage de la « jeune recherche » sur la bande dessinée : à la fois le profil des chercheurs interrogés, mais surtout ce que leur choix théoriques, méthodologiques et stratégiques dit des tendances actuelles, et de ce que signifie faire une thèse sur la bande dessinée.

Une volonté de libre diffusion au service de la bande dessinée ?

21012015IMA1

Annonce de la diffusion de la thèse soutenue en septembre 2014 par Julien Falgas sous la direction de Brigitte Simonot. Référencé sur theses.fr, ce travail est disponible sur l’archive ouverte de l’université de Lorraine qui  participe au dépôt légal numérique « automatique » : il en est de même à Rennes II et le doctorat d’Anthony Rageul (également soutenu en 2014) est également disponible en libre accès. A l’inverse, Julien Baudry a du faire un dépôt volontaire sur HAL-SHS de sa thèse soutenue cette même année à l’université Paris-Diderot.

Les entretiens feront l’objet de transcriptions qui seront publiées sur mon blog Phylacterium, avec l’accord et après relecture des personnes interrogées. J’invite les jeunes chercheurs ayant soutenu ces dernières années ou en cours de thèse que je n’aurais pas contacté et qui souhaitent participer à cette expérience à me joindre pour compléter mon panel (phylacterium@hotmail.com).

1Cette étude a été réalisée en recensant les thèses de doctorat ayant les mots-clés « bande dessinée ». Elle dépend donc largement de la qualité du catalogage et de l’exhaustivité des dépôts de thèse dans les bibliothèques universitaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *